Les romans extraordinaires chinois (et produits dérivés)

Rubrique sur les 4 romans extraordinaires de la littérature chinoise :
- La saga des Trois Royaumes
- Au bord de l'eau
- Voyage en Occident
- le Jin Ping Mei
Dans cette rubrique il sera question non seulement de ces romans mais aussi de leur contexte historique, des produits dérivés ainsi que des diverses adaptations pour le cinéma, voire en manga ou autre
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Les romans extraordinaires chinois (et produits dérivés)

Messagepar phoenlx » lun. févr. 27, 2006 10:08 am

Dans ce topic nous allons parler de très célèbres romans qui font partie de la culture chinoise, et plus spécifiquement des quatre romans que l'on appelle "Les Quatre Extraordinaires" (四大名著 sì dà míng zhù)

Ces quatre romans sont :
- Les Trois Royaumes (de Luo Guangzhong )
- Au bord de l'eau (de Shi Nai’an)
- Voyage vers l'Ouest (ou le roi singe, ou encore Pérégrination en occident) , écrit par Wu Cheng’en
- le lotus d'or (ou Jin Ping Mei encore appelé Fleur en fiole d'or et dont l'auteur est incertain)

On ajoute parfois un 5ème roman à cette liste :
- Le Rêve dans le Pavillon rouge ( ou Le rêve de la Pierre), de Cao Xueqin

Ces romans ont une importance considérable en Chine, et chacun à leur manière portent la marquent de leur époque. Ils ont inspiré nombre de films, séries TV, pièces de théâtre, parfois des mangas, des animes, des jeux vidéos (la célèbre série de jeux Dynasty Warriors par exemple se base sur le roman Les Trois Royaumes, également adapté en un célèbre film épique par John Woo) , saga épique extraordinaire au passage et doté d'une foultitude de personnages héroïques très intéressants dont certains sont presque des divinités en Chine où on leur érige parfois des statues géantes (exemple : Guan Yu ) Bref, des livres très importants. Souvent des romans fleuve comme Au bord de l'eau, parfois satire de leur époque, et bourrés d'allégories, parfois de scènes épiques, humoristiques, de réflexions morales sur la société et les travers humains.

Pour la suite de cette présentation, je paraphrase le site web ce site web qui livre de petits résumés :

Image
Le Roman des Trois Royaumes (三國演義 ou三国演义 sān guó yǎn yì) a été écrit par Luo Guangzhong (羅貫中 luó guàn zhōng). L’histoire se déroule durant la chute de la Dynastie Han (206 avant notre ère – 220 de notre ère) et raconte l’apparition de héros pour prendre le contrôle du destin de l’Empire. La fin historique de la Dynastie Han et la transition vers la Période des Trois Royaumes sont illustrés avec un suspense si soutenu et un héroïsme si épique qu’il est difficile de suspendre la lecture de cette histoire divisée en 100 chapitres. L’auteur a esquissé ces contes d’une période de turbulences dans un récit sophistiqué alliant loyauté et trahison, triomphe et défaite. Cette histoire présente le plus bel exemple du meilleur et du pire de la vie en Chine.

Image
Le roman Au bord de l’eau (水滸傳 ou水浒传 shuǐ hǔ zhuàn) aussi appelé Bandits du marais, a été écrit au 14e siècle par Shi Nai’an (施耐庵 shī nài ān). C’est un récit des exploits d’honnêtes fugitifs vivant sous la Dynastie Song. L’histoire explore comment le destin les a rassemblés et décrit les épreuves morales confrontant les bandits aux valeurs de la vie. L’histoire de ces 108 hommes et femmes est renforcée par leurs caractéristiques frappantes. La façon dont l’auteur incarne la personnalité de ces personnages multidimensionnels et extrêmement complexes au cours de leur combat entre bien et mal est inégalé.

Image
Le Voyage à l’Ouest (西遊記 ou西游记 xī yóu jì) a été écrit par Wu Cheng’en (吳承恩 wú chéng’ ēn) au 16e siècle. C’est un roman mythologique basé sur le périple entrepris par un moine au cours de la Dynastie Tang pour retrouver des écritures bouddhistes en Inde et les ramener en Chine. Mais il ne s’agit pas d’un voyage ordinaire. En cours de route, il est rejoint par un roi-singe invincible, un porc humanoïde naïf, un moine des sables et un cheval-dragon. L’histoire de l’impossible périple accompli par ces cinq mémorables créatures constitue l’un des romans les plus célèbres de l’histoire chinoise.

Image
Le Rêve du Pavillon rouge (紅樓夢 ou红楼梦 hóng lóu mèng) aussi appelé Histoire de la Pierre, a été écrit par Cao Xueqin (曹雪芹 cáo xuě qín) au milieu du 18e siècle. C’est un chef-d’œuvre de réalisme. L’histoire explore dans ses moindres détails les romances, le destin et les richesses de la vie dynastique. Aujourd’hui, des départements entiers se consacrent à l’étude de ce livre. Aucun autre livre ne décrit aussi précisément la vie quotidienne des gens à différents niveaux de la société durant l’antiquité.
( source : campsd-extermination-en-chine.20minutes-blogs.fr )


Il se trouve qu'à l'heure où j'écris ces lignes, j'en ai personnellement lu deux sur les quatres : Voyage vers l'Occident (le saiyuki dans la version japonaise, qui est le roman évoquant la célèbre légende du roi singe Sun Wu Kong, inspirateur de Sangoku dans Dragon Ball et de maints autres récits !), ainsi que Au bord de l'eau (de Shi Nai An) J'avais sans doute évoqué le roman Au bord de l'eau dans la rubrique Saint Seiya du forum, car (certains d'entre vous le savent peut-être) le manga de Kurumada est truffé de petits clins d'oeil à ce roman mais aussi à d'autres comme le roi singe :super:

Je n'ai pas encore lu les autres et je ne connais par exemple Les Trois Royaumes qu'à travers certaines adaptations comme l'excellent film épique de John Woo (à voir impérativement dans la version longue de 5 heures, car celle passée dans les cinémas français est tronquée de la moitié des scènes)
Il faut savoir que le roman Le lotus d'or (ou Jin Ping Mei) est un roman érotique et satirique considéré comme un dérivé du roman Au Bord de l'eau, dont il détaille le scénario et les personnages de certains chapitres.

Image
( source )

Ci-dessus : le roman Au bord de l'eau (signé Shi Nai An) ; Il s'agit comme je l'ai dis d'un livre que j'ai lu personnellement, mon édition contient deux gros tomes (plus de 1000 pages chacun, c'est vraiment très long mais passionnant !) Il existe peut-être des éditions encore plus épaisses qui regroupent l'histoire (à voir :penseur: )

Ce roman est fascinant car il comporte pas moins de 108 héros "principaux" -même si certains sont vaguement plus mis en avant que d'autres - et à ces derniers viennent s'ajouter d'autres personnages plus secondaires, c'est dire le nombre de protagonistes. Il s'agit d'un roman fleuve qui contient autant de petites "histoires dans l'histoire", chaque sous-intrigue développant l'un de ces 108 personnages qui forment le fil du récit. Au niveau du ton, c'est truculent, bourré de séquences humoristiques, mais avec aussi des passages épiques et plein de morale car c'est une satire avant tout et une réflexion sur la société chinoise de cette époque et ses travers ; une fois qu'on est plongé dedans c'est très agréable à lire par contre il faut vraiment s'accrocher éventuellement prendre des notes car les noms des persos chinois sont difficiles à retenir pour un occidental moyen comme moi ; pour ma part j'avais tendance à souvent confondre les héros du livre, même en étant bien à fond dans le roman après pas mal de pages : Pour vous donner une idée les 108 héros s'appellent (entre autres) : Song Jiang , surnommé le Héraut de Justice (lui, c'est l'un des plus importants !), Lu Zhi-shen le bonze tatoué, aussi appelé Sagesse Profonde, Lin chong tête de léopard, Wu song le pèlerin, Chai Jin, le Petit Ouragan etc etc (il y en a 108 comme ça, au bout d'un moment c'est très chaud à retenir :lol: ) Un de ceux que j'ai cité, Lu Zhi shen (surnommé le bonze tatoué, surnommé aussi Sagesse profonde - sobriquet un peu humoristique et décalé par rapport à sa personnalité) est un personnage que j'adore et qui m'a bien fait rire :mrgreen: Ces héros ont parfois aussi pas mal de surnoms différents.

Bref, un roman fleuve et à tiroir, mélangeant les ambiances, je suis vraiment tombé sous le charme du style de l'auteur Shi nai An , un style truculent, qui oscille entre le tragique l'humoristique, la satire sociale voire l'épopée, bourré d'allégories. A la base j'ai eu envie de le lire parceque je savais justement qu'il y avait des clin d'oeil dans le manga Saint Seiya ( les spectres dans saint seiya sont aussi au nombre de 108 et leurs étoiles correspondent aux étoiles des 108 héros du roman, on a aussi la même répartition en 72 "astres terrestres" et 36 "astres célestes" , d'ailleurs il y a une scène au début qui rappèle un peu le moment dans saint seiya où les étoiles s'échappent de la montagne de Rozan, pour ceux qui connaissent le manga, ici il s'agit d'une sorte de stèle).

J'ai été tellement ravi par cette lecture que j'ai décidé peu après d'enchainer avec un autre grand roman mythique de la littérature asiatique : le roi des singes (ou Voyage en Occident) que j'évoquerai plus bas dans le topic ! (Ce dernier m'a semblé moins dur à lire car il est moins long et comporte moins de personnages, mais les deux livres sont très intéressants, à leur manière)
Le légende du roi des singes comme vous le savez sans doute a inspiré plusieurs films, des mangas et animes (comme le saiyuki mais aussi un certain Dragon ball ^^), des spectacles de marionnettes, c'est très connu en Chine, très drôle et bourrée d'enseignements aussi !!

Aujourd'hui je lance donc un petit topic dédié pour parler de toute cette matière. Nous parlerons à la fois des livres, des adaptations, des goodies associés, des spin off, voire des autres oeuvres qui en sont inspirées ou qui comportent des clin d'oeil. Dans la suite du topic, je vais entrer un peu plus en détail sur la description du roman Au bord de l'eau.
Modifié en dernier par phoenlx le lun. févr. 27, 2006 11:00 am, modifié 2 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. févr. 27, 2006 10:27 am

AU BORD DE L'EAU

Image


Je vais commencer par parler plus en détail de celui-ci. Au bord de l'eau (Shui-hu-zhuan) est un roman d'aventure tiré de la tradition orale chinoise, compilé et écrit par plusieurs auteurs, mais attribué généralement à Shi Nai'an (XIVe siècle).

Sa popularité s'apparente en Asie à l'Iliade et l'Odyssée d'Homère pour les grecs, et de même ses origines se perdent presque dans la légende : Le livre, qui ressemble plutôt un "roman fleuve" de 2000 pages, a été écrit en plusieurs étapes par différents écrivains dont on ignore presque jusqu'au nom pour certains mais on attribue généralement à Shi Nai-an sa première version et à Jin Sheng Tan(17ème siècle) l'une des versions les plus abouties et les plus truculentes de l'oeuvre, qu'il reprit mais à laquelle il apporta sa touche de génie par l'apport de chapitres etc..

L'histoire commence en 1058, et raconte les exploits de 108 brigands à l'époque de la dynastie des Song, lesquels se rebellèrent contre le pouvoir impérial en place qu'ils jugaient arbitraire, et contre les haut fonctionnaires de la Cour de l'Empereur. Ainsi faisaient-ils régner leur propre justice et on comptait parmi eux toutes les catégories de la société. On raconte qu'ils étaient chacuns associés à une étoile.

Song Jiang, le chef des bandits, est un personnage historique, chef d'une rebellion sous le règne des Song. Il fut si habile et ses hommes si nombreux que les troupes de l'Empereur mirent des années à le vaincre. Il finit malgré tout par rendre les armes. Ce bandit et ses lieutenants étaient très populaires et leurs exploits furent récupérés par la tradition orale qui inspira le livre. Le roman Au bord de l'eau semble donc s'inspirer de faits réels et se termine mal pour les 108 héros qui périssent sous les coups du bourreau. Je dis héros car ces brigands n'ont pas une connotation négative et chacun en devient attachant au fil des descriptions et de leurs actions et aventures dans le récit.

Au bord de l'eau est surtout une critique de la hiérarchie impériale de cette époque en Chine, une sorte de satyre en quelque sorte. Je le conseille vraiment à tout le monde, son style est très agréable et on y trouve pratiquement autant d'"histoires dans l'histoire" (et de chapitres) qu'il y a de personnages (108 + d'autres !!) . Leurs psychologies sont très fouillées, c'est souvent plein d'humour, et malgré le parlé très spécial, l'atmosphère si particulière de la Chine de cette époque ancienne, beaucoup de situations ont des airs de "déjà vu" !

Ce roman fait partie des quatre grands romans classiques de la littérature chinoise, avec l'Histoire des Trois royaumes, le Voyage en occident (qui relate la légende du roi des singes) et le Rêve dans le Pavillon rouge. Sa notoriété est telle que de très nombreuses versions ont été rédigées. On estime que ce roman a été plus lu que la Bible ou le Coran et il a souvent inspiré, en Chine, des proverbes, des expressions du langage courant.
La version la plus appréciée des chinois a été traduite intégralement en français par Jacques Dars (publiée dans la Pléiade et chez Folio).

Un lien sympa pour se familiariser avec les nombreux perso : http://www.geocities.com/nguyenvfr/Romanx.html

exemple de pages avec des illustrations

Image

Image

exemple de notes à la fin du livre ( les notes sont très nombreuses et bourrées d'allusions culturelles sympa )

Image
Modifié en dernier par phoenlx le lun. févr. 27, 2006 10:49 am, modifié 2 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. févr. 27, 2006 10:41 am

Les 108 Brigands du roman Au bord de l'eau

108 est un nombre important dans les croyances chinoises, et on le retrouve souvent. On sonne les cloches 108 fois, certains tao comportent 108 mouvements etc. Les bandits les plus populaires de Chine ne pouvaient qu'être 108.

Dans la version Jin Sheng-Tan, les 108 brigands sont inspirés par les 108 démons libérés dans le premier chapitre par un caprice du Grand Maréchal Hong, officier de l'Empereur Ren-Zong, de la dynastie des Song. 36 d'entre-eux sont liés aux Astres Célestes, 72 autres, moins puissants, sont liés aux Astres Terrestres. Le premier groupe inspirera les meneurs de la rébellion, alors que le second fournira les rangs de leurs lieutenants.
Ces 108 hommes et femmes sont parfois des brigands professionnels, mais ce sont plus souvent d'anciens officiers de l'Empereur fuyant les injustices d'un système corrompu... ou fuyant les conséquences de leur impétuosité.


Quelques dessins des personnages du roman Au bord de l'eau, réalisés par Song Jiang , membre du clan takeda (et dont le pseudo correspond au chef des brigands dans le livre !!) N'hésitez pas à le contacter si vous voulez voir le reste de ses réalisations je pense que ça lui fera plaisir !

Image
Image
Image
Image
Image

Je me suis donc permis d'en poster que quelques uns mais il y en a beaucoup d'autres, il en a réalisé pratiquement autant de dessins qu'il y a de persos, je lui avais d'ailleurs conseillé à l'époque de les proposer aux éditeurs en vue de la réalisation pourquoi pas d'une édition illustrée avec ses oeuvres , mais , modeste, il a préféré n'en rien faire apparemment et les garder pour lui-même et pour ses amis ! Dommage ! ça aurait été vraiment cool !

Sinon il y a aussi ces illustrations qui circulent ( je n'en poste que deux. Pour la source c'est le site icilachine.com )

Image

Image




---> Le roman Au bord de l'eau a été adapté en feuilleton télévisé japonais La Légende des chevaliers aux 108 étoiles (diffusé à la télévision française en 1977).
--->Il existe plusieurs adaptations théâtrales chinoises.
--->Il a aussi donné naissance à un jeu vidéo : Suikoden.
--->Il a également été adapté dans les années 80 en bande dessinées (éditions Okapi).
---> Un tao de kung fu est intitulé Wu Song brise ses menottes en l'honneur d'un personnage de ce roman. Plusieurs chapitres de Au bord de l'eau concernant ce personnage sont intégralement repris dans le roman classique chinois intitulé Fleur en fiole d'or (Jin Ping Mei Cihua), à quelques nuances près.

---> A noter qu'on retrouve une parabole au roman même dans notre manga culte (Saint Seiya) : cf ce topic ! :
http://www.les-ailes-immortelles.net/fo ... rd+de+leau
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. févr. 27, 2006 11:19 am

PEREGRINATION DANS L'OUEST
( la légende du roi des singes )

Image

J'ai choisi de vous poster ci-dessus l'édition que j'ai moi je l'aime bien.
Ce roman a du être déjà évoqué à plusieurs reprises sur le forum notamment dans les rubriques Saint Seiya et japanimation car de nombreux dessins animés sont inspirés par cette légende, notamment le célèbre Dragon Ball ou encore l'anime Saiyuki ! Petite présentation :

Pérégrination dans l'Ouest (parfois appelé : Voyage en Occident) est un roman chinois qui a été écrit par Wu Cheng'en (1500 ? - 1582 ?)

Le récit du Roi Singe est l'une des histoires les plus populaires en Chine ; elle met en scène les aventures d'un singe irrévérencieux, Sun Wu Kong (Songoku) à qui il arrive tout un tas d'aventures pour le moins cocasses. Cette légende fait souvent l'objet de spectacles de marionnettes en Chine ..

Image

Histoire inspirée de faits réels

L'histoire de Cheng'en est en fait la transcription des aventures, bien réelles celles-là, d'un bonze chinois, Hiun Tsang, au 7ème siècle de notre ère, qui entreprit un voyage en Inde pour chercher les écritures sacrées du bouddhisme. Bien évidemment Cheng'en embellira et modifiera beaucoup l'histoire véritable pour en faire un véritable conte de fée, mélange de poésie, de philosophie, de réflexion, de folklore chinois, un conte bourré de gros délires parfois, d'humour, d'absurde et d'une bonne dose de fantastique !

Image
Hiun Tsang

Le bonze Hiun Tsang (ci-dessus), est né à Ch'in Liu in dans la province du Hunan. En 629, intrigué par des textes obscurs il partit en route vers l'Inde. Son absence de Chine dura 16 ans, et il risqua maintes fois sa vie le long de la route de la soie. Il atteignit le cachemire, où il étudia pendant 2 ans, visita Takshashila, puis en 633 arriva aux sites de la vie du bouddha. Il acquis là bas une grande réputation et fut même invité par l'empereur. Il passa beaucoup de temps à l'université de Nalanda, où l'on raconte que le bouddha vint à maintes reprises. Il y étudia puis y enseigna même quelques années.

Il revint en Chine avec avec des reliques, statues, et des tonnes de manuscrits qu'il s'évertua à traduire. Il ne parvint malheureusement à le faire que pour une partie d'entre eux avant de mourir, mais ceci permit aux bouddhistes chinois de l'époque d'élargir considérablement leur savoir et leur compréhension de cette religion étrangère. Il a également laissé à la postérité un ouvrage personnel : Si Yeou Ki (récit d'un voyage dans l'ouest), histoire mi réelle mi fabuleuse et qui inspirera lui-même bien plus tard le récit de Cheng'en dont nous allons maintenant parler.

L'histoire du singe songoku (Sun Wu Kong)

Nous allons maintenant raconter l'histoire écrite par Tcheng'en inspirée de celle de ce bonze chinois : celle des aventures du singe songoko racontée dans Pèlerinage vers l'ouest

Image

Il était une fois un singe qui naquit dans un oeuf de pierre magique puis qui alla vivre parmi les autres singes. Un jour tous ces singes trouvèrent une cascade qu'aucun n'osa traverser sauf notre singe! Derrière se trouvait un pays merveilleux, tous les singes vinrent y vivre et nommèrent notre valeureux singe leur roi !! Mais un jour il s'inquiéta de la mort et voulut rencontrer les immortels pour apprendre leurs secrets.
Il voyagea longtemps et finit par se faire accepter comme disciple d'un patriarche : Sudobhi (l'empereur de Jade ou roi céleste) qui lui apprit les secrets des immortels. Il le nomma san goku (Sun Wu-k'ung) : "celui qui comprend la vacuité". San goku apprit à voler sur les nuages, l'empereur le nomma entre autre gardien des fruits de l'immortalité. Mais il commit de nombreux péchés et finit par être chassé pour sa vantardise. Il voulut alors se venger en constituant une armée, alla à la rencontre du dragon du lac, lui vola un baton magique qui pouvait changer de taille, effaça son nom du registre des morts, but des fruits de longévité, se goinfra d'elixir d'immortalité à tel point qu'il énerva fortement l'empereur céleste qui recevait des plaintes de tout le monde (notamment le gardien des morts et le dragon du lac). Il tenta de le capturer et de le brûler dans le chaudron de Lao Tseu, mais ce fut un échec. Bouddha enferma finalement le roi des singes sous la montagne des 5 éléments.

500 ans plus tard, Bouddha s'inquiétait pour les hommes ... Il possédait des rouleaux sacrés de prière destinés à leur améliorer la vie. Sangoku resta enfermé jusqu'à ce qu'un bonze à la recherche de ces rouleaux vienne le libérer. Ce bonze s'appelait Tripitaka.
Sangoku dut alors escorter et protéger le bonze dans son périple, et pour être forcé d'obéir, il subit un ensorcellement de la part d'une envoyé de Bouddha, Kuan-yin , car telle était la volonté de Bouddha qu'il aide le moine dans son périple en échange du pardon.
En chemin, tous deux rencontrèrent un ancien général chinois démis de ses fonctions à cause de ses penchants pervers, et transformé en porc (le porc étant le symbole des obcédés). Kuan-yin (l'envoyée de Bouddha) avait aussi rencontré auparavant ce cochon et lui avait promis le pardon s'il acceptait d'aider un bonze venant lui demander de l'aide. Ainsi accepta t'il et tous 3 continuèrent leur aventure bientôt rejoints par un 4ème "coéquipier": Sableux. Or Sableux était un ancien dragon, que Kuan-yin avait aussi rencontré, qu'elle avait transformé en cheval afin qu'il puisse transporter le moine, et à qui elle avait aussi promis le pardon s'il acceptait. Le groupe fut ensuite au complet et la volonté de Bouddha était presque accomplie.

Ils durent affronter maints périls et maints monstres. A chaque fois c'était le singe, grâce à sa force et sa malice, qui les sortait d'affaire alors que le bonze la plupart du temps se laisser berner à cause de sa naïveté, et le cochon se laissait aller à ses penchants pour les femmes ou la nourriture. Ils atteinrent finalement leur but, le palais de Bouddha, ou on leur remit les textes sacrés, puis rentrèrent chez eux. Tous finirent au Ciel.

Une satire sociale ?

Au même titre que le roman Au bord de l'eau , écrit par Shi Nai An, ou que La romance des Trois Royaumes (le sangokuchi), Pèlerinage vers l'ouest est l'une des oeuvres les plus populaires en Asie, et l'une des raisons qui a poussé le peuple chinois a adorer ce genre de récits est qu'ils avaient leurs sources et leurs inspirations dans la réalité de l'époque.

Dans l'histoire du roi des singes, l'empereur céleste, les dieux et Bouddha sont un peu présentés comme les dominateurs d'un monde dont san goku déjoue tous les pièges par sa malice. La manière dont il tourne en dérision sans arrêt les dieux du récit réjouissait pas mal les lecteurs. Beaucoup de gens aimaient ce genre de romans à l'époque (mais encore maintenant) parce qu'ils étaient justement perçus comme réalistes, peignant la vie de l'époque, et n'hésitant pas à critiquer de manière voilée et burlesque la société et ses dirigeants. Sous la dynastie des Ming par exemple les autorités étaient souvent perçues comme corrompues, opprimant le peuple et certaines légendes peu ragoutantes courent encore qui peuvent correspondre aux "81 malheurs" rencontrés par le bonze dans l'histoire du roi des singes. Pour exemple on peut citer l'exemple de cet eunuque de haut rang de la province de Fujian, à qui on avait conseillé de manger le cerveau de mille enfants pour retrouver sa jeunesse.. Les habitants de la région furent évidement affolés et prirent maintes mesures pour cacher leurs enfants. Dans le roi des singes il est de même question d'un territoire où l'on mangeait certains organes d'enfants.

Pour celà, leurs auteurs ont eu du mal à imposer ce style, considéré un peu comme mineur par les intellectuels de l'époque, pour qui écrire ce genre de romans étaient une honte. Ils gagnaient par conséquent souvent tout juste leur vie. Des gens comme Shi Nai An, Tcheng'en sont aujourd'hui reconnus comme d'immenses romanciers et leur succès est encore phénoménal. Il faut saluer leur courage d'avoir su imposer ce style d'histoire dans un environnement pas toujours propice.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. févr. 27, 2006 11:33 am

INSPIRATIONS DANS LE MONDE DES MANGAS ET DE L'ANIMATION JAPONAISE

Ceux qui connaissent la série d'animation récente Saiyuki (Gensomaden Saiyuki, gagnant du Japan anime grand prix 2000) auront sans doute noté les ressemblances entre Pérégrination dans l'Ouest et le scénario de ce sympatique petit anime (même si c'est loin d'être le seul à reprendre cette ultra célèbre légende chinoise)

L'histoire fait clairement échos à la légende : le bonze est cette fois appelé Genzô Sanzo, qui se voit confier par le trio céleste la mission d'empecher le monstre Gyumao de ressuciter. La Terre où se déroule cette histoire est une Terre imaginaire ou les monstres et les humains, après une longue période de paix s'entredéchirent depuis quelques temps. Les monstres deviennent agressifs à cause justement de la perspective de la résurrrection de Gyumao. Genzo Sanzo, dans sa mission et son périple, sera épaulé par 3 monstres : Sa Gojo, Sho Hakkai, et .. San Goku. Tous 3 sont très différents des autres monstres, ils sont les seuls à échapper justement au comportement agressif des autres monstres. Les 3 compagnons de Sanzo ressemblent beaucoup aux 3 compagnons du bonze de la légende, si vous visionnez la série vous verrez que c'est net! De plus , le voyage qu'ils effectuent ensuite est truffé de parallèles avec le voyage légendaire raconté dans voyage dans l'ouest. (ci-dessous : les 4 héros de saiyuki : de gauche à droite : genzo sanzo et saiyuki)
Image


Une autre inspiration célèbre de cette légende est Dragon Ball, le manga d'Akira Toryama : le cochon de l'histoire devient cette fois Oolon, le singe bien sur sangoku, le bonze devient Bulma (c'est bien elle qui va a la rencontre de sangoku) et tous ne sont cette fois-ci pas à la recherche des sutra sacrés mais des fameuses boules de cristal .. Ils rencontrent de nombreux monstres et dragons sur leur route, sangoku, comme le singe de la légende se déplace sur un nuage, les parallèles sont évidents. Par contre la personalité plutôt "négative" du singe de la légende (rusé, malin, vantard) est cette fois-ci aux antipodes puisque le sangoku de dragon ball est valeureux et a un coeur pur... (ci-dessous : sangoku)
Image

Dans le manga et anime Saint Seiya, il existe aussi des clin d'oeil à la légende du roi des singes lorsque Shaka (le chevalier d'or de la Vierge) compare ses adversaires notamment Ikki dans l'épisode 57 à "un singe dans la paume de Boudha", ou encore les trois renégats Saga, Shura et Camus dans le chapitre Hadès. cliquez ici
Image


En ce qui concerne le clin d'oeil à Au bord de l'eau dans Saint Seiya : voir cette page du site Le scribe du sanctuaire :
http://scribe.seiya.free.fr/dossier/108-etoiles.htm
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. sept. 10, 2007 9:36 pm

Grosse surprise en passant à la FNAC aujourd'hui lorsque j'ai vu une grosse affiche avec pour titre MONKEY (singe)

En fait c'est pour annoncer une représentation au théâtre du Chatelet qui se tiendra prochainement du 26 Septembre au 13 Octobre 2007 et dont le thème sera la fameuse légende du roi des singes (pérégrination dans l'ouest)

Image
Source

J'ai bien envie de me faire ça moi !!!


D’après le classique de la littérature chinoise Xi You Ji de Wu Cheng’en

Une œuvre magique racontant l’histoire du personnage préféré de la littérature chinoise, le Roi Singe, qui se rebelle contre le Ciel et se proclame grand sage, égal au Bouddha.

Conception et mise en scène Chen Shi-Zheng

Musique Damon Albarn
Concept visuel, animation et costumes Jamie Hewlett
les créateurs de Gorillaz

Direction musicale André De Ridder
Lyrics David Greenspan
Lumières Nick Richings
Sound designer Barry Bartlett

Acrobates, interprètes d’arts martiaux et de Shaolin, chanteurs d’opéra de Pékin, orchestre et choeur de Damon Albarn

Une création du Théâtre du Châtelet en coproduction avec le Manchester International Festival et le Staatsoper Unter den Linden de Berlin

Du 26 Septembre au 13 Octobre 2007
Pour toutes infos et réservations:
01-40-28-28-40
http://www.chatelet-theatre.com

avec le soutien de Madame GEORGES MEYER

Retrouvez aussi le Roi Singe dans Le Voyage en Occident, l'adaptation en manhua par Chen WEIDONG et Peng CHAO aux éditions Xiao Pan

Ainsi que les chroniques de cette magnifique série sur le Graphivore, cliquez-ici!



( source : http://www.graphivore.be/news.php?idnews=430 )

plus de détail sur cette légende célèbre et le livre : ---> voir ce topic
http://www.les-ailes-immortelles.net/fo ... ++occident
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. sept. 10, 2007 10:02 pm

une sortie de groupe par le clan Takeda est peut-être prévue (affaire à suivre)

je met le topic pour ceux que ça intéresse
http://clan-takeda.com/forum/viewtopic.php?t=4877

Il se peut pour ma part que j'y aille dans le cadre du clan Takeda
(ou individuellement je sais pas trop encore.. faut que je trouve quelqu'un !!! )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Cracoucas
Eveil au 7ème sens
Eveil au 7ème sens
Avatar du membre
Messages : 1217
Enregistré le : mer. avr. 12, 2006 8:36 pm
Localisation : Sous les ponts

Messagepar Cracoucas » mar. sept. 11, 2007 10:57 am

Ca a pas l'air mal en effet ce truc...

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mar. sept. 11, 2007 11:45 am

ah moi j'ai vraiment envie d'y aller par contre à mon avis ça va pas être donné du tout
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Cracoucas
Eveil au 7ème sens
Eveil au 7ème sens
Avatar du membre
Messages : 1217
Enregistré le : mer. avr. 12, 2006 8:36 pm
Localisation : Sous les ponts

Messagepar Cracoucas » mar. sept. 11, 2007 11:59 am

Tu parles, Chatelet ils sont insupportables, le théâtre est pas bien construit par rapport aux autres grandes salles accoustiques de Paris, et ils te regardent avec des airs méprisants en expliquant que le prix qu'ils te proposent est hallucinant tellement il est pas cher alors que ça coute un bras et que leurs tarifs étudiants ne sont pas vraiment adaptés aux étudiants que je connais...


J'y suis allée qu'une fois du coup, sur invitation...

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mar. sept. 11, 2007 12:54 pm

Pour le roi des singes en fait moi je vais attendre un peu de voir si par les takeda c'est possible d'avoir une ristourne en groupe parceque c'est clair que ça refroidit ... C'est dommage ça doit pas être mal ce petit spectacle
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Cracoucas
Eveil au 7ème sens
Eveil au 7ème sens
Avatar du membre
Messages : 1217
Enregistré le : mer. avr. 12, 2006 8:36 pm
Localisation : Sous les ponts

Messagepar Cracoucas » lun. oct. 08, 2007 7:19 pm

ET c'est là que je reviens pour narguer le Phoenix : J'y suis alléeeeeeeee !!!!!

ON est allées avec une copine du boulot pour récuperer les places un soir tard du boulot, et one st arrivées à chatelet, guichet fermés, alors on s'est mises à râler - comme toujours avec moi - qu'on finissait trop tard et que ouin comment on fait pour accéder à la culture dans ce cas... Et vive les vigiles ! ils nous ont dit d'aller au contrôle pour demander si pour le soit même il y avait, et c'etait la générale, il restait des invitations on nous a donné deux invitations ! et on a vu le spectacleeeeeeeeee !!!!!

Et c'était.... ............. !!!!!!!!!!!!! !!!! :hat: :D


Je le conseille donc ! ( avec un bémol : décidément au Chatelet il faut avoir des places centrales et en hauteur, c'est pire que Garnier, à l'italienne avec des poteaux partout !)

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. oct. 08, 2007 7:23 pm

Ah c'est bien alors? J'avais abandonné l'idée d'ailleurs je suis un peu dégouté car les deux sorties au Châtelet que je vojulais me faire ce mois-ci capotent un peu (je comptais aussi voir la symphonie du seigneur des anneaux d'Howard Shore mais c'est annulé :(
Pour le roi des singes ça va être chaud ça se termine ce week end et la je pars dans le sud dans quelques jours :?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Charles-Edouard
Fondation Graad
Fondation Graad
Messages : 27
Enregistré le : sam. oct. 13, 2012 8:37 pm

Re: Les romans populaires chinois !!!

Messagepar Charles-Edouard » jeu. oct. 18, 2012 11:07 am

Vous avez aussi en roman "la montagne de l'âme" de Gao Xingjian paru en 1990

"Le roman fait le récit de deux voyages parallèles dans la Chine du Sud (petites villes, campagnes, montagnes, forêts) : celui de « toi » et celui de « moi », deux personnages masculins qui se rencontrent une fois au début du roman (et peut-être à nouveau après le roman ?). La narration se fait donc tantôt à la première, tantôt à la deuxième, tantôt à la troisième personne.

« Toi », tu es parti à la recherche de la « Montagne de l’Âme », un lieu dont tu as entendu parler dans le train (lors d’une rencontre fortuite avec « moi », le narrateur qui est semble-t-il une figure de l'auteur lui-même). Tu rencontres une jeune fille qui te suit dans ton cheminement : une jeune fille brisée par la vie, dont le lecteur ne saura pas vraiment ce qu’elle devient, si tu l’as laissée tomber, si elle s’est tuée ou si elle est simplement partie. « Moi », je me suis promené de parc naturel (avec les pandas) en temples bouddhistes et de centres culturels en ermitages taoïstes. Écrivain qui ne peut publier, j’ai marché, comme toi, un peu au hasard, mais seul, allant de rencontre en rencontre."
Sources:
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Montagn ... 27%C3%A2me

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les romans populaires chinois !!!

Messagepar phoenlx » jeu. oct. 18, 2012 2:17 pm

ça a l'air très sympa tiens
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les romans populaires chinois !

Messagepar phoenlx » ven. nov. 28, 2014 4:01 pm

Une petite présentation trouvée sur You tube ( de 12 minutes ) du roman fameux Au bord de l'eau que je présentais au début du topic
( L'intervenant évoque ensuite aussi pas mal d'autres romans chinois , vous pouvez vous amuser à écouter ce qu'il raconte .. ) par contre il faut s'accrocher pour écouter avec les bruits de fond dans la rue ..

Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 91486
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Les romans populaires chinois !

Messagepar Scarabéaware » ven. nov. 28, 2014 9:43 pm

Ah tiens de quoi bien se donner des idées de lecture :mrgreen:, moi là du coup ça me fait repenser à Balzac et la petite tailleuse chinoise écrit par Dai Siji que j'avais lu au collège :D. Faudrait que je retrouve le livre et revoir le film tiens :saute: :saute: :saute:
Bon par contre là pour la vidéo je la verrai tranquillement dans la semaine prochaine à mon appart ;)

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les romans populaires chinois !

Messagepar phoenlx » ven. nov. 28, 2014 9:46 pm

Tiens le livre que tu cites je ne l'ai pas lu mais j'avais vu une adaptation en film au ciné
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les romans populaires chinois !

Messagepar phoenlx » sam. déc. 26, 2015 4:03 pm

L'édition Fei récente d'Au bord de l'eau est magnifique, je la veux !!!!!!!!! c'est sous forme de petites BD en fait mais ça complète fort bien le roman
( plus de détails sur cette page : http://www.editions-fei.com/?_escaped_f ... -leau/c55u )

Image

Image

quelques captures que j'ai faites de cette vidéo de la chaine you tube actu manga pour voir l'intérieur du coffret ( c'est présenté à la 9ème minute de la vidéo )

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Ils ont sorti pas mal d'autres ouvrages très connus de la littérature populaire chinoise apparemment, dont le célèbre roman Les trois royaumes , ça me tente aussi :super:

Image

ils ont aussi sorti Voyage vers l'occident

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les romans populaires chinois !

Messagepar phoenlx » sam. déc. 26, 2015 4:10 pm

ahhh mais ces éditions sont magnifiques !!!

Image

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
Fin du monde - Renouveau
Fin du monde - Renouveau
Avatar du membre
Messages : 9008
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Les romans populaires chinois (et produits dérivés)

Messagepar Meleor » ven. janv. 04, 2019 1:17 am

T'as raison et ça m'intéresse mais Amazon m'embête donc ça attendra pour la version en BD traditionnelle chinoise du Roi des singes Tarkovski passera avant et il va y avoir les soldes et sinon ton BR d'Harry Potter c'est pas une solde c'est pas commencé! :lol-noel: :lol-noel: :lol-noel:

J'ai failli prendre ton édition du Roi des Singes mais lu ça sur amazon:

Bluebell
4,0 sur 5 étoiles
Un bon livre pour commencer
25 octobre 2018
Format: PocheAchat vérifié

Un bon livre sur cette célèbre oeuvre chinoise de Wu Cheng'en "Le pèlerinage en Occident", aussi connue sous bien d'autres noms comme "La légende du singe roi", "L'épopée vers l'Ouest", etc... Ce livre est une bonne approche pour ceux qui veulent découvrir l'histoire de Sun Wukong avant et pendant son pèlerinage vers l'Inde. Cependant, pour les lecteurs qui connaissent bien l'histoire et voudraient avoir plus de précisions, cette version leur laissera une frustration. En effet, beaucoup de passages ont été coupés, surtout dans la partie pèlerinage. Pour avoir une version complète, il faut alors se tourner vers l'édition de La Pléiade, la seule à publier une version française de cette magnifique fresque chinoise. Elle est chère, mais a le mérite de proposer l'oeuvre intégrale.



HOANG THUY DUNG
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVIS
3,0 sur 5 étoiles
Pas la meilleure traduction
10 janvier 2014
Format: PocheAchat vérifié

Point besoin de présenter « Le Singe Pèlerin », de Wou Tch'eng-En. C'est, avec le Roman des trois royaumes, Au bord de l'eau, Jin Ping Mei, et le Rêve dans le pavillon rouge, l'un des grands classiques de la littérature chinoise. Reste à choisir la meilleure traduction. Il n'y a sur le marché que 3 ou 4 versions, toutes postérieures à 1900. Celles de Fredéric Tristan, de Louis Avenol (1957) et de la "La Pléiade", et celle-ci, de George Deniker, elle-même traduite de la version anglaise d'Arthur Waley (1951). Cette version Waley/Deniker n'est pas la meilleure. Elle a été raccourcie d'une bonne partie, le traducteur ne gardant que ce qu'il considère comme essentiel. Déjà, la version anglaise, bien que saluée comme l'une des meilleures, n'est pas très réussie. Waley, pourtant considéré comme un grand sinologue, n'a, me semble-t-il, qu'une connaissance très académique de la culture chinoise, qu'il considère avec quelque condescendance, signe de l'époque. Il passe donc à côté de la dimension intemporelle, métaphysique, philosophique et politique et ne retient que l'aspect factuel. Denicker le retraduit en français dans le même esprit, agrémentée de pas mal de contre-sens, faux amis et approximations. Si on n'a pas le courage d'attaquer la version d'André Levy de la "La Pléiade", la plus complète, la plus érudite, mais la plus chère, il vaut mieux se rabattre sur la truculente version de Fredéric Tristan qui, bien que très peu fidèle au texte, n'en restitue pas moins l'esprit.
Roman de cape et d'épée pour les uns, conte métaphysique pour les autres, le Singe Pèlerin est, en Asie, connu de tout le monde, illettré ou cultivé. Justicier annonciateur des temps modernes, mystique révolté, révolutionnaire prométhéen, ce primate hors du commun trouve l'Ordre établi,confucéen et taoiste, trop inique à son gout. Il part à l'assaut des cieux, défiant tous les dieux, saints ou démons du Cosmos chinois. Cultivant le paradoxe, il part en pèlerinage en Inde pour ramener les Ecritures Saintes afin d'apporter la sagesse au monde, tout en semant l'apocalypse sur son passage, car seul le malheur peut introduire la religion dans le cœur des hommes. Mao Tse Toung a rendu hommage à cette vision hégélienne de la Chine impériale en lui dédiant un poème.


Du coup j'ai pris ça:

Image

Image

C'est l'édition La pléiade mais c'est 60 euro pour un tome seulement et ça fait 1312 pages sur un tome seulement alors que le tien c'est tout en 448 pages donc il doit manquer plein de trucs.


Notre boutique La Pléiade

Retrouvez des éditions de référence des plus grandes œuvres du patrimoine littéraire et philosophique français et étranger, imprimées sur papier bible et reliées sous couverture pleine peau dorée à l'or fin, dans notre boutique dédiée. Avec une carte



Présentation de l'éditeur
Avec une carte

Quatrième de couverture:

Le Xiyou ji est probablement le roman le plus extravagant qui ait jamais été écrit.Son thème est celui d'un moine qui, au VIIᵉ siècle, partit pour l'Inde (vers le paradis de l'Ouest) chercher les livres qui lui permettraient de retrouver les soutras véritables du Bouddha. Il fit une relation de ce voyage. Les conteurs s'emparèrent du schéma narratif. Le récit - historique et géographique - d'un moine servit de prétexte à l'imaginaire des raconteurs qui ameutèrent et rameutèrent toutes les figures de l'imaginaire de l'âme chinoise, la taoïste et la bouddhiste. Cette structure-cadre permit d'englober fantômes, revenants et monstres, l'intrigue autorisant de rattacher chacun des contes l'un à l'autre.Au XVIᵉ siècle, le très probable compilateur - Wu Cheng'en - rassembla cette masse de récits pour en faire une seule œuvre. S'il a bien repris la trame romanesque traditionnelle, il l'ourdit sans cesse en la déraisonnant, par nécessité ou par jeu, pour créer une fantasmagorie bouddhique qui laisse toutes les interprétations la pénétrer, mais leur foisonnement même reconduit sans cesse le sens à l'insensé. Ce roman est, au fond, la culture obstinée et assidue du Vide, comme l'indique le nom du personnage principal, un singe, «Conscience de la vacuité du monde».



HOANG THUY DUNG
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVIS
5,0 sur 5 étoiles
La plus complète
30 janvier 2014
Format: Cuir/luxeAchat vérifié


Point besoin de présenter « Le Singe Pèlerin », de Wou Tch'eng-En. C’est, avec le Roman des trois royaumes, Au bord de l’eau, Jin Ping Mei, et le Rêve dans le pavillon rouge, l’un des grands classiques de la littérature chinoise. Reste à choisir la meilleure traduction. Il n’y a sur le marché que 3 ou 4 versions postérieures à 1900. Celles de Fredéric Tristan, de Louis Avenol (1957) de George Deniker, elle-même traduite de la version anglaise d'Arthur Waley (1951) et celle de la "La Pléiade". Quand j’hésite entre plusieurs versions, ou quand je les ais toutes lues, c’est toujours sur celle de la Pléiade que je me rabats, malgré son prix, car c’est toujours la plus complète, compacte, la plus luxueuse, la plus érudite. Je me demande d’ailleurs pourquoi "La Pléiade » n’a toujours pas encore publié « Le roman des trois royaumes ». Sans doute parce qu’il n’y a pas de bonne traduction? Celle qui existe sur le marché, m’a-t-on dit, n’est pas terrible.
A conseiller donc, au lecteur qui est resté sur sa faim après avoir lu la version Waley/Deniker, ou celle de Frédéric Tristan, toutes deux raccourcies d’une bonne partie, le traducteur ne gardant que ce qu’il considère comme essentiel. Roman de cape et d’épée pour les uns, conte métaphysique pour les autres, le Singe Pèlerin est en Asie, connu de tout le monde, illettré ou cultivé. Justicier annonciateur des temps modernes, mystique révolté, révolutionnaire prométhéen, ce primate hors du commun ne trouve pas l’Ordre Etabli, trop confucéen et taoiste à son gout. Il part à l’assaut des cieux, défiant tous les dieux, saints ou démons du Cosmos chinois. Cultivant le paradoxe, il part en pèlerinage en Inde pour ramener les Ecritures Saintes afin d’apporter la sagesse au monde, tout en semant l’apocalypse sur son passage, car seul le malheur peut introduire la religion dans le cœur des hommes. Mao Tse Toung a rendu hommage à cette vision hégélienne de la Chine impériale en lui dédiant un poème.


Agrion
5,0 sur 5 étoiles
Roi des singes.
10 novembre 2013
Format: Cuir/luxeAchat vérifié

Complet, intégral compliqué long passionnant, intéressant ! interminable mais inlassable. Mieux que la version de poche à conseiller aux sinisants car complexe de compréhension.



Van Den Berghe
5,0 sur 5 étoiles
Le grand classique du bouddhisme chinois (Grand Véhicule)
20 avril 2009
Format: Cuir/luxe

Un long et grand voyage des Terres des Tang à l'époque de l'empereur Taizong vers le Mont des Vautours à l'Ouest, là où siège le Bouddha, tous les Bodhisattva et les Arhats. Une expédition hors du commun sous l'égide du saint moine Tripitaka et de ses acolytes l'exceptionnel Singet, Porcet et Sablet. Sous la fable aux multiples rebondissements, la quintessence d'un bouddhisme spécifique à l'Empire du Milieu. On y apprend énormément derrière l'espièglerie des voyageurs mais cependant tout ne sera pas dévoilé... car "si le ciel et la terre ne sont pas complets non plus (et) si le Soutra s'est déchiré alors qu'il était parfaitement entier, c'est que le profond mystère de l'incomplétude le voulait ainsi..." Les deux volumes sont inséparables. Ils ne se dévorent pas et se lisent facilement au rythme du cheval blanc du moine, la tête dans les nuages avec l'immense poétique de Wu Cheng'en.
Les amoureux de la Chine pourront retrouver l'illustration des grands moments de cette épopée tout au long de l'allée couverte du Palais d'Eté à Pékin.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 315097
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les romans populaires chinois (et produits dérivés)

Messagepar phoenlx » ven. janv. 04, 2019 10:15 am

moi je l'ai déjà en version poche pérégrination dans l'ouest (le livre qui raconte la légende du roi singe son goku, ou son wu kong)
je ne pense pas que ma version soit tronqué mais suite à tes commentaires je me demande.
la version indiquée dans ce topic je pensais me la prendre surtout pour compléter, car elle est belle, avec les bonus matériels ; mon autre version est peut-être plus complète du coup, dommage que là ils aient tronqué
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Les romans extraordinaires chinois »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité