• Les rubriques Mangas et Cinéma du forum sont en Travaux durant quelques semaines (mais vous pouvez les utiliser !)

Le Festin nu (de David Cronenberg)

Films, séries et littérature fantastiques ou d'épouvante. récits surnaturels et surréalistes, romans et films de loups-garous, fantômes, vampires (tel Dracula), monstres de la Hammer, romans d'Edgar Poe, Stephen King, Richard Matheson, films d'horreur divers, slashers, gialli, thrillers horrifiques, Night Shyamalan, Guillermo Del Toro, Romero, Dario Argento, Mario Bava, Christophe Gans, David Cronenberg et bien d'autres réalisateurs sont à l'honneur ainsi que l'écrivain H.P. Lovecraft auteur du fameux mythe de Chtulhu.
Scarabéaware
Terminabot
Terminabot
Avatar du membre
Messages : 149373
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Black Lodge, Death Star, Pyongyang, Vaisseau de Freezer, Ra Metal, Comète Blanche
Gender :
Contact :

Le Festin nu (de David Cronenberg)

Messagepar Scarabéaware » mar. févr. 20, 2024 6:00 pm



Le Festin nu est un film scénarisé et réalisé par David Cronenberg, sorti en 1991. Il s'agit d'une tentative d'adaptation du roman du même nom de William S. Burroughs, publié en 1959 en France et interdit de 1962 à 1966 dans certains états des Etats-Unis pour "obscénité".

Le Festin nu est très vite devenu un film culte, acclamé pour ses éléments visuels et thématiques surréalistes, cependant s’il a été une réussite critique il aura été un échec commercial lors de sa sortie.



Le casting se compose Peter Weller, Judy Davis, Ian Holm, Monique Mercure et Roy Scheider. La musique est quand à elle composée par Howard Shore.

Synopsis :

Bill Lee, ex-junkie, recyclé dans l'extermination des cafards, tue sa femme accidentellement après l'avoir surprise faisant l'amour avec leurs deux meilleurs amis.




Je me suis décidé à voir ce film hier soir qui me tentait depuis un petit moment et l’on peut dire que c’est du bon petit cru de la part de Cronenberg en son époque où son exploration de la folie se mêlait à des éléments plutôt glauque avec des visions assez particulières et que ce soit très organique, exemple de Vidéodrome dans le lot :mrgreen:.

J’ai bien aimé cette réalisation de sa part même s’il a pu mieux faire en la matière et qu’avec cette adaptation il aurait certainement pu être encore plus transcendant. Quoi qu’il en soit c’est plutôt bon quand à nous plonger dans des visions hallucinogènes d’un type qui était sorti de l’enfer de la drogue mais y replonge complètement après avoir tué sa femme par accident et fuit dans un territoire nommé l’Interzone où il se met à écrire et qu’il se produise des phénomènes bien étranges.

Nous avons de la bonne part de surréaliste avec cette histoire qui nous entraine dans une spirale de la folie et que ça nous évoque ce que peuvent faire certains écrivains pour trouver l’inspiration, usant de drogues, tout comme d’autres artistes qui ont de quoi s’en faire des plongées psychédéliques afin d’alimenter leur processus créatif. Ainsi là nous avons de quoi observer quelques créatures qu’il est vraiment pas mal de voir et que ce soit bien organique avec du côté dégueulasse quand on voit ce à quoi s’apparente certaines choses :D. Ici la sodomie des diptères prend un sens propre (ou dégueulasse) plus que figuré, cependant cette expression a de quoi se modifier en sodomie des coléoptères si on veut être juste :lol:. Et en parlant de sodomie, nous avons par ailleurs une touche d’homosexualité qui se glisse par là.

C’est de quoi procurer une bonne petite expérience avec cette réalisation de Cronenberg au caractère étrange, de quoi proposer une itération assez intéressante de l’exploration de la folie et que ça montre bien à quel point la drogue est dévastatrice aussi. Il est bon par ailleurs de voir Peter Weller, Ian Holm et Roy Scheider prendre part à cette histoire. Et nous avons une fin qui laisse bien songeur.

Je mets également la critique de Merej sur ce film qui évoque ce qu’est la Beat Génération pour recontextualiser la naissance de l’œuvre ici adaptée et le fait que Cronenberg par le biais de son film aura pris comme axe d’évoquer le contexte d’écriture (plus que vraiment l’adapter) du livre de William S. Burroughs qui aura justement bien dénoncé les méfaits de la drogue et déclaré qu’il aurait certainement été beaucoup plus productif sans ces produits immondes. On peut dire que ça renvoie donc bien à son cas et que ça peut s’élargir à d’autres tellement nous avons des artistes sujets à des expériences déviantes.

ALL HAIL PALPATINE, ALL HAIL FREEZER, ALL HEIL ZORDER, ALL HAIL EREN, ALL HAIL SKYNET, ALL HAIL BRITANNIA, ALL HAIL WILLIAM DELOS.
Venez jouer avec Bob Image.

Retourner vers « Fantastique - Epouvante »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité