Master and Commander (de Peter Weir)

Tout sur le septième art et la télévison.
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Master and Commander (de Peter Weir)

Messagepar phoenlx » mer. mars 08, 2006 7:10 pm

Un bien joli film que cette oeuvre de Peter Weir avec Russel Crowe et Paul Bettany Je viens de le revoir d'un oeil neuf et j'ai pris un réel plaisir, supérieur à celui de ma première vision en salle de ciné, allez savoir pourquoi !

Image

L'action se déroule en mer sur un navire de guerre anglais , le Surprise, pendant les guerres napoléoniennes marquées par la rivalité entre la France et l'Angleterre .. Russel Crowe, toujours aussi talentueux et égal à lui-même, incarne le commandant du navire, Jack Aubrey .. un commandant intrépide, estimé de ses officiers et matelots, excellent navigateur, doté d'un sens tactique hors pair. Il fait régner une discipline de fer sur son navire.
Le Surprise est attaqué par un navire de guerre français, l'Achéron , un nom bien à l'image de ce qu'il semble être aux yeux des matelots du Surprise, un navire insaisissable et très rapide qui semble signifier pour tous une mort prochaine .. Gravement endommagé lors d'une attaque, le Surprise tente de réparer les dégâts, mais Jack Aubrey s'est mis dans la tête de poursuivre son ennemi et de le prendre à revers , malgré les conseils et les appels à la prudence du Docteur Stephen Maturin (Paul Bettany), chirurgien et naturaliste, un membre de l'équipage qui est aussi son ami. Les deux individus sont dotés d'un caractère opposé mais leur passion commune pour la musique les rapproche. Stephen Maturin rêve d'explorer les îles Galapagos qui sont sur le trajet du surprise, afin d'y étudier la flore et la faune locale encore inconnues à cette époque !!

Mais son commandant juge la chose futile et ne l'entend pas de cette oreille ; sa quête tourne bientôt à l'obsession et il poursuit son ennemi jusqu'au bout du monde , du Cap Horn aux Galapagos en passant par le Bresil ..!

Un bien beau film qui invite au voyage, qui sent bon l'air marin des océans du sud, et dont certaines vues sont superbes ; tous ceux qui aiment voir à l'écran de belles batailles navales seront en outre servis par certaines canonnades en mer mémorables, on VIT véritablement l'ambiance du navire (certaines scènes très gores au passage avec les blessés .. sans trop spoiler ..) , et le film est servi par un très bon casting, les acteurs sont tous très bons, et les fans du seigneur des anneaux seront ravi de revoir notre bon vieux Billy Boyd (Pippin) incarnant ici un matelot du surprise (Barrett Bonden ) Russel Crowe comme souvent crève l'écran.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. mars 08, 2006 7:37 pm

Image

En fait je crois savoir ce qui avait fait que j'avais pas trop tilté la première fois sur ce film :

---> C'était mon premier film avec Russel Crowe après le mémorable Gladiator, j'ai sans doute été un peu déçu "par comparaison" avec l'autre (bien que Master and commander soit très bon et Crowe central dans le film, et bien à l'image de sa personnalité, il dégage comme très souvent un charisme d'acteur incroyable. Vous ai-je déjà dis qu'il fait parti de mes deux -trois acteurs préférés ? maintenant c'est fait :mrgreen: !

---> Autre petite faiblesse du film : la profondeur, le scénario .. En fait avec mon résumé mon connaissez déjà tout le film !!

Et pourtant ! sa richesse n'est pas là assurément, car il y a plusieurs "sous thèmes" qui l'air de pas y toucher sont traités et qui font qu'on s'attache à cette oeuvre : Outre l'aspect historique et reconstitution d'une époque, d'une ambiance (celle des batailles navales de cette période) on a des réflexions sur le courage, sur la discipline, j'ai bien aimé aussi la personnalité du naturaliste amoureux de nature, qui rêve d'exploration et qui est entrainé malgré lui dans une quête où la mort guète à chaque instant. Beaucoup d'émotion se dégage de certains passages du film notamment par rapport à la mort des matelots. Les scènes sont simples, le film vise un certain réalisme (la reconstitution du navire, les costumes , tout ça confère une atmosphère vraiment difficile à oublier ;
On est vraiment projeté 2 siècles en arrière ) la contrepartie c'est que ce n'est PAS DU TOUT un film comme certains blockbusters hollywoodiens qui vise le spectaculaire avant tout et qui vise à en mettre plein la vue (malgré ce que laissait penser la bande annonce !!

Et ca marche car c'est pourtant ce qui se passe, on en a plein la vue, le film fait mouche (pour moi en tout cas c'est le cas)

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Kawouai
Le fleuve Léthé
Le fleuve Léthé
Avatar du membre
Messages : 5134
Enregistré le : mer. déc. 07, 2005 3:21 pm

Messagepar Kawouai » mer. mars 08, 2006 8:11 pm

La parodie fromagère du film? Munster et commander

Image

J'arrête de polluer le topic et jvais me mater le film. :lol:
tony puertou, tom Moussaka, Chris..polakino... bye bye

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. mars 08, 2006 8:12 pm

Bon choix mais .. Tu regardes pas le match ce soir ?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Roland
Maison du Verseau
Maison du Verseau
Avatar du membre
Messages : 1898
Enregistré le : ven. avr. 22, 2005 12:34 pm
Localisation : en haut de la Tour Sombre
Contact :

Messagepar Roland » mer. mars 08, 2006 8:13 pm

Tarabas a écrit :J'arrête de polluer le topic et jvais me mater le film. :lol:


bonne idée parce que ce film n'est pas mal du tout même si son scénario est un peu limite.
Je ne vise pas avec ma main, celle qui vise avec sa main a oublié le visage de son père. Je vise avec mon oeil.
Je ne tire pas avec ma main, celle qui tire avec sa main a oublié le visage de son père. Je tire avec mon esprit.
Je ne tue pas avec mon arme, celle qui tue avec son arme a oublié le visage de son père... Je tue avec mon Coeur

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. mars 08, 2006 8:16 pm

Tiens c'est marrant je suis en train de voir que le réalisateur (peter Weir) est l'auteur du cercle des poètes disparu, le film dont parlait Conan dans son dernier post dans la rubrique Poésie (film que je n'ai pas vu)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Roland
Maison du Verseau
Maison du Verseau
Avatar du membre
Messages : 1898
Enregistré le : ven. avr. 22, 2005 12:34 pm
Localisation : en haut de la Tour Sombre
Contact :

Messagepar Roland » mer. mars 08, 2006 8:18 pm

je te dirais que c'est ou à voir ou à lire, le cercle des poètes disparus c'est vraiment une très belle histoire.
Je ne vise pas avec ma main, celle qui vise avec sa main a oublié le visage de son père. Je vise avec mon oeil.

Je ne tire pas avec ma main, celle qui tire avec sa main a oublié le visage de son père. Je tire avec mon esprit.

Je ne tue pas avec mon arme, celle qui tue avec son arme a oublié le visage de son père... Je tue avec mon Coeur

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. mars 08, 2006 8:23 pm

Je tacherai de ne point l'oublier alors !!

Certains d'entre vous ont lu les romans de Patrick O Brian dont s'inspire le film ?
Modifié en dernier par phoenlx le mer. mars 08, 2006 8:26 pm, modifié 1 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Roland
Maison du Verseau
Maison du Verseau
Avatar du membre
Messages : 1898
Enregistré le : ven. avr. 22, 2005 12:34 pm
Localisation : en haut de la Tour Sombre
Contact :

Messagepar Roland » mer. mars 08, 2006 8:25 pm

j'espère que ça te plaira. :D

bon je vais y aller, c'est pas tout mais faut quand même bosser.
bonne soirée.
Je ne vise pas avec ma main, celle qui vise avec sa main a oublié le visage de son père. Je vise avec mon oeil.

Je ne tire pas avec ma main, celle qui tire avec sa main a oublié le visage de son père. Je tire avec mon esprit.

Je ne tue pas avec mon arme, celle qui tue avec son arme a oublié le visage de son père... Je tue avec mon Coeur

Kawouai
Le fleuve Léthé
Le fleuve Léthé
Avatar du membre
Messages : 5134
Enregistré le : mer. déc. 07, 2005 3:21 pm

Messagepar Kawouai » mer. mars 08, 2006 8:28 pm

Roland a écrit :j'espère que ça te plaira. :D

bon je vais y aller, c'est pas tout mais faut quand même bosser.
bonne soirée.
Que ton cosmos s'enflamme Roland :wink:
tony puertou, tom Moussaka, Chris..polakino... bye bye

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. mars 08, 2006 8:31 pm

Bonne soirée et bon courage Roland
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. mars 09, 2006 2:21 am

quelques informations sur l'auteur irlandais Patrick O Brian et son cycle de romans :
Image

Avec un million et demi d'exemplaires vendus, sans compter les traductions et les droits acquis par Goldwyn, l'Irlandais Patrick O'Brian est un auteur heureux. Grand, mince, d'une stricte élégance très britannique, ce jeune homme aux cheveux blancs, d'une courtoisie raffinée, pousse la coquetterie jusqu'à craindre que l'accroissement du nombre de ses lecteurs ne pèse sur la qualité de ses livres.

Après avoir vécu laborieusement de sa plume, traducteur de Simone de Beauvoir et de Joseph Kessel, biographe de Picasso, M. O'Brian s'est souvenu que, dans les années 30, il avait embarqué sur des voiliers de plaisance et joué les gabiers sur les vergues d'un trois-mâts barque. Il en avait gardé le souvenir et, grand lecteur de Mémoires, il a imaginé, en 1969, d'écrire un premier roman historique, Maître à bord, mais ce n'est qu'en 1992, avec son succès aux Etats-Unis, qu'il a connu la gloire de tirages astronomiques, exploitant un filon dont, au fil des volumes, les pépites sont devenues fort lourdes. Le secret de la réussite de Patrick O'Brian réside dans son art d'évocation de la vie à bord des navires de Sa Très Gracieuse Majesté à l'époque des guerres napoléoniennes. Le récit s'enrichit des caractères de ses héros: duo formé par le capitaine de vaisseau Jack Aubrey et le médecin et agent secret Stephen Maturin, personnalité aux yeux des officiers de marine et sur les navires qu'ils commandent.
Il s'égaie d'humour, souvent aux dépens des fantassins, comme lorsque l'auteur écrit: «Deux officiers généraux d'une stupidité remarquable même pour l'armée».

Vivant depuis près de cinquante ans dans une petite maison des Pyrénées-Orientales, face à la Méditerranée, menant une existence quasi monacale, l'écrivain fait paraître à 82 ans, avec Expédition à l'île Maurice (Presses de la Cité), le dix-huitième volume de son extraordinaire saga: le capitaine Aubrey, à la conquête de l'île Bourbon et de l'île de France, accède à la dignité de commodore. Deviendra-t-il amiral, dans l'un des deux derniers romans qui, affirme M. O'Brian, avec les Cent-Jours et l'exil de Napoléon, clôtureront la série, au grand désespoir de millions de lecteurs?

(article de Jean-Michel Barrault, 1997, source : le site lire.fr )

Patrick O'Brian est décédé 3 ans après cet article , en 2000 ..

Lire aussi :
* http://www.livresplus.com/data/cr0201.html

* la decription de l'encyclopédie wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_O'Brian

Patrick O'Brian (1914 - 2000), né Richard Patrick Russ à Londres, a choisi de se présenter comme irlandais.

Sa bibliographie :
* Maître à bord (1970)
* Capitaine de vaisseau (1972)
* La Surprise (1973)
* Expédition à l'île Maurice (1977)
* L'île de la désolation (1978)
* Fortune de mer (1979)
* La citadelle de la Baltique (1980)
* Mission en mer Ionienne (1981)
* Le port de la trahison (19)
* De l'autre côté du monde (1984)
* Le revers de la médaille (1986)
* La lettre de marque (1988)
* Le rendez-vous malais (1989)
* Les tribulations de la muscade (1991)
* L'exilée (1992)
* Une mer couleur de vin (1993)
* Le commodore (1994)
* Le blocus de la Sibérie (1997)
* Les cent jours (1998)
* Pavillon amiral (1999)

ImageImage
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Master and Commander

Messagepar phoenlx » ven. sept. 18, 2015 7:14 pm

est-ce que certains ont lu ces romans ? c'est bien ?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93487
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Master and Commander

Messagepar Scarabéaware » lun. sept. 10, 2018 11:53 pm

Je viens de le voir ce soir, c'est du bon et du bien agréable qui nous entraine en pleine mer durant les guerres napoléoniennes, proposant une confrontation en plusieurs rounds entre un navire anglais qu'est le Surprise et un navire français qui fait une résonance de mort avec ce nom qu'il possède, Achéron. C'est un plaisir de retrouver Russell Crowe, en capitaine livrant cette bataille et qui de proie passe à prédateur, faisant en sorte de traquer l'Achéron plutôt que d'être soumis à ce que représente ce vaisseau plus moderne que le sien, il s'agit de bien appliquer de la tactique face au mastodonte. Russell Crowe est donc impeccable, c'est fort de sa présence, mais il est aussi bon d'y voir Billy Boyd, notre cher Pippin, c'est pas mal avec lui aussi, par contre je regrette juste un truc dans le fait de pousser la chansonnette, c'est quand il y a le solo d'un marin de l'équipage, que ce ne soit pas lui qui chante en fait. Bon après l'autre c'est bien aussi, mais du Billy Boyd encore au chant comme ça, ça aurait encore mieux pour rappeler le Seigneur des Anneaux :mrgreen:. Autrement concernant Paul Bettany, très bien aussi en médecin naturaliste dont le rôle permet une belle occasion de profiter un moment des Galapagos ^^. Assurément c'est bien d'avoir cette atmosphère de poursuite de l'Achéron pour lui faire son affaire, avec un esprit de détente (peut être un peu trop par instant lol) en attendant de passer au sérieux quand il s'agit de livrer bataille, et que là ça ne badine pas, mais voila, pour les Galapagos ça ajoute de belles petites séquences, surtout après ne pas suffisamment s'y être arrêté de prime abord. Du coup y a un malheureux accident qui fait du bonheur à ce qu'on puisse savourer quelque peu de profiter de l'endroit avec sa faune de quoi être plus pas mal contenté ^^.

Enfin voila, c'est aussi du assez terrible ce qu'il se passe avec certains membres d'équipages qui trouvent la mort dans cette confrontation qui donne de ses bonnes petites scènes de combat marin, mais aussi font face aux aléas. Au niveau du rythme on a une petite part de contemplation et l'on prend un bon temps quand à en venir à l'objectif fixé, une obsession qui taraude notre cher capitaine, de faire rendre les armes à l'ennemi. Dans tous les cas le courage est largement mis à l'épreuve pour tout ce monde, un équipage bien hétéroclite, de tous les âges, y a du moussaillon qui apprend la dureté de la vie :mrgreen:. Tain d'ailleurs pensée pour l'un d'eux qui se retrouve amputé d'un bras, un acteur qui me disait quelque chose qui plus est, il s'agit de l'acteur qui joue le jeune petit con d'Octave dans la saison 1 de Rome :mdr:.

Somme toute on est bien embarqué dans tout ceci, de quoi se faire plutôt bien happé, sans que ce soit complètement effrénée il est livré une bonne œuvre prenant place dans ce contexte et qui se fait assez réaliste :D. On respire bien le grand large ^^.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Master and Commander

Messagepar phoenlx » mar. sept. 11, 2018 7:27 pm

oui moi j'aime beaucoup ce film et je trouve qu'il se bonifie quand je le revois.

Je le regarde toujours sur mon vidéo-projecteur et ça m'immerge totalement ; c'est un film qu'il vaut mieux éviter de voir sur un petit écran, même sur une TV assez basique je dirais, il vaut mieux un bon écran assez grand, de bonnes enceintes, du bon son. J'adore les passages de bataille navale, les canonades, et certains silences entre chaque. Visuellement superbe, du grand Russel Crowe comme souvent, il a une vraie présence et je crois même que c'est le rôle de lui que je préfère après celui de Maximus dans Gladiator. Peter Weir est un bon réalisateur bien que moins connu que d'autres, il faudrait que j'explore un peu plus sa filmo (il a fait aussi Le cercle des poètes disparus qui est un très bon film avec Robin Williams, The truman show, réputé aussi (que je n'ai pas vu) et d'autres
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93487
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Master and Commander

Messagepar Scarabéaware » mar. sept. 11, 2018 7:55 pm

Oui c'est sur qu'un tel film ça doit être encore mieux sur grand écran avec son immensité, je l'aurai vu sur mon ordi mais ça permet quand même une bonne expérience, je l'en aurai quand même plutôt bien apprécié. En tout cas oui ça nous fait bien de bonnes séquences, et Russel Crowe en impose bien de son charisme mais ça c'est sur qu'on a de quoi garder premier sa prestation dans Gladiator. Maintenant il faudra que je vois Le cercle des poètes disparus, ça fait un moment que je dois le faire aussi, vais m'en occuper d'ici quelques temps également :D.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Master and Commander (de Peter Weir)

Messagepar phoenlx » mer. mars 20, 2019 6:10 pm

Je me suis revu ce film aujourd'hui, gros plaisir, encore une fois.

Peter Weir est vraiment un très bon réalisateur, il faudrait que j'explore le reste de sa filmo. Russel Crowe je le trouve très marquant dans ce film, et Paul Bettany aussi, d'une manière profondément différente. On peut d'ailleurs noter que les deux acteurs avant ce film, s'étaient déjà croisé dans le film Un homme d'exception (de Ron Howard).

J'en ai profité pour explorer en profondeur les bonus de mon DVD collector (j'ai l'impression que dans le passé je l'avais fais seulement partiellement, là j'ai à peu près tout regardé, notamment les scènes de tournages, l'entraineur des acteurs pour les scènes de navigation, de canonnade, l'entrainement au combat, l'entrainement de Crowe à jouer au violon etc !
On peut noter qu'ils ont été surtout chercher des acteurs de théâtre britannique ; Beaucoup sont apparemment de grands et talentueux acteurs qu'on a pu voir dans des séries, or (et ça peut paraître un peu dommage) ils sont finalement souvent dans l'arrière plan de ce film, c'est surtout le tandem Crowe / Bettanny qui sont à l'honneur et deux trois autres (par exemple Billy Boyd, qu'on peut voir dans le seigneur des anneaux - Pippin ^^ - il a vraiment un petit rôle, mais que j'aime bien :mrgreen: et c'est un peu le cas de tous finalement, ils ont beau parfois être plus dans le background de film, je trouve que ça fonctionne parfaitement.

Peter Weir dit dans les commentaires qu'il n'a pas cherché à faire un film épique classique, mais montrer une espèce de moment historique. Comme si on était projeté, l'espace d'un instant fugace deux siècles en arrière à l'époque des guerres napoléoniennes, sur ce genre de navires de la marine anglaise. J'adore cet aspect du film. Il s'ouvre, on est tout de suite immergé avec cet équipage, on le suit pendant deux heures (presque toujours en restant sur le bateau) puis on le quitte à la fin.
Le réalisateur s'est aussi rendu dans divers lieux historiques comme le musée de Greenwich, afin de se familiariser avec des objets de cette époque.

Dans les petites scènes ajoutées (coupées au montage, qui sont assez nombreuses d'ailleurs) on peut voir entre autre d'autres scènes avec Paul Bettany jouant le naturaliste, alors qu'il observe la faune des Galapagos. Dommage qu'ils n'aient pas inclue cette scène (on peut noter au passage que c'est la première fois qu'un film a tourné des scènes dans ces iles fameuses, iles qui eurent comme vous le savez une grande importance aussi sur Charles Darwin dans l'élaboration de sa théorie de l'évolution)

Toujours parmi les scènes ajoutées, on a également une scène où l'équipage (de nuit) entend ce qui semble être une baleine, c'est une belle scène que j'aurais aussi aimé voir, pour son ambiance, et d'autres. Ainsi que plein d'autres très beaux plans sur le bateau, sur la vie à bord etc.

Sur le wikipédia de ce film, on apprend aussi des choses assez croustillantes :mrgreen:

Le film combine des éléments tirés de différents romans de Patrick O'Brian, tirée de l'histoire vraie du marin Thomas Cochrane. L'intrigue principale est tirée de De l’autre côté du monde, rapportant un épisode de la guerre anglo-américaine de 1812. Toutefois, dans la version cinématographique, l'action prend place en 1805, soit lors des guerres napoléoniennes, au lieu de 1812, à la demande semble-t-il des producteurs, afin de ne pas dépeindre des Américains dans la position de méchants devant une audience américaine. En conséquence, le vaisseau français l’Acheron, fictif, remplace la frégate américaine USS Norfolk du roman éponyme.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93487
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Master and Commander (de Peter Weir)

Messagepar Scarabéaware » mer. mars 20, 2019 6:37 pm

Il faudrait aussi se voir The Truman Show de lui, critique de la télé réalité.

Bon pis alors dans les bonus, niveau des scènes coupées au montage ça aurait bien que certaines soient incluses finalement, ça m'aurait d'ailleurs pas déplu qu'on passe plus de temps du côté des Galapagos moi, j'aime beaucoup ces instants à profiter du coin :mrgreen:. Y a de belles petites choses, faudra que je zyeute aussi ces scènes ^^.

Sinon je crois qu'on a guère de quoi s'étonner quand à la demande des producteurs de ne pas présenter des américains méchants dans cette histoire :mrgreen:.

Autrement pour ce qui est de l'ensemble des acteurs, oui ça fonctionne très bien à ce que beaucoup soient malgré tout des personnages secondaires même s'ils ont du talent, il était pas forcément possible de faire ressortir absolument tout le monde mais bon chacun se fait apprécier de toute façon :D.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 320669
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Master and Commander (de Peter Weir)

Messagepar phoenlx » mer. mars 20, 2019 10:27 pm

J'aime beaucoup ce film, et notamment les scènes aux galapagos mais pas seulement
il y a une belle alchimie je trouve, entre les acteurs, les décors, le navire, un bon dosage entre le côté épique, les scènes de vie sur le bateau, les dialogues, la mer, les personnalités de Crowe et du naturaliste (qui s'opposent un peu et se complètent dans l'amitié) ;
J'ai aussi fais attention à la musique, ce n'est pas une musique très présente, on est loin des ambiances du seigneur des anneaux, ou de star wars, la musique se fait discrète mais elle accompagne plutôt bien les scènes. parfois elle est totalement absente puis on a des bruits de tambours, ou une musique assez simple finalement mais efficace et qui vient souligner l'arrivée de l'achéron, la tension, le rapprochement de la menace, c'est en général plutôt bien senti, et mélangé de temps à autre à d'autres ambiances (musique classique, notamment du Mozart, et sonorités irlandaises)

il est cool ce film et je trouve la reconstitution du navire excellente, on y croit vraiment. Dans beaucoup de blockbusters épiques moi j'ai du mal, même si les effets spéciaux et reconstitutions sont bien faits, il y a toujours des scènes qui m'énervent, et où je bloque, soit à cause d'un problème d'échelle, un décor qui à un moment donné fait trop fake, ou alors (gros travers actuel) les effets numériques (typiquement dans les films Marvel ou tiens dans le roi singe que j'ai vu il y a deux jours)
Là dans ce film Master and commander, je ne trouve absolument rien qui me choque, mais ça vient aussi du fait que l'ambiance est plutôt posée, assez lente finalement, et réaliste. Les deux navires se pourchassent, jouent un peu au chat et à la souris, se traquent, mais les mouvements sont réalistes on n'a pas des vitesses super accélérées ou bizarres ou des mouvements venus d'on ne sait où comme d'autres réalisateurs auraient pu le faire histoire de mettre des scènes d'action pour épater la galerie. Bref Peter Weir il a tout compris, c'est vraiment le type de réalisateurs que j'aime ; j'en peux plus du style plein de blockbusters actuels, c'est tellement mieux de voir ce genre de films qui nous embarquent dans un vrai trip pendant deux heures, c'est à la fois le dépaysement total, et le réalisme, donc on y croit. Il y a le facteur humain qui est aussi au coeur du film, les relations entre membres de l'équipage. C'est une histoire simple, mais efficace, et je trouve que ce rôle est taillé pour un acteur comme Russel Crowe.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

SauronGorthaur
L'Ile flottante
L'Ile flottante
Avatar du membre
Messages : 67883
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Master and Commander (de Peter Weir)

Messagepar SauronGorthaur » mer. mars 20, 2019 10:43 pm

Le film en lui-même est pas mal oui
Image


Retourner vers « Télévision, cinéma, séries »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités