La guerre de Boshin

Culture asiatique au sens large, sujets sur le Japon, la Chine, religions et arts asiatiques, calligraphie, univers des samouraï, mythes et légendes, kojiki, yokaï, littérature et Histoire japonaise ou d'autres pays Extrême Orientaux, cuisine japonaise etc.
Bélier Aries
Maison du Sagittaire
Maison du Sagittaire
Avatar du membre
Messages : 7335
Enregistré le : jeu. janv. 07, 2016 12:11 pm
Localisation : Dans un monde parallèle, Rodorio, Mont Olympe
Gender :

La guerre de Boshin

Messagepar Bélier Aries » sam. sept. 09, 2017 6:56 pm

(Sera régulièrement complété et amélioré)

Date : du 3 janvier 1868 au 18 mai 1869
Lieu : Japon
Issue : Victoire de l'Empereur, fin du Shogunat, Restauration du pouvoir impérial

Belligérants :
D'un côté le domaine de Satsuma, le domaine de Shoshu, le domaine de Tosa, le domaine de Saga, avec le soutien du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande (Reine Victoria), sous le commandement de l'Empereur Meiji

De l'autre côté, le Shogunat Tokugawa et le Shinsengumi, le domaine d'Aizu, le domaine de Jozai, le domaine de Nagoya, avec le soutien de l'empire Français (Napoléon III), sous le commandement de Tokugawa Shoshinobu (le dernier Shogun) et Enamoto Takeaki


La guerre de Boshin (戊辰戦争, Boshin sensō, littéralement « guerre de l'année du dragon ») est une guerre civile japonaise qui débuta en janvier 1868 sous le règne de l'empereur Meiji, quelques mois après la restitution du pouvoir suprême à l'empereur, et qui se poursuivit jusqu'en mai 1869. Elle vit principalement s'affronter, d'une part, les armées des clans de Satsuma, de Chōshū, de Tosa et leurs alliés, proches de l'Empereur et, d'autre part, les troupes appartenant au gouvernement shogunal d'Edo et les clans qui lui restèrent fidèles. Les clans de Satsuma, de Chōshū et de Tosa cherchaient à supplanter par la force le parti adverse et à éviter que l'autorité impériale ne fût désormais exercée sous une forme fédérale par l'ensemble des clans. Elle marque une coupure emblématique entre l'époque d'Edo et l'ère Meiji.

Environ cent vingt mille hommes furent mobilisés pendant le conflit et trois mille cinq cents d'entre eux furent tués. À la fin de cette guerre, les troupes impériales victorieuses abandonnèrent la politique d'expulsion des étrangers et le pouvoir se lança dans une politique de modernisation continue, ce qui déclencha la rébellion de Satsuma.

Le 27 janvier 1868, les forces shogunales attaquaient les forces des clans Chōshū et Satsuma. Le combat eut lieu près de Kyōto, à Toba-Fushimi. Une partie des quinze mille hommes du Shogun avaient été entraînée par les militaires français tel le Denshūtai mais la grande majorité de ses troupes restaient des samouraïs. Les forces de Satsuma et Chōshū, bien que trois fois moins nombreuses, étaient, elles, complètement modernisées.

Au début du mois de février, avec l'aide de l'ambassadeur français Léon Roches, un plan fut établi pour stopper l'avancée des troupes impériales à Odawara, dernier point stratégique avant Edo. Cependant Yoshinobu Tokugawa décida d'annuler ce plan. Choqué, Léon Roches quitta son poste auprès du shogun. Sous l'influence du ministre britannique Harry Parkes, les nations étrangères signèrent un traité de neutralité, s'engageant à ne pas intervenir et à n'envoyer d'armes et de munitions à aucun des deux camps.

Takamori Saigō conduisit les troupes impériales à travers le Sud d'Honshū, gagnant la bataille de Kōshū-Katsunuma. Edo se rendit en mai 1868. Certains groupes des environs de la capitale continuèrent de résister mais furent défaits à la bataille d'Ueno. Le commandant de la marine shogunale, Takeaki Enomoto, refusa de se rendre et partit avec sa flotte (huit navires de guerres et deux mille hommes) vers le nord dans l'espoir de pouvoir tenter plus tard une contre-attaque. Il fut accompagné par une poignée de militaires français dont Jules Brunet qui venait de quitter l'armée française pour combattre aux côtés des rebelles.

Après la défaite des troupes de Yoshinobu Tokugawa, la réclusion forcée de celui-ci et la confiscation de ses terres, la plus grande partie du Japon accepte le pouvoir de l'empereur. Mais dans le Nord de l'île de Honshū, plusieurs daimyos avec à leur tête celui du clan Aizu forment une coalition pour combattre les troupes impériales. Cette coalition disposait d'une armée de cinquante mille soldats. Officiellement, la tête de la coalition était Yoshihisa Kitashirakawa, qui fut surnommé « empereur Tobu ».

La flotte de Takeaki Enomoto arriva à Sendai, le fief du clan Aizu, le 26 août. Les troupes de la coalition, bien que nombreuses, étaient très mal équipées. L'armement moderne y était très rare si bien que l'on alla jusqu'à construire des canons en bois renforcés par des cordes pour tirer des grosses pierres. Ces canons ne pouvaient tirer que quatre ou cinq projectiles avant d'être brûlés. De son côté, le daimyo de Nagaoka se procura des armes à feu françaises (2 000) et allemandes.

En mai 1868, le daimyo de Nagaoka infligea de lourdes pertes aux troupes impériales lors de la bataille de Hokuetsu mais son château fut détruit et la progression des troupes impériales vers le nord continua en infligeant au passage une défaite au Shinsengumi à la bataille de la passe de Bonari. Après cette victoire, les troupes impériales se lancèrent à l'assaut du château d'Aizuwakamatsu (bataille d'Aizu). Les troupes impériales furent encore une fois victorieuses et en 1868, Sendai devint intenable pour les troupes shogunales. La flotte d'Enomoto quitta donc Sendai pour Hokkaidō. Le 26 octobre toute l'île de Honshū était contrôlée par l'empereur. L'ère Meiji commençait.

À la suite de sa défaite à Honshū, Takeaki Enomoto partit vers Hokkaidō avec les restes de sa flotte et avec quelques militaires français. Ensemble ils organisèrent un gouvernement avec l'objectif d'établir une nation indépendante sur cette île : la République indépendante d'Ezo. Enomoto proposa aux partisans de l'empereur de donner Hokkaidō au shogun et de placer le shogun comme vassal de l'empereur, mais cette proposition fut déclinée.

Durant l'hiver, la république fortifia son système défensif qui était verrouillé par la forteresse Goryōkaku à Hakodate.

La marine impériale japonaise arriva au port de Miyako le 20 mars mais s'attendant à cette arrivée, les troupes d'Ezo préparèrent un plan : une attaque surprise qui eut pour effet d'endommager trois navires de guerre. Néanmoins, les forces impériales furent victorieuses peu après lors de la double bataille, navale et terrestre, d'Hakodate, qui mit fin à la guerre, Takeaki Enomoto acceptant de se rendre et faisant sa soumission à l'empereur le 18 mai 1869.

Il y eut de nombreuses batailles que je détaillerai plus tard :
- Bataille de Toba-Fushimi
- Bataille d'Awa
- Chute du château d'Osaka
- Bataille de Kōshū-Katsunuma
- Bataille du château d'Utsunomiya
- Bataille d'Ueno
- Chute d'Edo
- Bataille de Hokuetsu
- Bataille de la passe de Bonari
- Bataille d'Aizu
- Bataille de Noheji
- Bataille de la baie de Miyako
- Bataille de Hakodate
- Bataille de la baie de Hakodate

Cette guerre est un épisode souvent oublié de l'histoire du Japon puisque l'on considère que la révolution Meiji fut une révolution sans violence. Cependant cette guerre est maintenant plus connue puisque certains aspects du conflit et notamment ses conséquences (rébellions) ont été illustrés dans le jeu vidéo Total War: Shogun 2 - La Fin des samouraïs et dans le manga yaoï Fuyu no Semi de Yūka Nitta. Mentionnons aussi la série animée Bakumatsu Kikansetsu Irohanihoheto qui se déroule durant cette période et traite des évènements les plus importants de cette guerre sous couvert d'un récit fantastique de traque d'un esprit démoniaque (Hasha no kubi : la tête du Conquérant).

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Boshin
Je suis une fille
Ne vous fiez pas à mon pseudo : je suis capricorne
Suite à un problème familial (hospitalisation de mon père), je suivrai le forum de loin pendant quelques temps
Absente pour une durée indéterminée

yoko
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11110
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: La guerre de Boshin

Messagepar yoko » sam. sept. 09, 2017 8:17 pm

Moi ce que je remarque c'est que nous français nous avons soutenu le passé, le mauvais camp et que l'on est toujours dans le camp des loosers. Mais ça je suis sur que c'est fait pour, la France a toujours été rivale de l'Angleterre... donc soutenir le Bakufu était forcément logique.
Image

"Ne pas être anarchiste à 16 ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de tête" G.Bernard Shaw

« Les écolos nous polluent l’existence »

Bélier Aries
Maison du Sagittaire
Maison du Sagittaire
Avatar du membre
Messages : 7335
Enregistré le : jeu. janv. 07, 2016 12:11 pm
Localisation : Dans un monde parallèle, Rodorio, Mont Olympe
Gender :

Re: La guerre de Boshin

Messagepar Bélier Aries » sam. sept. 09, 2017 8:54 pm

Surtout que l'armée du Shogun se battait avec des sabres et quelques fusils alors que les troupes de l'empereur Meiji avaient des canons, c'était déséquilibré, de plus, beaucoup de daymios ont abandonné le Shogun
Je suis une fille
Ne vous fiez pas à mon pseudo : je suis capricorne
Suite à un problème familial (hospitalisation de mon père), je suivrai le forum de loin pendant quelques temps
Absente pour une durée indéterminée

yoko
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11110
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: La guerre de Boshin

Messagepar yoko » mar. sept. 26, 2017 10:49 am

Pendant la guerre de Boshin, un français s'y est illustré particulièrement, il s'agissait de l'officier Jules Brunet, militaire qui est venu armer et entraîner l'armée du Shogun Tokugawa.

Biographie sur Wikipédia pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce personnage.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Brunet
Image

"Ne pas être anarchiste à 16 ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de tête" G.Bernard Shaw

« Les écolos nous polluent l’existence »

Bélier Aries
Maison du Sagittaire
Maison du Sagittaire
Avatar du membre
Messages : 7335
Enregistré le : jeu. janv. 07, 2016 12:11 pm
Localisation : Dans un monde parallèle, Rodorio, Mont Olympe
Gender :

Re: La guerre de Boshin

Messagepar Bélier Aries » mar. sept. 26, 2017 4:49 pm

Jules Brunet, qui a inspiré le personnage principal du film "le dernier Samourai"
Je suis une fille
Ne vous fiez pas à mon pseudo : je suis capricorne
Suite à un problème familial (hospitalisation de mon père), je suivrai le forum de loin pendant quelques temps
Absente pour une durée indéterminée

SauronGorthaur
Le printemps d'Aman
Le printemps d'Aman
Avatar du membre
Messages : 68159
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: La guerre de Boshin

Messagepar SauronGorthaur » mar. sept. 26, 2017 8:49 pm

Bélier Aries a écrit :Jules Brunet, qui a inspiré le personnage principal du film "le dernier Samourai"

personnage transformé en Américain, dans un contexte de tensions et de haine des Français aux USA suite aux refus de Chirac de suivre Bush dans sa folie irakienne :siffle:
(En travaux)

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322237
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: La guerre de Boshin

Messagepar phoenlx » mar. oct. 29, 2019 10:14 pm

statue de SaigoTakamori le fameux dernier samouraï avec son fidèle compagnon, à l'entrée du parc de Ueno, quartier de Tôkyô

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Culture et cinéma asiatiques »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité