Next World (Osamu Tezuka, 1951)

Sujets sur les dessins animés, films d'animation et les mangas (et diverses BD asiatiques)
Ici sont abordés la japanimation au sens large et les sujets reliés : musiques d'animes, mangakas, etc. Plusieurs univers (ci-dessous) sont mis à l'honneur avec des grosses sections dédiées :
Meleor
Les elfes verts
Les elfes verts
Avatar du membre
Messages : 10705
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Next World (Osamu Tezuka, 1951)

Messagepar Meleor » ven. mai 29, 2020 7:44 pm

Image

Le Professeur Yamadano découvre sur l'île de Ferâche-Val, où sont régulièrement tenus des essais de bombardements atomiques, une étrange créature. Alors qu'il essaie d'avertir les grandes nations du danger de poursuivre ces expérimentations, les relations entre les Etats-Alliés d'Améristar et l'Union d'Uran se dégradent et la guerre éclate... L'inspecteur Moustache est sur l'affaire mais se retrouve capturé dans une usine secrète souterraine d'Uran !! Mais qui sont donc ces étranges créatures... ?Oeuvre de jeunesse de TEZUKA, premier tome du dernier volet de la trilogie de Tezuka, dans l'ordre Lost World, Metropolis et Next World. Tezuka évoque des thèmes tels que la destruction de l'humanité ou la bêtise, mais il dépeint en même temps un amour pour les humains et toutes les créatures vivantes. Travail unique, car plus de vingt personnages dans cette histoire jouent un rôle important. Cette trilogie, dont les manuscrits ont été écrits à l'époque de la dernière guerre (39/45) est l'une des oeuvres majeures de TEZUKA.


Bon j'ouvre un topic pour ce manga en deux volumes, troisième volet de la vieille trilogie SF de Tezuka nous alertant sur les dangers du nucléaire y compris de l'énergie nucléaire avec des créatures mutantes nées des essais nucléaires menaçant l'Humanité d'extinction.

A noter qu'il semble que ce soit dans ce manga que Rock Holmes perso présent dans le film Metropolis de Rintaro mais absent du manga d'origine devienne soudainement un personnage plus ambivalent avec une personnalité plus maléfique alors qu'à la base c'était le pendant de Keinichi, un autre pur héros! D'ailleurs il est présenté ainsi par Moustache, l'oncle de Keinichi, puis après avoir été enfermé dans une cage Rock change ce que fait remarquer Moustache en faisant "Ouin ouin j'ai perdu un ami!"

A noter même si j'ai pas lu le vol 2 que Rock y sera adopté par le Duc Rouge ce qui se répercute dans le film Metropolis de Rintaro ou il est le fils adoptif de ce même Duc rouge qui lui était déjà présent dans le manga Metropolis.

La critique de sceneario.com:

http://www.sceneario.com/bande-dessinee ... 10879.html

Notre avis sur l'album Tome 1

Ce n’est que quelques années après les tout premiers essais nucléaires officiels qu’est paru Next world au Japon. Osamu Tezuka se voulait-il visionnaire ? Quelles étaient les craintes des Japonais à cette époque devant les informations qu’on voulait bien leur donner, eux qui quelques temps plus tôt avaient subi les catastrophes de Hiroshima et de Nagasaki ? Quoi qu’il en soit, le mangaka signait une BD accusatrice (si pas engagée) évoquant à mots à peine couverts les Etats-Unis et l’U.R.S.S. d’alors mais aussi les problèmes liés à une utilisation hasardeuse de l’atome.

Au fil des planches de ce tome 1, la créature extraordinaire découverte sur l’île Ferâche-Val (qu’on voit apparaître très tôt dans l’histoire) s’efface au profit de la rivalité est-ouest plus longuement traitée. Next world est donc bien une bande dessinée de science-fiction mais ce volume 1 laisse encore pas mal sur leur faim les lecteurs qui auraient voulu "plus de SF". Cela dit, on en apprendra déjà beaucoup sur Rococo et sur la supériorité sur les humains qu’elle montre dans certains domaines.

Alors jeune mangaka (il avait 23 ans), Osamu Tezuka avait pour Next world un coup de crayon qui se cherchait encore (par rapport à ce qu’on a lu de lui ensuite) et dans lequel on peut trouver des similitudes avec des premiers Walt Disney (auquel on trouve au moins un clin d’œil) ou encore avec Tintin au pays des Soviets. En imaginant certains de ses personnages marcher - Notarlin, notamment - on imagine aussi des démarches et des allures qui rappellent par exemple celles de Popeye ! Avec tout ça, on sent quand même nettement poindre le style qui rendra Tezuka plus populaire par la suite, avec ses Blackjack, ses Astro, j’en passe et des meilleures...

Au niveau de l’histoire, on ne pourra pas nier qu’elle se complique assez vite dans ce tome 1. Beaucoup de choses sont à intégrer, et gare à celui qui se perd un peu dans le casting : les transitions parfois brutales ne seront pas forcément là pour l’aider ; les relations et les ressemblances entre les personnages non plus !!! Enfin, l’équilibre entre les tableaux n’est pas toujours dosé comme le lecteur pourrait le souhaiter : on aimerait par exemple suivre un peu plus Rococo. Au lieu de cela, on passe beaucoup de temps dans la base souterraine secrète de l’Union d’Uran. Quant aux scènes de guerres de la fin de ce tome 1, elles sont assez délirantes et mettraient presque à mal le sérieux qu’on pouvait sentir dans la mise en place des enjeux. M’enfin, on comprend bien qu’on est dans le parodique... et, ne l’oublions pas, dans le manga !

Next world est intéressant à plusieurs titres. Déjà parce qu’il fait partie de l’œuvre du "dieu" ou du "papa" du manga, comme beaucoup n’hésitent pas à le surnommer. Ensuite parce qu’en soi, cette BD est une archive du 9ème art, une archive dépoussiérée et remise sous les feux de la rampe par les décidément "touche-à-tout" éditions Taifu !


Par Sylvestre, le 14/11/2008


A noter que Tezuka a du sabrer une bonne partie de son manga sous la pression de son éditeur pour le limiter à 300 pages au lieu des 700 voire mille qu'il voulait!

Retourner vers « Japanimation, Mangas (et diverses BD d'Asie) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité