Under The Skin (film avec Scarlett Johansson)

La Science-fiction au cinéma, en littérature, voire en BD : sagas futuristes, space opera, cyberpunk, dystopies, uchronies, récits post apocalyptiques ...
Fenrir
cascade gelée
cascade gelée
Avatar du membre
Messages : 2455
Enregistré le : mer. déc. 19, 2012 11:22 pm
Localisation : Asgard

Under The Skin (film avec Scarlett Johansson)

Messagepar Fenrir » mar. févr. 11, 2014 7:00 pm

Image

Under the Skin est un film de science-fiction britannique réalisé par Jonathan Glazer, sorti le 4 avril 2014 aux Etats-Unis après avoir été présenté dans plusieurs festivals en 2013. La sortie française est prévue le 25 juin 2014. Il s'agit d'une adaptation du roman Sous la Peau de Michel Faber.

Image

Avec Scarlett Johansson.

Synospis

Sur les routes d'Ecosse, un auto-stoppeur fait la rencontre de Laura (Scarlett Johansson), une extraterrestre à forme humaine arrivé sur Terre pour séduire des hommes avant de les faire disparaître...


Fenrir
cascade gelée
cascade gelée
Avatar du membre
Messages : 2455
Enregistré le : mer. déc. 19, 2012 11:22 pm
Localisation : Asgard

Re: Under The Skin

Messagepar Fenrir » ven. juin 06, 2014 12:33 pm

Il a cartonné niveau critiques ce film :shock: :D :jap:
Image

The Force is strong in my family , My father has it , I have it , My sister has it ,You have that power too - Luke Skywalker

Somewhere
Les confins du temps
Les confins du temps
Avatar du membre
Messages : 60487
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar Somewhere » ven. juin 06, 2014 12:35 pm

Oué je vais essayer de le voir celui-là.

Et puis Scarlett quoi. :siffle:

Eusebes
Les ruines de Mime
Les ruines de Mime
Avatar du membre
Messages : 2580
Enregistré le : lun. sept. 17, 2012 10:14 pm

Re: Under The Skin

Messagepar Eusebes » sam. juin 07, 2014 11:26 am

Lol c'est vrai que la présence de Scarlett Johansson est un sacré plus. Mais l'histoire en elle-même a l'air intéressante, c'est un grand classique.

Somewhere
Les confins du temps
Les confins du temps
Avatar du membre
Messages : 60487
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar Somewhere » ven. juin 20, 2014 11:00 am

On a vu "Under The Skin" avec Scarlett Johansson en alien nymphomane

Image

"Under the skin" raconte l'odyssée d'une extraterrestre séduisant les hommes avant de les faire disparaître. Scarlett Johansson, star Hollywoodienne en terre Écossaise dans un film noir expérimental, sidéral et cosmique. Pour public averti.

Dans une Écosse belle et dangereuse, humide et sauvage, Under the skin (en salles mercredi prochain) suit le parcours d'une alien - Scarlett Johansson en brune sexy et envoûtante aux lèvres rouges pulpeuses - qui use de ses charmes pour séduire des hommes sur la route, à bord d'une camionnette, avant de les faire disparaître. "Vous avez une famille? Vous allez retrouver quelqu'un? Montez, je vous dépose", répète-t-elle à des inconnus esseulés qui connaîtront tous le même sort funeste. Dépourvue de toute émotion au début du film, l'extraterrestre va au fil de ses rencontres décrypter l'âme des humains en les observant, en cherchant à savoir ce qu'ils ressentent lorsqu'ils mangent ou font l'amour. Dans ce film noir glacial, sidéral et expérimental, conçu comme un conte moderne pour adultes matérialisant l'insondable et le tréfonds, Scarlett Johansson incarne une femme fatale qui dissout les hommes dans le silence des ténèbres. Une poupée démoniaque en pleine odyssée métaphysique, sorte de mante religieuse prise au piège d'une découverte tardive : celle de ses émotions et donc de son humanité. Jonathan Glazer (trois films en quinze ans) est un surdoué, ancien clippeur ayant notamment travaillé pour les groupes de rock Massive Attack et Radiohead. On lui doit deux premiers films inconfortables : Sexy Beast (2000) et Birth (2004). Ici, le réalisateur britannique bouscule les rapports homme-femme, met en scène la disparition d'hommes entraînés dans une mer de laque noire dans laquelle ils s'enfoncent doucement tandis que l'alien se déshabille devant eux.

Etrange, vous avez dit étrange ?

Oscillant entre entre aveuglement et illumination, Under The Skin estampille son auteur "sculpteur de masses d'ombre". Certaines séquences, traumatisantes, rendent la projection inconfortable et l'on perçoit bien les limites d'un tel exercice (volonté têtue d'opacité, liquidation des repères narratifs usuels, suresthétisation clippesque, souvent dans la pose et la «bizarreté»). Pourtant, la sidération est totale, d'un bout à l'autre. Le plaisir à regarder ce film unique réside dans la radicalité propre au cinéma-guérilla devenue denrée rare, dans l'horreur nocturne et la beauté cosmique confondus, dans la mélancolie inhérente à l'errance solitaire, dans la lente dévoration des hommes par la mutante végétale comme suspendus à un dernier souffle, dans la fascination à regarder une actrice Hollywoodienne se perdre dans les limbes écossaises mythiques hantés par des créatures, dans la capacité à réinventer le monde à travers des yeux vierges. Le final d'Under The Skin, d'une puissance tellurique que seuls quelques dérives organiques et illuminées comme Possession de Andrzej Zulawski ou Sombre de Philippe Grandrieux ont atteint par le passé, pourrait bien être l'une des plus visions les plus poétiques, audacieuses et mélancoliques que vous verrez cette année au cinéma.

http://lci.tf1.fr/cinema/news/on-a-vu-u ... 38196.html

Somewhere
Les confins du temps
Les confins du temps
Avatar du membre
Messages : 60487
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar Somewhere » mer. juin 25, 2014 11:29 am

Ah bah bravo, moi qui voulait voir ce film, il n'est diffusé dans aucun cinéma de ma région...

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » jeu. nov. 05, 2015 8:05 pm

il faut que je le vois celui la :D il a l'air dur à trouver
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90538
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar Scarabéaware » jeu. nov. 05, 2015 8:25 pm

Pareil, faudra que je m'en occupe aussi à un moment :mrgreen:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » ven. déc. 25, 2015 11:49 am

Bon je l'ai vu hier soir

Ce film est un machin très bizarre.
Je ne suis pas certain d'avoir .. aimé. J'allais m'endormir ( j'étais un peu naze j'avoue mais le rythme yper lent et la quasi absence de dialogue ne m'a vraiment pas aidé :mdr: ) Mais c'est pourtant pas ça le problème j'adore souvent les films contemplatifs, celui-ci n'a pas réussi à m'accrocher mais c'est dur à décrire ; car en même temps j'avoue qu'il me restera sans doute dans la tête un peu comme tous les films super bizarres qu'on voit une fois dans sa vie

Comment vous décrire ça. Deja petite mise en garde, je crois que beaucoup d'ailiens risquent de pas aimer :lol: c'est un style de cinéma évidemment beaucoup plus proche du cinéma dit "d'auteur" qui est parfois un peu boudé ici, mais vous pouvez toujours tenter. Je vais essayer d'en parler objectivement mais pas simple.

En gros, Scarlett Johansson incarne dedans une extraterrestre, mais si on n'a pas lu le pitch avant, on ne le sait pas car elle a une apparence tout ce qu'il y a de plus humaine. Elle a le physique qu'elle a normalement sauf qu'ici elle est brune. bref.
Le film commence par une scène super bizarre ( je vous rassure je ne spoile pas sur le reste après ) une scène qui fait un peu Kubrick, d'ailleurs on pourrait aussi parler de la BO de ce film, j'ai trouvé qu'elle faisait penser à certaines BO de Kubrick, comme 2001 ; certaines ambiances sont similaires. Au début donc, on voit une espèce de point lumineux se rapprocher. D'emblée on se dit : qu'est-ce que c'est que ce bazar. ca dure un bon moment, par la suite on voit des espèces de formes. à un moment je me suis dis ça doit être une espèce de vision spatiale bizaroïde puis ensuite on voit un oeil et une pupille, et la chose prend son sens quand on voit la suite du film et qu'on comprend un peu ce qui se passe. mais là je vais avoir du mal sans spoiler. Bref

Ensuite, on voit un motard puis par la suite on voit Scarlett ( avec sa forme humaine mais en fait elle l'a prise à une fille ) qui tente de séduire des hommes.
Elle est très séduisante dedans d'ailleurs, mais très ... monolithique, elle bouge à peine. Si on n'a pas lu le pitch avant on pourrait presque croire qu'elle est une espèce de robot, d'androide et comme je ne me souvenais plus du résumé à un moment le trouble m'a pris et je pensais plutôt à cette hypothèse.

bref, tout le film en gros après c'est un peu ça, on a scarlett qui tente de séduire des hommes, et ... je vous dis pas ce qui leur arrive car là le spoiler serait trop gros.

Que dire de ce film. J'arrive pour le moment pas à déterminer si je l'ai aimé ou pas. J'aime les films expérimentaux et c'en est un. Maintenant est-il si original ? quand on bouffe de la SF à longueur d'année, malgré le côté très étrange certains éléments du scénario sont du déjà vu. reste qu'un truc m'a surpris, visuellement, lié à la peau des personnages et de Scarlett ( mais encore une fois, je ne vais pas spoiler, voyez le film )

c'est un film comme je disais, quasiment sans paroles. Par moment je m'ennuyais vraiment, mais c'est aussi une partie de son charme j'avoue.
On a pas mal de scènes de nudité, mais c'est pas non plus un porno n'allez pas croire ça :lol: en tout cas Scarlett a l'occasion à une ou deux reprises de nous faire admirer sa silhouette, il y a d'ailleurs une scène émouvante et intriguante où elle se regarde dans un miroir et ... c'est important par rapport au film. Les scènes de nu sont évidemment pas anodines, et pas du tout du fan service. ça sert le propos.

C'est un film globalement sombre, qui se passe en Europe du nord, il pleut, il fait sombre, c'est nuageux, il y a un côté froid, glauque par moment ( notamment une scène de plage que je préfère oublier car elle met mal à l'aise ) bref, c'est pas guilleret. J'ai lu en diagonale des commentaires sur d'autres forums hier et apparemment certains cherchent une espèce de double sens par rapport au personnage de Scarlett Johanson ( l'actrice ) elle-même, mais je ne puis encore en parler sans trop spoiler, et je me demande si ce n'est pas un peu de surinterprêtation.

C'est un film de SF mais avec très peu d'éléments de la SF traditionnelle, les acteurs sont humains et si on excepte certaines scènes et plans bizaroïdes, ne vous attendez pas à une ambiance trop science fictionnesque. Tout le film quasiment montre Scarlett, elle occupe 90% du temps d'écran, dans son camion ( un camion dans lequel elle sillonne les routes pour trouver des humains à séduire, et d'où elle observe la population ) c'est assez inquiétant par moment. On se dit que si on était nous-même dans cette histoire, vu l'attirance qu'on a pour l'actrice ( en tout cas nous les mecs :lol: ) on pourrait hum ... finir comme certains protagonistes et ça met mal à l'aise :mrgreen: Mais l'ambiance tient plus du fantastique que de la SF je trouve.

En bref et en résumé, un film bizarre, j'oserais dire sans jeu de mot pourri : un petit OVNI qui devrait plaire aux cinéphiles amateurs de cinéma expérimental, les autres, tentez toujours mais c'est périlleux, au pire, si vous êtes fans de Scarlett, vous aurez l'occasion sur une scène ou deux de l'admirer sous toutes ses coutures
( ah ah comprendra la blague qui pourra :lol-noel: :lol-noel: :lol-noel: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Les cavernes d'Aokigahara
Les cavernes d'Aokigahara
Avatar du membre
Messages : 41609
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Under The Skin

Messagepar Bombur » ven. déc. 25, 2015 12:22 pm

Bizarre et assez glauque mais j'avais bien aimé, moi :) .

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » ven. déc. 25, 2015 12:25 pm

oui il est pas commun comme film
c'est vraiment bizarre à la fin quand elle quitte sa fausse peau :mrgreen-noel:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » ven. déc. 25, 2015 12:28 pm

Je poste la critique des Inrocks
( Ne lisez pas ceux qui n'ont pas vu le film ça risque un peu de vous spoiler )
Un film fascinant qui, sous la peau de la science-fiction, interroge le statut de la star Scarlett Johansson et, plus largement, la puissance du cinéma.

Le synopsis du nouveau film du Britannique Jonathan Glazer(déjà auteur de Birth) tel qu’il est proposé sur tous les sites de cinéma pose un problème. On y lit qu’“une extraterrestre arrive sur Terre pour séduire des hommes avant de les faire disparaître”. Or il se trouve que tout ce qui est dit dans cette phrase n’est que suggéré dans le film, et que c’est ce qui en fait le prix. Que voyons-nous ?

Une petite lumière dans la nuit. Dans l’obscurité, d’étranges matières se glissent et s’emboîtent les unes dans les autres. Qu’est-ce donc ? Des vaisseaux spatiaux dans l’espace (c’est le côté kubrickien du film) ? Non. Apparemment la fabrication, en extrême gros plan, d’un œil humain. C’est celui d’une créature qui revêt l’apparence d’une femme (sa peau, ses vêtements).

Sous la protection d’un mystérieux motard, elle part errer à bord d’un pick-up dans les rues des bourgades écossaises, à la recherche d’hommes solitaires auxquels elle fait très vite des avances (ces scènes ont été filmées en caméra cachée avec de véritables passants). En chasse. Puis elle les entraîne dans un camion sombre où ils se déshabillent. Mais, aveuglés par leur désir, ils s’enfoncent et disparaissent dans un liquide noir brillant. La femme agit plusieurs fois ainsi, avec froideur, une totale insensibilité, celle qu’on attache normalement à l’être humain. Comme une psychopathe.

C’est quand même plus subtil que ne le suggère le “pitch”, non ? Cela dit, prenons-le au pied de la lettre, parce qu’il est assez intéressant, au fond : Scarlett Johansson (pas le personnage, l’actrice) EST une extraterrestre. Elle est venue sur Terre pour séduire tous les hommes et a pris l’apparence d’une femme belle, très attirante, et séductrice – c’est-à-dire une femme qui joue de toute sa séduction pour attirer les hommes dans ses bras (et/ou son lit).

Tous les événements qui se déroulent dans le film peuvent alors être pris au pied de la lettre, comme une métaphore littérale de son pouvoir de séduction, de son statut de star sex-symbol ? L’insensibilité aux autres, par exemple ? Du dédain de vedette. On découvre aussi très vite, dans des scènes à la lumière glacée, que Scarlett veut (ou a pour mission d’obtenir) la peau de ces hommes, au sens propre du mot. Une fois dans le liquide noir, qui s’avère translucide, leur peau se détache peu à peu de leur corps, aspiré par on ne sait quoi, et se met à flotter comme un vulgaire sac en plastique au milieu de l’océan. L’effet est saisissant.

Mais voici qu’un jour Scarlett fait monter dans son pick-up un type qui va changer sa vision de l’humanité, en tout cas de sa partie masculine. Elle ne s’en rend sans doute pas compte, mais ce type souffre d’une maladie qui déforme son visage (un genre d’Elephant Man). Désocialisé, il va refuser tous les plaisirs qu’elle lui propose. C’est la première fois de sa vie qu’un Terrien, dont une fois de plus elle ne peut mesurer l’étendue du malheur, repousse ses avances. Ils ne sont donc pas tous pareils, les hommes ?

Alors on devine que cette peau qui n’est pas la sienne, va devenir, au contact de la nature de la Terre, comme un sas,une ouverture sur ce qu’est l’humanité, cette face étrange de vie intergalactique. Un sentiment naît en elle, puis encore un autre, puis d’autres, dont la peur. La nature pénètre en elle grâce à cette pellicule poreuse. Et elle devient aussi un danger pour elle, comme elle l’est pour nous bien sûr. La sensibilité est aussi une faiblesse, et elle n’échappera pas au mal qui rôde parfois dans les forêts isolées, au milieu des grands arbres hirsutes. La Terre, qui n’était rien pour elle, a pénétré en elle et va la détruire.

Tout comme le monde entre dans notre cerveau grâce au cinéma, par ses détours et ses fantasmagories, nous ouvre à lui mais nous fait aussi découvrir des choses, des actes, des informations que nous n’aurions sans doute jamais soupçonnées ou même eu envie de connaître. Il n’y a pas de connaissance sans prise de risque. Quel film fascinant.

( source )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » ven. déc. 25, 2015 12:29 pm

tiens eux aussi trouvent que ça fait un peu kubrickien le début .. j'ai vraiment pensé aux ambiances dans le style 2001
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Les cavernes d'Aokigahara
Les cavernes d'Aokigahara
Avatar du membre
Messages : 41609
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Under The Skin

Messagepar Bombur » ven. déc. 25, 2015 12:30 pm

Non mais les Inrocks :roll: .

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » ven. déc. 25, 2015 12:34 pm

ba là je suis assez d'accord avec la critique
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Les cavernes d'Aokigahara
Les cavernes d'Aokigahara
Avatar du membre
Messages : 41609
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Under The Skin

Messagepar Bombur » ven. déc. 25, 2015 1:03 pm

Non mais moi aussi ça m'arrive d'être d'accord sur certains films, mais je déteste cette rédaction, ils sont souvent pédants comme pas possible. C'est comme Durendal, quoi.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » ven. déc. 25, 2015 1:05 pm

oui j'ai remarqué aussi ( sur pas mal de films ) et ils ont cette réputation
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90538
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar Scarabéaware » sam. août 03, 2019 11:29 pm

Je viens enfin de voir ce film :mdr:.

C'est une belle petite étrangeté, complètement de l'expérimental qui a de quoi ne pas convenir à tout le monde, surtout quand on est dans du aussi contemplatif avec peu de paroles et même pas un tantinet de narration par instant où ça pourrait être le cas, que ça se joue énormément sur le visuel, l'esthétique :mrgreen:. Et ma foi j'ai plutôt bien aimé ce film de Jonathan Glazer avec Scarlett Johansson qu'on a de quoi largement bien admirer tout du long. Après vision de ce film je serais curieux de voir les deux autres films du réalisateur voir ce qu'il a pu faire là aussi, si c'est aussi avare de parole et que c'est ça tendance à proposer du aussi contemplatif où s'il aura fait d'autres types d'expériences.

Enfin bref, concernant ce film. Bon déjà sur le début il y a effectivement de quoi penser à Kubrick avec cette intro bien étrange avec des formes en mouvement, on a de quoi s'interroger sur le sens que ça peut prendre, c'est très curieux et tellement silencieux qu'on peut craindre d'avoir un petit problème de son à ce moment là, mais non c'est du silencieux à ce qu'on observe ceci :lol:. Sinon avant de plus amplement évoquer l'ensemble, j'ai comme l'impression que ce film a du être vu par les Frères Duffers, les Showrunners de la série Stranger Things, qui rend hommage aux années 80. En voyant les scènes dans l'espace noir avec un aspect aquatique du sol il est difficile de ne pas penser qu'ils ont pu être inspirés par ce film quand on pense aux séquences avec Eleven en pleine transe lorsqu'elle doit faire une recherche d'une personne. On a exactement le même espace, c'est parfaitement identique :D.

Maintenant concernant ce que nous avons dans cette histoire avec peu de paroles qui nous laisse face à de l'observation complète et c'est d'ailleurs ça, de l'observation. Nous voyons déambuler Scarlett Johansson dans son rôle d'extra-terrestre dont on se demande d'où elle peut provenir, tout comme le type à moto, là dessus il plane un grand mystère puisque nous ne voyons pas arriver sur Terre, c'est vraiment en ayant lu le synopsis qu'on a de quoi savoir, sinon on peut s'interroger quand à ce que c'est. Ainsi on se plonge dans une ambiance très particulière tellement on est à avoir peu d'info, on est autant dans l'ignorance que nous pourrions l'être si on avait de tel Aliens parmi nous, on en saurait que dalle :siffle:. Juste se retrouver surpris si on se faisait aborder par eux lol. Et c'est un peu le cas, elle aborde des hommes pour les piéger quelque peu, on en a d'ailleurs deux qui sont bien au garde à vous face à elle :lol:.

L'action se déroule par ailleurs en Écosse, signalons le bien, on peut profiter des paysages du pays et quand à de l'Alien sur Terre ça nous change évidemment que ça se déroule aux USA bien sur. Par contre je parle des paysages, on peut apprécier les contempler mais bon c'est pas non plus du Malick, pour la mise en valeur de la nature on pourra le préférer entre autre. Mais bon c'est tout de même sympa et puis ce qui nous intéresse c'est ce qui se passe dirons nous...cette observation et ce qu'elle attire comme hommes, on peut considère une étude qui se produit à partir d'un échantillon d'être humains, soit ici des écossais qu'elle interroge, elle pose d'ailleurs des questions un peu dérangeantes je dirais, c'est indiscret, la dessus si on était à leur place, j'aimerais pas trop non plus, je verrai pas la drague mais quelqu'un dont je dois me méfier :mdr:. Encore que bon forcément on aimerait bien monter avec elle mais c'est pas l'idéal de se faire aborder comme ça, mais bon au moins on dira qu'on évite de la manière qui pourrait être disons plus classique, l'étude de l'humanité via un bar par exemple. Là ça présente un caractère qui met pas forcément à l'aise je trouve si on s'imagine face à ça. Sinon d'un point de vue science-fictionnel on peut dire que c'est pas forcément non plus bien original mais c'est à même de titiller avec l'ambiance dans laquelle on se trouve, c'est à pouvoir marquer de la sorte. Et puis bon disons le la présence de Scarlett qu'on a de quoi bien admirer ça fait aussi, surtout avec certaines scènes qu'on ne boude pas et qui contribue bien sur au scénario, c'est pas gratuit non plus.

On a aussi le petit côté sombre quand à ces lieux, et puis quand à elle on a une part d'évolution, parce qu'on peut dire monolithique, mais on a quelque chose qui la rattrape à partir du moment où elle rencontre un Elephant Man qui lui fait avoir une réaction particulière. Et là quand on parle d'observation, bah voila, on a un échantillonnage qui verse aussi à prendre ces individus pour qui c'est pas facile de vivre en étant difforme de la sorte, on fait une évocation, on brasse une partie de l'humanité et bien sur on oublie pas de la racaille avec lequel du danger peut se présenter. On a les rencontres qu'il vaut mieux ne pas faire aussi :siffle:.

En fait on peut considérer que ça pose un regard à travers cette observation qu'on peut dire pleine de pureté, on a comme l'innocence d'un enfant qui découvre le monde mais là c'est une alien adulte avec un corps de rêve :mdr:. Sinon que j'évoque quand même ce qu'il se passe sur la plage, j'en ai pas encore parlé de ça, mais ça de quoi mettre par forcément à l'aise aussi et puis bon moi ce qui m'a fait le plus bizarre avant qu'on sache certaines choses c'est ce bébé qui se trouve, là on se demande ce qu'il fout là à ce que personne ne se préoccupe de lui en plus, on a de la drôle de scène :shock:. Celle là y a de quoi être bien marqué aussi en plus d'autres.

Voila, on a peu d'information mais ça forme tout une expérience dont la force réside dans l'atmosphère dans laquelle on est plongés, on a de quoi se faire une petite idée, se dire qu'on détesterait pas faire une telle rencontre et en même pas vraiment hein :lol:. C'est un pari osé que ce film, qui a de quoi ne pas convenir à tous les publics, il en est plaisant par rapport à la manière dont il a de quoi ressortir et qu'on en ait un charme particulier. Bien sur y aurait de quoi aimer en avoir plus mais bon en soit c'est très bien de la sorte en tant que tel.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312560
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Under The Skin

Messagepar phoenlx » sam. août 03, 2019 11:35 pm

oui dans stranger things il y a des clin d'oeil à ce film, je me l'étais dis aussi !!!
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Science-fiction - Anticipation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité