IP Man - la saga

Rubrique pour parler du cinéma asiatique au sens large, de la Chine au Japon en passant par le cinéma d'action hong-kongais et les films d'art martiaux. Sans oublier l'extravageant cinéma bollywoodien...
itikar
la grande trahison
la grande trahison
Avatar du membre
Messages : 17686
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

IP Man - la saga

Messagepar itikar » sam. juin 18, 2016 4:44 pm

Image

Film: Ip Man
Réalisateur(s): Wilson Yip
Scénariste(s): Edmond Wong
Acteurs: Donnie Yen, Simon Yam, Siu-Wong Fan

Note personnelle : 4/5 (environ 4.5/5 sur Allocine)

Genre : Arts Martiaux, biopic

Synopsis :

Film biographique sur la vie de Ip Man, un maître de Kung-Fu spécialisé dans le style Wing Chun et qui fut le mâitre de Bruce Lee. Dans les années 30, Ip Man vit à Foshan dans le sud de la Chine, lors de l'occupation japonaise. Face à ses indéniables talents en matière d'arts martiaux, les japonais lui demandent d'entraîner les soldats, ce qu'il refuse catégoriquement. Il va alors devoir lutter pour sa survie.

Critique personnel :

Est-ce la vérité ? Non, certainement pas. On a ici une sorte de moine boudhiste d'une sobreté exemplaire et d'un autre âge catapulté dans un environnement contemporain. En réalité, Yip Man consommait énormément d'opium apparemment, et sa nature de maître de Bruce Lee partout encensé oublie de dire que ce dernier a enseigné 5 ans sous sa direction avant de se faire renvoyer par le grand maître de wing chun du fait de ses racines allemandes.

Reste que l'allégorie est extraordinaire, et Donnie Chen campe un pratiquant d'art martiaux parfait en tout point.
Pas une seule défaite
dans les combats du film, très nombreux et magnifiquement chorégraphiés le nimbe d'une aura de perfection surnaturelle. Suivant un schéma classique - les références à "la fureur de vaincre" sont légions, le film présente parfois un renforcement du thême classique en sa moitié, en incorporant les exactions des envahisseurs japonais. Le traitement non manichéen autour du grand méchant général expert de karate lui apporte une certaine noblesse bien venue, translatant une partie des tares du mal sur son conseiller qu'il juge lui-même très prompt à la gâchette. En résulte une colère impressionnante de Ip Man dans un combat quasiment surréaliste avec pas moins de
10 karateka. Il les extermine, transmuant sa qualité de gentil bonze en pure force de mort.

Le film aurait pu cédé à la facilité d'un deuxième round face au général, qu'il a eu l'intelligence de mettre en climax, reprenant les tribulations martiales du héros face à une bande de malandrin déjà rencontré dans une époque plus calme.
C'est là où le film pêche, à mon avis : la personnalité de ce "deuxième méchant" est loupé, sans doute du fait d'une interprétation que je juge très décevante de son interprête. En fait, cet arc là dessert le film, qui reste cependant au firmament grâce à l'interprétation de Donnie Chen encore une fois, hypnotisant tout autant dans ses répliques que dans sa danse de combat.

Forcément, après avoir vu ce film, on se dit qu'on a ici l'origine de l'excellence martiale du petit dragon. Quand on connait sa vie, on sait que ce raisonnement là est vraiment limitatif, Bruce Lee ayant amélioré pour lui-même tout ce qu'il a appris ici et là, le wing Chun certes mais bien d'autres arts supplémentaires, pour accoucher de son Jeet Kune do . Mais pourquoi pas voir dans l'enseignement de ce grand Maître une amorce à sa perfection ? ...

Image
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

itikar
la grande trahison
la grande trahison
Avatar du membre
Messages : 17686
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: IP Man - la saga

Messagepar itikar » sam. juin 18, 2016 4:46 pm

Image

Film: Ip Man 2
Réalisateur(s): Yip Wai-Shun
Acteurs: Donnie Yen, Sammo Hung Kam-Bo, Simon Yam

Note personnelle : 2.5/5 (environ 4.0/5 sur Allocine)

Genre : Karaté, biopic

Synopsis :

Désireux de faire perpétuer son art, Ip Man décide d'enseigner les arts martiaux au sein d'une école mais essuie l’hostilité de Hung qui est le seul à décider qui peut s'octroyer ce droit. Pour cela, Ip Man doit vaincre une flopée d'adversaires, un défi qu'il relève avec brio mais ces ennuis ne s'arrêtent pas là puisque le gouvernement britannique organise un tournoi auquel participe Twister, un redoutable champion de boxe.

Critique personnel :

Ip Man était un petit chef d'oeuvre de film de karaté à l'aide d'un scénario émouvant de qualité, de fantastiques chorégraphies martiales (de style réaliste contrairement aux films de type "tigre et dragon" flirtant avec le surnaturel) et d'une interprétation exceptionnelle de Donnie Yen dans le rôle titre.
Aussi, la suite de cette aventure m'a déçu sur plus d'un titre : scénario moins haletant, interprétation nettement moins "icônique" (on mettra cela sur le compte du vieillissement du grand maître, nettement moins insurpassable dans cet opus) de Donnie Yen (restant excellent tout de même) et surtout combats moins "sacrés". Cependant, les chorégraphies restent de très bonnes qualités, autant du côté du personnage central que des autres Maîtres qu'il rencontre.
Avec encore la présence pour moi dispensable, en version plus adoucie, du même fameux second rôle du genre, qui n'apporte quaisment rien au scénario en fait, et heureusement d'un jeune karateka dont le look ressemble beaucoup à Bruce Lee (qu'on voit évidemment tout bambin à la fin le temps d'un bref clin d'oeil.)
Bref, j'ai passé un moment distrayant mais je suis resté sur ma faim et ai trouvé souvent le temps long, sans complètement m'ennuyer non plus.
Le dernier combat est magnifique
mais lamine littéralement le héros, enterrant visuellement sa légende d'excellence
et achevant de me dégouter (tout en donnant un aspect plus humain - dans le sens normal - au personnage) finalement au point où je ne sais pas au nom de quoi j'ai rajouté un demi point à ma note ...
Bref .. un film dispensable m'ayant paru surnoté par Allociné pour une fois ... mieux vaut s'arrêter au premier.
A noter tout de même un combat entre le héros et un autre maître parmi les plus beaux que j'ai vu dans ce genre de scène. Cela sera la raison du demi point en plus ;)
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

itikar
la grande trahison
la grande trahison
Avatar du membre
Messages : 17686
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: IP Man - la saga

Messagepar itikar » sam. juin 18, 2016 4:47 pm

Image

Film Hong Kongais sorti en France le 27 Avril 2016
Réalisateur(s): Wilson Yip
Acteurs: Donnie Yen, Mike Tyson, Patrick Tam

Note personnelle : 20/20

Genre : Karaté, biopic

Synopsis :



C'est la suite du biopic d'IP Man. Il vit à Hong Kong, des revenus que gagnent son école d'Arts-Martiaux - c'est le maître le plus réputé du pays, malgré son humilité immense - avec sa femme et son fils. En voulant protéger l'école de celui-ci contre une bande de malfrats bossant pour un caïd , organisateur de combats d'arts martiaux sans merci avec la bénédiction de ses alliés blancs, et désirant à tout prix construire des immeuble sà la place de cet école, IP Man entraine contre lui une vendetta personnelle de la part du champion de boxe aux dents longues. Tout cela dans un climat familial particulièrement tendu car sa femme apprend qu'elle est atteinte d'un cancer. Heureusement, dans un premier temps, IP Man peut compter sur l'aide d'un mystérieux grand mâitre, aussi discret qu'efficace, qui va l'aider efficacement pour défendre l'école. Plus tard, ils deviendront antagonistes, jusqu'à ce que la communauté doive décider de chez lequel d'entre eux deux domine l'art martial.

Troisième opus de la saga crée en 2008, Donnie yen ne voulait initialement pas faire ce film, ni aucun autre dans la peau du personnage de Yip Man. Le début du tournage de ce troisième film a été de nombreuses fois repoussé, initialement prévu pour fin 2012, celui-ci n'a débuté qu'en mars 2015, date à laquelle on apprend que Mike Tyson serait éventuellement au casting, rumeur qui est officialisée quelques semaines plus tard.

Critique personnel :

Ip Man 2 avait fortement douché mon enthousiasme concernant la "trilogie IP" , IP Man ou Yip Man étant pour rappel un des plus grands héros populaires d'arts martiaux chinois, et le maître de Bruce Lee.

A côté de cela, j'ai eu le plaisir de voir le fabuleux The Grandmaster, qui est un film très différent de cette trilogie sur de nombreux aspects, chorégraphique et stylistique notamment puis "The Grandmaster" flirte - certes en mieux - d'avantage du côté des "Tigres et Dragons" et autres "Héro volants".

ET aussi "La légende est née" qui a été estimé à tort comme étant "IP Man 3"

Bref, de quoi s'y perdre.

En voyant la bande annonce de "IP Man 3" il y a six mois, j'ai reconnu la filiation directe avec IP Man 2 - et surtout IP Man - ce qui m'a donné grandement envie de le voir.
Une des attentes que j'avais était bien entendu de découvrir les premier sentrainements de Bruce Lee avec le mâitre.

Bref, je me le suis procuré et ai pu enfin le voir.

Je sors de ma "séance" avec encore plein de plaisir. C'est pour moi le meilleur des trois et je dirais même le meilleur de la saga, à mes yeux en tout cas.
On retrouve la sagesse du maître, décidément un rôle incarné avec justesse par Donnie Yen, et avec en plus des traits d'humours particulièrement fins comme par exemple lorsque la femme de Yip lui raconte une blague - qui ne va pas forcément plaire aux féministes, quoique :

"Sais-tu pourquoi Dieu a créé les femmes jolies et idiotes ?"
"Non"
"Jolie pour qu'elles séduisent les hommes ... Idiotes pour qu'elles les aiment"


Le trait a de quoi surprendre sorti de son contexte mais il fonctionne très bien dans le film à ce moment, émotionnellement je veux dire.
A ce sujet, la relation entre IP Man et sa femme est particulièrement poignante ici, apportant une tendresse amoureuse jusque dans les moments les plus froids. Difficile de ne pas sortir une petite larme, même ... On est ici très loin du potentiel, finalement assez pauvre, émotionnelle qu'on peut voir dans une "fureur de vivre ou du dragon".

Autre point fort, la corrélation aussi juste que diversifiée - même si c'est une éternelle redite de l'emprise des blancs sur le spauvres hong kongais - entre les scènes d'action et l'intrigue, qui se déroule avec justesse et sans excès, ni facilités. Avec en point d'orgue de nombreux combats plutôt très bien chorégraphiés et mis en scène, ave cun montage dynamique et précis, comme il se doit en somme, montrant toujours en position centrale et sans peur, IP Man qui règne sur tous les mouvements, et sur et avec toutes les armes, qu'il affronte des grappes de combattants de rue mal entrainés, ou des grands maîtres extrêmement convaincants. Bien sûr, il y a deux climax fortement scotchants. Après s'être débarassé en un tour de main d'un très vilain et très bête ravisseur d'enfants - on pardonnera là au film son attitude stupidement révolutionnaire où des centaines d'ouvriers protègent l'un des leurs menaçant pourtant des gosses en bas âges du pire, ce qui est certes très maladroit, même pour dénoncer la fracture sociale infâme même si je préfère prendre cela d'une manière hautement symbolique voire initiatique - IP Man finit par en découdre avec Myke Tyson, dans un chouette combat qui n'est pas sans rappelé l'affrontement fameux entre Bruce Lee et le basketteur Kareem Abdul Jabbar dans "le jeu de la mort", et qui se conclue sur une note intéressante, avec un ballon rouge offrant un symbole évasif pictural tout à fait satisfaisant en l'occurence.



Moins étonnant et plus conventionnel est l'affrontement final qui doit désigner en toute simplicité le meilleur des wing Chun en jeu ici. Bien que l'enjeu soit plus banal - on pensera à celui de Bruce Lee (encore lui, bien sûr) dans "Legend of the dragon", autre fleuron du genre - le combat lui est très efficace, et sans concession aucune, avec un aplomb magnifique et incroyable lors d'un duel à quatre couperets totalement bluffant.



Du grand art, encore une fois, comme nous y a habitué cette trilogie - malgré un second opus décevant au niveau du scénario ayant failli décidé Donnie Yen de raccrocher les ganst pour le troisième épisode ! Faute au réalisateur peu inspiré sans doute. Ici, rien de tout cela, le réalisateur et son équipe se sont visiblement investis totalement dans ce film, et le résultat se voit et se ressent.
Je lui donne la note maximale pour être finalement des cinq films que je présente ici - sous le titre "saga IP Man" celui qui élève le plus haut lP Man, le rapprochant le plus de son titre de "légende".

Enfin, la légende est née. Et, il sera difficile de faire mieux, tout en restant réaliste et sérieux, je crois.

Image
Boxe vs Wing Chun

Image
Le challenger !

En bonus, un délire de fan intéressant :




Image


Pour la curiosité une critique négative sur le film, intéressante même si je ne partage pas du tout leur avis mais bon :
http://www.leblogducinema.com/critiques ... n-3-91054/
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

itikar
la grande trahison
la grande trahison
Avatar du membre
Messages : 17686
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: IP Man - la saga

Messagepar itikar » sam. juin 18, 2016 4:49 pm

Image

De Herman Yau
Avec Yu-Hang To, Siu-Wong Fan, Sammo Hung Kam-Bo plus
Genres Action, Drame, Historique, Biopic
Nationalité Hong-kongais


Synopsis et détails
Après le décès de son maître, le jeune Ip Man continue à apprendre les arts martiaux sous les ordres d'un disciple et part à Hong-Kong. Il revient dans sa ville de Foshan où il tombe amoureux de Wing Shing, malheureusement de rang différent de lui. Entre amour interdit, apprentissage de son art et révélation sur son passé, Ip Man entame la plus ardue de ses aventures.


Ce film hong-kongais de 2010 n'est pas avec Donnie Yen, contrairement à la trilogie IP Man qu'on connait d'avantage. Il bénéficie cependant de très grands acteurs du genre et d'une très belle musique.

Image

L'ensemble fait de ce personnage une icône du cinéma multiple, puisqu'on peut également citer entre autres le magnifique The Grandmaster de Wong Kar-wai et sorti en 2013 avec Tony Leung.

Ce qui m'a séduit ici est une histoire bien racontée, plus que la chorégraphie des combats, que j'ai bizarrement trouvé assez peu inspiré, quoi que particulièrement réaliste, sans effets spéciaux tape à l'oeil.

Le film raconte une nouvelle histoire d'IP Man et le fait très bien, avec des personnages attachants, et une belle histoire d'amour.

L'intrigue principale est de plus assez intelligente, malgré quelques maladresses.

Bref, un film qui ravira les fans du bonhomme, sans doute, ainsi que les fans de culture japonaise.

Pour ceux que ça tente, voilà le lien permettant de le voir comme moi en streaming (avec une image en qualité moyenne et quelque peu saccadée, ok)

http://full-stream.cc/ip-man-3-legende- ... aming.html

N.B. : comme dit plus haut ce n'est pas IP Man 3. C'est un titre mensonger.

critique et bande-annonce
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306704
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: IP Man - la saga

Messagepar phoenlx » sam. juin 18, 2016 4:52 pm

Il faut absolument que je vois les volets postérieurs au 1 de cette saga (si seulement le temps pouvait s'arrêter :mrgreen: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

itikar
la grande trahison
la grande trahison
Avatar du membre
Messages : 17686
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: IP Man - la saga

Messagepar itikar » sam. juin 18, 2016 5:33 pm

Comme vous l'avez compris, j'ai vu IP Man 3 cet après-midi. Je viens de mettre à jour cette partie donc, avec un résumé rapide du film
et une critique personnelle :hat:
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.


Retourner vers « Cinéma asiatique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité