Stand by me (de Rob Reiner)

L'univers de Stephen King à travers les adaptations de ses oeuvres pour le petit ou le grand écran (que ce soit le film Shining du cinéaste Stanley Kubrick, Christine de John Carpenter, Carriede Brian de Palma, ou encore le récent "ça" d'Andrès Muschietti, et bien d'autres encore ...)
Stephen King est l'un des écrivains les plus adaptés ; cette rubrique du forum vous permettra de découvrir ou redécouvrir toutes ces oeuvres adaptées ou inspirées de son oeuvre, certaines cultes, d'autres parfois plus nanardesques ou oubliées. La rubrique aborde aussi les productions originales pour la TV comme Castle Rock. C'est à un voyage fascinant dans le monde de l'horreur et du fantastique que nous vous invitons !!
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 325099
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Stand by me (de Rob Reiner)

Messagepar phoenlx » dim. août 25, 2019 12:23 pm

Image


Stand by me est un film sorti en 1986 réalisé par Rob Reiner. Il s'agit de l'adaptation d'une nouvelle de Stephen King, Le corps, qu'on peut trouver dans le recueil Différentes saisons.

J'ai visionné ce film hier soir, ayant été aiguillé je dois l'avouer par une vidéo du youtubeur Dirty Tommy qui en disait le plus grand bien.
Malgré des bémols (mais qui n'en sont pas vraiment, quand on connait bien les oeuvres écrites de Stephen King car on se rend compte que beaucoup de choses présentes dans le film sont typiques de ses univers) j'ai beaucoup aimé ce film.

L'histoire tourne autour d'une bande de jeunes garçons d'une petite ville de l'Oregon, Castle Rock (la fameuse Castle Rock si récurrente dans l'oeuvre du King 8-) ) Notre bande de quatre potes vont partir dans une aventure un peu morbide et folle pour retrouver le cadavre d'un jeune garçon qui vient de décéder non loin d'une voie de chemin de fer (information qui n'est pas encore parvenue aux oreilles de la police laquelle cherche le corps, mais dont nos jeunes héros ont eu vent par le frère de l'un d'eux)

Au casting, nous avons dans le rôle des 4 enfants : Wil Wheaton (Gordie Lachance), Richard Dreyfuss (le même personnage, une fois adulte, qu'on voit assez peu au début et à la fin), River Phoenix (Chris Chambers), Corey Feldman (Teddy Duchamp), Jerry O'Connell (Vern Tessio) ; Au scénario : Raynold Gideon et Bruce A. Evans et à la musique Jack Nitzsche. Le film a été bien accueilli par les critiques et on peut apprendre sur la toile qu'en 2008, le magazine Empire l'a classé à la 70e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps. Voilà pour la présentation sommaire.

Image


Qu'est-ce que j'en ai pensé ? Du bien :super:

Il s'agit d'un film qui par certains côtés, rappelle un peu les goonies (pour le côté : bande de 4 enfants un peu loufoques partant à l'aventure) même si je tiens à dire que cette comparaison a aussi ses limites. L'histoire est aussi un peu autobiographique, l'un des enfants, surnommé Gordie Lachance (et incarné par Wil Wheaton) étant proche dans sa personnalité et son parcours de ce qu'était l'écrivain Stephen King lui-même à 12 ans. C'est d'ailleurs un apprenti écrivain, au milieu d'une bande de potes qui sont des ratés et il est amusant de constater que l'une des histoires qu'il raconte dans le film (et qu'il a écrite) est une véritable nouvelle que Stephen King avait écrite pendant sa jeunesse et intitulée La Revanche de Gros Lard Hogan ! mise en abime plutôt sympa. Cette nouvelle est peu ragoûteuse signalons-le, avec un humour bien potache, du vomi et .. je vous laisse voir, ça se passe de mots :lol: Mais c'est très Stephen Kingien, quand j'ai vu cette scène dans le film je me suis dis : Là c'est vraiment du King "tout craché" !! (jeu de mot sur "tout craché", comprendront ceux qui ont vu :lol: )

Bref, un film avec un humour bien particulier (il faut que ça plaise, de même qu'une certaine vulgarité chez Stephen King peut déplaire, je l'avoue) mais comme souvent chez King, les émotions se mêlent au potache, le dégoutant à des valeurs plus nobles, il s'agit d'un film plein d'humanité, sur une bande de potes qui vont par cette expérience sortir de l'adolescence, mûrir et grandir dans leur tête, sans dévoiler l'épilogue et les détails, il m'a ému à plusieurs reprises. Contrairement à beaucoup d'oeuvres de Stephen King, celle-ci ne contient aucun caractère fantastique, l'histoire est 100% réaliste. Domaine où l'écrivain excelle aussi, il ne faudrait pas croire qu'il est moins bon dès qu'il n'y a plus d'horreur, de monstres, de fantômes ou autre, bien au contraire, Stephen King est un écrivain de la psychologie humaine, et qui à bien des égards je trouve, en a parfaitement compris certains travers mais aussi, certains côtés positifs et ses oeuvres qui parlent de la mort et de son côté morbide nous parlent aussi à travers elle de la vie et de son côté fragile, éphémère, et par conséquent, sublime et à préserver. On pourrait débattre des heures de romans comme Sac d'os, Marche ou crève et d'autres à ce sujet.

Ce film a t'il donc bien capté l'essence de l'oeuvre de Stephen King ? Je dirais oui et non, comme beaucoup d'autres adaptations pour le cinéma ou la TV (qui sont la plupart du temps en-dessous de la richesse des livres) mais il fait néanmoins partie du haut du panier à ce niveau, et à bien des égards, on sent l'emprunte très particulière de l'écrivain, de son style, de ses obsessions (parfois peu ragouteuses, un certain humour pipi caca qui ici évidemment dans la bouche de ces enfants peut aller loin, heureusement compensé (pour les spectateurs qui ne raffolent pas trop de ça, et j'avoue que c'est mon cas :lol: ) par des scènes beaucoup plus savoureuses, humaines, c'est un film d'où émane à la fois tendresse et violence, vie et mort, humour, et scènes plus inquiétantes (il y a notamment un passage avec un train qui ne laisse pas indifférent) Les décors sont beaux, et on peut signaler aussi la chanson du générique de fin (stand by me, que l'on doit au chanteur Ben E. King, chanteur de rythm and blues américain et qui fut de nouveau un succès planétaire après ce film et sa réédition !)

En bref, je conseil à tous les fans du King, et je conseille plutôt aux autres aussi (avec quelques bémols ou mises en garde sur un côté "humour potache" qui peut déplaire) c'est un bon film.

ci-dessous : Le recueil Différentes saisons (dans lequel vous pourrez retrouver la nouvelle Le corps, à l'origine du film)

Image

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 96180
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Stand by me (de Rob Reiner)

Messagepar Scarabéaware » dim. août 25, 2019 9:09 pm

Bon beh celui-là je vais tâcher de le voir aussi dans pas trop longtemps :mrgreen:. Je me demande bien ce que peux cacher le "tout craché" tiens :lol:. En tout cas Dirty Tommy aura eu de quoi nous titiller quand à ce film et là tu donnes d'autant plus bien envie de découvrir cet espèce de goonies à la sauce Stephen King avec sa part autobiographique à ce qu'on retrouve une bonne part de lui chez l'un des gosses.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 325099
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Stand by me (de Rob Reiner)

Messagepar phoenlx » lun. août 26, 2019 9:32 am

Quelques anecdotes intéressantes sur ce film et sur la nouvelle qui l'inspire :

Déjà, au niveau du casting, le jeune acteur qui incarne le frère du héros Gordie La chance (frère décédé tragiquement et jeune dans le film) est le tout jeune acteur John Cusack, qui fera par la suite la belle carrière qu'on connait. A noter tout de même que ce n'était pas son premier rôle, il avait tourné dans plusieurs films avant.

Image

Nous avons aussi au casting le jeune River Phoenix (incarnant Chris Chambers, le meilleur ami du héros Gordie), River Phoenix qui comme vous le savez sans doute est décédé jeune. Une scène à la fin du film stand by me au moment des séparations fait penser de manière troublante au tragique destin qu'aura cet acteur ..

Image
(l'acteur River Phoenix dans le film)

- dans la nouvelle (Le corps), présente dans le recueil Différentes saisons, Stephen King a placé un petit clin d'oeil au chien Cujo, célèbre chien féroce et enragé qui est au centre d'un autre de ses romans (Cujo)
Dans Le corps, il y fait référence comme vous pouvez vous en douter, lors de la scène avec le chien Chopper, qui terrorise les enfants.

Chopper était le chien le plus redouté de Castle Rock - du moins jusqu'à ce que Cujo, le chien de Joe Camber attrape la rage, vingt ans plus tard

Image

Le réalisateur de ce film devait être Adrian Lyne à la base, connu entre autre pour Flashdanse, 9 semaines 1/2, Liaison fatale, Lolita, L'échelle de Jacob.
Au moment de devoir réaliser Stand by me il sortait du tournage de Neuf semaines et demi épuisé, et finit par laisser sa place sur le nouveau film à [B]Rob Reiner
qui était tombé amoureux du script. Rob Reiner qui faisait des films plutôt orientés comédie auparavant, on peut penser à Spinal Tap (documentaire assez parodique sur le heavy métal) ; le ton de ses films changera à partir de Stand by me.

Image
Rob Reiner

Par la suite, Rob Reiner créera une société de production bien connue et dont le nom n'est pas anodin : Castle Rock Entertainment, du nom de la petite ville imaginaire de Castle Rock où bon nombre de romans de Stephen King se déroulent au moins en partie.

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 325099
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Stand by me (de Rob Reiner)

Messagepar phoenlx » dim. sept. 01, 2019 11:33 pm

je n'avais pas tilté mais en fait le réalisateur de ce film (Rob Reiner) c'est le même que sur Misery
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

fides
La Première Bataille
La Première Bataille
Avatar du membre
Messages : 12542
Enregistré le : mar. mars 01, 2016 12:22 am
Localisation : Entre l'Olympe et la terre, où les gens on besoins.
Gender :

Re: Stand by me (de Rob Reiner)

Messagepar fides » mer. sept. 25, 2019 6:52 am

Bon, j'ai sauté le résumé vu que je l'ai pas vue. :lol:
Mais un truc me fais rire, c'est la moins bien noté des 4 histoires du recueil qui a été fait en film. :shock: :lol:

@Pho: Tu as noté ce que je t'avais envoyé sur les notes des 3 autres récits?
Il était une fois...


Image

Sur l'Olympe...

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 325099
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Stand by me (de Rob Reiner)

Messagepar phoenlx » mer. sept. 25, 2019 10:45 am

oui mais parfois ça veut rien dire, une nouvelle un peu moyenne peut faire un bon film (et vis versa) tout dépend du talent du réalisateur
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 96180
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Stand by me (de Rob Reiner)

Messagepar Scarabéaware » jeu. janv. 02, 2020 10:22 pm

J'ai vu ce film hier soir et j'ai plutôt bien aimé découvrir cette histoire avec son côté semi-autobiographique à ce que nous ayons l'un des enfants représentant quelque peu Stephen King à cet âge :D.

Il est vrai qu'on peut lui considérer un petit côté goonies avec cette bande d'amis aimant bien se retrouver dans leur petit cabane et qui va se retrouver à vivre une espèce d'aventure. Mais bon comme aventure on est loin d'une chasse au trésor de pirates, c'est plus morbide de chercher à retrouver un corps perdu dans la nature à avoir entendu des infos à propos. On peut d'ailleurs dire que ça a son petit côté étrange de leur part :lol:. Mais bon voila pour le côté Kingien c'est pas mal et même si on est loin de verser dans l'horreur ça forme de quoi toucher avec cette bande de camarades dont certains sont des idiots mais font partie de ce petit cocon qui aura vécu de belles années d'enfance avant que ne vienne un temps qui va mener à la séparation. Cette "aventure" à de quoi les faire évoluer en même temps, ça marque un tournant de leur vie, en plus de nous dresser un peu le portrait de chacun d'eux.

J'aime bien pour le gosse qui représente Stephen King d'ailleurs, futur écrivain qui compose déjà des textes dont déjà d'horreur :D. C'est plutôt plaisant pour la petite mise en abyme que ça produit et qu'il en raconte de temps en temps à ses amis. Nous avons droit du coup à ce que l'une de ces histoires nous soit conté et l'on peut dire que c'est vraiment pas très ragoutant lol. En l'écoutant je me disais que ça aurait été encore mieux d'avoir une histoire d'horreur mais non, y en a un qui veux pas et puis ça devait probablement rester tout public :mdr:. Mais bon punaise, avec cette histoire qu'il raconte c'est bon, l'effet est garanti pour que ça fasse une petite horreur tellement elle est vomitive :rire:. Ah non mais cette revanche qu'il illustre ainsi dire que c'est potache c'est pas peu dire et puis en soit c'est assez réussi, la fin est même tout à fait valable n'en déplaise à une moitié de son auditoire :lol:. Bref, c'est de la sympathique histoire d'enfance, enfin sympathique façon de dire. Par contre il y a une chose que je me suis demandé là par rapport au semi-autobiographique, c'est si Stephen King avait vraiment perdu un frère. Apparemment non mais par contre il a eu de quoi avoir un sacré choc à 4 ans :transpire:.

À l'âge de quatre ans, le jeune Stephen connaît ses premières rencontres avec l'horreur. Dans la vie réelle tout d'abord, quand un train écrase un camarade de jeu sous ses yeux.


Pfiou...le truc qui a de quoi te marquer au fer rouge ça. Et du coup quand on voit ce qu'on a niveau des trains ici, ça fait probablement bien référence à cet épisode de son enfance, sauf que là ils s'en sortent bien. Par contre j'espère que son ami qui est passé sous un train n'aura pas fait comme le gosse qu'on voit dans le film avec son histoire d'esquive à être limite suicidaire, parce que c'est franchement bête. En tout cas on a un côté exutoire avec le sauvetage, c'est le côté thérapie par l'histoire où le camarade en question se fait sauver. Quand on sait ça, y a de quoi avoir une autre vision par rapport à ça.

Enfin bref...sinon on parle des enfants mais il y a aussi l'autre groupe qu'on voit apparaître dans cet histoire, un peu loubards sur les bords. Ceux là d'ailleurs j'ai trouvé qu'ils auraient pu être plus menaçants, on a déjà vu mieux niveau des ados à la con mais disons que ça reste pas mal quand même. Et surtout on a de quoi signaler la présence de Kiefer Sutherland dans le groupe, encore bien jeune à l'époque :D. Je sais pas si t'avais remarqué Pho, en tout cas t'en aura pas parlé dans les anecdotes.

Image

Voila, du coup dans l'ensemble c'est vraiment pas mal avec ce que ça donne, ça fait une évocation quand au deuil qui plus est et le fait de surmonter ceci, cette envie d'aller trouver ce corps permet de franchir une étape à ce propos. Pour Gordie Lachance, le gosse qui représente Stephen King c'est vraiment bien initiatique mais pour les autres également avec cette évolution qu'ils connaissent. Après aussi en plus de l'initiatique je me demande si c'est pas aussi le côté écrivain qui aimerait voir un tel type de mort pour s'en imprégner quelque part pour d'autres histoires, une curiosité bien particulière. J'ai pensé à ça pendant un petit moment, c'est pas vraiment ça mais je suppose qu'il peut aussi y avoir de ce fait.

Bref, somme toute j'ai donc plutôt bien apprécié découvrir cette petite histoire que ça donne, maintenant faudra que je lise la nouvelle pour profiter d'autant plus pleinement de toute la substance du récit :mrgreen-noel:.


Retourner vers « Les adaptations et productions pour la TV »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité