Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Sujets sur les dessins animés, mangas, films d'animation (Hors Saint Seiya)
yoko
caveau d'Hadès
caveau d'Hadès
Avatar du membre
Messages : 5403
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar yoko » mer. avr. 11, 2018 11:15 am

Décidément cet éditeur publie de très bon titre dans leur collection Latitudes et qui mérite que l'on s'y attarde, Underwater de URUSHIBARA Yuki, édité au Japon en 2009 terminé en 2 tomes, un récit poétique porté par un dessin délicat.

Synopsis :

Par un été étouffant, alors que d’importantes restrictions d’eau frappent le Japon, la jeune Chinami s’évanouit pendant un entraînement d’athlétisme. Mais lorsque la collégienne se réveille, elle se trouve sur les berges idylliques d’une rivière aux eaux cristallines.

Autour d’elle, un village paisible, où seuls vivent encore un vieil homme et un petit garçon. Ce lieu mystérieux, qui lui semble étrangement familier, va petit à petit lui livrer ses nombreux secrets…


ImageImage

Image

Image

Image

Pour en savoir plus : https://www.journaldujapon.com/2016/01/ ... n-village/
Image

"Les intellectuels en France détestent le libéralisme parce que dans un régime libéral, ils seraient payés en fonction de leur valeur" Raymond Boudon

"Ne pas être anarchiste à 16 ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de tête" G.Bernard Shaw

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 283550
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar phoenlx » mer. avr. 11, 2018 11:16 am

ça a l'air sacrément beau encore niveau dessins et ambiances ! :o
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

yoko
caveau d'Hadès
caveau d'Hadès
Avatar du membre
Messages : 5403
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar yoko » mer. avr. 11, 2018 11:25 am

Oui je les ai vu en librairie en occasion mais je ne les ai pas pris, je le regrette maintenant
Image

"Les intellectuels en France détestent le libéralisme parce que dans un régime libéral, ils seraient payés en fonction de leur valeur" Raymond Boudon

"Ne pas être anarchiste à 16 ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de tête" G.Bernard Shaw

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 283550
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar phoenlx » mer. avr. 11, 2018 11:30 am

Je crois que c'est le genre d'ambiances qui pourraient me plaire aussi, je le vois tout de suite au trait, aux paysages, au parfum évoqué
Il y a presqu'un petit côté "terrence malick" (le cinéaste :mrgreen: ) dans le rapport à la nature, à la verdure et à la contemplation, j'aime bien ce type d'histoires (bon après, à voir si le scénario tient aussi la route mais en ce moment j'aime me laisser porter par des atmosphères, être un peu en roue libre, le scénario c'est une chose mais c'est pas tout dans une oeuvre, certains font d'ailleurs trop une fixette sur ça, sans voir que la saveur d'une oeuvre que ce soit un manga, un film, un anime c'est aussi tout le reste, c'est l'ambiance véhiculée, la beauté des images, des musiques éventuellement, les sons, les sensations, les voix, émotions véhiculées par la personnalité des personnages ..)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

yoko
caveau d'Hadès
caveau d'Hadès
Avatar du membre
Messages : 5403
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar yoko » mer. avr. 11, 2018 11:32 am

Déjà graphiquement c'est superbe et puis 2 tomes ça va, c'est pas une série longue, quoique si ça plait on en voudrait un peu plus :mdr:
Image

"Les intellectuels en France détestent le libéralisme parce que dans un régime libéral, ils seraient payés en fonction de leur valeur" Raymond Boudon

"Ne pas être anarchiste à 16 ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de tête" G.Bernard Shaw

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 283550
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar phoenlx » mer. avr. 11, 2018 11:35 am

Deux tomes en ce moment c'est le genre de mangas qui me conviennent à merveilles, mon porte monnaie apprécie moins les oeuvres longues, et mes étagères craquent :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

yoko
caveau d'Hadès
caveau d'Hadès
Avatar du membre
Messages : 5403
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar yoko » mer. avr. 11, 2018 11:44 am

Oui ça c'est le problème, j'ai pleins de trucs à rattraper mais je préfère attendre, ça devient difficile d'avoir une passion :mdr:
Image

"Les intellectuels en France détestent le libéralisme parce que dans un régime libéral, ils seraient payés en fonction de leur valeur" Raymond Boudon

"Ne pas être anarchiste à 16 ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de tête" G.Bernard Shaw

Scarabéaware
Parmi les étoiles
Parmi les étoiles
Avatar du membre
Messages : 74399
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar Scarabéaware » mer. avr. 11, 2018 10:04 pm

phoenlx a écrit :Je crois que c'est le genre d'ambiances qui pourraient me plaire aussi, je le vois tout de suite au trait, aux paysages, au parfum évoqué
Il y a presqu'un petit côté "terrence malick" (le cinéaste :mrgreen: ) dans le rapport à la nature, à la verdure et à la contemplation, j'aime bien ce type d'histoires (bon après, à voir si le scénario tient aussi la route mais en ce moment j'aime me laisser porter par des atmosphères, être un peu en roue libre, le scénario c'est une chose mais c'est pas tout dans une oeuvre, certains font d'ailleurs trop une fixette sur ça, sans voir que la saveur d'une oeuvre que ce soit un manga, un film, un anime c'est aussi tout le reste, c'est l'ambiance véhiculée, la beauté des images, des musiques éventuellement, les sons, les sensations, les voix, émotions véhiculées par la personnalité des personnages ..)


Oui je crois que pour le côté Malickien on a de quoi être d'accord, après là nous avons la part de rêve visiblement, mais bon on pourrait dire que c'est du rêve Malickien même s'il n'exploite pas le rêve, enfin il nous fait rêver par contre :mdr:. Bref, on se comprend, m'enfin voila, dans le style et avec ce que ça suggère on a de quoi se prendre un bon petit bain avec cette histoire visiblement. Enfin à voir bien sur, mais ça inspire.
Sinon vis à vis du scénario on est d'accord qu'il ne fait pas forcément tout et qu'il y a également tout le reste dont tu parles :mrgreen: :jap:.

Bref, pour Underwater là c'est du beau et du chatoyant avec ce qu'on aperçoit, de quoi attirer.

yoko
caveau d'Hadès
caveau d'Hadès
Avatar du membre
Messages : 5403
Enregistré le : mer. juil. 19, 2017 9:53 am
Gender :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar yoko » jeu. avr. 19, 2018 5:05 pm

Quand je pense que les deux tomes étaient en occasion chez le libraire mais j'ai tourné autour pendant longtemps mais je ne les ai pas pris, quelle misère :pff:
Image

"Les intellectuels en France détestent le libéralisme parce que dans un régime libéral, ils seraient payés en fonction de leur valeur" Raymond Boudon

"Ne pas être anarchiste à 16 ans, c'est manquer de cœur. L'être encore à quarante ans, c'est manquer de tête" G.Bernard Shaw

Scarabéaware
Parmi les étoiles
Parmi les étoiles
Avatar du membre
Messages : 74399
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar Scarabéaware » jeu. avr. 19, 2018 7:26 pm

Bah allez, l'occasion reviendra peut être :mdr:

Meleor
Maison du Bélier
Maison du Bélier
Avatar du membre
Messages : 7042
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar Meleor » jeu. avr. 19, 2018 7:41 pm

Entre Le Voyage de Chihiro et Quartier lointain, plusieurs générations de personnages tissent une histoire à l'ambiance unique
Par un été étouffant, alors que d'importantes restrictions d'eau frappent le Japon, une collégienne s'évanouit pendant un entraînement d'athlétisme. La jeune Chinami se réveille sur les berges idylliques d'une rivière aux eaux cristallines.
Autour d'elle, un village paisible, où seuls vivent encore un vieil homme et un petit garçon. Ce lieu mystérieux, qui lui semble étrangement familier, va petit à petit lui livrer ses nombreux secrets...
La plume légère et aérienne de Yuki Urushibara, déjà auteur du très remarqué Mushishi, nous dépeint un monde onirique et peuplé de fantômes du passé. Dans ce récit à mi-chemin entre Le Voyage de Chihiro et Quartier lointain, plusieurs générations de personnages tissent une histoire à l'ambiance unique, entre rêve et réalité.


La présentation d'Amazon m'a attiré sur un point notable me faisant m'intéresser plus particulièrement à ce titre: c'est de l'auteur de Mushishi. Donc vu le prix de 15 euro le tome j'attendrais sans doute d'avoir vu mon BR de la saison 1 de Mushishi!

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 283550
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar phoenlx » jeu. avr. 19, 2018 8:41 pm

Ah oui Mushishi de ce que j'avais pu voir c'était pas mal comme anime
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
Maison du Bélier
Maison du Bélier
Avatar du membre
Messages : 7042
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Underwater de URUSHIBARA Yuki - Editions KI-OON

Messagepar Meleor » jeu. avr. 19, 2018 8:45 pm

Des critiques de Manganews:

Revue de presse:

Critique 1

Ki-oon, bien qu'étant un éditeur ayant un catalogue de plus en plus fourni, trie les titres qu'il propose aux lecteurs avec soin, et ce nouveau titre qui sort dans sa sublime collection « Latitudes », ne déroge pas à la règle !
Le simple fait d'observer la couverture, qui bénéficie d'un remarquable travail de l'éditeur, nous laisse à penser que nous allons pouvoir profiter d'une belle histoire, à la fois douce et reposante, un magnifique appel à venir découvrir son contenu !

L'auteure n'est pas forcément inconnue des lecteurs, bien que peu prolifique : elle est celle qui nous a permis de découvrir Mushishi, titre déjà envoûtant et empli de magie. A partir de là, on s'attend forcément à quelque chose dans la même veine, dans le même esprit...nous ne serons pas déçus !
Deux tomes seulement suffiront pour s’imprégner de cette belle histoire, courte, mais forte, véhiculant de nombreuses émotions !

Le Japon connaît une période de sécheresse importante, à tel point que la consommation d'eau est contrôlée. Pour Chinami qui est inscrite au club de natation, c'est un calvaire ! La piscine étant vide, pas moyen de s’entraîner correctement. Elle doit se contenter de faire des tours de terrain avec ses camarades sous la surveillance de leur entraîneur. Mais par une telle chaleur, un tel effort provoque un malaise chez la jeune fille qui perd conscience. Lorsqu'elle se réveille, elle n'est plus sur le terrain de course, mais au bord d'un lac à l'eau cristalline. La tentation est trop forte, elle plonge...pour se réveiller sous la surveillance de ses camarades et de son entraîneur, inquiets pour elle… Sans doute était-ce un rêve.
Pourtant lorsqu'elle se rendort, elle retourne au bord de ce lac… Elle y fait la connaissance d'un jeune garçon prénommé Sumio qui sort de ce même lac. Il va l'emmener chez lui pour qu'elle fasse la connaissance de son père, un vieil homme du nom de Tatsumi. Après quelques allers-retours entre les deux mondes, le sien, son monde réel, et le monde de Sumio, sans doute un monde onirique, un monde dans lequel la pluie ne cesse jamais, elle va se rendre compte que le garçon et son père sont les derniers habitants du paisible village dans lequel ils se trouvent. Et pourtant des voix se font entendre...sans doute des fantômes.
Chinami va raconter ses étranges aventures à sa mère et à sa grand-mère, ce qui va provoquer des réactions étranges chez ces deux dernières… Elles semblent avoir connu le village ainsi que leurs deux habitants, mais à une autre époque !

Impossible d'en dire davantage sans réduire à néant les efforts de l'auteure pour nous plonger dans son univers onirique et fantasmatique. En effet cette histoire n'est au final pas que celle de Chinami, ce n'est d'ailleurs pas la sienne, elle ne sera au final qu'un élément déclencheur pour nous plonger dans le passé de ce fameux mystérieux village qui a réellement existé, mais dans un autre temps, un autre lieu…
Le personnage principal de ce récit n'est ni Chinami, ni sa mère, sa grand-mère, Sumio ou Tatsumi, le véritable rassembleur de tous ces personnages c'est le village, au centre de toutes les préoccupations, de tous les souvenirs, de tous les questionnements. Ce même village qui est porteur de légendes, celles du dieu Dragon qui protège le village et sa descendance, mais qui peut aussi le condamner à un fléau contre lequel il n'y a rien à faire.
Ce sont plusieurs générations que ce village va raconter, comment ils se sont aimés, comment ils se sont séparés, leurs bonheurs, leurs souffrances...tout cela le village l'a vu, l'a vécu, et au centre de ce village, le catalyseur de tout ce qui anime le récit : la cascade que voit Chinami lorsqu'elle apparaît pour la première fois dans ce monde, cette même cascade dont va sortir Sumio, cette même cascade qui fascine et qui effraie…
Et c'est notamment ce sentiment ambivalent que l'auteure va s'efforcer de raconter au cours de son récit, dans lequel chaque chapitre apporte un regard différent, un éclaircissement sur l'ensemble, et ce peu importe si la logique temporelle n'est pas respectée. On commence à notre époque (du moins on le suppose), pour enchaîner sur une époque plus lointaine, celle de la Seconde Guerre mondiale avant de revenir quelques années en arrière par rapport au présent… Cela peut sembler confus, pourtant tout est lié, tout s'imbrique.

Bien entendu l'élément au centre du récit, outre le village, c'est, comme le titre le laisse imaginer, l'eau ! Dans le monde réel, elle vient à manquer, rendant la vie pénible, dans le monde onirique, elle est omniprésente, elle tombe sans arrêt, et pourtant, si ce monde se présente comme plus paisible, il est dépeuplé...l'eau apporte la quiétude, mais pas la vie.
Dans le récit du passé elle est également au centre de toutes les préoccupations, et là encore bien qu'apaisante elle est source de mort et de malheur… Et pourtant toute la beauté du récit est là !

Parce que même si le choix de narration de l'auteure peut s'avérer confus (les changements temporels se font parfois sans transition visible, on peut alors mettre un peu de temps à savoir qui sont les personnages présents et quels liens ils ont avec ceux déjà apparus), ce titre est véritablement beau, dans le sens le plus pur du terme.
Il s'en dégage une ambiance apaisante, douce, et surtout envoûtante. Le contraste entre les deux mondes est d'ailleurs flagrant. Le monde réel est étouffant et surpeuplé, alors que le monde onirique est calme et tranquille. Et c'est clairement ce qui domine sur l'ensemble du volume. Mais il se montre également triste, et ce à plusieurs reprises, et là encore l'eau est partout, dans le décor et dans les larmes.

Le travail de l'éditeur est une nouvelle fois de grande qualité, rien que le travail sur la couverture est remarquable, avec ce relief agréable au toucher et renforçant le sentiment d'immersion...dans le récit, mais également sous l'eau.
L'adaptation est de qualité et on apprécie les traductions sans failles.

Bien qu'un peu confus, ce premier tome est absolument renversant et on plonge dans ce récit les yeux fermés pour baigner dans une ambiance apaisante !

Critique 2

Depuis la fin du superbe Mushishi en 2009, nous avions un peu perdu de vue Yûki Urushibara. Il faut dire que la mangaka n'est pas parmi les plus prolifiques : depuis la conclusion de Mushishi en 2008 au Japon, et avant le retour de sa série phare en 2014 via de nouveaux récits, elle n'a signé qu'une seule autre série, à savoir Suiiki, un titre en deux tomes prépubliés de 2009 à 2011, et que les éditions Ki-oon nous proposent ici de découvrir dans leur collection Latitudes sous le nom Underwater - Le Village immergé !

Un retour de l'auteure en France que l'on a longtemps espéré, et qui attire l'oeil dès le regard posé sur l'édition : grand format, couverture en embossage (reliefs/creux) dont les formes rappellent de l'eau, couleurs douces et hypnotiques, premières pages en couleur saisissantes... Couplés à une excellente traduction et à une très bonne qualité d'impression, il y a tout pour que l'on se laisse prendre par le nouveau récit paisible et poétique de l'auteure...

Ce récit, c'est en premier lieu celui de Chinami. Dans un Japon en proie à de très strictes restrictions d'eau, l'athlétique adolescente s'évanouit pendant un entraînement. Quand elle se réveille, elle semble néanmoins très loin de chez elle, sur les berges d'une rivière à l'eau très pure et attirante. Pour elle qui a à peine le droit de prendre des bains à cause des restrictions d'eau, ce lieu est aussi étrange que fascinant, et il est trop tentant de se baigner dans l'eau cristalline qui l'entoure. Mais une interrogation est forcément en elle : que fait-elle là ? S'agit-il d'un rêve ? Elle n'a pas trop le temps de se questionner, car son monde réel et contemporain finit par la rappeler.
Mais Chinami aura rapidement la sensation voire la confirmation qu'il ne s'agit pas d'un simple rêve, car dès que ses yeux se ferment, la voici replongée dans ce cadre naturel idyllique, dont elle va pouvoir découvrir toutes les richesses. En parcourant les lieux, elle finit par tomber sur un petit village, qui semble avoir été totalement déserté, sauf par deux personnes : Sumio, un mystérieux garçon de son âge, et un vieil homme du nom de Tatsumi avec lequel il vit. Elle prend contact avec, tout en se demandant toujours où elle est, et qui ces deux garçons peuvent bien être.
Mais son étrange et fascinante expérience de cet "autre monde" n'est que le point de départ de tout. Car en évoquant son rêve à ses parents et à sa grand-mère, Chinami va réveiller en eux les souvenirs secrets du passé...

Il paraît difficile d'en raconter plus sur l'histoire sans en dire trop. Car à partir de la "visite" de Chinami dans ce village, et de sa rencontre avec Sumio et Tatsumi, Urushibara va développer un récit où la découverte captivante de ce cadre va laisser place à une histoire familiale ancestrale aux élans dramatiques, où toutes les générations vont s'entrecroiser. Personnages du présent et du passé se mêlent, en même temps qu'époque moderne se mêle au lieu qui semble hors du temps, que le rêve se mêle à la réalité, et que le surnaturel fascinant de ce lieu et de mythes comme le dragon Ryujin se mêle au dur réalisme qui attend le village. Et la mangaka mène à merveille sa barque, tant tout s'entrecroise sans jamais choquer, tant les différentes facettes de son oeuvre sont bien intégrées pour narrer une histoire qui laisse difficilement de marbre.

Il faut dire de Yûki Urushibara qu'elle a sa patte visuelle pour elle. Déjà fascinante dans Mushishi, elle l'est à nouveau ici. Son trait fin, ses nuances de gris, son utilisation intelligente des trames, son souci du détail sur les décors sont autant d'éléments qui accrochent le lecteur pour mieux le plonger à la découverte de ce village, de son environnement, et de son histoire. On retrouve le goût de l'auteure pour les détails à l'atmosphère à la fois mystérieuse et paisible, voire relaxante, comme les dessins de l'herbe ou des feuilles bruissant au gré du vent, de l'eau de la rivière et de la cascade qui attirent irrémédiablement, de ce village typique avec son vieux pont... Les lieux emblématiques, comme cette cascade qui semble cacher bien des secrets et des légendes, ou ce vieux pont, ressortent parfaitement et semblent constamment attirer les personnages et les lecteurs.
Exactement comme dans Mushishi, Urushibara se fait presque naturaliste dans sa manière dé dépeindre tout l'univers qui entoure ses personnages, et dans sa façon dont ce cadre naturel possède une influence forte sur les hommes qu'il accueille. Cela rappelle notamment les oeuvres de Daisuke Igarashi, dont Urushibara semble avoir été très imprégnée.
Un élément naturel, plus que tous les autres, témoigne parfaitement de cette impression : l'eau, évidemment. A une époque où notre héroïne connaît de fortes restrictions d'eau au point de ne pas pouvoir prendre de bain comme elle le veut, son arrivée au bord de la rivière est salvatrice et nous rappelle à quel point cette eau a de la valeur pour la vie. L'eau sera ensuite omniprésente, notamment via la cascade, théâtre de nombre d'événements. Même bien qu'elle soit source de vie, cette eau peut être aussi source de disparition, que ce soit concernant les hommes, ou concernant le village lui-même...

En somme, le retour d'Urushibara dans nos contrées ne déçoit aucunement et captive dès les premières pages. L'auteure écoule son récit avec maestria, nous invitant à y plonger au plus profond. Laissez-vous donc immerger, vous ne devriez pas le regretter.
(Critique de www.manga-news.com)


Retourner vers « Mangas, Japanimation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités