• Pour se protéger du Coronavirus :
  • - Rester chez soi au maximum
    - Eviter les contacts proches et les lieux de regroupement
    - Se laver fréquemment les mains
    - Eviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche
    - Porter des masques de protection (recommandé)
    - Ne pas diffuser de fake news, ne pas encourager à briser le confinement. Votre attitude responsable peut sauver des vies.

Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Le coin des cinéastes, car le cinéma, ce n'est pas que des films... Découvrez ici les travailleurs de l'ombre du septième art, réalisateurs, scénaristes, compositeurs, producteurs, qui une fois leur travail mis en commun nous permet de nous offrir le meilleur du cinéma... Ou le pire.
Meleor
Les premiers orcs
Les premiers orcs
Avatar du membre
Messages : 10423
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar Meleor » dim. févr. 26, 2017 12:14 am

Allez pour commencer ce topic voici le documentaire fourni avec l'édition fnac de juste la fin du monde qui est un excellent moyen de découvrir dolan et s'ouvrir à son cinéma.



Et la fiche tiré de Wikipédia:

Xavier Dolan, né le 20 mars 1989 à Montréal (Québec), est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur canadien.
C'est en tant que scénariste-réalisateur qu'il se fait connaître du public lors de la projection de son premier long métrage J'ai tué ma mère à la 41e Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2009, à tout juste 20 ans. Depuis, à raison de près d'un film par an, tous présentés dans les festivals de cinéma majeurs, il est régulièrement qualifié de « jeune prodige du cinéma québécois ».
En tant que comédien, Xavier Dolan est également actif dans le doublage québécois : il est notamment la voix québécoise de Ron Weasley dans la série de films Harry Potter. Il prête également sa voix à Taylor Lautner dans la saga Twilight. Xavier Dolan a doublé plus de 150 films et séries.
En 2017, il reçoit le César du meilleur réalisateur et celui du meilleur montage pour Juste la fin du monde.


Jeunesse et débuts

Fils du comédien et chanteur québécois d'origine égyptienne Manuel Tadros, Xavier Dolan commence sa carrière à l'âge de quatre ans, à la télévision, dans une vingtaine de publicités pour les pharmacies Jean-Coutu au Québec, réalisées par André Mélançon. Son nom figure au générique de nombreux longs métrages québécois tels que J'en suis !, de Claude Fournier ou encore La Forteresse suspendue, de Roger Cantin, ainsi que quelques séries télé comme Omertà, Ayoye!, Miséricorde et L'Or.
En 2006, il campe Julien dans le court métrage Miroirs d'été, d'Étienne Desrosiers. Court métrage sélectionné à Berlin, au Festival du Nouveau Cinéma, à Image + Nation au Québec, à Kiev, San Diego, etc.. En 2007, il est Antoine dans le film controversé de Pascal Laugier Martyrs.

Longs métrages

En 2008, il entreprend de manière autodidacte la production puis la réalisation de son premier long métrage, J'ai tué ma mère, basé sur Le Matricide, une nouvelle qu'il a écrite trois ans auparavant. Anne Dorval, Suzanne Clément, Patricia Tulasne, Monique Spaziani, François Arnaud et Niels Schneider sont de la distribution. Soumis à la SODEC et à Téléfilm Canada, le film a d'abord été refusé, puis financé par la SODEC après un second dépôt au volet indépendant1.
En avril 2009, le film est sélectionné à la 41e Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Le 22 mai 2009, il y gagne trois prix décernés (sur les trois auxquels il est admissible, les autres prix récompensant un film européen et un court-métrage) : le prix Art et Essai remis par la Confédération internationale des cinémas d'art et d'essai (CICAE), le prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) pour le scénario et le prix Regards jeunes pour les longs métrages. Les trois jurys soulignent le caractère unique de sa réalisation, la vérité, la violence et la poésie de la langue, ainsi que la « sueur » (Xavier Dolan s'est fait tatouer, sur la jambe droite, une citation de Cocteau : « L'œuvre est sueur »12), l'acharnement du jeune cinéaste et la foi en ses projets.

Le film devient ensuite le choix du Canada pour la course au meilleur film étranger lors de la 82e cérémonie des Oscars, sans toutefois se retrouver parmi les cinq finalistes. Il est en revanche nommé à la 35e cérémonie des Césars dans la même catégorie, mais ne remporte pas le prix. Le film fait 55 000 entrées en France et 100 000 entrées dans l'ensemble de l'Union européenne.
À l'automne 2009, il écrit le scénario de son deuxième long métrage, Les Amours imaginaires, qu'il produit avec l'aide financière de trois hommes d'affaires, par le biais de sa maison de production Mifilifilms. Carole Mondello et Daniel Morin, respectivement productrice déléguée et producteur associé de J'ai tué ma mère, le soutiennent à nouveau. Le tournage dure 25 jours, débutant en octobre dans la région de Lotbinière. Le reste du tournage se déroule à Montréal, notamment dans le quartier du Mile-End. Pour cette deuxième œuvre, Xavier Dolan occupe les postes de réalisateur, producteur, acteur et monteur en plus de superviser les départements des costumes et de la direction artistique.

Retenu dans la sélection « Un certain regard » du Festival de Cannes en mai 2010, où il retourne pour la deuxième fois en un an, le film y reçoit un accueil hautement favorable du public (une ovation debout de 8 minutes12), et très enthousiaste de la critique, malgré quelques bémols et papiers mitigés (notamment dans Libération, Elle, Positif et Hollywood Reporter). En introduction à la projection du film au « Certain Regard », Thierry Frémaux, délégué général de l'événement, parle d'une « nouvelle génération tout à fait excitante », faisant référence au style de Dolan. Ce style qui impose déjà, aux yeux de plusieurs médias, blogs, sites internet, le sceau d'une voix authentique qui bien qu'elle ne fasse pas l'unanimité, ne laisse personne indifférent. Le film fait 130 000 entrées en France et 230 000 entrées dans l'ensemble de l'Union européenne.

En février 2011, il entreprend le tournage de Laurence Anyways, son troisième long métrage. Drame sentimental racontant l'histoire d'une transgenre (MTF) et de sa conjointe dans les années 1990, le film est coproduit par Lyla Films et MK2, et entièrement tourné au Québec. Le film est sélectionné au Festival de Cannes 2012 dans la section « Un certain regard ». Lors de la présentation du film, il porte avec toute l'équipe du film le « carré rouge » en soutien du Printemps érable. En France, le film reçoit un accueil critique favorable. Olivier Père juge le film enthousiasmant. Sur Slate.fr, Jean-Michel Frodon regrette que le film n'ait pas été sélectionné en compétition officielle27 et Julien Gester (Libération) considère Laurence Anyways comme le plus beau film de Xavier Dolan. Toutefois, avec 30 000 entrées au démarrage en France (74 000 au total), le succès public est relatif. Le long métrage obtient le prix du meilleur film canadien au festival international du film de Toronto. Une décision unanime des membres du jury déclarant : « For its breathless cinematic energy and its entirely new love story, the jury felt honoured to watch such unfettered genius at play. (L'énergie cinématographique qui s'en dégage est à couper le souffle, c'est un nouveau genre d'histoire d'amour, nous avons été honorés de pouvoir regarder ce grand génie à l'œuvre). »
En mai 2012, Dolan annonce qu'il travaille sur un quatrième film, lequel sera une adaptation de la pièce de Michel Marc Bouchard : Tom à la ferme.
En mars 2013, Xavier Dolan réalise le clip de la chanson College Boy du groupe Indochine. Il y montre un adolescent, incarné par Antoine Olivier Pilon, frappé et humilié par ses camarades d'école. Début mai 2013, le conseil supérieur de l'audiovisuel français (CSA) envisage d'interdire le clip aux moins de 16 ans ou aux moins de 18 ans. Xavier Dolan justifie son choix en expliquant que la violence montrée dans le clip n'est pas gratuite mais destinée à dénoncer cette même violence et il ajoute que cette prise de position du CSA n'a finalement donné qu'une plus grande visibilité à son travail.

En 2013, son quatrième film Tom à la ferme est présenté en sélection officielle à la Mostra de Venise où il reçoit le Prix FIPRESCI. Le réalisateur, scénariste et acteur qualifie cette récompense « d'honneur très singulier et appréciable ». Il est aussi coproducteur de son film, via sa société Sons of Manual (clin d'œil à son père, Manuel).

Son cinquième long métrage, Mommy, est sélectionné pour la compétition officielle au Festival de Cannes 2014 et reçoit un accueil enthousiaste des journalistes lors de leur projection privée. Le 24 mai lors de la remise des prix, Mommy est récompensé du Prix du jury, ex-æquo avec Adieu au langage de Jean-Luc Godard.


S'il s'exprime à l'occasion sur des faits de société — en octobre 2014, interrogé sur la situation française, il déclare voir dans la Manif pour tous une « démonstration de haine et d'intolérance » et déplore le retard de la France par rapport au Québec sur la question des droits des homosexuels35 — Xavier Dolan ne se veut pas pour autant un auteur de « cinéma homosexuel ». Refusant de catégoriser son œuvre, il a exprimé son antipathie pour les prix de cinéma gay, y compris la Queer Palm qui lui a été décernée en 2012 à Cannes pour Laurence Anyways : « Que de tels prix existent me dégoûte. Quel progrès y a-t-il à décerner des récompenses aussi ghettoïsantes, aussi ostracisantes, qui clament que les films tournés par des gays sont des films gays ? On divise avec ces catégories. On fragmente le monde en petites communautés étanches. La Queer Palm, je ne suis pas allé la chercher. Ils veulent toujours me la remettre. Jamais ! L'homosexualité, il peut y en avoir dans mes films comme il peut ne pas y en avoir »
.
En mai 2015, il fait partie du jury des longs métrages du Festival de Cannes sous la présidence de Joel et Ethan Coen, aux côtés des actrices Rossy de Palma, Sophie Marceau et Sienna Miller ; de la chanteuse Rokia Traoré, de l'acteur Jake Gyllenhaal et du réalisateur Guillermo del Toro.

En 2016 sort son sixième film, Juste la fin du monde. Le casting se compose de Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel, Gaspard Ulliel et Nathalie Baye, qu'il retrouve après Laurence Anyways, sorti en 2012. C'est une adaptation de la pièce éponyme de Jean-Luc Lagarce, dont l'histoire présente un écrivain qui, de retour dans son village après des années d'absence, annonce sa mort prochaine. Le film reçoit le Grand Prix du Festival de Cannes 2016 et le césar de la meilleure réalisation en 2017.

La même année, le jeune réalisateur doit sortir son septième film, le premier en anglais : The Death and Life of John F. Donovan. Il a d'ores et déjà annoncé la participation de Jessica Chastain, Kit Harington, Kathy Bates et Susan Sarandon dans les rôles principaux.

Scénariste et réalisateur Cinéma


2009 : J'ai tué ma mère
2010 : Les Amours imaginaires
2012 : Laurence Anyways
2013 : Tom à la ferme
2014 : Mommy
2016 : Juste la fin du monde
2017 : The Death and Life of John F. Donovan40
Clips vidéo[modifier | modifier le code]
2013 : Indochine - College Boy
2015 : Adele - Hello

Meleor
Les premiers orcs
Les premiers orcs
Avatar du membre
Messages : 10423
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar Meleor » lun. avr. 09, 2018 5:01 pm



Une vidéo sur Xavier Dolan pour présenter rapidement son œuvre.



Et le début d'un documentaire sur lui qui est une pépite riche d'infos présent sur l'édition Fnac de Juste la Fin du Monde, Grand prix du Jury à Cannes, César du meilleur film et du meilleur réalisateur.

Meleor
Les premiers orcs
Les premiers orcs
Avatar du membre
Messages : 10423
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar Meleor » lun. avr. 08, 2019 3:01 pm


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334562
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar phoenlx » mar. oct. 08, 2019 6:37 pm

bon je vais enfin pouvoir tester du Xavier Dolan dans pas longtemps, on va m'en prêter :mdr:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334562
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar phoenlx » ven. nov. 15, 2019 6:35 pm

Bon j'ai vu mon premier Xavier Dolan hier (Juste la fin du monde, avec Gaspard Ulliel, Vincent Cassel, Lea Seydoux, Marion Cotillard, Nathalie Baye .. )

J'hésite encore à me prononcer pour dire si j'ai adoré ou ... si j'ai bloqué sur le film, ....................
J'en viens à plus savoir si j'aime les films ou pas, c'est un film soit très chiant et long mais surtout creux (on peut le voir ainsi) soit si on en souligne les aspects positifs je dirais : un jeu d'acteur (surtout certains) assez remarquables (mais bizarres et ceci du au scénario) , un film qui a sans doute de la personnalité, j'attendais un point de chute différent (qui n'est pas venu et ceci n'est pas à la charge du film car le réalisateur est maître mais du coup à cause de ce point de chute différent, je crois que le film se situe plutôt dans la catégorie de ces films d'auteur qui me laissent assez sceptiques et hermétiques)
je continuerai quand même la filmo de ce réalisateur si je trouve ses autres films car il a du style, à n'en point douter.
Ma critique plus longue viendra dans le topic, il faut un peu qu'il mûrisse dans ma tête, on m'a dit tellement de bien de Dolan avant, j'attendais peut-être un choc énorme.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 101728
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar Scarabéaware » ven. nov. 15, 2019 7:04 pm

Y a quand même un truc à pas vraiment savoir si t'as adoré ou bloqué :mdr:. Mais bon je peux comprendre si l'expérience que procure ce film à de quoi laisser perplexe en même temps lol. Bon murissage en tout cas en attendant la version longue de ta critique dans le topic du film :mrgreen:.

Meleor
Les premiers orcs
Les premiers orcs
Avatar du membre
Messages : 10423
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar Meleor » ven. nov. 15, 2019 7:09 pm

Lol je sais pas trop quoi te répondre vu que t'as commencé par un de ses films que j'ai pas vu et en fait j'en ait vu que deux Mommy et J'ai Tué ma Mère mais je pense que Mommy doit être bien plus facilement accessible. Son premier et surement comme celui que tu as vu c'est plus du film d'auteur typique qui nécessite une certaine culture cinéphile pour arriver à en percevoir la richesse et la profondeur, c'est au spectateur de comprendre ce que sous-tend le film je pense.

Et lol tu me poses un souci car moi je tiens à faire Dolan bien dans l'ordre mais j'ai pas tous les films et ça cour circuite mes projets en cours je suis parti bien ailleurs en ce moment! :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR:

Donc en partie dans un trip vieux ciné japonais qui nécessite des plombes pour me renseigner lol et risque de me faire commander des coffrets chers! Et résultat ça fait que j'ai décidé de commencer par voir un coffret de cinéaste intello étranger que j'ai déjà avant celui de Andrey Zvyagintsev.

Car en fait j'ai vu Faute d'Amour son dernier film sur canal car j'en avais marre d'attendre mais crevé, en bouffant, en lisant et cie lol! :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR: En fait il y a d'énormes qualités que j'apprécie déjà mais je pense que pour apprécier ce film plus pleinement je dois mieux comprendre le réalisateur en voyant tous ses films et en lisant des critiques. Car les critiques perçoivent certaines choses car ils ont une culture de ce type de cinéma approfondie et clairement Andrey Zvyagintsev comme le Dolan que t'as vu pour pouvoir l'apprécier pleinement faut un peu de travail de maturation.

Donc tu me donnes envie de revoir J'ai tué ma mère pour commencer mais j'ai un film russe à voir donc aussi, continuer mon cycle Pixar pour pouvoir voir Cars 3 et lire ensuite mes Equipe lol mais aussi j'avais rebondi sur un post de Makoto en mangas et commandé des coffrets de Fairy tail et j'en ait mis un des derniers reçus dans le lecteur pour que tous ces autres trucs n'empêchent pas fairy Tail que j'ai délaissé d'exister du coup je dois commencer par voir ce dvd, peut-étre en lisant un livre sur le festival de cannes lol! :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR: :PTDR:

Meleor
Les premiers orcs
Les premiers orcs
Avatar du membre
Messages : 10423
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar Meleor » ven. nov. 15, 2019 7:17 pm

Scarabéaware a écrit :Y a quand même un truc à pas vraiment savoir si t'as adoré ou bloqué :mdr:. Mais bon je peux comprendre si l'expérience que procure ce film à de quoi laisser perplexe en même temps lol. Bon murissage en tout cas en attendant la version longue de ta critique dans le topic du film :mrgreen:.


Oui ce qu'l dit sur pas savoir si il aime ou non un film moi j'ai fini par arrêter de me poser cette question car ça parasite la nouvelle approche que j'ai décidé d'adopter, voir les films avant tout pour les comprendre avant de me demander ce que j'en pense. Savoir si j'aime ou non est secondaire ce que j'aime est l'étude de l'objet filmique en question comme objet d'expérience culturelle ce qui dépasse la question de savoir si j'aime ou non.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334562
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar phoenlx » ven. nov. 15, 2019 10:29 pm

En fait c'est pas qu'il n'est pas accessible "juste la fin du monde"
L'histoire en gros est celle d'un jeune homme qui n'a pas vu sa famille depuis 12 ans. Il est parti de sa province dans la capitale, et les a plaqué sans leur donner de nouvelles. Dans ce film, il décide de revenir pour leur annoncer ... sa mort ..
L'histoire se situe "quelque part, il y a un certain temps" .. on comprend peu à peu qu'il est homo, qu'il doit avoir le sida et qu'il semble condamné, le film se passe à priori dans les années 90 au plus fort de l'épidémie de sida (avant tous les traitements qui ont émergé depuis) et je crois que le film s'inspire d'une pièce de théâtre de l'époque qui avait marqué les esprits. bref, voilà pour le contexte.

Sur la forme, je ne peux pas trop vous dire ce qui m'a déplu sans spoiler car ça concerne précisément la fin (mais pas seulement)
Il s'agit d'un film sur les problèmes de communication dans les familles qui avaient à subir ce drame du sida. En cela la démarche du film est intéressante. Maintenant est-ce qu'il réussit ? c'est là que .. j'ai du mal à me prononcer.
d'entrée de jeu, quand le jeune homme revient chez lui tout est bizarre. Ils passent tous leur temps à s'engueuler, la mère (incarnée par Nathalie Baye) sa soeur (lea seydoux), son frère (incarné par cassel) et sa belle soeur. Tout le monde s'engueule dans cette famille et il ne semble pas le bienvenu (il faut dire qu'il n'a pas donné de nouvelles depuis des lustres)
lui même ne parle presque pas, il est quasiment mutique. Tout ceci donne lieu à des dialogues un peu ... extraterrestres sur les bords. En fait ils sont tous bizarres dans cette famille, je dirais même très très "chelous" :lol:
Par moment le film fait vraiment naitres des émotions, mais par moment je l'ai trouvé un peu surjoué, too much , excessif, un truc ne collait pas. J'ai beaucoup aimé ce que dégageait Lea Seydoux ; le personnage de Cotillard est assez bizarre dans sa manière de parler et celui de Cassel (même si on peut dire que c'est sans doute bien joué et une bonne performance d'acteur) je l'ai trouvé .. excessif, il passe son temps à râler, gueuler, envoyer des vannes, sur les autres membres de la famille et sur le jeune homme central incarné par Uliel. Il y a des séquences du film qui marquent l'esprit, indéniablement. D'autres que j'ai trouvé dans l'excès mais ceci dit j'attendais le point de chute et ... bon allez je suis obligé de spoiler
en fait je pensais et j'espérais presque qu'il finisse par faire ce pour quoi il était venu : leur avouer qu'il était condamné. J'espérais que le film ainsi, dans sa dernière ligne droite, se termine par un énorme moment d'émotion et de réconciliation de la famille autour de lui.
Mais au lieu de ceci, jusqu'au bout il n'ose pas, jusqu'au bout la communication est impossible, hyper tendue, jusqu'au moment du générique. Résultat le film est limite étouffant tout du long, et on ne peut s'empêcher quand il se termine de se dire que c'est beaucoup de bruit, beaucoup de silences, beaucoup de tralalas, de vannes (de cassel), de surjeu etc, pour ... ben pas grand chose au final. pas grand chose pour le spectateur j'entends.
Ma construction à moi, ma fin à moi que j'espérais aurait sans doute rendu le film plus classique, mais je pense qu'il aurait gagné pas mal de pourcentage émotionnel et je l'aurais sans doute mieux appréhendé.
Là j'ai bien compris que ce que le film cherche à nous montrer c'est les problèmes de communication, sauf que ... c'est trop léger du coup, selon moi.

On a l'impression de ne pas avoir avancé entre la première scène et la dernière. Je trouve ça très triste et tragique, cette tragédie est aussi ce que le film veut montrer. Un film difficilement classable du coup. Tout le long, j'avais envie de lui dire : mais accouche ! dis leur ce que tu as à leur dire !! pour créer un moment fort notamment avec sa soeur qui cherchait à le défendre à la fin ... Le fait qu'il n'ose pas, je peux comprendre (c'est réaliste sans doute dans ce genre de situations) mais c'est surjoué ici. Autant j'ai plutôt aimé le jeu de Seydoux, autant celui de Cassel bien que bon m'a semblé exagéré vu la situation, la mère par moment aussi, et Uliel peut-être le "pire" dans le sens où finalement, tout dépendait de lui. Il pouvait, en crachant le morceau, débloquer la situation, rendre les autres moins exagérés dans leurs réactions. La scène finale à table est la plus représentative de ce que je dis. on sent que c'était LE moment qui aurait pu faire aller le film vers quelque chose de plus intense, mais finalement, il s'enlise je trouve par ce manque de courage à avouer la vérité. Mais c'est aussi partie intégrante de ce qu'il veut nous montrer, j'en suis conscient, donc difficile de mettre ceci comme élément à charge pour juger le film, certes. C'est bien pour ça que j'ai encore du mal à le situer ; je me suis contenté de me laisser porter, il m'a un peu frustré et en même temps un peu charmé, ému par moment, et j'ai bien aimé son casting, de là à dire que c'est une oeuvre que je reverrais, que j'ai adoré, une oeuvre choc, ... je n'en sais rien. J'ai déjà vu des films sur des malades condamnés à mort, par exemple Les invasions barbares qui à l'époque m'avaient fait beaucoup plus d'effets, c'était certes pas le même contexte, pas le sida etc. On ne peut pas non plus vraiment comparer.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334562
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar phoenlx » ven. nov. 15, 2019 10:29 pm

Bon j'essaierai de voir Mommy prochainement.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 334562
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar phoenlx » dim. nov. 17, 2019 5:20 pm

bon outre Juste la fin du monde (que j'ai vu avant hier) j'ai récupéré d'autres films de Dolan mais avec le doublage québécois (bon en même temps c'est un réalisateur québécois donc j'imagine que pour les différents films c'est la version originale mais j'ai peur que ça me trouble un peu trop, ceux qui ont vu le film vous l'avez vu en quelle version ? :lol: par exemple j'ai tué ma mère)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Maedhros
Tumunzahar
Tumunzahar
Avatar du membre
Messages : 13440
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

Re: Xavier Dolan (Devise: a l'impossible je suis tenu!)

Messagepar Maedhros » mer. nov. 27, 2019 5:14 pm

Xavier Dolan honoré par la France

L’acteur et réalisateur québécois Xavier Dolan a été fait dimanche officier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Cette décoration honorifique est remise par la France à des personnes s’étant distinguées par leur contribution au rayonnement des arts en France et dans le monde.

En attribuant cet insigne à Xavier Dolan, le ministre de la Culture français a choisi de saluer "[son] rôle dans la promotion du cinéma et de la culture francophones" et sa contribution "au succès du cinéma francophone contemporain dans le monde".

Le prodige du cinéma québécois s’est vu remettre cette décoration par Kareen Rispal, l’ambassadrice de France au Canada, lors d’une cérémonie organisée dimanche à l’ambassade de France à Ottawa. Xavier Dolan était entouré de plusieurs proches.

Vous abordez des sujets qui touchent des réalités sociales difficiles et souvent tabous, mais vous en tirez des scènes d’une puissance cinématographique telle qu’elles sont désormais mythiques. Kareen Rispal, l’ambassadrice de France au Canada


"[Avec vos acteurs fétiches], vous formez une belle famille, et je crois que cette relation particulière qui vous unit dégage une alchimie toute particulière dans chacun de vos films", a-t-elle ajouté.

Créé en 1957, l’Ordre des Arts et des Lettres récompense les personnes qui se sont distinguées par leurs créations dans les domaines de la culture ou par la contribution qu'elles ont apportée au rayonnement des Arts et des Lettres en France et dans le monde. Trois grades sont remis : chevalier, officier et commandeur.

Xavier Dolan n’est pas le seul Québécois à avoir obtenu cet honneur. Par le passé, Céline Dion, Anne Dorval, Robert Lepage, Diane Dufresne, Pierre Lapointe, Ariane Moffatt, Jean-Marc Vallée et Denis Villeneuve, notamment, ont reçu un insigne de l’Ordre des Arts et des Lettres.


https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/14 ... BtOupWOdLU
When humanity stands strong and people reach out for each other... there's no need for gods.


Retourner vers « Les cinéastes »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité