• Déconfinement : Restez prudent !!

Ready Player One (de Steven Spielberg)

La Science-fiction au cinéma, en littérature, voire en BD : sagas futuristes, space opera, cyberpunk, dystopies, uchronies, récits post apocalyptiques ...
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » mer. avr. 04, 2018 7:38 pm

il parait qu'il y a un clin d'oeil à Citizen kane aussi
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » mer. avr. 04, 2018 8:05 pm

phoenlx a écrit :oui ba ce que tu dis semble rejoindre un peu la critique vidéo que j'ai posté scarabée à savoir qu'il y a plein de référence, que ça donne de belles scènes visuelles mais qui sonnent en creux avec beaucoup de scènes amenées avec des gros sabots genre "ahh mais c'est shining une adaptation de stephen king !" etc (pour que le public comprenne bien) ; c'est un peu ce qu'ils expliquent, et ce qui les chagrine, par rapport à d'anciens films de spielberg plus dans la contemplation, la poésie, et .. la profondeur. Bon après c'est leur avis, en tout cas le tiens semble rejoindre un peu

Perso j'attends de voir, de toute manière je préfère ne pas m'attendre à un nouveau matrix, si je me prend juste un effet "tron legacy" ou ce genre de films ce sera déjà sympa :mdr:


Oui ça on est bien tenu par la main, tu prends le cas de Shining mais on peut dire pour Akira aussi, ils font "eh c'est la moto de Akira". C'est sur que c'est pas tout le monde qui connait mais bon, c'est pas non plus obligé d'y aller avec de gros sabot. Enfin bon, ça a le mérite d'impulser de l'envie supplémentaire à voir certains films comme Shining, je vais vraiment tacher de me le voir d'ici quelques temps à me plonger dedans avec ce qu'il donne :mrgreen:.

Et oui c'est plus à se rapprocher d'un "tron legacy" que tu qualifie justement de film cerveau mais bon dans la liste de films cerveaux que tu fais c'est pas le plus remarquable et je ne redirai pas ce que je n'apprécie guère avec celui là :lol:.

ANGELO a écrit :Pour l'instant, Ready Player One n'a pas cumulé les tares comme les récents star wars sur la qualité du découpage... l'action est lisible et vraiment immersive de bout en bout !!! ça c'est du cinéma , :super: qu'on aime ou qu'on aime pas !!!


Oui ça faut reconnaître, par contre j'aurais bien aimé que la bataille finale soit encore mieux menée, qu'on prenne un surplus de temps à voir tout le monde présent sur le terrain.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

Regnak
Formenos
Formenos
Avatar du membre
Messages : 11921
Enregistré le : mer. févr. 09, 2005 4:07 pm
Localisation : dans le temple des gémeaux en train de jouer au poker avec mon frère

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Regnak » mer. avr. 04, 2018 11:16 pm

phoenlx a écrit :il parait qu'il y a un clin d'oeil à Citizen kane aussi


Ouais enfin c'est vite fait mais je préfère pas trop le raconter car c'est un spoiler, léger mais spoiler quand même. Mais la gigantesque référence c'est vraiment Shining.

Mais il y a un truc tout con, mais je n'ai qu'une envie maintenant c'est que Spielberg réalise un King Kong. Parce que la séquence King Kong woh putain. :shock:
Ça n'arrivera sans doute jamais mais le rêve est permis.
Holland March: Munich.
Jackson Healy: What?
Holland March: Guy without his balls. A Munich.
Jackson Healy: Munich, is a city in Germany, Munich. München.
Holland March: You sure?
Jackson Healy: My dad was stationed there.
Holland March: Right. Hitler only had one ball.

"Avec Mel Gibson, je jouis et je suis dégouté en même temps." Yannick Dahan

Regnak
Formenos
Formenos
Avatar du membre
Messages : 11921
Enregistré le : mer. févr. 09, 2005 4:07 pm
Localisation : dans le temple des gémeaux en train de jouer au poker avec mon frère

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Regnak » mer. avr. 04, 2018 11:23 pm

Oui ça on est bien tenu par la main, tu prends le cas de Shining mais on peut dire pour Akira aussi, ils font "eh c'est la moto de Akira". C'est sur que c'est pas tout le monde qui connait mais bon, c'est pas non plus obligé d'y aller avec de gros sabot.


J'ai une théorie bullshit, en gros j'ai rien pour prouver ce que je raconte, mais pour le côté "je te prends par la main" je pense que Spielberg a voulu se moquer des spectateurs qui seraient venus voir le film juste pour le côté référentiel. Un petit coté "tu veux te pignoler à faire le malin parce que tu as vu tel référence, eh bien tu ne peux pas alors concentre toi sur le film et ce qu'il te raconte."

Mais bon ça c'est une théorie perso.
Holland March: Munich.
Jackson Healy: What?
Holland March: Guy without his balls. A Munich.
Jackson Healy: Munich, is a city in Germany, Munich. München.
Holland March: You sure?
Jackson Healy: My dad was stationed there.
Holland March: Right. Hitler only had one ball.

"Avec Mel Gibson, je jouis et je suis dégouté en même temps." Yannick Dahan

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » mer. avr. 04, 2018 11:59 pm

Euh...oui si tu veux, c'est sur qu'on peut toujours le considérer comme ça, parce que ça pour le qu'est ce que ça raconte on peut même dire qu'il y a pas à tortiller du cul pour chier droit, c'est clair, net et concis quand au message qui ressort :lol:. Mais bon ça n'empêche pas que je le regrette un peu malgré tout, enfin faut bien de temps en temps du message simple à comprendre, très abordable.

Autrement pour son King Kong c'est clair qu'on a de la belle grosse séquence avec lui, s'il faisait quelque chose on en aurait pour notre compte :mrgreen:.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Bombur
Maison du Lion
Maison du Lion
Avatar du membre
Messages : 43277
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Bombur » jeu. avr. 05, 2018 12:58 am

Regnak a écrit :
Oui ça on est bien tenu par la main, tu prends le cas de Shining mais on peut dire pour Akira aussi, ils font "eh c'est la moto de Akira". C'est sur que c'est pas tout le monde qui connait mais bon, c'est pas non plus obligé d'y aller avec de gros sabot.


J'ai une théorie bullshit, en gros j'ai rien pour prouver ce que je raconte, mais pour le côté "je te prends par la main" je pense que Spielberg a voulu se moquer des spectateurs qui seraient venus voir le film juste pour le côté référentiel. Un petit coté "tu veux te pignoler à faire le malin parce que tu as vu tel référence, eh bien tu ne peux pas alors concentre toi sur le film et ce qu'il te raconte."

Mais bon ça c'est une théorie perso.
Ça ressemble furieusement à l'excuse de Durendal sur Jupiter Ascending :rire: . Bon après, si c'est juste pour une référence dans le film, ça devient déjà plus crédible :mdr: .

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » jeu. avr. 05, 2018 11:01 pm

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » ven. avr. 06, 2018 12:23 am

C'est clairement bien fourni à nous mettre un bon paquet de personnages même ceux qui n'y sont pas comme E.T. :mdr:. Pour le robot en haut à droite c'est du Gundam, pour précision :mrgreen:.

Et tiens Pho, à voir celui avec la grosse tête de mort qui lui fait office de corps, ça te fait pas un penser à Skeletor ?
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » ven. avr. 06, 2018 12:48 am

ou tu vois skeletor ?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » ven. avr. 06, 2018 11:50 am

C'est pas Skeletor mais je me demande si on a pas de quoi y penser un peu, c'est le personnage qu'on voit en haut à gauche de l'affiche.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » ven. avr. 06, 2018 12:17 pm

ahh oui j'avais pas vu tiens, la tête de mort sur le torse, oui je me demande qui c'est :penseur:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Maison du Lion
Maison du Lion
Avatar du membre
Messages : 43277
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Bombur » ven. avr. 06, 2018 1:23 pm

Bon, j'y vais demain, des amis ovulaient le voir :mdr: .

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » ven. avr. 06, 2018 5:17 pm

Eh ben bon courage alors vu que ça te rebute :lol:, en espérant quand même que tu arrives à apprécier un peu :mdr:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » sam. avr. 07, 2018 2:48 pm

une autre affiche
(je les poste car comme elles sont toutes assez différentes c'est rigolo de chercher les petites allusions contenues dedans) !

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » mer. avr. 11, 2018 11:38 am

Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » sam. avr. 21, 2018 7:23 pm

Steven Spielberg est le premier réalisateur à franchir les 10 milliards de dollars au box-office

Image

Peter Jackson, Michael Bay et James Cameron sont loin derrière avec 6 milliards chacun.

Alors que Ready Player One approche des 500 millions de dollars de recettes dans le monde, Steven Spielberg vient de franchir un cap historique au box-office en franchissant la barre des 10 milliards de billets verts. Ce n’était encore jamais arrivé, et ses concurrents sont pour l’instant loin derrière. Voici les détails.

Attention, ces chiffres ne prennent pas en compte l’augmentation du prix des tickets de cinéma, sans quoi Jurassic Park, E.T. ou Jaws seraient plus haut. Sur 27 films, sortis entre 1975 et aujourd’hui, 25 ont rapporté plus de 100 millions sur la planète. Seuls 1941 et Always n’ont pas atteint ce score, en s’arrêtant respectivement à 92,5 millions, en 1979, et 74,1, en 1989. Aucun film n’est milliardaire, même si Jurassic Park est très proche de ce résultat avec 983,8 millions. On observe immédiatement que le cinéaste a connu de gros succès tout au long de sa carrière, puisque toutes les décennies sont présentes dans son top 10 : Les Dents de la mer pour les 70’s, E.T. et Indiana Jones 3 pour les 80’s, puis les Jurassic Park et Il faut sauver le soldat Ryan pour les 90’s, Indiana Jones 4 et La Guerre des mondes pour les années 2000 et enfin Tintin et Ready Player One pour les plus récents. Tous les styles sont également représentés : SF, film de guerre, thriller, production familiale…

Voici son top 10 :

1. Jurassic Park a rapporté 983,8 millions de dollars depuis 1993
2. Indiana Jones et le Royaume du Crâne de cristal a rapporté 786,6 millions de dollars depuis 2008
3. E.T. L’extra-terrestre a rapporté 717 millions de dollars depuis 1982
4. Le Monde Perdu a rapporté 618,6 millions de dollars depuis 1997
5. La Guerre des mondes a rapporté 591,7 millions de dollars depuis 2005
6. Il Faut sauver le soldat Ryan a rapporté 481,8 millions de dollars depuis 1998
7. Ready Player One a rapporté 475,1 millions de dollars (pour l’instant)
8. Indiana Jones et la dernière croisade a rapporté 474,2 millions de dollars depuis 1989
9. Les Dents de la mer a rapporté 470,7 millions de dollars depuis 1975
10. Les Aventures de Tintin a rapporté 374 millions de dollars depuis 2011


On se rend d’autant mieux compte du succès phénoménal du cinéaste quand on le compare à ceux d’autres réalisateurs. Peter Jackson a cartonné avec ses deux trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit (sans oublier King Kong), et atteint ainsi 6,52 milliards au global. Michael Bay le suit de près avec 6,4 milliards amassés en partie grâce aux cinq volets de Transformers, mais aussi Armageddon, Pearl Harbor ou les Bad Boys. James Cameron, dont deux films ont franchi les deux milliards au box-office (Avatar et Titanic) est assez loin derrière lui avec 6,1 milliards de dollars de recettes. Cela s’explique notamment par le fait qu’ils ont beaucoup moins tourné que Spielberg, qui a régulièrement sorti deux films par an (Ready Player One et Pentagon Papers cette année, Jurassic Park et La Liste de Schindler, en 1993, Minority Report et Arrête-moi si tu peux, en 2002…). George Lucas est loin derrière avec 3 milliards, mais même s’il avait réalisé tous les Star Wars, spin-off compris, il n’atteindrait pas encore les 10 milliards : la saga pèse pour l’instant 9 milliards au box-office mondial. La seule franchise à avoir passée les 10 milliards est le Marvel Cinematic Universe, qui, en 17 blockbusters, atteint les 13 milliards. Mais comme ses metteurs en scène alternent au fil des films (Joss Whedon, les frères Russo et Jon Favreau en ont réalisé plusieurs), aucun de ses créateurs ne rivalise avec Spielberg. Même si on choisit Kevin Feige, le patron du MCU, il n’atteint pas le score de Steven en tant que producteur : 17,2 milliards calculés par Box-Office Mojo (grâce à ses réalisations, mais aussi Jurassic World, les Transformers, les Men In Black…).

(source : http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cine ... lliards-de )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Náin
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 63852
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Náin » lun. juil. 09, 2018 3:48 pm

Bien alors contrairement à ce que les critiques et les bande's annonces m'avaient fait redouter, ce n'est, évidemment, pas du tout un film qui plonge dans le "je te donne des références à outrance parce que c'est la mode" à la manière d'un pixels. Non. Et ça j'ai l'impression que ça pas été compris par un tas de gens. Ce qui n'a pas été compris non plus, c'est que le film ne se veut pas pleinement nostalgique, même si il l'est à quelques moments, mais de manière minime. Et ce qui est également vrai, c'est que le film n'est pas un film censé faire référence aux jeux vidéos, c'est un film dont le thème est avant tout la fiction. Qu'elle soit vidéo-ludique ou cinématographique ou littéraire ou que sais-je.

Voilà. Déjà. Donc critiquer le film en disant qu'il ne fait que balancer des références et se plaindre que les références au jeu vidéo manquent c'est n'avoir rien compris au film (parce que ce qui est fantastique, c'est qu'il y en a qui se plaignent des deux à la fois).

Pour en revenir à mon avis sur le film, j'ai adoré. Maintenant de là à dire qu'il s'agit du meilleur spielberg ou l'un des meilleurs films de tout les temps ou des dix dernières années faut peut-être pas pousser. Le film contient quand même un certain nombre de défauts. Mais un défaut qu'il n'a pas, en tout cas, ce sont ses références, contrairement à ce que dit la légende urbaine.
Il est évident que les financiers et producteurs ont vu l'intérêt effet de mode du film, on balance des références pour que les gens montrent à quel point ils sont cool en repérant les références, phénomène dont j'ai déjà parlé pour Solo. Mais le film lui-même, son histoire et la façon dont elle est traitée, ne fait pas ça.

Par exemple, j'ne ai entendu plusieurs (ta vidéo de plus d'une heure pho là où les deux et surtout le mec de gauche balancent des absurdités et des propos qui n'ont absolument AUCUN sens, malgré l'envie qu'ils ont de montrer à quel point ils réfléchissent et sont pertinents) critiquer le fait "euh franchement le film il nous balance les références là genre stephen king comme si on savait pas qui c'était et qu'il avait fait shining eubeugleu". Ouai, c'est oublier que quand le personnage fait ça, il expliquer une énigme, Shining étant la réponse selon lui à cette dernière, il ne fait tout simplement qu'expliquer son raisonnement. Toutes les mentions et explications d'une référence en fait sont parfaitement justifiées, et ne sont pas si nombreuses que cela bien au contraire, surtout au vu du nombre de références qui sont faites. H faisant par exemple mention de la moto d'Akira. Il ne me semble pas par exemple que le film fasse référence à la dolorean, qui est pourtant présente tout au long du film ? Alors pourquoi s'attarde-t-il sur la moto d'akira ? Pour la simple et bonne raison que c'est tout simplement une astuce d'exposition, te permettant de comprendre pourquoi tant d'avatars et donc de joueurs, peuvent faire référence à la pop culture. "Une skin sur une moto de base". "Skin", parce que les joueurs arrangent eux mêmes leurs avatars leurs véhicules leurs armes etc...

Parce que, manifestement, les gens qui critiquent le film pour ses références n'ont jamais joué à des MMO où tu croise un nombre incalculable de joueurs étranges et bizarres et beaucoup qui font référence à des films, jeux, bd, ou autres que le joueur a aimé. Parce qu'il y met de sa personnalité. Et des mods existent pour arranger et faciliter cet apport personnel et donc référence à d'autres média. Les innombrables références du film ne sont là que comme décor pertinent et logique (il n'en aurait pu en être autrement) pour un jeu qui s'appelle l'oasis et qui regroupe la quasi totalité de la planète.

La moto donc, justifié. Quoi d'autres. Shining, comme dit plus haut, justifié. La tenue de soirée de Parzival : justifié, puisque c'est ce qui dicte son choix. Les vaisseaux de collection de H : justifié, puisque c'est censé montrer que H a réalisé tout ces modèles et donc qu'il est bon dans ce qu'il fait. Quand ils font mention du "escalader l'everest avec batman" c'est moins pour dire "zavez vu batman est dans le film" que pour souligner l'attrait que procure l'oasis puisque batman est un perso populaire et c'est ultra cool de faire des trucs avec lui. Attrait qui doit être montré et expliqué puisque l'on est dans un moment, d'exposition. Alors moi j'en ai pas fait d'études de cinéma, je n'ai pas de grandes compétences quand il s'agit d'expliquer un cadrage ou plan, mais comprendre des trucs comme ça, ça me parait pourtant pas si compliqué, alors si les Durendal et autres pseudo cinéphiles spécialistes pouvaient véritablement faire jouer les compétences qu'ils arguent avoir, ce serait cool. Autrement, est-ce que les personnages disent "voilà Spawn ! Voilà Musclor ! Voilà Chun Li !" (su ce n'est "mecha-Godzilla !" qui là aussi se justifie puisqu'il s'agit moins de dire "hé, vous avez vu, mecha godzilla les gens c'est cool hein" que "ah putain, on est dans la merde")? Non. Ils ne le font pas, car encore une fois, le but est non pas de balancer des références à la gueule mais de créer un univers de jeu vidéo qui semble génial, et réaliste, avec toutes ces skins personnelles et personnages originaux et personnalisés. Ajouté au fait qu'il est quand même vachement kiffant de voir un géant de fer affronter Mecha-Godzilla, ou des personnages originaux affronter les horreurs de l'hôtel de Shining. Mais bon la critique est facile quand on n'arrive pas à faire l'effort de connecter des neurones.

La question donc des références c'est réglé. Maintenant on va passer aux vrais défauts du film. Car effectivement, le film contient des erreurs d'écriture assez grossières. La première et principale, le type n'en a absolument RIEN à foutre de sa tante. C'est censé être vécu comme un traumatisme, mais le type est assommé se réveille et hop c'est oublié il s'est rien passé. Ba ouai mais non.
Bon le perso principal qui est un peu très con aussi, hein, bon, c'est pas une incohérence mais c'est un peu débile quand même, d'autant que c'est à cause de ça qu'il perd sa tante quoi. Le fait que tout le monde habite au même endroit quasiment, aussi. D'accord les créateurs du jeu l'ont fait là où vit le héro, mais ça ne change pas que H aurait pu habiter ailleurs, dans un autre pays, les deux asiatiques aussi, et Art3mis aussi ! Cette dernière d'ailleurs s'est montré assez décevante. Non pas dans son avatar, qui là aussi est très bien très réussi je vois pas encore pourquoi on a des emmerdeurs qui gueulent là-dessus franchement, c'est vraiment faire chier pour rien, mais dans son personnage IRL. Je veux dire, surtout avec la bêtise de Parzival qui tombe amoureux, c'aurait été l'occasion rêvée de faire jouer le suspens et de créer une excellente surpris avec son identité IRL. Pourquoi pas le bras droit du méchant qui en fait est une traître et joue contre lui, pourquoi pas le méchant lui-même !!! Bien qu'un peu attendu, ça aurait été absolument génial comme idée. Alors je sais que c'est adapté d'un livre, mais faire que, IRL, le joueur soit effectivement une joueuse, effectivement jeune, effectivement jolie (parce qu'elle est jolie, en tout cas elle est pas profondément laide)..... c'était un peu complètement décevant. D'autant que je soupçonne que c'est là que pour que l'histoire d'amour ait lieu, même si celle-ci a son intérêt dans l'histoire, je vais y revenir.
Quant à l'histoire dans ses grandes lignes, c'est assez classique, et sans grande originalité, je dis dans ses grandes lignes, parce que ce que certains grands spécialistes du cinéma n'ont pas vus, c'est que c'est finalement plus subtil qu'il n'y paraît. On pourrait également mentionner le personnage d'Haliday qui est quand même pas mal dans le délire du geek sacrément cliché, mais bon, moi-même ayant des problèmes sociaux sans dire graves du moins très chiants du style nausées quand je suis avec une fille qui me plaît, je vais être gentil là-dessus. Disons que ça ne m'empêche pas de sentir le personnage crédible.

Enfin, l'exposition concernant le monde réel n'est pas très bien gérée. On se demande par exemple tout le long du film si il y a un gouvernement et si c'est le cas quel est-il, un élément je pense primordial à toute fiction dystopique (même si pour moi le côté dystopique n'est pas réellement là) et qui nous aurait permis de comprendre que IOI, malgré les apparences, n'est pas toute puissante, et que les flics, car il y en a (ce qu'on se demande tout le long du film quand même) aient du pouvoir sur elle. Et puis il est dommage que l'on ait pas l'identité IRL d'i-R0k, un des meilleurs personnages du film. Méchant réussi qui est drôle sans être ridiculisé.

Autrement : Non, il n'y a pas de défauts. Excellent film de divertissement, brillant par son action. Brillant par ses effets spéciaux. La performance capture atteint des hauteurs hallucinantes, entre ça et la planète des singes. Chaque épreuve pour les clés est anthologique. La course poursuite qui est incroyable et époustouflante, le passage de Shining qui fait preuve d'une grande inventivité (et que l'on doit à Spielberg) et maîtrise, et qui heureusement fait l'unanimité. Et enfin la bataille de fin/climax qui là par contre contrairement à ce que j'ai vu n'a RIEN à voir avec le SDA, revoyez le SDA svp, c'est un peu plus que juste plein de gus qui partent dans tous les sens se foutre sur la gueule. Faut se calmer quand même. Mais voilà, entre les plaisirs de voir des combats dantesques entre Gundam et Mecha Godzilla ou la dolorean filer à travers la bataille en faisant exploser des gros engins tout ça avec la mise en scène de spielberg qui rend tout ça tellement rythmé et génial à voir, on ne boude pas son plaisir. Je suis d'ailleurs rentré dedans dès le début, entre la musique bien 80s qui débute et le héro qui sors de sa caravane, bref l'esprit et l'ambiance des spielberg des années 80 (là, oui, nostalgie, mais pas le reste du film).

Et c'est plus qu'un divertissement, car le film a un sens. D'abord, c'est une lettre d'amour SINCERE, et non uniquement commerciale, à la culture populaire (terme que je déteste quais autant que geek alors je vais employer le terme fiction). Pas seulement au jeu vidéo, mais bien à la fiction. Le personnage principale n'est pas fan de jeux vidéos, il est fan de fiction. Les chercheurs ne cherchent pas des jeux vidéos, ils cherchent dans les œuvres de fiction. Haliday n'est pas fan de jeux vidéos, il est fan de fiction. On ne voit pas que des personnages de jeux vidéos, mais des personnes et références à la fiction. Et la fiction a son importance dans l'histoire. Elle permet de s'échapper et de rendre heureux, dans un monde qui ne le permet plus. Elle permet de sauver le monde (c'est la connaissance de parzival qui lui permet de résoudre les énigmes) et bien que traitée de manière élogieuse, elle est également pointée pour ses travers. La fin du film n'est pas une dénonciation du monde virtuel, elle est une dénonciation de ce que les gens peuvent en faire. Mais le film ne la critique aucunement, il montre encore une fois qu'elle peut rendre heureux, non seulement comme je l'ai dit car c'est en endroit dans lequel on fuit la réalité noire, mais aussi un endroit où l'on peut faire des rencontres (n'oublions pas que le héros finit avec la nana grâce à la réalité virtuelle). Bref le film montre que la réalité virtuelle n'empêche nullement d'être heureux, et n'empêche nullement les liens sociaux, juste que pour certaines choses elle demeure limitée, et qu'un mixte des deux (vie virtuelle et vie réelle) est préférable. Bref en réalité le meilleur discours que le film aurait pu avoir.

Enfin, on peut également y voir une critique profonde du système actuel qui, justement, joue sur les références classées comme "geek" et les grands patrons des studios l'ont bien compris. C'est d'ailleurs à n'en pas douter ces derniers qui sont clairement accusés lors de la scène de dialogue entre Sorrento et Parzival, entre un homme d'affaire qui n'en a rien à faire de la fiction mais qui l'utilise pour avoir de l'argent et du pouvoir.
On peut également je pense voir dans le personnage de Haliday l'avatar évident de Spielberg, qui n'est aucunement je trouve dans le personnage de Watts, mais bien de Haliday. C'est lui le créateur, c'est lui qui est érigé comme un dieu (Spielberg ne se prend pas pour un dieu, mais il constate avec raison que certains le considèrent comme tel et qu'il a laissé une emprunte non négligeable dans le domaine de la fiction), et c'est lui qui commence tout de même un peu à vieillir. Dernière théorie de ma part, je ne sais pas si Haliday à la place de Nicholson dans le tableau de Shining est lié au fait qu'on le revoit à la fin sans qu'il s’agisse d'un hologramme comme il le précise, mais j'en serais peu surpris.

Bref, excellent divertissement, qui est fun, mais qui a du sens également, qui respecte la fiction, qui respecte le jeu vidéo qui a rarement été aussi bien traité et montré dans son fonctionnement (encore une fois, le décor de références et de personnages mais aussi les bruitages comme quand parzival récupère ses pièces bref), qui respecte la réalité virtuelle, sans tomber dans le discours démagogue qui ne laisserait entrevoir aucun défaut.
Modifié en dernier par Náin le lun. juil. 09, 2018 6:52 pm, modifié 1 fois.
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » lun. juil. 09, 2018 6:46 pm

Je crois que là on peut dire que ça forme une fort belle défense :mdr:, et c'est clair que ça nous émet bien des messages, d'ailleurs oui j'avais pas spécialement dis à propos de la scène de dialogue entre Sorrento et Parzival par exemple, qui dénonce le fait que les hommes d'affaires utilisent plus la fiction par intérêt pécuniaire avant tout plus que par intérêt pour la fiction, c'est plutôt net.

En ce qui me concerne j'ai plutôt bien aimé comme j'avais dis mais j'aurais apprécié avoir moins l'impression d'être tenu par la main et que ce soit fait plus subtilement encore, c'est bien comme c'est mais ça pouvait être améliorable et à la rigueur comme tu le suggères il aurait pu être possible de faire des infidélités au livre pour donner une autre vision, Perzival qui se ferait avoir pour l'identité IRL de la fille dont il tombe amoureux ça aurait pu être intéressant et encore envoyer sur autre chose.

Dans tous les cas en terme de divertissement il est excellent et à effectivement tout un sens qui en ressors, puis disons le c'est tout le fait d'émettre une mise en garde vis à vis du virtuel, à ce qu'il ne faille pas non plus complètement s'enfermer dedans comme certains Hard Gamer particulièrement extrêmes mais rester connecté avec la réalité et ne pas complètement la fuir. La dessus j'ai une grande préférence pour le Avalon de Mamoru Oshii que j'ai de quoi largement classer au dessus d'un Ready Player One :mrgreen:.

phoenlx a écrit :Steven Spielberg est le premier réalisateur à franchir les 10 milliards de dollars au box-office

Image

Peter Jackson, Michael Bay et James Cameron sont loin derrière avec 6 milliards chacun.

Alors que Ready Player One approche des 500 millions de dollars de recettes dans le monde, Steven Spielberg vient de franchir un cap historique au box-office en franchissant la barre des 10 milliards de billets verts. Ce n’était encore jamais arrivé, et ses concurrents sont pour l’instant loin derrière. Voici les détails.

Attention, ces chiffres ne prennent pas en compte l’augmentation du prix des tickets de cinéma, sans quoi Jurassic Park, E.T. ou Jaws seraient plus haut. Sur 27 films, sortis entre 1975 et aujourd’hui, 25 ont rapporté plus de 100 millions sur la planète. Seuls 1941 et Always n’ont pas atteint ce score, en s’arrêtant respectivement à 92,5 millions, en 1979, et 74,1, en 1989. Aucun film n’est milliardaire, même si Jurassic Park est très proche de ce résultat avec 983,8 millions. On observe immédiatement que le cinéaste a connu de gros succès tout au long de sa carrière, puisque toutes les décennies sont présentes dans son top 10 : Les Dents de la mer pour les 70’s, E.T. et Indiana Jones 3 pour les 80’s, puis les Jurassic Park et Il faut sauver le soldat Ryan pour les 90’s, Indiana Jones 4 et La Guerre des mondes pour les années 2000 et enfin Tintin et Ready Player One pour les plus récents. Tous les styles sont également représentés : SF, film de guerre, thriller, production familiale…

Voici son top 10 :

1. Jurassic Park a rapporté 983,8 millions de dollars depuis 1993
2. Indiana Jones et le Royaume du Crâne de cristal a rapporté 786,6 millions de dollars depuis 2008
3. E.T. L’extra-terrestre a rapporté 717 millions de dollars depuis 1982
4. Le Monde Perdu a rapporté 618,6 millions de dollars depuis 1997
5. La Guerre des mondes a rapporté 591,7 millions de dollars depuis 2005
6. Il Faut sauver le soldat Ryan a rapporté 481,8 millions de dollars depuis 1998
7. Ready Player One a rapporté 475,1 millions de dollars (pour l’instant)
8. Indiana Jones et la dernière croisade a rapporté 474,2 millions de dollars depuis 1989
9. Les Dents de la mer a rapporté 470,7 millions de dollars depuis 1975
10. Les Aventures de Tintin a rapporté 374 millions de dollars depuis 2011


On se rend d’autant mieux compte du succès phénoménal du cinéaste quand on le compare à ceux d’autres réalisateurs. Peter Jackson a cartonné avec ses deux trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit (sans oublier King Kong), et atteint ainsi 6,52 milliards au global. Michael Bay le suit de près avec 6,4 milliards amassés en partie grâce aux cinq volets de Transformers, mais aussi Armageddon, Pearl Harbor ou les Bad Boys. James Cameron, dont deux films ont franchi les deux milliards au box-office (Avatar et Titanic) est assez loin derrière lui avec 6,1 milliards de dollars de recettes. Cela s’explique notamment par le fait qu’ils ont beaucoup moins tourné que Spielberg, qui a régulièrement sorti deux films par an (Ready Player One et Pentagon Papers cette année, Jurassic Park et La Liste de Schindler, en 1993, Minority Report et Arrête-moi si tu peux, en 2002…). George Lucas est loin derrière avec 3 milliards, mais même s’il avait réalisé tous les Star Wars, spin-off compris, il n’atteindrait pas encore les 10 milliards : la saga pèse pour l’instant 9 milliards au box-office mondial. La seule franchise à avoir passée les 10 milliards est le Marvel Cinematic Universe, qui, en 17 blockbusters, atteint les 13 milliards. Mais comme ses metteurs en scène alternent au fil des films (Joss Whedon, les frères Russo et Jon Favreau en ont réalisé plusieurs), aucun de ses créateurs ne rivalise avec Spielberg. Même si on choisit Kevin Feige, le patron du MCU, il n’atteint pas le score de Steven en tant que producteur : 17,2 milliards calculés par Box-Office Mojo (grâce à ses réalisations, mais aussi Jurassic World, les Transformers, les Men In Black…).

(source : http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cine ... lliards-de )


Sinon la dessus, belle prouesse et beau record pour Spielberg n'empêche :super:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Náin
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 63852
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Náin » lun. juil. 09, 2018 6:58 pm

oui Spielberg est rentable, c'est guère une surprise :lol:
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

Somewhere
Fin du monde - Renouveau
Fin du monde - Renouveau
Avatar du membre
Messages : 64180
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Somewhere » lun. sept. 17, 2018 5:40 pm

Vu hier soir, mmmh plutôt déçu pour ma part, c'est un bon film mais ça ne va pas plus loin. Alors certes y a une séquence de course magistrale dans la première partie, les références sont sympas, mais j'ai vraiment pas accroché aux personnages qui manquaient de profondeur et de travail. Y a que le personnage joué par Mark Rylance, le créateur de l'OASIS, que j'ai trouvé génial en geek un peu dans son monde et complètement terrorisé par les femmes. Mais les autres vraiment bof. M'enfin ça reste bien, mais ça aurait pu être mieux.

Ah et faut vraiment qu'Alan Silvestri prenne sa retraite, rarement entendu une BO aussi convenue et fade.

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » lun. sept. 17, 2018 10:06 pm

On est d'accord, c'est bien mais ça aurait pu être encore bien mieux :mrgreen:, moi j'ai surtout regretté le sentiment d'être tenus par la main :siffle:.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 04, 2018 12:14 pm

j'ai vu ce film hier soir !

Je suis ... emballé et mitigé !!!
Ce qui m'emballe (clairement) :
- la bande son, cool par moment, vraiment cool, on a envie de la réécouter
- toutes les allusions à la pop culture, c'est un vrai déferlement !!! mais ça, je m'y attendais, on nous a assez vendu le film comme ça. je dirais que je n'ai pas été déçu et c'était chouette de voir plein d'allusions tantôt à King Kong, à Akira, au t rex , à chucky, Gundam, Batman,Dune, Stephen King, Shining, mecha godzilla, alien et j'en passe, ce serait rigolo d'ailleurs de toutes les lister, il y a notamment un moment vers le début du film quand ils présentent le jeu où on voit plein de personnages mélangés avec du robocop et plein d'autres choses, certains qui aiment bien jouer à la loupe sur les captures d'écran ont du s'en donner à coeur joie :lol:

- à part ça bon le film est disons .. plaisant à suivre (c'est déjà pas si mal, certains n'ont pas cette qualité) je l'ai suivi sans m'ennuyer, pour ses scènes d'action mais surtout encore une fois ses allusions, son scénario, on a envie de savoir comment ils vont trouver l'oeuf etc. Bon

Mais autrement, je trouve qu'il est encore une fois inférieur à l'espèce de chef d'oeuvre maistral que certains nous avaient vendu. Maintenant je dirais que c'est un pur produit spielbergien, je suis peu surpris, il est à l'image de pas mal d'autres de ses films, assez emblématique, un hommage je dirais non pas à son cinéma car il n'y a pas tant de références à ce qu'il a fait LUI, mais ça j'avais lu la raison avant, ça ne m'a pas surpris (au passage j'aurais aimé aussi encore plus d'allusions à la pop culture japonaise mais on en avait pas mal quand même avec Gundam notamment et c'est chouette !!) donc oui le film, bel hommage à plein de choses qu'on aime, à spielberg, en tout cas à l'esprit spielberg, même si je trouve qu'il est finalement à cheval entre deux époques, il joue de la nostalgie des années 80 mais il est tourné plutôt comme un film de 2018 (ce qui n'est pas un défaut que je critique forcément, mais il se fond plus dans les blockbusters actuels)

bon après les personnages en soi ne m'ont pas super capté, les acteurs, et en plus le film nous explique trop ce qu'il y a, les références, c'est trop grand public quelque part mais c'était attendu aussi, j'aurais aimé un peu plus de subtilité par moment.

et même la fin dans le fond, je respecte totalement l'idée et d'ailleurs elle comporte une part de bon sens mais si on résume le message du film c'est : la pop culture , les jeux vidéos, les mondes virtuels, les échappées dans les mondes imaginaires, c'est bien, mais la vraie vie est ici
bon ok, je sais que c'est l'idée commune, mais c'est tellement bateau , et moi quelque part, je suis plus sensibles à certains films comme Mamoru Oshii qui parlent aussi de ces thèmes mais avec tellement plus de beauté , de profondeur, d'esthétique stylistique, là bon c'est un blockbuster américain fait par spielberg (donc du bon niveau dans le lot ok, mais ça garde cet ADN) il m'en faut plus pour que ça devienne un film culte, maintenant, je suis content de l'avoir vu honnêtement, et je me le reverrai peut-être c'est loin d'être impossible, d'ailleurs rien que pour m'amuser à dénicher toutes les références, hier dans le feu de l'action beaucoup ont du m'échapper :mrgreen:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 04, 2018 12:23 pm

tiens je suis surpris que somewhere n'aime pas la BO

elle est convenue par moment c'est vrai mais il y a des thèmes sympa quand même



(et certaines chansons)
bon après c'est sûr que ça vaut pas d'autres
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Hal
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 12674
Enregistré le : lun. sept. 07, 2015 5:05 am
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Hal » jeu. oct. 04, 2018 12:27 pm



Je préfère celle là perso. :mdr:
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 04, 2018 12:29 pm

oui je suis en train de la réécouter là :D
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 04, 2018 12:41 pm

parmi toutes les références il y en a aussi que je ne connaissais pas (à part de réputation) mais en tout cas l'une qui m'a titillé c'est le géant de fer, il faudrait que je vois le film de Brad Bird un jour :mrgreen:

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » jeu. oct. 04, 2018 12:45 pm

Voila c'est plaisant pour toutes les allusions qu'on peut repérer, cet univers virtuel que ça donne mais ça n'a franchement pas la profondeur, la complexité et la beauté d'un Mamoru Oshii, c'est avec beaucoup moins de subtilité et c'est plus simple d'esprit dans son message, faudrait pas que les neurones du public chauffent de trop :mdr:. Les américains sont de grands handicapés mentaux, faut pas trop leur en demander, manger un hamburger demande déjà beaucoup de concentration :lol:. Allez ça c'est gratuit, un petit coup de tacle envers eux. Heureusement ils sont pas tous comme ça :mrgreen:.
Euh...sinon autrement c'est agréablement divertissant, on ne s'ennuie pas, c'est un bon petit gâteau au chocolat, reste que Spielberg livre une bonne petite œuvre :D. Ah et sinon le méchant avec son crâne au niveau du corps, t'as pas un peu songé à Skeletor en le voyant ? :mrgreen:

Ah pis oui le Géant de Fer faut franchement que tu vois :mrgreen:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 04, 2018 12:47 pm

je n'ai pas pensé à Skeletor car il n'a pas vraiment ce look et il doit y avoir d'autres persos avec des cranes mais justement je me demandais à quoi ça faisait référence ? c'est lié à quelque chose ?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337068
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 04, 2018 12:53 pm

là je suis en train de regarder la critique du JDG et seb je suis assez d'accord avec eux (notamment pour les bémols) :

Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103237
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Ready Player One (de Steven Spielberg)

Messagepar Scarabéaware » jeu. oct. 04, 2018 1:09 pm

phoenlx a écrit :je n'ai pas pensé à Skeletor car il n'a pas vraiment ce look et il doit y avoir d'autres persos avec des cranes mais justement je me demandais à quoi ça faisait référence ? c'est lié à quelque chose ?


Oui mais une sorte d'allusion, autrement je vois pas à quel personnage ça peut faire référence :penseur:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".



Retourner vers « Science-fiction - Anticipation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité