Le genre de la Fantasy (définition et news)

Les univers médiévaux-fantastiques et de fantasy hors récits de Tolkien :
Game of Thrones, Narnia, Harry Potter, romans de David Eddings, Pratchett, David Gemmel, Marion Zimmer Bradley, Terry Brooks etc.
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 307875
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Le genre de la Fantasy (définition et news)

Messagepar phoenlx » lun. mai 27, 2019 10:16 am

un article du point POP sur l'état du marché français de la fantasy (qui n'est pas très bon apparemment)

Pourquoi la fantasy française se vend mal

article de Lloyd Chéry

Alors que la production nationale n'a jamais été aussi abondante, les best-sellers se font de plus en plus rares. Mais que se passe-t-il ?

La fantasy ne s'est jamais aussi bien portée, à en juger le triomphe de Game of Thrones avec ses records d'audience et ses 85 millions d'exemplaires vendus (dont 4 millions dans l'Hexagone). Autrefois cantonnée à un cercle de connaisseurs, elle jouit désormais d'une popularité mondiale et prend toujours plus de place en librairie et sur les écrans (À la croisée des mondes cette année, La Roue du temps et la série dérivée du Seigneur des anneaux très bientôt...). Mais ce succès croissant ne semble pas bénéficier à la production nationale. « La plupart des gens ne sont pas capables de citer un seul titre français », regrette l'universitaire Anne Besson, qui a dirigé le Dictionnaire de la fantasy. Alors qu'ils dévorent les bouquins de George R. R. Martin, Robin Hobb, David Eddings ou encore Terry Pratchett, les Français méconnaissent leurs propres auteurs. On sait bien que « nul n'est prophète en son pays », mais tout de même, comment expliquer qu'aucun roman de fantasy française ne soit parvenu à dépasser les 100 000 exemplaires ces dix dernières années  ?

Pour Stéphane Marsan, président des éditions Bragelonne, le problème est ancien : « Si on compare avec les Anglo-saxons, la France a eu cinquante ans de retard. » Il est vrai qu'en matière de fantasy tout, ou du moins beaucoup de choses, est parti d'Angleterre. Et que notre pays a pris son temps pour rejoindre le mouvement, en témoignent les dates de traduction du Hobbit et du Seigneur des anneaux, publiés en 1937 et 1952 outre-Manche, mais seulement en 1969 et 1972 chez nous. Il faut attendre les années 1980 pour voir émerger une première école française avec Michel Grimaud (Malakansâr), Christian Charrière (La Forêt d'Iscambe), Jacques Abeille (Les Jardins statuaires) et Michel Pagel (Les Flammes de la nuit). Quinze ans plus tard, la fantasy française prend néanmoins enfin son essor : les éditions Mnémos, créées en 1996, puis Bragelonne, en 2001, font décoller les ventes auprès du grand public. Des écrivains notables comme Mathieu Gaborit, Pierre Pevel et Jean-Louis Fetjaine font leurs apparitions tandis que Le Cycle de Ji, de Pierre Grimbert, et La Moïra, d'Henry Loevenbruck, dépassent les 100 000 exemplaires, notamment grâce aux ventes des poches (qui représentent de façon générale 80 % des ventes par rapport au grand format). « On découvrait une fantasy française de qualité avec des romans populaires et grand public », expose Anne Besson. Au même moment, Harry Potter fait sauter les frontières de la littérature jeunesse et de la fantasy. Avec son adaptation cinématographique et celle du Seigneur des anneaux, c'est le genre tout entier qui explose, entraînant une ruée vers l'or. ( ... )

article complet à lire ici : https://www.lepoint.fr/pop-culture/livr ... 2B19fWHXLU
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Fantasy - Merveilleux - Médiéval Fantastique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité