ToME (1998) (Amiga, DOS, Linux, Mac OS, Windows)

Jeux vidéos autour de l'univers de Tolkien (divers)
Maedhros
Athrabeth Finrod ah Andreth
Athrabeth Finrod ah Andreth
Avatar du membre
Messages : 13772
Enregistré le : mer. déc. 21, 2016 1:03 am
Gender :

ToME (1998) (Amiga, DOS, Linux, Mac OS, Windows)

Messagepar Maedhros » lun. nov. 12, 2018 8:48 pm

Tome pour Tales of Maj'Eyal (Contes de Maj'Eyal) anciennement nommé Trouble on Middle-Earth (Trouble en Terre du Milieu) est un rogue-like sortis en 1998 sur Amiga, DOS, Linux, Mac OS, Windows, éditer par Open Source et conçu par Nicolas Casallini alias DarkGod. Le jeu est une variante d'Angband.

Image

Comme dit précédemment, le jeu est un rogue-like. Dans ce type de jeu, l'on explore au tour par tour un vaste donjon souterrain généré aléatoirement dans un univers généralement en deux dimension souvent écrit en ASCII. Le joueur incarne un unique héros qui progresse à l'intérieur d'un donjon, qu'il doit explorer, dans lequel il affronte une panoplie de monstre, qu'il doit combattre et tuer. Le personnage joué est en partie décrit par des nombres (comme les points de vie ou les attributs) qui sont délibérément montrés au joueur. Les adversaires sont similaires au personnage dans le sens où ils sont soumis aux mêmes règles.

Les rogue-likes ont une grande complexité, liée aux multiples interactions possibles entre les actions du joueur, les objets et les monstres. Cette complexité le rend très dur d'accès pour les débutants et ne peut être domptée que par une grande intelligence tactique. La gestion des objets est au cœur du jeu. Certaines ressources, comme la nourriture ou les objets de soin, sont capitales pour ne pas mourir. Le joueur doit découvrir seul l'utilité des différents objets qui se trouvent sur son chemin ; ceux-ci ne disposent en effet pas de notice explicative comme c'est le cas dans d'autres jeux de rôle. Au contraire, l'information donnée est parcellaire et ne peut être complétée qu'en utilisant certains sorts, Les rogue-likes sont punitif. L'échec mène à la mort permanente du personnage. Cela signifie concrètement que le joueur ne peut pas retourner en arrière lorsqu'il perd ; les sauvegardes sont uniquement possibles au moment de quitter le jeu, et elles sont détruites lorsqu'elles sont chargées. Le personnage disparaît définitivement lorsque la partie est finie, et le joueur est condamné à recommencer au début de l'aventure.

Les rogues-likes ne sont pas modal. Chaque action doit être disponible à tout moment. Par exemple, il ne peut pas y avoir de magasin permettant d'acquérir des objets à certains endroits seulement du donjon. Les rogue-like n'utilisent aucune ressource graphique et représentent les éléments du jeu par des symboles ASCII. Par exemple, le symbole "@" représente souvent le personnage joué, tandis que les lettres de l'alphabet indiquent la présence de monstres. Afin de multiplier le nombre de symboles disponibles, les développeurs utilisent des changements de casse ou de couleur. L'aventurier est contrôlé par de courtes commandes d'une ou plusieurs touches plutôt que par la souris. Par exemple, dans NetHack, « r » permet de lire (read) un parchemin, « d » de lâcher (drop) un objet et « q » de boire (quaff) une potion. La pauvreté de graphismes — tout comme celle des musiques ou de la narration — vient d'une volonté de concentrer l'ensemble des efforts sur la mécanique de jeu, qui est le point le plus important du genre. Les tentatives de donner une interface graphique plus poussée (par exemple une vue en 3D isométrique) à des jeux classiques ont d'ailleurs eu un succès assez mitigé. De plus, elle rend possible la conception de rogue-like ambitieux par des équipes très réduites, voire par des personnes seules. Toutefois, ces interfaces sont en général assez difficiles à prendre en main et rendent le genre peu accessible.

Image

ToME est un dérivé d'Angband, basé jusqu'à sa troisième version sur le code source de ZAngband. Il était auparavant nommé PernAngband. Jusqu'à sa troisième édition, le jeu se déroulait dans l'univers crée par J.R.R Tolkien avec des personnages optionnelles provenant d'univers crée par H.P Lovecraft et Roger Zelazny (Cycle des Princes d'Ambre), par héritage respectivement de Cthangband et ZAngband.

La quatrième version du jeu change de nom en 2012 et se nomme dorénavant Tales of Maj'Eyal, ne faisant plus directement allusion aux œuvres de J.R.R Tolkien. Le moteur du jeu ,dénommé te4, est également complètement réécrit et la numérotation des versions est réinitialisé.

Dans ToME, le joueur peut choisir pour son personnage une liste fournie de races et de classe depuis un guerrier cornac (humain ordinaire) jusqu'à un mage shalore (elfe sylvestre). Au début la plupart de ces possibilité sont restreindre et il faut faire certaines quêtes pour les débloquer. Certaines classes utilisent des caractéristiques classique comme les points de magies, mais d'autres vont au contraire se baser sur des talents plus originaux comme l’équilibre, lequel se retrouve après quelques exercices de méditation. Si cet équilibre est trop perturbé, le reste des caractéristiques en sera pénalisé. Il est donc nécessaire de prendre en compte toutes ces particularités lorsque l'on élabore une stratégie de combat. Ensuite, à l'instar des autres rogues-like, le joueur peut explorer le monde, gagner de l'expérience, combattre des monstres dans différentes zones et découvrir de puissants objets magique.

Le jeu est assez libre et propose désormais un univers spécifique à l'historique riche, modelé par des évènements comme le Spellblaze, un cataclysme magique dont les échos sont omniprésent. Les traditionnels souterrains de tout rogue-like qui se respecte sont bien entendu présents, mais des forêts infestées de loups, de serpents et de voleurs sont également à découvrir, ainsi que des villes et villages où le joueur pourra parfaire son équipement.

ToME comporte aussi une progression des personnages sur la base de points de compétences, des niveaux et des quêtes spéciales, plusieurs souterrains et ville, ainsi qu'une vaste étendu de surface, de nombreuse écoles de magie, de nombreuse races et classes, une gestion de l'apparition des objets et des monstres en fonction du niveau du personnage, de nombreux monstres et objets, la possibilité de crée des modules (des variantes basé sur le sript). L'enregistrement en ligne, facultatif, permet de mémoriser ses personnages sur le site officiel, et de voir la progression des autres joueurs. Le but n'est pas d'avoir un MMORPG, mais des fonctionnalités socialisantes.

Image

T-Engine utilise SDL pour créer des jeux en temps réel ou au tour par tour en utilisant des scripts en Lua. Certains effets (particules, shaders) sont en OpenGL. En dehors de ToME4, le moteur T-Engine a été utilisé par d'autres auteurs pour créer des jeux à l'occasion du concours annuel Seven Day Roguelike Challenge en 2011 et 2012. Ce moteur permet également de créer des extensions pour ToME4, permettant à chacun de contribuer au jeu.


Image

Dans Tales of Maj'Eyel, vous êtes un aventurier en quête de trésor et vous allez parcourir les environnements divers et variées comme de sombres donjons, des terres maudites, des forêts sauvages où la magie est interdite. Les ors ont disparut depuis longtemps, mais il semblerait quelque chose se trame dans les recoins reculé et sombres. Le continent, après des siècles de guerre, propose un environnement que l'on pourrait croire pacifié, mais en réalité c'est tout un monde d'exploration et de magie (réprimée, mais toujours présente) qui s'offre aux aventuriers qui recherchent gloire et argent. Bref, une intrigue qui a l'air bien ficelé.

Image


Le jeu propose des extensions officiels payante.

Ashes of Urh'Rok (sortie le 27 octobre 2014) permettant notamment au joueur de jouer un personnage transformé en semi-démon et d'explorer des contrés maléfique.

Embers of Rage (sortie le 20 février 2016) propose notamment de jouer un Orc ou membre d'un peuple associé et de nouvelle classe dans une ambiance Steampunk.

Forbidden Cults (sortie le 16 mai 2018) s'inspire de l'horreur lovecraftienne et propose de nouvelles races, classes,zone à explorer etc.

Le site officiel du jeu présente également de multiple extension officiel gratuites, ainsi que des extension développer par des amateurs du jeu. Ce jeu a été élu rogue-like de l'année en 2010, 2011 et 2012, auprès d'un panel de plus de 5000 joueurs. Démonstration technique du T-Engine, ToME est joué par au minimum 400 joueurs (enregistrés) en permanence.
When humanity stands strong and people reach out for each other... there's no need for gods.

Retourner vers « Jeux vidéos »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité