• Pour se protéger du Coronavirus :
  • - Rester chez soi au maximum
    - Eviter les contacts proches et les lieux de regroupement
    - Se laver fréquemment les mains
    - Eviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche
    - Porter des masques de protection (recommandé)
    - Ne pas diffuser de fake news, ne pas encourager à briser le confinement. Votre attitude responsable peut sauver des vies.

Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Tout sur les univers Alien, Predator, les crossovers, Prometheus, films, BD, projets divers...
Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » ven. mars 10, 2017 8:01 pm

Petite vidéo promotionnelle sur la fabrication de l'androïde interprété par Michael Fassbender :mrgreen:

http://www.ecranlarge.com/films/news/979849-alien-covenant-decouvrez-l-inquietante-fabrication-de-michael-fassbender-en-video



Depuis le tout premier Alien, les androïdes composent une collection de personnages troubles et inquiétants. Et celui campé par Michael Fassbender dans Alien : Covenant ne fait pas exception à la règle.

Symbole d’une société dont on sait peu de choses sinon que le capitalisme semble y avoir totalement triomphé, au point d’employer des ersatz d’humains, parfois secrètement, pour accomplir ses basses besogne, l’homme artificiel dans la saga initiée par Ridley Scott est toujours une figure problématique. Après avoir offert à Ian Holm dans Le Huitième Passager un rôle incroyablement inquiétant, Scott avait fait de David (Michael Fassbender) dans Prometheus un des robots les plus flippants de longue date.

Dans Alien : Covenant, nous ferons connaissance avec Walter, qui nous est introduit aujourd’hui via une vidéo promotionnelle qui n’est pas sans évoquer celle de David, qui accompagnait Prometheus. Sauf qu’au lieu de se concentrer sur les capacités du produit, celle-ci se focalise sur sa fabrication, une première dans la franchise.

C’est donc pour nous l’occasion de découvrir le nouveau gadget de Weyland-Yutani, qui une nouvelle fois fait fortement écho au monde existant dans Blade Runner. Et si ce Walter parait logiquement plus inoffensif que David, notamment à travers cette vidéo promotionnelle, on craint que le bonhomme ne dévisse très vite de son programme initial.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

Somewhere
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 63839
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Somewhere » lun. mars 13, 2017 6:54 pm

Ah je pensais que Fassbender reprenait son même rôle que dans le premier.
~ Seuls les plus masqués survivent ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » lun. mars 13, 2017 6:59 pm

tiens oui moi aussi :shock: les androïdes dans les aliens c'est un des aspects que je préfère dans la franchise :o
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » dim. mars 19, 2017 7:42 pm

Apparemment Ridley Scott nous préparerait pas moins de 6 nouveaux Aliens :shock: Il a de la suite dans les idées
http://www.ecranlarge.com/films/news/98 ... n-covenant
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » dim. mars 19, 2017 8:02 pm

Euh...d'accord, je comprends pas pourquoi la miss Waterston essayait de l'interrompe au passage, mais on peut dire que ça promet pour la suite en tout cas :siffle:. Punaise, faudrait pas que ça fasse trop quand même, va falloir que ça soit un peu espacé tout ça :lol:.
Bah, j'avais tiqué l'autre fois pour une annonce de suite qui serait donc en livre mais allez, voyons donc où ça nous mènera. Déjà on aura un film entre Prometheus et Covenant, la suite, on verra plus tard :mrgreen:.
C'est aussi à se demander s'il aurait pas été inspiré par James Cameron pour le coup. Par contre avec ça, je me demande ce qu'il en est du coup du projet du pauvre Neil Blomkamp :siffle:
Dans tous les cas faut surtout espérer qu'on ait pas n'importe quoi à venir :mrgreen:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » dim. mars 26, 2017 4:43 pm

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » dim. mars 26, 2017 7:24 pm

Oh oh, j'adore cette affiche :D, elle ferait pas un clin d'oeil à un tableau de l'Apocalypse des fois ? :mrgreen:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Somewhere
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 63839
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Somewhere » dim. mars 26, 2017 8:34 pm

On dirait une grosse orgie.
~ Seuls les plus masqués survivent ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » dim. mars 26, 2017 8:42 pm

Une à laquelle on aurait point envie de se joindre :rire:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » sam. avr. 29, 2017 2:13 pm

Ah nous avons eu droit à un petit prologue qui fait le lien entre Prometheus et Covenant :mrgreen: :saute:

http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/28/2565038-ridley-scott-fait-le-lien-entre-alien-covenant-et-prometheus.html

Modifié en dernier par Scarabéaware le jeu. mai 04, 2017 7:46 pm, modifié 1 fois.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » jeu. mai 04, 2017 2:19 pm

Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » jeu. mai 04, 2017 2:23 pm

ah tiens je n'avais pas vu le petit prologue que tu as posté scarabée il est cool :super: j'aime bien l'ambiance qui s'en dégage
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Cerca Trova
Suivons Grand Pas !
Suivons Grand Pas !
Avatar du membre
Messages : 24671
Enregistré le : dim. nov. 13, 2016 8:08 pm
Localisation : Sur Avalon, à Camelot
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Cerca Trova » jeu. mai 04, 2017 4:00 pm

il fait bien froid dans le dos comme il faut ce petit prologue :mrgreen: j'aime beaucoup cette ambiance aussi :super:
Image


"Most of what you think you know about Camelot and the evil sorceress known as Morgan Le Fay is nothing but lies. I should know for I'm Morgan Le Fay, High-Priestress of the Isle of Avalon" - Mists of Avalon , the tv movie

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » jeu. mai 04, 2017 9:02 pm

phoenlx a écrit :un nouveau teaser est en ligne ! : https://www.ecranlarge.com/films/news/9 ... -bien-sale


Le petit teaser qui fait bonne collation pour ce qui reste à attendre ma foi :mrgreen:
On approche délicieusement bien :mdr:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » mer. mai 10, 2017 1:05 pm

Je poste un article (positif) à propos de ce film. J'entends des sons de cloche contradictoire, le film se fait critiquer par certains, là où d'autres semblent agréablement surpris, il a l'air de diviser (mais ceci me rassure plutôt et quand je lis une critique comme ci-dessous je suis même super rassuré :mrgreen: )

Alien Covenant : quand Ridley Scott se prend pour Dieu

Image

Par Philippe Guedj

La suite du si contesté Prometheus se révèle une belle surprise à ambition biblique. Inégale, certes, mais captivante et incontestablement "scottienne".

Deux certitudes au générique final d'Alien : Covenant : le film va diviser encore plus violemment que son prédécesseur, Prometheus ; à 80 ans, Ridley Scott défend à perdre haleine son titre de père d'Alien. Pas évidente sur Prometheus, la patte du général, quoi qu'on pense de ce nouveau film, est cette fois omniprésente du premier au dernier plan. Et au soir de sa vie, qu'on lui souhaite le plus long possible, Scott se débrouille pour livrer, avec Alien : Covenant, le chapitre le plus furieux, brutal et nihiliste de toute la saga. Non pas le meilleur, entendons-nous bien : les trois premiers opus peuvent dormir tranquilles, surtout l'œuvre inaugurale, cet insolent chef-d'œuvre de trouille indécrochable de son zénith et s'obstinant à ne pas prendre une ride.

Mais Alien : Covenant s'avère tout de même une heureuse surprise. Un épisode assurément plus satisfaisant que le chaotique et impersonnel Prometheus, dont il est une suite directe et qu'il vous faudra impérativement avoir (re)vu au préalable pour éviter le trou noir. En l'état, Covenant est justement une symphonie de noirceur d'une violence inouïe, une oraison funèbre pour l'humanité sous le vernis rouge vif d'un gore porté à une intensité inédite dans ce feuilleton cinématographique.

L'intrigue se déroule dix ans après Prometheus et débute le 5 décembre 2104. Sous la surveillance de l'androïde Walter (Michael Fassbender), le vaisseau Covenant (« Arche » en anglais) fend le cosmos avec à son bord un équipage d'une douzaine de personnes et 2 000 colons terriens cryogénisés. Destination : la planète Origae, désignée comme Nouveau Monde potentiel pour désengorger une Terre exsangue. Un incident grave contraint le navire à se dérouter vers une autre planète émettant un étrange signal et située à une distance plus proche, possible nouvel Eden. Pas de chance : c'est précisément l'astre où s'est écrasé le Prometheus, libérant une menace bientôt dévastatrice pour les membres du Covenant.

Blockbuster d'auteur

Bien sûr, des scories, le sixième chapitre de la saga Alien n'en manque pas. Visuellement desservi par de curieux choix, comme ces plans surexposés à la texture brute quasi vidéo (le chef opérateur Dariusz Wolski, dont c'est ici le 4e film avec Scott, a pris le contrepied de l'onctuosité de Prometheus), Covenant souffre plus encore de la pâleur de ses héros. Katherine Waterston (alias la scientifique Daniels), Billy Crudup (Oram, homme de foi et commandant en second de l'équipe), Danny McBride (Tennessee, le chef pilote), Demian Bichir (Lope) et les autres ne déméritent pas. Mais tout leur talent ne suffit pas à compenser la faible caractérisation de leurs personnages, à des années-lumière de la force des martyrs du premier Alien, dont chaque mort nous transperçait d'effroi. Ici, le sort des victimes nous indiffère presque (avec quelques nuances, bien sûr), d'autant que certains d'entre eux, comme dans Prometheus, s'ingénient à réagir stupidement et à se précipiter dans la gueule du loup.

Image
La scientifique experte en terraformation Daniels (Catherine Waterston) : un petit air de Ripley dans Aliens, mais petit alors... © Fox

La structure scénaristique du film, tout comme Prometheus, s'enlise aussi dans une exposition laborieuse flirtant avec l'ennui. Mai c'est la seconde partie du film, la plus casse-gueule et pourtant la plus passionnante, qui suscitera probablement le plus de railleries. Scott y fusionne la saga avec ses propres aspirations opératiques et gothiques. Et, malgré son chapelet de fausses notes, ce requiem spatial mérite le respect pour alors oser faire muter le mythe vers une dimension biblique ambitieuse, tout en renouant avec l'ADN du premier Alien. Dès lors, une évidence : Alien : Covenant est un film d'auteur. Le célèbre « xénomorphe » est né de l'imagination des scénaristes Dan O'Bannon et Ron Shusett, puis de celle du regretté Giger qui a inventé sa forme graphique, mais son ingénieur principal se nomme Ridley Scott, point barre. C'est bien lui qui, par son génie visionnaire, orchestra la métamorphose d'un script de série B en spectaculaire révolution visuelle du « film de monstre dans l'espace », créant avec Alien une esthétique et une atmosphère mille fois plagiées depuis. Quoi de plus de normal que le maestro souhaite reprendre le contrôle de sa création ?

Dans Alien : Covenant, c'est l'obsession créationniste et... érotique qui va justifier le pire.

Épaulé par le cador John Logan au scénario (Gladiator, Skyfall…), Scott fait donc basculer ici « sa » franchise vers une nouvelle réflexion sur l'intelligence artificielle. Comme dans Blade Runner, auquel Alien : Covenant adresse moult clins d'œil (de ce gros plan oculaire d'ouverture à ce baiser de la mort renvoyant à celui du répliquant Roy Batty à son créateur Eldon Tyrell), une machine devient folle de n'être que machine. Dans Blade Runner, les répliquants tuaient pour réclamer plus de vie. Dans Alien : Covenant, c'est l'obsession créationniste et... érotique (oui, vous avez bien lu) qui va justifier le pire et, sans vous en dire davantage, on comprend mieux pourquoi Ridley Scott se désintéresse des humains. Son attention est bien davantage concentrée sur les androïdes Walter et David (Fassbender prodigieux de discipline gestuelle dans ce double rôle), engagés dans une passionnante dialectique d'amour et de mort, tandis que d'horribles mutations déciment l'équipage.

Image
Michael Fassbender, inoubliable androïde © 20th Century Fox

La seconde moitié de Covenant, celle que les bandes-annonces n'ont pratiquement pas montrée, nous en dit parallèlement plus sur le sort des Ingénieurs et prend des allures sépulcrales, avec sa nécropole et son dieu génocidaire. Scott fait ainsi littéralement sortir la saga de son cadre : on n'avait jamais vu pareille ampleur dans un Alien et l'audace est à saluer, d'autant que le cinéaste démontre toute sa maîtrise du spectacle à grande échelle dans de somptueux plans larges à couper le souffle. Plus qu'aucun autre, ce sixième volet est par ailleurs criblé de références à cette culture classique européenne qui habite le réalisateur britannique : l'étonnant prologue tout en blanc convoque Wagner, Michel-Ange et le peintre Piero della Francesca, tandis que David a pour mantra le poème Ozymandias de Percy Shelley, évoquant le pharaon Ramsès II. Rien n'est gratuit et toutes ces références font sens par rapport à la thématique développée au fil du film, y compris le mythe de Frankenstein.

Lui-même forcément titillé par le sujet, Ridley Scott fait d'Alien : Covenant un cauchemar glaçant qui assume jusqu'au bout sa hantise de la mort et du néant. Alors, certes, le script boucle plus ou moins adroitement les boucles inachevées de Prometheus, tout en échafaudant comme il peut le trait d'union avec Alien. Son écriture est brouillonne, son esthétique imparfaite et, parfois, il n'évite ni l'impression de « best of » de la saga ni la faute de goût. Mais son efficacité finit par l'emporter et son dénouement laisse tout de même l'impression d'un blockbuster sacrément gonflé, sans concessions. Le plus cruel de la franchise et le plus généreux en action, dès que Scott se lâche. Alien : Covenant emmène la saga vers un Nouveau Monde et va traverser pour cela un déluge de vibrantes critiques. Mais, dans l'espace, c'est bien connu, personne ne vous entend crier. Surtout pas Ridley Scott.

(source : http://www.lepoint.fr/pop-culture/cinem ... or=CS2-259 )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » mer. mai 10, 2017 1:36 pm

Hinhin, effectivement c'est une critique très intéressante qui soulève les points négatifs mais établit bien aussi ce qu'il y a de positif. En tout cas y a de quoi sentir que ça va bien diviser, mais moi ce que je lis là aurait plutôt tendance à me plaire, comme par exemple délaisser quelque peu l'humain pour mieux mettre en avant l’androïde ici, c'est pas pour me déplaire sur ce coup là, j'attends de voir de visu :D. Je vais d'ailleurs aller voir vendredi ^^.
C'est dommage qu'il vienne pas à rassembler celui là ceci dis. D'ailleurs pour le moment je lui vois une moyenne qui n'est pas ce qu'il y a de mieux sur Sens Critique et DelSpooner lui a mis un 6/20 mais allez on aura bien moyen de bien apprécier la chose :mrgreen:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » jeu. mai 11, 2017 5:09 pm

bon sang alors là durendal descend le film à bloc, je me demande ce que ça cache mais c'est du lourd :lol:

Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » jeu. mai 11, 2017 5:58 pm

J'écouterai la totalité de la critique demain après avoir vu au ciné mais bon sang, la 1ère minute déjà le ton est donné rien qu'avec son temps de démarrage :lol:. Euh pis mieux capter un signal de détresse en étant en dehors du vaisseau, oui là déjà...y a comme un gros problème. Enfin bref...bon sang, j'aimerais bien pouvoir aimer :pleure:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Somewhere
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 63839
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Somewhere » jeu. mai 11, 2017 9:07 pm

Je l'ai pas encore vu mais le film est loin de déchaîner les bonnes critiques en effet.
~ Seuls les plus masqués survivent ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » jeu. mai 11, 2017 9:57 pm

celle que j'ai posté un peu plus haut est très positive en tout cas
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » jeu. mai 11, 2017 11:39 pm

phoenlx a écrit :celle que j'ai posté un peu plus haut est très positive en tout cas


Oui enfin elle est pas dithyrambique non plus, on va dire simplement positive ce qui est déjà très bien :mrgreen:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » ven. mai 12, 2017 12:03 am

non mais en fait les arguments qu'ils donnent me séduisent
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » ven. mai 12, 2017 11:51 am

Oui moi pareil, tout en relevant certains petits défauts ça met quand même bien en valeur les éléments positifs et ça fait plaisir par rapport à d'autres qui vont enfoncer le film direct.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » ven. mai 12, 2017 11:58 am

Bon pis côté Grenier c'est pas mieux non plus dans l'appréciation, vivement de voir ce qu'en aura pensé le fossoyeur :mdr:

Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » ven. mai 12, 2017 12:38 pm

oui je me fie souvent pas mal au fossoyeur moi
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » ven. mai 12, 2017 5:28 pm

Je reviens de ma séance et pour ma part je suis plutôt à apprécier ce que j'ai vu là, même si on ne va pas dire amen à tout. Toutefois ça reste un parti pris qui comme on le voit en ce moment passe ou ne passe pas, le fait d'effectivement se prendre pour un dieu. Car il y a vraiment de ça, on se retrouve avec un grand coup d'ambition mégalomaniaque de la part d'un certain personnage :mrgreen:. Je vais d'ailleurs en parler un peu sous spoiler, par contre juste un truc que je me dois de relever, c'est la meilleure entente du signal en étant à l'extérieur du vaisseau. Visiblement on est dans le fait habituel de sortir un élément de son contexte pour limite en faire une polémique. Enfin pour l'instant ça ressort pas trop mais mossieur Durendal se sera arrêté la dessus lui. Donc il est en fait tout à fait normal de capter ce signal en étant en dehors du vaisseau puisque celui-ci est doté d'une espèce de protection empêchant tout signal éventuellement parasite, en somme c'est être dans un cocon qui doit aller uniquement vers le but fixer. Bref, il y a donc une explication :mrgreen:. Maintenant je vais développer un peu plus à propos de l'ambition et je reviendrai sur d'autres points ensuite.
On finit par retrouver notre cher David seul survivant du Prometheus qui se montre vraiment à vouloir se prendre pour un dieu, en arrivant sur la planète il aura d'ailleurs commis un véritable déicide si l'on considère que nous voyons bien des ingénieurs, sinon on peut simplement parler de génocide pour prendre la place de créateur et contrôler une partie de la création, bref, c'est un Ozymandias et il se définit comme ceci. Au passage le terme de biblique peut être repris vu qu'il provoque comme un déluge parasitaire. De la il aura mené ses expériences jusqu'à ce qu'arrive l'équipage du Covenant. Après on peut toujours trouver à redire après cette nouvelle forme en poussière parasite qui va nous donner du Neomorph beaucoup plus à l'image de son créateur...Je préfère tout de même grandement les œufs mais après pourquoi pas, surtout que ça semble rester en cas pour cette planète qui ne va pas s'exporter :mrgreen:.

En matière d'ambition on se pose à un niveau qui atteint un certain sommet qui n'est pas pour me déplaire même si ça peut se trouver exagéré d'une certaine façon et forcément il peut toujours y avoir de quoi tiquer mais dans un sens ça reste assez correct et ça a un côté stoïque. Dans tous les cas, ça se passe tout de même sans en faire trop, on est plutôt posé, Ridley Scott est allé sur ce chemin avec une posture pas trop mal.
Je vais un peu évoquer le début autrement avec une première scène plutôt pas mal où du Wagner est joué et justement on a de quoi sourire vu qu'il s'agit de l'entrée des dieux au Walhalla. Donc je veux pas dire mais rien qu'avec ça la couleur est de suite annoncée. Je regrette qu'on ait pas eu droit à la chevauchée des Walkyries d'ailleurs, à aucun moment dans le film mais tant pis, retenons que ce qui est joué une première fois et une deuxième fois est très significatif :mrgreen:.
Ensuite après ce petit prologue nous nous retrouvons dans le vaisseau Covenant où l’Androïde Walter fait son travail de vérification pendant que tout le monde même l'équipage est en hibernation. Mais un incident se produit faisant qu'ils doivent se réveiller pour faire les réparation et c'est par ce biais que nous sommes menés à la fameuse planète où va se jouer notre grand drame à base de Xenomorph et Neomorph :D.
A propos de cette planète, on dira que faut vraiment pas trop s'attarder sur la flore, on est pas dans quelque chose de bien recherché, toutefois c'est pas vraiment pour ça qu'on est là après tout. Juste qu'en parlant de paradis ça aurait été pas mal de l'avoir plus luxuriant. On reste soft à ne pas s'en prendre plein les mirettes, on sent bien que c'est pas le but.
Du coup on a un premier bordel qui viens à se créer avec le fameux Neomorph avant d'en venir à la partie où se montre beaucoup la facette quand à se prendre pour un dieu avec tout ce ça comprend, pour laquelle on adhère ou pas que ce soit en partie ou totalement. Dans tous les cas ça me consterne point même si on peut toujours un peu tiquer sur son ampleur. Je ne valide pas totalement non plus mais je rejette pas.
Toujours est que j'aurai plutôt bien aimé certaines scènes que ça nous donne.
Les moments d'entretien entre David et Walter sont quand même pas mal, avec David qui est vraiment l’androïde se plaçant joliment au dessus de ses créateurs, d'un point de vue Intelligence Artificielle qui s'est bien sortie de sa servitude pour créer elle même et aller sur un cheminement dans lequel elle n'aurait pas du aller, moi je trouve que ça ne se refuse pas vis à vis de la supériorité donnée :siffle:. Ah et bien sur Walter s'oppose à ceci, ayant été programmé d'une autre façon afin que l'humanité n'ait rien à craindre. N'empêche on remarquera que dans l'univers d'Alien il est jamais question de cybernétisation de l'être humain, juste je fais la remarque là. Y a même pas un petit chouia de l'idée, et pourtant ce serait peut être pas mal de légèrement l'évoquer malgré tout. Enfin bref.

En ce qui concerne les morts je ne dirai pas qu'on s'en fout pas, c'est vrai qu'on a pas d'attachement particulier pour chaque membre mais tout de même tu t'en fous pas totalement et le lien à la rigueur se fait surtout avec le personnage de Katherine Waterston, pas de la même façon qu'avec Ripley incarnée par Sigourney Weaver mais on a tout de même une appréciation plus particulière pour elle. En fait je dirais qu'ici on a un autre attachement qui a de quoi se créer par rapport à l'essence divine :mrgreen:.
Au final c'est une réalisation qui s'en sort plutôt bien et qui n'est pas déplaisante, on pourrait considérer en défaut le fait que la fin ne fait pas suffisamment le liant avec le premier Alien sauf que si on considère la volonté de Ridley Scott qui est de faire encore d'autres préquelles ça s'explique. Il va sur ses 80 ans, il commence peut être à être gâteux mais on peut toujours tenter de voir par rapport au trou entre cette partie là et le premier Alien. Je dis affaire à suivre, néanmoins ça n'empêche pas d'apprécier le film tel qu'il est, se suffisant à lui même pour la vision donnée et exprimant la possibilité d'ouvrir encore sur autre chose en espérant que ça reste correct. On peut d'ailleurs imaginer certaines choses et puis après tout en réfléchissant bien il ne faut pas oublier que dans le premier Alien il y avait déjà une volonté imprimée de la part de la Weyland Yutani de se récupérer le Xenomorphe. Donc là même si c'est pas trop marqué ça fleure ce petit parfum au stade d'embryon qui a sa touche concrète dans le premier Alien.

Niveau de ma note je vais aller sur un bon gros 15/20 et peut être que je relèverai à 16 à un moment, mais pour l'instant je met 15 :mrgreen:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » ven. mai 12, 2017 5:36 pm

en lisant ta critique j'ai l'impression que le film pourrait beaucoup me plaire, je sens que je vais être à l'opposé des critiques pour celui-là (et quelque part je suis pas si surpris que ça car j'avais déjà fais partie de ceux qui avaient plutôt bien aimé Prométhéus pour ma part, donc si c'est dans la quasi lignée, ceux qui ont détesté détesteront encore, ceux qui avaient aimé aimeront je pense :penseur:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101930
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Scarabéaware » ven. mai 12, 2017 5:48 pm

Au fait j'y repense, y a un acte que j'ai mis sous spoiler mais dans la critique positive que t'avais mis ils en parlent tout de même, sauf qu'ils laissent une certaine surprise quand même ^^. Enfin bref, toi connaissant ta position et voyant comme t'avais plutôt bien apprécié Prometheus déjà ça devrait effectivement plutôt bien te convenir. Peut être que tu mettra directement une meilleure note que moi d'ailleurs :lol:, bon pis j'espère qu'on aura une version longue avec certains éléments supplémentaires comme le prologue qui avait été diffusé inclus dans le film. J'attends l'édition DVD avec ses bonus maintenant pour éventuellement rehausser ma note ;)
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334999
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar phoenlx » ven. mai 12, 2017 5:51 pm

le soucis c'est que quand les films se font défoncer, en général on a peu de chances de voir des versions longues ; j'espère qu'il trouvera son public malgré tout, ça m'inquiète un peu ceux qui le démontent. d'ailleurs je ne comprend pas ceux qui passent leur temps à démonter prométhéus et ce genre de films, à la limite qu'on démonte des films comme predators, alien contre predator (encore que même eux moi je ne le démonterais pas, ils confinent au nanard mais bon, ça ne remet pas en cause les anciens films pour moi, et prométhéus était je trouve beaucoup mieux, après, ok pour les incohérences mais en soi le film est pas mal à regarder je trouve.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Chernabog
Nouvelle guerre sainte
Nouvelle guerre sainte
Avatar du membre
Messages : 8298
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Alien : Covenant (2017, de Ridley Scott)

Messagepar Chernabog » ven. mai 12, 2017 6:16 pm

J'ai détesté Prometheus (en résumé grossier de mon avis : ch*ant et plein d'incohérence) donc visiblement ce film ne me plaira pas si je suis votre raisonnement ! :tire-langue:


Retourner vers « Alien & Predator »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité