Page 1 sur 1

Blanche Neige et les sept nains

Posté : dim. juin 02, 2019 4:55 pm
par Náin


Blanche Neige et les sept nains est un film d'animation, le premier de studios Disney, réalisé par David Hand et sorti en 1937. En plus d'être le premier long-métrage d'animation des studios Disney, il est également le premier à être à la fois sonore et en couleurs, et le premier américain à sortir à Hollywood, avec un budget conséquent. Bref, le premier à bénéficier d'une campagne de promotion au même titre que les grands films hollywoodiens.



Le projet est l'un si ce n'est le plus ambitieux que Walt Disney ait eu. D'abord par son budget, mais aussi car le studio à ce moment là ne réalisait que des courts-métrages comme Les Trois Petits Cochons qui rapportaient suffisamment d'argent pour se rembourser mais guère plus. Par ailleurs Disney souhaitait plus de libertés et de temps pour bien raconter ses histoires et développer ses personnages, ce que le format court ne permettait pas. Déjà très admirateur du conte depuis son enfance, Walt Disney, de l'aveu même de ses collaborateurs, se montrait très excité par le projet, l'ayant par ailleurs présenté en mimant et jouant lui-même tous les personnages -dont les nains.



Le film entre en production en 1934 et personne ne croit au projet, tellement l'idée semble folle. Certains disent que les spectateurs s'ennuieront et quitteront la salle lassés des gags. Mais les animateurs fournissent un travail considérable. Walt Disney ouvre des recrutements pour les animateurs sortant des écoles et à la recherche de travail. Si l'animation des animaux ou des nains, qui ne sont pas humains, ne pose pas tant de problèmes de réalismes, ce n'est pas le cas des humains qui doivent répondre à une logique de mouvement bien connue des spectateurs. Les studios utilisent alors le procédé de rotoscopie pour Blanche Neige principalement mas également le prince afin de coller au mieux à l'attitude humaine.



Le scénario du film s'éloigne fortement du conte originel. En effet afin d'ne faire un long-métrage, certains éléments doivent être ajoutés et d'autres, jugés guère nécessaires, supprimés; C'est ainsi le cas des différentes tentatives du Chasseur pour tuer Blanche Neige, réduite à une seule dans le film. En revanche les nains sont individualisés et nommés, ce qui n'est pas le cas dans le conte. On peut également compter la rencontre entre Blanche Neige et le prince, qui ne se fait pas avant la fin dans le conte, mais qui ici devient le sujet d'une scène, durant laquelle Blanche Neige entame une chanson qui deviendra une constante chez Disney, à savoir la chanson expliquant les rêves et souhaits du personnage principal.



Blanche Neige est aujourd'hui sous le feu des critiques féministes qui lui reprochent d'être une princesse potiche et l'idéal féminin tel qu'il était considéré dans les années 1930. Il est assez difficile d'aller contre cette critique, les principales qualités de Blanche Neige étant celle d'une ménagère, qui "siffle en travaillant", et non à l'usine ou ailleurs mais bel et bien à la maison à passer le balai. Si l'éloge de la condition de la femme au foyer est indéniable, le côté potiche en revanche ne m'a jamais effleuré. Là où Aurore pourrait être qualifiée ainsi, ou même Cendrillon, qui n'a de talent que pour tisser une robe, le reste lui arrivant dessus sans qu'elle n'y soit pour rien, Blanche Neige elle, plus encore que de se comporter comme une ménagère, se comporte aussi et surtout comme une adulte responsable, et même en réalité une mère. C'est toujours assez sexiste il est vrai, mais reste qu'elle s'occupe des nains, non pas en étant uniquement leur bonniche, mais leur maîtresse, leur donnant des ordres et leur disant quoi faire. Et ils sont sept. J'ai toujours vu Blanche Neige comme une jeune fille de seize ans faisant déjà preuve de maturité en ayant la même quantité de travail qu'une mère célibataire avec sept enfants. Donc bon, la traiter de potiche, si elle peut certes sembler naïve, il faut tout de même pas exagérer. Et puis du reste, sa liaison avec la nature, presque magique, lui donne une dimension tout à fait autre qu'être une simple princesse dont la seule qualité serait d'être jolie.



Les nains quant à eux sont tous personnalisés et différents, amenant avec eux tout le comique du film, qui sans eux serait tout de même bien sombre. Ce n'est effectivement pas le château de la Reine, sa terrifiante scène de transformation, où la fuite de Blanche Neige dans les bois qui donneront une certaine légèreté au film... mais un nain qui fut bien plus développé que les autres c'est Grincheux, qui cache en réalité une personnalité douce et gentille derrière un masque et finalement un rôle de personne désagréable, qu'il retirera à la fin du film.



Côté méchants, si le chasseur se montre finalement plus doux qu'il ne semble aux premiers abords en refusant d'assassiner Blanche Neige, la Reine elle est clairement un être abominable. Son animation et surtout son visage est froid et terrifiant, chaque fois qu'elle ouvre ses grands yeux. La scène la plus terrifiante la concernant est bien évidemment la scène de transformation, qui n'est qui plus est pas montrée mais suggérées par le jeu des ombres et les réactions de son corbeau. Les animateurs se sont inspirés pour cette scène du film Docteur Jekyll et M. Hyde de John S. Robertson. La Reine fait également montre d'une absence totale de moralité, puisqu'elle est prête à tuer uniquement pour être la plus belle. Sa mort est tout aussi mémorable que son personnage, puisqu'elle finit dans un ravin, deux corbeaux à l'aspect malsain se dirigeant vers elle.



Les musiques sont extrêmement soignées. Elles soulignent parfaitement ce qui se passe à l'écran, malsaines et effroyables quand la Reine apparaît, joyeuses en présence des nains, tristes lorsque Blanche Neige est endormie. Quant aux chansons elles sont toujours aussi agréables à entendre et pour certaines sont devenues parmi les plus cultes de tout le répertoire Disney.



Le film sort en 1937 est devient un succès phénoménal. Outre son succès financier il est considéré aujourd'hui comme l'un des films les plus importants de l'histoire du cinéma, une véritable référence dans le cinéma d'animation, dont le succès convaincra beaucoup de studios à se lancer dans ce domaine par ailleurs. Tolkien lui-même, en grand connaisseur du folklore germanique qu'il était, l'aura vu, même si son avis sur le film ne fut guère flatteur. Autre petite tâche noire au tableau, Blanche Neige et les sept nains devient le film préféré d'Adolf Hitler, qui verra dans l'affreuse sorcière l'archétype du juif et dans les héros l'éloge de la race aryenne, le tout qui plus est inspiré d'un conte des Frères Grimm, qui ont crée une véritable identité nationale de par leur oeuvre. Fort heureusement le film, si il est clairement sexiste et ancré dans son époque de part le rôle de la femme qu'il véhicule, n'est rien de tout cela. Pour moi il s'agit tout simplement du meilleur film d'animation Disney qui existe.


Re: Blanche Neige et les sept nains

Posté : dim. juin 02, 2019 5:10 pm
par SauronGorthaur
Autre petite tâche noire au tableau, Blanche Neige et les sept nains devient le film préféré d'Adolf Hitler

C'est pas de la faute du film si Hitler l'a aimé, je trouve ça chiant ce genre de trucs "oh Hitler a aimé, c'est pas bien, on va interdire/critiquer" etc. Hitler aimait boire de l'eau, c'est un point noir pour l'eau? :xxd:

Bref autrement, le film est un "grand" classique de Disney, il est bien, il est archi-culte, mais il a hyper, hyper mal vieillit - surtout Blanche-Neige elle-même en fait. Les Nains, c'est culte désormais, même si on est quand même assez loin du Nain mythologique :lol: C'est ma vision première des Nains en fait.
L'histoire est très proche du conte d'origine, la mise en scène par contre très cucul la praline, je comprend parfaitement les critiques féministes -même si elles sont parfois excessives, le coup de "c'est la boniche des Nains" est un peu excessif et atténué, contrairement au conte, par le fait que Blanche-Neige est en mode "je vais vous apprendre ce que c'est que la propreté" et que les Nains subissent - on est à des kilomètres des personnages féminins actuels de Disney .

Re: Blanche Neige et les sept nains

Posté : dim. juin 02, 2019 5:26 pm
par Náin
SauronGorthaur a écrit :C'est pas de la faute du film si Hitler l'a aimé

Oui ce que je voulais dire c'est que ça joue pas en faveur du film. C'est comme quand un politique se trimballe le soutien d'un boulet quoi, c'est pas de sa faute mais ça fait chier de l'avoir quand même


SauronGorthaur a écrit :Bref autrement, le film est un "grand" classique de Disney, il est bien, il est archi-culte, mais il a hyper, hyper mal vieillit

pas en ce qui concerne l'animation. Et même sans ça je trouve pas qu'il ait si mal vieillit que ça. Le caractère sexiste de Blanche Neige c'est les années 30 ok mais en dehors de ça il n'y a rien qui ait si mal vieillit.

Re: Blanche Neige et les sept nains

Posté : ven. juin 07, 2019 1:54 pm
par Scarabéaware
Pour ce qui est du fait qu'il est devenu le film préféré de Hitler c'est sur que ça fait tâche mais disons que c'est surtout malencontreux et après on peut dire que ça ne regarde que lui à ce que taré comme il était il ait eu sa vision profondément merdique produisant cette adoration malsaine. C'est à préciser pour info mais après c'est pas pour autant qu'il faut fustiger le film, le coupable c'est le grand dérangé :siffle:.

Sinon quand tu évoques qu'il est sous le feu des critiques féministes maintenant, j'ai de quoi te rejoindre dans la petite défense que tu fais :jap:. Après tout elle est très responsable pour son âge, elle a de la maturité et puis ça renvoie l'image de la femme au foyer célibataire qui doit s'occuper de tout une marmaille et ça peut être considéré comme un véritable boulot qui nécessite beaucoup de courage, on peut saluer toutes ces mères au foyer qui font énormément avec toute la valeur que ça et être loin d'être dénigrant. On peut même dire que y a pas beaucoup d'hommes qui pourraient en être capable :mdr:. Enfin bref, on a de quoi être d'accord.

A part ça bon voila ça de quoi rester un excellent film d'animation, le tout premier de Disney qu'on peut toujours dire qu'il a vieilli et encore, ça reste avec un charme tout particulier qui fait toute sa magie.

Déjà très admirateur du conte depuis son enfance, Walt Disney, de l'aveu même de ses collaborateurs, se montrait très excité par le projet, l'ayant par ailleurs présenté en mimant et jouant lui-même tous les personnages -dont les nains.


Autrement dommage qu'à l'époque c'était pas à tout filmer les préparatifs et tout, mais ça devait être assez cocasse de le voir faire les imitations, le truc qu'on aimerait bien voir à travers des images d'archives s'il y en avait :lol:.

Bon pis Tolkien qui n'aura pas aimé, on a des traces de la critique qu'il a pu en faire ? :mrgreen:. C'est à partir de là que ça détestation pour Disney à commencé ou c'était déjà un peu le cas avant ?

Re: Blanche Neige et les sept nains

Posté : ven. juin 07, 2019 2:10 pm
par Náin
Scarabéaware a écrit :
Sinon quand tu évoques qu'il est sous le feu des critiques féministes maintenant, j'ai de quoi te rejoindre dans la petite défense que tu fais :jap:.


Oui après je ne dis pas que le film n'est pas sexiste au contraire. C'est juste l'aspect potiche que je rejette.

Scarabéaware a écrit :Bon pis Tolkien qui n'aura pas aimé, on a des traces de la critique qu'il a pu en faire ? :mrgreen:.

Non mais les premières lettres où il fustige Disney datent de 1937, date de la sortie de Blanche Neige. J'ai vu sur un débat sur Tolkiendil qu'il y serait allé avec Lewis mais on en est pas certains. Mais il l'a vu ça c'est sûr.

Re: Blanche Neige et les sept nains

Posté : ven. juin 07, 2019 2:14 pm
par Scarabéaware
Bien sur on peut pas non plus rejeter le côté sexiste indéniable mais y a pas à fustiger comme peuvent le faire les féministes c'est à nuancer.

Sinon d'accord, faudra que je vois un peu ça.