Isao Takahata

Films d'animation asiatiques. Venez découvrir l'univers des grands réalisateurs japonais : Miyazaki, Matsumoto, Rintaro, Satoshi Kon, Mamuru Oshii ! Pénétrez le monde fascinant des studios Ghiblis ou encore des films d'animation coréens...
Chernabog
dieu scellé
dieu scellé
Avatar du membre
Messages : 8443
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Isao Takahata

Messagepar Chernabog » mar. janv. 10, 2012 5:32 pm

Image

Un petit topic pour parler d'un réalisteur phrare de l'animation japonaise et le "numero 2" des studios Ghibli, j'ai nommé : Isao Takahata.

EDIT 2018 : Voici quelques uns des films d'animation célèbres qu'il a réalisé (avec leurs topics) :
:arrow: Horus, prince du Soleil (film de 1968)
:arrow: Panda petit panda (il s'agit de 2 court métrages réaliséas conjointement par Miyazaki et Takahata)
:arrow: Kié la petite peste (1981)
:arrow: Goshu le violoncelliste (1982)
:arrow: L'Histoire du canal de Yanagawa (1987)
:arrow: Le tombeau des lucioles (chef d'oeuvre déchirant d'émotion) , film de 1988
:arrow: Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte), 1991
:arrow: Pompoko, 1994
:arrow: Mes voisins les Yamada (1999)
:arrow: Le conte de la princesse Kaguya (2013)

Image Image Image Image Image Image Image

Pour ma part, je n'ai vu à ce jour que deux de ses films dont "Le Tombeau des Lucioles", souvent considéré comme son chef d'oeuvre, et "Goshu le Violoncelliste" (relativement méconnu en France et difficle à aquérir de nos jours).



Le Tombeau des Lucioles :

Image


A la base, il s'agit d'une nouvelle quasi-autobiographique de Nosaka Akiyuki écrite en 1967. Le film en est une adaptation très fidèle (l'intervention des fantômes est la seule réelle différence par rapport à la nouvelle).

Seita et sa jeune soeur, respectivement agés de 14 et 4 ans, vivent l'enfer des bombardements de la seconde guerre mondiale dans lesquels ils perdent leur mère et leur maison. D'abord recueilli par leur tante, qui leur donne un accueil bien peu chaleureux, ils décident ensuite de vivre par leurs propres moyens dans la nature, avec pour seuls compagnons des lucioles.

Mais deux jeunes enfants ne peuvent survivre livrés à eux-mêmes, surtout en temps de guerre...







Le Tombeau des Lucioles est certainement l'un (si ce n'est LE) film d'animation le plus bouleversant qui n'ait jamais été crée. On ne compte plus les témoignages de personnes confiant être incapable de le revoir (sans pour autant nier ses qualités, bien au contraire justement !) tant sa puissance émotionelle nous prend littéralement aux tripes.

L'horreur de la guerre nous est présente, de manière plutôt indirecte (quasiment aucun soldat ennemi n'est montré, juste les avions) mais jamais édulcorée (on pense à la terrible scène où Seita retrouve le corps horriblement abimé au milieu d'un hôpital rempli d'horribles cadavres).

Il faut aussi souligner la qualité technique du film, notamment pour la première séquence de bombardement (salué par Télérama à l'époque et l'auteur de la nouvelle lui-même a déclaré avoir revécu ces événements auquels il avait assisté dans sa jeunesse en revoyant le film).


Le film est encore plus cruel quand il nous fait assister à la lente descente aux enfers de ces deux enfants, qu'on sait dès le départ voué à mourrir (qui n'a pas frissonné en attendant les premiers mots du film : "La nuit du 21 septembre 1945, je suis mort" dits dans la bouche du jeune garçon...). L'apothéose émotionel est atteint quand, après une frissonnante séquence nostalgique accompagnée par la chanson "Home sweet home", Seita brûle le cadavre de Setsuko La musique de cette scène offre un sentiment de chagrin et de désespoir rarement (jamais ?) égalé et le dernier regard du jeune garçon à sa jeune soeur avant de refermer ce qui lui sert de cercueil est une image à jamais marquante.


Mais ces moments ne seraient pas ce qu'ils étaient si ils n'étaient pas contrebalancés par la poésie qui est heuresement présente. Les fameux lucioles du titre ont permis d'introduire des très belles scènes nocturne, notamment celle où les deux enfants en capturent des dizaines et les libérent dans leur caverne (ce qui donne lieu à lumière particulièrement belle, une autre image marquante, dans le "bon" sens cette fois, du film).


La bande-son est une totale réussite, comprenant parmi les plus belles musiques de l'animation. Le doublage japonais est également parfait (pour l'anecdote, la voix de Setsuko est bel est bien assurée par une toute jeune enfant, donnant un ton particulièrement réaliste !). La VF est très soignée et ne gènera nullement pendant le visionnage, même si elle reste un cran en dessous de la VO.
Quand aux graphismes, c'est du Ghibli comme on l'aime avec des décors superbes et une animation très réussi qui n'a pas du tout vielli à mon sens.


Regarder le Tombeau des Lucioles, c'est se prendre une balle d'émotion fortes en pleine poire. On en ressort ému aux larmes (comme c'est mon cas) voire même traumatisé mais quoi qu'il en soit, c'est un film que chacun devrait voir au moins une fois dans sa vie. Peut-être l'un des plus beaux films de guerre et la meilleure démonstration de sa connerie profonde (salut à toi Jacques Prévert ! :jap: ).






Goshu le Violoncelliste :

Image

Ce film est sorti quelques années plus tôt que le Tombeau des Lucioles (en 1981) mais n'est arrivé en France que bien plus tard (et il a connu chez nous un destin un peu particulier mais j'y reviendrais plus en détail plus tard).
Là encore, le film adapte une nouvelle, cette fois-ci écrite en 1949 par Kenji Miyazawa. Je ne l'ai pas lu mais d'après ce que j'ai vu sur le net, l'adaptation a l'air là aussi très fidèle.



Goshu est un jeune violoncelliste timide jouant dans un orchestre. Bien que motivé, il a beaucoup de mal à maitriser son instrument mais la visite sucessive d'un chat, d'un oiseau, d'un tanuki (une sorte de blaireau) et de deux souris lui font faire des progrès considérable qui le mène sur la route du succès.




Ce long-métrage (qui ne dure qu'à peine plus d'1h) est dans un tout autre registre que le Tombeau des Lucioles. Il est d'ailleurs, contrairement à lui, très conseillé pour le jeune public (il est régulièrement diffusé dans les classes au Japon).

C'est d'abord une excellente initiation à la musique classique (la symphone Pastorale de Beethoven ponctue toute l'oeuvre) et peut sans doute même créer des vocations chez les enfants. Il est vrai que Goshu, de part sa timidité et sa maladresse, est un personnage auquel on peut tous s'attacher ou même s'identifier et le dur labeur qu'il s'inflige pour se perfectionner est particulièrement crédible.

Une petite touche "Disney" survient avec la présence des animaux parlants qui sont tous très sympathique à leur manière et les métaphore cachées derrière ces scènes sont bien amenées.


Le film a plutôt bien veilli techniquement même si je lui ai trouvé quelques (mais très secondaire hein !) longueurs dans sa mise en scène parfois. Je n'ai pas vu le fim en VO pour l'instant.

Il est temps de parler un peu du destin de ce film dans notre contrée. Il faut d'abord savoir que l'exploitation du film au cinéma a été effectuée par "Les Films du Paradoxe" mais que les droits en vidéo ont été aquis par LCJ. Hors, les deux éditeurs n'ont pas réussi à s'entendre (j'ignore les détails concernant cette mésentente par contre, peut-être une histoire de gros sous) sur la VF et du coup, deux doublages du film ont été effectués à la même période !

Le plus connu est celui de LCJ, effectué chez Chinkel avec notamment Yann Pichon sur le rôle de Goshu. Je n'ai pour l'instant pas vu tout le film (hormis des extraits) dans cette VF mais de ce qu'on m'a dit, elle est inférieure à la première quoi que tout de même très correct.

Le premier doublage n'ayant été exploité au cinéma et à la télévision lors d'une diffusion sur le cable (enfin, Les Films du Paradoxe ont sorti un DVD comprenant cette VF mais seulement pour un usage scolaire, impossible de le trouver dans le commerce, tout comme celui de LCJ qui est épuisé depuis longtemps et qui est vendu à ses sommes folles sur le net...), il est moins connu et je n'ai moi même pu l'écouter que grâce à quelqu'un qui a numérisé la bande-son (de la diffusion TV).
Il est en tout cas très bon, comprenant des voix connues comme Christophe Lemoine (qui livre un Goshu très crédible), Henri Poirier sur le chef d'orchestre ou encore Eric Legrand sur le chat et un membre de l'orchestre.



En résumé, Goshu le Violoncelliste est un film, certes un peu anecdotique en comparaison du Tombeau des Lucioles, mais néanmoins fort sympathique et peut facilement constituer un divertissement familial.
Modifié en dernier par Chernabog le mar. août 09, 2016 7:37 pm, modifié 1 fois.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar phoenlx » mar. janv. 10, 2012 5:36 pm

Ah je ne connais pas le deuxième film mais quel chef d'oeuvre Le tombeau des lucioles ( perso je ne l'ai pas revu depuis très longtemps mais il m'avait bouleversé aussi , c'était d'ailleurs l'un de mes premiers films d'animation japonais et je me demande encore aujourd'hui si c'est pas finalement encore maintenant l'un de mes préférés mais certaines scènes sont très dures )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Mr.Mauser91
Maison du Lion
Maison du Lion
Avatar du membre
Messages : 797
Enregistré le : lun. oct. 10, 2011 5:55 pm
Localisation : Planète Mars

Re: Isao Takahata

Messagepar Mr.Mauser91 » mer. oct. 24, 2012 3:26 pm

J'ai vu Goshu le Violoncelliste. Excellent film qui montre qu'à force de bosser comme un fou, on arrive à bien. J'ai vu le doublage LCJ que j'ai trouvé pas mal du tout (j'aime bien les doublages réalisés chez Chinkel). Pas vu l'autre ersion.

Pas vu non plus Le Tombeau des Lucioles.
"Il y'a certains moments dans la vie ou l'argent devient la chose la plus importante au monde. Mais une fois qu'on l'a, peut-être bien qu'on changerait d'avis..."

Chernabog
dieu scellé
dieu scellé
Avatar du membre
Messages : 8443
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Isao Takahata

Messagepar Chernabog » jeu. févr. 28, 2013 12:29 pm

Tu vas avoir une très bonne occasion de te rattraper Mauser car le film ressort en Blu-Ray au mois de mai ! :

http://www.animeland.com/news/voir/4820/LE-TOMBEAU-DES-LUCIOLES-reedite-en-Blu-ray

Achat INDISPENSABLE pour ma part !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar phoenlx » jeu. févr. 28, 2013 12:38 pm

Je crois que je vais me le prendre aussi :D
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Mr.Mauser91
Maison du Lion
Maison du Lion
Avatar du membre
Messages : 797
Enregistré le : lun. oct. 10, 2011 5:55 pm
Localisation : Planète Mars

Re: Isao Takahata

Messagepar Mr.Mauser91 » jeu. févr. 28, 2013 6:25 pm

Hâte de voir ça alors !
"Il y'a certains moments dans la vie ou l'argent devient la chose la plus importante au monde. Mais une fois qu'on l'a, peut-être bien qu'on changerait d'avis..."

Mr.Mauser91
Maison du Lion
Maison du Lion
Avatar du membre
Messages : 797
Enregistré le : lun. oct. 10, 2011 5:55 pm
Localisation : Planète Mars

Re: Isao Takahata

Messagepar Mr.Mauser91 » dim. mars 17, 2013 3:42 pm

Hâte de voir ça alors !


Et moins d'un mois plus tard, je l'ai vu. Et je n'ai qu'une chose à dire : Snif (bien que je m'y attendait).

Un film pessimiste mais qui correspond au contexte de l'époque.

La VF manque parfois de conviction mais reste soignée (mention spéciale pour Kelly Marot, alors toute petite).
"Il y'a certains moments dans la vie ou l'argent devient la chose la plus importante au monde. Mais une fois qu'on l'a, peut-être bien qu'on changerait d'avis..."

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106013
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar Scarabéaware » mar. août 09, 2016 6:55 pm

Je remet l'info ici, par contre tiens, Chernabog tu pourras peut être remettre les images disparues de ton post ? :penseur:

http://www.manga-news.com/index.php/actus/2016/08/09/Isao-Takahata-donnera-une-masterclass-en-Alsace

Image Image

Isao Takahata donnera une masterclass en Alsace

L’Agence culturelle d’Alsace et la NEF Animation vont organiser du 14 au 18 novembre 2016 un atelier sur l'animation japonaise en présence d'Isao Takahata, l'un des plus grands noms de l'animation japonaise, notamment réalisateur des films Le tombeau des lucioles, Pompoko et plus récemment Le conte de la princesse Kaguya.

Cet atelier consistera en une masterclass dirigée par Takahata himself. Elle traitera des enjeux de l’écriture et de la mise en scène pour l’animation, l’adaptation d’œuvres littéraires et de bandes dessinées et l’écriture pour la série télévisée jeune public.

Seuls 25 élus pourront participer à cet évènement. Seront uniquement admis sur dossier des professionnels et futurs professionnels de l’animation. Ils seront hébergés durant la durée de l'atelier à Kientzheim.
Si vous correspondez à ces critères, vous pouvez déposer votre candidature sur le site de l’agence culturelle d’Alsace jusqu’au 14 septembre 2016, minuit. La liste des candidats sélectionnés sera dévoilée le 30 septembre 2016.

A noter qu'en plus de cette masterclass, des projections en présence du réalisateur sont prévues à Colmar (Cinéma Colisée) et à Wissembourg (dans le cadre des Rencontres Internationales du Cinéma d’Animation).

Chernabog
dieu scellé
dieu scellé
Avatar du membre
Messages : 8443
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Isao Takahata

Messagepar Chernabog » mar. août 09, 2016 7:37 pm

J'ai remis des images.

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106013
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar Scarabéaware » mar. août 09, 2016 7:43 pm

Bien :jap:
Sinon pour l'instant, de lui j'ai vu que le contre de la Princesse Kaguya, faudra vraiment que je vois le Tombeau des Lucioles prochainement.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

Somewhere
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 65135
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Isao Takahata

Messagepar Somewhere » mar. août 09, 2016 8:54 pm

Ah oui j'ai vu cette news ce matin, pourquoi ils ont pas fait ça à Strasbourg plutôt que dans un village paumé^^
~ Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106013
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar Scarabéaware » mar. août 09, 2016 10:38 pm

Oui c'est quand même ballot, mais bon faut bien de l'animation ailleurs :mdr:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106013
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar Scarabéaware » jeu. sept. 15, 2016 11:10 pm

Bon ben je viens de voir le Tombeau des Lucioles. Je dois dire que j'appréhendais de le voir celui là, et faut dire ce qui est, il est bien poignant. La réplique du début de la part de Seita fait son petit effet choc et ensuite nous assistons à la descente aux enfers du frère et de la sœur au travers de la guerre. A travers eux on suit une véritable survie qui s'orchestre ainsi pour les deux et on ne peut s'empêcher d'être touché par la façon dont Seita doit encaisser par rapport à sa petite sœur. Petite Setsuko préservée et protégée par son frère. Enfin finalement elle saura pour sa mère et c'est limite gênant quand elle en fait l'aveu en enterrant les lucioles. En parlant des lucioles belle scène que nous avons dans leur refuge avec. Globalement c'est assez rude pour les deux et la femme qui les héberge, leur tante, devient assez dur au bout d'un moment tout du moins vis à vis de Seita. Lui reprocher de ne rien faire d'autre ça se vaut, ça se comprend dans un certain sens vu que d'autres font des efforts mais en soit c'est assez moche vu que moralement c'est compliqué pour lui de s'éloigner de sa sœur. On ne peut lui reprocher d'être très présent pour elle, y a un très beau lien entre eux. Bref, y a vraiment de quoi être touché et c'est assez terrible de voir doucement s'éteindre Setsuko qui viens à avoir une fièvre la faisant délirer...Enfin voila, et c'est aussi une démonstration du à la guerre comme à la guerre quand ils doivent se débrouiller eux même. Bref, il est très bien réalisé.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar phoenlx » jeu. sept. 15, 2016 11:19 pm

Somewhere a écrit :Ah oui j'ai vu cette news ce matin, pourquoi ils ont pas fait ça à Strasbourg plutôt que dans un village paumé^^

c'est sans doute plus pittoresque
C'est un beau film Le tombeau des lucioles je me le referais bien aussi j'ai pas du le revoir depuis la fin des années 90 mais il m'avait beaucoup marqué à l'époque. Ca me fait penser aussi qu'il faudrait un jour que je vois Pompoko aussi du même réalisateur
EDIT : On va rajouter le topic sur ce film : viewtopic.php?f=233&t=19851

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Aeriale
chute de météorite !
chute de météorite !
Avatar du membre
Messages : 6549
Enregistré le : lun. juil. 02, 2007 5:39 pm
Localisation : Hasetsu
Gender :

Re: Isao Takahata

Messagepar Aeriale » jeu. sept. 15, 2016 11:26 pm

phoenlx a écrit :
Somewhere a écrit :Ah oui j'ai vu cette news ce matin, pourquoi ils ont pas fait ça à Strasbourg plutôt que dans un village paumé^^

c'est sans doute plus pittoresque
C'est un beau film Le tombeau des lucioles je me le referais bien aussi j'ai pas du le revoir depuis la fin des années 90 mais il m'avait beaucoup marqué à l'époque. Ca me fait penser aussi qu'il faudrait un jour que je vois Pompoko aussi du même réalisateur


C'est un film magnifique et déchirant, je me demande parfois si ma terreur des avions et les cauchemars qui vont avec ne trouve pas en partie son origine là-dedans car j'étais vraiment très très jeune la première fois que je l'ai vu. Pour ce qui est de Pompoko, alors là je ne peux que te conseiller de le voir, il est GENIAL ! D'ailleurs y'a certainement une scène qui ne manquera pas de te faire penser à Paprika ^^
Image

This was the only thing I could think of to surprise you more than you've surprised me.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar phoenlx » jeu. sept. 15, 2016 11:41 pm

ok c'est noté :mrgreen:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106013
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar Scarabéaware » jeu. sept. 15, 2016 11:43 pm

Ah oui Pompoko c'est prévu aussi pour moi :D :jap:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106013
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar Scarabéaware » ven. sept. 01, 2017 6:47 pm

Une édition collector du Tombeau des Lucioles, ça vous dis ? Eh ben en voila une qui arrive :mrgreen:

http://www.manga-news.com/index.php/act ... -collector

Image
Le Tombeau des Lucioles, l'inoubliable drame réalisé par Isao Takahata, s'offrira cet automne chez Kazé une toute nouvelle édition collector.
Prévue le 15 novembre au prix conseillé de 39,99€, cette "Candy Box" proposera le film en vf et vostf sur supports DVD & Blu-ray, ainsi que plusieurs bonus : entretien avec l’équipe (16min), entretien avec le réalisateur (26min), vidéo promotionnelle (7min), livret de 48 pages couleur, et le roman La tombe des lucioles. L'image sera en 16/9, et le son en 2.0.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata

Messagepar phoenlx » ven. sept. 01, 2017 7:12 pm

alors là oui ça me tente :shock: raa il y a trop de bonnes choses à acheter en ce moment mais je pense attendre une occasion dans un salon plus tard si je la vois je ne pense pas la commander
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

yoko
Premier lever de Soleil
Premier lever de Soleil
Avatar du membre
Messages : 12609
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Isao Takahata

Messagepar yoko » ven. sept. 01, 2017 9:18 pm

Film très (trop) triste que j'ai vu il y a au moins 17 ans et je ne l'ai pas revu depuis mais il m'a tellement marqué que je m'en souviens encore, impossible pour moi de le revoir. Mais ce coffret est tentant rien que pour le bouquin de 48 pages.
ImageImage

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Isao Takahata est décédé

Messagepar phoenlx » jeu. avr. 05, 2018 11:49 pm

Isao Takahata est décédé :pleure:

Image

Isao Takahata, le réalisateur derrière des chefs-d’œuvre comme Le Tombeau des Lucioles ou Pompoko, est décédé mercredi 5 avril à l’âge de 82 ans.
Selon son entourage, Isao Takahata avait été hospitalisé à plusieurs reprises depuis l’été dernier en raison de problèmes cardiaques. Le réalisateur aurait vu son état tellement affaibli qu’il avait besoin d’aide pour arriver à se déplacer.


Né en 1935 à Ise, Isao Takahata avait rejoint Tōei Animation en 1959, un studio où il avait déjà eu l’occasion de collaborer avec Hayao Miyazaki sur l’anime Horus, prince du soleil. C’est toutefois au sein du studio Ghibli qu’il acquerra la renommée qu’on lui connait désormais avec des œuvres comme Le Tombeau des lucioles (1988), Pompoko (1994) ou encore Le Conte de la princesse Kaguya (2013). Un travail qui avait permis au réalisateur de se voir couronné en 2015 du titre de Chevalier des Arts et des Lettres par le gouvernement français.

(http://www.japanpop.fr/isao-takahata-to ... les-decede)

:cry:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106013
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar Scarabéaware » ven. avr. 06, 2018 12:14 am

:transpire: Fais chier...espérons que Miyazaki ne vienne pas à le suivre de près, qu'on puisse encore profiter de lui un moment. M'enfin là c'est Takahata qui nous quitte, RIP à lui :?.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar phoenlx » ven. avr. 06, 2018 12:15 am

ça me rend très triste cette nouvelle, j'adorais ses films. Encore plus que ceux de Miyazaki pour ma part je crois.
il va manquer
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Maedhros
La geste de Beren et Luthien
La geste de Beren et Luthien
Avatar du membre
Messages : 14252
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar Maedhros » ven. avr. 06, 2018 4:22 am

Un triste nom viens de partir. Les hommes naissent vivent leur vie et meurt, l'Histoire oubliera la majorité d'entre eux, les textes se perd, les noms sont oublier, mais certains réussissent à percer l'épreuve du temps et bien longtemps après leur mort on se souviens encore d'eux. Je vous souhaite cela monsieur Takahata.
When humanity stands strong and people reach out for each other... there's no need for gods.

yoko
Premier lever de Soleil
Premier lever de Soleil
Avatar du membre
Messages : 12609
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar yoko » ven. avr. 06, 2018 8:39 am

C'est triste, mon film préféré du studio c'est Le tombeau des lucioles :cry:

Image
ImageImage

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar phoenlx » ven. avr. 06, 2018 9:52 am

oui le tombeau des lucioles, le conte de la princesse Kaguya, Pompoko (que j'ai beaucoup aimé aussi), Panda petit panda, Mes voisins les yamada qu'il faudrait que je vois mais qui est réputé aussi .. une très grande perte .. un grand collaborateur de Miyazaki aussi (et ami)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar phoenlx » sam. avr. 07, 2018 1:50 pm

Un article intéressant du site d'Europe 1 qui revient sur la carrière de ce grand artiste et notamment sur son rapport à la France et à la culture française ..

Ce que l'on doit, sans le savoir, à Isao Takahata

Image
En 2015, Isao Takahata a été élevé au rang d'officier de l'ordre des Arts et des Lettres par l'ambassadeur de France au Japon@ JIJI PRESS / AFP

Francophile convaincu, le réalisateur du film "Le Tombeau des Lucioles" et de la série animé "Heidi, fille des Alpes", Isao Takahata, est mort jeudi en laissant un important héritage dans l'histoire du film d'animation japonais mais aussi français.

C'est un pilier de l'animation japonaise qui est parti. Le réalisateur japonais et co-fondateur du célèbre studio Ghibli, Isao Takahata, est mort des suites d'un cancer du poumon à 82 ans, jeudi, à Tokyo. Si le Japon perd là une voix qui comptait en faveur de la protection de l'environnement et de l'antimilitarisme japonais, il n'est pas le seul à regretter la mort de cet artiste engagé. La France perd également un francophile averti qui a influencé la culture cinématographique française bien plus profondément que ce que l'on croit. (Re)découvrez cet homme à qui l'on doit beaucoup et qu'on connaît tous, sans forcément le savoir.

Pris de passion très tôt pour la culture française. Né en 1935 à Ujiyamada, à 450 km de Tokyo, dans une famille de sept enfants, Isao Takahata a bénéficié d'une éducation rigoureuse qui lui a permis d'entrer à l'école des Beaux Arts de Tokyo en 1954. Là, il découvre la culture et la littérature française pour lesquels il se passionne tant et si bien qu'il abandonne sa formation artistique pour entrer au département de littérature française de l'université de Tokyo dès le mois d'avril 1956, à 21 ans.

Son diplôme en poche trois ans plus tard, il entre dans le jeune studio d'animation Toei (fondé en 1956) comme assistant-réalisateur. C'est là qu'il rencontre celui qui deviendra son partenaire, et parfois rival, Hayao Miyazaki. Dès leur premier film commun, Horus, prince du soleil (sorti en 1968 au Japon et en 2004 en France), les références aux cinéastes français sont visibles. Une scène sur une balançoire rappelle Partie de Campagne de Jean Renoir tandis qu'une autre rend hommage aux 400 coups de François Truffaut. Une influence française qui le suivra tout au long de sa carrière.

En francophile patenté, Isao Takahata s'est souvent rendu en France où il a donné conférences et masterclasses à partir des années 2000. En 2015, il a même été élevé au rang d'officier de l'ordre des Arts et des Lettres par l'ambassadeur de France au Japon. "La France est le pays où j'ai le plus voyagé et je suis des plus heureux d'être décoré par la nation dont je me sens le plus proche", s'est-il réjoui dans son discours d'acceptation.

Guidé par l'inspiration de Grimault. Le film Le Château dans le ciel réalisé par Hayao Miyazaki, produit par Isao Takahata et sorti au Japon en 1986 (en 2003 en France) est la parfaite illustration de cette admiration. Dans ce premier long-métrage du studio Ghibli, fondé en 1985, le personnage du robot découvert abandonné sur Laputa par les deux personnages principaux est une référence directe au robot géant du Roi et l'Oiseau (visible à 1m24 de la bande-annonce ci-dessous), un film d'animation réalisé par le Français Paul Grimault d'après les textes du poète Jacques Prévert, sorti en salles en 1980. Une première version intitulée La Bergère et le Ramoneur avait été diffusée au Japon dans les années 50.

On peut également voir une filiation dans les lignes élancées des châteaux qui servent de décor aux deux films. Quant aux machines volantes des pirates du Château dans le ciel, ils ne sont pas sans rappeler celles des hommes en noir chargés de traquer la Bergère et le Ramoneur du film de Grimault.



"J'ai beaucoup apprécié les premiers longs métrages de Disney (Blanche Neige, Pinocchio, Fantasia, etc.) mais je m'en suis éloigné alors que mon admiration pour le chef d'œuvre de Grimault et le texte de Prévert reste intacte", confiait le réalisateur dans une interview au site Citazine en 2011. "Sans doute Grimault est-il parvenu, plus que tout autre, à marier littérature et animation. Il m'a éveillé à la culture française, et à la sensibilité européenne, dont vous devez trouver des traces dans mes films."

Isao Takahata a toujours reconnu l'hommage appuyé au film du Français qu'il a pu rencontrer en 1992 à l'occasion d'une rétrospective au Palais de Tokyo (à Paris). Il s'est d'ailleurs rendu en France en 2008 pour l'inauguration de l'exposition "Monde et merveilles du dessin-animé" consacrée à la filiation artistique entre lui, Hayao Miyazaki et Paul Grimault.

Heidi, fille des Alpes, une série culte de... Isao Takahata. Le lien entre Isao Takahata et la France va au-delà de l'hommage à Grimault puisque c'est lui qui est à l'origine de la série animée culte qui a bercé des générations de Français : Heidi, fille des Alpes. Il s'est inspiré du roman de la suissesse Johanna Spyri paru en 1888 pour mettre au point cette série de 52 épisodes de 24 minutes diffusés au Japon en 1974 (et à partir de 1978 en France), qui met en scène une fillette qui vit dans la montagne suisse avec son grand-père.

Le réalisateur japonais a voulu faire d'Heidi une fillette "au caractère insouciant", à l'exact opposé de ce qu'il avait pu lui-même être dans son enfance, marquée par les bombardements américains de la ville de Kobe. C'est d'ailleurs à partir de cette expérience traumatisante qu'il a réalisé le film dramatique Le Tombeau des Lucioles (1988, sorti en France en 1996) mettant en scène deux orphelins qui tentent de survivre durant la Seconde Guerre mondiale.

De son côté, bien que le personnage d'Heidi soit caractérisé par sa joie de vivre, la série décrit un quotidien rude qui tranche avec les dessins-animés angéliques qui lui sont contemporains. On peut également remarquer dans cette série certaines caractéristiques qui préfigurent les spécificités récurrentes des films du studio Ghibli, comme l'importance accordée au réalisme de la nourriture ou encore le soin accordé à la mise en scène de la vie quotidienne.

Devenue une référence et maintes fois rediffusée, cette série a même donné lieu à la construction, à deux heures de Tokyo, d'un village reproduisant l'architecture et l'ambiance de la série.



Il ose faire des choses qu'on n'ose pas faire, en s'affranchissant des règles

Takahata a diffusé Kirikou au Japon. Le réalisateur et producteur japonais n'a jamais arrêté de s'intéresser au développement de l'animation française. Il a d'ailleurs participé à la distribution de plusieurs films au Japon comme Les Triplettes de Belleville (2003) mais aussi du grand succès Kirikou et la Sorcière de Michel Ocelot (1998). Pour ce film, il a supervisé le doublage et les sous-titres en français avant de s'occuper de ceux du film suivant du cinéaste français Azur et Asmar, rapportait le quotidien La Croix, en 2014 à l'occasion de la sortie du dernier film d'Isao Takahata : Le Conte de la princesse Kaguya.

Cette oeuvre basée sur une histoire traditionnelle japonaise au style fluide et vaporeux qui a coûté 33 millions et pris huit ans pour être réalisé. "Il ose faire des choses qu'on n'ose pas faire, en s'affranchissant des règles", avait d'ailleurs dit de lui Michel Ocelot qui l'a rencontré à plusieurs reprises, précise encore La Croix.

Image

Adoubé par ses pairs. Bien que le nom d'Hayao Miyazaki soit bien plus connu en France, notamment à travers ses films à succès Nausicaä et la vallée du vent, Princesse Mononoké ou encore Le Voyage de Chihiro (pour lequel il a reçu l'Oscar du meilleur film d'animation en 2002), Isao Takahata est quant à lui reconnu par ses pairs.

En 1994, il reçoit le cristal du meilleur long-métrage d'animation du prestigieux festival français d'Annecy pour son film Pompoko. Cette fiction raconte le combat d'un clan de Tanukis (ces animaux japonais qui ressemblent à des renards) pour empêcher des humains de s'installer sur leurs terres.

En 2014, il s'est également vu décerner un Cristal d'honneur pour l'ensemble de sa carrière à l'occasion de la projection de son film Le Conte de la princesse Kaguya. Une oeuvre qui a d'ailleurs fait l'ouverture du festival de Cannes 2014 et été nommée aux Oscars l'année suivante dans la catégorie "meilleur film d'animation". Ce film à l'esthétique poussée à l'extrême a été le dernier du réalisateur et producteur japonais.
(source : http://www.europe1.fr/culture/ce-que-lo ... ta-3619679 )

yoko
Premier lever de Soleil
Premier lever de Soleil
Avatar du membre
Messages : 12609
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar yoko » sam. avr. 07, 2018 4:41 pm

Très intéressant cet article, c'est un artiste qui manquera et qui m'a bouleversé avec son film Le tombeau des lucioles au point que je n'arrive pas à regarder sans chialer :pleure:
ImageImage

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 342864
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar phoenlx » sam. avr. 07, 2018 5:49 pm

oui ça me donnerait envie de le revoir d'ailleurs je crois que je vais le faire cette semaine :cry:

Moi un autre film que j'adore de lui c'est Le Conte de la Princesse Kaguya, les images sont superbes dans ce film : viewtopic.php?f=233&t=12878

Image

Image

Image

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

yoko
Premier lever de Soleil
Premier lever de Soleil
Avatar du membre
Messages : 12609
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Isao Takahata est décédé

Messagepar yoko » sam. avr. 07, 2018 8:08 pm

Ca doit être un bon anime, il me plairait bien de le voir
ImageImage


Retourner vers « Films d'animation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité