• Sortie de Star Wars : Episode IX

Le chant du silence (fanfic Star Wars de Lunia)

Fanarts, fanworks, cosplays, conventions, goodies... Bienvenue dans le Septième Ciel du fan de Star Wars. Ici, la Force est avec vous.
Lunia
Maison de la balance
Maison de la balance
Avatar du membre
Messages : 1253
Enregistré le : jeu. févr. 26, 2015 6:29 pm
Localisation : Fondcombe, Salle commune des Serpentard, Temple Jedi, Konoha
Gender :

Le chant du silence (fanfic Star Wars de Lunia)

Messagepar Lunia » dim. avr. 10, 2016 10:48 am

Résumé : « Lorsque Qui-Gon décide de prendre un nouveau padawan, le Force le pousse vers un certain initié- mais lorsqu'il s'aperçoit que le jeune Obi-Wan ne peut pas parler, il commence à hésiter. Leur alliance silencieuse va-t-elle échouer ou s'épanouir ? Pendant ce temps, Palpatine œuvre dans l'ombre.. »Période des apprentis Jedi UA Traduction

Personnages: Qui-Gon, Obi-Wan, Kit Fisto, Quinlan Vos, Yoda, Windu, etc....

Totalement UA: Obi-Wan est muet dans cette histoire.


Le chant du silence


Chapitre 1

La salle d’entraînement principale est une arène étincelante de paradoxes, le chaos ordonné, une arène divisée par de fines lignes de contrainte et de désespoir. C'est à croire qu'il y a une vergence dans la Force. Pour les initiés qui virevoltent et dansent au milieu des autres, auréolés de lueurs saphir et émeraude, aujourd'hui est un jour décisif dans la Force Unificatrice, un jour dans lequel une tradition ancestrale peut être honorée, un lien forgé entre un Maître et un Padawan, ou bien cela peut être un jour empli de déception, où la douleur se dissipera dans les courants versatiles de la Force vivante.

Peut-être il y avait-il une vergence, après tout. Deux voies. Celle d'un Padawan, un chercheur de paix, ou bien une autre- impensable. Insoutenable : l'échec.

La vive voix de Maître Cin Drallig enclenche un ordre, et dix-huit lames sifflent dans leurs poignets tel le fer chaud dans l'eau de mer, dissipant la frustration, le plaisir du combat et l'énergie emmagasinée dans l'atmosphère, laissant la Force brillante chauffée, comme les émanations d'une épée forgée après la finition d'une lame.

Un murmure balaye les chevaliers et les maîtres qui se sont rassemblés sur la plate-forme d'observation alors que le bourdonnement de deux sabre-lasers se font toujours entendre, aussi dissonant que leurs porteurs.

« Initié Chun ! Initié Kenobi ! » La voix de Maître Drallig claque comme le fouet. « Cessez ! »

Un des garçons, l'un est aussi châtain-roux que l'autre est blanc, jette un coup d’œil à maître Drallig tandis qu'il se retourne vers l'arrière pour esquiver un coup puissant de son adversaire. Les yeux bleu ciel sont emplis de désespoir mêlés à un contrôle mesuré.

Les yeux de Cin Drallig se plissent sous la compréhension. « Initié Chun » appelle-t-il, la voix devenant dangereusement basse.

Mais il est peu probable que le garçon prénommé Bruck Chun puisse entendre la voix du maître Jedi sous ses propres cris de guerre.

« Lève tes pieds, Kenobi »balance le garçon au cheveux blanc en face de lui. « Puisque tu es si éloquent avec un sabre-laser, pourquoi n'ouvre-tu pas la bouche pour dire quelque chose en retour ? »

Des murmures choqués par l'outrage irradient de la plate-forme d'observation.

Les lèvres de Kenobi se pressent en une ligne mince et, tandis que ses mouvements demeurent entièrement défensifs, suivant les ordres de Maître Drallig, son poignet se contracte, trahissant une envie d'attaquer alors même que sa signature de Force étincelle sous une lueur incandescente.

Des murmures d'approbation se propagent dans la foule rassemblés, tels les vents des forêts, tandis que l'initié plonge dans la Force, il semble se fondre dans ses remous comme il se déplace à travers la lumière, attendant son heure, dansant patiemment autour de son adversaire, jusqu'à ce qu'un mouvement rapidement désarme son adversaire. Les deux moitiés du sabre d’entraînement tombent sur le sol.

Obi-Wan Kenobi rétracte son sabre, s'incline brièvement devant son adversaire, avant de pivoter sans heurts et de s'incliner profondément et avec un air contrit devant Maître Drallig.

Le Maître de guerre le considère pendant un moment, puis lui adresse un sourire ironique. « Bien combattu, Initié Kenobi »

Le garçon hoche la tête à ses remerciements, et sort de la salle avec le reste de ses camarades du même âge, trop fatigué pour remarquer plusieurs maîtres Jedi se dirigeant vers Bruck Chun une expression furieuse sur leurs visage.

« Bien travaillé, tu as, Obi-Wan » fait Maître Yoda à sa sortie.

Obi-Wan s'incline avec un air fatigué, puis se tourne pour partir.

Pendant tout ce temps, l’entraînement épuisant, les railleries, les éloges, il n'a pas dit un mot.

Sur la plate-forme d'observation à présent vide, Mace Windu se tourne vers son vieil ami. « Qu'en penses-tu, Qui-Gon ? Aucun n'a attiré ton attention ? »

Qui-Gon replie ses mains dans ses manches, la quintessence même d'un sérieux Maître Jedi. « Aucun, Mace » réplique-t-il. « Je te l'ai déjà dit avant, n'est-ce pas ? Je ne prendrai pas d'autre padawan. Mais » il se radoucit. « Je suis intéressé par quelque chose d'autre. Cet Initié....Kenobi, c'est ça ? J'aimerais lui parler. »

Le visage du maître Korun se tord dans une grimace. « Ah, Qui-Gon, cela risque d'être compliqué... »

OoOoOoOoO

Obi-wan s'attarde sur le chemin menant au solarium intérieur, se prélassant dans la chaleur de l'après-midi. La Force dérive paresseusement ici, mais elle est pure, comme le cristal, aussi calme et régulière que le ruisseau qui serpente à ses pieds. Ce jardin est un cloître, un paradis caché et oublié dans les profondeurs du Temple. Il n'y a pas l'eau gloussante de la Chambre des mille-fontaines, ou la cacophonie des murmures étouffés qui s'élèvent dans les Archives. Ici, il y a le silence.

Obi-Wan peut presque s'entendre parler.

Il s'est souvent comme serait sa propre voix. N'ayant jamais eu la chance de vocaliser ce désir, Obi-Wan peut simplement rêver. J'aimerais une voix sympa, songe-t-il. Pas une voix rauque comme celle de Maître Bondara...pas celle bourrue de Maître Piell's. Une voix qui chante ! Durant un moment, Obi-Wan ne se trouve plus sous le soleil et le bleu du ciel mais dans le dortoir de la crèche, écoutant la berceuse apaisante de Bant lorsqu'il a fait un cauchemar.

Mais le rêve se fane aussi vite que la flamme dans son cœur, et tout devint silencieux une fois de plus.

Mais peut-être que c'est bien mieux.
Ici, dans l'air enivrant où même la Force est muette, Obi-Wan ne fait qu'un avec la Force, qu'il accueille, qui lui est précieuse. Il peut parler aux branches tordues au-dessus de lui et aux feuilles frissonnantes en dessous, car elles sont silencieuses, et lui également. Ici, il y a une paix plus profonde que la méditation peut offrir.

Obi-Wan se replie sur ses genoux, ferme les yeux, et écoute.

La douce brise emporte la dernière goutte de sueur de son match éreintant et lui apporte le parfum des feuilles fraîchement écrasées. Il y a des éclairs lumineux dans la Force- un loir fait une sieste sur un arbre là-bas, le chant des oiseaux virevolte de branche en branche au-dessus- des bruits infimes qui ne perturbent pas le silence. Obi-Wan ne médite pas, pas exactement. Il est centré sur lui même, mais pas de la façon dont on lui a enseigné. La galaxie semble s'arrêter dans l'écoulement du temps alors qu'un jeune garçon fusionne avec la Force et trouve dans ces profondeurs irisées la musique des sphères.

Le claquement sec d'un bâton de Gimer sort Obi-Wan de sa transe, le déconcertant profondément.

Les yeux vert-doré de Yoda brillent avec une gaieté mesurée. « Troublé, tu es, jeune homme ? »

Obi-Wan secoue rapidement la tête, seulement pour être encore plus mortifié quand il se rend compte de l'absence de contrôle dans son geste. Une rougeur s'étale sur ses joues.

« Hum. Troublé, tu n'étais pas. Troublé, tu es maintenant. »

Il tressaillit de surprise avant de pencher lentement la tête. Oui, maître, vient la réponse silencieuse

« Retourner à la crèche, tu devrais » souffle Yoda, la Force tourne autour de lui, tel une auréole de lumière. « De t'éterniser, n'essaye pas »

Une lueur de reconnaissance brille dans les yeux d'Obi-Wan qui s'incline une première fois, avant de s'incliner une seconde fois vers un mur apparemment vide, avant de détaler. Comme la tignasse de cheveux brun-roux disparaissait, Yoda laissa finalement des petits gloussements amusés lui échapper. « Bien eu, l'enfant t'a, Maître Windu, hum ? »

Mace Windu arbore un sourire contrit comme il sort de l'ombre. « Par les neufs enfers, comme m'a-t-il senti ? Je me suis efforcé de dissimuler ma signature de Force. »

Le bâton de Yoda s'en va taper les tibias du maître Korun. « Une bonne affinité entre l'enfant et Qui-Gon, il y a, n'est-ce pas ? »

Mace a le bon sens d'ignorer la douleur dans ses mollets pendant qu'il répond « Il semblerait que ce soit la volonté de la Force. Nous avons juste à convaincre ce vieux démon de choisir l'enfant comme apprenti.... » Il retint de justesse un juron lorsque la bâton de Yoda claqua contre ses genoux dans un bruit sec.

« Trop interférer, nous ne devons pas ! » Une main griffue se resserre autour du bois noueux. « Si la volonté de la Force c'est, alors cela sera »

Mace Windu se sent presque redevenir un padawan comme il s'incline profondément devant le plus vénéré de l'Ordre Jedi. « Oui, Maître »

« Hummph. Bon. » Le ton de Yoda change soudainement, aussi brusquement que le sujet. « Tard, il est. Un thé, veux-tu ? »

OoOoOoOo

Qui-Gon essaye de faire fi de son embarras alors que l'ascenseur le dépose devant les crèches du niveau dix. Il tente de dissimuler ses émotions derrière un masque froid du parfait Jedi calme.

Sa détermination vacille, cependant, quand il se retrouve face une porte où sont inscrites des lettres aux couleurs très vives : Clan du Dragon/ Maitre Jedi Ali-Alann. Il hésite encore davantage lorsque les cris énergiques d'une douzaine de jeunes sensibles à la Force lui transpercent les tympans à travers le duracier.

Qui-Gon grimace tandis que les pensées tourbillonnement dans son esprit. La voix de la raison lutte contre la voix de l'excuse. Un négociateur sait quand se retirer, se souvient-il. Seulement quand il admet que battre momentanément en retraite peut être bénéfique par la suite. Avec ses joyeuses pensées, Qui-Gon pivote, tourne, et-

La porte coulisse derrière lui, et la voix tonitruante d'Ali Alann lui agresse les tympans. « Qui-Gon ! Quel bon vent t'amène, mon vieil ami ? »

Avec une efficacité née de nombreuses années de pratique, Qui-Gon plaque un sourire convaincant sur son visage et inverse sa direction en douceur. « Bonsoir, Ali » dit-il d'une voix agréable.

« Entre, entre » l'invite brusquement Ali, faisant signe à Qui-Gon avec sa large main. Qui-Gon et Ali mesurent la même taille, mais Maître Alaan est bâti beaucoup plus solidement. Qui-Gon cache son amusement à l'idée que son ami pourrait rassembler les initiés seulement s'il arrivait à en venir à bout. Ce qui est loin de le cas..

Comme le maître de crèche insiste et l’entraîne dans une pièce grouillante de monde pour faire le thé, Qui-Gon se retrouve assis et, mal à l'aise, se tortille sur un banc beaucoup trop petit pour ses longues jambes. Il se retrouve face aux initiés. Et laisse échapper un soupir. Patience.

Il a l'impression de se retrouver devant douze dragons Krayt au lieu de douze initiés Jedi. Des Initiés Jedi convenables doivent êtres calmes, réservés ; ceux qu'il a sous ses yeux, des petits démons, doivent appartenir à un autre ordre. Le bolo-ball rebondit entre les mains des enfants tel un missile balistique fou. La surface métallique de la sphère ne touche jamais vraiment les mains ou les pieds ou les tuniques, elle doit être propulsées via des vrilles et des poussées de Force dans toutes les directions. Le holo-Force est listé dans les Archives comme un exercice commun de contrôle de Force, mais d'après une rumeur de longue date et sarcastique venant des grades supérieurs le jeu aurait été inventé durant la Grande Guerre Sith pour préparer les Initiés à la bataille.

Qui-Gon émit un grognement. C'est certainement le cas. Le Clan du Dragon, porte bien son nom.

Mais il a apparemment tort. Alors qu'il pensait qu'il y avait douze dragon Krayt, il y en a seulement onze. Le douzième, en quelque sort à l'écart, est Obi-Wan Kenobi.

Qui-Gon avait d'abord pensé que les cris de joie provenaient de douze gorge excitées, mais les lèvres d'Obi-Wan sont bien fermées, pressées en une ligne concentrée. Des perles de sueur dans ses cheveux courts et hérissés, glissent le long d'une boucle qui pourrait, dans un jour lointain, être tordue en une tresse de Padawan. Durant quelques fragments de secondes, Qui-Gon s'imagine presque avoir une vision. Presque, parce que c'est un utilisateur de la Force vivante, jusqu'au bout des ongles. Peut-être suis-je le seul à tresser des mèches de cheveux ? Qui-Gon se penche en avant brusquement, son regard perçant bleu azur fixés sur les mouvements d'Obi-Wan.

Les sauts et les rebondissements d'Obi-Wan dans les airs sont aussi vifs et joyeux que les autres, dans ces mouvements apparemment innocents, Qui-Gon discerne pourtant bien plus. Une position de Soresu ici, un Salto arrière Ataru là, se mêlant parfaitement aux poussées précises de Force qui envoient le balo-ball à aux autres mains.

Qui-Gon sent un sourire fleurir sur ses lèvres même quand il tique en observant attentivement le garçon : Obi-Wan doit être enseigné au contrôle. Il est certes doué pour les poussées de Force, mais il pourrait facilement casser le nez d'un autre Initié. Il remarque que les yeux du garçon sont déjà rivés sur le sol, une lueur de victoire dansant dans ses iris. Une autre leçon à enseigner – la victoire n'est pas le seul objectif d'un Jedi.

Mais il n'échappe pas à Qui-Gon que, tandis que ses camarades du même âge courent, Obi-Wan danse.

Une tasse de thé à l'odeur douceâtre apparaît devant lui. « Tu viens enlever un des miens, on dirait » Ali Alann soupire, sa voix exprimant un mélange de fierté et de tristesse. « Que puis-je y faire ? Le Code interdit l'attachement, mais je les aime tous de toute façon. Ils sont tellement précieux. »

Qui-Gon formule une réponse alors qu'il sirote le breuvage chaud. « Rassure-toi, Maître Alann » rit-il. « Du moins pour l'instant. Je suis simplement venu sur un coup de tête. »

Ali Alann arque un sourcil. Maître de Crèche il est, mais maître Jedi aussi. Il n'est pas si facilement berné. « Bien sûr répond-il de bonne grâce à son ami. Il marque une marque, le temps de trouver les bons mots pour frapper autant que possible l'ego de Qui-Gon. «...Je suppose que c'est à propos d'Obi-Wan ? » questionne Ali. Ou déclare-t-il. Il n'y a pas beaucoup de différence.

Son visage demeure soigneusement vierge, Qui-Gon se dit qu'Ali Alann est probablement plus adapté pour une carrière politique qu'au maintien de la paix. Drôle de perspective. « Que peux-tu me dire sur lui ? » murmure-t-il dans sa tasse de thé. Il ne concédera pas sa défaite en répondant directement à la question.

« Eh bien, il est parfait. Ou très proche de la perfection, dans la mesure du possible pour un Initié » marmonna Ali Alann, tourbillonnant paresseusement son thé. « Il est à des années-lumière de son groupe dans les compétences au sabre- il a maîtrisé tous les formes de base requises pour le Shii-Cho et s’entraîne à se spécialiser dans les formes les plus modernes. Selon les maîtres Drallig et Boondara, il s'est orienté vers l'Ataru, avec une pointe de Soresu. » Un sourire narquois. « Vous pouvez lui apprendre beaucoup.

Qui-Gon ignore la pique tandis qu'il évente le vapeur de son thé. « Des compétences de Force ? »

Ali Alann fait un signe en direction du match de holo-ball. Qui-Gon acquiesce. Aucune autre explication n'est nécessaire.

« Et puis il y a ses compétences dans le domaine académique » Le ton de Maître Alann reflète une certaine fierté parentale. « Il passe la journée, des jours dans les archives si madame Nu le laissait faire – elle a un faible pour lui, tu sais ? Et quand il sort, ses bras débordent d'holo-livres de politique, d'histoire, de philosophie- il cite Chakora Seva dans ses écrits. Je pourrais te donner quelques exemplaires, si tu veux »

Qui-Gon ignore s'il doit rire ou le regarder avec incrédulité. « Ce serait apprécié »
Une pause, dans laquelle le thé est presque entièrement consommé et la distraction presque passée.

« Des faiblesses ? »

« Il est très, très doué dans la force unificatrice. Je sais que tu pense que cela n'a pas vraiment d'importance que nous appartenons à la Force Vivante ou bien à l'Unificatrice, mais il a des visions presque chaque nuit. Je ne pense pas qu'il ait eu un rêve normal depuis l'âge de trois ans. Parfois ses compétences de Force ne sont que l'ombre de ce que qu'elles pourraient être – il se débrouille comme il peut sur le terrain. »

Qui-Gon grimace. « « C'est malheureux »

Alin Alann s'apprête à parler, puis se reprend. Il inspire rapidement avant de lâcher. « Qui-Gon, il est- »

« Je sais »

Le maître de la crèche dépose son thé, l'air soudain très las. « Cela ne devrait pas interférer avec sa vie de Jedi...mais étant donné la nature de la plupart de tes missions, je ne sais pas si... »

« Je vais y penser » Qui-Gon sait qu'il vient d'admettre d'emblée son intérêt pour Obi-Wan afin qu'il soit son Padawan, mais le problème reste la négociation. Qu'est-ce que la padawan d'un médiateur et protecteur de la paix pourrait faire sans pouvoir débattre ?

Une voix le sort brusquement de ses pensées.

« Ils vont bientôt entrer dans un coma-alimentaire » Ali Alann observe avec sérénité les mouvements des enfants ralentir. « Merci la Force. Pour une fois, j'ai besoin de dormir une nuit complète »

« Ali... »

« Je te donne cinq minutes avec lui. Tu pourras revenir demain si tu veux »

Un clin d'oeil reconnaissant. « Je te remercie »

Ali Alann rassemble les tasses vides. « Qui-Gon. Je sais que je peux compter sur toi pour avoir du tact. » Quelque chose dans sa voix dément son inquiétude.

« Les leçons ne sont pas enseignées par le tact seul »

Durant un moment, le maître de la crèche ressemble étrangement à maître Tahl Uvain. « Ne me donne pas ces leçons imbéciles de négociateur. J'en reçois suffisamment de la part d'Obi-Wan »

Un petit rire secoue Qui-Gon. Une rareté, de nos jours, depuis Xan-

Il interrompt sa sinistre pensée et entre les prochaines minutes dans une demi-méditation.

Bien trop tôt, Ali Alann lui montre le chemin dans le dortoir de la crèche, où d'immenses yeux bleu-gris le regardent expressivement.

Alors qu'il ouvre la bouche pour parler, une petite partie de lui se désole pour ce garçon qui ne pourra jamais faire la même chose, et il a peur pour lui-même, car la pitié mène à l'attachement, et l'attachement mène à l'Obscurité.
Image

SauronGorthaur
Le Premier Âge
Le Premier Âge
Avatar du membre
Messages : 70176
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar SauronGorthaur » dim. avr. 10, 2016 10:53 am

cool :super: même si Obi-Wan muet, ça fait bizarre :rire:
(En temps partiel en ce lieu)

Hal
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 12676
Enregistré le : lun. sept. 07, 2015 5:05 am
Gender :
Contact :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar Hal » dim. avr. 10, 2016 12:33 pm

Qui-Gon est dedans ? Tu peux être sur que je vais lire cette fanfic dans l'ordre et que je le suivrai à fond :super: :super: (là, je vais recevoir des rafales de mitraillettes en pleines tronches de la part des autres fanfiqueurs de Star Wars :siffle: )
Image

SauronGorthaur
Le Premier Âge
Le Premier Âge
Avatar du membre
Messages : 70176
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar SauronGorthaur » dim. avr. 10, 2016 12:59 pm

NurZe a écrit :(là, je vais recevoir des rafales de mitraillettes en pleines tronches de la part des autres fanfiqueurs de Star Wars :siffle: )

pourquoi ça? :lol:
(En temps partiel en ce lieu)

Hal
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 12676
Enregistré le : lun. sept. 07, 2015 5:05 am
Gender :
Contact :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar Hal » dim. avr. 10, 2016 1:03 pm

parce que je vais m'attarder beaucoup plus ici que dans les autres :super:
Image

SauronGorthaur
Le Premier Âge
Le Premier Âge
Avatar du membre
Messages : 70176
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar SauronGorthaur » dim. avr. 10, 2016 1:03 pm

c'est ton droit ma fois :mdr:
(En temps partiel en ce lieu)

Hal
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 12676
Enregistré le : lun. sept. 07, 2015 5:05 am
Gender :
Contact :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar Hal » dim. avr. 10, 2016 1:05 pm

SauronGorthaur a écrit :c'est ton droit ma fois :mdr:

cool :jap: Je n'en attendais pas moins du seigneur des ténèbres :jap:
Image

Bélier Aries
Maison du Capricorne
Maison du Capricorne
Avatar du membre
Messages : 7369
Enregistré le : jeu. janv. 07, 2016 12:11 pm
Localisation : Dans un monde parallèle, Rodorio, Mont Olympe
Gender :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar Bélier Aries » dim. avr. 10, 2016 1:49 pm

Bien écrit, tu as, envie de lire la suite, j'ai, bon travail, petit Padawan, que la Force soit avec toi :super:
Je suis une fille
Ne vous fiez pas à mon pseudo : je suis capricorne
Suite à un problème familial (hospitalisation de mon père), je suivrai le forum de loin pendant quelques temps
Absente pour une durée indéterminée

Lunia
Maison de la balance
Maison de la balance
Avatar du membre
Messages : 1253
Enregistré le : jeu. févr. 26, 2015 6:29 pm
Localisation : Fondcombe, Salle commune des Serpentard, Temple Jedi, Konoha
Gender :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar Lunia » dim. avr. 10, 2016 4:37 pm

Merci :jap:
Nurze, si tu aimes Qui-Gon, tu devrais aller lire mon autre fic sur ff.net: "Les Ombres du futur", je pense qu'elle te plaira, vu que c'est l'un des protagonistes de l'histoire ;)
Image

Cerca Trova
Les Monts Brumeux
Les Monts Brumeux
Avatar du membre
Messages : 25139
Enregistré le : dim. nov. 13, 2016 8:08 pm
Localisation : Dans ma planque de Luthor
Gender :
Contact :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars)

Messagepar Cerca Trova » mer. nov. 16, 2016 1:07 pm

Beau chapitre même si c'est assez bizarre de voir Obi muet et belle fin de chapitre qui se clôt sur une citation de Yoda, aussi. :mrgreen:
C'est une bonne idée de centrer sur Obi/Qui-Gon; j'ai beaucoup aimé leur relation dans le I.
Image


"Most of what you think you know about Camelot and the evil sorceress known as Morgan Le Fay is nothing but lies. I should know for I'm Morgan Le Fay, High-Priestress of the Isle of Avalon" - Mists of Avalon , the tv movie

Lunia
Maison de la balance
Maison de la balance
Avatar du membre
Messages : 1253
Enregistré le : jeu. févr. 26, 2015 6:29 pm
Localisation : Fondcombe, Salle commune des Serpentard, Temple Jedi, Konoha
Gender :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars de Lunia)

Messagepar Lunia » ven. janv. 06, 2017 10:09 am

Merci :jap:
Est-ce qu'il en a qui veulent que je publie la suite ou pas ? (sinon tout le reste de l'histoire est sur mon compte fanfiction.net )
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337436
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars de Lunia)

Messagepar phoenlx » ven. janv. 06, 2017 10:32 am

N'hésite pas !! (à titre perso pas sûr que je lise avant un moment par contre mais ça devrait intéresser des gens :D )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Cerca Trova
Les Monts Brumeux
Les Monts Brumeux
Avatar du membre
Messages : 25139
Enregistré le : dim. nov. 13, 2016 8:08 pm
Localisation : Dans ma planque de Luthor
Gender :
Contact :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars de Lunia)

Messagepar Cerca Trova » ven. janv. 06, 2017 10:35 am

Oui, tu as raison, Pho'.
j'aimerais bien lire la suite, pour ma part.
Image


"Most of what you think you know about Camelot and the evil sorceress known as Morgan Le Fay is nothing but lies. I should know for I'm Morgan Le Fay, High-Priestress of the Isle of Avalon" - Mists of Avalon , the tv movie

Lunia
Maison de la balance
Maison de la balance
Avatar du membre
Messages : 1253
Enregistré le : jeu. févr. 26, 2015 6:29 pm
Localisation : Fondcombe, Salle commune des Serpentard, Temple Jedi, Konoha
Gender :

Re: Le chant du silence (fanfic Star Wars de Lunia)

Messagepar Lunia » dim. juin 28, 2020 11:26 am

Trois ans après :mrgreen:
Voici le chapitre 2 !

« Le Jedi est le cristal de la Force

La Force est la lame du cœur.

Tous sont entremêlés : le cristal,

la lame, le Jedi.

Nous sommes Un. »


Obi-Wan ne sait pas trop quoi faire de Maître Qui-Gon Jinn.

Sa signature de Force l'identifie clairement comme un maître. Elle est ancrée dans l'air tout autour de lui, se mouvant dans les courants lumineux de la Force comme les célèbres aurores boréales visibles dans la partie de Hoth et magiques pour un jeune Initié si imaginatif. La Force vivante respire pratiquement en lui et c'en est presque incroyable. Le Jedi se mêle dans les ruisseaux tumultueux de la Force si bien qu'elle glisse et s'adapte au moindre de ses déplacements. Obi-Wan observe Qui-Gon d'un air sceptique, cependant, quand il détecte une tendance à l'espièglerie sous l'apparence calme, posée, et impassible du Maître Jedi.

Obi-Wan espère sincèrement que Maître Jinn n'est pas comme Maître Even Piell. Le temple tomberait certainement si une telle farce se produisait. Il n'y aurait tout simplement pas assez d'espace pour contenir autant de sarcasme.

« Concentre-toi, jeune homme »

Obi-Wan se détache de son observation avec une brusquerie douloureuse. Il incline la tête pour s'excuser, et Maître Jinn reprend sa question, sans se soucier apparemment de sa grande silhouette qui est à moitié accroupie sur une couchette de la taille d'un enfant.

En réalité, Qui-Gon n'a qu'une vague idée de ce qu'il fait, mais il fait confiance à son cerveau pour gérer le reste. « Si tu deviens un chevalier, quel domaines d'expertises choisirais-tu ? »

Dans un sursaut, il se rend compte qu'il a inconsciemment pris le ton et la parole qu'il utilise dans ses missions diplomatiques, froid et poli, suffisamment détaché pour cacher sa véritable prouesse politique. Il se réprimande à cause de ça. Il parle à un enfant de douze ans, pour l'amour de la Force.

Les yeux gris-clair d'Obi-Wan se plissent d'un air pensif. Ses doigts tiennent soigneusement son stylo, et une ligne de lettres en Basic s'élance alors sans retenue sur la feuille qui repose sur ses genoux. Qui-Gon ne se risque pas à trouver autre chose pour occuper son regard tandis qu'il observe Obi-Wan écrire, il s'est retrouvé trop souvent dans des situations similaires et embarrassantes pour renouveler l'expérience. Il attend simplement, et fait preuve de patience, tentant de respirer doucement même si l'envie de bouger le tiraille fortement.

La feuille fragile est tendue devant lui, accompagnée d'un léger mouvement de tête.

Qui-Gon est un peu surpris en sentant la texture usée du papier – cela ressemble presque à du parchemin, la surface rappelle ces quelques textes de trésors anciens qui ont été écrits il y a des années, et dissimulés dans les Archives. Le garçon doit l'utiliser quotidiennement, réalise Qui-Gon. Seulement après des années d'écriture, de nettoyage, de réécriture, la surface autrefois lisse est devenue marquée et abîmée.

Une seule ligne, est inscrite à l'encre d'ébène : Les Jedi sont le cristal de la Force.

Qui-Gon ne peut pas s'empêcher de arquer un sourcil amusé. Le garçon a fait preuve d'un certain humour – citant l'un des enseignants fondamentaux du Code en réponse au maître Jedi ! Et la réponse elle-même est cryptique.Veut-il dire qu'il a l'intention de servir la Force comme la lame fait le Jedi, ou que l'avenir est incertain et qu'il a l'intention de se concentrer sur le présent, comme le cristal du sabre se focalise sur le faisceau ?

Il sort de ses pensées pour apercevoir un sourire en coin tirer les lèvres de Kenobi. Une pointe de regret tiraille Qui-Gon, ce garçon aurait fait un très bon padawan, en effet. Si cette réponse avait été lue à voix haute, disons à l'opéra Alderaanian, il n'y aurait eu aucun doute sur le fait que quel que soit la classe supérieure du monde du noyau, les mots auraient frappé la majorité des personnes présentes avec un respect mêlé de crainte.

Mais Qui-Gon n'est pas un politicien plein de graisse ayant tendance à être béat d'admiration.

« Je vois que ta langue est affûtée » glousse Qui-Gon. Sentant l'émotion s'accroître dans la Force, il se crispe, se rendant compte de son erreur. Il a l'impression de patauger, l'expérience lui ayant appris à ne pas insister sur une insulte accidentelle lors d'une conversation délicate, il décide de changer de sujet. « N'as-tu jamais envisagé le corps diplomatique ? » s'aventure-t-il avec prudence.

La feuille passe des mains rugueuses et calleuses à celles petites et encore intactes, et le stylo danse sur la surface comme le sillage phosphorescent d'un sabre-laser. Puis la feuille est poussée dans les mains de Qui-Gon, suivi d'un hochement presque imperceptible de la tête.

Encore une fois, les enseignements paraphrasés sont inscrits en une ligne d'encre impitoyable : Un Jedi ne recherche pas une victoire impossible à obtenir.

Le papier crisse alors que la prise de Qui-Gon se resserre autour de la feuille fragile. Il est étonnant que deux lignes écrites par la même main, l'une sous l'autre, dans une écriture presque impeccable, puissent autant être exprimées, simplement par la tonalité et la nuance des mots. Et ils ne révèlent rien de l'opinion véritable d'Obi-Wan. Les mots, apparemment innocents déduisent sans préciser, des actions préventives d'un négociateur, habilement dissimulées comme des parades.

Même si, considère Qui-Gon avec amusement, il est sans doute parfaitement inconscient de ça.

Le papier est remis à son propriétaire. Qui-Gon ne manque pas de remarquer la façon dont le garçon l'a soigneusement plié, presque avec respect. Ce morceau particulier de papier a été la voix d'Obi-Wan durant des années.

« Bien répondu et bien parlé, Initié Kenobi » fait Qui-Gon d'un ton formel, comme il se lève de la couchette.

Obi-Wan se redresse sur ses pieds, apparemment surpris du désir soudain de Qui-Gon de partir. Il camoufle sa confusion en s'inclinant profondément, et en hochant la tête. De même, Maître Jinn.

On peut se demander lequel est le plus troublé des deux alors que Qui-Gon prend congé – le maître, ou l'initié.

OoOoOoOoO

Il fait sombre dans l'hémisphère de Coruscant, la nuit étend son long manteau, recouvrant les cheveux d'argent en duracier de la ville planète. Le cycle de la nuit atteint son zénith, et la pluie tombe, à la fois soudaine et longuement attendue. Soudaine, car depuis un moment l'air est étouffé par les gaz d'échappement et le mélange d'odeurs émanant des espèces variées de la planète. En un instant, le déluge glacé tombe à verse sur les ruelles et les flèches des édifices, diamant liquide sur du cristal solide. Longuement attendue, dans le cœur battant de la République galactique, les systèmes d'air et les conditions météorologiques sont contrôlés, et cette pluie est prévue depuis une semaine.

L'eau remplit les premières centaines de niveaux avec de la boue et de la crasse, emportant avec elle les secrets les plus sombres des habitants, jusqu'au cœur des cœurs de Coruscant, purgeant l'air plus clair au-dessus des gaz d'échappement et des odeurs d'acide et de bâtons de la mort. Les habitants se précipitent pour se mettre à l'abri, le trafic aérien nocturne se met à avancer au pas. La pluie tombe sur les épaules des sentinelles de pierre qui gardent la grande entrée du Temple Jedi, étendant leurs formes sombres, et au-dessus, laissant les cinq flèches du Temple Jedi briller d'un blanc argenté.

La Force ruisselle en un torrent de pluie.

Un scintillement solitaire illumine une des fenêtres du Temple se situant à mi-niveau.

Il faut deux tasses très fortes de thé Karlina pour réchauffer suffisamment le sang de Qui-Gon qui s'est assis en poussant un soupir, méditant sur l'épreuve qui l'a brutalement tiré de son sommeil.

Il vient de vivre ce qui pourrait être la plus petite ou bien la plus importante vision de sa vie. Petite, bien sûr, et même pathétiquement infinitésimal, selon les normes Jedi – même les visions de ceux liés à la Force Vivante dépassent généralement deux mots.

La première vision de Qui-Gon consiste en une seule phrase : « Oui, Maître ». La voix n'était pas la sienne.. Elle était musicale, calme, et en quelque sorte jeune – s'il en jugeait son timbre. Elle exprimait l'expérience, mais la voix était rarement utilisée comme l'air clair de Ilum, si fraîche qu'elle n'avait jamais été soufflée par un autre être sensible, auparavant.

Les visions viennent vers lui si rarement qu'il a appris que lorsqu'elles arrivaient, elles étaient susceptibles d'être fondamentales dans sa vie. Malheureusement, les paroles de cette vision sont répétées des centaines de fois par jour dans les salles du temple, d'initié à padawan, et de padawan à maître.

Eh bien, c'est extrêmement utile, se dit ironiquement Qui-Gon, son esprit virant au sarcasme à cette heure tardive de la nuit. Il écarte l'idée qu'il vient peut-être d'être influencé par cette maudite Force. Même si Yoda ne prendrait pas à la légère une telle intrusion de la Force à cette heure de la nuit – Qui-Gon préfère ne pas revenir sur cette vision- il lui faudrait une intrusion de la taille du temple pour le pousser à agir. Mais ce n'est pas près de se produire, pas même dans une centaine de vies.

Son com-link émet un bip agaçant et le sort de ses pensées avec la délicatesse d'un astromécano défectueux. Un pauvre padawan, adjoint au poste de nuit pour s'occuper du bureau des communications, lui a envoyé une convocation de la part du conseil pour le matin même.

Par les Sith...

Avec un soupir, Qui-Gon envisage de retourner à son cycle de sommeil, mais il décide finalement de lutter et de rester éveillé malgré tout. Il n'aurait pas dû choisir le thé Karlini, il en a bu afin de d'être suffisamment réveillé pour analyser sa vision, mais le stimulant a une double utilisation, celle de troubler ses pensées.

S'efforçant de rester concentré et d'occuper son esprit troublé, il sort l'holo-livre contenant les devoirs d'Obi-Wan que Maître Ali Alann lui a donné il y a quelques heures. Choisissant un sujet au hasard, il ouvre le document et commence à lire, les bras croisés.

L'écriture d'Obi-Wan est sérieuse, et même un peu tranchante : « La négociation est sans doute la compétence la plus importante qu'un Jedi puisse posséder. Elle peut conduire à des conflits, et peut également se terminer par une guerre. Des mesures énergiques doivent seulement être prises lorsqu'il n'y a pas d'autre voie à suivre, ou s'il y a un danger d'excès de confiance. Beaucoup de maîtres favorisent ce point de vue, l'avant-gardiste étant Maître Vodo-Siosk Baas, qui s'est distingué avant et pendant les anciennes guerres de Sith.

Cependant, il y a des cas dans lesquels cet argument, au premier abord, ne semble pas correct, comme par exemple le blocus de pirates de la voie Mandalorienne dans l'hyperespace Hydian, il y a une décennie et demie.

Qui-Gon sirote une gorgée de thé. De tous les cas étudiés...Libérer une infime quantité d'irritation dans la Force lui prend plus d'efforts que prévu, en raison des lignes suivantes.

« Le Maître Jedi anonyme envoyé pour négocier la paix entre le gouvernement de la Nouvelle Mandalore et la partie incriminée a explicitement ordonné de superviser les conditions et les demandes. La Nouvelle Mandalore a spécifiquement demandé une intervention militaire minimale conformément à leurs convictions pacifistes. Ce maitre Jedi a plutôt choisi de diriger un petit contingent de combattants venu des mondes extérieurs lors d'un raid du vaisseau-mère pirate, gardant en otage le capitaine jusqu'à ce que leurs représentants aient assoupli les termes du traité. Les combattants des mondes extérieurs ont ensuite été récompensés par le gouvernement Mandalorien »

« Bien que cette prise de mesure particulière ait empêché une paralysie possible de l'économie Mandalorienne, elle a également mis en jeu de nombreuses vies et cela à grande échelle, et causé la violation des convictions politiques des habitants de la Nouvelle Mandalore. Il y a une possibilité très réelle dans laquelle des conflits avec d'autres groupes politiques auraient pu se produire. Le maître Jedi a obtenu la victoire, mais une victoire liée à une négociation n'aurait pas causé de tels risques. Je ne peux que conclure que la méthode de ce maître de « négociation agressive » est une victoire chanceuse parmi d'autres cas qui ont abouti à un échec. »

Qui-Gon lit la dernière phrase du paragraphe et il en reste sans voix. Cette mission avait été sa première en tant que Maître Jedi et le Conseil l'avait informé qu'ils allaient faire un rapport sur ces événements et le ranger dans les Archives. La mission avait aussi été classée comme un record de désobéissance. Pourtant, Qui-Gon avait toujours pensé qu'il s'était plutôt bien débrouillé. Mandalore avait été peu touché par la crise et il avait simplement agi par compassion. Mace avait même plaisanté en se moquant de son amour pour les formes de vie misérable. Ces informations en main, Obi-Wan avait évalué ses actions et tout décortiqué avec la voix de la raison.

Un rire lui échappe. Petit fripon.

Il atteint la Force, seulement pour la trouver assombrie et impitoyable, comme les nappes d'eau tiède qui sont tout ce qui reste de la pluie de Coruscant.

Bien sûr, cela ne signifie pas nécessairement que Qui-Gon va inverser son opinion au sujet de prendre bientôt un padawan.

OOOOOOOOOO

Son opinion est vivement mise à l'épreuve le lendemain matin face au Conseil.

« De ton intérêt soudain pour un padawan, nous avons entendu parler »Le ton narquois de Yoda devrait être illégal à une heure aussi tôt de la matinée.

« Oui, maître » admet volontiers Qui-Gon, dégageant une aura sereine.

Une lueur de surprise traverse le visage de Mace Windu. « Tu veux prendre cet initié comme padawan, alors ? »

Une pointe d'amusement se déverse dans la Force. « Vous vous méprenez, maîtres. J'ai simplement été intrigué par sa capacité à faire face à son indisposition à la parole »

Les yeux verts doré de Yoda se plissent avec perspicacité. « Mépris, nous ne nous sommes pas »

« Avec tout le respect que je vous dois, Maître Yoda- »

« Hmmmph, oui ! En effet, du respect, tu me dois ! » grogne Yoda, dans un mélange d'amusement et de fermeté dont lui seul a le secret.

Qui-Gon préfère ne rien dire, courbant simplement la tête.

« Maître Jinn » intervient Plo Koon, comme il se penche en avant. « La dernière fois que vous êtes venu devant nous, la conseil vous a vivement conseillé de prendre un padawan. Naturellement, ce choix est le vôtre, comme le veut la Force. Cependant, vous devez décider, et vite. Ce n'est pas bon qu'un Maître Jedi se vautre dans l'indécision. »

Qui-Gon lisse sa barbe, et répond avec bonhomie. « Bien sûr, comme je l'ai dit auparavant », - une contre-attaque sournoise - « J'ai pris ma décision, je ne prendrai pas d'autre padawan »

« Des raisons as-tu, pour ce choix ? » rétorque Yoda avec un regard impénétrable.

Reste calme et mesuré. « J'ai observé des initiés de l'âge approprié, comme vous me l'avez suggéré. Et je n'en ai trouvé aucun qui aient l'aptitude à affronter les rigueurs du maintien de la paix et de la négociation. »

La voix de Yoda, pleine de réprimande, claque. « Te mentir à toi-même, tu as, Qui-Gon. Pas suffisamment intelligent, le jeune Kenobi est ? »

Qui-Gon ne cache pas son froncement de sourcils agacé cette fois-ci. « La capacité à parler ne rend pas plus intelligent. Certaines espèces peuvent en témoigner. »

Un rire de gorge. Yoda n'en démord pas. « Admettre qu'Obi-Wan est prêt à être un padawan, tu peux »

« Oui » lâche Qui-Gon. Il se rattrape. « Mais il n'est pas prêt à devenir mon padawan »

Mace Windu attaque avec facilité, aussi tranchant qu'un coup de Vaapad. « Alors, nous avons la preuve que le problème ne vient pas des initiés, mais de toi »

La colère menace de submerger les boucliers mentaux de Qui-Gon. Il regarde en silence son ami, les yeux bleu azur heurtant le brun foncé comme une tempête se déchaînant contre une falaise. Durant un moment, la vague vacille vers son sommet, mais la falaise est trop raide et le ressentiment n'est pas un combustible suffisamment fort pour la tempête. L'émotion percute la Force comme des vagues sur le rivage, puis elle est contenue et retenue par des barrages solides de pure volonté.

« Est-ce que le conseil a quelque chose d'autre à me dire ? » lâche Qui-Gon à contrecœur, brisant le regard du maître Korun et se tournant vers Yoda. Mace souffle un bon coup, et l'ensemble du conseil se détend visiblement.

Yoda soupire. « Une Mission, nous avons pour toi »

La surprise se déverse dans la Force comme de l'encre colorée. « Oui ? »

« Jugé prêt pour construire leur premier sabre-laser, un groupe d'initié a été. Des jeunes padawans et des initiés âgés. Jeunes tout de même. Les emmener sur Ilum, tu vas, et superviser leur collecte de cristaux »

Garde d'enfants. Alors, c'est tout ce que le conseil avait trouvé comme punition ? « Merci, maîtres » murmure Qui-Gon, saluant profondément. Il vaut mieux feindre la soumission pour échapper à une autre conversation irritante. « Je ferais ce que vous ordonnez »

« On verra ça » contre Mace Windu. Qui-Gon aurait dû savoir que Mace ne le laisserait pas avoir le dernier mot.

En un clin d'œil, Qui-Gon s'incline, puis rejoint le couloir à grands pas, sentant les regards du conseil le suivre dans son dos.

OOOOOOO

Qui-Gon, de façon assez prévisible, est en train de couver une tempête lorsque le carillon de la porte annonce la présence de Maître Tahl Uvain. Il ouvre la porte avec un sourire forcé, et elle entre brusquement, ses mains tenant une grande cocotte qui dégage des odeurs alléchantes de ragoût et d'herbes.

« Tahl, comment est-ce que tu- »

« Tu es encore soucieux à ce que je vois » La cocotte – comme ils appellent la cuve dans laquelle ils apportent de la nourriture pour leurs dîners quotidiens, en allant d'un appartement à l'autre – est posée sans ménagement sur la table.

Qui-Gon glisse subrepticement un morceau de liège sous le conteneur métallique. La table est fabriquée à partir d'un bois Felucian, un cadeau d'une connaissance datant d'il y a plusieurs années, et les marques apparaissent très facilement sur la surface polie. « Oui », il marche sur des œufs.

Les yeux d'or aux reflets verts se posent sur lui. « Ne me dit pas que tu t'es encore livré à ton côté masochiste ? »

« Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix »

Tahl grogne. « Ne me récite pas le code. Tout le monde sait que nous l'utilisons seulement pour échapper à une question. J'ai l'impression d'entendre un perroquet ayant appris par cœur notre apprentissage »

L'amusement voile à peine les mots de Qui-Gon. « Ah, mais dans la négociation, il est souvent utile de- » Il s'interrompt, clignant des yeux alors qu'une profonde révélation le frappe.

Un sillon apparaît entre les sourcils de Tahl. « Qui-Gon ? »

Un rire léger lui échappe, et il hoche la tête. « Ce petit filou manipulateur »

« Excuse-moi ? » La voix de Tahl a maintenant pris le ton dangereux d'une Consulaire voulant une réponse à ses questions, quand elle n'obtient pas ce qu'elle veut.

Qui-Gon ne peut s'empêcher de sourire comme il se retourne vers elle. « J'ai rencontré un initié assez intéressant hier soir. Il a fait comme s'il ne me connaissait pas, et a seulement répondu à mes questions avec des lignes strictes du Code. Je pensais que c'était de l'auto-dérision, mais il a dû vouloir évaluer ma réaction pour trouver les raisons de mon intérêt soudain pour lui » Cela prend tout son sens - son air respectueux, sa déférence, alors que depuis le début Obi-Wan savait que le « Maître Jedi sans nom » de son étude de cas était Qui-Gon. Il part dans un grand rire. « Il a essayé de se montrer plus malin que moi, et cela s'est retourné contre lui. Comme je le pensais- il a encore beaucoup à apprendre »

Tahl le regarde un instant, avant de lui tapoter le bras. « J'espère que tu me présenteras correctement ton padawan, lorsque tu le prendras »

« Je n'ai jamais dit- »

« Tu pourrais faire comme si. Allons manger. »

La journée s'est déroulée de manière étrange, avec des rencontres qui l'ont étonné ou agacé. Qui-Gon met de côté ses émotions, les dispersant au sein de la Force, il prépare un dîner avec une de ses amis les plus chères et les plus anciennes, trouvant du réconfort dans de la bonne nourriture et une compagnie agréable. Tahl fait en sorte de lui laisser deux cadeaux de départ : la vaisselle et un rappel pour qu'il cuisine quelque chose de sympa pour leur prochaine rencontre, prévue la semaine suivante, dans les quartiers de Tahl.

Qui-Gon nettoie la cocotte dans un silence méditatif.

oOOOOOOO

Le chaos ordonné dans le hangar sud du Temple Jedi tend davantage vers le chaos ce matin. Qui-Gon regarde la ligne ordonnée des deux initiés et des trois padawans et lève un holo-enregistrement avec un soupir. « Je suis le maître Jedi Qui-Gon Jinn. Je sais que certains d'entre vous sont des padawans préférant avoir leurs maîtres ici, mais le Conseil leur a assigné des missions individuelles, donc c'est moi qui vous superviserais » dit-il calmement. La Force est perturbée dans un couloir latéral caché de sa vue, et un étrange sentiment d'appréhension traverse Qui-Gon, qui le met de côté tant bien que mal.

« Avancez et indiquez votre nom et votre âge »

Un garçon Dressalian dégingandé s'avance vers Qui-Gon et s'incline. « Initié Reeft Shinren. Douze ans »

Le prochain est un garçon Kiffar. Il n'est pas vieux, mais Qui-Gon ne dirait pas que c'est un enfant. « Padawan Quinlan Vos » se présente-t-il rapidement et n'ajoutant rien de plus.

Qui-Gon hausse un sourcil, puis passe au suivant. Maître Tholme lui avait parlé de la situation singulière de Quinlan.

Une voix le sort de ses pensées, elle roule pratiquement d'excitation. « Padawan Garen Muln. Treize ans » La tresse brune qui se balance d'un côté de son visage révèle que ce rang n'a été que très récemment gagné. Garen ricane alors que Quilan lui décoche un regard meurtrier.

Qui-Gon se retient d'imaginer ce qu'un tel duo pourrait causer comme dégâts en mission.

« Padawan Luminara Unduli. Treize ans » la voix calme de la Miralian est le bienvenu par rapport aux trois précédentes. « Heureuse de faire votre connaissance, Maître Jinn » Des tatouages récentes s'étendent sur son menton, comme elle lui adresse un sourire aimable;

« Padawan Huei Tori » Le sourire du mâle Nautolan est ridiculement discret par rapport au Chevalier Kit Fisto. « Douze ans »

Qui-Gon tape chaque nom de la liste avec un air fatigué, mais il s'arrête brusquement en faisant défiler la liste. En bas, en République Basic Standard, est inscrit le dernier nom: Obi-Wan Kenobi.

Qui-Gon retient un souffle. Mace, tu es un sacré rusé.

« L'un d'entre vous a-t-il vu l'Initié Kenobi ce matin ? » demande-t-il, non sans préoccupation. De ce qu'il a lu d'Obi-Wan Kenobi hier soir, l'initié n'est pas du genre à être en retard.

Garen et Reeft échangent un regard, l'inquiétude et une compréhension gênées voletant sur leurs visages.

Des pas de course résonnent sur le duracier et Obi-Wan Kenobi fait un arrêt sans dignité à la fin de la ligne, ses affaires battant contre lui. Qui-Gon ouvre la bouche pour réprimander le garçon, seulement pour apercevoir une ecchymose pourpre étalée sur la tempe d'Obi-Wan, à peine cachée par des touffes de cheveux ébouriffés.

Obi-Wan s'incline profondément, les joues rendues écarlates sous l'effort et l'embarras. Il remarque que deux membres du groupe le regarde avec l'air d'attendre quelque chose, et l'embarras se transforme en honte.

Qui-Gon annonce avec douceur. « Nous sommes tous présents. Montez à bord, rangez vos sacs, et allez vous occuper des vérifications de vol. Je vous rejoins sous peu »

Les enfants montent la rampe d'embarquement les uns après les autres, Obi-Wan suivant tristement. Alors qu'il frôle Qui-Gon, un lien semble soudain se créer entre eux, la lumière coulant en cascade dans l'atmosphère.

Et aussi vite que la lumière s'est embrasée, le lien s'évanouit. Obi-Wan continue sa montée, s'en avoir l'air d'avoir remarqué quelque chose, et Qui-Gon se retient de justesse de l'appeler.

Se tournant vers le couloir où il avait senti la perturbation, Qui-Gon s'approche. La lumière artificielle révèle un long couloir vide, sauf une chaussette épaisse gisant par terre, une lampe frontale tombée là, des affaires contre le chaud et le froid ont également été jeté sur le sol. Le conflit et la jalousie flottent dans l'air comme un écho oublié de quelques minutes passées.

Il recueille les biens tombés et oubliés d'Obi-Wan et se retourne vers le vaisseau. Cela va lui donner beaucoup à méditer durant le trajet vers Ilum.
Image


Retourner vers « Le coin des fans »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité