Fullmetal Alchemist : Brotherhood

Sujets sur les dessins animés, films d'animation et les mangas (et diverses BD asiatiques)
Ici sont abordés la japanimation au sens large et les sujets reliés : musiques d'animes, mangakas, etc. Plusieurs univers (ci-dessous) sont mis à l'honneur avec des grosses sections dédiées :
Regnak
Les silmarili
Les silmarili
Avatar du membre
Messages : 11895
Enregistré le : mer. févr. 09, 2005 4:07 pm
Localisation : dans le temple des gémeaux en train de jouer au poker avec mon frère

Fullmetal Alchemist : Brotherhood

Messagepar Regnak » dim. mai 10, 2009 7:21 pm

Note de modo : Ce topic sera consacré à la seconde série et au manga. Pour discuter de la première série et du film Conqueror of Shambala, c'est ici : http://www.les-ailes-immortelles.net/forum/viewtopic.php?f=6&t=8429&p=276737


Autant casser tout de suite l'ambiance: non ce n'est pas la saison 2 de FMA.

Mais il s'agit de l'adaptation du manga, que perso je n'ai pas lu donc me demandez pas les différences je n'en sais rien.

Apparement la première série c'était franchement éloigné du manga, et donc on reprend tout à zéro. Et puis ça fait toujours plaisir de revoir les aventures des frères Elric.

Pourquoi j'en parle? Pour la bonne et simple raison que dybex a eu la très ingénieuse idée de passer un partenariat et diffuse l'anime en vostfr sur dailymotion dans la semaine de diffusion de l'épisode au japon. C'est totalement légal et gratuit. Difficile de cracher sur une telle initiative.

Pour l'instant 5 épisodes sont dispo sur dailymotion.

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Holland March: Munich.
Jackson Healy: What?
Holland March: Guy without his balls. A Munich.
Jackson Healy: Munich, is a city in Germany, Munich. München.
Holland March: You sure?
Jackson Healy: My dad was stationed there.
Holland March: Right. Hitler only had one ball.

"Avec Mel Gibson, je jouis et je suis dégouté en même temps." Yannick Dahan

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 314732
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » dim. mai 10, 2009 9:47 pm

Je les ai pris :D Je les verrai dans la semaine !
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meikai
L'arche de l'espoir
L'arche de l'espoir
Avatar du membre
Messages : 6177
Enregistré le : dim. mars 14, 2004 12:42 am
Localisation : Là où tu n'es pas
Contact :

Messagepar Meikai » mar. mai 12, 2009 11:45 am

Yeah j'ai regardé les deux premiers épisodes aussi il y a quelques temps.

Je n'ai pas lu le manga et j'ai à peine vu la moitié de la série originale et je ne sais pas pour le peu que j'ai vu je préfère la nouvelle saison, j'accroche mieux.

Voilà des gens qui savent refaire une série plus adaptée au manga avec des nouvelles images ( quoi je vise et critique dragon ball kai ? n'importe quoi :o )
Image
Le phénix est le symbole même de l'espoir, celui qui guérit les blessures, qui libère des charges les plus lourdes, puis fatigué de vivre, il meurt puis renaît. Il chante et déploie ses ailes avec une telle force qu'il s'enflamme.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 314732
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mar. mai 12, 2009 7:46 pm

Je viens de voir le premier, c'est pas mal (belle mise en scène avec de sympatiques musiques que j'aime bien)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » lun. août 29, 2011 12:50 am

Bon, finalement, je viens de reprendre la série depuis le début. Je viens de m'enchaîner les 14 premiers épisodes dans la journée (j'ai donc dépassé le stade où j'en étais resté la première fois, c'est à dire l'épisode 11).

C'est vraiment une bonne série, mais ça ne me remue pas autant qu'un Code Geass ou un Evangelion. C'est juste sympathique à suivre (reste à voir sur la longueur si je ne vais pas m'en lasser, mais il y a un bon rythme et l'histoire n'arrête pas d'avancer).
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Chernabog
bataille contre Saturne
bataille contre Saturne
Avatar du membre
Messages : 7903
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Chernabog » ven. mars 09, 2012 12:17 pm

Le premier coffret en Blu-Ray de Brotherhood sort à la fin du mois :

http://video.fnac.com/a4088557/Brotherh ... 22-Blu-Ray

Le prix est relativement est plutôt correct donc si la qualité technique suit, je les prendrais sans hésiter !


J'ai hâte de découvrir cette seconde série, j'essayerais de ne pas trop comparer à la première mais de juste la juger en tant qu'adaptation fidèle du manga (qu'il faudrait que je relise du coup).

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » mar. juil. 24, 2012 10:24 pm

Je viens de terminer L'Etoile Sacrée de Milos. Excellent film !

Image

Tout d'abord, je précise que contrairement à Conqueror of Shamballa qui était la conclusion de la première série et qui touchait directement à la mythologie, L'Etoile Sacrée de Milos est un gaiden qui se déroule à une période non spécifiée durant la série Brotherhood.

Ensuite, les fans de Fullmetal Alchemist qui attendaient ce film comme un ultime adieu à la saga pourraient rester un peu sur leur faim. En effet, si on retrouve les fondements de l'univers et les personnages de la série, le film raconte avant tout sa propre histoire et, de ce fait, elle conçoit sa propre mythologie et ses propres personnages. Les frères Elric sont présents bien sûr, mais ils restent assez secondaires et presque spectateurs des événements. L'intrigue tourne principalement autour de Julia Crichton, la véritable héroïne du film, et des autres personnages concernés par son histoire personnelle.

Pour autant, cette histoire personnelle est directement liée à des éléments clés de la série, telle la quête de la pierre philosophale qui est au centre des enjeux du film et autour de laquelle tourne un vaste mystère concernant la cité perdue de Milos.

Le film raconte grosso-modo une histoire à la Métropolis sur fond de mythes et de croyances. Il peut se décomposer en deux parties: une qui introduit la mythologie (très travaillée) du film et la seconde qui déclenche pleinement les véritables enjeux de l'histoire.

Si elle est intéressante, la première partie met du temps à installer l'univers et elle accuse donc certaines longueurs. Cela n'est pas arrangé par le fait que le film plonge le spectateur dans une intrigue dont il ne sait au départ pas grand chose et dont les différents éléments se manifestent sans qu'on ne sache trop ce qui se passe. Le film prend pleinement son envol dès que les choses commencent à s'éclaircir et qu'on peut enfin profiter de cette histoire riche. Heureusement, cette première partie est rythmé par quelques excellentes scènes d'action.

Après cette première partie introductive, le film se déchaîne complètement dans la seconde partie qui traite pleinement des enjeux de l'intrigue. Et là, c'est un véritable festival épique qui met à l'honneur la grandeur de la toute-puissante alchimie à travers des séquences d'action à grand spectacle magnifiques au rythme frénétique et périlleux. Les alchimistes les plus puissants et la pierre philosophale réunie dans une grande bataille qui décidera du destin de la cité... et de l'avenir du monde.

Ainsi, cette histoire n'est pas sans conséquences, même si j'ignore si cela aboutira sur autre chose. Les événements du film provoquent le début d'une guerre entre deux nations et la fin reste très ouverte. Alors qu'il s'annonçait comme le dernier opus de la saga Fullmetal Alchemist, L'Etoile Sacré de Milos est-il en réalité le premier opus d'une série de films en cas de succès ? Toujours est-il que le potentiel pour créer une nouvelle grande histoire est bien là ! On peut juste regretter que les frères Elric n'étaient pas davantage au centre des enjeux de l'intrigue cette fois.

Mais le film raconte sa propre histoire, avec sa propre mythologie et ses propres personnages et, à ce titre, il n'a pas vraiment besoin de la série pour exister par lui-même. Et le film est en soi excellent, disposant par lui-même d'un véritable intérêt, bien que les fans de Fullmetal Alchemist pourront être déçus à l'idée d'un gaiden alors qu'ils s'attendaient à un ultime film d'adieu à la saga (à supposer que ce soit vraiment la fin).

Au niveau de la réalisation, rien à dire. Le film est magnifiquement réalisé et l'animation est superbe, renforcée par une Full HD utilisée à plein régime qui apporte une qualité d'image de toute beauté et qui renforce grandement la dimension spectaculaire et virtuose des combats qui sont juste à couper le souffle. Je ne regrette donc pas mon achat (la version dvd se défend et elle suffit à profiter du film, mais elle ne rend toutefois pas justice au soin apporté à la qualité de l'animation derrière. Maintenant, est-ce que cela suffit à justifier une dépense plus importante, c'est à voir, mais en tout cas je ne regrette pas).
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » ven. août 17, 2012 12:41 am

Alors, je commence mon visionnage de la saga Fullmetal Alchemist avec le premier coffret de la série Fullmetal Alchemist Brotherhood en Blu-Ray.

Image


Episode 1: L'Alchimiste Fullmetal

L'Histoire

Edward Elric, un jeune alchimiste d'état surnommé le Fullmetal Alchemist, se voit confier la mission d'arrêter Isaac McDougal, ancien alchimiste d'état qui s'est rebellé contre son propre pays, Amestris. Il est accompagné dans ses aventures par son jeune frère, Alphonse Elric, dont l'âme a été enfermée dans une armure.

Toute l'armée est à la recherche de l'alchimiste renégat dans Central, la capitale d'Amestris. King Bradley, le Führer d'Amestris, confie au colonel Roy Mustang le soin de travailler avec Edward pour le capturer.

De son côté, Isaac McDougal entend dénoncer par ses actes les atrocités commises par le Fuhrer Bradley et Mustang pendant la guerre entre Amestris et Ishbal. Pour cela, il est prêt à détruire Central par le biais de cercles de transmutation qu'il a tracé dans toute la ville.


Commentaires

Un premier épisode qui pose efficacement les bases de l'univers et qui introduit une bonne galerie de personnages, des frères Elric qui tiennent les rôles principaux, jusqu'à de nombreux militaires.

Nous découvrons ainsi King Bradley, le Fuhrer d'Amestris, dont les airs sympathiques cachent une redoutable maîtrise du combat, l'irascible colonel Roy Mustang, le colonel Maes Hughes qui se montre d'emblée très amical à l'égard des deux frères, qui adore taquiner Mustang et qui adore encore plus sa fille chérie Elicia, et enfin le redoutable et hilarant Alex Louis Armstrong qui passe son temps à exhiber sa musculature impressionnante ou... ses penchants homosexuels à l'égard d'Edward. :lol:

La série accomplit également un formidable boulot à nous introduire les deux frères Edward et Alphonse en lesquels on sent une grande solitude, ainsi qu'un lourd châtiment qu'ils doivent endurer malgré leur jeune âge. Ce qui ne les empêche pas non plus de nous faire bien rire aux dépens d'Edward (qui n'hésite pas à exhiber son tempérament colérique chaque fois que l'on fait référence à sa petite taille) et de nous montrer le lien fort qui existe entre eux. Seuls au monde, ils tirent véritablement leur force de leur lien fraternel. Une belle leçon de vie !

Enfin, cerise sur le gâteau, les deux frères sont incarnés par ni plus ni moins que Romi Park (Edward Elric) et Rie Kugimiya (Alphonse Elric), deux grandes voix de l'animation japonaise qui officiaient déjà sur la première série. Et elles sont excellentes, comme toujours, donnant brillamment corps et âmes à nos deux héros.

Pour introduire efficacement tous ces personnages, la série les pose directement en situation de crise face à un adversaire assez redoutable pour un premier épisode (pour preuve, ce ne sont pas les frères qui réussissent à l'arrêter).

De manière plus large, cet épisode permet aussi d'illustrer le concept de l'alchimie et comment elle est utilisée dans ce monde. Là-dessus, l'auteure du manga original a fait un boulot incroyable pour développer cet aspect de son univers de manière très convaincante.

On a ainsi droit à des combats rythmés à la fois par des styles d'arts de combat et par des attaques à base d'alchimie qui sont bien plus inventives et en interaction avec les lieux que les attaques qu'on pourrait trouver dans Pokémon et consorts.

Enfin, l'épisode réussit aussi à introduire un certain contexte politique à son univers, faisant référence à la guerre entre Amestris et Ishbal qui est la cause de la désillusion de McDougal et de sa rébellion contre le pouvoir en place. Si cela n'est jamais explicité clairement dans cette seconde série, Fullmetal Alchemist se déroule dans un monde parallèle au nôtre et la fameuse guerre qui a connue tant d'atrocités est une allusion assez nette à la Seconde Guerre Mondiale, avec Amestris qui représente l'Allemagne nazie et Ishbal qui, on le verra plus tard, représente les peuples ethniques opprimés par les nazis comme les juifs et les roms.

Ainsi, si l'univers de Fullmetal Alchemist respecte les codes du shonen, on a droit à un univers particulièrement travaillé et intelligent qui, pour peu qu'on arrive à saisir le second degré de lecture, se révèle d'une profondeur assez peu commune à cette catégorie de titres.

Du côté de la réalisation, rien à redire ! L'animation est magnifique et encore renforcée par une Full HD du plus bel effet qui nous plonge véritablement dans cet univers (au point parfois de décrocher de l'histoire pour contempler la beauté des images). Du tout bon de ce côté-là !

Un premier épisode très prenant et vraiment prometteur pour cette série adaptée d'un manga qui a marqué une révolution dans le monde du shonen.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » ven. août 17, 2012 2:30 am

Episode 2: Le Premier Jour

L'Histoire

A bord d'une locomotive à destination de la ville de Liore où il va enquêter sur un étrange faiseur de miracles capable de transmuter sans avoir à respecter le principe de l'échange équivalent, Edward Elric se remémore comment tout a commencé.

Dix ans plus tôt, après le décès de leur mère des suites d'une maladie, les jeunes Edward et Alphonse Elric, fils de l'alchimiste Hohenheim, décident de transgresser les tabous et de procéder à la transmutation humaine afin de la ramener. Après des mois d'études et de préparation, Edward réussit à concevoir la formule et les deux frères réunissent les différents composants du corps humains nécessaires à l'échange équivalent.

Ces deux enfants souhaitaient juste retrouver leur mère. Ils paient le prix fort de leur insouciant. Le corps d'Alphonse se décompose sous les yeux horrifiés d'Edward qui se retrouve subitement face à la porte de la vérité. Traversant la port, Edward découvre la vérité universelle et il réalise que, loin d'être fausse, sa formule était incomplète. Mais cette révélation a un prix et Edward perd deux de ses membres: un bras et une jambe.

Démembré, Edward retourne dans le monde réel pour découvrir la monstruosité qu'ils ont transmuté et qui suffoque immédiatement dans son sang. Horrifié, Edward parvient néanmoins péniblement à se traîner jusqu'à une armure et, avec son sang, il réussit à transmuter l'âme d'Alphonse, désormais liée à l'armure. Ayant vu "la vérité" cachée derrière la porte, il est désormais capable d'utiliser l'alchimie sans recourir à un cercle de transmutation, lui permettant d'accomplir cet exploit.

Dépêchés pour enquêter sur ces événements, deux jeunes militaires, Roy Mustang et Riza Hawkeye, découvrent avec horreur l'acte blasphématoire commis par les deux frères. Venant confronter les responsables, ils découvrent un jeune garçon meurtri au regard vide et une armure transmutée avec une âme.

Réalisant le potentiel d'Edward, Roy Mustang l'appelle à s'enrôler parmi les alchimistes d'état une fois qu'il aura retrouvé ses fonctions motrices, laissant entrevoir la possibilité de récupérer ce dont leur grave erreur les a privé.

Ravivant la flamme dans ses yeux, Edward décide de se faire greffer des membres artificiels, les automails, de récupérer l'usage de toutes ses fonctions motrices en seulement un an et de s'entraîner au combat avec Alphonse en vue de rejoindre l'académie de l'armée.


Commentaires

Ce deuxième épisode de Fullmetal Alchemist Brotherhood revient sur l'enfance des deux héros, nous permettant ainsi de découvre comment tout a commencé.

C'est une manière comme une autre pour la série de nous expliquer les fondements de l'alchimie, ses règles et ses tabous, tout en l'illustrant par l'histoire de deux frères qui ont brisé ces tabous et du châtiment divin qui s'est abattu sur eux. Un joli conte qui n'est que le début des aventures pour les deux frères, bien décidés à récupérer ce qu'ils ont perdu. Il s'agit donc en quelque sorte d'une quête de rédemption pour racheter leurs fautes. Quelles épreuves devront-ils surmonter pour réparer un acte d'une telle gravité, véritable blasphème contre dieu et la nature humaine elle-même ?

Cet épisode est aussi l'occasion de découvrir d'autres personnages récurrents qui n'ont rien à voir avec l'armée cette fois. On rencontre ainsi notamment Winry Rockbell, l'amie d'enfance des deux frères, orpheline dont les parents ont été tués au cours de la guerre entre Amestris et Ishbal et qui porte depuis une aversion des militaires. Depuis la mort de ses parents, elle a été recueillie par sa grand-mère Pinako, propriétaire d'une boutique d'automail, qui recueille aussi les deux frères après la mort de leur mère et qui aidera Edward à surmonter le choc de ses actions, autant par sa présence bienveillante et protectrices que par leurs interminables joutes verbales. :lol:

Un très bon épisode donc qui plante bien l'histoire et qui montre que la série accorde une grande importance à ses personnages et à leurs émotions. L'auteure développe aussi le concept de l'alchimie qui se révèle d'une grande complexité, mais aussi d'une véritable richesse avec de vrais enjeux philosophiques dissimulés derrière.

A noter que la fameuse scène de la transmutation humaine pourrait heurter la sensibilité de certains spectateurs (notamment les plus jeunes). La série bénéficie d'une interdiction aux moins de 12 ans.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » ven. août 17, 2012 6:46 pm

Episode 3: La Ville Hérétique

L'Histoire

Edward et Alphonse Elric arrivent à la ville de Liore, située à l'Est d'Amestris. Liore est gouvernée par le Père Cornello, un chef religieux capable de réaliser des miracles. Encouragés par ses promesses d'immortalité et de résurrection des morts, les habitants de la ville sont devenus pratiquants du letoïsme, une religion basée sur le dieu du soleil Leto.

Edward est convaincu que Cornello est un imposteur qui se sert de l'alchimie pour accomplir ses soi-disant miracles. Toutefois, il est très intéressé par la capacité de Cornello à créer à partir de rien, niant ainsi la règle fondamentale de l'échange équivalent.

Edward est persuadé que Cornello est en possession de la pierre philosophale, l'artefact de légende capable de changer le plomb en or et qu'on dit capable de donner la vie. Cette pierre que les deux frères ont tant cherché dans l'espoir de récupérer ce qu'ils ont perdu.

Mais dans leurs recherches, ils sont opposés à Rosé, une fervente croyante du letoïsme, convaincue par les paroles de Cornello qui lui promettait la résurrection de son petit ami. Or les frères Elric savent mieux que quiconque qu'il est impossible de ramener les morts à la vie.


Commentaires

Un troisième épisode de Fullmetal Alchemist Brotherhood qui interroge intelligemment l'opposition entre la science et la religion.

Ici, un chef religieux a réussi à gagner la confiance d'une ville entière en lui promettant la vie éternelle et la résurrection des morts, deux principes fondamentaux de la religion qui repose en grande partie sur la peur qu'on les êtres humains face à la mort. Convaincant les habitants qu'il est réellement capable de réaliser des miracles, il a été élevé au rang de sauveur.

En opposition, les frères Elric sont des alchimistes, des scientifiques qui étudient l'ordre naturel du monde et ses règles à la recherche de la vérité. Ce sont des athées, incapables de croire aux miracles et encore moins aux prières. Ils sont conscients de la réalité de la mort et des propres limites de leur science à l'empêcher.

Dans le cas des frères Elric, cette opposition prend même une toute autre envergure. Ce sont les pêcheurs ultimes, ceux qui ont tenté de procéder à une transmutation humaine, s'aventurant dans le domaine de dieu. Comme Edward le fait si bien remarqué avec son allusion au mythe d'Icare, à s'aventurer dans cet inconnu, ils se sont brûlés les ailes.

L'épisode met ainsi pas mal en avant le châtiment des deux frères, totalement désillusionnés face aux croyances religieuses. L'homme a crée dieu parce qu'il avait peur de la mort et pour garder espoir. Mais les morts ne peuvent être ramenés à la vie et chaque être doit mourir un jour, c'est dans l'ordre des choses. Ceux qui ne peuvent accepter cette réalité sont incapables de continuer à avancer.

Et cette personne qui n'arrive plus à avancer, c'est Rosé. Sa rencontre avec les frères Elric va lui faire perdre tout espoir auquel se raccrocher pour continuer à vivre, mais libérée de cette foi qui l'emprisonnait dans le passé, elle pourra de nouveau se relever et aller de l'avant.

A part ça, l'épisode a son lot de scènes d'action et d'humour. L'humour est très présent, avec pas mal de second degré, et ce pauvre Edward en prend encore pour son grade à cause de sa petite taille, tout le monde croyant à tort que le légendaire Fullmetal Alchemist est son frère dans l'armure gigantesque.

Quant aux combats, on retrouve toute l'inventivité de l'auteure dans l'utilisation de l'alchimie qui apporte une vraie touche d'originalité et de dynamisme aux affrontements. Edward se trouve pour la première fois opposé à une chimère et, là où n'importe quel autre alchimiste aurait du mal, son bras et sa jambe métalliques s'avèrent bien pratiques au corps à corps (en plus de l'alchimie, Edward maîtrise différents styles de combat au corps à corps).

Le dernier combat de l'épisode, face à Cornello qui subit les effets d'un reflux et qui se transmute lui-même en monstre, est juste épique et intense, montrant combien l'alchimie peut être redoutable si elle est utilisée intelligemment (ce qu'Edward fait pour arriver à combattre ce titan à armes égales).

Enfin, la réalisation est toujours aussi excellente, de même que la musique qui a une envergure vraiment majestueuse dans cet épisode, et la qualité de l'animation est de très haut niveau, encore sublimée par des images en Full HD tout simplement somptueuse qui donne une toute autre envergure à certaines scènes, et notamment durant les scènes d'affrontements dont le dynamisme et le déluge d'effets visuels sont encore plus immersifs.

Pour terminer, la fin de l'épisode nous dévoile que derrière les événements de l'épisode se dissimulent en réalité deux homunculus, Lust (la luxure) et Gluttony (la gourmandise), qui voient leurs plans contrariés par l'intervention des frères Elric mais qui ne renoncent pas pour autant à monter une armée de fidèles dans le but de lancer une insurrection contre le pouvoir aux mains des militaires et de prendre le contrôle d'Amestris.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » ven. août 17, 2012 7:44 pm

Episode 4: L'Angoisse de l'Alchimiste

L'Histoire

Un tueur en série sévit à Central. Pour une raison inconnue, ses victimes sont tous des alchimistes d'état. Aux dernières nouvelles, celui-ci a réussi à s'enfuir à la gare dans une locomotive à destination d'East City, à l'Est d'Amestris.

Après l'affaire de la ville de Liore, les frères Elric arrivent à East City où le colonel Roy Mustang et Riza Hawkeye viennent d'être mutés. Edward est intrigué par la pierre philosophale factice que portait Cornello et qui lui avait permis de transmuter une chimère, démontrant ainsi déjà une grande puissance. Il reste convaincu que la véritable pierre pourrait leur rendre leurs corps.

Roy Mustang présente les deux frères à Shou Tucker, un spécialiste des chimères qui possède une véritable documentation sur le sujet. Tucker vit seul avec sa fille Nina et leur chien Alexander depuis le départ de sa femme. Il est réputé pour avoir réussi à transmuter efficacement une chimère parlant le langage humain deux ans auparavant, mais ses recherches n'ont rien donné depuis et, pour conserver son titre d'alchimiste d'état, il doit présenter ses résultats (une nouvelle chimère) d'ici peu de temps.

Tucker passant ses journées enfermé dans son laboratoire, les frères Elric profitent de leur temps libre pour s'amuser avec Nina et Alexander, se rappelant leur relation avec leur propre père Hohenheim qui passait ses journées à étudier l'alchimie au détriment de sa famille.

Shou Tucker parvient finalement à transmuter une nouvelle chimère parlant le langage humain. Mais, au cours de leur visite, les frères Elric s'aperçoivent que quelque chose ne va pas.


Commentaires

Un quatrième épisode de Fullmetal Alchemist Brotherhood qui traite cette fois des dérives de la science et de l'expérimentation sur des êtres vivants. Si les animaux sont régulièrement utilisés comme cobayes, certaines limites éthiques existent pour protéger les humains. Que se passerait-il si cette limite est franchie ?

Face à ce fou qui réalise un des tabous de l'alchimie, Edward Elric se voit renvoyé son propre reflet: celle d'un être qui s'est pris pour dieu et qui a cru pouvoir jouer avec la nature humaine. Conscient du prix de ses actes, Edward réalise l'impuissance de l'alchimie à résoudre certains problèmes et il enrage d'être dans l'incapacité de sauver une pauvre petite fille, traversant une grave crise de doute.

Pourtant, jouer avec la vie des autres n'est pas rare dans le quotidien d'un alchimiste d'état, devant parfois tuer autrui. Edward est-il vraiment capable d'assumer cette fonction ?

L'épisode nous introduit également le personnage de Scar, un tueur en série d'Ishbal qui assassine les alchimistes d'état en guise de représailles pour les massacres perpétrés au cours de la guerre entre Amestris et Ishbal. Pour autant, le personnage a une certaine noblesse d'âme qui s'illustre dans les dernières minutes de l'épisode, faisant de lui un adversaire ambigu.

A noter que la série réussit à créer une ambiance assez dérangeante sur la fin de l'épisode qui pourrait heurter la sensibilité de certains spectateurs et qui amène des questionnements philosophiques assez durs. Encore une fois, je précise que la série est interdite aux moins de 12 ans.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » ven. août 17, 2012 9:51 pm

Episode 5: Pluie de Chagrin

L'Histoire

Liore bascule dans le chaos depuis que les croyants en la religion letoïste et les athées convaincus que Cornello les a tous dupés se livrent bataille dans les rues de la ville. L'homunculus Envy a assumé l'apparence et le rôle de Cornello pour prêter main forte à Lust et Gluttony en prévision de la guerre civile qui s'annonce.

A East City, les militaires recherchent la trace du tueur en série Scar qui a sévi à Central et qui se terre désormais quelque part dans la ville, ayant déjà tué Shou Tucker et sa chimère. Roy Mustang réalise qu'Edward Elric et lui sont les deux alchimistes d'état les plus célèbres dont la présence en ville est connu et que le Fullmetal Alchemist est donc la prochaine cible probable de Scar.

Suite aux événements liés à la chimère, Edward Elric traverse une grave crise de conscience, n'étant pas sûr d'être capable de trouver un moyen de récupérer ses membres perdus et le corps de son frère Alphonse. Perdu dans ses pensées, il ne réalise pas la présence de Scar et il n'échappe à la mort que grâce à Alphonse.

Faible physiquement et moralement, Edward n'a d'autre choix que de fuir face à un adversaire aussi puissant. Scar réussit finalement à endommager l'armure d'Alphonse et à briser l'automail d'Edward, les rendant incapables de riposter. Sous les yeux effrayés d'Alphonse, Edward s'est résolu à mourir sans résister davantage. Les alchimistes d'état entrent alors en scène pour arrêter le tueur.


Commentaires

Cet épisode 5 reprend directement après les événements de l'épisode 4. Edward est toujours en pleine période de doute suite à l'affaire de la chimère et il n'est pas sûr d'être suffisamment fort pour remplir l'objectif qu'il s'était fixé. Sans cette détermination, il est redevenu l'enfant meurtri au regard vide d'autrefois, celui pour qui plus rien n'a d'importance et qui se fiche bien de mourir. Cette attitude énerve violemment Alphonse.

Mais la véritable vedette de l'épisode, c'est le personnage de Scar, le tueur en série d'Ishbal qui aspire à jeter la vengeance divine sur les alchimistes d'état qui ont perpétré des actes d'une barbarie innommable durant la guerre entre Amestris et Ishbal. Contrairement aux alchimistes habituels qui comprennent la matière, la détruise et la reconstruit, Scar s'arrête à l'étape de la destruction, jugeant naturel qu'un destructeur s'oppose à des créateurs comme les alchimistes d'état qui, selon lui, sont une hérésie en remodelant à leur guise ce monde que dieu leur a crée.

Mis à mal face à un adversaire aussi redoutable qui pose aussi des problèmes à des militaires beaucoup plus expérimentés, les frères Elric sortent de cet affrontement dans un piteux état et ils décident de retourner dans leur ville natale Resembool pour rendre visite à leur amie d'enfance Winry Rockbell, formée aux automails par sa grand-mère Pinako, afin qu'elle les remette sur pied.

Cet épisode introduit également un troisième homunculus, personnages mystérieux qui auront une grande importance par la suite. Après Lust (la luxure) et Gluttony (la gourmandise), c'est au tour d'Envy (l'envie) d'entrer en scène. Et quelle joie quand c'est la grande Minami Takayama qui prête sa voix mythique à ce personnage androgyne.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Chernabog
bataille contre Saturne
bataille contre Saturne
Avatar du membre
Messages : 7903
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Chernabog » ven. août 17, 2012 10:50 pm

Cool tes critiques détaillées ! :D



Pour ma part, je compte revoir d'abord la première série avant de découvrir celle là, le tout en VF (j'ai adoré le doublage français de la première série ! Celui de la seconde est plus en demi-teine par contre d'après ce que j'ai lu) avant un prochain revisionnage en VO et une relecture du manga.



Sinon oui, FMA a beau avoir beaucoup de phases d'humour, de poésie etc... plusieurs passages sont assez malsains, l'interdiction au moins de 12 ans est justifié.

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » ven. août 17, 2012 11:21 pm

Episode 6: Un Foyer et une Famille

L'Histoire

Les frères Elric décident de retourner à Resembool, leur ville natale, pour que leur amie d'enfance Winry Rockbell et sa grand-mère Pinako, qui tiennent une boutique d'automails, réparent leurs corps endommagés suite à l'affrontement contre Scar. Edward ne pouvant utiliser l'alchimie dans son état, le major Alex Louis Armstrong les accompagne pour les protéger.

Durant le voyage, la locomotive s'arrête à une halte où Armstrong reconnaît le docteur Marcoh, un alchimiste d'état qui a déserté l'armée suite à la guerre entre Amestris et Ishbal. Il vit désormais comme médecin dans une petite ville sous une fausse d'identité, se servant de l'alchimie à des fins médicales.

Cherchant à en savoir davantage, les frères Elric et Armstrong découvrent que Marcoh avait été chargé par l'armée de mener des recherches sur la pierre philosophale. Effrayé par ses actes, il avait fini par disparaître en emportant avec lui le résultat de ses travaux et une pierre synthétisée encore incomplète. Néanmoins, comme Edward a pu le constater durant l'affaire de Liore, même une pierre philosophale incomplète détient un grand pouvoir.

Malgré l'insistance d'Edward, Marcoh refuse de partager ses recherches avec eux, craignant la pierre philosophale comme responsable de nombreux malheurs. Il finit toutefois par céder en leur révélant l'endroit où il a caché ses recherches: la bibliothèque de Central. Mais avant cela, les frères Elric doivent d'abord faire réparer leurs membres perdus.

Lorsqu'ils arrivent à Resembool, les frères Elric et Armstrong sont accueillis par Winry et Pinako, la seule famille qu'il leur reste, avec laquelle ils peuvent rire et se chamailler. Armstrong découvre quant à lui la tragédie de ces deux garçons qui sont allés jusqu'à brûler leur ancienne maison pour s'assurer de ne plus revenir en arrière.


Commentaires

Un épisode plus tranquille qui sert à faire avancer les intrigues et qui fait la part belle à l'humour. La première partie permet ainsi de trouver une nouvelle piste sur la pierre philosophale dont la quête reprendra dès l'épisode suivant. La seconde partie ramène les deux frères dans une ambiance plus familiale avec une certaine nostalgie, mais elle permet de développer aussi leur passé et leurs personnalités.

Le personnage d'Armstrong, outre sa fonction d'élément comique qui passe son temps à exhiber son torse nu ou à vouloir serrer le jeune Edward entre ses bras musclés, sert ici de témoin des événements, le personnage auquel le spectateur peut s'identifier.

Un épisode riche en émotions et qui introduit de nouveaux personnages importants: le Dr Marcoh, Winry et Pinako (même si ces deux dernières étaient déjà apparues en flash-back dans l'épisode 2). Les relations entre les frères avec les Rockbell sont bien développées, entre les moments d'émotions et les nombreuses touches d'humour. L'épisode installe aussi les bases d'intrigues à venir.


Pour ma part, je compte revoir d'abord la première série avant de découvrir celle là, le tout en VF (j'ai adoré le doublage français de la première série ! Celui de la seconde est plus en demi-teine par contre d'après ce que j'ai lu) avant un prochain revisionnage en VO et une relecture du manga.

Ce sont majoritairement les mêmes doubleurs en VF, mais je ne l'ai pas écouté (je regarde la série en VO). Je me ferais aussi la première série après (je ne l'ai encore jamais vu), mais j'ai choisi de commencer d'abord par la seconde qui est plus fidèle au manga.

Je me suis aussi commandé les deux premiers tomes de la nouvelle édition double (donc l'équivalent des cinq premiers tomes) et les deux artbooks. Je les lirais probablement en parallèle des deux séries (surtout que le dernier coffret Blu-Ray de Brotherhood ne sort qu'à la toute fin de Septembre).
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » sam. août 18, 2012 12:39 am

Episode 7: La Vérité Cachée

L'Histoire

Pour empêcher les frères Elric de trouver les documents laissés par le Dr Marcoh, les homunculus Lust et Gluttony incendient la bibliothèque de Central. Ils retrouvent entretemps la trace de Scar mais l'affrontement s'achève sur une énorme explosion, permettant à ce dernier de s'enfuir.

Edward et Alphonse sont dévastés par l'incendie de la bibliothèque. Ils sont alors conduits vers la bibliothécaire Sheska qui est en mesure de leur fournir une copie des travaux de Marcoh. Etudiant les documents et les décryptant, ils découvrent le sombre secret caché derrière la conception de la pierre philosophale: le sacrifice de vies humaines.

Réalisant que le gouvernement s'est livré à des expériences douteuses durant la guerre, Edward décide de trouver le laboratoire où Marcoh aurait pu procédé à ses recherches. Il en trouve un, situé non loin d'une prison dont les condamnés à mort auraient pu fournir la matière nécessaire à la synthétisation de la pierre philosophale. Les deux frères décident d'aller y enquêter.


Commentaires

Un épisode très sombre qui révèle le secret choquant caché derrière la conception de la pierre philosophale. Hiromu Arakawa, l'auteure du manga original, n'y est pas allée par quatre chemins et c'est tant mieux tant cela est dans l'esprit de son oeuvre.

L'alchimie repose sur le principe de l'échange équitable. On ne peut rien créer à partir de rien. Pour obtenir quelque chose, il faut sacrifier quelque chose de même valeur. Cela est-il alors étonnant que le prix de la conception de la légendaire pierre philosophale, réputée pour être la pierre de vie, est le sacrifice d'autres vies ?

Du temps de la guerre, Amestris a bravé l'interdit de l'alchimie sous les ordres du Fuhrer King Bradley: des expériences de transmutation ont été menés sur des humains. La pierre philosophale est réellement l'oeuvre du diable !

Les références à la Seconde Guerre Mondiale sont ici bien présentes, sur la fixation du Fuhrer pour les mythes occultes, sur les expériences livrées sur des humains par le gouvernement, et enfin sur l'apparence du fameux cinquième laboratoire qui ressemble carrément à un camp d'extermination.

Profondément choqués par leur découverte, les deux frères sont dégoûtés de voir leurs espoirs et leurs efforts aboutir à cette sinistre révélation, mais ils décident quand même d'enquêter sur ces expériences interdites que le gouvernement a livré dans le plus grand secret. Ils y trouveront peut-être une vérité encore plus terrible.

Pour contrebalancer ce ton très sombre, l'épisode introduit de nouveaux personnages décalés qui offrent quelques moments d'humour comme Sheska, la bibliothécaire aux facultés de mémorisation incroyables (tellement incroyables que c'en est totalement surréaliste :lol: ) et de deux nouveaux soldats escortant les frères Elric durant leurs recherches et apportant un peu de légèreté, Denny Brosh et Maria Ross. Deux soldats qui en savent par ailleurs désormais trop sur les agissements obscurs du gouvernement, tout comme l'incontournable Alex Louis Armstrong qui continue à veiller de très près sur Edward (et de profiter du moindre prétexte émouvant pour le serrer bien fort dans ses bras musclés :lol: ).

L'épisode s'achève alors que les deux frères infiltrent le cinquième laboratoire où de nouveaux ennuis les attendent.

Pour terminer, au niveau de la réalisation, de l'animation, des musiques etc... C'est toujours excellent, comme d'habitude (pas besoin que je reprécise à chaque fois). Je noterais tout de même quelques thèmes particulièrement réussis qui donnent un réel impact à la fois puissant et terrifiant à certaines scènes.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » sam. août 18, 2012 1:36 am

Episode 8: Le Cinquième Laboratoire

L'Histoire

Les frères Elric s'introduisent dans le cinquième laboratoire, pas si désaffecté que ça. Ils y croisent deux âmes rattachés comme des armures, comme Alphonse. Ces nouveaux arrivants sont les gardiens des lieux, deux tueurs en série qui avaient été condamnés à mort: Slicer et Barry le Boucher.

Tandis qu'Edward affronte Slicer à l'intérieur du bâtiment, Alphonse fait face à Barry le boucher à l'extérieur. Ce dernier crée le doute dans son esprit: est-il réellement le frère d'Edward ou un simple pantin que Edward aurait crée pour remplacer l'absence de son frère. Incapable de pouvoir affirmer la réalité de son existence et de ses souvenirs, Alphonse commence à douter.

De son côté, à l'intérieur du bâtiment, Edward rencontre Envy et Lust qui semblent en savoir beaucoup sur les recherches qui ont été menées en ces lieux sur la pierre philosophale. Mais quel est le rapport entre les homunculus et un laboratoire de recherche rattaché au gouvernement ? Alors qu'Edward s'apprête à les affronter, son automail lâche, le rendant incapable d'utiliser l'alchimie.


Commentaires

Un épisode qui fait cette fois la part belle aux combats, magnifiquement réalisés et bénéficiant d'une animation irréprochable à laquelle la Full HD donne toute son envergure épique.

Pour autant, l'auteure continue à entretenir le mystère sur les véritables enjeux de l'intrigue. Qui sont réellement les homunculus et quelles sont leurs intentions ? Comment le gouvernement est-il lié à ces expériences sur la pierre philosophale ?

Elle n'en oublie pas pour autant la dimension philosophique de son oeuvre, posant cette fois des questions existentielles par le biais du personnage d'Alphonse, très touchant. Comment prouver son existence quand ses propres souvenirs peuvent être factices ?

Enfin, chose étonnante, Barry le Boucher parvient à échapper à nos héros. Cela signifie t-il qu'il faut s'attendre à le voir revenir plus tard ?

Pour l'heure, des affrontements superbes et une tonne de nouvelles questions soulevées mais bien encore peu de réponses.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » sam. août 18, 2012 2:53 am

Episode 9: Sentiments composés

L'Histoire

Suite à la destruction du cinquième laboratoire, Edward est gravement blessé et hospitalisé. Winry est appelée depuis Resembool pour venir à Central procéder à l'entretien de son automail.

De son côté, Alphonse est toujours préoccupé par les paroles de Barry le Boucher: est-il réellement Alphonse Elric ou juste un pantin crée par Edward avec des souvenirs factices ?

La venue de Winry permet de crever l'abcès entre les deux frères et de régler leurs différends.


Commentaires

Un épisode intégralement tourné sur les personnages d'Edward, d'Alphonse et de Winry et qui développe leurs liens. Les doutes, les tensions et les moments forts partagés ensemble, tout cela est dévoilé et les trois amis en ressortent grandis, plus résolus que jamais à atteindre à leurs buts respectifs.

L'épisode fait aussi la part belle à l'humour et aux moments d'émotions, compensant ainsi l'absence d'action (Edward étant en convalescence).

Sur la fin, on retrouve le personnage de Scar, ayant survécu à l'affrontement contre Lust et Gluttony et soigné par des ishvals dans un bidonville d'East City, découvrant ainsi que des membres de son peuple ont survécu à la guerre et au génocide orchestré par le Fuhrer King Bradley.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » sam. août 18, 2012 10:40 pm

Episode 10: Chacun sa Route

L'Histoire

Rendant visite aux frères Elric à l'hôpital, le Fuhrer King Bradley leur interdit de poursuivre leurs investigations sur le cinquième laboratoire et sur les recherches autour de la pierre philosophale, conscient qu'une force inconnue est à l'oeuvre derrière. Maes Hughes et Alex Louis Armstrong sont également concernés par cette interdiction.

Edward et Alphonse décident de prendre le train pour se rendre à la ville de Dublith, au Sud d'Amestris. Ils veulent retourner étudier auprès de leur maître et lui poser quelques questions sur la pierre philosophale. Winry décide de les accompagner, le train s'arrêtant à Rush Valley, le paradis des automails.

De son côté, Maes Hughes enquête sur les différentes émeutes qui ont lieu à Liore et dans les régions Nord et Ouest d'Amestris. En observant la géographie des lieux concernés, il réalise soudain l'objectif des homunculus, mais Envy l'assassine avant qu'il ait pu dévoiler la vérité à Roy Mustang.

Mustang revient à Central, fraichement muté. Cherchant à en savoir plus sur le meurtre de son ami, il apprend que Hughes avait découvert l'existence d'un complot contre l'armée et qu'une personne haut-placée cherche à dissimuler la vérité. Voulant venger son ami, il se jure de trouver les coupables et de tenir sa promesse de devenir un jour le Fuhrer pour changer l'armée.


Commentaires

Les routes des personnages se séparent dans cet épisode. Tous partent dans des directions différentes poursuivre leurs propres objectifs.

Cet épisode est aussi l'heure des adieux au très sympathique Maes Hughes dont le dernier coup d'éclat aura été de découvrir la vérité cachée derrière les récents événements. Il n'aura malheureusement pas le temps d'en faire part car l'armée semble surveillée de très près par les homunculus et ces derniers sont près à éliminer quiconque se rapproche d'un peu trop près de la vérité.

Néanmoins, Roy Mustang va poursuivre l'affaire en hommage à son ami. On découvre aussi une partie du passé de Mustang, du temps de la guerre entre Amestris et Ishbal, et son intention de devenir le Fuhrer depuis cette époque pour que de tels événements n'aient plus à se reproduire.

On entend aussi pour la première fois parler du maître des frères Elric qui, vu la crainte qu'il leur inspire, ne doit pas être un tendre.

Un épisode qui continue donc de développer ses intrigues liées à différents personnages. L'histoire part sur différents pistes, mais leurs routes finiront certainement par se croiser de nouveau le moment venu.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » sam. août 18, 2012 11:33 pm

Episode 11: Miracle à Rush Valley

L'Histoire

Edward, Alphonse et Winry font halte à Rush Valley, le paradis des automails. Une jeune voleuse nommée Paninya vole la montre en argent d'Edward, symbole de son statut d'alchimiste d'état. Le trio finit par la rattraper devant la maison de Dominic, un génie de l'automail qui a recueilli Paninya après la mort de ses parents.

Winry demande à devenir l'apprenti de Dominic, mais ce dernier refuse. Toutefois, quand la belle-fille de ce dernier accouche en catastrophe et que l'alchimie des deux frères s'avère impuissante, seule Winry est en mesure de sauver la mère et le bébé.


Commentaires

Il en fallait bien un, et bien le voilà: l'épisode de l'accouchement avec le traditionnel message toujours aussi niais sur la beauté de donner la vie. Avec bien sûr le parallèle sur l'alchimie qui, elle, s'avère justement incapable de donner la vie (ils n'ont pas inventé le clonage humain dans ce monde ?).

On est loin des grandes réflexions philosophiques profondes qu'on trouve habituellement dans la série, mais au moins c'est marrant (beaucoup d'humour dans cet épisode) et ça donne un prétexte à Winry pour commencer son apprentissage, même si ça n'a rien à voir avec les automails.

Ce qui m'a le plus intéressé à vrai dire, c'est surtout la démesure des affrontements où Edward déchaîne complètement l'alchimie pour capturer la voleuse. De son côté, cette dernière réserve également quelques surprises tout aussi démesurées.

L'épisode s'achève sur une dernière scène très belle où les chemins des trois amis d'enfance se séparent de nouveau, Winry restant à Rush Valley tandis qu'Edward et Alphonse reprennent le train en direction de Dublith pour les retrouvailles tant redoutées avec leur ancien maître.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » dim. août 19, 2012 1:00 am

Episode 12: Un est tout, tout n'est qu'un

L'Histoire

Les frères Elric sont arrivés à Dublith où ils retrouvent leur maître, Izumi. Cette dernière est gravement malade et passe son temps à cracher du sang, mais son état de santé ne l'empêche pas d'accueillir ses élèves dignement: à grands coups de pied dans la tronche.

Izumi leur apprend que leur père Hohenheim est toujours en vie et qu'il semble en savoir beaucoup sur la pierre philosophale. Edward n'est pas réjoui à l'idée de rencontrer l'homme qui les a abandonné autrefois et qui a laissé leur mère mourir. Il se souvient de leur rencontre avec Izumi, alors qu'ils n'étaient plus que deux orphelins sans avenir, et du difficile entraînement qu'elle leur a fait subir.

Edward réalise alors qu'Izumi a elle aussi toujours été capable d'utiliser l'alchimie sans cercle de transmutation: elle a vu la porte de la vérité. Qu'est-ce qui a pu pousser cette femme si forte à pratiquer la transmutation humaine ?


Commentaires

Un épisode riche en révélations sur le passé des deux frères. On y découvre leur ancien maître, Izumi, personnage soi-disant faible et malade mais qui n'a visiblement toujours aucun mal à foutre des raclées magistrales à ses anciens élèves... avant de cracher du sang (au cas où on douterait qu'elle soit vraiment malade).

Il ne faut toutefois pas s'arrêter à ces apparences car, comme tous les personnages de Fullmetal Alchemist, Izumi a une certaine profondeur et un passé tragique qui a forgé son caractère. On découvre ainsi une facette maternelle à ce maître tyrannique, celle d'une femme désespérée qui était prête à braver l'interdit pour rendre la vie à son enfant après une fausse couche. Elle en a payé le prix fort elle aussi, sa santé ne cessant de se détériorer.

Cette idée de lier le destin des deux élèves à celui du maître est intéressante et le drame de Izumi fait bien sûr écho à la naissance de l'enfant dans l'épisode précédent. A croire que cet instant de bonheur n'avait été amené que pour mieux renforcer l'impact dramatique de cet épisode qui, pour le coup, est vraiment fort.

On assiste aussi à pas mal de flash-back sur l'enfance des deux frères: la disparition de leur père, la mort de leur mère, leur rencontre épique avec Izumi et son mari et leur entraînement à l'alchimie, sans oublier une séquence marquante sur une île déserte où les deux frères ont dû passer un mois pour réaliser la véritable nature de l'alchimie.

Sur ce terrain, l'auteure s'en est brillamment tirée, illustrant son propos de l'échange équivalent par la chaîne alimentaire: un est tout, tout n'est qu'un. Pour survivre et allonger sa durée de vie, chaque espèce se nourrit de la vie d'autres espèces. C'est un flux interminable mais équitable qui régit toute vie et l'univers tout entier: comprendre, détruire, recréer. L'alchimie !

Bien entendu, les deux frères apprennent cette leçon par la manière dure: seuls sur une île déserte, devant se débrouiller par eux mêmes, devant tuer des animaux pour survivre (c'est triste, mais la vie est réellement faite ainsi), et même à un moment en proie à la tentation du cannibalisme.

Un excellent épisode avec beaucoup d'éléments intéressants sur la mythologie très travaillée de la série mais, comme souvent avec Fullmetal Alchemist, le propos est très profond mais aussi assez cru et il peut s'avérer dérangeant (autrement dit, ne pas mettre les enfants devant le téléviseur, ça serait une belle connerie).
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » dim. août 19, 2012 3:40 pm

Episode 13: Les Bêtes de Dublith

L'Histoire

Edward, Alphonse et Izumi réfléchissent à un moyen de rendre leurs corps aux deux frères. Edward et Izumi pensent qu'Alphonse a dû voir lui-aussi la porte de la vérité. Etant donné qu'il a perdu tout son corps là où les deux autres ont payé un prix moindre, Alphonse a dû en voir bien plus qu'eux derrière la porte mais il n'en a aucun souvenir.

Alphonse est capturé par une bande de chimères et par leur leader, l'homunculus Greed. Ce dernier recherche le secret pour transmuter une âme sur un corps artificiel, voulant ainsi atteindre l'immortalité. Il est près à céder aux deux frères le secret pour récupérer leurs corps en échange, mais Edward ne veut rien avoir à faire avec quelqu'un qui ne réalise pas la souffrance d'Alphonse par rapport à cette existence.

Edward décide d'affronter Greed pour sauver son frère, mais l'homunculus se révèle un formidable adversaire.


Commentaires

Un épisode qui revient sur l'intrigue des homunculus avec l'apparition du quatrième d'entre eux, Greed (l'Avarice). Un homunculus cupide qui veut acquérir le secret de la vie éternelle, en dépit d'une vie longue de plus de 200 ans. Pour des raisons inconnues, il est devenu un renégat et il ne fait donc plus partie de la bande du cinquième laboratoire (Lust, Gluttony et Envy), emportant avec lui un groupe de chimères à forme humaine tirées de ces expériences interdites.

Greed indique clairement que ce monde possède une face cachée et que le gouvernement d'Amestris a accompli en secret ce que tout le monde croit impossible: des chimères humaines (voir l'affaire Soul Tucker) et surtout des homunculus (des individus crées par l'alchimie, alors qu'on pensait que cette dernière était incapable de créer la vie). D'où sa théorie selon laquelle l'impossible n'existe pas en réalité, que c'est un concept crée de toute pièce pour éviter que les gens ne s'interrogent sur ce qu'ils ne devraient pas savoir, une limite posée à la connaissance du monde.

L'épisode renoue aussi avec les grands affrontements basés en partie sur l'alchimie. L'ennemi est cette fois un homunculus, donc un formidable adversaire vraiment redoutable, mais Edward n'est pas à sous-estimer non plus (et il est surtout suffisamment intelligent pour percer les secrets de son adversaire) et on a ainsi droit à un duel acharné, l'un des plus beaux qu'on ait vu jusque là. La Full HD contribue ici pleinement à la beauté et au dynamisme de l'affrontement, juste superbe !

Enfin, on a droit à quelques développements secondaires, tel que le départ de Roy Mustang pour Central en emportant avec lui ses hommes de main de East City (le lieutenant Riza Hawkeye incluse), et quelques développements autour du personnage de Scar qui s'avère un personnage toujours aussi ambigu et fascinant.

Enfin, cerise sur le gâteau, l'apparition de dernière minute remarquée d'une redoutable combattante absolument incontournable: Izumi, simple femme au foyer (trop la classe ! :super: :lol: ).
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » dim. août 19, 2012 4:45 pm

Episode 14: Ce qui se tapit au sous-sol

L'Histoire

A la surprise générale, les militaires font irruption pour arrêter Greed et sa bande de chimères humaines. Le Fuhrer King Bradley en personne mène l'assaut qui s'avère être une opération d'extermination.

Sous les yeux stupéfaits d'Alphonse, King Bradley affronte et tient tête sans difficulté face à Greed, tandis que les sbires de ce dernier se font massacrer sans sommation dans un déluge de sang. Le symbole liant l'âme d'Alphonse à l'armure est touché, débloquant tous les souvenirs de ce dernier quant à la porte de la vérité.

En apparence, l'armée a porté secours aux frères Elric. Mais Edward n'est pas dupe: c'était une opération d'extermination visant à éliminer Greed et sa bande avant qu'ils ne puissent parler. Il réalise aussi que King Bradley est prêt à les éliminer s'ils venaient à en apprendre trop sur les sombres secrets du gouvernement.


Commentaires

Un épisode qui fait la part belle aux combats encore une fois, mettant en scène l'incontournable Alex Louis Armstrong et, surtout, le Fuhrer King Bradley. Ce dernier s'avère un combattant particulièrement redoutable qui semble cacher pas mal de choses.

En effet, l'épisode révèle que King Bradley n'est autre que le cinquième homunculus, Wrath (la Colère), et à un certain degré l'homunculus ultime puisqu'il est capable de vieillir comme les humains et d'avoir des enfants. La scène finale de l'épisode vient d'ailleurs contrebalancer intelligemment ces révélations en nous montrant un homme qui a une âme et qui n'est donc pas si différent des êtres humains normaux. Un personnage très ambigu donc qui semble promis à un rôle des plus intéressants, étant à la fois le chef de l'état et un membre du groupe d'homunculus qui complote contre l'armée pour prendre le pouvoir sur Amestris.

On a aussi le plaisir de voir les cinq homunculus apparus jusque là réunis dans une même scène: Lust (la luxure), Gluttony (la gourmandise), Envy (l'envie), Wrath (la colère) et notamment le renégat Greed (l'avarice) dont ce sera la dernière apparition, rencontrant sa fin horrible.

D'ailleurs, de manière générale, cet épisode peut mettre vraiment mal à l'aise, poussant assez loin dans la violence.

Enfin, le géniteur des homunculus fait finalement son apparition. Appelé "Père" par ces derniers, il semble s'agir d'Hohenheim lui-même (même si l'épisode prend soin de ne pas montrer clairement son visage). L'homme qui complote dans l'ombre contre Amestris serait-il le propre père disparu des frères Elric ?

Les révélations s'enchaînent et l'intrigue continue de se tisser petit à petit. Il se passe bien des choses dans l'ombre du gouvernement et les pièces du puzzle s'assemblent petit à petit, semblant redéfinir les rôles des personnages et leurs intentions. Une nouvelle guerre se prépare dans l'ombre d'Amestris et les plus hautes sphères du gouvernement sont impliquées dans ce vaste complot.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » dim. août 19, 2012 6:36 pm

Episode 15: Le Messager de l'Est

L'Histoire

A Central, le lieutenant Riza Hawkeye réussit à arrêter Barry le Boucher, le tueur en série fantôme en armure toujours en cavale. Sa capture est tenue secrète, Roy Mustang et ses hommes voulant l'interroger sur le fameux cinquième laboratoire.

De son côté, Scar continue son oeuvre d'extermination des alchimistes d'état en représailles de la guerre. Avec son nouveau complice Yoki, il recueille la jeune May Chang, une exirologiste (alchimie médicale) venue de l'empire de Xing, à l'Est de Amestris. Ils font route vers la capitale Central où May Chang espère rencontrer le Fullmetal Alchemist Edward Elric, son idole.

A Rush Valley, Winry a la surprise de recevoir la visite des deux frères... venus faire réparer l'automail d'Edward. Passant quelques temps dans la région, Edward et Alphonse rencontrent Lin Yao, prince de l'empire de Xing en lice pour la succession du trône. Afin de damer le pion à ses frères et soeurs, il recherche la pierre philosophale afin de percer le secret de la vie éternelle. Totalement schizophrène, il est capable de passer du type le plus sympathique du monde à une véritable enflure jouant double-jeu.

Les frères Elric et Winry vont ainsi devoir supporter ce compagnon embarrassant et ses deux gardes du corps alors qu'ils décident de retourner à Central afin de saluer Maes Hughes et sa famille, ignorant encore la mort de ce dernier.


Commentaires

Cet épisode lance clairement la deuxième partie de la série avec de nouveaux personnages venus de l'empire de Xing, la Chine du monde parallèle où se déroule Fullmetal Alchemist.

Certaines intrigues débutées dans la première partie se poursuivent mais évoluent dans une direction assez surprenante, tandis que l'épisode installe de nouveaux éléments et personnages qui seront logiquement au centre de cette seconde partie.

On découvre ainsi l'existence des autres pays autour d'Amestris et du contexte politique tendu qui règne depuis l'arrivée au pouvoir de l'actuel Fuhrer (là encore, on trouve des parallèles assumés avec la Seconde Guerre Mondiale). Xing est l'un de ces pays (de très grande superficie par ailleurs) et n'est séparé d'Amestris que par un vaste désert au centre duquel se trouvent les ruines de Xerxes. Autant d'éléments nouveaux qui enrichissent l'univers de la série et qui pourraient éventuellement avoir une importance par la suite.

Les personnages de Lin Yao et de May Chang, introduits dans cet épisode, font une entrée remarquée. Si May Chang a l'air d'une mignonne petite fille (mais je suis quasiment sûr qu'elle est la soeur de l'autre prince idiot), Lin Yao est quant à lui un personnage hilarant de lâcheté et de coups-bas tout en restant classe et charismatique, un personnage bien décalé comme je les adore dans cette série.

Bref, un épisode introductif de cette seconde partie vraiment très intéressant, avec beaucoup de nouveaux éléments à digérer et un nouveau contexte politique à saisir pour comprendre pleinement les enjeux de l'intrigue.

L'épisode joue aussi beaucoup sur la carte de l'humour, adoptant une ambiance très délirante pour offrir une pause après les derniers épisodes vraiment très sombres. On a même droit à un combat loufoque et admirablement mis en scène (avec une animation toujours aussi irréprochable et toujours aussi superbe en Full HD) entre les deux frères et les deux gardes du corps ninjas de Lin Yao (une jeune fille et un petit pépé, sérieux ? :lol: ).

Pour l'anecdote, à noter qu'Alphonse est désormais lui aussi capable d'utiliser l'alchimie sans cercle de transmutation, se souvenant à présent de la "vérité" vue derrière la fameuse porte.

La deuxième partie de la série commence ainsi sur les chapeaux de roues et s'annonce tout aussi prometteuse, enchaînant directement et sans temps mort après une première partie très réussie et renouvelant l'intérêt de l'intrigue principale vers une nouvelle direction.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Schierke » dim. sept. 02, 2012 2:45 pm

Critique du tome 1 de l'Edition Double (Tomes 1 à 3)

Image

L'Histoire

Edward Elric est un alchimiste itinérant parcourant le monde avec son frère Alphonse. Enfants, les deux frères ont pêché et ils en portent aujourd'hui le juste châtiment: Edward porte un bras et une jambe en métal et l'âme d'Alphonse est reliée à une armure. Pour retrouver leurs corps perdus, ils sont en quête de la pierre philosophale, ingrédient légendaire de l'alchimie.

C'est alors que les deux frères arrivent à la ville de Liore où la rumeur parle d'un envoyé de dieu qui serait capable de réaliser des miracles à partir de rien. Les frères Elric sont alors certains d'avoir trouvé la pierre philosophale.


Commentaires

Ce premier tome de l'Edition Double de Fullmetal Alchemist contient exceptionnellement les trois premiers volumes de la série pour un total de 550 pages. Inutile de dire que ceux qui veulent découvrir cet univers n'ont pas à hésiter et peuvent se jeter dessus, d'autant que la qualité est bien présente et que les aventures des deux frères sont véritablement captivantes.

Fullmetal Alchemist est du genre shonen, ce qui induit donc que c'est un titre plutôt tourné vers les combats et l'humour, mais ne vous y fiez pas car ça serait grandement restreindre le potentiel réel de la série. Ce qu'on tient entre les mains est certainement l'un des meilleurs shonens jamais crées.

Il y a deux types de shonens. Ceux qui tournent autour de héros qui se battent pour l'amour, la justice, la paix, la vérité ou une connerie du genre, et ceux où les personnages principaux sont directement impliqués par l'intrigue et façonnés par cette dernière, par exemple la recherche d'une personne ou une quête de vengeance. L'originalité de l'auteure Hiromu Arakawa, c'est de raconter l'histoire de deux frères qui ont commis le pêché ultime dans leur jeunesse et qui tentent à présent de racheter leurs fautes dans un long voyage ardu qui fait acte de pénitence. Il en ressort une atmosphère sombre mais aussi tournée vers l'humain et sur la relation entre ces deux frères qui partagent cette faute.

Comme ce premier tome de l'Edition Double réunit les trois premiers volumes de la série (550 pages), autant dire qu'on se trouve avec un tome particulièrement riche et qu'on en a pour son argent. Ce sont pas moins de neuf aventures qui sont réunies dans ce tome: le père Cornello de la ville de Liore, les mineurs de la ville de Youswell, la prise d'otages dans le train, l'affaire des chimères de Shô Tucker, la tentative d'assassinat de Scar, la rencontre avec le Docteur Marcoh, le retour à Resembool avec Winry et Pinako, les recherches sur la pierre philosophale, et enfin les deux gardiens du cinquième laboratoire. Le tome s'achève pile avec la défaite des gardiens et la première rencontre entre Edward et les homunculus. Autant dire que ni les frères ni le lecteur n'ont le temps de s'ennuyer avec tout ça ! :D

En bonus, on trouve également une histoire annexe portant sur un combat improbable entre Edward et le colonel Mustang, et des planches de gags qui accompagnaient les trois volumes.

Pour les histoires en elles-mêmes, elles sont intéressantes, rythmées, teintées de nombreuses notes d'humour, et surtout on sent combien l'auteure maîtrise parfaitement son oeuvre. L'histoire est riche et fluide, la mythologie de l'alchimie pourtant complexe est parfaitement cohérente, et tout cela dégage un bel air d'homogénéité encore amplifié quand la quête de la pierre philosophale prend forme et que les deux frères découvrent combien cette dernière est au centre des enjeux politiques du titre.

Car oui, ce titre a aussi une véritable portée politique, bien que déguisée. Si le monde de Fullmetal Alchemist est purement fictionnel, il s'agit d'un monde parallèle au nôtre qui reflète à la fois l'ère industriel et la Seconde Guerre Mondiale avec de nombreuses allusions aussi discrètes qu'intelligentes qui font aussi la richesse intrinsèque de l'oeuvre.

Pour le reste, les dessins de l'auteure sont d'un très bon niveau et surtout très efficaces: à la fois précis et facile à lire, ce qui apporte un vrai confort et une fluidité de lecture. La mise en scène n'est pas en reste, travaillée. De ce côté là aussi, donc, l'auteure maîtrise parfaitement son oeuvre.

Pour finir, quel beau cadeau on nous fait là avec ce volume triple (pour trois fois plus de plaisir :wink: ) qui saura satisfaire et faire vibrer même les lecteurs les plus exigeants. Pour découvrir cet univers, il n'y a pas mieux ! Pour en profiter pleinement aussi ! Cette série est indubitablement un chef d'oeuvre ! :D

C'est bien sûr un avis éminemment subjectif, mais j'ose avancer qu'on tient ici l'un des meilleurs mangas existants, voire même l'une des meilleures bandes-dessinées au monde. :love:
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal Alchemist : Brotherhood (plus le manga)

Messagepar Schierke » mer. sept. 05, 2012 3:59 pm

Critique du tome 2 de l'Edition Double (Tomes 4 et 5)

Image

L'Histoire

Au sein du cinquième laboratoire, Edward Elric est confronté pour la première fois aux homunculus. De son côté, Alphonse est en proie au doute suite aux paroles de Barry le Boucher: est-il une âme fabriquée par Edward afin de remplacer son vrai frère ?

Echappant de peu à la destruction du laboratoire, Edward est gravement blessé et doit être hospitalisé d'urgence. Durant ces quelques jours passés en soins, Edward et Alphonse récupèrent physiquement et moralement de cette épreuve en compagnie de leur amie Winry, mais le mystère autour du défunt cinquième laboratoire reste entier. Le Fuhrer King Bradley en personne intervient pour faire cesser leur enquête, conscient que certains au sein de l'armée complotent pour prendre le pouvoir et refusant de laisser les deux frères prendre ces risques.

Ayant besoin de faire une pause et de se remettre à niveau, les frères Elric décident de retourner à Dublith auprès de leur maître, espérant obtenir des informations sur la pierre philosophale. De son côté, Winry décide d'aller à Rush Valley pour y suivre une formation en automails. Chacun suit sa route désormais.

Mais la menace reste toutefois présente. Ayant fait une découverte importante sur les plans des homunculus, la vie de Maes Hughes est soudain menacée. Poursuivi par ces monstres partout où qu'il aille, le commandant Hughes tente d'avertir le colonel Roy Mustang sur un sombre complot qui menace la sûreté de l'état.


Commentaires

Après un premier tome très long (550 pages) qui mettait l'accent sur l'action, ce second tome de 370 pages représente une sorte de halte où les personnages prennent le temps de faire une mise au point et de réfléchir à la suite des événements.

Cela commence fort avec Edward qui sort en bien piteux état de l'affrontement avec les homunculus et qui passe quasiment les trois premiers chapitres (près de 130 pages) dans un lit d'hôpital. Le coup de génie de l'auteure, c'est qu'elle réussit à toujours faire avancer son histoire sans ennuyer le lecteur, même dans une situation pareille.

Par la suite, l'action reprend de plus belle et plus sombre que jamais lorsque Maes Hughes réalise l'envergure de la menace qui plane sur Amestris et tente d'en avertir le colonel Roy Mustang, début d'un véritable cauchemar où Hughes va devoir lutter pour sa vie face à ces monstres que sont les homunculus. Cet épisode tragique marque le début de l'enquête de Roy Mustang pour déjouer les projets des homunculus en mémoire à son ami.

La seconde partie du tome (qui correspond grosso-modo au tome 5 de l'édition classique) repart sur une dimension plus aventureuse avec l'arrivée des frères Elric et de Winry à Rush Valley où ils vont vivre des aventures sympathiques et sans prise de tête auprès d'une jeune voleuse, Paninya.

Suite à cela, les Elric retournent à Dublith pour retrouver leur maître Izumi Curtis et cela donne lieu à un long flash-back qui révèle enfin le passé tragique et les motivations des deux frères depuis leur jeune enfance jusqu'à leur rencontre et le début de leur entraînement aux côtés de leur maître. Un entraînement particulièrement rude qui vire vite à l'épreuve de survie. Mais au-delà de ces efforts surhumains, Edward Elric deviendra le plus jeune alchimiste d'état et l'un des plus talentueux que Amestris ait jamais connu.

Ainsi, s'il se passe beaucoup moins d'événements dans ce tome que dans le précédent, les personnages continuent à évoluer et les révélations s'enchaînent tandis que la menace des homunculus se profile dans l'ombre de plus en plus. Une guerre se prépare.

Du point de vue de la mise en scène et du dessin, c'est toujours du tout bon ! L'auteure maîtrise parfaitement son oeuvre avec une mise en scène réussie, un rythme soutenu sans temps mort, des dessins toujours aussi convaincants et une lecture toujours aussi fluide où le plaisir est omniprésent.

Un deuxième tome toujours très réussi donc d'une série véritablement incontournable ! :D
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal Alchemist : Brotherhood (plus le manga)

Messagepar Schierke » lun. sept. 17, 2012 2:38 pm

Critique du tome 3 de l'Edition Double (Tomes 6 et 7)

Image

L'Histoire

Cinq ans plus tôt...

Venus étudier l'alchimie auprès de leur nouveau maître Izumi Curtis, les frères Edward et Alphonse Elric se retrouvent seuls sur une île déserte où ils doivent apprendre à comprendre les lois de ce monde. Au bout d'un mois, Curtis reviendra les chercher pour commencer leur entraînement proprement dit. Mais les deux enfants sont attaqués par une étrange créature...

Six mois plus tard, après avoir terminé leur entraînement, les frères Elric reviennent à Resembool, leur village natal, afin de procéder enfin à la tentative de transmutation humaine qui pourrait ramener leur mère à la vie, outrepassant ainsi l'un des plus grands tabous de l'alchimie. Mais l'expérience ne se déroule pas comme prévu: Edward perd deux de ses membres et Alphonse perd son corps, son âme n'étant plus que rattachée à une armure grâce à un sceau tracé avec le sang d'Edward.

Ayant entendus parler de deux jeunes alchimistes prometteurs qui résideraient à Resembool et l'armée manquant d'effectif à cause de la guerre contre Ishbal, le lieutenant-colonel Roy Mustang et le sous-lieutenant Riza Hawkeye arrivent à Resembool pour rencontrer les deux jeunes prodiges. Ils découvrent avec horreur le résultat de leur transmutation ratée et Mustang confronte violemment Edward Elric sur ses agissements. Mais le jeune garçon n'est plus qu'un mort-vivant sans âme, cloué dans un fauteuil roulant et déconnecté de la réalité.

Roy Mustang fait alors à Edward une proposition inattendue: rejoindre les rangs des alchimistes d'état au sein de l'armée, pouvant ainsi avoir accès à des ressources et des connaissances normalement interdites au public afin de trouver idéalement le moyen de récupérer leurs corps d'origine. La flamme brûle à nouveau dans l'oeil d'Edward. A partir de ce jour, il ne reculera plus jamais devant rien pour devenir alchimiste d'état et pour poursuivre l'objectif qu'il s'est fixé avec son frère: retrouver leurs corps, quelque soit la méthode et peu importe le temps que cela prendra. La légende du Fullmetal Alchemist commence...

De retour dans le présent, de passage chez leur maître Izumi Curtis à Dublith, les frères Elric attirent l'attention du mystérieux Greed, un homunculus, et de sa bande de chimères humaines. Greed est très intéressé par le secret d'Alphonse, pensant avoir trouvé là le moyen d'acquérir le secret de la vie éternelle.


Commentaires

En voilà encore un tome, qu'il est bon ! :D Du long de ses 370 pages, il se passe beaucoup de choses et on en apprend aussi beaucoup, même si au final tout se centre sur deux grosses intrigues.

Le tome reprend là où le précédent s'était arrêté: durant le long flash-back sur le passé des frères Elric, sérieux d'acquérir une plus grande maîtrise de l'alchimie avant de procéder à l'expérience de transmutation de leur mère défunte. Car oui, c'est bien dans ce tome 3, durant le flash-back, que les fondements du mythe Fullmetal Alchemist nous sont enfin dévoilés: la fameuse expérience qui changera à jamais la vie des deux frères, la rencontre entre Edward et Mustang, comment Edward a acquis ses membres métalliques (automails) et comment il est devenu alchimiste d'état.

On entre ainsi rapidement dans le vif du sujet: une histoire tragique, incroyablement sombre, de deux garçons qui voulaient simplement ramener la mère qu'ils aimaient tant et qui en ont payé le prix fort, pauvres pêcheurs dont le crime est d'avoir naïvement fait preuve d'un grand amour. Une expérience qui les aura laissé fortement marqué mais dont ils seront sortis grandis, avec une maturité et une détermination sans faille.

Il est d'ailleurs intéressant de voir comment cette expérience se présente comme une perte d'innocence, à la fois par certains symboles qui évoquent une forme d'éveil sexuel, mais surtout par la manière dont le personnage d'Edward va profondément changer suite à cela, acquérant la maturité et le cynisme d'un adulte afin d'arriver à évoluer au sein de l'armée. Ce contraste entre son âge physique et son âge mental est d'ailleurs fréquemment rappelé dans la série par les nombreux gags sur la taille d'Edward, mais surtout par la présence d'Alphonse à ses côtés qui représente cette enfance perdue.

La seconde partie du tome revient dans le présent pour confronter les frères Elric à un nouvel homunculus, Greed, qui possède possiblement des infos pouvant aider les deux frères à récupérer le corps d'Alphonse. Néanmoins, la rencontre est loin d'être cordiale et aboutit sur l'un des affrontements les plus intenses de cette première partie de série, Greed s'avérant un adversaire redoutable.

Cette partie est aussi l'occasion d'en apprendre plus sur l'univers de Fullmetal Alchemist. On obtient des informations sur les homunculus, mais aussi et surtout sur une face sombre cachée de ce monde où des expériences atroces sont perpétrées dans le plus grand secret. En voulant découvrir la vérité cachée derrière les homunculus, les frères Elric viennent d'entrer sans prévenir dans un monde autrement plus dangereux.

Greed est par ailleurs un personnage intéressant et assez charismatique, l'incarnation même de la cupidité: il veut tout, jusqu'à l'éternité. Une cupidité qui l'a poussé à se séparer de ses congénères pour des raisons encore indéterminées.

Le tome s'achève quasiment à l'équivalent de la fin de la première partie de la série Brotherhood, juste sur la fin de l'affrontement entre Greed et "une certaine personne". Apparemment, c'est aussi le stade de l'histoire où la première série animée avait définitivement déviée du manga original pour suivre sa propre voie.

Au final, un excellent tome charnière de cette mythique série qu'est Fullmetal Alchemist ! L'histoire prend toute son ampleur par les nombreuses révélations qui se succèdent tout le long du tome et les dessins et la mise en scène sont toujours aussi géniaux ! Un titre d'exception qui mérite bien son succès auprès des fans de mangas et d'animés ! :D
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal Alchemist : Brotherhood (plus le manga)

Messagepar Schierke » mar. sept. 18, 2012 6:19 pm

Roman 1: Terre de Pierre

Image

Terre de Pierre

En voulant ressusciter leur mère, Edward et Alphonse Elric ont utilisé une technique interdite relevant du domaine de l'alchimie: la transmutation humaine. Seulement, l'expérience a mal tourné: Edward a perdu un bras et une jambe et Alphonse son corps, son esprit se retrouvant prisonnier d'une armure. Devenu alchimiste d'état, Edward, surnommé "Fullmetal Alchemist", se lance, avec l'aide de son frère, à la recherche de la pierre philosophale, leur seule chance de retrouver leur état initial.

La quête des frères Elric les amène à l'ancienne cité minière de Xenotime: autrefois florissante grâce à ses gisements d'or, la ville meurt peu à peu depuis l'épuisement des filons. Les espoirs de la population reposent désormais sur un dénommé Mugwar qui travaille à l'élaboration de la pierre philosophale avec l'aide de deux célèbres alchimistes... les frères Elric !



Le Mystère du Treizième Entrepôt

Au QG de l'Est, le colonel Roy Mustang se trouve entraîné par ses hommes dans une chasse aux fantômes, enquêtant sur des rumeurs circulant dans la caserne à propos d'un entrepôt qui ne devrait pas exister et d'où on entendrait des bruits inquiétants.


Commentaires

Fullmetal Alchemist est une des plus grandes franchises mangas à succès des années 2000: une série manga de 27 tomes et deux adaptations en séries animées pour un total de 115 épisodes auxquels on doit rajouter deux films, plusieurs OAV et je ne sais combien de jeux vidéo.

L'oeuvre dont il est question ici est une série de six romans dérivés de la version manga de Fullmetal Alchemist. Ces romans sont écrits par une auteure appelée Makoto Inoue tandis que l'auteure du manga originale, Mme Hiromu Arakawa, signe les quelques illustrations qui accompagnent les ouvrages.

Ce premier tome traite de deux histoires différentes. La première fait 150 pages et raconte une aventure inédite des frères Edward et Alphonse Elric, la seconde fait 50 pages et raconte une courte histoire humoristique tournant autour du quotidien du colonel Roy Mustang et de ses hommes au QG de l'Est.


Terre de Pierre, donc, est l'histoire principale de ce recueil. Il s'agit de l'intrigue des frères imposteurs qui avait été adaptée avec les épisodes 11 et 12 de la première série animée. Pour plus de libertés, l'auteure a choisi de mettre son histoire en marge de l'intrigue principale du manga et de la situer quelques temps avant le début du manga, durant la période de trois ans entre le moment où Edward est devenu alchimiste d'état et l'arrivée à la ville de Liore où commence le tome 1 du manga.

Durant cette période, Edward et Alphonse voyagent à travers le vaste monde à la recherche d'indices sur la pierre philosophale et ils arrivent dans un lieu assez insolite: Xenotime, une ville minière où tout n'est que terre et pierres à perte de vue. Autrefois, cette ville avait une belle végétation, mais tout cela avait été sacrifié dès lors que la ville avait commencé à se focaliser sur l''exploitation de l'or des mines et sur l'orfèvrerie. Cela leur avait apporté un certain confort économique durant un temps, mais les mines sont à présent à secs et les habitants sont envahis par le doute sur l'avenir de leur ville.

Mugwar, l'homme qui domine la ville, emploie de jeunes alchimistes, les frères Elric, pour faire des recherches sur la conception d'une pierre philosophale, espérant l'utiliser pour changer le plomb en or, pratique normalement interdite, et continuer à faire ainsi vivre la ville de l'orfèvrerie. Le hic: ces "frères Elric" sont des imposteurs qui trompent la confiance des villageois, tandis que les vrais frères Elric viennent d'arriver en ville et sont traités comme des charlatans.

Edward et Alphonse réalisent vite que les habitants sont prisonniers du passé et qu'ils refusent de renoncer à la vie de luxe qu'ils menaient jusque là, d'où leur confiance aveugle envers les jeunes alchimistes qui ont usurpé leur identité. Ils rencontrent toutefois un homme plus perspicace, Belsio, qui vit à l'écart du reste des habitants et qui aspire quant à lui à rendre à la vallée sa verdure originelle au prix d'efforts et de patience, sans compter sur une miraculeuse pierre philosophale pour résoudre tous les problèmes.

Le décor est donc un personnage à part entière de l'histoire, et c'est peut-être son aspect le plus intéressant.

Car malheureusement, au-delà de ça, on reste en présence d'une histoire qui reste vraiment trop classique, prévisible même, dans son déroulement. On devine les événements avant qu'ils ne surviennent, on n'est jamais surpris et le tout manque cruellement d'originalité, alors qu'il y a pourtant un vrai potentiel à créer des histoires fabuleuses avec un univers comme celui de Fullmetal Alchemist (il suffit de regarder le film L'Etoile de Milos).

Toutefois, si le roman manque cruellement d'initiative et de prise de risques, force est d'admettre qu'il retranscrit bien l'univers de la série, notamment son humour. L'auteure a aussi réussi à insuffler à son histoire l'ambiance un peu "Tintin" des premières aventures des frères Elric dans le manga, vivant au jour le jour à mesure de leurs voyages.

Au niveau des nouveaux personnages, les plus intéressants sont sans surprise les frères imposteurs qui se marient parfaitement à l'univers crée par maître Arakawa. Leur relation forte et le parallèle avec les vrais frères Elric sont autant d'éléments qui les rendent attachants, même si leur évolution est sans surprise.

Concernant les autres personnages, par contre, c'est franchement pas terrible: Mugwar est présenté comme un homme corrompu par l'argent mais qui semble avoir de nobles intentions à la base. L'auteure a malheureusement choisi d'en faire un méchant caricatural à mort sur la fin, sans la subtilité qui accompagnait un personnage comme Cornello dans le manga.

Quant aux habitants de Xenotime, leurs comportements sont ultra-convenus, à la limite de la stupidité.

Une première histoire sympathique mais très convenue donc, même si l'histoire est un peu plus développée que dans son adaptation animée (assez différente au passage).


Le Mystère du Treizième Entrepôt, il faut le voir comme l'équivalent des courtes histoires humoristiques qui servent de bonus à la fin des tomes du manga. Vous savez, ces petites histoires sympathiques et drôles qui permettent d'introduire de nouveaux personnages (le chien Black Hayate, la soeur d'Armstrong...) et de mettre en scène les personnages dans un contexte plus léger, mais tout en continuant à enrichir l'univers de la série. Sauf que là, on ne retrouve pas du tout la saveur des histoires ou de l'humour de Hiromu Arakawa.

L'idée de mettre en scène une histoire présentant Mustang et ses hommes au QG de l'Est était intéressante, d'autant qu'ils n'ont pas vraiment de rôle important durant cette période (l'histoire se déroule quelques temps après l'adoption de Black Hayate par le lieutenant Hawkeye). Mais bon dieu, pourquoi une histoire de fantômes qui fait passer des militaires redoutables pour des gamins apeurés par des histoires à dormir debout. Même Mustang quoi, ce type il veut devenir Fuhrer et il évolue dans un monde où tout le monde veut lui foutre un poignard dans le dos, et on le voit flipper pour une simple épreuve de courage. C'est ridicule ! :shock:

Sans parler de la conclusion de cette histoire, totalement prévisible et assez décevante (on attend au moins à être surpris par la révélation finale, bah même pas !), qui humilie encore davantage les personnages.

Hiromu Arakawa faisait des courtes histoires humoristiques bien sûr, en faisant de l'humour sur les caractères des personnages, mais elle ne les avait jamais ridiculisés. Là, le roman pousse les choses beaucoup trop loin, Mustang et sa bande passent pour la bande à Scooby-Doo en plus peureux. On ne reconnait pas du tout les personnages qui y perdent vraiment de leur superbe.

Et surtout, je ne vois pas ce que cette histoire vient foutre dans Fullmetal Alchemist. Si encore elle était réussie, mais même pas. L'histoire donne la curieuse impression de suivre une intrigue linéaire très fine sans pour autant savoir où elle va et de combler tout ça avec de nombreuses touches d'humour qui ridiculisent encore un peu plus les personnages.

Une histoire pas intéressante et qui n'a vraiment rien à faire dans cet univers (ou alors il aurait fallu la traiter différemment, mais pas comme un Scooby-gang).


Au final, deux histoires, l'une très moyenne et l'autre décevante, qui échouent à apporter le lecteur les mêmes vibrations intenses procurées par la lecture du manga ou par les deux adaptations animées. Ca divertit le temps de la lecture, mais ça ne transporte à aucun moment le lecteur et ça ne lui laisse aucune impression marquée. Le premier tome de ces adaptations de Fullmetal Alchemist en romans est donc plutôt un échec, même si Terre de Pierre comporte quelques éléments intéressants qui peuvent enrichir un peu la mythologie de cet univers déjà d'une richesse fabuleuse.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal Alchemist : Brotherhood (plus le manga)

Messagepar Schierke » ven. sept. 21, 2012 2:33 pm

Roman 2: L'Alchimiste Enchaîné

Image

L'Histoire

En voulant ressusciter leur mère, Edward et Alphonse Elric ont utilisé une technique interdite relevant du domaine de l'alchimie: la transmutation humaine. Seulement, l'expérience a mal tourné: Edward a perdu un bras et une jambe et Alphonse son corps, son esprit se retrouvant prisonnier d'une armure. Devenu alchimiste d'état, Edward, surnommé "Fullmetal Alchemist", se lance, avec l'aide de son frère, à la recherche de la pierre philosophale, leur seule chance de retrouver leur état initial.

Aux confins des régions de l'Est, un groupe de terroristes sabote régulièrement les voies ferrés, au grand mécontentement de la population: la grogne monte contre l'armée, incapable de stopper les agissements des poseurs de bombes.

Les frères Elric, de passage dans la région, rencontrent par hasard le colonel Mustang et le sous-lieutenant Havoc qui enquêtent discrètement sur ce groupe terroriste et sur une série d'enlèvements que Mustang pense liée à l'affaire. Edward et Alphonse se retrouvent donc amenés à aider le Flame Alchemist dans le démantèlement de cette étrange bande de malfaiteurs...


Commentaires

Après un premier tome relativement décevant, ce second roman de Fullmetal Alchemist se révèle enfin digne de ce que les fans sont en droit d'attendre d'une aventure des frères Elric. Cette histoire prend la totalité de l'ouvrage cette fois et fait environ 170 pages.

A l'image de Terre de Pierre, L'Alchimiste Enchaîné se déroule pendant les trois ans qui séparent l'obtention de la licence d'alchimiste d'état par Edward et l'arrivée à la ville de Liore qui marque le début du manga. Pendant cette période, les deux frères voyagent à travers le monde à la recherche d'indices sur le moyen de retrouver leurs corps d'origine, pensant notamment à la pierre philosophale, artefact légendaire de l'alchimie.

Ce choix permet bien évidemment à l'auteur de prendre davantage de liberté pour raconter ses histoires, et ici il s'en sert pleinement.

L'histoire commence alors que le monde se trouve projeté en plein chaos du fait de nombreuses attaques terroristes sur les voies ferrés rendant cauchemardesques les transports de villes en villes. Ces attentats ont néanmoins été calculés de manière à ne faire aucune victime et, bien que prévenue quelques dizaines de minutes avant les explosions, l'armée se révèle incapable d'arrêter les terroristes ou même de comprendre leurs intentions. Ne se sentant pas en danger mais étant embêtés par les retards des trains, la grogne du peuple monte à l'égard de l'armée dont l'efficacité est mise en doute.

En revenant d'un de leurs voyages dans une région reculée à la recherche de la pierre philosophale, les frères Elric découvrent ce chaos et, rencontrant le colonel Roy Mustang par hasard, apprennent qu'il pourrait y avoir un lien mystérieux entre ces attentats et des affaires d'enlèvements.

Dans cette histoire, nous sommes amenés à suivre autant les aventures des frères Elric que celles des troupes de Mustang quand les deux groupes se trouvent confrontés à ces attentats. Les deux groupes sont ici magnifiquement représentés et retrouvent enfin toute leur superbe dans ce qui s'avère être une de leurs meilleures aventures sans lien avec la pierre philosophale.

Contrairement au premier roman qui suivait une direction ultra-linéaire et sans surprise, ici la narration est beaucoup plus maîtrisée et c'est un véritable petit plaisir de suivre ces aventures alors que les deux groupes tentent de comprendre les intentions des terroristes et d'élucider le lien mystérieux entre ces deux affaires qui n'ont, en apparence, rien en commun. Plusieurs séquences d'action rythment la lecture du tome, notamment une gigantesque bataille finale intense qui fait oublier sans difficulté l'affrontement final grotesque de Terre de Pierre.

Bien sûr, le roman comporte aussi une bonne dose d'humour, même beaucoup, et là on a droit à un véritable festival de scènes véritablement hilarants qui retranscrivent à merveille l'humour présent dans le manga, notamment la fameuse relation de confiance/antagonie entre Edward Elric et Roy Mustang qui va leur jouer bien des tours.

Le moment le plus hilarant du bouquin reste sans conteste

celui où les terroristes envoient une demande de rançon à Mustang pour la libération de "son fils" (Edward s'étant fait passer pour le fils de Mustang à un moment de l'histoire, pour l'embêter alors qu'il draguait des jeunes femmes), menant à une scène d'interrogatoire d'anthologie où ses subordonnés le cuisinent pour savoir s'il aurait enfanté un fils caché au cours de ses nombreuses relations avec des femmes, laissant le malheureux clamer son innocence en vain. :lol:


Après, tout n'est pas non plus parfait dans le bouquin et celui-ci se laisse aller à certaines facilités quand même. En premier lieu, le bouquin traite principalement de la dimension "attentats", beaucoup moins de la dimension "enlèvements" qui n'est pas tellement mise en avant dans le roman et qui intervient de telle manière que c'est limite si elle ne tombe pas sur les frères Elric pour permettre à l'histoire d'approcher plus vite de son dernier acte.

Les méchants, quant à eux, sont une réussite totale par rapport à la menace qu'ils incarnent dans le bouquin, infiniment plus convaincants que cette grosse caricature de Mugwar. Certes, ils ne sont pas non plus d'un charisme hallucinant, mais ils tiennent parfaitement leurs rôles et on sent bien le côté "mercenaires" et la terreur qu'ils inspirent. En revanche, par rapport à la menace qu'ils prétendent vouloir incarner, on y croit pas un instant.

Je veux dire par là qu'en tant que terroristes qui répandent le chaos dans le pays avec des attentats, les personnages sont convaincants. Mais on ne croit pas un instant que cette bande de mercenaires pourrait un jour devenir une armée capable de mener un coup d'état sur Amestris, et leur leader n'a pas du tout le charisme de cette prétention.


Mais bon, au final, une très bonne lecture qui réunit à elle seule tous les éléments que l'on aime dans les aventures des frères Elric. Une histoire convaincante et prenante (qui pourrait faire un très bon film d'animation d'ailleurs, même si on est quand même loin du niveau de L'Etoile de Milos qui est une merveille), des personnages qui retrouvent "enfin" toute leur superbe à travers cette aventure commune, et surtout un véritable best-off en terme d'humour qui n'a pas à pâlir de la comparaison avec celui du manga dont il retrouve pleinement l'esprit.

A noter que, si le roman est toujours écrit par Makoto Inoue, l'auteure du roman, Hiromu Arakawa, participe aussi en signant à nouveau les quelques illustrations qui accompagnent l'ouvrage.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"

Kevin
Maison du Cancer
Maison du Cancer
Messages : 630
Enregistré le : mer. janv. 25, 2012 5:42 pm

Re: Fullmetal alchemist: Brotherhood

Messagepar Kevin » lun. sept. 24, 2012 8:30 am

Chernabog a écrit :(j'ai adoré le doublage français de la première série ! Celui de la seconde est plus en demi-teine par contre d'après ce que j'ai lu)


Je viens de finir Brotherhood, et je confirme la VF n'est pas aussi bonne que celle de la première série (que j'ai trouver excellente :D) .

D'ailleurs voilà la fiche de la série sur Wikipédia qui présente le casting VF:


http://fr.wikipedia.org/wiki/Fullmetal_ ... C3.A7aises

Toutes les infos sont bonne (chose qui n'est pas trop courant sur Wikipédia vu le nombre de fois que je les corrige), j'ai d'ailleurs rajouter quelque info suite à mon visionnage (en espérant qu'un idiot ne les supprime pas chose qui m'est d'ailleurs arrivé hélas).

Schierke
Epreuves d'Asgard
Epreuves d'Asgard
Avatar du membre
Messages : 2387
Enregistré le : dim. janv. 10, 2010 10:22 pm

Re: Fullmetal Alchemist : Brotherhood (plus le manga)

Messagepar Schierke » jeu. sept. 27, 2012 4:24 pm

Roman 3: La Vallée aux Pétales Blancs

Image

L'Histoire

En voulant ressusciter leur mère, Edward et Alphonse Elric ont utilisé une technique interdite relevant du domaine de l'alchimie: la transmutation humaine. Seulement, l'expérience a mal tourné: Edward a perdu un bras et une jambe et Alphonse son corps, son esprit se retrouvant prisonnier d'une armure. Devenu alchimiste d'état, Edward, surnommé "Fullmetal Alchemist", se lance, avec l'aide de son frère, à la recherche de la pierre philosophale, leur seule chance de retrouver leur état initial.

Sur les ordres du colonel Roy Mustang, Edward et Alphonse sont envoyés en mission d'inspection à Wistaria, mystérieuse cité située aux confins du désert. Nichée au fond d'un ravin, la ville vit en autarcie complète, sous la direction d'un certain Raygen qui a appliqué le principe de l'équivalence alchimique aux lois régissant le fonctionnement de Wistaria. Là-bas, les deux frères vont découvrir qu'utilisée à des fins humanistes, l'alchimie a peut-être permis de créer le dernier paradis sur Terre. Mais derrière l'apparence perfection de cette communauté utopique se cachent des secrets bien plus sombres que n'auraient jamais pu laisser deviner les sourires éclatants de ses habitants...


Commentaires

Ce troisième roman poursuit la pente ascendante des romans dérivés du manga Fullmetal Alchemist et atteint ainsi un niveau cette fois excellent. L'histoire prend la totalité de l'ouvrage et fait environ 200 pages.

Une fois n'est pas coutume, La Vallée aux Pétales Blancs se situe durant la période de trois ans entre l'obtention du statut d'alchimiste d'état par Edward et l'arrivée à la ville de Liore qui marque le début du manga. Durant cette période, les frères Elric parcourent le vaste monde à la recherche d'indices pour retrouver leurs corps d'origine, pensant notamment à la piste de la pierre philosophale, artefact légendaire de l'alchimie. Si aucune date n'est précisée, l'histoire semble se situer assez tôt dans leurs voyages, de par l'évolution des deux frères au cours de l'histoire qui les amène à devenir les personnages que l'on connait au début du manga et dans les deux premiers romans.

Après la science dans le premier roman et l'armée dans le second, c'est cette fois l'alchimie et sa portée philosophique qui sont mises à l'honneur. Si le roman n'est pas rattaché à l'intrigue principale de la série, pouvant ainsi se permettre un certain nombre de libertés, il en reprend donc toute la mythologie autour de l'alchimie et développe autour tout une réflexion philosophique.

Le roman commence de manière humoristique avec Edward qui découvre que son compte bancaire a été fermé alors qu'il a besoin de retirer de l'argent pour payer un repas de restaurant, les cuisiniers gardant Alphonse en guise de garantie. Il s'agit en réalité d'une manipulation de cette enflure de Mustang pour confier une mission à Edward: il est chargé d'effectuer l'inspection dans une ville appelée Wistaria qui se trouverait dans une vallée désertique plutôt agitée.

Forcés d'abandonner temporairement leur quête de la pierre philosophale, les frères Elric arrivent à Wistaria qui leur apparait vite comme une ville utopique: une ville où les gens qui n'ont plus nulle part où aller peuvent repartir de zéro et refaire leur vie, indépendamment de leur passé. En fondant les règles qui régissent la ville autour du principe de l'échange équivalent alchimique, son administrateur Raygen offre ainsi à ces gens une place dans sa communauté et un travail pour contribuer au bon fonctionnement de la ville, notamment par l'exploitation des pierres précieuses que recèlent les grottes des environs.

Tout semble sourire aux habitants de Wistaria, mais cela a aussi attiré des envieux et des groupes de bandits se réunissent autour de la ville en espérant l'envahir. Hélas pour eux, la géographie particulière des lieux fait de Wistaria une véritable forteresse difficilement prenable. De plus, les portes de la ville ne sont pas ouvertes à tous non plus, l'administrateur ayant fait une règle d'or de n'accueillir que ceux qui sont vraiment dans le besoin et à qui Wistaria puisse offrir un nouveau départ.

Pour les habitants, Wistaria est un monde à eux, indépendant du monde extérieur perverti par l'armée, la guerre et les inégalités sociales. Ici, leurs efforts mis au service de la communauté sont récompensés à leur juste valeur par la règle de l'échange équivalent. Et Raygen, cet homme qui a su leur redonner l'espoir et une nouvelle vie alors qu'ils avaient tout perdu, est considéré comme un saint.

C'est cette ville qu'Edward et Alphonse découvrent à leur arrivée, d'abord simples spectateurs de l'activité de la ville. Rapidement touchés par la promesse de la ville, ils veulent croire qu'un paradis pareil puisse exister. Alphonse se laisse conquérir et entreprend de s'intégrer à la communauté. Pourtant, Edward réalise bien qu'un tel paradis ne peut être réel et, en cherchant plus profondément, il découvre la face sombre cachée de la ville, celle que les visages souriants des habitants voilent.

Plus politique et philosophique que les romans précédents, La Vallée aux Pétales Blancs est aussi le premier roman à présenter une évolution des frères Elric au cours du récit. Lorsque l'histoire commence, les frères Elric voyagent déjà depuis quelques temps à la recherche du moyen de retrouver leurs corps d'origine, parcourant de nombreux lieux mais n'ayant jusque là jamais pris le temps de découvrir les endroits visités pour poursuivre aussitôt leur quête. Bien sûr, ils sont au courant de la misère qui touche le monde et la regrette, mais ils n'ont jamais considéré qu'ils pouvaient y faire grand chose, ne pouvant porter le malheur du monde sur leurs épaules et préférant rester centrés sur leur quête.

Pour la première fois, les frères Elric se trouvent chargés d'une mission qui n'a rien à voir avec la pierre philosophale et, devant faire une inspection de la ville, ils l'observent d'abord en tant que spectateurs, découvrant la géographie, le mode de fonctionnement et les habitants. Ce faisant, ils finissent par s'impliquer personnellement et, lorsque les choses dérapent, ils deviennent pour la première fois acteurs des événements au lieu de rester en retrait.

Alors que Edward est au départ un protagoniste qui ne s'intéresse guère au sort d'autrui, la manière dont l'histoire évolue le pousse à passer à l'action et il se transforme alors progressivement en figure héroïque, agissant pour le bien des habitants de la ville même s'il doit pour cela lutter contre eux.

De son côté, Alphonse est amené à se remettre en question, ainsi que sa quête de son corps d'origine. Là où les habitants de la ville ne s'intéressent guère au passé de tout un chacun, apprenant à s'accepter tels qu'ils sont au jour d'aujourd'hui, Alphonse se laisse toucher par la mentalité des lieux et se demande pour la première fois s'il peut s'accepter tel qu'il est, enfermé dans cette armure de métal qui lui prodigue aussi certains avantages pouvant être mis au service de la communauté: pas de fatigue, pas de faim ou de sommeil, une force prodigieuse... Il n'avait jamais pensé qu'il pouvait s'attacher à son corps actuel mais, s'il peut refaire sa vie ici et s'accepter tel qu'il est actuellement, il n'a plus besoin de rechercher son corps d'origine. Qu'est-ce qu'il désire réellement ? Alphonse pense qu'il peut trouver une réponse à toutes ces interrogations en ce lieu.

A côté des frères Elric gravitent une galerie d'autres personnages qui représentent ainsi les différents aspects de la ville. En premier lieu Ruby, une jeune fille que les deux frères rencontrent dès leur arrivée en ville et avec laquelle ils partageront la relation la plus proche. Ruby a totalement accepté la politique menée par la ville comme un idéal à suivre et elle admire grandement l'administrateur qui a su la sauver. Elle est réceptive à l'admiration d'Alphonse qui partage ses convictions sur le bien-fondé du système politique régissant la ville.

De l'autre côté, elle est aussi une jeune fille courageuse, intrépide, une vraie tête brûlée avec un caractère de cochon qui ressemble beaucoup à Edward de caractère et qui passe son temps à se disputer avec lui pour des bêtises comme un frère et une soeur. Ces échanges humoristiques entre Edward et Ruby font partie des moments humoristiques de l'histoire, avec son début. Ces moments sont plutôt rares, l'intrigue étant particulièrement sombre et sérieuse.

La relation de Ruby avec Raygen n'est pas sans rappeler la relation entre Rosé et Cornello au tout début du manga. Comme Rosé, Ruby est une idéaliste qui se dévoue corps et âme à un homme, érigé en saint homme par les habitants, qui fait de belles promesses et qui redonne l'espoir à ses fidèles. Et ultimement, c'est un jeu d'admiration et de domination, de foi et de tromperies.

S'il apparait relativement peu dans le roman (il n'apparait en tout et pour tout que deux fois), Raygen a toutefois une présence de malade dans sa ville et dans le portrait élogieux qu'en dessinent les habitants de Wistaria ou dans le portrait sombre que finit par en dresser Edward à mesure de ses découvertes, véritable âme de la ville que personne ne voit mais dont tous ressentent la présence et la volonté en permanence. Au final, il fait un adversaire convaincant qui, contrairement à ceux des deux précédents romans, représente ici un personnages à la hauteur de ses hautes ambitions (on peut y croire cette fois).

Parmi les autres personnages, on trouve Leaf, le jeune garçon idéaliste qui, malgré son jeune âge, a déjà des idées politiques et philosophiques très arrêtées et qui s'oppose à la politique de Raygen dont il est parfaitement conscient des effets pervers. Sa relation tendue avec Ruby, une amie d'enfance devenue une étrangère depuis, est un des enjeux principaux de l'histoire. On trouve aussi Neal, l'incarnation de la réussite sociale dans cette ville, ou au contraire Ivans, le vieil homme qui ne peut plus être d'aucune utilité à l'activité économique de la ville, ou Kett, qui avait la possibilité de travailler mais qui a été victime d'un accident et duquel on ne peut plus rien attendre.

Chacun de ces personnages incarne une valeur différente liée à l'aspect politique et philosophique de l'histoire, tous sont bien développés (beaucoup plus que les personnages des romans précédents) et font partie intégrante du portrait qui est dessiné de la ville.

Le roman est composé de deux parties bien distinctes. La première, qui s'étale sur les trois premiers chapitres, s'attarde surtout à dresser le portrait politique et social de la ville et de ses habitants et à développer la mythologie propre à cette histoire. Ici, les frères Elric sont de simples spectateurs et il n'y a pas de moments d'action. Cela prépare le second acte où les choses dérapent, où la menace prend corps, et qui est cette fois essentiellement tournée vers l'action, mais sans perdre de vue tout ce que l'auteur avait construit jusque là. Ce monde qui nous avait été minutieusement décrit devient alors le théâtre des événements du dernier acte et tout est exploité pour aboutir jusqu'à la finalité du titre.

On se retrouve ainsi avec une histoire très aboutie qui n'a rien à envier au manga d'origine. Beaucoup de réflexions et de développements intéressants qui mettent brillamment à profit la richesse de la mythologie du manga. Si on devine rapidement que Wistaria n'est un paradis qu'en apparence, l'histoire comporte suffisamment de rebondissements et de surprises pour surprendre le spectateur. Les choses qui se déroulent en sous-sol sont beaucoup plus sombres que ce que l'on s'imagine et la menace en est d'autant plus convaincante.

Au final, un excellent roman de Fullmetal Alchemist et l'une des meilleures aventures des frères Elric jusque là.

Pour conclure, comme toujours, l'auteure du manga original, Hiromu Arakawa, signe les quelques illustrations qui accompagnent l'ouvrage.
"-Tu as abandonné la chance d'avoir une vie paisible. Pourquoi ? Je vais demander une dernière fois. Est-ce que je trouve qu'être avec Haruhi et d'avoir que des problèmes est amusant ? Réponds !
-Bien sûr que oui ! Bien sûr que c'est amusant ! Peu importe le nombre de fois où tu le demanderas, ma réponse restera la même: "Bien sûr !"


Retourner vers « Japanimation, Mangas (et diverses BD d'Asie) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité