Des Hommes et des Dieux

Tout sur le septième art et la télévison.
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306704
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Des Hommes et des Dieux

Messagepar phoenlx » mar. mars 01, 2011 4:04 pm

Image

Aujourd'hui j'ai vu Des hommes et des dieux, avec Lambert Wilson ( le film qui a remporté les césars cette année, et qui relate les derniers jours des moines français de Tibérine en Algérie, assassinés sauvagement par des islamistes)

J'hésite à qualifier le film , car évidemment, c'est très sombre, comme on peut s'y attendre vu le thème, je m'y étais préparé bien sûr et je connaissais l'histoire .. pas le genre de film à aller voir quand on est dépressif or il se trouve que je le suis un peu en ce moment, c'est mon côté sadomaso :lol: mais je voulais le voir vu qu'il repasse.
J'ai été un petit peu déçu , pas spécialement par rapport au film en soi, je pense que si je l'avais vu à sa sortie en Septembre, je l'aurais qualifié de bon film, malgré quelques longueurs et une forme qui moi en tant que spectateur ne m'a pas vraiment convaincu ( le parti pris du réalisateur par exemple d'accompagner le film par aucune bande son, à part les chants des moines qui reviennent de manière omniprésente, je le respecte car c'est aussi une manière de montrer un film qui s'ancre dans la réalité, pour qu'on s'attache sans doute plus aux personnages, que ça ait l'air vrai, pour virer toute forme de pathos et autre. Je respecte mais du coup, le film par moment m'a un peu ennuyé).

Mais dans le contexte des Césars ( qui le consacre film de l'année ) j'aurais tendance à être un peu plus sévère , c'est un peu le paradoxe pervers d'aller voir un film APRES les prix et récompenses plutôt qu'avant, on est plus exigent.

Le jeu des acteurs oscille entre le bon ( Lambert Wilson notamment m'a plutôt convaincu) et le plus moyen, j'étais surpris pour un film à Césars ( peut-être suis-je sévère ) le dernier quart d'heure du film en revanche est prenant et fort, évidemment, quand les moines sont capturés et l'une des répliques prononcée par Lambert Wilson tout à la fin, pendant que nos yeux se posent sur un paysage de neige, est je pense un vrai texte sans doute écrit ou prononcé par ces moines ( il faudrait vérifier mais je l'ai ressenti ainsi ) ; Il explique en gros leur sentiment après qu'ils aient pris la décision de rester, se doutant qu'ils auraient à affronter la mort , et comment ils cherchent à travers cet acte à trouver une source de joie et d'espérance malgré tout

J'ai vraiment du mal à en parler tout comme j'ai du mal à parler du film en général et des thèmes qu'il traite, car je ne suis pas religieux, or c'est un film entre une folie religieuse ( la folie islamiste radicale ) qui s'oppose à d'autres religieux ( pacifistes, mais qui ont un mode de raisonnement qui n'est pas le mien, la philosophie chrétienne, tendre la joue pour la deuxième baffe, aimer ceux qui nous tuent etc , ne pas répliquer, se laisser assassiner comme des moutons. J'ai vraiment du mal avec ça et moi à la place de ces moines, j'aurais fui bien avant, ou aurait accepté sans doute la protection de l'armée, mais on peut comprendre leurs questionnements , leurs doutes, lorsqu'ils ont le choix entre la peur de la mort par les islamistes ou se faire protéger par un gouvernement corrompu.. Cruel dilemme pour ces hommes qui cherchent à être avant tout des hommes de paix.

Et donc pour résumer, un film en contraste. Evidemment, si on est pas passionné par le thème, ou au moins un peu intéressé, je ne sais pas vraiment s'il faut aller le voir, c'est sombre, déprimant je trouve ( décidément les films à césars sont souvent déprimants, je me souviens des invasions barbares il y a quelques années et d'autres .. )

Aucune bande son, moi ça m'a parfois un peu ennuyé même si comme j'ai dis, je peux comprendre ce choix. Des longueurs ( je trouve , mais sans doute aussi voulues, le film cherchant à nous immerger dans la vie monacale de ces hommes et comme on peut s'en douter, une vie monacale, c'est pas très agité :mrgreen: )

Quand je dis qu'il n'y a aucune musique en fait c'est faux pour 2 raisons : les chants des moines ( qui sont en même temps un peu des prières ) et à un moment du film peu avant l'enlèvement final, il y a la musique du lac des cygnes de Tchaïkovsky ( drôle de hasard c'est aussi la musique d'un autre grand film du moment qui fait beaucoup parler de lui : Black Swan de Darren Aronovsky, avec Natalie Portman ! )
On voit alors les moines à table s'échanger des regards, mais bizarrement j'ai eu un peu de mal à me prendre à l'émotion que cherche à distiller le film à cet instant , peut-être à cause du jeu des acteurs, ou de la manière dont c'est amené.

J'ai appris peu de choses à travers le film que je ne savais pas déjà, à part une chose ( En fait les islamistes après avoir capturé ces moines avaient demandé au gouvernement français de libérer pas mal de prisonniers , revendication qui n'a apparemment pas été tenue comme on s'en doute - ce serait céder à la terreur et leur donner raison - mais j'ignorais ce détail et je pensais qu'ils avaient été assassinés gratuitement sans autre motif ; La conséquence pour eux est tout aussi terrible bien sûr sinon)

On peut aussi dire pour terminer que la violence ( et c'est sans doute heureux, on est pas dans un film américain) est rarement montrée, en fait on ne voit qu'une fois un homme se faire égorger au début du film, le reste est plus suggéré, la peur est suggérée ; On est pas dans le pathos inutile.

La question que je me pose après avoir vu ce film qui me remémore cette tragédie c'est : A quoi leur mort ( et surtout leur courage de rester sur place à l'époque) aura t'elle servi ?

J'avoue que ça me laisse pas mal perplexe, surtout quand je vois le monde actuel en particulier dans ces pays d'Afrique du Nord, et la situation de l'islamisme aujourd'hui, et à l'époque ( j'aurais tendance à dire que c'est encore bien pire , peut-être pas en Algérie mais si on regarde les choses plus globalement )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Retourner vers « Télévision, cinéma, séries »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité