Le cinéma japonais

Rubrique pour parler du cinéma asiatique au sens large, de la Chine au Japon en passant par le cinéma d'action hong-kongais et les films d'art martiaux. Sans oublier l'extravageant cinéma bollywoodien...
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343157
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le cinéma japonais

Messagepar phoenlx » mar. avr. 09, 2019 6:37 pm

cool
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11088
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Le cinéma japonais

Messagepar Meleor » sam. nov. 23, 2019 6:51 am


Meleor
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11088
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Le cinéma japonais

Messagepar Meleor » sam. nov. 23, 2019 11:15 am

http://nipponaka.free.fr/accueil.htm

Par le biais de cette étude, via Internet, j’aimerais susciter la curiosité et l’attention de quelques novices et spécialistes en la matière.
Que mes travaux et recherches connaissent une suite, qu'ils ne viennent pas s'échouer sur une étagère, s'abriter dans un classeur,... mais qu'ils prennent le large d'une manière interactive.
Persévérant dans ce sujet, je continue à m’investir et à rechercher « la voie du cinéma japonais » à travers d’autres approches en espérant pouvoir bientôt apporter de nouveaux éléments à cette première étude.
L’empire du Japon est, de tous les pays du monde, celui qui a offert le plus d’attrait à ma curiosité.
Résumé
Découvert par hasard en 1952, récompensé dans les plus grands festivals européens et suscitant des vagues d’enthousiasme de la part des critiques, le cinéma japonais a connu une réception exceptionnelle en France. Il a fallu presque trente ans pour découvrir l’immuable triumvirat « Kurosawa-Mizoguchi-Ozu ». Trente années pendant lesquelles les critiques se sont familiarisés peu à peu avec un cinéma unique et exemplaire à bien des égards. Si cette étude met en évidence la diversité des regards, analyses, discours, interprétations... émis à l'encontre des films japonais, elle a également pour objectif de trouver un sens rationnel à l’approbation quasi unanime de cet événement cinématographique ; comprendre pourquoi ces films sont apparus, pour beaucoup, comme « un miracle d’équilibre et de perfection ».


Un site complet pour étudier la réception du cinéma japonais en France.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343157
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le cinéma japonais

Messagepar phoenlx » sam. nov. 23, 2019 11:25 am

merci pour le partage de la vidéo :D
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
Les Havres des falathrim
Les Havres des falathrim
Avatar du membre
Messages : 11088
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Le cinéma japonais

Messagepar Meleor » sam. nov. 23, 2019 12:11 pm

Le début est très intéressant mais quand j'ai constaté qu'il parlait de Kurosawa comme le premier grand cinéaste japonais j'ai compris qu'il devait avoir un point de vue déformé sur le sujet aggravé par le fait qu'il est du Québec et qu'il doit pas y avoir le même travail cinéphilique qu'on a avec la cinéphilie française des revues qui a découvert le ciné japonais peu à peu en dépassant ses préjugés mais pas forcément dans l'ordre chronologique et je sais pas à quel point les films japonais ont été importés au Québec! Donc j'ai dérivé pour partir sur des sources plus sérieuses en partant de Kurosawa à travers une conférence de la Cinémathèque française. Mais cela dit dans cette vidéo même s'l y a des erreurs comme sur le dernier film de Kurosawa il nous apprend des trucs intéressants comme le pompage par Sergio Leone de Yojimbo pour une poignée de dollars et il était déçu, il a trouvé que sur ce coup Sergio a été très plat au point de vouloir dire tabernack! :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343157
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le cinéma japonais

Messagepar phoenlx » sam. nov. 23, 2019 12:16 pm

j'ai commencé à l'écouter et coupé , je trouve qu'il ne va pas assez à l'essentiel, un peu trop de blabla au début, j'ai coupé justement avant qu'il parle de kurosawa mais je reviendrai sur sa vidéo plus tard.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343157
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le cinéma japonais

Messagepar phoenlx » jeu. août 06, 2020 2:30 pm

Arte consacre un cycle au cinéma asiatique

Arte consacre le mois d’août à son traditionnel cycle du cinéma asiatique en diffusant 8 longs-métrages ainsi qu’un documentaire à la fois à la télévision et en ligne. Un rendez-vous que les cinéphiles et amateurs des cultures extrême-orientales ne peuvent pas louper.

Un focus sur le cinéma japonais
La pandémie du coronavirus qui frappe le monde entier aura eu raison de nos vacances à l’étranger cet été. Avec Arte, qui organise son cycle du cinéma asiatique, on fait voyager son esprit dans la quiétude de son salon. Cette sélection des trésors cinématographiques axé sur le Japon met en lumière l’évident dilemme auquel sont confrontés les cinéastes orientaux depuis les années 50 : entre identité culturelle très marquée et envie de sortir du cadre, le cinéma asiatique, et en particulier nippon, est riche de contrastes. Cinq longs-métrages exclusifs vous attendent déjà sur arte.tv, ainsi que trois films supplémentaires prévus pour une diffusion télévisée le 3 et 10 août. Des Samouraï aux tueurs à gage en passant par le Japon féodal, Arte nous plonge au coeur de la culture nippone. Bien que très différent du cinéma occidental, il n’est pas rare de retrouver des références bien connues d’un bout à l’autre de la planète. Dans cette sélection authentique, on retrouve le film de 1958 La Forteresse cachée de Akira Kurosawa, qui a été l’une des inspirations de George Lucas pour sa saga Star Wars. Pour aller plus loin, la chaîne met aussi en ligne jusqu’au 25 octobre un documentaire dépaysant : Yakuza Eiga, une histoire du cinéma Yakuza. Cette plongée au coeur de la mafia japonaise par Yves Montmayeur retrace l’histoire de ces gangs qui se sont servis du septième art pour faire perdurer leur réputation. En complément de ce focus sur le pays du soleil levant, la chaîne diffuse également sur son site A Touch of Zen, un long-métrage taïwanais à la justesse impeccable et tourné en quatre ans par le réalisateur King Hu.

La programmation complète

Diffusion télévisée

Lundi 3 août
Une femme dans la tourmente de Mikio Naruse à 20h45
Saya Zamuraï de Hitoshi Matsumoto à 00h30

Lundi 10 août
La Forteresse cachée de Akira Kurosawa à 22h45
Exclu Web sur arte.tv

Disponible jusqu’au 29 août
A Touch of Zen de King Hu
Tokyo Drifter de Seijun Suzuki
Mr Long de Sabu
Blind Woman’s Curse de Teruo Ishii

Disponible jusqu’au 31 août
Ichi - La femme samouraï de Fumihiko Sori

Disponible jusqu’au 25 octobre
Yakuza Eiga de Yves Montmayeur

( source : https://www.vogue.fr/culture/article/ar ... h3S6xDPjV4 )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Cinéma asiatique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité