Yoshihiro Togashi

Sujets sur les dessins animés, films d'animation et les mangas (et diverses BD asiatiques)
Ici sont abordés la japanimation au sens large et les sujets reliés : musiques d'animes, mangakas, etc. Plusieurs univers (ci-dessous) sont mis à l'honneur avec des grosses sections dédiées :
Meleor
divinité apprentie
divinité apprentie
Avatar du membre
Messages : 8163
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Yoshihiro Togashi

Messagepar Meleor » sam. janv. 19, 2019 9:53 am

Image

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yoshihiro_Togashi

Yoshihiro Togashi (冨樫 義博, Togashi Yoshihiro?) est un mangaka japonais né le 27 avril 1966 dans la préfecture de Yamanashi.


Biographie:

À 21 ans, il remporte le 34e prix Tezuka avec Buttobi Straight. Après quoi, il intègre le magazine Weekly Shōnen Jump et publie son premier manga, Tonda Birthday Present, en 1988. Pendant deux ans, il dessine plusieurs histoires courtes publiées en 1989 dans Ōkami nante kowakunai!! puis il crée une série en quatre tomes, Tende shōwaru kyūpiddo, entre 1989 et 1990.
En 1990, il commence sa première longue série, Yū Yū Hakusho, qui sera son premier véritable succès et se verra même adapté en anime. La série se termine en 1994 au bout de 19 volumes et le prix Shōgakukan dans la catégorie Shōnen. Togashi commence une nouvelle série, Level E, six mois plus tard. Cette série de trois volumes a la particularité d'être entièrement conçue par Togashi, sans l'aide d'assistants. Elle est adaptée en série d'animation en 2011 par les studios Pierrot et David Production.
En 1998, il revient avec une nouvelle série, Hunter × Hunter, qui connait très vite un immense succès autant au Japon qu'à l'étranger et devient une référence du genre shōnen. Cette série connaît une première adaptation en série d'animation par Nippon Animation entre 1999 et 2001, suivi par plusieurs séries d'OAV. Une seconde série télévisée par Madhouse a été diffusée entre 20112 et 2014, et deux films d'animation ont également été produits. En décembre 2013, la série compte trente-deux volumes reliés. À partir de 2006, le rythme de parution de la série est devenu fluctuant.
Il se marie en janvier 1999 avec Naoko Takeuchi, mangaka connue notamment pour son œuvre Sailor Moon. Il a mentionné ce mariage dans le 5e tome de Hunter × Hunter. Il annonce la naissance de son premier fils dans le tome 11, puis de son second enfant dans le tome 27.


Œuvres:

1989 : Ōkami nante kowakunai!! (terminé)
1989-1990 : Tende shōwaru kyūpiddo (terminé)
1990-1994 : Yū Yū Hakusho (terminé)

Image

1995-1997 : Level E (terminé)

Image


1998 : Hunter × Hunter (en cours)

Image





Meleor
divinité apprentie
divinité apprentie
Avatar du membre
Messages : 8163
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Yoshihiro Togashi

Messagepar Meleor » sam. janv. 19, 2019 10:22 am

Article d'Animeland:


https://animeland.fr/dossier/yoshihiro-togashi/


Par Bruno de la Cruz le 18 avril 2016
Personnalité de la semaine

Yoshihiro Togashi est un mangaka né le 27 avril 1966, rendu célèbre par 2 titres shônen, Yû Yû Hakusho et Hunter x Hunter. A noter qu’il est aussi le mari de Naoko Takeuchi, célèbre mangaka de Sailor Moon.


Yoshihiro Togashi est, sans discussion possible, un artiste en marge du marché manga tant son profil est unique. Avec un prix Tezuka dans la poche à 20 ans, Togashi ne tergiversera pas beaucoup avant de se forger une renommée dans le milieu. Après une poignée d’histoires courtes, c’est en 1990 que tout commence véritablement pour lui, avec la publication de Yû Yû Hakusho (Shûeisha), un shônen qui a marqué toute une génération de lecteurs.
Narrant les périples de Yûsuke Urameshi, petit voyou au grand cœur, Yû Yû Hakusho s’étend sur 19 tomes, tous parus en France chez Kana. Teinté de fantastique, le titre qui devait d’abord s’orienter vers une gentille histoire d’enquêtes paranormales s’est transformé en un shônen plus électrique où les combats font rage. Un changement assez brutal qui s’explique par des décisions éditoriales, désireuses de profiter jusqu’au bout du talent de l’auteur. Péniblement, Togashi ira jusqu’au bout de son histoire : “La seule manière de se débarrasser d’un personnage était de lui faire répéter les mêmes aventures jusqu’à la lassitude du lecteur. Je n’avais plus la force de continuer. Ainsi, j’ai décidé que si j’étais capable de faire une longue série dans le Jump, je pouvais la finir comme je le souhaitais” (1).

ImageNous avons tous fait ce geste dans la cour de récré

ImageHisoka – Gon, toute une histoire !

Pour l’artiste, cette expérience servira d’électrochoc et c’est avec Hunter x Hunter, en 1998, qu’il va dévoiler toute sa folie créatrice. Plus que jamais, le mangaka fera ce que bon lui semble. Entre une santé fragile et son bon vouloir, l’artiste accuse près de 2 ans de pauses cumulées ! Heureusement pour son éditeur, sa nouvelle série s’est vendue à plus de 50 millions de tomes. Et pour cause, Hunter x Hunter est un petit bijoux à décortiquer. Passant d’un shônen violent (et parfois carrément tordu, n’est-ce pas Hisoka ?) à un jeu de RPG cérébral en quelques planches, l’histoire s’affranchit de toute contrainte pour naviguer selon le bon vouloir de son auteur. Un style très libre qui offre une fraîcheur récurrente au titre, mais qui peut aussi s’avérer déroutant : une analyse de fond qui pourrait être la même sur la forme puisque Togashi passe d’une planche magistralement pensée à une page dessinée par-dessus la jambe… Déroutant, on vous dit !
Reste que l’auteur demeure fascinant. Par ses choix scénaristiques et son imagination débordante, le mangaka s’amuse à briser les codes du shônen. Voir des subalternes de bas étages profiter de l’amnésie du grand méchant pour le tromper n’est pas surprenant avec Togashi. Et si vous vous vous attendiez à voir ce même super boss affronter nos héros dans un puissant combat, vous tomberez de votre chaise en apprenant qu’il meurt tout en douceur après une partie d’échec perdue ! Yoshihiro Togashi, c’est ça. Il est au-dessus de toute règle, et fait ce qu’il veut, que ça nous plaise ou non.


Yoshihiro Togashi, c’est pour qui ?


Analyser de fond en comble le travail de Yoshihro Togashi prendrait plusieurs heures. Switchant d’un univers à un autre sur Hunter x Hunter (ne prononcez pas le “x” !), l’auteur offre une diversité jamais vu dans un même titre. Mais derrière cette navigation à vue se cache une volonté simple : celle de constamment surprendre le lecteur. Vous êtes prévenus.

Bibliographie sélective :

1990 : Yû Yû Hakusho (shônen fantastique) – Kana
1995 : Level-E (comédie fantastique) – Kazé Manga
1998: Hunter x Hunter (shônen fantastique) – Kana
(1) Histoire(s) du Manga Moderne, Matthieu Pinon et Laurent Lefevbre, éditions YNNIS.

Scarabéaware
Pris au piège
Pris au piège
Avatar du membre
Messages : 85844
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Yoshihiro Togashi

Messagepar Scarabéaware » sam. janv. 19, 2019 12:56 pm

Très bien de lui faire une petite mise à l'honneur lui aussi, de lui je connais bien surtout Yu Yu Hakusho, après j'ai encore jamais lu le manga mais j'avais vu l'anime :D.

Meleor
divinité apprentie
divinité apprentie
Avatar du membre
Messages : 8163
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Yoshihiro Togashi

Messagepar Meleor » sam. janv. 19, 2019 1:58 pm

Moi c'est Hunter x Hunter que j'ai vu et sinon j'ai profité de faire cette fiche pour commander le tome 1 de Yu Yu Hakusho et effet secondaire de ses histoires avec son éditeur pour ce manga qu'il a baclé car il en avait marre j'ai commandé le tome 1 de Bakuman des auteurs de Death Note qui nous décrit les coulisses du métier de mangaka et du coup de tout ça vient l'idée de repartir à Tezuka pour revenir aux sources et commencer mon cycle histoire du manga par son premier manga! Et tout ça corrélé à ma lecture d'un article sur Kurumada dans le topic présentation de Saint seiya disant que Kurumada était de la vieille école avec un dessin assez moyen mais malgré tout maitrisant bien les codes de bases de narration visuelle du manga donc idem même topo! :lol: :lol: :lol: :lol: Et puis juste avant dans cet article il disait qu'il avait repris le fait de dire le nom des attaques de Go Nagai et en fait c'est pas lié mais j'ai aussi commandé le one shot Goldorak ce matin! Par contre tu sauras dans peu de temps pourquoi ce topic et en quoi il est aussi relié à Go Nagai! Tout se recoupe! :lol: :lol: :lol: :lol:


Retourner vers « Japanimation, Mangas (et diverses BD d'Asie) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité