News astronomiques et spatiales diverses

Rubrique Ciel et Espace ! Pour les passionnés d'astronomie, astrophysique, astronautique et conquête spatiale.
Règles du forum
Attention - Le flood est interdit dans cette rubrique du forum et les contrevenants s'exposent à des sanctions. Pour les discussions HS ou si vous voulez partir dans des délires entre vous, vous êtes invités à utiliser les rubriques du forum orientées bavardages où la charte est assouplie comme la taverne. Merci de votre compréhension
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » ven. sept. 20, 2019 1:13 am

mais comment ils veulent faire ça, comme le dit sauron ça tourne sans cesse, la base de l'ascenseur serait où ? dans l'espace en train de tourner elle-même autour de la Terre ? et comment on va construire ce bazar ? vous imaginez le nombre de kilomètres qu'il fait cet ascenseur ? il faut 50 milliards d'années avec nos techniques d'ingénierie actuelles :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » ven. sept. 20, 2019 2:47 am

phoenlx a écrit :mais comment ils veulent faire ça, comme le dit sauron ça tourne sans cesse, la base de l'ascenseur serait où ? dans l'espace en train de tourner elle-même autour de la Terre ? et comment on va construire ce bazar ? vous imaginez le nombre de kilomètres qu'il fait cet ascenseur ? il faut 50 milliards d'années avec nos techniques d'ingénierie actuelles :lol:



Bah je sais pas moi, je crois que c'est pour mieux alimenter la station spatial international où ce qui la remplacera.
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

SauronGorthaur
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 67622
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar SauronGorthaur » ven. sept. 20, 2019 1:42 pm

faudrait déjà faire des stations spatiales aux Points de Lagrange
Image

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » ven. sept. 20, 2019 11:40 pm

Les cosmonautes russes seront bientôt armés (pour se protéger)

L’espace est censé être une zone neutre, même si les entreprises et pays actifs dans ce domaine n’hésitent pas à parler de « conquête » spatiale. La tendance est plutôt à la coopération entre les différents acteurs qui n’hésitent pas à mutualiser leurs efforts. Alors l’annonce que la Russie allait armer ses cosmonautes a quelque peu surpris. Pourquoi une telle décision ? Les choses sont un peu plus compliquées que les titres tapageurs.

C’est le chef de l’Agence spatiale russe, Dmitri Rogozine qui a récemment annoncé la nouvelle. Les cosmonautes russes vont désormais être armés.

Mais ce nouvel équipement ne concerne pas vraiment un éventuel danger là-haut dans les étoiles (même si cela peut toujours servir). Non, l’objectif est que les cosmonautes puissent se protéger s’ils atterrissent sur Terre dans une zone dangereuse, face aux animaux sauvages. Derrière ce choix se trouve aussi la localisation du nouveau cosmodrome russe situé dans l’extrême-orient. Une zone peu peuplée, boisée et pas forcément hospitalière.

L’arme utilisée est pour l’instant en phase de test et ne sera pas fournie aux cosmonautes avant au moins « un an et demi« . Ce projet aurait toutefois quelques relents d’URSS puisque l’arme sera une réplique modernisée du pistolet à trois canons, utilisé pendant l’époque soviétique. Une arme qui avait disparu depuis 2007, après avoir été intégrée dans les années 80. Cette nouvelle version permettra tout à la fois de se défendre mais aussi de signaler sa position.

Le cosmonaute russe Oleg Kononenkov, le responsable de l’équipage de la Station Spatiale Internationale (ISS), a aussi signalé qu’un couteau pourrait être au rendez-vous afin de fabriquer, au besoin, un abri.

À noter qu’il y a quelques semaines, on a assisté à ce qui aurait été le premier délit commis depuis la Station Spatiale Internationale. Il va donc peut-être falloir réfléchir à une police spatiale…


https://www.presse-citron.net/cosmonaut ... 9jnoVphrCs
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » sam. sept. 21, 2019 11:03 am

décision logique
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » mar. sept. 24, 2019 4:40 pm

Spectaculaire image du rapprochement entre deux comètes

Le 8 septembre dernier les comètes 260P/McNaught et C/2018 N2 (ASASSN) se trouvaient dans un coin de la constellation du Bélier.

Les comètes du moment sont très discrètes : aucune n’est visible dans une paire de jumelles, encore moins à l’œil nu. Que les nostalgiques de Hale-Bopp ou de Hyakutake passent leur chemin ! Seuls les astrophotographes aguerris peuvent capturer les astres chevelus qui traversent actuellement le Système solaire. Il aura fallu tout le talent de Gerald Rhemann pour saisir le rapprochement apparent entre deux lointaines voyageuses dans la constellation du Bélier (à l’ouest des Pléiades) le 8 septembre.

Image

Cet astrophotographe autrichien qui utilise un télescope installé en Namibie est un spécialiste des belles images de comètes. Il a par exemple immortalisé les volutes gazeuses et poussiéreuses de C/2016 R2 ou encore Swan et Lovejoy.

260P/McNaught est une comète périodique découverte le 20 mai 2005 depuis l’observatoire australien de Siding Spring par l’astronome Robert H. McNaught. Elle revient nous voir tous les sept ans. C/2018 N2 (ASASSN) a été détectée le 7 juillet 2018 dans le cadre du All-Sky Automated Survey for SuperNovae. L’ASASSN se compose d’une vingtaine de téléobjectifs de 400 millimètres de focale placés chacun devant une caméra CCD. Ils peuvent détecter des supernovae jusqu’à la magnitude 18. Ils sont installés dans des observatoires des deux hémisphères pour surveiller tout le ciel.


Le rapprochement apparent des deux comètes le 8 septembre s’est produit à proximité de l’étoile Hamal (α Arietis) située en dehors du champ de cette image. L’étoile la plus brillante du Bélier est une géante orange quinze fois plus grande que le Soleil et quatre-vingt-dix fois plus brillante. Les deux astres chevelus, d’une magnitude comprise entre 12 et 13, ont nécessité un total de poses de 50 minutes avec un télescope motorisé de 305 millimètres de diamètre.


https://blogs.futura-sciences.com/feldm ... mgOqJfw9eE
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » mar. sept. 24, 2019 6:55 pm

C'est beau :o
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » mar. oct. 01, 2019 12:00 am

La réversibilité temporelle apparente des sursauts gamma serait due à l’effet Tcherenkov

Les sursauts gamma font partie des événements les plus énergétiques de l’Univers. Si les observations de ces dernières années ont permis aux astrophysiciens d’en apprendre plus sur ces événements, de nombreuses zones d’ombre persistent encore. L’année dernière, une équipe d’astrophysiciens américains mettait en évidence l’existence d’un phénomène de réversibilité temporelle apparente dans six sursauts gamma. Et récemment, des chercheurs ont proposé une explication quant à ce phénomène, impliquant l’effet Tcherenkov.

De nouvelles recherches suggèrent une réponse potentielle à ce qui pourrait causer cet effet de réversibilité temporelle. Si les ondes au sein des jets relativistes qui produisent des sursauts gamma se propagent plus rapidement que la lumière dans ce milieu, l’un des effets pourrait effectivement être une réversibilité temporelle apparente. L’étude a été publiée dans la revue The Astrophysical Journal.

De telles ondes « supraluminiques » pourraient être possibles. Lorsque la lumière traverse un milieu (tel qu’un gaz ou un plasma), sa vitesse de phase est légèrement inférieure à c — la vitesse de la lumière dans le vide. Par conséquent, une onde pourrait traverser un sursaut gamma à des vitesses supérieures à celle de la lumière dans ce milieu, sans rompre la relativité.

Les sursauts gamma sont l’un des phénomènes les plus énergétiques de l’Univers. Ils peuvent durer de quelques millisecondes à plusieurs heures, ils sont extrêmement brillants et les astrophysiciens ne connaissent pas encore précisément leur mécanisme.

D’après les observations de 2017 concernant la collision d’étoiles à neutrons, ces événements peuvent créer des sursauts gamma. Les astronomes pensent également que de telles explosions se produisent lorsqu’une étoile massive qui tourne rapidement s’effondre dans un trou noir, éjectant violemment de la matière dans l’espace environnant.

Lorsqu’elles traversent un milieu autre que le vide, les particules peuvent se déplacer plus rapidement que la lumière dans ce milieu. Ce phénomène est responsable du célèbre rayonnement Tcherenkov, provoquant un flash de lumière bleue. Cette lueur est produite lorsque des particules chargées telles que des électrons se déplacent plus rapidement dans l’eau que la vitesse de phase de la lumière.

Les astrophysiciens Jon Hakkila du College of Charleston et Robert Nemiroff de la Michigan Technological University croient que ce même effet peut être observé dans des sursauts gamma et ont procédé à une modélisation mathématique pour démontrer comment.

Image

« Dans ce modèle, une onde d’impact dans un jet de rayons gamma en expansion accélère de vitesses subluminiques à supraluminiques, ou décélère de vitesses supraluminiques à subluminiques. L’onde de percussion interagit avec le milieu environnant pour produire un rayonnement de collision de type Tcherenkov et/ou un autre rayonnement lorsqu’elle se déplace plus rapidement que la lumière, et d’autres mécanismes (tel que le rayonnement de choc thermalisé de Compton ou synchrotron) lorsqu’elle se déplace plus lentement que la lumière » écrivent les chercheurs.

« Ces transitions créent un ensemble de caractéristiques de courbes lumineuses (relatives aux sursauts gamma), à la fois en avance et en inversion dans le temps, au cours du processus de doublage d’images relativistes ».Cet effet de doublage d’images relativistes se produit potentiellement dans les détecteurs Tcherenkov. Lorsqu’une particule chargée se déplaçant à une vitesse proche de la vitesse de la lumière pénètre dans l’eau, elle se déplace plus rapidement que le rayonnement Tcherenkov qu’elle produit et peut donc sembler hypothétiquement se trouver à deux endroits à la fois : une image apparaît se déplacer en avant dans le temps et l’autre semble remonter le temps.

Image

Ce dédoublement n’a pas encore été observé expérimentalement, mais si cela se produit, il pourrait également être responsable de la réversibilité temporelle observée dans les courbes de lumière gamma détectée, à la fois lorsque l’onde de choc traversant le milieu du jet accélère à une vitesse supérieure à celle de la lumière dans ce milieu et décélère à une vitesse subluminique.Toutefois, un long travail est encore nécessaire. Les chercheurs supposent que le facteur responsable de la création d’un sursaut gamma serait une onde à grande échelle produite par des modifications de la densité ou du champ magnétique, par exemple. Cela nécessitera une analyse plus approfondie.

Cependant, selon les scientifiques, leur modèle fournit de meilleures explications sur les caractéristiques des courbes de lumière gamma que les modèles qui n’incluent pas la réversibilité temporelle.

« Les modèles standard de sursauts gamma ont négligé les propriétés de la courbe de lumière réversible dans le temps. Le mouvement du jet supraluminique tient compte de ces propriétés tout en conservant un grand nombre de caractéristiques de modèle standard » conclut Hakkila.


https://trustmyscience.com/reversibilit ... fhxG4Q6gVI
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » mer. oct. 02, 2019 10:50 am

Intéressant j'avais déjà entendu parler de cet effet Tcherenkov mais j'aurais été incapable de l'expliquer ..


j'enchaine avec un autre article sur des galaxies sur le point de fusionner (et donc aussi : leur trou noir central)

Image

Trois gigan­tesques trous noirs sont sur le point d’en­trer en colli­sion

Une équipe de scien­ti­fiques de la NASA a décou­vert un système de trois galaxies, abri­tant chacune un trou noir super­mas­sif actif, en train de fusion­ner à un milliard d’an­nées-lumière de la Terre, relayait vendredi 27 septembre Live Science.

« Les trous noirs doubles et triples sont extrê­me­ment rares », commente dans un commu­niqué la cher­cheuse Shobita Satya­pal de l’uni­ver­sité George Mason. « Mais de tels systèmes sont en réalité une consé­quence natu­relle des fusions de galaxies, ce qui, selon nous, est le mode de crois­sance et d’évo­lu­tion des galaxies », pour­suit-elle.

Vidéo à voir :


Cette forme de colli­sion cosmique est extrê­me­ment rare et très diffi­cile à repé­rer à cause des enve­loppes géantes de gaz et de pous­sière qui entourent les trous noirs. Mais en combi­nant les données des deux téles­copes spatiaux Chan­dra et NuStar de la NASA, et d’un autre basé en Arizona, les scien­ti­fiques ont réussi à obser­ver cette colos­sale colli­sion.

D’après les simu­la­tions infor­ma­tiques, seules 16 % des paires de trous noirs super­mas­sifs au cœur de galaxies en cours de colli­sion ont dû précé­dem­ment inter­agir avec un troi­sième trou noir super­mas­sif.

Source : Live Science

( https://www.ulyces.co/news/trois-gigant ... PrxsEastpY )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » jeu. oct. 03, 2019 4:28 pm

Burçin Mutlu-Pakdil, l’astrophysicienne qui a découvert un nouveau type de galaxie

L’astrophysicienne Burçin Mutlu-Pakdil a grandi en Turquie. Enfant, elle aimait regarder les étoiles dans le ciel. Elle ignorait encore qu’un jour, grâce à ses compétences scientifiques, une galaxie située à 359 millions d'années-lumière de la Terre porterait son prénom.

La passion de Burçin Mutlu-Pakdil pour l’astrophysique est née lorsque, au collège, elle dut faire un devoir sur une personne intéressante.

« J’ai demandé à ma sœur sur qui je pourrais faire mon devoir et elle m’a suggéré Einstein, parce que c'était l’homme le plus intelligent au monde », se souvient l’astrophysicienne. Elle se plongea alors immédiatement dans les livres de physique et devint obsédée par le fait de comprendre l’Univers. Elle décida de faire des études de physique : c’est à ce moment que des obstacles commencèrent à se mettre en travers de sa route. Tout d’abord, elle dût quitter Istanbul, sa ville natale, pour Ankara.

« Même si ma famille soutenait ma décision et m’encourageait à suivre ma passion, des amis et des proches disaient que les filles n’avaient pas à quitter la maison pour étudier », confie Burçin Mutlu-Pakdil. Sa décision de déménager pour étudier les sciences fut même remise en cause par un professeur à l’Université. Sans surprise, Burçin était l’une des rares étudiantes de sa classe.

« En tant que femme qui étudiait la physique, j’avais l’impression de ne pas être à ma place. J’ai appris à ne pas accorder d’importance aux commentaires et à uniquement me concentrer sur ma passion. » À l’époque, en Turquie, les femmes qui allaient à l’université n’avaient pas le droit de porter le voile. Aujourd’hui, cela est révolu.

« Je portais des chapeaux et j’essayais de trouver comment me couvrir la tête, mais c’était déconcertant. Je devais déjà affronter les préjugés parce que j’étais une femme qui étudiait les sciences. En me forçant à changer ma tenue, on m’obligeait à être quelqu’un que je n’étais pas. »

Bien qu’elle eut à gérer de nouvelles différences culturelles à son arrivée aux États-Unis pour son Master à l’Université Texas Tech, puis à l’Université du Minnesota-Twin Cities où elle fit un doctorat en astrophysique, elle trouva l’environnement plus accueillant.

« J’étais dans un nouveau pays et de nombreuses choses étaient différentes. Mais comme j’étais moi-même et que je pouvais m’habiller comme je le voulais, j’étais plus heureuse, et ce même si les autres problèmes n’étaient pas résolus. »

Désormais associée de recherche postdoctorante à l’Observatoire Steward de l’Université de l’Arizona, Burçin Mutlu-Pakdil analyse les données collectées par des télescopes pour tenter de résoudre les mystères de l’Univers, et plus particulièrement la formation et l’évolution des galaxies au fil du temps.

Il existe environ mille milliards de galaxies connues dans l’Univers et la plupart d’entre elles sont des galaxies spirales, à l’instar de la Voie lactée, celle dans laquelle nous vivons. Si de solides théories entourent l’évolution des galaxies les plus communes, Burçin Mutlu-Pakdil confie que les galaxies rares intéressent particulièrement les astronomes qui cherchent à comprendre l’évolution cosmique.

Image

Nommé d’après Arthur Allen Hoag qui l’a découvert en 1950, l’objet de Hoag est l’une de ces galaxies rares. Il s’agit du premier exemple connu d’un type de galaxie à anneau qui se caractérise par un anneau lumineux constitué de jeunes étoiles bleues entourant un noyau central symétrique composé d’étoiles plus âgées, sans qu’aucun lien ne soit visible entre ces deux éléments. Ces types de galaxies extrêmement rares représentent moins de 0,1 % de l’ensemble des galaxies observées.

La première fois que Burçin Mutlu-Pakdil et son équipe ont vu la petite galaxie PGC 1000714, ils pensaient qu’il s’agissait là d’une galaxie de type Hoag et étaient très heureux de leur découverte. Mais en étudiant avec plus d’attention PGC 1000714, l’astrophysicienne fut surprise de voir que cette galaxie rare cachait quelque chose.

« Entre l’anneau extérieur bleu et le noyau central rouge, nous avons découvert un anneau interne diffus de couleur rouge qui entourait le noyau », explique-t-elle. « Nous étions en train d’observer une galaxie qui n’avait jamais été vue auparavant. »

Ce corps céleste fut baptisé galaxie de Burçin et les astronomes essaient désormais de résoudre le mystère intriguant qui entoure la formation d’un objet si étrange. Si chez les galaxies de type Hoag, le noyau central rouge est plus vieux que l’anneau extérieur bleu, pour la galaxie de Burçin, l’anneau interne supplémentaire est le plus vieux et se serait donc formé en premier.

Burçin Mutlu-Pakdil et son équipe continuent d’étudier cet objet intriguant. L’astrophysicienne espère que son travail et son histoire serviront d’inspiration à d’autres immigrants et étudiants, en particulier à ceux qui appartiennent à des minorités.

« Lorsque je suis invitée dans des écoles ou que des gens me contactent sur les réseaux sociaux, je veille à toujours mettre l’accent sur le fait qu’il ne faut pas bloquer sa curiosité scientifique à cause de pressions externes », confie-t-elle. « Même si le voyage n’est peut-être pas facile, il faut suivre sa passion. »

Burçin Mutlu-Pakdil a été approchée par un éditeur pour écrire un livre sur son vécu en tant qu’astrophysicienne. En 2018, elle est devenue membre des conférences TED.

« La plateforme m’a donné une voix et une présence que je n’aurais jamais imaginées pour moi. » Alors qu’elle se préparait pour sa conférence TED, elle la présenta tout d’abord à ses amis, qui lui annoncèrent qu’elle était difficile à comprendre. « J’ai fait plusieurs brouillons ; j’ai procédé par tâtonnements jusqu’à ce que je parvienne à faire passer les informations que je voulais partager sans qu’elles soient trop techniques. », déclare-t-elle.

« Cela s’applique aussi dans la vie réelle », ajoute l’astrophysicienne. « Vous pouvez ne pas obtenir le résultat attendu dès la première tentative. À chaque fois que vous échouez, vous vous relevez et vous réessayez. Vous finirez par y arriver. »



https://www.nationalgeographic.fr/espac ... uzuNX0A2cI
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » ven. oct. 04, 2019 5:01 pm

L'énigme de l'origine d'un neutrino cosmique enfin perçée ?

Les observations d'IceCube et Fermi, complétées par le radiotélescope VLBA, suggèrent que les neutrinos à très hautes énergies dans les rayons cosmiques viennent de collisions entre des jets de quasars.

Il y a un an, on apprenait que pour la première fois, grâce aux observations conjointes au sol du détecteur de neutrinos IceCube et du télescope gamma en orbite Fermi, l'origine d'au moins un rayon cosmique de très haute énergie avait été précisée. Baptisée IceCube-170922A, le neutrino détecté en septembre 2017 semblait bel et bien venir d'un noyau actif de galaxie situé à environ 3,8 milliards d'années-lumière de la Voie lactée. Il s'agissait plus précisément d'un objet BL Lacertae, un trou noir supermassif se comportant comme une radiosource de faible puissance, mais dont les jets relativistes sont dirigés parallèlement à l'axe d'observation sur Terre. Techniquement, TXS 0506+056, c'est son nom, est donc un blazar.

Cette découverte confirmait ce dont on se doutait depuis un moment, seuls les trous noirs supermassifs derrière les quasars sont susceptibles d'accélérer des particules aux énergies très élevées que l'on rencontre parfois dans les rayons cosmiques. Toutefois, se posait alors le problème de savoir pourquoi il est généralement difficile de déterminer la provenance des évènements associés à des neutrinos cosmiques

Image

Une équipe internationale d'astrophysiciens vient de publier dans le célèbre journal Astronomy & Astrophysics un article dans lequel une réponse à cette énigme est proposée. Réponse qui précise le mécanisme d'émission du neutrino IceCube-170922A. Pour cela, les chercheurs se basent sur des analyses nouvelles de données collectées de 2009 à 2018 par le radiotélescope VLBA, un réseau de radiotélescopes astronomiques pour faire de l'interférométrie à très longue base, et couvrant le territoire des États-Unis depuis Sainte-Croix dans les Iles Vierges, situées dans les Antilles et le Mauna Kea sur l'île d'Hawaï dans l'océan Pacifique.

La résolution atteinte par le VLBA permet alors de voir la présence des jets de matière associés à TXS 0506+056. Et les données fournies par les radiotélescopes laissent penser que l'émission du neutrino n'a été possible qu'au moment où sont entrées en collision les particules produites par deux des jets du blazar. Il peut s'agir d'un jet passé qui aurait été rattrapé par l'émission d'un nouveau jet, par exemple du fait que le trou noir supermassif soit animé d'un mouvement de précession faisant tourner la direction d'émission de jets intermittents. Si tel est bien le cas, il faut probablement en conclure qu'un autre trou noir supermassif est présent, entraînant la précession du premier.

Toujours est-il que ce scénario de collision pose une contrainte sur la nature des particules composant les jets émis par TXS 0506+056. Comme pour tous les jets émis par les trous noirs accrétant de la matière, on ne sait pas bien s'ils sont composés d'un mélange d'électrons et de positrons, où si une composante hadronique est aussi présente. Si les neutrinos sont bien produits par des collisions de ces jets, alors ils sont nécessairement le fait de collisions avec des hadrons, qui sont donc au moins une partie des jets.



https://www.futura-sciences.com/science ... uqR6G82WIQ
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » lun. oct. 07, 2019 9:13 pm

Au coeur de la Sologne, les âges reculés de l'Univers murmurent à basse fréquence

C'est ici qu'on sonde l'aube cosmique : niché en plein centre de la France, au coeur de la forêt de Sologne, NenuFAR, radiotélescope dernier cri, a commencé à écrire l'histoire de l'Univers à ses tout débuts grâce à un système ultra sensible de détection des très basses fréquences.

En pénétrant dans la station radioastronomique de Nançay, le visiteur est prié d'activer le mode avion de son téléphone afin de respecter le "silence radio" qui règne sur le site, grâce aux arbres qui font écran contre les parasites venus de l'horizon. Une immense clairière, totalement isolée, où trône le Grand radiotélescope inauguré par De Gaulle en 1965, et à ses côtés, un champ de presque 2.000 petites antennes fixes, semblables à des baleines de parapluie.

Ce curieux instrument baptisé NenuFAR, inauguré jeudi en grande pompe, vient enrichir le parc de la nouvelle génération des radiotélescopes qui sondent les basses fréquences, domaine encore peu exploré et dont les scientifiques espèrent des découvertes majeures pour percer les mystères de l'Univers lointain et primordial.

"C'est fou ce que nous sommes ignorants sur le très jeune Univers... Nous devons trouver !" a lancé, enthousiaste, Jocelyn Bell, astrophysicienne britannique connue pour avoir découvert le premier pulsar (un astre mort qui tourne sur lui-même).

L'Univers est composé principalement d'hydrogène, qui émet des fréquences. Comme l'Univers est en expansion, l'espace entre les objets s'étend, et les longueurs d'ondes s'étirent. Plus on remonte dans le passé, plus les signaux émis par l'hydrogène s'allongent et plus leurs fréquences diminuent.

Le premier instrument à couvrir les moyennes et basses fréquences, LOFAR, né dans les années 2000 aux Pays-Bas, couvre aujourd'hui un spectre aux fréquences de 30 à 250 MHz (mégahertz). NenuFAR, relié au réseau d'antennes de LOFAR, est, lui, capable de détecter les fréquences situées entre 10 MHz et 87 MHz, c'est-à-dire en dessous de la bande FM. Soit les plus basses que l'on puisse capter au sol - si on veut descendre encore plus bas, il faut aller dans l'espace ou sur la Lune.

- Premières étoiles -

Cette sensibilité ultime promet donc de retracer l'histoire de l'hydrogène dans l'Univers et d'observer l'aube cosmique, période méconnue située environ 600 millions d'années après le Big Bang (il y a 13,8 milliards d'années), où les premières étoiles se sont allumées au sein des premières galaxies, bien avant la formation des premières planètes.

"Si je regarde une classe d'élèves, c'est comme si j'avais un moyen de remonter le temps et de les voir à différentes périodes de leur vie; ou comme si un archéologue pouvait voir une image de l'ancienne cité de Pompéi", analyse Stéphane Corbel, directeur de la station de radioastronomie de l'Observatoire de Paris à Nançay. "L'astrophysique permet d'observer à des longueurs d'ondes différentes, et donc d'avoir une évolution temporelle des objets, qui laissent des traces toujours actives dans l'espace", ajoute-t-il.

Les scientifiques anticipent bien d'autres découvertes grâce à NenuFAR, qui planche sur une quinzaine de projets depuis le démarrage de ses observations, en juillet dernier. "J'espère détecter le signal radio des exoplanètes (planètes en dehors du système solaire, NDLR), qui donnera accès à leur champ magnétique, la possibilité d'héberger de la vie, les interactions avec leurs étoiles...", explique Philippe Zarka, responsable scientifique de NenuFAR et directeur de recherche du CNRS.

"On pourrait aussi peut-être observer des éclairs d'orages sur Vénus, ce qui répondrait à la controverse - actuellement certaines études disent qu'il y en a, d'autres non", poursuit ce chercheur.

Un récepteur spécialisé devrait enfin participer aux recherches d'intelligence extra-terrestre dans le cadre du programme SETI (Search for Extra Terrestrial Intelligence).

NenuFAR, dont les observations scientifiques ont démarré en juillet, devrait livrer de premiers résultats significatifs d'ici fin 2019.


https://actu.orange.fr/france/au-coeur- ... bad4d.html
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

Somewhere
combats urbains
combats urbains
Avatar du membre
Messages : 61154
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Somewhere » jeu. oct. 10, 2019 7:14 pm

Une explosion a retenti au centre de la Voie Lactée il y a 3,5 millions d’années

Image

Un faisceau d’énergie gigantesque aurait traversé la Voie Lactée et touché ses galaxies annexes.

Une gigantesque explosion au cœur de la Voie Lactée. C’est ce qu’a détecté une équipe australo-américaine du Centre ASTRO 3D australien qui détaille plus en profondeur cette nouvelle découverte dans la revue The Astrophysical Journal, relayée par la BBC. L’événement se serait produit il y a 3,5 millions d’années, une éternité pour notre perception et pourtant un bouleversement récent sur l’échelle de la galaxie. Un faisceau d’énergie gigantesque aurait traversé la Voie Lactée et touché ses galaxies annexes. Selon les chercheurs, cette violente déflagration a même été ressentie à 200 000 années-lumière. Si l’origine de l’explosion n’est pas totalement confirmée, les astrophysiciens pensent qu’elle est certainement liée à l’activité nucléaire liée à la présence de Sagittarius A*, un trou noir 4 millions de fois plus massif que notre Soleil et situé au cœur de la Voie Lactée. L’équipe précise que cette explosion a eu des conséquences sur deux galaxies naines voisines de la Voie Lactée, en changeant les paramètres physiques du Petit Nuage de Magellan et du Grand Nuage de Magellan. Dans tous les cas, la découverte de ce dynamisme de la Voie Lactée pourrait conduire à une réinterprétation de son histoire et de son évolution. « Nous avions toujours vu notre galaxie comme une galaxie inactive avec un centre peu lumineux (…) Ces résultats changent radicalement notre compréhension de la Voie Lactée » a indiqué Magda Gugliemo, co-autrice de la publication et chercheuse à l’université de Sidney.

https://www.journaldugeek.com/2019/10/1 ... s-dannees/

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 10, 2019 8:16 pm

c'est un sacré monstre le trou noir central, quelle conséquence pour la Terre quand ce genre d'évènements se produisent ? se pourrait-il qu'il y ait eu des conséquences sur notre planète à l'époque (lors des prémisses de la vie, sur l'atmosphère, donc le climat, la composition chimique et autre ?) pour que ce soit ressenti même sur les galaxies naines proches, ça a du faire un sacré chamboulement au sein même de la galaxie et dans le voisinage de la Terre j'imagine :shock:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Aries Phoenix
Le sorcier de Dol Guldur
Le sorcier de Dol Guldur
Avatar du membre
Messages : 20144
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Aries Phoenix » jeu. oct. 10, 2019 10:13 pm

La Terre s'est pris un bon coup de chaleur j'imagine. Et est-ce que la vie a survécu ? Probablement sur la face non-exposée...
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » ven. oct. 11, 2019 9:57 am

Ben tout dépend combien de temps ont mis ces rayonnements , si ça a duré plus de 12 heures j'ai bien peur qu'il n'y ait pas eu de face non exposée !
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Aries Phoenix
Le sorcier de Dol Guldur
Le sorcier de Dol Guldur
Avatar du membre
Messages : 20144
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Aries Phoenix » ven. oct. 11, 2019 10:20 am

Ah oui, c'est pas faux... Du coup, bonjour le cataclysme !
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » mer. oct. 16, 2019 4:30 pm

Pour rebondir sur l'article de somewhere



Somewhere a écrit :Une explosion a retenti au centre de la Voie Lactée il y a 3,5 millions d’années

Image

Un faisceau d’énergie gigantesque aurait traversé la Voie Lactée et touché ses galaxies annexes.

Une gigantesque explosion au cœur de la Voie Lactée. C’est ce qu’a détecté une équipe australo-américaine du Centre ASTRO 3D australien qui détaille plus en profondeur cette nouvelle découverte dans la revue The Astrophysical Journal, relayée par la BBC. L’événement se serait produit il y a 3,5 millions d’années, une éternité pour notre perception et pourtant un bouleversement récent sur l’échelle de la galaxie. Un faisceau d’énergie gigantesque aurait traversé la Voie Lactée et touché ses galaxies annexes. Selon les chercheurs, cette violente déflagration a même été ressentie à 200 000 années-lumière. Si l’origine de l’explosion n’est pas totalement confirmée, les astrophysiciens pensent qu’elle est certainement liée à l’activité nucléaire liée à la présence de Sagittarius A*, un trou noir 4 millions de fois plus massif que notre Soleil et situé au cœur de la Voie Lactée. L’équipe précise que cette explosion a eu des conséquences sur deux galaxies naines voisines de la Voie Lactée, en changeant les paramètres physiques du Petit Nuage de Magellan et du Grand Nuage de Magellan. Dans tous les cas, la découverte de ce dynamisme de la Voie Lactée pourrait conduire à une réinterprétation de son histoire et de son évolution. « Nous avions toujours vu notre galaxie comme une galaxie inactive avec un centre peu lumineux (…) Ces résultats changent radicalement notre compréhension de la Voie Lactée » a indiqué Magda Gugliemo, co-autrice de la publication et chercheuse à l’université de Sidney.

https://www.journaldugeek.com/2019/10/1 ... s-dannees/
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Maedhros
Libération de Melkor
Libération de Melkor
Avatar du membre
Messages : 11781
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar Maedhros » mer. oct. 16, 2019 4:52 pm

Finalement, SpaceX ne veut pas 12.000 mais 42.000 satellites dans sa constellation

SpaceX a déposé une demande de fréquences pour 30.000 satellites en plus des 12.000 déjà prévus, ont confirmé mercredi la société spatiale américaine et une agence de l'ONU.

L'administration des communications américaine (FCC) a transmis le 7 octobre à l'Union internationale des télécommunications (UIT), à Genève, 20 demandes concernant chacune 1.500 satellites, a confirmé à l'AFP Alexandre Vallet, chef des services spatiaux à l'UIT.

Sur le site de l'UIT, 20 demandes techniques peuvent être consultées. L'UIT coordonne au niveau mondial le spectre des fréquences radio et les orbites des satellites.

Une porte-parole de SpaceX n'a pas directement confirmé le nombre mais a déclaré que la société prenait "des mesures pour développer la capacité totale et la densité de données du réseau Starlink, afin de répondre à la croissance anticipée des besoins des consommateurs".

Starlink sera une constellation de mini-satellites fournissant un internet à haut débit sur Terre. Le principe est qu'ils seront à une altitude relativement basse (550 km pour les premiers), fournissant un temps de réponse rapide. Le maillage du ciel par les satellites sera tel que plusieurs seront en ligne directe depuis n'importe quel point sur le globe.

SpaceX a lancé les 60 premiers en mai, et affirme que la constellation sera opérationnelle pour le Canada et le nord des Etats-Unis l'an prochain.

Selon la société, il faudra 24 lancements avant que le reste du monde soit couvert.

Il y a aujourd'hui un peu plus de 2.100 satellites actifs en orbite autour de la Terre, sur environ 23.000 objets catalogués en orbite (étages de fusées, satellites inactifs, débris...).

La perspective d'en ajouter 42.000 dans le ciel créé une double inquiétude.

D'une part les astronomes craignent que ces constellations gâchent les observations par télescopes depuis la Terre. Quand le premier train de satellites a été lancé, de multiples astronomes ont photographié une traînée de points lumineux. SpaceX indique que la base des prochains satellites sera noire afin de limiter le phénomène.

La seconde préoccupation est l'encombrement des orbites terrestres basses, c'est-à-dire jusqu'à 1.500 ou 2.000 km.

SpaceX avait dit que 3 de ses 60 premiers satellites, soit 5%, étaient hors service un mois après leur lancement. La société affirme qu'elle a des dispositifs pour "désorbiter" les satellites défaillants et éviter toute collision avec d'autres satellites.

Mais un incident a montré le mois dernier que les procédures n'étaient pas encore au point.

L'Agence spatiale européenne (ESA) a dû modifier la trajectoire d'un de son satellite Aeolus afin d'éviter une possible collision avec un appareil de Starlink, une manoeuvre assez routinière si ce n'est que l'ESA avait contacté SpaceX mais n'avait reçu aucune réponse, les opérateurs de la société n'ayant pas vu le message de l'agence spatiale.


https://actu.orange.fr/societe/high-tec ... SDiOhetsmc
Les siècles de pluie que ce chant appelle ne sont autre que mes larmes...Et le tonnerre qui frappe la terre n'est autre que ma colère ancestrale!

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 318739
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: News astronomiques et spatiales diverses

Messagepar phoenlx » mer. oct. 16, 2019 5:29 pm

espérons que tout ça ne provoque pas des carambolages de satellites en orbite, déjà que c'est le gros bordel actuellement avec la multiplication
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Astronomie, Ciel et Espace »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité