Les Nains - Enfants d'Aulë

Depuis les nains ou naugrim dans leurs sombres demeures de pierre à l'intérieur des montagnes jusqu'aux hobbits de la Comté ou du pays de Bree en passant par les nombreux peuples elfiques , les orcs , les humains, nous aborderons ici l'étude ethnographique du monde de Tolkien ; Nous verrons comment chaque peuple évolue avec le temps, ses variantes selon les régions, études des moeurs des populations, us et coûtumes ainsi que les relations des peuples entre eux.
Règles du forum
Attention - Le flood est interdit dans cette rubrique du forum et les contrevenants s'exposent à des sanctions. Pour les discussions HS ou si vous voulez partir dans des délires entre vous, vous êtes invités à utiliser les rubriques du forum orientées bavardages où la charte est assouplie comme la taverne. Merci de votre compréhension
itikar
règne d'Elendil
règne d'Elendil
Avatar du membre
Messages : 18621
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar itikar » lun. oct. 14, 2019 9:22 pm

Préambule : l'idée de ce topic provient de ce site http://loridan.info/rpg/harp-tdm-univers/peuples/nains
Dans un premier temps, va figurer ici le copié collé exact du contenu de ce site, mais, petit à petit, il sera modifié pour être enrichi et plus original.
A noter que je ne connais sans doute pas assez les Nains de Tolkien pour assurer à 100% que tout le contenu ici est bien canon, mais cela tend à l être.


Image

Les Nains

Ori­gine

Image

Les Nains ne sont pas, comme les Elfes et les Humains, les Enfants d’Ilúvatar, mais du Vala Aulê, qu’ils nomment Mahal. Celui-ci désira tant voir Arda être peu­plée, et avoir un peuple à qui il pour­rait ensei­gner ses connais­sances, qu’il façonna les Nains, en secret des autres Valar, et sans consul­ter Ilú­va­tar. Comme les Nains devaient naître à une époque où Melkor régnait, il les fit petits mais robustes, indé­pen­dants et indomp­tables. Il leur donna aussi l’amour des pierres, de la forge et des pier­re­ries, et une langue qu’il inventa, le Khuz­dûl. Mais si son tra­vail pou­vait rester caché aux Valar, il ne pou­vait pas l’être à Ilú­va­tar, qui lui demanda la raison de ses actes, car il n’était pas dans ses pou­voirs de donner la vie à ses créa­tions, ce pou­voir, seul Ilú­va­tar le détient, et les Nains res­taient dépen­dants de la volonté de leur créa­teur, ne pou­vant agir or de sa pensée et de sa volonté. Il lui demanda s’il cher­chait la domi­na­tion sur des êtres, mais Aulë répon­dit qu’il ne cher­chait qu’à donner l’existence à des êtres pour les aimer, les ensei­gner et leur mon­trer la beauté d’Arda. Aulë, les yeux plein de larmes, s’apprêtait à détruire les Nains qu’il avait fabri­qué, mais Ilú­va­tar l’arrêta, à cause de son humi­lité, et parce qu’il n’avait pas d’intention mau­vaise : J’accepte ton offre comme tu me l’as faite. Ne vois-tu pas que ces êtres ont désor­mais une vie indé­pen­dante et qu’ils parlent de leur propre voix ? Sinon ils n’auraient pas reculé devant tes coups ni devant ta volonté.

Aulë le loua, et dit » Qu’Eru bénisse mon œuvre et l’améliore ! ». A cela, Ilú­va­tar ajouta :

De même que j’ai donné être aux pen­sées des Ainur au com­men­ce­ment du Monde, de même j’ai accepté à ton désir et y ait fait place, mais en aucune façon je ne cor­ri­ge­rai ton œuvre, elle res­tera telle que tu l’as faite. Ce que je ne veux pas, c’est que ces êtres appa­raissent avant les Pre­miers Nés de mes Enfants et que ton impa­tience soit récom­pen­sée. Ils vont dormir main­te­nant dans la nuit sous la roche et ne se lève­ront pas avant que les Pre­miers Nés soient venus sur terre. Ils atten­dront et toi aussi tout ce temps, si long qu’il paraisse. Quand le moment sera venu, je les éveille­rai et ce seront comme tes enfants, et sou­vent il y aura batailles entre les tiens et les miens, les enfants de mon choix et ceux que j’avais adop­tés.

Aulë prit alors les Nains, et les plaça dans des cavernes ou ils devraient repo­ser de longues années, jusqu’à l’éveil des Elfes.

Les Sept Pères des Nains

Aulë coucha les sept pères des Nains sous les mon­tagnes, deux par deux, et il donna une com­pagne à chacun d’entre eux, mais Dúrin repo­sait seul. Après l’éveil des Quendi, Aulë réveilla les Nains. Tous les pères sont à l’origine d’un des sept Peuples de Nains.

Image
Durin l'immortel

Durin l’Immortel, l’Ainé des Nains, le père des Longue Barbes, s’éveilla sous le Mont Gun­da­bad, qui demeure un lieu sacré pour tous les Nains, et où se dérou­laient les réunions des Sept Clans, jusqu’à ce qu’il soit envahi par les Orques. Il voya­gea len­te­ment et lon­gue­ment vers le sud des Monts Bru­meux, jusqu’à ce qu’il découvre le Lac du Miroir, comme il est raconté dans la pre­mière strophe de la chan­son de Gimli dans la Moria.

Le monde était jeune et les mon­tagnes vertes.
Aucune tache encore sur la lune ne se voyait,
Aucun mot n’était apposé sur les rivières ou les pierres,
Quand Dúrin s’éveilla et marcha soli­taire.
Il nomma les col­lines et les combes sans noms,
Il but l’eau des puits jusqu’alors non goû­tées ;
Il se baissa et regarda dans le Lac du Miroir
Et vit appa­raître une cou­ronne d’étoiles,
Comme des joyaux sur un fil d’argent,
Au-dessus de l’ombre de sa tête.


Il y eut aussi deux Pères qui s’éveillèrent ensemble dans les Mon­tagnes Bleues, les Pères des Torses-Larges et des Barbes de Feu. Ce sont eux qui fon­dèrent les cités de Nogrod et de Bele­gost.

Des quatre clans res­tant on sait peu de choses à part les noms, et le fait qu’ils s’éveillèrent dans l’est : les Boucles Noires, les Pieds de Pierre, les Barbes-Raides et les Poings de Fer. Ils n’entrent aucu­ne­ment dans les récits et les his­toires des Elfes et des Hommes du Nord-Ouest des Terres du Milieu, et on ne sait rien d’eux. Il est pos­sible qu’ils tombent sous l’emprise de Mor­goth dans les Temps Anciens, ou, plus tard, sous celle de Sauron.

Les Sept Tribus des Nains

Longues Barbes
Père de la Tribu : Durin
Région : Mont Gun­da­bad

Torses-Larges
Père de la Tribu : Nom Inconnu
Région : Belegost

Barbes de Feu
Père de la Tribu : Nom Inconnu
Région : Nogrod

Poings de Fer
Père de la Tribu : Nom Inconnu
Région : Inconnu

Barbes-Raides
Père de la Tribu : Nom Inconnu
Région : Inconnu

Boucles Noires
Père de la Tribu : Nom Inconnu
Région : Inconnu

Pieds de Pierre
Père de la Tribu : Nom Inconnu
Région : Inconnu

Les demeures connues des Nains en Arda :

* Mont Gun­da­bad, demeure d’origine du peuple de Durin, les Longues Barbes.
* Nogrod (Kh. « Tumun­za­har ») demeure d’origine du peuple des Barbes de Feu.
* Bele­gost (Kh. « Gabil­ga­thol ») demeure d’origine du peuple des Larges Poutres.
* Moria (Kh. « Khazad-dûm »; Sind. Hadhodrond) le grand domaine décou­vert par Durin, demeure des Longues Barbes.
* Erebor, le Mont Soli­taire.


Les Petits-Nains

Image
Mim, dernier des Petits-Nains

En sin­da­rin Noe­gyth Nibin et Nibin-Nau­grim. Ce sont les Nains qui furent bannis des grandes cités de l’Est avant même le retour de Mor­goth, et qui s’établirent les pre­miers dans les cavernes de Nar­go­thrond et d’Amon Ruth. Au début ils étaient chas­sés par les Elfes, qui les lais­sèrent en paix par la suite, mais leur haine resta tou­jours pré­sente. Leur talent comme leur hon­neur dégé­néra ainsi que leur taille, car ils s’habituaient à vivre cour­bés dans leurs cavernes, fur­tifs et dis­crets. Ils s’éteignirent avec M’in (Mim), et ses fils.

Arbre Généalogique partielle de quelques Nains célèbres de la Lignée de Durin :

Image

Les pre­mières grandes cités des Nains

L’Histoire des Nains au Pre­mier Age

Image
Nogrod

Image
Belegost

Dans les âges recu­lés, les clans des Barbes de Feu et des Torses-Larges fon­dèrent deux grandes cités dans les Mon­tagnes Bleus (S.« Ered Luin ») Nogrod et Bele­gost, vers l’année 1250 des Deux Arbres.

Plus loin dans l’est, dans les Monts de Brume, se trou­vait Khazad-dûm (la Demeure des Nains, ou les Cavernes des Nains, ou encore le Châ­teau des Nains) que plus tard on appela la Moria, la plus grande et la plus splen­dide des villes des Nains, et dont le roi était Duan, mais qui n’entre pas dans les récits de cette époque.

Nogrod (Demeure des Nains) était le nom sin­da­rin de la cité qu’ils appe­laient Tumun­za­har, et qui était située la plus au sud. Bele­gost (la Grande For­te­resse) était le nom de la cité qu’ils nom­maient Gabil­ga­thol, au nord du Mont Dolmed. Les Nains ren­con­trèrent rapi­de­ment les Elfes de Doriath. Leur langue parais­sait rude et peu agréable aux Elfes, mais ils apprirent rapi­de­ment le Sin­da­rin. Peu d’Elfes se ren­dirent dans leurs cités, à part Eöl et son fils Mae­glin, ceux des Elfes qu’ils esti­maient le plus (et pour­tant des Sindar), mais les Nains n’hésitaient pas à ses rendre chez eux. Ils construi­sirent une route, qui sui­vait la rivière Ascar et pas­sait le Gelion au gué de Sarn Athrad.

Il y eut de nom­breux échanges entre les deux peuples, car les Nau­grim (le Peuple Chétif, nom sin­da­rin des Nains) étaient d’habiles for­ge­rons, joailliers et maçons. Melian leur ensei­gnait ce qu’ils dési­raient, et Thin­gol leur don­nait des grosses perles venant de l’Île de Balar, et tout par­ti­cu­liè­re­ment Nim­phe­los, que le chef des Nains de Bele­gost esti­mait autant qu’un trésor. Ceux de Bele­gost firent pour eux les cavernes de Mene­groth. Les Nains de Nogrod eurent moins de rap­ports avec les Elfes de Doriath. Il leur fallut ensuite forger les pre­mières armes, car s’annonçaient les pre­miers signes du retour de Mor­goth, et de ses créa­tures.

Image
Telchar de Nogrod au travail

Ils for­geaient le meilleur acier qui soit, supé­rieur même à celui des Noldor, et leurs cottes de maille, inven­tées par ceux de Bele­gost, étaient les meilleurs au monde. Les for­ge­rons de Nogrod étaient les plus doués, et Tel­char était le plus grand d’entre eux. Quand Daeron inventa les cirth, les Runes, les Nains les assi­mi­lèrent avec grand plai­sir, et les déve­lop­pèrent à l’est des Mon­tagnes Bleues, tenant Daeron en plus grande estime même que les Elfes. Plus tard, lors de la pre­mière bataille contre les Orcs, les Nains des­cen­dus du Mont Dolmed exter­mi­nèrent les Orcs sur­vi­vants, qui fuyaient vers le nord.

Image

Plus tard, lorsque les Noldor arri­vèrent, ils aidèrent Finrod à bâtir Nar­go­thrond, le sur­nom­mant Fela­gund, le Creu­seur de Cavernes, et ce surnom resta le sien. Ils lui firent aussi le Nau­gla­mir, qui plus tard porta un Sil­ma­ril. Il est aussi très fort pro­bable que les Nains eurent des contacts avec les Humains avant les Elfes de Bele­riand, leur ensei­gnant une partie de leur langue, qui influença l’adûnaic. Ceux de l’Est, au-delà des Monts Bru­meux, for­mèrent durant le Pre­mier Age une ligue avec les humains, qui s’avéra pro­fi­table aux deux peuples.

Image
Nirnaeth Arnoediad - Le courage des Nains

Image
Azaghal quittant mortellement blessé le champ de bataille

Plus tard encore, ils aidèrent Maedh­ros en par­ti­ci­pant à Nir­naeth Arnoe­diad, en 473, livrant des armes et des com­bat­tants. Lors de cette bataille, ils acquirent grand renom, en résis­tant vaillam­ment à Glau­rung et ses Dra­gons, grâce à leurs solides armures et leurs masques effrayants. Ils entou­rèrent Glau­rung en le frap­pant de toutes leurs forces avec leurs haches, et ils réus­sirent à le bles­ser, malgré son armure. Dans sa rage, il pié­tina Azag­hâl, le Sei­gneur de Bele­gost, mais celui-ci lui planta son poi­gnard dans le ventre, et il dut quit­ter le champ de bataille. Les Nains retour­nèrent ensuite dans leurs demeures, por­tant leur sei­gneur en chan­tant len­te­ment, et nul ennemi n’osa s’attaquer à eux.


Image
Mort de Thingol, le Sac de Doriath

Lorsque Thin­gol entra en pos­ses­sion du Sil­ma­ril et du Nau­gla­mir, en 500, il lui vint à l’idée de réunir ces deux joyaux en un, fabu­leux, et il demanda aux for­ge­rons de Nogrod qui se trou­vaient à Mene­groth de se char­ger de ce tra­vail. Mais, fas­ciné par ce qu’ils avaient réa­lisé, et par la Lumière du Sil­ma­ril, ils vou­lurent le garder pour eux. Le roi Thin­gol devina leur des­sein, et les insulta, mais ils le tuèrent, et s’enfuirent. Ils furent rat­tra­pés, et mas­sa­crés, et le Sil­ma­ril fut reprit, mais deux purent s’enfuir jusqu’à Nogrod, où ils racon­tèrent que Thin­gol avait fait assas­siné les for­ge­rons pour ne pas avoir à les payer. Les Nains de Nogrod entrèrent dans une rage folle, vou­lant atta­quer Doriath. Ils deman­dèrent de l’aide à leurs frères de Bele­gost, mais ceux-ci ne leurs en don­nèrent pas, et vou­lurent même les dis­sua­der. L’armée des Nains péné­tra faci­le­ment en Doriath, qui n’était plus pro­tégé par l’Anneau de Melian, et qui était en proie au désar­roi géné­ral, mais il y eut un grand combat à Mene­groth, où beau­coup périrent dans les deux camps, et Mablung fut tué. Fina­le­ment, les Nains repar­tirent avec le Sil­ma­ril, mais, au gué de Sarn Athrad, ils furent atta­qués par Beren et les Elfes-Verts d’Ossiriand, et Beren tua leur sei­gneur qui maudit son trésor en mou­rant. Très peu s’échappèrent, mais ils furent ensuite empor­tés par les Gar­diens des Arbres, près du Mont Dolmed, et aucun ne retrouva ses demeures.

Image

Image

Image
Bataille du gué de Sarn Athrad


Gloire de Khazad-dûm

Les Nains au Second Age

Image

Lorsque Durin s’éveilla, sous le Mont Gun­da­bad, il partit ensuite vers le sud. Il décou­vrit les cavernes d’Azanulbizar, et y fonda Khazad-dûm, qui eût beau­coup de noms dans beau­coup de lan­gages. De par sa lon­gé­vité, il reçut le surnom d’Immortel, et il régna long­temps, durant presque tous les Jours Anciens, mais il mourut avant la fin du Pre­mier Age, et sa tombe se trouve en Khazad-dûm. Cepen­dant, les croyances des Nains affirment que parmi ses des­cen­dants, les plus forts et les plus nobles en sont la réin­car­na­tion, aussi y eut il cinq héri­tiers en sa maison qui se nom­mèrent Dúrin, et aussi un sixième, plus tard. Khazad-dûm était la plus grande et la plus splen­dide des cités sou­ter­raines, mais au Second Age sa puis­sance ne fit que s’accroître.

Après la chute du Than­go­ro­drim et le cata­clysme qui englou­tit le Bele­riand, les cités naines de Bele­gost et Nogrod étaient dévas­tée, peut-être au sens propre, mais sur­tout sur un plan éco­no­mique, car les royaumes elfiques de Bele­riand avec qui ils com­mer­çaient n’étaient plus. Aussi, qua­rante années envi­ron après le début du Second Age, les Nains des Mon­tagnes Bleues se ren­dirent à Khazad-dûm. La ville s’améliora encore plus, car il y vivait dif­fé­rents peuples expé­ri­men­tés et aux savoirs dif­fé­rents, et une très grande main d’œuvre. C’était aussi le seul endroit au monde où l’on trou­vait du mithril, ou vrai-argent. Elle s’étendait jusqu’aux mon­tagnes de Zirak-zigil (Sin­da­rin : Celeb­dil, Pic d’Argent), Bara­zim­bar (Sin­da­rin : Caradh­ras, le Rubi­corne), et Bun­du­sha­tur (Sin­da­rin : Fanui­dol, Tête dans les Nuages). La cité s’améliorait, s’agrandissait et pros­pé­rait, ses voûtes, ses colonnes, s’élevaient tou­jours plus hautes.

En l’an 750, les Noldor fon­dèrent l’Eregion, et ceci fut aussi béné­fique aux Nains, car ils pou­vaient doré­na­vant com­mer­cer et échan­ger leurs connais­sances avec les talen­tueux for­ge­rons elfiques, avec qui ils avaient en commun la pas­sion des métaux et de la forge, mais aussi d’Aulë. Les tun­nels de Khazad-dûm pou­vaient aussi servir de pas­sage depuis l’Eregion jusqu’à l’autre ver­sant des Monts de Brume, du côté de la Lórien. Il y avait une très grande amitié entre les deux peuples, ainsi qu’entre les arti­sans, et Narvi et Cele­brim­bor firent ensemble la Porte Ouest.

Avec Sauron, les Elfes-for­ge­rons firent les Anneaux de Pou­voir, dont les Sept, ceux des­ti­nés aux Sept Clans des Nains, et dont on dit qu’ils sont à l’origine de leurs tré­sors, car ils pou­vaient engen­drer l’or (don­nant ainsi ce que dési­raient les Nains). Mais la tra­di­tion veut que ce soit direc­te­ment Cele­brim­bor qui forgea l’Anneau de Durin, même si la volonté malé­fique de Sauron était cer­tai­ne­ment dedans. Quoi qu’il en soit, les Anneaux des Nains avaient peu d’influence sur eux, sinon qu’ils deve­naient plus cupides et plus ren­fer­més, mais n’arrivant pas à les sou­mettre à Sauron (ce qui accrût sa haine des Nains).


Image
Nains de Khazad Dum

Mais lorsque Sauron atta­qua l’Eriador, après avoir trompé les Elfes, les Nains ne firent qu’une seule sortie, avec les Elfes de Lórien, tom­bant sur l’arrière-garde de Sauron : ils furent repous­sés, mais don­nèrent le temps à Elrond de se déga­ger, Sauron les pour­sui­vît, mais ils se réfu­gièrent dans leurs gale­ries, les Portes se refer­mèrent (en 1697), et le res­tèrent pen­dant toute la guerre. Même si Sauron avait la volonté de conqué­rir la Moria et de vaincre ses habi­tants, il y avait là un peuple si nom­breux et si vaillant, qu’une fois les portes refer­mées, cela lui était impos­sible. Sa haine des Nains s’accrût, et il recom­manda aux Ores de les har­ce­ler en toutes occa­sions pos­sibles. Ils res­tèrent ensuite plus isolés dans leurs tun­nels, mais le Peuple de Durin par­ti­cipa tou­te­fois à la Bataille de Dagor­lad, aux côtés des Elfes et des Dúne­dain.

La Chute de la Moria et l’Exil

Les Nains au Troi­sième Age

Image
Le Fléau de Durin

Au Troi­sième Age, la popu­la­tion de la Moria dimi­nua, et, en 1980, les Nains, creu­sant tou­jours plus pro­fon­dé­ment à la recherche de mithril, réveillèrent un Balrog. Réveillèrent, ou plutôt libé­rèrent, car l’agitation du pou­voir de Sauron l’avait sûre­ment déjà tiré de sa tor­peur. Il s’était réfu­gié dans les tré­fonds des Monts de Brume pour échap­per aux Valar, lors de la Guerre de la Grande Colère. Il tua le roi des Nains, Dúrin VI, puis son fils l’année sui­vante, Naïn ler, et décima la popu­la­tion. Les Nains fuirent alors, aban­don­nant leurs antiques demeures, et, en 1999, Thraïn ler, fils de Naïn, fonda le Royaume sous la Mon­tagne, en Erebor. l’Arkenstone qu’ils y décou­vrirent était leur plus grand joyau, et dans les entrailles du Mont Soli­taire, mais son fils Thorïn ler s’exila dans les Mon­tagnes Grises, en 2210, ou se ras­sem­blaient désor­mais les Gens de Duan, car ces Mon­tagnes étaient riches et inex­ploi­tées. Peu à peu, ils amas­sèrent à nou­veau de grandes richesses, qui vinrent jusqu’aux oreilles des Dra­gons des landes glacés au nord, qui, vers 2570, vinrent les har­ce­ler, s’étant mul­ti­pliés, et qui pillèrent toutes leurs ins­tal­la­tions. En 2589, Den ler et son second fils, Frôr, furent tués aux portes de leur palais, par un Grand Drac au sang glacé, et les Nains de Durin aban­don­nèrent les Mon­tagnes Grises, en 2590. Il est à noter qu’il y eût une guerre entre les Nains des Mon­tagnes Grises et les Eothéod (ancêtres des Rohir­rim) lorsque Fram, sei­gneur des Eothéod, tua le Dragon Scatha et insulta les Nains qui lui avaient réclamé leur part de ses tré­sors, et qui peut-être le tuèrent (époque exacte indé­ter­mi­née, mais on sait que c’est en 1977 que Frum­gar, père de Fram, condui­sit les Eothéod dans le Sep­ten­trion).

Image
Thrain Ier découvre Erebor

Thrôr, le fils aîné de Daïn, retourna en Erebor avec son oncle Borin et une grande partie de la popu­la­tion, avec l’Arkenstone, et Grôr, le troi­sième fils de Daïn, partit pour les Monts de Fer. Dans les Monts de Fer, ils gagnèrent une cer­taine pros­pé­rité, com­mer­çant notam­ment beau­coup avec leurs parents d’Erebor. Ceux-ci devinrent à nou­veau puis­sant, com­mer­çant avec les hommes des envi­rons, notam­ment ceux de Dale, la cité qui était toute proche, et ceux qui vivaient entre la Rivière Vive (Cel­duin) et la Rivière Rouge (Carnen). Ils fai­saient des objets de grande qua­lité, mais sur­tout des armures et des armes excep­tion­nelles, et grâce à eux les hommes refou­laient leurs enne­mis. La rumeur de leur splen­deur arriva jusqu’à Smaug le Doré, le plus grand Dragon de son temps, qui tomba par sur­prise sur Erebor et sur Dale en 2770. Beau­coup de Nains périrent, mais Thrôr et son fils Thraïn II s’échappèrent par un pas­sage secret, et à l’extérieur ils retrou­vèrent le fils de Thraïn, Thorïn II et d’autres sur­vi­vants. Le Peuple sous la Mon­tagne s’était en fait échappé plus nom­breux qu’on ne le pen­sait, mais la plu­part des sur­vi­vants par­tirent pour les Monts de Fer, rejoindre leurs parents. Thrôr et ceux qui le sui­vaient par­tirent vivre misé­ra­ble­ment vers le sud, et ils s’établirent quelque temps dans le Pays de Dun.

Image
Mort de Nar

Après bien des années, en 2790, Thrôr confia l’Anneau qu’il pos­sé­dait à Thraïn, et partit seul avec un ser­vi­teur, Nar. A cause de l’âge, et cer­tai­ne­ment aussi à cause du pou­voir malé­fique de l’Anneau, il voulut revoir les pays de ses ancêtres, ce qui était pour­tant très dan­ge­reux. Il gagna la Moria, qui était main­te­nant peuplé par des Orcs, mais là fut tué, par le chef des Orcs, Azog, qui ensuite s’adressa à Nar en le mena­çant et en insul­tant les Nains, se ser­vant de lui comme mes­sa­ger. Nar rap­porta ce récit à Thraïn, qui resta silen­cieux sept jours durant, puis dit : « Voilà qui ne se peut tolé­rer ! ». Il lui fallut trois ans pour ras­sem­bler les autres Nains, car cette affaire concer­nait aussi les Nains des autres clans, car Thrôr était l’héritier de Dúrin, l’Aîné des Nains. Lorsque tous furent prêts, les Nains atta­quèrent les Orcs, et ce fut la ter­rible Guerre des Nains et des Orcs, qui dura de 2793 à 2799. Ils atta­quèrent d’abord Gun­da­bad, la capi­tale des Orcs du Nord, puis toutes leurs places fortes en allant vers le sud, jusqu’à la bataille d’Azanulbizar (Nan­du­hi­rion en sin­da­rin).

Image
Bataille d'Azanulbizar

Les Orcs tenaient les hau­teurs, et avaient l’avantage du nombre, mais les Nains étaient mieux équi­pés et déter­mi­nés. Thraïn et son avant garde furent repous­sés avec pertes, et son fils Frein tomba, ainsi que son loin­tain cousin Fundïn, et il fut blessé, comme son fils Thorïn, qui gagna son surnom d’Ecu-de-Chêne (Oaken­shield) à cette bataille. Ailleurs, la bataille res­tait indé­cise, lorsque arri­vèrent Naïn, fils de Grôr des Monts de Fer, et ses troupes fraîches. En s’attaquant à Azog, Naïn fut tué, mais l’Orc ne put que consta­ter que ses Orcs étaient morts ou en déroute, et ce fut Daïn Pied de Fer (Iron­foot) qui le tua. La vic­toire était chè­re­ment acquise. La moitié des Nains étaient morts, et parmi les sur­vi­vants beau­coup étaient bles­sés. Les Nains firent un grand bûcher pour leurs morts, même si cela était contraire à leurs tra­di­tions, car ils n’avaient pas le temps ni les pos­si­bi­li­tés de les enfer­mer dans des cer­cueils de pierre, et on raconte que la fumée du bûcher se vit jusqu’en Lórien. Thraïn pensa que la Moria était main­te­nant à eux, mais voici ce qui se dit alors :

Sans doute es-tu l’Héritier de Durin mais, tout borgne que te voilà, tu devrais voir plus clair que cela. Nous avons fait la guerre pour tirer ven­geance, et nous nous sommes vengés. Mais là ven­geance est chose amère. Si c’est là une vic­toire, eh bien nos mains sont trop petites pour en conte­nir le fruit.

Et ceux qui n’appartenaient pas au peuple de Durin dirent aussi : « le Khazad-dûm n’était pas la maison de nos Pères. Qu’est-il pour nous, sinon le lieu chi­mé­rique d’un trésor ? Mais à pré­sent s’il nous faut nous passer de butin, et du prix du sang qui nous est dû, qu’on nous laisse retour­ner au plus vite chez nous, et nous n’en serons que plus contents. »

Thraïn se tourna alors vers Daïn et dit :

— Ceux de ma paren­tèle m’abandonneront-ils ?
 — Non certes, dit Daïn, tu es le Père de notre peuple et nous avons versé notre sang pour toi, et nous le ver­se­rons encore. Mais nous n’entrerons pas au Khazad-dûm ; et toi non plus, tu n’entreras pas au Khazad-dûm. Je suis le seul dont le regard ait percé l’Ombre du Por­tail ? au-delà de cette Ombre, elle est là, qui tou­jours t’attends : la Malé­dic­tion de Durin. Il faudra que le monde subisse de grands chan­ge­ments et que s’érige un pou­voir autre que le nôtre avant que les Gens de Durin puissent de nou­veau occu­per la Moria.


Image
Thorin et Compagnie

En par­tant, les Nains por­taient chacun un lourd char­ge­ment, d’armes et d’armures, car ils ne vou­laient pas que les Orcs pillards puissent en pro­fi­ter. Thraïn et Thorin par­tirent aux Monts de Fer avec Daïn, puis ils retour­nèrent au Pays de Dun, avant d’errer dans l’Eriador, pour fina­le­ment s’établir dans les Mon­tagnes Bleues, près des antiques demeures de Bele­gost et Nogrod. Ils pros­pé­rèrent quelque peu, mais for­geant sur­tout du fer. Et un jour Thraïn, dési­rant revoir Erebor, et cer­tai­ne­ment poussé à cela par son Anneau qui recher­chait son Maître, partit avec quelques com­pa­gnons, dont Balïn et Dwalïn. Un jour, il n’était pas là. Il fut cap­turé par Sauron et jeté dans les oubliettes de Dol Guldur, et l’Anneau lui fut pris, en 2845. Cinq ans plus tard Gan­dalf le retrouva, juste avant sa mort, et il lui donna la clé et la carte du pas­sage secret d’Erebor. En 2941, Gan­dalf et Thorïn se ren­con­trèrent, et, au terme de la Quête d’Erebor, le Dragon Smaug fut tué, par Bard, héri­tier de Dale.

Image
Bataille des Cinq Armées

La Bataille des Cinq Armées eût alors lieu, oppo­sant d’un côté les Orcs et les loups, et de l’autre les Hommes de Dale, les Elfes Syl­vains, et les Nains des Monts de Fer, menés par Daïn, qui étaient tout d’abord venus dans l’intention d’aider les leurs à garder leur trésor. Après la bataille, Thorïn mort, Daïn fut nommé Roi sous la Mon­tagne, et les Nains, comme les Hommes de Dale et les Elfes, récu­pé­rèrent de grands tré­sors. Ils pros­pé­rèrent gran­de­ment, et le Mont Erebor devint un nou­veau sym­bole de leur gran­deur, il suffit de voir la des­crip­tion de Gloïn à Frodo lors du Conseil d’Elrond :

Image
Tombeau de Thorin II


— Nous avons fait de belles choses, dit-il. Mais dans le tra­vail des métaux, nous ne pou­vons riva­li­ser avec nos pères, dont bien des secrets se sont perdus. Nous fai­sons de bonnes armures et des épées acé­rées, mais nous ne pou­vons fabri­quer de cottes de mailles ou de lames valant celles qui furent faites avant la venue du dragon. Ce n’est que dans l’exploitation minière et dans la construc­tion que nous avons sur­passé les temps anciens. Il fau­drait que vous voyiez les canaux du Val, Frodo, et les mon­tagnes et les fon­taines ! Vous devriez voir les routes pavées de dif­fé­rentes cou­leurs ! Et les salles et rues caver­neuses sous terre, aux voûtes sculp­tées comme des arbres, et les ter­rasses et les tours aux flancs de la Mon­tagne ! Vous ver­riez alors que nous n’avons point paressé.


Mais cela ne suf­fi­sait pas à bon nombre de Nains, et en 2989, Balïn, fils de Fundïn, et l’un des com­pa­gnons de Thorïn II, s’introduisit dans la Moria, à la tête d’un groupe impor­tant de Nains. Leurs débuts furent bons, ils conti­nuaient à com­mu­ni­quer avec Erebor, et repous­sèrent les Orcs. Ils trou­vèrent du mithril, le for­gèrent, et il semble qu’ils retrou­vèrent la Hache et le Heaume de Durin. Balïn éta­blit son siège dans la Chambre de Mar­za­boul, et Oïn était à la recherche des armu­re­ries supé­rieures. Balïn fut tué, d’une flèche tirée alors qu’il regar­dait le Lac du Miroir, le dixième jour de novembre 2994, et peu après les autres Nains périrent aussi, atta­qués par les Orcs. Ceux qui ten­taient de fuir par l’ouest étaient pris par le Guet­teur de l’Eau, comme Oïn. Le récit de cette ten­ta­tive man­quée de recon­quête fut consi­gné dans un livre, sur­nommé le Livre de Mar­za­boul, écrit par les Nains, qui fut récu­péré par la Com­pa­gnie de l’Anneau, et ramené en Erebor par Gimli.

Image
Livre de Mazarbul

Sauron leur envoya des mes­sa­gers à la fin du Troi­sième Age, leur deman­dant de l’aider dans sa recherche de l’Anneau et d’informations sur les Hob­bits, mais ils refu­sèrent d’avoir affaire à lui. Fina­le­ment, ils furent atta­qués en même temps que le Gondor, par des Orien­taux, au ser­vice de Sauron. La bataille dura trois jours, Daïn et le Roi Brand du Val furent tués, et ils furent repous­sés à l’intérieur de la Mon­tagne, ou ils durent sou­te­nir un siège, mais à la nou­velle de la chute de Sauron, leurs enne­mis se déban­dèrent, et ils furent vic­to­rieux (le 27 mars 3019), menés par Bard II, fils de Brand, et par le fils de Daïn, Thorïn III Heaume-de-Fer (Sto­ne­helm).

Image
Gimli et Galadriel

Au Qua­trième Age

Image
Cavernes Etincellantes

Au début du Qua­trième Age, Gimli, fils de Gloïn, l’un des Com­pa­gnons de l’Anneau, sur­nommé Ami-des-Elfes, s’établit dans les Cavernes Etin­ce­lantes d’Aglarond, qu’il avait remar­qué près à la Bataille du Gouffre de Helm, et il devint Sei­gneur des Cavernes Etin­ce­lantes. Ce furent ces Nains qui répa­rèrent les Portes de Minas Tirith.

Il existe une ancienne pro­phé­tie qui dit que vien­dra Durin VII. Celui-ci sera aussi le der­nier à porter ce nom, syno­nyme de la der­nière heure de gloire des Nains, et il repren­dra Khazad-dûm.

Aspect géné­ral

C’étaient, pour la plu­part, des gens durs, bour­rus, d’humeur secrète, labo­rieux, ran­cu­niers : ils gar­daient la mémoire des injures (mais aussi des bien­faits); des gens qui aimaient la pierre, les pierres pré­cieuses et tout ce qui prend forme sous la main de l’artisan, plutôt que les choses qui vivent de leur vie propre. Mais ils n’avaient pas mau­vaise nature comme cela s’est dit. Car les Hommes d’autrefois convoi­taient leurs richesses, et le pro­duit de leur art, et il y avait bien de l’hostilité entre les dif­fé­rentes races.

Les Nains ont, en effet, un grand amour de la pierre et des mine­rais, même si le mithril est leur pré­féré, ils aiment les fruits de la forge et du tra­vail de l’architecte, on leur doit de grandes oeuvres comme le Nau­gla­mir, les cottes de maille des pre­mières cités des Mon­tagnes Bleues jusqu’à celle d’Erebor, ou toutes leurs construc­tions, et sont aussi de grands com­mer­çants. Mais cet amour des richesses et des joyaux se change aussi faci­le­ment en cupi­dité, mal­heu­reu­se­ment, et de nom­breux actes regret­tables en découlent, dans l’histoire d’Arda, comme le meurtre de Thin­gol et le sac de Doriath, pour s’emparer du Sil­ma­ril, la guerre contre les Eothéod pour le trésor de Scatha, ou le par­tage du trésor de Smaug, et l’avidité de Thorïn II. D’une cer­taine manière, la ruine de la Moria est aussi impu­table à cette cupi­dité, car c’est leur désir tou­jours plus grand de mithril qui les poussa à creu­ser plus pro­fon­dé­ment, libé­rant ainsi le Balrog. Lorsque Sauron réa­lisa les Sept il exploita à juste titre un de leur point faibles, cette cupi­dité. De tous les autres peuples, ce sont les Noldor avec les­quels ils s’entendirent le mieux, avec ceux de l’Eregion au Second Age. Il y avait alors une véri­table amitié entre les deux peuples, fondée sur­tout sur l’échange de connais­sance tech­nique et une acti­vité com­mer­ciale forte. De tous les Elfes se sont avec les Noldor qu’ils s’entendent le mieux, car ils ont en commun leurs talents de for­ge­rons et leur pas­sion des pierres et des métaux, ainsi que l’amour d’Aulë le Vala. Au Pre­mier Age, et avant, les Nains des Mon­tagnes Bleues avaient sur­tout des rela­tions avec ceux de Doriath, mais qui s’achevèrent tra­gi­que­ment, et qui marque une sépa­ra­tion entre les deux races, une cica­trice tou­jours ouverte à la fin du Tiers Age, à cause de l’immortalité des uns et de la mémoire des ran­cunes des autres : on le voit par exemple dans l’attitude de Cele­born. Ils consi­dèrent par­fois les autres Elfes comme fri­voles ou peu dignes d’interêt (on le voit lors de l’arrivée de Thorïn à Riven­dell par exemple), et même s’il y’a une entente entre eux, on ne peut pas parler vrai­ment d’alliance.

C’est ainsi : les nains ne sont pas des héros, mais des cal­cu­la­teurs qui ont une haute idée de la valeur de l’argent ; cer­tains, astu­cieux et déloyaux, sont d’assez mau­vais drôles ; d’autres sont au contraire d’assez braves gens, tels Thorïn et Cie, si l’on n’attend pas trop d’eux.

C’est plutôt une amitié froide, sou­vent fondée sur des inté­rêts, et des enne­mis com­muns. Les Elfes Syl­vains sont sûre­ment ceux avec qui ils s’entendent le moins, et c’est réci­proque, même si Gimli affirme qu’ils par­ti­ci­pèrent à la construc­tion de leur palais. Lors de la Bataille des Cinq Armées, Daïn est prêt à atta­quer les Elfes et les Hommes, il faut qu’arrivent les Orcs pour que les dif­fé­rents camps se réunissent, contre leur ennemi. Mais après cette bataille, et la Chute de Sauron, il est notable que les rap­ports entre les dif­fé­rentes races s’améliorent gran­de­ment. Ceux qui connaissent les Hob­bits en ont une image assez péjo­ra­tive, les consi­dé­rant comme des cam­pa­gnards perdus et bons à rien, mais à leur contacte ils découvrent leurs qua­li­tés. Ils s’entendent géné­ra­le­ment plutôt bien avec les Hommes, avec qui ils com­mercent sou­vent, ren­con­trèrent parmi les pre­miers les Edains au Pre­mier Age et leur ensei­gnèrent beau­coup de choses, mais aiment peu ceux qui convoitent leurs richesses. Ils haïssent pro­fon­dé­ment les Orcs, et les ser­vi­teurs de l’ombre, depuis le début de leur exis­tence, mais cette haine se stig­ma­tise sur­tout dans la guerre des Nains et des Orcs au Troi­sième Age. Ils ont aussi une ancienne ran­cune contre les dra­gons, avec qui ils lut­tèrent avec succès à Nir­naeth Arnoe­diad, et qui leurs volèrent leurs tré­sors des Mon­tagnes Grises, et, pour un temps, d’Erebor. Tou­te­fois, il est pos­sible que des Nains, loin dans l’Est, soient sous la tutelle de l’Ombre, qui exploita peut-être leur cupi­dité, et il est notable que dans cer­taines régions ils s’allient aux Orcs.

Phy­si­que­ment, les Nains sont robustes, et endu­rants. Leur espé­rance de vie est géné­ra­le­ment com­prise entre 200 et 250 ans, ils disent qu’après leur mort ils vont dans une aile des Cavernes de Mandos qui leur est réser­vée (les Elfes pensent qu’ils retournent à la pierre) et qu’ils aide­ront Aulë pour recons­truire le monde après la Der­nière Bataille, Dagor Dago­rath. Ils font de féroces guer­riers, se bat­tant géné­ra­le­ment à la hache, leur cri de guerre est célèbre :



Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu !

« La Hache des Nains ! les Nains sont à tes trousses ! ».


Ce cri de guerre a retenti sur bien des champs de bataille, et c’est l’un des rares mor­ceaux de leur langue qu’ils ne gardent pas secret. Cette langue, le Khuz­dûl, faite pour eux par Aulë, est un secret jalou­se­ment gardé, qu’ils n’apprennent que très excep­tion­nel­le­ment à des étran­gers, et que de toute façon les étran­gers auraient du mal à assi­mi­ler.

Il sem­ble­rait aussi qu’ils pos­sèdent en paral­lèle un cer­tain lan­gage des signes, secret, connu sous le nom d’iglishmeck. Leur langue secrète a très peu évolué au cours des âges, et en géné­ral elle n’était pas la langue mater­nelle des Nains, qui uti­li­saient le Lan­gage Commun ou la langue du lieu ou ils vivaient. Pour écrire, ils uti­lisent les cirth, les runes Anger­thas de Daeron, qu’ils ada­ptèrent en Anger­thas Moria, et aussi (au moins) les Lettres de Lune, qu’on ne peut voir qu’à la lumière de la même Lune que lors de leur ins­crip­tion (utile pour des docu­ments secrets, comme la carte de Thraïn) et qu’ils écrivent avec des pointes d’argent.

Tous les noms qu’on connaît (comme Gimli, Gloïn, etc.) sont des noms d’hommes sep­ten­trio­naux, leurs vrais noms sont secrets, jamais révé­lés à ceux d’une autre race, ni même ins­crits sur les tombes. Les tom­beaux ordi­naires des Nains sont le fruit d’un grand labeur, car ils ne laissent pas leurs morts à la terre, mais à la pierre. Lorsque c’est impos­sible ils pré­fèrent les brûler, comme après la Bataille d’Azanulbizar (l’expression « un nain brûlé » devint ensuite le terme pour dési­gner, avec fierté, un de ses ancêtres ayant par­ti­cipé à cette bataille).

Les Nains comptent peu de femmes parmi eux, envi­ron un tiers de la popu­la­tion, si bien que leur nombre aug­mente len­te­ment, et est menacé dès qu’ils ne sont pas bien ins­tal­lés en un endroit. Elles ne quittent guère les demeures des Nains, et sont si sem­blables en tous points aux mâles (même pour la barbe!) que les autres peuples ne peuvent les dis­tin­guer, et d’où l’opinion absurde répan­due parmi les hommes, que les nains « sont engen­drés par les pierres ».

Les Nains sont des maris jaloux et fidèles toute leur vie, mais ils sont moins d’un tiers à contrac­ter le mariage : il y a ceux qui dési­rent une Naine qu’ils ne peuvent obte­nir, et ceux qui sont si pas­sion­nés par leur métier qu’ils res­tent céli­ba­taires. Dîs, soeur de Thorïn II et mère de Fili et Kili, est la seule Naine dont il est fait men­tion.

Autres Noms

En Sin­da­rin : Hadhod (équi­valent de « Khazâd »), mais plus géné­ra­le­ment Nau­grim « le Peuple Chétif », ou Gon­hir­rim « les Maîtres de la Pierre », ou encore Nogo­thrim ou Noe­gyth (sin­gu­lier : Nogoth) ou Dorn­hoth.

En quenya : Aulëon­nar, Kasal­lië, Nau­ka­lië, Nor­na­lië.

En Khuz­dûl : Khazâd.

Vidéo de présentation :



Lien vers le fameux topic générique des Nains de Tolkien sur les ailes immortelles (historiques, caractéristiques, anecdotes, quiz...) :

https://www.les-ailes-immortelles.net/f ... 236&t=3327

Lien vers un autre topic de présentation des Nains de Tolkien :

viewtopic.php?f=559&t=17900
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

Náin
combats urbains
combats urbains
Avatar du membre
Messages : 61232
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar Náin » lun. oct. 14, 2019 9:25 pm

:penseur:

il en existait pas déjà un ?
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

itikar
règne d'Elendil
règne d'Elendil
Avatar du membre
Messages : 18621
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar itikar » lun. oct. 14, 2019 9:27 pm

Je ne l'ai pas trouvé (ou retrouvé si oui) mais je cherche encore car ça m'étonne grandement :super:
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

itikar
règne d'Elendil
règne d'Elendil
Avatar du membre
Messages : 18621
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar itikar » lun. oct. 14, 2019 9:31 pm

Ah, je viens d'en trouver deux mais pas classé dans "Peuples et coutumes", bizarre :metal:

https://www.les-ailes-immortelles.net/f ... 236&t=3327

viewtopic.php?f=559&t=17900

Forcément, si on classe différemment les topics, on se trompe :lol:

Bon, je regarderais cela plus en détail pour voir comment on fusionne tout ça :penseur:
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

SauronGorthaur
Alqualondë
Alqualondë
Avatar du membre
Messages : 68209
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar SauronGorthaur » lun. oct. 14, 2019 11:05 pm

http://loridan.info/rpg/harp-tdm-univers/content/40-peuples/30-nains/carte-terre-du-milieu-nains.png


Carte absolument pas canon
(En travaux)

itikar
règne d'Elendil
règne d'Elendil
Avatar du membre
Messages : 18621
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar itikar » mar. oct. 15, 2019 1:15 am

C est ce qui me semblait n empeche le reste semble l etre plus plus que moins et le tout est plutôt riche :super:
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

Bombur
Direction le sanctuaire !
Direction le sanctuaire !
Avatar du membre
Messages : 42212
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar Bombur » mar. oct. 15, 2019 2:20 am

et le tout est plutôt riche :super:
Ce qui n'est pas une raison valable pour l'inclure dans l'Ardapédia. Carte effectivement complètement fausse, à retirer ! Et sinon :

1 : Mont Gun­da­bad ini­tia­le­ment nommé Gun­duz­bad
Pas canon.

les Larges Poutres.
Non, les Torses-Larges.

3 : Moria (Kh. « Khazad-dûm »)
Détail, mais la correspondance n'est pas vraiment exacte. Le nom sindarin du lieu à l'époque où il était encore habité par les Nains était Hadhodrond ;) .

les Poings d’Acier.
Non, de fer.

les Barbes Dures
Non, les Barbes-Raides.

Du reste, AUCUN nom de père des Nains, de leurs demeures ou de leurs royaume n'est canon dans ta liste (sauf évidemment Durin, Gundabad, Khazad-dûm, Nogrod et Belegost).

8 : Carn Dûm (Kh. « Baraz­bi­zar »).
9 : Nurun­khizdín située près de la mer inté­rieure de Rhûn.
Pas canon.

12 : Les Mines des Mon­tagnes Grises : Mahal­ku­khizdín, Tha­kal­gund, Zeleg-ubraz, et Danuk-khizdí.
Noms et nombre non canons.

13 : Nara­gul ou (Kh. « Mablad-dûm »).
14 : Baru­zi­ma­bûl (« Flamme Noire ») une autre demeure des Boucles Noires.
15 : Narad-dûm.
16 : Nama­ga­luz.
17 : Khelek-zaram.
18 : Zirak-gathol.
19 : Une autre demeure des Nains.
20 : Khazad-madûr.
21 : Bar-Falin.
22 : Une autre demeure des Boucles Noires.
Pas canon.

Maedhros
Le crépuscule de Valinor
Le crépuscule de Valinor
Avatar du membre
Messages : 12120
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar Maedhros » mar. oct. 15, 2019 2:53 am

itikar a écrit :C est ce qui me semblait n empeche le reste semble l etre plus plus que moins et le tout est plutôt riche :super:


Oui vraiment, tu va pouvoir t'en inspiré pour créer un univers de fantastique DIFFÉRENT!
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

SauronGorthaur
Alqualondë
Alqualondë
Avatar du membre
Messages : 68209
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar SauronGorthaur » mar. oct. 15, 2019 7:38 am

preuve une fois encore que se fier à Internet, c'est pas bien :mdr:
(En travaux)

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322547
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar phoenlx » mar. oct. 15, 2019 10:01 am

Il existait en effet un topic mais c'est pas grave celui-ci est mieux présenté pour l'encyclopédie, belle synthèse itikar :super:
(même s'il y a des éléments pas canon, je lirai à tête reposée plus tard
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Náin
combats urbains
combats urbains
Avatar du membre
Messages : 61232
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar Náin » mar. oct. 15, 2019 11:27 am

Ba ouai non, si il y a des éléments pas canon ce serait bien d'une de savoir où tu les as pêché afin de préciser et de deux les enlever. Parce qu'il y a pas canon et pas canon aussi, il y a les éléments écrits par Tolkien qu'il a modifié par la suite et les trucs qui sortent d'on en sait où. Genre la carte, ou les noms des 7 pères, je ne sais pas où tu les as trouvé, mais c'est certainement pas chez Tolkien. Se méfier aussi, et connaissant Itikar ça m'étonnerait pas qu'il ait pioché dedans, les éléments exclusivement inventés pour le jeu de rôle.
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 322547
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar phoenlx » mar. oct. 15, 2019 12:32 pm

oui souvent ça vient du jeu de rôle ce genre de noms inventés
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

itikar
règne d'Elendil
règne d'Elendil
Avatar du membre
Messages : 18621
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar itikar » mar. oct. 15, 2019 6:18 pm

Náin a écrit :Ba ouai non, si il y a des éléments pas canon ce serait bien d'une de savoir où tu les as pêché afin de préciser et de deux les enlever. Parce qu'il y a pas canon et pas canon aussi, il y a les éléments écrits par Tolkien qu'il a modifié par la suite et les trucs qui sortent d'on en sait où. Genre la carte, ou les noms des 7 pères, je ne sais pas où tu les as trouvé, mais c'est certainement pas chez Tolkien. Se méfier aussi, et connaissant Itikar ça m'étonnerait pas qu'il ait pioché dedans, les éléments exclusivement inventés pour le jeu de rôle.


J'ai répondu à tout ça en préambule déjà. Et je mettrais à jour avec les corrections que vous avez fourni, comme je l'avais d'ailleurs demandé de votre part, en tant que spécialistes émérites de la question naine. Bref, merci de votre concours :super:

D'ailleurs, pour info, et pour les anglophones on retrouve cette information sur un autre site, semblant là encore être pour des éléments de RPG, ICE visiblement, mais bon visiblement cela tend à prouver qu’il y a des éléments canons auxquels ils se sont inspirés - le nom des tribus vient des Home, et le nom des six autres pères semblent non tolkienniens par contre.

http://www2.omzine.org/downloads/om-eng ... 080729.pdf
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

Bombur
Direction le sanctuaire !
Direction le sanctuaire !
Avatar du membre
Messages : 42212
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar Bombur » mar. oct. 15, 2019 6:48 pm

Oui, les noms des sept clans sont authentiques, c'est juste que certaines traductions sont inexactes ;) .

itikar
règne d'Elendil
règne d'Elendil
Avatar du membre
Messages : 18621
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar itikar » mar. oct. 15, 2019 7:26 pm

Pour info, j'ai retiré la carte et effectué quelques corrections et ajouts - il en manque sûrement et il y en aura d'autres ultérieurement :D
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

Náin
combats urbains
combats urbains
Avatar du membre
Messages : 61232
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar Náin » mar. oct. 15, 2019 7:59 pm

J'ai répondu à tout ça en préambule déjà.


Après moi je t'avoue j'ai pas lu j'ai juste réagit au poste de bombur je lirais ça ce week end
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

Bombur
Direction le sanctuaire !
Direction le sanctuaire !
Avatar du membre
Messages : 42212
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar Bombur » mar. oct. 15, 2019 9:11 pm

* Moria (Kh. « Khazad-dûm ») le grand domaine décou­vert par Dúrin, demeure des Longues Barbes. En Sindarin, Hadhodrond.
La formulation est un peu bizarre ici, puisque l'alinéa commence par un mot sindarin. Je donnerais plutôt quelque chose comme « * Khazad-dûm (Sind. « Hadhodrond ») : le grand domaine découvert par Durin (qui ne prend pas d'accent), ancienne demeure des Longues-Barbes aujourd'hui désertée et connue sous le nom de Moria.

Et tu as oublié de retirer Carn Dûm de la liste, sinon ;) .

itikar
règne d'Elendil
règne d'Elendil
Avatar du membre
Messages : 18621
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Les Nains - Enfants d'Aulë

Messagepar itikar » mar. oct. 15, 2019 9:29 pm

Merci c est corrigé.
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.


Retourner vers « Peuples et coutumes »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité