Dark (série SF)

La Science-fiction au cinéma, en littérature, voire en BD : sagas futuristes, space opera, cyberpunk, dystopies, uchronies, récits post apocalyptiques ...
Meleor
La forteresse d'Udûn
La forteresse d'Udûn
Avatar du membre
Messages : 9704
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Dark (série SF)

Messagepar Meleor » lun. oct. 14, 2019 10:17 pm

Image

Dark est une série télévisée de science-fiction allemande de dix-huit épisodes en soixante minutes créée par Baran bo Odar, diffusée depuis le 1er décembre 2017 sur Netflix.
Elle est sélectionnée et projetée en avant-première mondiale au Festival international du film de Toronto en septembre 2017.


Synopsis:

En 2019, le policier Ulrich Nielsen cherche désespérément son fils disparu, Mikkel, âgé de 12 ans. 33 ans plus tôt, en 1986, c'est son petit-frère Mads qui a disparu dans des circonstances tout aussi mystérieuses. Dans la ville de Winden, ce sont quatre familles, traumatisées par cette disparition, qui tentent de résoudre les mystères qui entourent la ville et sa région. Jonas Kahnwald est lui aussi marqué par cette affaire mais également par le suicide de son père. Il va tenter d'en savoir plus.
Les investigations des policiers et de certains habitants vont mettre en lumière une histoire qui recommence tous les 33 ans. Des évènements se déroulant en 1953, 1986 et 2019 sont étroitement liés.






Meleor
La forteresse d'Udûn
La forteresse d'Udûn
Avatar du membre
Messages : 9704
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Dark (série SF)

Messagepar Meleor » lun. oct. 14, 2019 10:34 pm

critique de Télérama qui met TT en sachant que la note TT c'est pour chef d'œuvre, là c'est on aime beaucoup:

“Dark”, une tragédie fantastique émouvante et intense sur Netflix
Pierre Langlais Publié le 30/11/2017. Mis à jour le 12/03/2018 à 17h45.

Ne vous fiez pas à ses airs d’enquête policière déjà vue : la première série allemande de la plate-forme de SVOD, tragédie familiale métaphysique teintée de science-fiction, est captivante. Présentation critique, avec l’aide de ses créateurs.
Difficile d’évoquer Dark, la première création allemande de Netflix, sans révéler en partie son intrigue. La plate-forme de SVOD elle-même, à la veille de son lancement vendredi 1er décembre, semble s’être résolue à « spoiler » ce thriller mélancolique dans une bande-annonce très efficace, où s’affiche : « La question n’est pas où, qui, comment, mais quand ? » Parce que Dark mérite le détour et confirme la montée en puissance des séries allemandes, nous n’en dirons pas plus. Son récit débute comme beaucoup (trop) de polars récents : à Winden, une petite ville perdue en pleine forêt et dominée par une imposante centrale nucléaire, un adolescent disparaît. Puis un enfant. Or un événement de même nature avait déjà eu lieu dans la région, trente-trois ans plus tôt. Le cœur du mystère semble se trouver dans une inquiétante grotte…
Il faut laisser du temps à Dark (« sombre », en anglais) pour dépasser les a-priori. « Au début, vous êtes convaincu de regarder un thriller façon Broadchurch ou The Missing, explique Baran bo Odar, son co-créateur et réalisateur. Puis, quand on pénètre dans la grotte, vous croyez avoir affaire à une série horrifique. A moins, vous dites-vous après un épisode de plus, qu’il ne s’agisse d’une histoire de science-fiction… » Dark est tout cela à la fois. Après des débuts chargés en informations, voire confus, où l’on découvre une foule de personnages aux destinées sans liens évidents, elle met en place les pièces d’un puzzle de plus en plus puissant, orchestré en deux temporalités : notre époque et 1986.


Loin de la vision nostalgique de Stranger Things – à laquelle elle sera certainement comparée –, Dark met en scène un monde crépusculaire, écrasé sous un ciel gris et noyé par des pluies torrentielles. Un univers oppressant, marqué dans le temps présent par la défiance entre ses habitants, le vide, l’envie de s’échapper d’une ville qui semble loin de tout ; et, dans le passé, par l’ombre de la catastrophe de Tchernobyl – « Le premier événement terrifiant de nos vies, se souvient Jantje Friese, co-créatrice et scénariste de la série. A l’époque, nos mères nous interdisaient de jouer dehors, par peur des pluies acides. Nous sommes restés enfermés pendant plusieurs semaines. » Dans ce double espace-temps, idéal pour une tragédie grecque moderne, quatre familles aux liens complexes vont se déchirer, révéler leurs secrets, et payer le prix de leurs erreurs passées. En espérant pouvoir sortir d’un cycle funeste…
Orchestrée autour de la figure du labyrinthe – « parfaite métaphore de la quête intérieure, de la nécessité de se trouver soi-même », souligne Jantje Friese –, Dark joue habilement avec les archétypes tragiques, personnages maudits ou intrépides, amours impossibles, mensonges, trahisons… Elle invente une façon originale d’aborder l’impact des décisions parentales sur les enfants, mêle une enquête classique à une réflexion sur la mémoire, le tout dans un cadre régulièrement frappé par des événements paranormaux. Goethe, Nietzsche et Platon sont directement cités, mais la première inspiration philosophique de la série reste Schopenhauer et sa vision déterministe de l’existence, qui s’applique au suspense de la série, entre passé et présent. « Le philosophe nous dit que le libre arbitre est une illusion, et que notre existence, comme tout ce que nous croyons dépendre de notre volonté, est en fait prédéterminée », poursuit Jantje Friese.

Dark multiplie les pistes narratives, déstabilise, manque parfois de nous égarer, mais nous éclaire toujours à temps. Elle nous emporte au terme de son troisième épisode, quand prend forme sa tragédie. Puis, quelques épisodes plus loin, alors que son mécanisme fantastique se met pleinement en place. « Dark est un récit humaniste, avec en son cœur un cycle de violence où l’on fait souffrir parce qu’on nous a fait souffrir, précise Baran bo Odar. C’est une constante tragique de l’humanité, que nous adaptons à notre microcosme en questionnant la nécessité d’y mettre fin, au risque de bouleverser la marche du monde. Ce genre d’enjeu peut déboucher sur un grand spectacle fantastique, comme Matrix. Nous préférons en faire un drame intimiste, une histoire familiale à travers les âges. »
La mise en scène de Baran bo Odar, hyper travaillée, est riche en clairs-obscurs, en compositions symboliques, en images poétiques et en plans millimétrés. « La structure narrative de la série, pleine de parallèles spatiaux et temporels, appelait la symétrie, analyse Baran bo Odar. Stanley Kubrick m’a beaucoup inspiré dans sa façon de placer son sujet au centre du cadre, pour capter l’intention du spectateur, pour l’aspirer dans l’image, quelle que soit sa complexité. » Il faut accepter de dépasser une introduction qui semble banale, oublier ses a-priori (non, les séries allemandes ne se limitent pas à Derrick et Rex, chien flic) et se laisser envahir par l’atmosphère dépressive de Dark. En avançant à l’aveugle comme Thésée guidé par le fil d’Ariane – une référence directe –, on découvre une série émouvante, surprenante et de plus en plus captivante.
Dark, saison 1, sur Netflix, le vendredi 1er décembre.


Indy
Fondation Graad
Fondation Graad
Avatar du membre
Messages : 24
Enregistré le : ven. oct. 04, 2019 6:57 pm

Re: Dark (série SF)

Messagepar Indy » mar. oct. 15, 2019 1:42 pm

C'est une excellente série ! :super:

J'ai regardé d'un coup les deux premières saisons mais il faut attendre l'année prochaine pour connaître la suite.

Je dois dire que j'ai rarement vu une série avec une intrigue aussi riche et complexe sur le thème des voyages dans le temps. Cette série rend fou et on devine que les scénaristes ont dû se faire des noeuds au cerveau. Il est important de bien repérer les personnages et leurs liens de parenté dès le départ car la série se déroule sur plusieurs périodes et elle implique plusieurs générations.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322237
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Dark (série SF)

Messagepar phoenlx » mar. oct. 15, 2019 1:43 pm

ça me donne envie de la voir :shock:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
La forteresse d'Udûn
La forteresse d'Udûn
Avatar du membre
Messages : 9704
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Dark (série SF)

Messagepar Meleor » mar. oct. 15, 2019 2:09 pm

J'ai vu les 4 premiers épisodes depuis hier soir! En effet ça m'a l'air très bien même s'il faut dépasser une forme d'austérité âpre propre aux séries nordiques!

Et sinon je suis tombé sur cet article de Biiinge sur les séries les plus prises de tète et voici ce qu'ils disent de Dark:

Parce que c’est quasiment un genre en soi, dans lequel on adore se perdre (nous et Reddit) et élaborer des théories qui seront détruites par le prochain épisode, Biiinge s’est creusé le cerveau pour vous proposer une liste des séries les plus prises de têtes de ces dernières années.
Dark


Si les scénaristes américains ont toujours excellé dans le genre du high concept, les Européens tiennent enfin leur revanche avec Dark. Avec cette série disponible sur Netflix, nos voisins allemands ont prouvé que la culture du mystère, une narration à base d’allers-retours temporels et une galerie de personnages foisonnante étaient désormais choses possibles dans nos contrées. Si Westworld est connue pour nous perdre dans sa chronologie, Dark est allée encore plus loin avec une saison 2 qui mélangeait pas moins de 5 temporalités différentes.
Comme toute série high concept ambitieuse, l’œuvre de Baran bo Odar et Jantje Friese séduit par la profondeur de sa mythologie. Dark cite Einstein et sa théorie sur la relativité du temps, mais aussi des passages de l’Apocalypse de Saint Jean avec un personnage de pasteur qui se fait appeler l’Homme en noir (poke le frère de Jacob et William). Les scénaristes s’amusent également avec les chiffres et leurs symboliques (des bonds dans le temps de 33 ans), et se basent sur des conventions scientifiques pour ne pas noyer le spectateur dans les éléments fantastiques (la centrale nucléaire). En fin de compte, Dark est tout simplement parvenue à s’approprier les codes d’une série culte telle que Lost pour mieux les réinventer. (A.D.)
Niveau de migraine : 4 pilules normales


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322237
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Dark (série SF)

Messagepar phoenlx » mar. oct. 15, 2019 2:27 pm

oui j'ai l'impression qu'ils ont copié le concept de westworld avec plein de temporalités différentes, dans westworld j'ai trouvé ça à la fois génial mais dans le fond très troublant, génial car on n'arrête pas de se poser des questions sur ce qui se passe, à quelle époque on est, comment tout s'articule etc (mais à y bien réfléchir, dans westworld, un truc me gêne dans ce concept, il est un peu .. inutile je trouve, dans le sens où westworld c'est une série avec de l'ia, des robots, un parc, plein de choses qui se passent mais c'est pas comme dans cloud atlas par exemple (des frères wachovski) ou ce genre d'univers ou il est intéressant de jouer sur la temporalité pour montrer notamment comment le passé impacte le futur. enfin disons que dans westworld, il y a un peu de ça aussi mais je trouve parfois qu'une narration plus linéaire et basique (mais accompagnée de flashbacks bien sentis en ce moments clés pour nous faire comprendre certains trucs) aurait pu donner aussi une série intéressante à suivre, mais certes moins truculente pour tous les questionnements sur la trame.

Là du coup je me demande ce que ça peut donner dans cette série. étant donné qu'il y a une histoire de voyages dans le temps, si ça se trouve c'est encore plus intéressant et ça se justifie plus :mrgreen:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Indy
Fondation Graad
Fondation Graad
Avatar du membre
Messages : 24
Enregistré le : ven. oct. 04, 2019 6:57 pm

Re: Dark (série SF)

Messagepar Indy » mar. oct. 15, 2019 2:40 pm

C'est totalement surréaliste avec une ambiance sombre et oppressante mais très différente de Stranger Things. Ici, les personnages sont tourmentés par leurs secrets et leurs démons.

En particulier, ils vont essayer de changer le cours des événements mais ce faisant, ils ne font que les provoquer et empirer encore la situation, comme un cycle infernal


La série a été tournée dans les environs de Berlin et on retrouve cette austérité dans l'architecture des bâtiments, les intérieurs tristes, les décors apocalyptiques et le choix de couleurs ternes (c'est filmé en hiver sous la pluie). Même les acteurs ont le visages durs et burinés.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322237
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Dark (série SF)

Messagepar phoenlx » mar. oct. 15, 2019 2:45 pm

oui ça pourrait bien me plaire (je l'ai ajouté sur ma liste de visionnages :super: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Indy
Fondation Graad
Fondation Graad
Avatar du membre
Messages : 24
Enregistré le : ven. oct. 04, 2019 6:57 pm

Re: Dark (série SF)

Messagepar Indy » mar. oct. 15, 2019 2:53 pm

Je ne connais pas Westworld mais si tu aimes les séries sur les voyages dans le temps, celle-ci devrait te plaire. On avance dans la série à tâtons et on n'arrête pas de se poser des questions.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322237
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Dark (série SF)

Messagepar phoenlx » mar. oct. 15, 2019 3:49 pm

westworld tu devrais la voir, pour moi c'est l'une des deux trois meilleures séries SF de ces 20 dernières années, c'est pas excellent c'est au-delà :mrgreen: (la troisième saison devrait arriver en 2020) ..
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
La forteresse d'Udûn
La forteresse d'Udûn
Avatar du membre
Messages : 9704
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Dark (série SF)

Messagepar Meleor » mar. oct. 15, 2019 4:14 pm

phoenlx a écrit :oui j'ai l'impression qu'ils ont copié le concept de westworld avec plein de temporalités différentes, dans westworld j'ai trouvé ça à la fois génial mais dans le fond très troublant, génial car on n'arrête pas de se poser des questions sur ce qui se passe, à quelle époque on est, comment tout s'articule etc (mais à y bien réfléchir, dans westworld, un truc me gêne dans ce concept, il est un peu .. inutile je trouve, dans le sens où westworld c'est une série avec de l'ia, des robots, un parc, plein de choses qui se passent mais c'est pas comme dans cloud atlas par exemple (des frères wachovski) ou ce genre d'univers ou il est intéressant de jouer sur la temporalité pour montrer notamment comment le passé impacte le futur. enfin disons que dans westworld, il y a un peu de ça aussi mais je trouve parfois qu'une narration plus linéaire et basique (mais accompagnée de flashbacks bien sentis en ce moments clés pour nous faire comprendre certains trucs) aurait pu donner aussi une série intéressante à suivre, mais certes moins truculente pour tous les questionnements sur la trame.

Là du coup je me demande ce que ça peut donner dans cette série. étant donné qu'il y a une histoire de voyages dans le temps, si ça se trouve c'est encore plus intéressant et ça se justifie plus :mrgreen:


Je vais citer ce que dit l'article pour Westworld avec 4 pilules gigantesques mais le record est 6 pilules gigantesques pour Mr Robot ou ils disent que ça risque de faire perdre nombre de spectateurs qui n'y comprennent plus rien pour réduire au noyau dur des plus accros mais que ça a bien révélé un nouveau grand nom des séries, Sam Esmail qui a confirmé avec sa nouvelle série Homecoming.


"Is this now ?", s’interroge éperdument à voix haute Bernard pendant toute la durée de la saison 2 de Westworld. Comme un appel de détresse supposé briser le quatrième mur, le personnage incarné par Jeffrey Wright s’adresse directement au spectateur pour mieux perturber sa vision de la réalité. La narration sinueuse de Westworld, qui joue avec le temps mais aussi des concepts philosophiques et psychologiques complexes tels que la bicaméralité de l’esprit, a rarement autant fait surchauffer nos cerveaux devant un écran. Rien d’étonnant donc quand ces créateurs, Jonathan Nolan et Lisa Joy, disent piocher leurs inspirations dans Lost, le concept de "mystery box" développé par J. J. Abrams ou encore l’œuvre culte de Lewis Carroll, Les Aventures d’Alice au pays des merveilles.
Depuis deux saisons, cette œuvre de science-fiction pose des questions d’anticipation qui effraient autant qu’elles fascinent : le déterminisme humain, les modules de simulation, l’intelligence artificielle, le libre arbitre sont autant de thématiques explorées à travers des personnages à la psyché profonde. La grande force de Westworld réside dans sa capacité à créer davantage d’empathie à l’égard des androïdes plutôt que des humains auprès de ses spectateurs. L’intrigue fut jugée si obscure en saison 2 que le tandem de créateurs a choisi de lever le frein pour les futurs épisodes, dans l’espoir de remonter ses audiences et ne pas s’écraser comme une majeure partie des séries high concept. (A.D.)



Sinon non Dark ont pas du pomper sur Westworld tant c'est très différent dans ce que ça raconte et puis c'est pas que des trames différentes il y a aussi des vrais voyages temporels! En plus les trames sur différentes temporalités c'était déjà dans Lost comme le dit l'article qui a inspiré Westworld ensuite mais aussi par ex dans Damages mais aussi dans la série de Ryan Murphy sur l'Assassinat de Gianni Versace! Ou par ex dans Pulp Fiction. En tout cas moi j'adore ça donc je reprocherais pas ça à Westworld c'est même pour moi un de ses gros points forts.

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 94274
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Dark (série SF)

Messagepar Scarabéaware » mar. oct. 15, 2019 6:43 pm

Ça a de quoi largement intriguer tout ça, je vais noter à voir aussi à un moment pour cette série qu'on doit à nos voisins allemands :mrgreen:. Y a de quoi en avoir une expérience intéressante et de quoi bien réfléchir quand à l'entremêlement temporel que ça doit faire.

Oh pis quand à penser à Westworld, je dirais pas que c'est inutile pour le concept d'être sur différentes trames à la fois, c'est sur qu'on a déjà pas mal à faire avec l'IA et tout, mais ça ajoute un pan de labyrinthe à nous faire justement réfléchir aussi avec la temporalité, le côté puzzle est aussi amusant en soit et puis en plus on se doutait pas forcément au début, ça ajoute une proportion qui a de son petit intérêt aussi, c'est jouer avec le spectateur et ça fonctionne très bien ainsi de toute façon. C'est fait intelligemment quand même malgré que ça pourrait être remplacé par des flashback bien sentis mais ça serait un peu différent. Non moi j'approuve totalement le procédé.

Par contre en lisant le synopsis je ne peux pas m'empêcher de me demander s'il y aurait pas une allusion à Mads Mikkelsen de glissée :mrgreen:. Entre Mads et Mikkel tous deux disparus ça fait comme un petit raccord, et on a le sen dans Nielsen :mdr:. C'est peut être tordu mais j'ai comme une impression que c'est pas anodin.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322237
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Dark (série SF)

Messagepar phoenlx » mar. oct. 15, 2019 8:22 pm

oui c'est vrai que dans westworld ça se justifie, par rapport à toute la réflexion sur la bicaméralité ! :D moi aussi j'adore ça en fait, ça fait beaucoup réfléchir
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Indy
Fondation Graad
Fondation Graad
Avatar du membre
Messages : 24
Enregistré le : ven. oct. 04, 2019 6:57 pm

Re: Dark (série SF)

Messagepar Indy » mer. oct. 16, 2019 11:15 am

phoenlx a écrit :westworld tu devrais la voir, pour moi c'est l'une des deux trois meilleures séries SF de ces 20 dernières années, c'est pas excellent c'est au-delà :mrgreen: (la troisième saison devrait arriver en 2020) ..


Je la regarderai prochainement :poignée de main:

gold
Le champ de fleurs
Le champ de fleurs
Avatar du membre
Messages : 4087
Enregistré le : mer. déc. 04, 2013 2:36 pm

Re: Dark (série SF)

Messagepar gold » jeu. oct. 17, 2019 1:35 am

Dans la liste de série que je dois voir depuis un moment, on m'en a dit le plus grand bien, beaucoup la qualifie de chef d'oeuvre


Retourner vers « Science-fiction - Anticipation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités