Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Sujets culturels en rapport avec Les Mystérieuses Cités d'Or.
Ici sont abordés les différents thèmes mis à l'honneur notamment dans les petits documentaires de fin d'épisode, ainsi que tout ce qui se rattache à la série : sujets sur la conquête des Amériques, les grands navigateurs, les civilisations précolombiennes, lieux traversés par nos héros, etc.
Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:24 pm

Le Grand Condor - Présentation Générale

Image

L'oiseau d'or et de feu... Le fils du soleil l'appelle ainsi quasiment à chaque décollage.
Ce bel aéronef a été construit par l'Empire de Mu en des temps immémoriaux. Il fonctionne uniquement à l'énergie solaire, aucun réservoir de secours n'a été prévu. Il est doté d'un pilote automatique et sa mémoire contient des points de navigation en rapport avec des sites précolombiens (cf. ép. #19 - Le Plateau de Nazca, ép. #23. - La colère du dieu maya). Il n'est pas armé, c'est juste un véhicule de transport. Etonnamment, son potentiel en voltige n'en demeure pas moins élevé ; les figures aériennes qu'il exécute sont proches de l'aviation de chasse. Moyennant le rase-motte ou l'effet de turbulence, Esteban arrive à mettre en difficulté l'armée espagnole ; il sème carrément la débâcle chez les Sebans et les olmèques. Pendant l'assaut d'Apuchi, Tao équipe l'oiseau d'un système de largage de pierres ; ce qui fournit un excellent appui aérien aux mayas.

Dans cette quête des cités d'or, les distances à parcourir sont très importantes. Le Grand Condor s'avère donc être une aubaine fantastique. Il aide aussi nos héros à emprunter le bon chemin. Le quipu coincé dans son bec les oriente vers le pays maya. Lorsque Esteban et ses amis y sont, il les force à s'arrêter sur un site où sont cachés les premiers indices...

Outre son utilité, l'engin apporte une touche esthétique remarquable à la série.
Parfois, on a l'impression qu'il est vivant, particulièrement lorsqu'il se gorge d'énergie solaire tout en déployant ses ailes.

Pouvez-vous envisager Starwars sans sabrolaser ? Pouvez-vous enlever son psychogun à Cobra ?
Sûrement que non. Sur le même point de vue, il est très difficile de concevoir les Cités d'Or dépourvu de ce splendide oiseau. On pourrait, certes, mais à quel prix ?

Settei de deux versions primitives de l'appareil :
Image

Image


Settei de la version définitive :
Image

Petit montage Couleurs :
Image
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:25 pm

Le Condor des Andes

Image

• Nom (genre, espèce) : Vultur gryphus
• Famille : Cathartidés
• Ordre : Falconiformes
• Classe : Oiseaux
• Identification : Grand rapace planeur, sombre, aux ailes marquées de blanc. Cou dénudé, bec crochu
• Envergure : de 2,90 m à 3,50 m
• Poids : Mâle : 11 ou 12 kg ; femelle : de 7,5 à 10 kg
• Répartition : Ouest de l'Amérique du Sud, tout au long de la cordillère des Andes, et le long des côtes du pacifique. On peut le rencontrer en Équateur, Chili, Argentine, Bolivie mais il est très rare en Colombie.
• Habitat : Zones montagneuses, principalement ; côtes
• Régime alimentaire : Surtout charognard, quelques proies vivantes
• Structure sociale : Partiellement grégaire, monogame
• Maturité sexuelle : Entre 5 et 7 ans
• Saison de reproduction : Printemps austral
• Durée d'incubation : 54 à 58 jours
• Nombre de jeunes par couvée : 1 à 2
• Poids à l'éclosion : 180 g
• Longévité : 50 ans en général, jusqu'à 60 ans en captivité. Certains atteignent les 70 ans. Il existe un record de 95 ans.
• Effectifs : Estimés par l'UICN en 2009 à environ 10 000 individus sur une aire de répartition de 2 540 000 km2, la population du condor des Andes est en décroissance continuelle depuis son enregistrement en 1977 à la liste des espèces menacées.
• Statut, protection : Protégé, au moins en théorie. Il est « quasi menacé » depuis 2004. Il a disparu du Venezuela, il se fait de plus en plus rare en Colombie et en Équateur où on estime sa population entre 80 et 100 individus.

Image Image

Image

Description de l'oiseau
Le Condor des Andes est le plus grand rapace du monde.

Image

Le mâle adulte a le plumage noir dans l’ensemble, excepté sur les ailes où les secondaires et les couvertures sub-alaires sont blanc grisâtre. On peut également voir une collerette blanche bien évidente à la base du cou. La tête noire présente chez le mâle une caroncule importante au milieu de la face, et des lobes charnus sur le cou. La peau nue de la tête et du cou peut changer de couleur, allant du rose rougeâtre au bas du cou, au rosâtre tacheté ou au jaune sur la tête. Le bec robuste et crochu est gris foncé à la base et blanchâtre - ivoire en son extrémité. Les yeux sont bruns. Les pattes puissantes et les doigts sont grisâtres.

La femelle a un plumage semblable, mais elle n’a pas de caroncule ni de lobes au cou. Sa tête est nue et noire. Ses yeux sont plutôt rougeâtres et elle est légèrement plus petite que le mâle.

Le juvénile est brun, avec la peau nue brunâtre. Le bec, les pattes et les doigts sont gris clair.
La collerette blanche apparaît seulement à l’âge adulte, vers six à huit ans.

Un seigneur du vol à voile
Peu d'oiseaux, sinon quelques-uns des plus grands rapaces, peuvent disputer au condor des Andes la première place dans le domaine de la technique du vol à voile. Les caractéristiques morphologiques expliquant une telle suprématie sont multiples. Le premier élément à prendre en considération est la taille. Le condor est en effet le plus grand rapace et l'un des plus grands oiseaux au monde. Son envergure n'est approchée ou égalée que par celles de l'albatros hurleur et du marabout africain. Les plus grands spécimens atteignent 3,20 m. La longueur de l'aile permet la présence d'un grand nombre de rémiges secondaires. Ces grandes plumes situées à l'arrière de l'aile et implantées tout au long du cubitus, entre le corps et l'articulation du poignet, jouent un rôle essentiel dans l'équilibre de l'oiseau en vol. À titre de comparaison, alors qu'un rapace de taille modeste, comme la buse variable, n'en possède que 10, elles sont au nombre de 35 chez le condor.

La largeur de l'aile, qui est un facteur tout aussi essentiel que la longueur pour déterminer la surface portante, est, elle aussi, très importante. Une telle surface alaire est indispensable étant donné le poids de l'oiseau, qui peut atteindre 12 kilos.

Image

Un oiseau muet
Les oiseaux émettent des sons vocaux grâce à un organe particulier qu'on appelle le syrinx. Cet organe phonateur peut être de structure plus ou moins complexe. Il est constitué de membranes, situées à la jonction de la trachée et des bronches, que contrôlent des muscles spécifiques. À l'instar des autres cathartidés, le condor des Andes est dépourvu de syrinx : il ne peut donc émettre aucun son vocal. Cette « anomalie » atteste l'ancienneté de la souche des vautours du Nouveau Monde, qui sont restés des oiseaux très primitifs au regard de l'évolution des espèces.

Habitat
Son habitat est composé essentiellement de prairies ouvertes et alpines, non boisées. Il y vit de 3000 à 5000 mètres d’altitude. Le long des côtes, il vit en faut des falaises qui surplombent l’océan.

Reproduction et Nidification
La maturité sexuelle du condor est lente, puisqu'il n'est adulte qu'à six-sept ans. De plus, il ne produit guère qu'un jeune tous les deux ans. Ces caractéristiques en font une espèce très vulnérable.

Image

Un seul œuf est pondu à même le sol dans une anfractuosité d'une paroi rocheuse à une altitude qui va du niveau de la mer jusqu'à plus de 4 000 mètres. On trouve souvent plusieurs couples nichant sur la même paroi, chacun d'eux défendant les abords de son nid. Aussi, les nids sont-ils extrêmement difficiles à repérer, non seulement du fait de leur emplacement, mais également parce que les condors ont un comportement très discret lorsqu'ils les édifient. L'incubation est pratiquement le fait de la femelle bien qu'il arrive au mâle de la remplacer quelques heures dans la journée. Les petits éclosent après environ deux mois (54-58 jours) et restent encore six semaines dans le nid, leurs parents les nourrissant encore, même après qu'ils aient commencé à voler. Le cycle complet de la reproduction peut prendre ainsi plus d'un an. C'est pourquoi un seul œuf est pondu tous les deux ans.


Alimentation
Le Condor est essentiellement nécrophage, c'est-à-dire un charognard. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle son cou est aussi dépourvu de plumes, cela lui permet de ne pas se salir quand il introduit la tête à l'intérieur des cadavres d'animaux qu'il découvre déjà morts. Ses cadavres, il les repère du haut du ciel, en planant ; ce qu'il fait admirablement, grimpant parfois à plus de 6000 mètres dans la Cordelière des Andes, région qu'il habite naturellement et dont il tire son nom. Il préfère les carcasses des grands animaux, cerfs, bovins et ceux des camélidés (vigognes, lamas, alpagas).

Image

Sur les côtes de Patagonie, il se nourrit de charognes de phoques, de poissons mais aussi d’œufs d’oiseaux de mer. Il lui faut en moyenne 900 grammes de viande par jour. Il déchire les tendons et les artères d’une rapide chiquenaude du bec.

Sa morphologie n'est pas adaptée à la chasse. En effet, il n'a pas de pouvoir de préhension (son orteil postérieur étant situé beaucoup trop haut pour pouvoir se refermer). Ce qui le handicape dans l'attaque d'une éventuelle proie et de son maintien au sol. Par contre, son vol, au ras des troupeaux d'alpagas peut les effrayer et les pousser à se jeter dans le vide. Quand il est en manque de carcasses, le condor peut dans de rares cas attaquer des proies vivantes, des animaux bien souvent jeunes ou malades. Il consomme parfois des souris, des lézards et des insectes.

Il peut survivre sans s’alimenter pendant une semaine ou deux.


Mœurs
Les condors sont sociables, vivent en groupe sous la conduite d’un mâle dominant, l’apu. C’est lui qui donne le signal de la curée. Aux heures tardives de la matinée, à la faveur de courants d'air chaud ascendants qui se forment grâce à la chaleur du soleil, les condors prennent leur envol et couvrent de grandes étendues qu'ils inspectent de leur regard exceptionnellement perçant, à la recherche de cadavres d'animaux, parfois déjà repérés par d'autres charognards, vautours ou caracas. De toute évidence, il existe une hiérarchie sociale chez les condors, ce dont témoigne la façon dont ils se nourrissent. Les individus dominants tolèrent la présence de leurs inférieurs et des "aspirants" et il est rare que des rivalités provoquent des affrontements directs dont l'effet est alors l'instauration d'une nouvelle hiérarchie

Image

Sources : Larousse.fr, Wikipedia, Cocomagnanville, Canailleblog, Moineaudeparis.com, oiseaux-birds.com
Modifié en dernier par Kazo le mer. avr. 09, 2014 10:17 pm, modifié 2 fois.
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:27 pm

Condors au canyon de Colca - Pérou - 04/2008


A la fin de la vidéo, les trois condors qui se posent forment une famille : le père et la mère ont un anneau blanc sur le cou, le petit a le plumage plus marron pâle.



Les autres vidéos sont en spoiler afin d'alléger le chargement de la page. :wink:

Condors taking off and landing at Colca Canyon


Condors au canyon du Colca
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:28 pm

Symbolisme du Condor des Andes

Symbole national
L'image du condor se retrouve représentée sur différentes armoiries de plusieurs pays des Andes : Pérou, Argentine, Bolivie , Chili, Colombie, Équateur...

Le condor figure sur de nombreux timbres dans les pays andins.
Image Image

Il inspira aussi les figures de proue de certains grands voiliers tels la goélette Esmeralda (voilier école de la marine du Chili) et le Guayas (voilier école de la marine en Equateur)

Dans la cosmovision andine
Voici le détail d'une chakana.
Image
Cette pièce représente une chakana ou croix andine, sur laquelle apparaissent trois animaux, le condor, le puma et le serpent, qui correspondent aux trois mondes de la cosmovision andine : le monde d'en-haut, le monde d'ici et le monde d'en-bas. Associée au lama, animal privilégié de la Pachamama qui représente l'élément terre, cette trilogie peut aussi évoquer les éléments où le condor correspond à l'air, le puma au feu et le serpent à l'eau. Pour les incas, le condor était un oiseau mythique et vénéré.

En Patagonie, il était chassé depuis des temps immémoriaux. Il était donné pour responsable de la disparition des autres espèces animales. C'était un tueur, et certains voyaient même en lui un mangeur d'enfants !

En Patagonie du sud-ouest, le condor est un charognard royal traité avec respect. Il incarne des valeurs de pureté et de grande simplicité. Vénéré comme le dieu à plumes courbes, il est aussi appelé dans un langage primitif « lasus-tutu ».

En terre de feu, les amérindiens onas (ou selknams) le nommaient « chalma », les yaghans, eux le nommaients « gurgu », « huairao » ou « huairu ».

Fête de Yawar
Au Pérou la fête de Yawar est une fête nationale organisée dans la localité très reculée de Ccollurqui (région d’Apurimac). Un condor, symbole des indiens andins et oiseau roi de la cordillère des Andes livre un combat contre un taureau symbolisant l’espagnol, le conquistador.

Image

Dans une arène, le condor est attaché au dos du taureau qui va être excité par les ponchos des espontoneados comme une faena ( travail de muleta). Le grand oiseau tente de se libérer en donnant au taureau de violents coups de bec. Souvent le taureau est vaincu et la victoire revient au condor qui est libéré et les festivités se poursuivent. Ce combat est un vrai rituel de revanche des indiens sur les conquistadors. Si le condor est blessé et meurt comme c’est le cas parfois, la croyance locale veut que le malheur s’abatte sur le village.

Astérisme du condor (constellation)
Un astérisme est une figure remarquable dessinée par les étoiles brillantes. Celle du condor existe dans les constellations quechuas. Comparée au zodiaque, elle se situerait dans la partie orientale de la constellation du scorpion...

Géoglyphe nazca
Les nazcas du Pérou ont créé un géoglyphe représentant un condor dans le désert de Nazca. Ce dessin colossale remonterait à une période située entre 300 et 800 avant notre ère.

Image

Le temple du condor
Dans les Andes centrales a été bâti le temple du Condor au cœur de l’ancienne Llaqta (cité) du XVe siècle, le Machu Picchu.
Image
Ce lieu est voué à la symbolique du condor et les incas ont composé avec un mélange complexe de roches naturelles et de roches taillés les ailes déployées d’un condor en vol. A l’étage du temple se trouve un rocher sculpté en forme de tête de condor avec sa collerette de plumes autour du cou. Les historiens pensent que la tête du condor était utilisée comme autel sacrificiel. Le plan entier du Machu Picchu laisse penser d’ailleurs à la forme d’un condor.

Source : Larousse.fr, Wikipedia, Cocomagnanville
Modifié en dernier par Kazo le mer. avr. 09, 2014 1:46 am, modifié 1 fois.
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:29 pm

Comment le Grand Condor est-il apparu dans le temple de Tseila ?
Un sujet étrange et assez biscornu...


ImageImageImageImage

ImageImageImageImage

La machine sort du sol illuminé par un faisceau projeté depuis un mur et ricochant sur le plafond. On dirait de la magie. Au point où il serait facile de classer cette séquence dans la catégorie qui englobe le pouvoir d'Esteban. En l'occurrence, le merveilleux, le surnaturel, l'inexpliqué, etc. Chacun voit midi à sa porte sur la question. Quoiqu'il en soit, il est possible d'extrapoler via la science-fiction. Le point de base est la théorie des multi univers du physicien Hugh Everett. Il faut considérer que l'espace peut contenir une infinité de sous espaces. Ensuite, admettons que les sous espaces n'interfèrent pas les uns avec les autres, car leurs atomes n'ont pas la même fréquence. A partir de là, on peut dire que Grand Condor se trouvait déjà au sous sol du temple, mais à l'intérieur d'un sous espace différent. La lumière que l'on voit sur le sol serait un vortex (porte interdimensionnelle), elle permettrait à la machine de pénétrer dans notre espace-temps sans collision ; c'est pourquoi la dalle reste intacte pendant le transfert. Il y a sûrement d'autres extrapolations envisageables, surtout en matière de science-fiction.

De quelle manière expliquez-vous l'apparition de la machine phare des cités d'or ?

Voici l'hypothèse de Mokuji (mon modérateur) :
Mokuji a écrit :Pour ma part, j'ai toujours pensé que le rayon de lumière était capable de modifier temporairement la structure de la dalle pour la rendre traversable par le condor qui lui est élevé par un système anti-gravité.


L'hypothèse de l'internaute Yurt :
yurt a écrit :Une autre explication est que les scénaristes ont simplement voulu une apparition qui en jette un max.
A mon avis ils n'ont pas pensé à une quelconque logique. Ils ont juste voulu quelque chose d'impressionnant et de mystérieux.


L'hypothèse de l'internaute Tikal :
Tikal a écrit :Je vous donne ma théorie. Hypothétique et probablement très farfelue mais voilà.
Pour moi, le Grand Condor est la conséquence d'une "téléportation".
La mise en scène pourrait faire penser que le Grand Condor sort du sous-sol... Je ne le crois pas. D'ailleurs les dalles de la salle ne bougent pas.
Regardez bien la séquence. Quand le jeu des faisceaux se calibre. Le rayon lumineux "inonde" le sol de la salle. Et de cette lumière semble se "matérialiser" ou se "télécharger"progressivement le Condor.
Une fois l'opération terminée, les faisceaux n'émettent plus, la lumière laissant place au fabuleux oiseau d'or...
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:37 pm

GRAND CONDOR - La matière de l'appareil

ImageImageImageImage

Etant donné sa couleur, on pourrait à priori croire qu'il est recouvert d'or massif. Mais certaines observations nous conduisent à penser qu'il est fait d'une matière différente. En effet, la lave en fusion n'a aucun effet sur son revêtement. Au cours de l'aventure, il effectue deux atterrissages forcés en catastrophe. Jamais il n'est endommagé. Idem lors des chocs avec la machine volante de Ménator. On sait que l'or ne peut pas conférer un tel blindage. Ce qui nous laisse libre d'imaginer autre chose... Puisqu'il s'agit d'un appareil conçu par Mu, nous pouvons admettre qu'il ait été fabriqué à base d'un matériau aux propriétés exceptionnelles, à l'instar de l'Orichalque connu des atlantes et dont la solidité leur aurait donné une grande prépondérance militaire. Comme les muens étaient autant évolués en puissance, ils avaient certainement un alliage équivalent. Bien que moult théories soient possibles et imaginables, il faut rester cohérent avec le scénario ; c'est pourquoi l'origine de cette machine devrait nous inciter à opter pour un alliage spécifiquement muen (ou muvien pour les fans de Seiya).

Date originelle article : 23/06/2012


Note : la première fois que j'ai partagé mon idée de matière autre que l'or, c'était le 27 mars 2011, sur lescitesdor.com (lors d'un échange avec l'internaute Albanus quelque part >>> ici <<<). J'avais posté cette théorie selon laquelle le Grand Condor pourrait être façonné à partir d'un alliage du même genre que l'orichalque. Le fameux message ne figure plus sur le site concerné, puisque j'y ai supprimé mes posts après les épouvantables incidents de décembre 2011. Pour en revenir à notre propos, il y a des chances que l'hypothèse de "métal spécial" ait retenu l'attention des scénaristes de la saison 2. Parce qu'ils ont décrété que le Grand Condor est composé d'orichalque, sans se douter que cela allait les conduire à une ambiguïté scénaristique, puisque cet alliage a été créé par le peuple de Poséidon (l'Atlantide).
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:38 pm

GRAND CONDOR - Alimentation énergétique

ImageImageImageImage

C'est Bernard Deyries (le coréalisateur français) qui a voulut que le Condor puise son énergie du soleil. On se demande bien ce que Mitsuru KANEKO avait prévu à la place... Quoiqu'il en soit, l'énergie qui dynamise notre oiseau d'or renvoi à l'effet photovoltaïque découvert par A. Becquerel. Néanmoins, compte tenu du peu de surface que l'appareil offre au soleil, son système de conversion (des photons en électrons) doit être beaucoup plus puissant que tout ce qui est actuellement connu.

Le gros problème du Grand Condor, c'est qu'il ne stocke pas une partie de l'énergie captée. Si bien qu'en cas de perte de luminosité (ombrage, orage, éclipse, nuit), l'appareil se bloque. Mettant ainsi ses passagers en péril. Il est impensable que les muens aient pu engendrer un aéronef aussi dangereux. Même nos ingénieurs actuels, qui sont moins avancés, ne commettraient pas une telle erreur. Alors, soit le réalisateur s'est lourdement trompé, soit nos héros ne connaissent pas encore le plein potentiel de l'oiseau d'or. La seconde hypothèse est moins décriante, car elle autorise la future utilisation d'une cellule d'énergie déjà incluse dans la machine. Mais sur ce principe, pourquoi le Condor ne déclencherait-t-il pas automatiquement le relais du réservoir ? Sachant évidemment qu'il est capable de fonctionner en mode automatique. Cela semble illogique, n'est-ce pas ? Croyez-vous que la production des MCO1 a mal géré ce paramètre scénaristique ?

Date : 23/06/2012
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:40 pm

GRAND CONDOR - Sustentation et propulsion
Technologie Antigravitationnelle + Force Longitudinale de poussée

ImageImageImageImage

Mine de rien, il s'agit bel et bien d'une ambiguïté... L'animé ne donne aucune explication à ce sujet. On nous dit juste que le Grand Condor utilise l'énergie solaire pour voler... Tout le monde a vu qu'il n'a ni hélice, ni tuyère. Dans ce cas, comment peut-il contrer l'attraction terrestre et se déplacer ? Vu que c'est un engin, il comporte obligatoirement un système permettant ce prodige. D'ailleurs, on entend son bruissement mécanique. Lorsqu'il décolle, on voit l'air s'agiter avec la poussière qu'il créé. Cela présuppose une force verticale, laquelle peut être émise par des "plaques" antigravité (installées à l'intérieur de la voilure et le tronçon central). La propulsion pourrait être basée sur la même technologie, excepté que la force serait dirigée longitudinalement (le long de l'aérodyne). Notons que la plupart des descriptions techniques de Mu parlent de machines volantes dotées de la technologie antigravitationnelle, ainsi que de la force longitudinale de poussée.

Lorsque la propulsion est activée, le Condor se déplace horizontalement ou dans diverses directions. A ce moment là, il n'utilise plus la force antigravité, c'est la force naturelle de la portance de l'air qui prend le relais et lui permet de continuer à vaincre son poids. La portance apparait grâce à l'écoulement d'air au-dessus de sa voilure (les ailes).

Comment imaginez-vous le mécanisme qui fait de cette belle machine un aéronef ?
Il y a moyen d'extrapoler, vu qu'il s'agit d'une machine science-fictionnesque.

Date : 23/06/2012
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:44 pm

GRAND CONDOR - Les commandes

ImageImageImageImage

La planche de bord est sommaire pour un aéronef utilisant la technologie antigravitationnelle. Il comprend des lumières, un emplacement accueillant l'emblème du soleil, un écran inanimé et une seule manette. Or, pour réaliser toutes les manœuvres que l'on nous montre, il faut bien plus qu'un seul levier. Celui qu'Esteban utilise permet juste de pivoter sur les 3 axes (tangage, roulis, lacet). On voit le Condor accélérer et décélérer maintes fois, pourtant, aucune manette n'est associée à la régulation de vitesse. Quand il se pose ou qu'il décolle verticalement, il faut plusieurs commandes pour rentrer ou sortir ses pattes ; idem s'agissant du changement de position de sa tête, son cou et ses ailes ; le mouvement vertical doit pouvoir être contrôlé lui aussi, etc. On peut supputer que l'appareil le gère automatiquement. Mais alors, comment sait-il que le décollage ou l'atterrissage a été déclenché ? Le manche de pilotage n'a pas cette fonction (nous venons de le voir). Peut-être que l'ordinateur de bord capte et interprète les pensées du pilote ? C'est une piste... Sauf que dans ce cas de figure, le levier ne servirait plus vraiment à grand chose.

Je suis sûr qu'en grattant encore, on pourrait pinailler davantage. :mrgreen:

Date : 23/06/2012
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:46 pm

Incohérences scénaristiques diverses

Les bugs suivant se répètent sur plusieurs épisodes.

Deux types d'atterrissage
ImageImageImageImage
Une fois que Gomez est hors d'état, le Condor se pose verticalement sur la place du Vieux Pic (ép. #20). Comment Esteban a-t-il su que ce type de manœuvre était possible ? Tout ce qu'il a vu jusqu'à lors, c'est un atterrissage horizontal autogéré par la machine. Justement, le décollage et l'atterrissage vertical font partie des caractéristiques principales. Dans ce cas, pourquoi l'aéronef atterrit t'il horizontalement au Plateau de Nazca et au Bouclier Fumant ? :shock: C'est superflus.

Le problème de la verrière
ImageImageImageImage
Avant d'aller appuyer les troupes mayas au Bouclier Fumant (ép. #34), Esteban explique à Gomez son acte d'ingratitude près de Palenque : il est impossible d'ouvrir la cabine de pilotage une fois que l'engin est en marche. Pourtant, lorsqu'il affronte la machine de Ménator, Esteban ouvre bien la verrière en plein vol (ép. #36). Comment a-t-il fait ça ? :o Par ailleurs, on sait que les passagers du Condor ne sont pas attachés. Compte tenu de la vélocité et l'écoulement d'air, comment font-ils pour ne pas être arrachés du cockpit ? :penseur:

Date : 23/06/2012
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mar. avr. 08, 2014 10:48 pm

Le passage juste avant la première mise en route du Condor (ép. #18)
Chute libre ou vol à voile ?

ImageImageImageImage

Nombreux doivent être les fans dubitatifs. Effectivement, si on considère que le Grand Condor est en chute libre, la scène est beaucoup trop longue ; en l’occurrence, il aurait dû y avoir un crash. Rassurez-vous, l’aérodynamisme rend tout cela plausible. En réalité, notre bel oiseau n'est pas en chute libre, il plane partiellement. Sa voilure a beau être pliée, mais cela n'empêche pas l'apparition d'un phénomène de portance (force verticale dirigée vers le haut, elle apparait par écoulement de l'air sur les ailes). Bien que cette dernière ne génère pas une totale sustentation (l'élévation en l'air), elle est suffisante pour ralentir la descente. Du coup, nos héros ont le temps de trouver comment actionner le mécanisme de l'appareil.

Date : 11/07/2012


Le premier vol du Grand Condor !



Le Vol du Condor (compilation)
Un montage signé Magellan70

Karas Ubrazo
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 292231
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar phoenlx » mar. avr. 08, 2014 11:08 pm

superbe topic :shock:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mer. avr. 09, 2014 10:22 pm

La position de la cabine de pilotage empêche-t-elle la visibilité frontale ?

Dans l'anime, lorsque les héros se trouvent à bord de l'aéronef, la caméra subjective montre clairement que rien ne gêne la vue vers l'avant. Le problème, c'est que nous n'avons pas la même impression quand on regarde l'appareil de l'extérieur. En effet, la tête du Grand Condor obstrue complètement le devant du cockpit. Dans ce cas, comment Esteban fait-il pour voir en face de lui tandis qu'il pilote ? En réalité, le haut de la tête est translucide de l'intérieur, mais opaque à l'extérieur ; autrement dit, la réfraction lumineuse n'est possible que du côté interne. C'est un peu le principe de la glace sans tain. Sauf que là il s'agit d'une matière spécifiquement muenne. Naguère, sur le légendaire continent de MU, elle était très employée sur les engins de transport, les bâtiments publics, les maisons, etc. Donc, théoriquement, il n'y aurait pas d'erreur au niveau de l'emplacement du cockpit.

Regarder par-devant directement à travers la verrière aurait été plus simple. Alors, pourquoi avoir mis un élément intermédiaire ?
Cette matière est aussi résistante que le restant de l'engin. Il n'est donc pas impossible que Mitsuki NAKAMURA ait imaginé cette disposition particulière afin de protéger l'avant de la cabine.

Dans la saison 2, Blue Spirit a fait sauter cette configuration afin de permettre une visibilité frontale directe par la verrière ; c'est exactement ce qu'on observe sur les aérodynes contemporains. Ce qui affaiblit l'orientation science-fictionnesque de l'appareil..

Image

Sur le bateau Solaris, il semblerait que les yeux de la figure de proue aient également été fabriqués dans cette matière spéciale. Il est toutefois difficile d'en être certain, car il existe une courte scène suggérant la transparence de l'extérieur.


Le Vultur Gryphus duquel découle le mecha-design est-il mâle ? Femelle ? Ou asexué ?
On note que le dessus de la tête n'est pas une caroncule, ce n'est même pas une mini crête. Ce qui permet de supposer que Mitsuki NAKAMURA a choisi la morphologie du condor femelle pour concevoir la tête de la machine.
Modifié en dernier par Kazo le dim. avr. 13, 2014 6:45 pm, modifié 3 fois.
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mer. avr. 09, 2014 10:25 pm

Figurine officielle Grand Condor

Image

Fabricant : Asian Alternative
Date de sortie : 2001
Dimensions : Variables selon la position choisie. Envergure 25 cm
Matière : Résine
Tirage : 1000
Prix à la sortie : 70 à 90 €

Image Image


C'est la plus belle pièce de la collection MCO réalisée par Asian Alternative.
Les ailes et la tête sont articulées.
En 2009, le cours de cette miniature pouvait dépasser 500€ sur les sites de ventes aux enchères et d'occasions.
Karas Ubrazo
Image

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mer. avr. 09, 2014 10:25 pm

Le prototype de Custom Arts

Image

Le Grand Condor (tant attendu) de Custom Arts est demeuré au stade de prototype virtuel sur le logiciel 3D SMAX. Il n'y a pas eu d'essai en atelier. La petite entreprise a déposé le bilan en plein développement de cette miniature.

Image
Karas Ubrazo
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 292231
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar phoenlx » mer. avr. 09, 2014 10:26 pm

Intéressant l'article précédent , je me suis toujours demandé aussi comment ils arrivaient à voir vu le positionnement du cokpit
D'où tiens tu ces informations sur la matière translucide et le fait que ce soit répandu sur le continent de Mu ? c'est jamais dit dans la série
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » mer. avr. 09, 2014 10:59 pm

phoenlx a écrit :D'où tiens tu ces informations sur la matière translucide et le fait que ce soit répandu sur le continent de Mu ? c'est jamais dit dans la série


Oui, ce n'est jamais précisé dans la série. Les auteurs (Mitsuru KANEKO, Mitsuru MAJIMA et Sôji YOSHIKAWA) nous incitent subtilement à se poser des questions. Quelques-unes nous conduisent à effectuer des recherches.

J'ai trouvé l'info dans un livre d'éveil (le contenu dépasse le cadre du dessin animé et des forums tel que le tien ou le mien). Le nom de la matière en question n'est hélas pas précisé, comme plein d'autres choses d'ailleurs...


La documentation étant assez rare ou peu fournie dans les livres, l'histoire du peuple de Mu est nettement plus difficile à connaître que celle de l'Atlantide. C'est un gros puzzle à reconstituer soit-même via ce que l'on glane ici et là. Le problème avec ce genre de sujet, c'est qu'il y a un grand nombre d'auteurs qui écrivent en vue d'exploiter la soif des personnes en quête de mystères. Pour ma part, il y a énormément de questions que je me pose et dont je n'ai jamais eu la réponse. Les choses qui étaient en résonance avec ce que je cherchais m'ont été racontées de bouche à oreille ; il y a plusieurs années, j'ai aussi trouvé des fragments d'infos intéressantes sur des sites d'ufologie. Certaines données se contredisent et c'est pénible... Dans l'ensemble, c'est très intéressant. Par contre, il s'agit d'histoires impossibles à vérifier. C'est pourquoi MU demeure un sujet classé dans les légendes, l'ésotérisme, voire l'ufologie. En 2012, j'avais commencé à rédiger un article sur MU. J'ai mis de côté. J'essaierai de l'achever d'ici la fin de l'année.


[EDIT KaZo : suppression du spoiler]
Modifié en dernier par Kazo le jeu. avr. 10, 2014 1:54 am, modifié 1 fois.
Karas Ubrazo
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 292231
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar phoenlx » mer. avr. 09, 2014 11:02 pm

Tiens d'ailleurs si tu connais de la littérature sur ce thème je suis preneur ( ou des magazines avec des dossiers sur le continent de Mu ) Je n'en ai pas beaucoup, pourtant j'aimerais creuser car ça revient parfois dans les animes, pas que les cités d'or. Les scénaristes aiment bien exploiter cette légende j'ai l'impression ( on a des références dans Saint Seiya aussi. Et dans Nadia des références à l'Atlantide .. )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 292231
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar phoenlx » jeu. avr. 10, 2014 12:53 am

Concernant le continent de Mu sinon, j'avais créé un topic dans le temps dans la rubrique mythologique !
viewtopic.php?f=103&t=3395

Mais apparemment tu as bon nombre d'infos qui pourraient l'éclairer.
Par contre je crois qu'on ne sera pas sur la même longueur d'onde sur un point, j'ai le sentiment en te lisant que tu adhères pour de bon à cette légende ? ( mais comme beaucoup de monde j'ai l'impression :mdr: ) Personnellement je n'y crois pas du tout tant qu'il n'y a pas de preuves scientifiques or actuellement c'est réfuté par les scientifiques apparemment, à moins que j'ai un wagon de retard mais tout ce que j'ai pu lire m'a conduit un peu à cette conclution ( et il faut un peu se méfier de toutes les sources du net ; beaucoup cherchent un peu à trafiquer les faits pour servir leurs thèses, et cherchent à donner des airs de crédibilité au truc, mais je pense que la plupart des scientifiques sérieux diraient que ce n'est pas réaliste ( sans même parler de l'hypothèse d'origine extraterrestre ; celle-ci rappèle un peu les théories des anciens astronautes que j'évoquais récemment dans ce topic lol )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Kazo
Île du spectre
Île du spectre
Avatar du membre
Messages : 130
Enregistré le : mar. août 21, 2012 1:22 am
Contact :

Re: Le GRAND CONDOR 1983 (+ fiche sur le Vultur gryphus des Andes)

Messagepar Kazo » jeu. avr. 10, 2014 7:54 am

Sur mon message d'avant, j'avais intentionnellement mis un spoiler et j'ai répondu par MP. Parce que je savais que cela dévirait le topic...

Phoenlx a écrit : Concernant le continent de Mu sinon, j'avais créé un topic dans le temps dans la rubrique mythologique !
http://www.les-ailes-immortelles.net/forum/viewtopic.php?f=103&t=3395

Mais apparemment tu as bon nombre d'infos qui pourraient l'éclairer.


En 2012, j'ai parcouru ce fameux sujet. J'en ai un vague souvenir... Il me semble que cela oscille autour du livre écrit par James Churchward. Je n'ai pas eu le temps de participer à la discussion, car à l'époque je développais mon site web. Un de ces quatre, j'y passerai...

Phoenlx a écrit :Par contre je crois qu'on ne sera pas sur la même longueur d'onde sur un point, j'ai le sentiment en te lisant que tu adhères pour de bon à cette légende ? ( mais comme beaucoup de monde j'ai l'impression :mdr: )


Le continent de Mu me fascine. J'en parle, oui mais il est hors de question de propager l'idée que c'est une chose réelle. Rien ne permet de l'affirmer.
Comme je l'ai dit dans mon précédent post, je trouve les histoires et légendes qui se racontent sur MU intéressantes. Beaucoup de données se contredisent et il est impossible de les vérifier.
Ce qui vaut pour l'Atlantide s'applique aussi à Mu ; en l'occurrence, il n'existe pas de preuves formelles. Ce sont de vieux mythes qui, au 19ème et 20ème siècle, ont connu un second souffle grâce aux renseignements ésotériques révélés à tous, également par le concours de voyants prétendant avoir explorer à travers le temps l'histoire de Mu et d'Atlantis.

Bien qu'on ne puisse y croire, certains aspects de ce que racontent les partisans sont intrigants. Cela suscite le rêve et inspire des idées de scénario aux écrivains de science-fiction et de l'archéologie fantastique.

Phoenlx a écrit :Personnellement je n'y crois pas du tout tant qu'il n'y a pas de preuves scientifiques or actuellement c'est réfuté par les scientifiques apparemment, à moins que j'ai un wagon de retard mais tout ce que j'ai pu lire m'a conduit un peu à cette conclution ( et il faut un peu se méfier de toutes les sources du net ; beaucoup cherchent un peu à trafiquer les faits pour servir leurs thèses, et cherchent à donner des airs de crédibilité au truc, mais je pense que la plupart des scientifiques sérieux diraient que ce n'est pas réaliste ( sans même parler de l'hypothèse d'origine extraterrestre ; celle-ci rappèle un peu les théories des anciens astronautes que j'évoquais récemment dans ce topic lol )


Actuellement, la science officielle a relégué Mu et l’Atlantide au rang de théorie infirmée et de mythe.

Comme je te l'ai dit par MP, j'ai toujours eu l'impression que la plupart des gens qui écrivent longuement sur Mu le font en vue d'exploiter la soif des personnes en quête de mystères. Cela m'a rendu circonspect. C'est pourquoi j'ai lu peu d'ouvrages sur le sujet. Pourtant, je possède une liste de vingt bouquins sur Mu à se procurer, il en existe beaucoup plus. Concernant le thème associé du peuple de Poséidon (l'Atlantide), il a été calculé plus trois mille livres...

Je connais trois versions des origines de Mu. La première est légendaire, la seconde et la troisième appartiennent à l'ufologie. Elles sont toutes plaisantes. Toutefois, elles ne contiennent rien qui soit crédible d'un point de vue scientifique. A mon avis, il n'est guère utile de passer du temps à mêler tout ça au rationalisme, car c'est d'emblée incompatible.

Quand on rationalise les légendes, elles perdent leur charme et n'appellent plus l'onirisme.
S'agissant de l'ufologie, je précise bien que je ne suis pas un adepte. En dépit de ses allures de science-fiction, ce domaine s'effondre dès lors qu'on y apporte du rationalisme. Il n'en demeure pas moins qu'on peut en tirer une vraie source d'évasion et d'inspiration.
L'ésotérisme, par contre, est subtil. En cela, il peut devenir un support de propagande ou de manipulation. Lorsqu'on le décèle, il faut le dénoncer. Effectivement, tout le monde n'est pas apte à saisir que l'on peut s'y intéresser tout en gardant les pieds sur Terre.
Karas Ubrazo
Image


Retourner vers « Coin culture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité