Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Films d'animation asiatiques. Venez découvrir l'univers des grands réalisateurs japonais : Miyazaki, Matsumoto, Rintaro, Satoshi Kon, Mamuru Oshii ! Pénétrez le monde fascinant des studios Ghiblis ou encore des films d'animation coréens...
Mr.Mauser91
Maison du Lion
Maison du Lion
Avatar du membre
Messages : 789
Enregistré le : lun. oct. 10, 2011 5:55 pm
Localisation : Planète Mars

Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar Mr.Mauser91 » dim. sept. 22, 2013 10:21 pm

Enfin terminé mon visionnage de cet étonnant film, ou plutôt mon revisionnage avec le nouveau doublage, car comme tout le monde le sais, il existe deux versions françaises de ce film, mais je vous en parlerai sitôt que j’aurais donné mon avis sur le film Mes Voisins les Yamada de Isao Takahata (Goshu le Violoncelliste, le Tombeau des Lucioles) :



L’histoire : Le quotidien des Yamada, une famille moyenne japonaise, nous est conté sous forme de petites histoires pendant 1h40, des petits tracas de la vie aux grandes questions existentielles (les amours, la mort, le travail…) agrémenté d’humour et de tendresse.

Les personnages :

Takashi : Le père. C’est un bourreau du travail, d’un naturel simpliste et râleur, en confrontation constante avec son épouse et/ou sa belle-mère, c’est un bon père de famille, très attaché aux valeurs traditionnelles et à sa petite routine, et ce malgré son manque de communication avec les siens. Il rêve d’échapper à cette routine et de devenir un super-héro.

Matsuko : La mère. Femme au foyer, aussi têtue que son mari, elle s’adonne aux tâches ménagères avec plus ou moins d’entrain, on peut dire qu’elle est l’archétype de la ménagère. Elle peut-être tête en l’air comme elle peut bien préparer le riz.

Shige : La grand-mère (mère de Matsuko). Du haut de ses 70 printemps, elle n’est pas prête à être mise sous terre et croque la vie à pleines dents. Toujours à l’affut des rumeurs et potins, qui a tout vu tout fait de la vie, autant dire qu’à elle, on ne la fait pas. Mais elle est généreuse et accepte volontiers d’aider sa fille dans ses tâches ménagères.

Noboru : Le fils ainé. En pleine crise d’adolescence, il est comme le reste de sa famille, entêté et bougon. Mais il a encore beaucoup à apprendre de la vie, et demande souvent conseil à ses ainés (notamment à son père qui se contredit). Il a l’art e provoquer les disputes familiales.

Nonoko : La petite dernière. Toujours souriante, c’est un peu le rayon de soleil de la famille Yamada. Mais ne vous y fiez pas, elle est d’une gloutonnerie monstre.

Il est important avant de voir le film de s’y préparer un petit peu : Les histoires ne se suivent pas, il n’y a pas d’ordre chronologique, et c’est surtout centré sur des épisodes de la vie quotidienne qu’on connait tous.
Bien qu’ayant été surpris par ce parti-pris scénaristique, je m’y suis plongé tranquillement une fois la surprise passée. Je pense qu’il faut voir le métrage comme une sorte de bande-dessiné vivante comme les Bidochons (le style narratif et parfois graphique m’y font penser) qu’on peut lire en commençant par n’importe quelle page. C’est d’ailleurs d’une bédé bien connue au Japon que le film est adapté.

Le style graphique en aquarelle et un peu brouillon peut paraitre enfantin au prime-abord mais on se prend au jeu rapidement, c’est très beau voir époustouflant (la séquence du "mariage" de Takashi et Matsuko !). Le fait qu’au début nous voyons les traits se dessiner avec la voix-off de Nonoko montre que nous voyons en fait le monde sous son regard d’enfant. Mais ce trait enfantin change brusquement pendant 2-3 minutes, lors du passage intense ou Takashi se confronte aux motards qui font du tapage nocturne, le dessin devient réaliste (rotoscopie ?), comme si brusquement les auteurs veulent confronter le spectateur à la réalité. Belle prise de risque graphique.

Mais ce qui fait la force du film est l’attachement au spectateur pour cette petite famille dans laquelle on ne peut que se retrouver, même en tant qu’occidental.

Un grand bravo à Isao Takahata pour cet œuvre audacieuse et à laquelle on ressors souriant.

Il existe deux doublages français, un premier réalisé par TF1 et un second par Disney (sur DVD et Blu-Ray). Voici mon avis pour ces deux doublages :

Doublage original (2001) :

Réalisé chez Dôme Productions
Dirigé par Philippe Carbonnier (saga La Momie, Hollow Man-L’Homme sans Ombre, Une Vie Volée)

Voix des personnages :
Nicolas Marié (Spiderman) : Takashi
Françoise Blanchard (Tails dans Sonic) : Matsuko
Colette Venhardt (grand-mère dans Totoro) : Shige
Tony Marot (VF de Tom Welling et d’Ashton Kutcher) : Noboru
Laura Préjean (VF de Kaley Cuoco et de Rachel Weisz) : Nonoko

Doublage très réussi et coloré, les voix sont très bien choisies et on passe un bon moment. Je lui reprocherai un certain manque d’aisance sur certaines scènes et des maladresse sur l’adaptations (la conférencière lors du mariage au début est doublée par un homme !), mais pardonnables.
J’aime bien Nicolas Marié sur Takashi qui rend Takashi encore plus bougon et Laura Préjean a une voix trop meugnonne.


Nouveau doublage (2011) :

Réalisé chez Dubbing Brothers
Dirigé (et adapté) par Jean-Marc Pannetier (comme pour beaucoup d’autres productions Ghibli, ainsi que des films comme The Mask, Chicken Run, et le nouveau doublage d’Apocalypse Now)

Voix des personnages :
Raymond Acquaviva (Rowan Atkinson dans Johnny English) : Takashi
Marie Vincent (VF de Fran Drescher et Demi Moore) : Matsuko
Elizabeth Wiener (VF de Glenn Close et Linda Hamilton dans Terminator 1) : Shige
Maxime Nivet (James Steam dans Steamboy) : Noboru
Clara Quilichini (voix de Tiana enfant dans la Princesse Grenouille) : Nonoko

Souvent, quand on regarde une VF avant son redoublage, c’est souvent la première qu’on préfère. Et bien dans le cas présent, les deux versions se valent ! Les voix sont toujours aussi bien distribuées, et en plus on ressent le soin apportée sur les VF Ghibli qui manquait sur le doublage précédent. De plus les erreurs de la première versions ont étés corrigés, et les allusions et gags sur la culture japonaise de la VO sont mieux senties.

Vous l’aurez compris, on passe sans réel problème d’une version à une autre, certaines voix sont d’ailleurs similaires (Noboru et Shige), mais si vraiment je devait choisir entres ces deux doublages, ce serait le nouveau pour les raisons que j’ai cité.

Voila donc pour cette critique, j’espère qu’elle vous aura plu.

Image
"Il y'a certains moments dans la vie ou l'argent devient la chose la plus importante au monde. Mais une fois qu'on l'a, peut-être bien qu'on changerait d'avis..."

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318737
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamadas (Isao Takahata-Studio Ghibli)

Messagepar phoenlx » lun. sept. 23, 2013 1:09 am

ahh il faut absolument que je le vois celui la aussi !!!
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamadas (Isao Takahata-Studio Ghibli)

Messagepar Kazo » sam. mars 15, 2014 10:05 pm

Si on se fie à ce que l'on voit de prime abord, en l'occurrence le design à l'aspect sommaire, on ne dirait pas qu'il y a un important boulot derrière le film fini. Pourtant, l'étude, la production ainsi que la post production ont coûté 2.36 milliards de Yens (≈ 120 millions de francs de 1999), soit un peu plus que « Mononoke Hime » (l'un des chefs d'œuvre de Miyazaki grand ami et collaborateur d'Isao Takahata).

Image

A part les quelques cours d'histoire-géographie suivis au lycée (a long time ago), je ne connais presque rien à la culture nipponne. Donc, je ne pense pas avoir saisi toute la teneur et l'intérêt de ce film. Surtout pour ce qui est de la moralité des petites histoires racontées. Quoique j'ai appris des choses via les cinq membres de cette famille japonaise banale. Les péripéties (tout spécialement les scènes familiales) sont drôles, amusantes, poétiques et quelques fois mélancoliques.

Avant de voir « Mes voisins les Yamada », j'avais regardé des extraits (images fixes et vidéo). Il m'était venu l'idée que le studio Ghibli avait produit un film d'avant-garde, pour ne pas dire débridé. Parce que l'animation et les couleurs pastel sont complétement inédites comparées aux autres réalisations de Isao Takahata. Les décors sont minimalistes. Le design des personnages est simpliste, caricatural, voire un tantinet ingénu. Mais tout cela est volontaire et concourt à rendre l'œuvre originale. On est hors des sentiers battus, c'est ça qui est bien. Le concept de mettre bout à bout des mini saynètes, sans fil d'ariane, est inhabituel pour un long métrage d'animation. C'est préférablement dans les séries télédiffusées qu'on utilise des arcs narratifs indépendants. Il n'y a pas de véritable intrigue, ce n'est pas nonobstant pour m'incommoder. Au contraire, je l'ai visionné avec plaisir un peu comme si je lisais des petites histoires dans une bande dessinée. D'après ce que j'ai lu, le film reprend bien les fondamentaux de la BD sur laquelle il se base (« Houhokekyo Tonari no Yamada-kun »). L'écriture ainsi que la réalisation sont consistantes, cohérentes et réalistes. Certaines séquences sont un peu longues, ne l'ignorons pas, mais le tout fonctionne bien.

Mr.Mauser91 a écrit : Le fait qu’au début nous voyons les traits se dessiner avec la voix-off de Nonoko montre que nous voyons en fait le monde sous son regard d’enfant. Mais ce trait enfantin change brusquement pendant 2-3 minutes, lors du passage intense ou Takashi se confronte aux motards qui font du tapage nocturne, le dessin devient réaliste (rotoscopie ?), comme si brusquement les auteurs veulent confronter le spectateur à la réalité. Belle prise de risque graphique.


Image

Le souvenir des saynètes est imprécis dans ma tête. Cependant, je me rappelle que cette scène (avec les motards gougnafiers) est celle qui a le plus retenu mon attention. Déjà en raison du changement soudain de design (proportions humaines respectées). Puis, parce que Takashii prend peur et se laisse dominer par l'agressivité verbale du chef de la bande. La tension tombe à l'arrivée de Matsuko (la mère) et de Shige (la mère de Matsuko). Finalement, c'est Shige, la grand-mère, qui fait partir les voyous. Elle réussit ce petit tour de force car, contrairement à son gendre, elle s'en fout, elle s'adresse sans peur aux loubards. Ces derniers s'apperçoivent qu'ils n'impressionnent pas la mamie, alors ils préfèrent partir. Je crois que l'orgueil d'homme de Takashii en a pris un coup ce soir-là...

Autrement, j'ai trouvé très cocasse et bien mise en scène l'histoire où Matsuko a donné trop de repas aromatisés au gingembre à sa famille. L'épice provoque des pertes des mémoires (momentanées) chez chaque membre qui se surprennent à commettre des absurdités. Trop marrant... :lol:


La plupart des scènes s'avèrent véhiculer une morale ; il est probable qu'elles soient toutes moralisatrices. :penseur:
On pourrait songer à un film sur le bonheur, sur ce qu'est véritablement la famille, ou sur les stéréotypes du quotidien des japonais. Je ne saurai dire... :super: En tous cas, bravo pour ce petit bijou de comédie. Vivat l'animation !
Karas Ubrazo
Image

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 92399
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar Scarabéaware » mer. janv. 02, 2019 11:26 am

Bon ben voila qui est fait, je l'ai regardé hier soir et c'est du très bon de Takahata, dans un style qui n'est pas sans rappeler ce qu'il a fait sur Kaguya mais ce dernier est encore plus abouti et c'est un merveilleux conte, ici on est concentré sur les petits moments de vie de la famille Yamada, c'est une autre atmosphère avec ses petits côtés cocasses :D. J'ai somme toute plutôt bien aimé, ça a un côté minimaliste mais qui passe très bien à voir s'animer cette sacré famille connaissant des situations dans lesquelles on peut toujours se retrouver quelque peu.

Entre le père, la mère, la grand mère, le fils et la fille on a une bonne petite galerie familiale, l'ensemble est plutôt bien fait avec ce parti pris, un film tout en sketchs accompagnés de citations de quelques poètes pouvant inscrire une petite morale ou faire bien de l'évocation. Bon pis on dit minimaliste mais c'est bien travaillé tout de même et certains plans ont de quoi bien nous surprendre, je pense particulièrement à un plan aquatique vraiment très beau et assez richement constitué dans le contexte de ce film :shock:. Quand on y passe ça fait plaisir, le genre de plan qu'on a de quoi retenir et puis il y a aussi les points de vue aériens qui sont vraiment pas mal. Puis en fait y a de quoi bien considérer qu'on voit tous ces petits évènements du quotidien au travers des yeux de la gamine, Nonoko, d'autant plus quand nous avons un instant assez particulier auquel elle ne participe pas, il s'agit de la scène avec des motards que le père essaye de faire s'en aller...Là on sent peser une petite tension avec le risque d'agression, c'est du tendu mais heureusement la situation s'en débloque bien.

Autrement j'ai beaucoup aimé aussi la vision du mariage des parents par Nonoko, c'est tout un périple plein de charme où elle se voit d'ailleurs naître façon princesse Kaguya, j'ai adoré le coup là :D.



C'est vraiment très sympa tout ça, après quand on pense à d'autres de ses réalisations on peut toujours considérer que c'est un cran en dessous mais c'est très agréable et avec pas mal de charme, de quoi bien gouter à ces petits instants de vie familiaux. Oh pis sur la fin on s'amuse bien d'une certaine référence également ^^.

Concernant la musique nous avons un air désormais bien connu avec sa récurrence qui s'aime beaucoup et d'autres musiques qui accompagnent bien, ça contribue bien au charme de l’œuvre :D. Bref, c'est du très bon qu'avait livré Takahata ^^.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318737
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar phoenlx » mer. janv. 02, 2019 1:11 pm

Il faut vraiment que je le regarde celui-là :D
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 92399
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamadas (Isao Takahata-Studio Ghibli)

Messagepar Scarabéaware » mer. janv. 02, 2019 1:31 pm

phoenlx a écrit :ahh il faut absolument que je le vois celui la aussi !!!


phoenlx a écrit :Il faut vraiment que je le regarde celui-là :D


Oui il sera temps d'y parvenir un jour celui là :lol:. On peut carrément te considérer que ça va faire 18 ans comme envie :rire:.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318737
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar phoenlx » mer. janv. 02, 2019 1:41 pm

ne t'inquiète pas c'est imminent :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318737
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar phoenlx » mar. janv. 08, 2019 10:24 am

J'ai enfin vu ce film d'Isao Takahata hier soir !

J'étais carrément sous le charme ! C'est plutôt plaisant de suivre cette petite famille à travers toutes ces petites histoires courtes qui se suivent et qui illustrent les péripéties de la vie ! Le format est d'ailleurs surprenant, je m'attendais aussi à voir une histoire avec un début, un milieu, une fin comme dans la plupart des films d'animation (ou films tout court) mais ce concept n'est pas déplaisant, et rappelle il est vrai certaines petites bandes dessinées (impression rendue plus forte encore de part le chara design)

Les graphismes rappellent d'ailleurs un peu ce que Takahata a fait plus récemment autour du conte de la princesse Kaguya (bien que dans ce dernier film ça rappelle plus l'estampe japonaise) j'aime bien en tout cas ce côté expérimental :D

C'est un film plein d'émotion, de morale (chaque petite histoire possède sa morale propre, souvent soulignée par un poème court ou haïku) , les personnages sont tous attachants (notamment la petite !) la mère m'a d'ailleurs beaucoup rappelé quelqu'un que je connais :mrgreen: j'ai beaucoup aimé aussi à la fin du film l'hommage au super héros Gekko Kamen, la toute première série Tokusatsu (dont on avait parlé dans ce topic !! :mrgreen: ) Il semble avoir décidément une grosse importance dans la culture pop nippone, ils en avaient même fait un manga

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 92399
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar Scarabéaware » mar. janv. 08, 2019 11:37 am

Ah ben effectivement ça aura été bien imminent et pas qu'un peu :lol: :super:

Mine de rien c'est vraiment bon de suivre les petites histoires de cette sacré famille :D, c'est tout en sketch, c'est prendre complètement des petits fragments de vie et nous en faire quelques belles illustrations avec de la morale entourant ceci ^^.

Pis en parlant de Kaguya t'auras vu comme on a de la référence à la princesse en question pour la naissance de Nonoko :D. J'aime beaucoup cette vision de la gamine du mariage de ses parents et la suite ^^.

Ah puis la référence à Gekko Kamen elle est belle celle-ci ^^. Et c'est clair qu'il forme un élément précieux de la pop culture japonaise :D.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318737
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar phoenlx » mar. janv. 08, 2019 12:10 pm

oui très sympathique l'allusion à la princesse Kaguya :D
et sinon, à signaler aussi de sympathiques chansons encore sur ce film
dont de belles reprises en japonais comme cette reprise de Que Sera Sera :mrgreen:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 92399
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar Scarabéaware » mar. janv. 08, 2019 12:49 pm

Oui niveau musique j'aime bien celle qu'on a de récurrente mais oui y en aussi quelques autres qui sont bien, et effectivement pour Que Sera Sera ça fait vraiment une très bonne reprise, ça s'intègre très bien :D.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318737
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mes Voisins les Yamada (Isao Takahata/Studio Ghibli)

Messagepar phoenlx » mar. janv. 08, 2019 12:51 pm

ce film est une vraie petite pépite (mais comme tous les films de Takahata que j'ai pu voir :mrgreen: ) Il faudrait à présent qu'on découvre ses premiers films.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Films d'animation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités