Les séries "supersentai" : présentation du genre

séries avec des escadrons de 5 personnages revêtus de combinaisons colorées
(Go Ranger, JAKQ, Denjiman, Bioman, Maskman, Liveman, Flashman, Jetman, etc)
sous-rubrique :
--> Les Power Rangers (dérivés américains)
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 336792
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Les séries "supersentai" : présentation du genre

Messagepar phoenlx » ven. juin 26, 2020 11:12 pm

Image

Les séries Super sentai , souvent abrégé en sentai, forment un sous-genre des séries japonaises de type Tokusatsu. Leurs codes stricts, particulièrement reconnaissables, en font un genre à part entière et plus encore que cela, une véritable industrie.

Les sentai sont en général peu exportés, mais sont adaptés depuis 1993 dans une version américaine, Power Rangers, qui est exportée bien plus largement. Cette version américaine modifie partiellement ou totalement l'histoire de la version originale. En particulier, les scènes sans costumes des séries originelles sont remplacées par des scènes avec des comédiens américains. Cette version divise la communauté des fans, entre les fans de sentai et les fans de Power Rangers, notamment parce qu'elle empêche leur version originale de sortir du territoire japonais.

Prémisses et émergence progressive du genre supersentai (années 50-60-70):
le kaiju Eiga, et le mangaka Shotaro Ishinomori


Le mot sentai est formé des kanjis « combat » (戦, sen) et « escadron » (隊, tai) ; il signifie donc littéralement « escadron de combat ».

Le genre du sentai est né en 1975 avec la série Go Ranger. Mais avant de parler d'elle il convient de remonter un peu dans le temps (dans les années 60 / début 70) à l'époque où les premières séries de type tokusatsu émergent au Japon à travers des oeuvres comme Ultraman (initiateur du sous-genre "kyodai hero", séries mettant en scène des héros à taille géante affrontant des monstres géants ou Kaiju.



Puis un peu plus tard quand apparurent les diverses séries tokusatsu avec des héros costumés à taille humaine comme San Ku kaï ou encore Kamen Rider .... Toutes ces séries appartiennent à des sous-genres bien distincts du tokusatsu et ne sont pas encore du super sentai, mais à travers elles certains codes et certaines inspirations qu'on retrouvera après 1975 dans les séries sentai émergent déjà : le sentai sera l'évolution naturelle de ces dernières à une époque (milieu des années 70) où le concept des séries Kamen Rider commence un peu à s'essouffler.

La première série du genre sera donc Goranger ! Elle est créée en 1975 par le mangaka Shotaro Ishinomori (1938-1998), auteur de nombreux mangas et tokusatsus (Kamen Rider, Cyborg 009). Ishinomori développe la série dans son intégralité, scénario et design, mais paradoxalement n’en écrit aucun script.

ci-dessous : Shotaro Ishinomori


Mais avant d'évoquer la première série supersentai, revenons une bonne décennie en arrière. Avant de créer Go Ranger Ishinomori avait créé entre autre le manga Cyborg 009, en 1963. Ce manga développait l'histoire de 9 humains kidnappés par la puissante organisation mafieuse Black Ghost. Dans le but de conquérir la planète cette dernière les transforme en cyborgs dévolus à leurs terribles desseins. Chacun venant d'un pays différent et étant doté d'un pouvoir particulier. Mais les 9 se rebellent contre l'organisation et vouent alors leur destinée à détruire toutes les créations diaboliques de Black Ghost.

Image

Image

Image

Le concept de cette série basée sur des héros dotés de super pouvoirs luttant contre une organisation maléfique porte déjà en germe ce que seront les séries live de type supersentai par la suite.
Un peu plus tard (1970), Ishinomori développa le manga Skull Man, un one shot, encore plus sombre.

L'histoire de Skull Man nous fait vivre l'enquête de Mikogami Hayato, un reporter qui souhaite travailler sur une légende urbaine d'actualité touchant la ville d’Otomo. À la suite des meurtres récents d'un bureaucrate, d'un politicien et d'une actrice que les autorités tentent de cacher en les faisant passer pour des accidents, certaines rumeurs circulent sur l'existence d'un mystérieux individu surnommé Skull Man. Après avoir reçu l'accord de son chef, Hayato part alors enquêter à Ootomo qui se trouve être la ville de son enfance. Durant le voyage, il fera la connaissance de Kiriko, une jeune photographe à qui il va fournir son aide pour passer la frontière gardée par des militaires grâce à ses relations. Ensemble, ils tenteront d’élucider le mystère derrière ces meurtres et ce fameux Skull Man.

Image Image

Ishinomori souhaitait créer une série "live action" pour les enfants à partir de son manga Skull Man, mais l'idée de série fut rejetée à cause justement du côté trop sombre et violent pour un programme pour enfant, le personnage de Skull Man étant un anti-héros aux méthodes plutôt choquantes, jeune garçon cherchant à venger ses parents, mais qui n'hésite pas à employer tous les moyens possible pour atteindre son but, y compris tuer des personnes innocentes ...
En revanche le manga fut bien plus tard continué par l'artiste Kazuhiko Shimamoto (1998) et donna lieu aussi à un anime en 2007 basé sur une storyline différente.

Pour revenir aux années 70, si Skull Man ne fut pas adapté en série live, Ishinomori reprit cependant certains éléments (notamment le look du personnage principal) pour créer sa fameuse série live des Kamen Rider !! série créée en 1971 et qui reste à ce jour l'une des plus célèbres créations du mangaka. Il s'agit d'une production de la société Toei comme toutes les séries que nous allons aborder dans la suite du topic.

Image

Cette série (appelée Masked Rider aux USA) suit le combat du jeune Takeshi Hongo contre Shocker, une organisation criminelle maléfique, responsable de son enlèvement et de sa mutation en Kamen Rider, un personnage à l'allure d'insecte.

Image

En parallèle de la série TV live, un manga de Shōtarō Ishinomori est publié dans le Weekly Shōnen Magazine.

Image

Kamen Rider est une série très importante historiquement dans la pop culture japonaise, c'est LA série par excellence qui popularisa le genre des henshin heros (sous-genre du tokusatsu qui signifie littéralement "héros qui se transforment") D'autres séries s'inscrivirent dans ce sous-genre, séries où les héros se transforment en scandant une expression bien précise tout en accomplissant une gestuelle bien particulière. Ce concept sera repris par la suite également dans les séries de type sentai lors des transformation des héros ! La série Kamen Rider redéfinit à l'époque les standards des séries live nippones de type super héros.

Kamen Rider est devenue culte et au fil du temps elle donna de nombreuses suites et spin off, engendrant une véritable licence florissante axée sur bien d'autres héros à moto pouvant revêtir des armures entomoïdes et luttant contre des monstres. Des séries kamen rider continuent à sortir de nos jours et hormis les mangas et les séries live (avec de vrais acteurs) elle donna lieu aussi à des séries d'animation.

Quelques années plus tard Ishinomori créa un nouveau héros du tokusatsu resté fameux : l'androïde Kikaider (décliné aussi en manga et en série "live action")

Image

résumé de l'histoire de Kikaïder :
Le Dr. Kohmyoji est un scientifique expert en robotique, qui a été capturé par la maléfique organisation DARK, dirigée par le diabolique Professeur Gill.
Il a alors créé Kikaider, un androïde doué d'humanité qui prend le nom de Jiro sous son apparence humaine, afin de protéger ses enfants de ces criminels.

Mais lorsque le Professeur Gill apprend l'existence de cet androïde si particulier, il envoie les siens en découdre.
Et si Jiro a pu sauver Mitsuko, la fille du Dr. Kohmyoji, il a perdu la trace de ce dernier qui a entre-temps perdu la mémoire...


aperçu du manga Kikaider :
Image

Ce personnage est une sorte de clin d'oeil au personnage d'Astro le petit robot (Tetsuwan Atomu en Vo) créé dans les années 1950 par le grand mangaka Ozamu Tezuka (et dont Ishinomori fut l'assistant !)

Image

Ishinomori créa aussi en 1973 la série live Inazuman, autre série mettant en scène un personnage mutant qui se transforme

Image


Après ces oeuvres, Ishinomori va combiner divers éléments de Kamen Rider et de ses différentes autres séries et mangas, pour créer la première série de type super sentai : HIMITSU SENTAI GORANGER !!


Les grands débuts du genre sentai et super sentai (1975)

A l'époque, la chaine de TV nippone TV Asahi cherche à puiser du côté de Mission : Impossible et des Avengers de Marvel l'idée d'introduire un groupe de combattants, une « escouade » (d'où « sentai »), plutôt qu'un seul héros. Le producteur de la Toei Toru Hirayama envisagea un temps que Kamen Rider intègre cinq superhéros au lieu d'un seul. Mais la série utilisait des costumes trop sophistiqués et, pour des raisons de budget, la production opte pour le lancement d'une nouvelle série indépendante, dans laquelle les héros revêtiront des costumes en lycra, moins coûteux à créer.
Autre différence : cette fois-ci les héros ne seraient plus des cyborgs, mais des humains "normaux" capables de se transformer en un groupe de 5 super héros avec des tenues, armes et véhicules associés. La première série sentai était née !

Image

Goranger posera les bases du genre sentaï avec notamment :
--> la présence d'une équipe de cinq héros (par oppositions aux héros souvent solitaires des autres séries tokusatsu)
--> le fait que les héros ont chacun une couleur dominante qui les différencie, avec le personnage rouge qui est le leader du groupe.

résumé de cette série pionnière :
L'Armée de la Croix noire (Black Cross) est une organisation terroriste qui projette d'envahir le monde. Afin de lutter contre cette menace, une organisation secrète d’espionnage est formée au Japon, Son nom est EAGLE. Black Cross envoie donc ses cinq soldats les plus dangereux à travers tout le Japon pour détruire chaque branche d’EAGLE mais cinq jeunes agents d'EAGLE survivent miraculeusement et sont convoqués par le commandant Gonpachi Edogawa. Ce dernier décide alors de former une équipe de supercombattants appelée le Himitsu Sentai Goranger et à laquelle est confiée la tâche de lutter contre Black Cross.


ci-dessous : les héros de Go ranger, en mode transformés

Image

Diffusée pour la première fois le 5 avril 1975, Himitsu Sentai, Goranger (« Goranger, l'escadron secret »), est accueilli avec un enthousiasme inattendu. « Ça ne devait pas être une série au départ, souligne Grégoire Hellot dans un article du monde. Mais le succès a été tel qu'au bout de 84 épisodes, le réalisateur a enchaîné sur une deuxième série. A partir de là, c'était lancé. »

Comme autre élément de cette série, on peut noter que les 5 héros utilisent une sorte de ballon de football pour vaincre les monstres !!
Ils enchainent les passes entre les 5 avant que le leader du groupe (le rouge) fasse le shoot final qui envoie la balle vers le monstre et le tue. Ce concept assez rigolo sera parfois repris dans d'autres séries sentai par la suite (notamment Kakuranger)

A la même époque, la TOEI lanca une autre série tokusatsu avec un escadron de 7 ninja luttant contre d'autres ninja (maléfiques) : Ninja Captor. Mais Shotaru Ishinomori n'est pas intervenu dans la production de cette dernière, contrairement à Go ranger et JAKQ que nous allons aborder par la suite. Ninja Captor fut reclassifiée en "série de ninjas" et ne fait pas officiellement partie de la longue liste de séries supersentai.

Image

Avec 84 épisodes Go Ranger reste à ce jour la plus longue série sentai existante et fut diffusée sur deux années entre 1975 et 1977. Par la suite, les séries furent beaucoup plus codifiées et le nombre d'épisode sera d'une cinquantaine pour chaque série.

Il faut noter que dans cette première série sentaï il n'y avait pas encore de robot géant, ceci viendra dans les séries plus tardives, notamment après la série japonaise Spiderman ^^ (--> voir plus bas, paragraphe sur l'influence de Marvel sur les sentai)


J.A.K.Q : la deuxième série sentai (1977)

Le sentai adopte très vite la formule d'une équipe de cinq personnages, plus rarement de trois ou de quatre, toujours vêtus d'armures colorées. D'une série à l'autre, leur thème peut changer (le personnage principal, le rouge, pouvant être associé à un dragon, un aigle ou autre ... )

En 1977, la Toei lanca une deuxième série sentai, JAKQ Dengekitai, il s'agit à nouveau d'une création de Shotaro Ishinomori. La série est plus sombre que la précédente (Go Ranger). Malheureusement et sans doute pour cette raison, elle sera un échec, ne parvenant pas à capter l'attention du jeune public de l'époque, et Ishinomori abandonne ensuite le genre pour revenir sur ses séries de type Kamen Rider. La série ne compta que 35 épisodes.

Image

synopsis :
L'organisation Crime, dirigée par le malfaisant Iron Claw, entend dominer le monde. Mais le Commander Daisuke Kujirai décide de former une équipe chargée de faire obstacle à la concrétisation de ce projet.


La thématique de cette série est basée sur les cartes à jouer : En effet, les noms de code des JAKQ sont basés sur les noms anglais du valet de carreau (Jack of Diamonds), de l'as de pique (Ace of Spade), du roi de trèfle (King of Clover), et de la reine de cœur (Queen of Heart) dans un jeu de cartes occidental. D'où le signe J.A.K.Q (prononcer "jacka" )



JAKQ fut la première série sentai à agrandir son équipe en cours d'histoire (bien avant la série liveman par la suite, plus connue en France):
En effet contrairement à la plupart des séries du genre par la suite où les héros sont 5 au départ, la série JAKQ commence avec un escadron de 4 personnages, le groupe étant ensuite rejoint par un 5ème personnage (de couleur blanche) qui prend le rôle de leader. C'est ainsi la première série où le leader de l'escadron n'est pas le rouge, et la première série à introduire un coéquipier blanc, la seconde étant Changeman par la suite
Il faut savoir que le chiffre 4 est symbole de la mort au Japon, et est porte-malheur, certains expliquent ainsi une part de l'échec de cette série ..

J.A.K.Q introduisit aussi pour la première fois le concept des 5 armes des héros qui s'unissent pour générer une attaque plus puissante que chaque héros de manière solitaire.

Image

Image

Image

Image

JAKQ fut aussi la première série à faire crossover avec la saison précédente, on a eu droit en effet dans la foulée de JAKQ à J.A.K.Q. Dengekitai vs. Gorenger, un film réunissant les 10 héros de ces deux premières séries sentai (image ci-dessous)

Image

Ce concept de crossover entre deux séries sentai sera repris bien plus tard notamment avec Chōriki Sentai Ohranger : Ohre VS Kakuranger.

L'échec de J.A.K.Q ne marquera pas la fin du genre sentai bien au contraire, et aussi surprenant que ça puisse paraître, le sauvetage viendra d'une étrange coopération entre la société japonaise Toei et la maison américaine Marvel, qui fera à nouveau évoluer le genre et va le revivifier !!

Image


L'influence de Marvel, et de Godzilla

A cette époque, Toei et Marvel entreprennent une collaboration basée sur un échange de licences :
Alors que les japonais sont autorisés à réutiliser (pour les besoins du marché japonais) les personnages de Spiderman, Captain america ainsi que la licence Tomb of Dracula (dont les japonais feront un film d'animation), les américains quant à eux sont autorisés à réutiliser deux robots japonais pour les placer dans certains de leurs comics. Il s'agit en l'occurrence d'un robot de la série Combattler V, et d'autre part d'un robot de Danguard Ace - La conquête des planètes (série co-créée par Leiji Matsumoto le créateur d'albator au passage, avec Araki / Himeno au chara design, je vous invite à lire le topic).

Mais ce qui va nous intéresser ici c'est la récupération de Spiderman par les japonais. A l'époque, les japonais souhaitaient créer une série tokusatsu basée sur un personnage de leur folklore : Yamato Takeru, aussi appelé prince Ōsu. Ce héros semi-légendaire à l'épopée tragique (son existence historique n'est pas avérée) est l'une des figures marquantes du Kojiki et du Nihon shoki, les récits sur la mythologie japonaise. Vers la fin des années 70 les japonais voulaient donc faire une série tokusatsu avec lui en personnage principal et ... spiderman aurait du être un personnage secondaire de cette série !

Finalement, le concept évoluant, il deviendra la série Spiderman, centrée sur le personnage de l'homme araignée, avec un autre personnage, fortement inspiré deTakeruqui va jouer le rôle du mentor de ce dernier.

ci-dessous : Spiderman aux prises avec un monstre dans cette série
Image

Il s'agit d'une série du sous-genre henshin hero (comme les kamen rider) avec un héros unique qui se transforme (et non un escadron de plusieurs comme dans les séries de type sentai. Mais vous allez voir, si j'en parle c'est parceque cette série a une importance et un impact dans l'évolution des séries sentai par la suite).
Donc ici il ne s'agit évidemment pas de l'histoire de Peter Parker comme dans les comics américains, mais d'un jeune motard japonais nommé Takuya Yamashiro qui voit un OVNI s'écraser et qui vient de la planète Spider. Takuya reçoit un bracelet contenant de l'ADN d'araignée. Ce même bracelet lui permet de revêtir le costume de Spider-Man, et d'acquérir les pouvoirs d'une araignée. L'homme qui lui a donné le bracelet (le fameux Takeru précédemment évoqué) lui révèle également que sa mission est de protéger la Terre du Groupe de la Croix d'acier, dirigée par le professeur Monster.

Cette version de Spider-man est donc une version très baignée par la culture nippone, assez kitch comme la plupart des tokusatsu (mais tous ceux qui aiment le genre et l'ont vu la considèrent comme très bonne, je tiens à le dire pour casser certains clichés qui peuvent circuler) , toujours estèil que c'est une version assez éloignée des comics américains. Cette série a été diffusée sur TV Tokyo de 1978 à 1979.

Et ce qui est à noter c'est que dans cette série, Spider-Man pilote un robot géant (mécha) : il s'agit du fameux OVNI qui tombe sur la Terre en début de série.
Pour rendre hommage aux éditions Marvel, ils ont nommé ce robot géant le Marveller : voici à quoi il ressemble (en mode vaisseau spatial et transformé en robot ou mécha géant : le Léopardon) :

Image

Dans cette série pour la première fois, nous avons des monstres à taille humaine (affrontant spider-man) qui se transforment en monstres géants (sortes de kaiju), un concept qui sera repris dans les séries sentai par la suite. Comme vous vous en doutez aussi, on a donc des combats entre le robot géant Léopardon, et les monstres géants de type kaiju comme dans les autres séries du genre. Ce robot était même carrément plus populaire dans la série que Spider-Man lui-même ! Nous sommes au Japon après tout, pays qui adore les robots beaucoup plus que nous en occident .. Ce concept du robot géant est un lointain descendant des maquettes miniatures imaginées en 1942 par Eiji Tsuburaya pour reconstituer l'attaque de Pearl Harbor dans un film de propagande, puis réutilisées par le même Tsuburaya sur Godzilla, le premier des films de monstres géants japonais. Il découle évidemment aussi fortement de la grande mode à l'époque pour les séries de méchas en manga et en animation, comme la trilogie Mazinger (elle-aussi créée par Toei) et comprenant les séries Mazinger Z, Great Mazinger, et Grendizer (cette dernière connue en France sous le nom Goldorak!), séries qui sont un peu les ancêtres des grandes sagas cultes de méchas tels Gundam ou Evangelion qui viendront par la suite ..

Image

Le succès du robot géant dans la série Spider-man donna des idées à la Toei pour d'autres séries par la suite (vous me voyez venir !!)

Dans cette série Spiderman pilote aussi une voiture qui ressemble à ceci
Image


De plus, Spiderman n'a pas de lance toile à chaque main, les toiles sont lancées par un bracelet. Dans cette adaptation, Spider-Man annonce aussi ses attaques de toile. (comme « Spider-String! » ou « Spider-Net! »)

Image


A l'époque Stan Lee lui-même fit le voyage au Japon, je ne résiste pas à l'envie de vous reposter cette photo du célèbre et regretté auteur de comics américain, ici avec l'acteur du spider-man japonais

Image

Pour plus de détails sur la série japonaise Spiderman (sortie en 1979), je vous renvoie vers ce topic :super: (dont j'ai repris une grosse partie du texte et des images)

L'héritage de cette série Spiderman sur le genre tokusatsu au Japon

Bien qu'elles avaient posé les bases du genre sentai, les deux séries précédemment évoquées : Go Ranger et JAKQ ne furent pas considérées à l'époque comme des séries "super sentai", la franchise en question n'existant pas encore.

La première série de super sentai arrive en 1979, il s'agit de Battle Fever J. Cette série naît à nouveau d'une collaboration entre la société japonaise Toei et la société américaine Marvel, qui souhaitent réitérer le succès de leur précédente collaboration sur l'adaptation japonaise Spider-Man.

Il faut savoir que cette série Spiderman bien qu'adaptant un super héros typique des comics américains, avait intégré en elle de nombreux codes des séries japonaises tokusatsu. Le héros (Spider-man) étant solitaire et non accompagné de 4 coéquipiers, la série Spider-Man n'est pas considérée comme faisant partie du genre "sentai". En revanche, on pouvait y voir pour la première fois l'apparition du robot géant emblématique nommé ici : le léopardon (image postée plus haut) et sous bien des aspects, elle est un peu considérée comme le le prédecesseur spirituel des séries supersentai par la suite.

Dans la nouvelle série : Battle Fever J (deuxième série coopérative entre Marvel et TOEI) le concept du robot géant sera donc repris et ainsi, intégré pour la première fois dans une série de type "sentai" avec un escadron de 5 super héros.

ci-dessous : le Battle Fever Robot de cette série
Image

Cette série partait à la base de l'idée d'introduire le héros Captain America au Japon (comme nous l'avons vu plus haut, la collaboration entre Toei et Marvel était basée sur un échange de licences qui allait au-delà du simple spider-man).
Le concept évolua pour devenir finalement une équipe de 5 héros correspondant à 5 pays différents : le Japon (le rouge évidemment ^^ leader du groupe et nommé Battle Japan. En fait, c'est lui qui devint un peu l'équivalent de "captain america" à la sauce nippone. le vrai captain america ne fut pas repris.
Nous avons aussi un héros issu de la France, un autre venant de Russie, une femme venant des Etats Unis (la représentante se nommant "miss américa" !) ainsi qu'un héros kenyan (ce dernier a un costume de couleur noire et c'est d'ailleurs la toute première apparition d'un ranger noir dans une série sentai, il y en aura d'autres par la suite notamment dans Maskman ou Liveman ..)

ci-dessous : Battle Kenya alias Shirou Akebono (incarné par le célèbre acteur japonais Kenji Oba qui sera plus tard le personnage principal de la fameuse série metal hero Gavan, en français X-or, devenue culte !)
Image

il est d'ailleurs à noter que la femme du groupe (Miss america) est basée sur le personnage du même nom dans les comics americain

Image

ci-dessous : Les 5 héros de Battle Fever J


Cette série est aussi la première où un membre de l'escadron meurt en cour de série, remplacé par un autre (ce sera plus tard aussi le cas dans la série Bioman avec le remplacement de force jaune)

La franchise Super Sentai Series, dont Battle Fever J est la première série, est créée pour l'occasion. Inédit hors du Japon, Battle Fever J est la série qui installe définitivement le canon du sentai, avec ses cinq héros et ses robots géants.


Denziman et Sun Vulcan : 4ème et 5ème série sentai (1980, 1981)
et dernières coopérations avec Marvel


L'année suivante (1980), sort la série Denziman !! Il s'agit de la deuxième série de la licence super sentai, et 4ème série sentai. Il s'agit encore une fois d'une coopération Toei / Marvel. Une série qui marqua entre autre pour son célèbre générique (je ne sais pas vous mais je l'adore :super: )

Image

Au casting nous retrouvons l'acteur Kenji Oba (acteur de la série metal hero X-or, et déjà présent sur la série sentai Battle Fever J l'année précédente, comme on l'a vu) il incarne cette fois-ci le héros bleu du groupe (Denzi Blue)



A noter que cette série introduit pour la première fois un personnage féminin dans le rôle de la grande méchante !! Il s'agit de la reine Hedrian (incarnée par la grande actrice de tokusatsu Machiko Soga qu'on retrouve dans diverses séries toku comme Spielvan ou x-or notamment. Sans le super sentai, on a pu la voir dans la série maskman - la mère de Barbare, c'est elle ! - ainsi que dans la célèbre série Zyuranger - reprises par les américains pour leur première série Power rangers)

Son look dans Denziman

Image

Ce dernier est un peu inspiré du personnage de comics Hela (univers marvel / avengers)

Image

Denjiman est aussi la toute première série sentai où le robot géant se transforme à partir d'une forme primaire différente. Il n'est cependant pas encore composé de 2 ou plusieurs sous entités (comme ce sera le cas par la suite)

Image

Image

Image

Image

Image

Image


À partir de ce moment-là, une nouvelle série sera créée chaque année pour succéder à la précédente, et ce bien que Marvel ait depuis longtemps quitté le navire. La dernière coopération entre Toei et Marvel se fait sur la série suivante, Sun Vulcan (qui est la 5ème série sentai, sortie en 1981)

L'histoire de Sun Vulcan :
Un jour, alors qu'il survole le Pôle Nord, un avion de l'armée de l'air japonaise est attaqué par l'empire des Machines Black Magma gouverné par le machiavélique Führer Hell Saturn. Ce dernier apparait alors magiquement au siège de l'ONU et fait savoir aux représentants des différents pays que son empire à l'intention de régner sur la Terre entière. Après sa disparition, les représentants des différents pays votent à l'unanimité le droit au Japon d'assurer la défense du monde contre cette menace. L'escadron solaire Sun Vulcan est alors créé.


Sun vulcan a pour particularité d'être la seule série supersentai à n'avoir que 3 membres dans l'équipe (et non 4, 5 comme la plupart du temps ou 6)
Non seulement il n'y en a que 3 mais ils restent 3 durant l'ensemble des épisodes (alors que dans certaines séries plus tardives comme Liveman, Gekiranger, l'escadron commencera à 3 mais qui seront rejoints par d'autres en cours de série)

ci-dessous : les héros de Sun Vulcan.

Image

Sun vulcan est aussi la toute première où le robot géant s'assemble à partir de plusieurs véhicules (en l'occurrence ici : 2 ! mais dans les séries suivantes ce sera parfois le cas avec plus)

cette série a pour particularité que l'escadron des 3 héros est uniquement constitué d'hommes. Un rouge, un jaune et un bleu.
En revanche, plusieurs méchants sont incarnés par des personnages féminins !

A ce titre, soulignons que si la principale caractéristique des séries de sentai est de n'être absolument pas liées entre elles, Sun Vulcan fait néanmoins exception et jette un pont scénaristique avec la série précédente (Denziman) : En effet, la reine Hedrian (incarnée par la fameuse actrice Machiko Soga), est ici ressuscitée par le sombre Black Magma dans l'épisode 5 .. hedrian qui souvenez-vous était déjà la grande méchante de la série précédente : elle gouvernait le clan Vader dans Denziman avant de disparaitre à la fin de l'épisode 50 de ladite série.

ci-dessous : images de sa résurrection dans Sun Vulcan
Image

Image

Image


Au passage, si dans Denziman nous avions le clan ennemi qui se nommait le "clan Vader", difficile de ne pas y voir une référence à Star Wars, nous avons cette fois-ci dans Denjiman le personnage de Black Magma qui n'est pas sans évoquer Darth Vador dans son apparence !! Contexte historique oblige, n'oublions pas qu'on est au début des années 80, peu après l'énorme succès mondial de Star Wars : un nouvel espoir !!

Image

Bien avant que Saban voulût adapter Sun Vulcan en Power Rangers, Stan Lee avait le projet d'adapter Sun Vulcan pour le public occidental, c'est-à-dire garder les scènes d'actions, mecha et remplacer les scènes avec les acteurs Japonais par des acteurs Américains. Malheureusement, il ne trouva pas le financement ni une chaîne intéressée. Sun Vulcan est la première saison de la franchise Super Sentai (sans compter Goranger) que le milliardaire américain Haim Saban a voulu adapter en Power Rangers pour le public américain, mais cela n'a pas pu se faire avant Zyuranger, série du début des années 90 ! (comme nous le verrons plus loin).

Sun Vulcan fut aussi première série sentai à thématique animalière (comme Liveman et d'autres par la suite) : Les 3 héros sont associés respectivement à un aigle, un requin et une panthère. Les patronymes des Sun Vulcan ne sont d'ailleurs pas choisis au hasard : « Washi », le patronyme du premier Vul Eagle, signifie « aigle » en japonais. De même, « Same », qui signifie « requin », se retrouve dans le patronyme de Vul Shark. Pour finir, le patronyme de Vul Panther est « Hyô », ce qui signifie la même chose.

Par la suite, chaque année la nouvelle série supersentai du moment sera elle-aussi centrée sur un thème particulier, qui pourra être : les dinosaures, les trains, les pirates, les voitures, en fonction de ce qui peut être à la mode à cette époque. Par exemple la 16ème série supersentai : Zyuranger (1992) qui fut lancée peu après le succès américain retentissant de Jurassic Park, surfe sur le thème des dinosaures.

Image


De Goggle V à Bioman (1982 --> 1984)

Mais pour en revenir à notre petite chronologie : La série qui suit Sun Vulcan est Goggle V (sortie en 1982). Cette fois-ci, Marvel n'est plus engagé dans le projet et s'est retiré, il s'agit d'une série 100% produite par la Toei, comme toutes celles qui vont suivre.

Image

Cette série Goggle V comporte à nouveau 5 membres dans l'escadron ! : un rouge, un noir, un bleu, un jaune et une femme en rose (première fois que nous avons cette combinaison que l'on retrouvera exactement identique quelques années plus tard dans la série Zyuranger (ayant donné la première saison de power rangers ..)

résumé de l'histoire de Goggle V :
En Allemagne, dans le château de Wolfborg, l'empire de la Science sombre Desdark établit des plans de domination mondiale. Découvrant cela, le Docteur Hideki Hongô tombe entre leurs mains et est sauvé par le spéléologue Kenitchi Akama. De retour au Japon, le Docteur Hideki Hongô décide de former une équipe chargée de lutter contre l'empire de la Science sombre Desdark. Ce dernier apparait alors au Japon dans le but d'y instaurer sa loi avant de conquérir le reste du monde. Mais l'équipe formée par le Docteur Hideki Hongô se dresse contre eux. Le combat pour la liberté du monde ne fait que commencer…


Les héros de Goggle V (en tenue civile)
Image

Goggle V est aussi la première série où le robot géant (Goggle Robot) se transforme à partir de 3 véhicules : le Goggle Jet , le Goggle Tank et le Goggle Dump

Image

Image

Image

Image

quelques captures de la transformation

Image

Image

Image

Image

Dans les séries suivantes, à quelques exceptions près ou "retours en arrière", les robots géants se formeront souvent à partir de plusieurs véhicules (au moins 2 ou 3, parfois 5)

Après Goggle V sortait en 1983 la série Dynaman,

Image

Le clan du Peuple-à-la-Queue de l'empire Jashinka, gouverné par le malfaisant empereur Aton, envisage de conquérir la Terre. Mais le docteur Kyûtarô Yumeno décide de former une équipe chargée d'empêcher cette catastrophe.


Les 5 héros de cette série sont des scientifiques. Le thème de cette série est d'ailleurs la science (bien qu'elle devait initialement être basée sur le baseball)
Comme dans la précédente série, le robot géant est construit sur l'assemblage de 3 véhicules : le Dyna Mach, le Dyna Mobile et le Dyna Garry.
Les héros sont encore une fois associés aux couleurs : rouge (le leader), jaune, noire, bleu et rose (le rose étant la femme du groupe, ce qui devient une constante)

Après cette série en 1984 viendra la série Bioman (qui est devenue culte et fameuse chez nous mais qui au Japon bien que populaire n'est qu'une série sentai parmi pléthore d'autres, comme vous pouvez le voir)

Image

Bioman est donc sortie en 1984. Elle est arrivée en France pour la première fois en 1986 sur Canal + avec l'excellent générique de Michel Barouille, imitant la mélodie du générique japonais) ; La série sera rediffusée sur TF1 deux ans plus tard en 1988 lors des grands débuts du Club Dorothée (et c'est cette diffusion qui contribua à la faire connaître auprès d'un plus large public, je dois avouer l'avoir découverte pour ma part en 1988 au club Do, avec le générique (très spécial et largement modifié) chanté par Bernar Minet.

résumé de l'histoire :
Alors qu'il fuit sa planète natale ravagée par la guerre, un immense robot nommé Biorobot (Géant Bioman en VF) débarque sur Terre avec à son bord l'androïde Peebolo, durant l'ère féodale japonaise. Dès leur arrivée sur l'archipel, ils choisissent cinq jeunes gens que le géant de métal inonde de bio-particules, dans l'espoir d'en faire profiter les générations futures. Cinq cents ans plus tard, Peebolo et le Biorobot se réveillent d'une longue léthargie, alors qu'une crise éclate sur Terre : le nouvel empire Gear, une société composée de monstres mécaniques et d'êtres humains robotisés gouvernée par le malfaisant Docteur Mad, s'est révélée au grand jour et entend conquérir la planète. Peebolo part alors à la recherche des descendants des cinq Japonais jadis irradiés par les bio-particules, afin de leur faire prendre conscience de leur pouvoir et de les aider à combattre le nouvel empire Gear. Au cours des épisodes, d'autres personnages importants entreront en scène tel Silva le chasseur de bio-particules déterminé à éradiquer les Biomen, le mystérieux professeur Shibata, ou le jeune Shūichi Kageyama qui aura un rôle déterminant lors du dénouement final.


La série Bioman met en scène une équipe de 5 héros et pour la première fois, nous avons deux femmes !! Hormis la "force rose" (Pink Five en VO), la série a pour orginalité pour la première fois d'inclure une deuxième femme dans la team et qui occupe la combinaison jaune (force jaune en VF, Yellow Four en VO)

Autre particularité : pour la deuxième fois après la série Battle Fever J, un membre de l'équipe meurt en cours de série : Il s'agit justement de la première force jaune (Mika Koizumi incarnée par l'actrice Yuki Yajima), laquelle sera ensuite remplacée par Jun Kabuki (incarnée par Sumiko Tanaka). Ceci donnant un ton résolument sombre et dramatique à une série habituellement légère, puisque destinée à un jeune public.

ci-dessous : Mika (la première force jaune)
Image

Jun Kabuki (seconde force jaune, que l'on suit durant l'essentiel de la série , épisode 11 jusqu'à la fin)
Image

A noter que dans la série Battle Fever J de 1978, c'était un membre masculin qui mourait en cours de route, Bioman est donc la première série à faire mourir une femme de l'équipe, en plus d'être la première à en introduire 2. C'est aussi la première fois que la couleur jaune est attribuée à une femme (ce qu'on reverra dans plusieurs séries par la suite, notamment Maskman connu en France sous le nom "Bioman 2" , bien que cette série n'ait aucun rapport avec Bioman. Nous y reviendrons)

Dans Bioman pour la première fois aussi, les "monstres géants ennemis" ne sont pas des monstres !! Ils n'ont pas grand chose à voir avec les espèces de kaiju qu'on voit d'habitude dans ce type de séries (et qui sont très souvent des monstres à taille humaine prenant une apparence géante en fin d'épisode)
Non cette fois-ci, nous avons affaire à des méchas ! des robots géants construits par le docteur Mad (Docteur Man en VO) En VO ils sont nommés mécha Gigan (méchas géants littéralement). Dans la version françaises leur nom générique est "machigan kabunokans" et chacun porte des noms se terminant en "kans" en fonction de leur apparence, comme gorillokans, Squelettokans, mitrailllokans etc. En voici quelques exemples

Image Image Image Image

Le combat final à taille géante oppose donc à chaque fois deux robots géants : le robot du docteur Mad, et le géant Bioman, ce qui donne à ces combats un air très particulier encore jamais vu à l'époque dans les séries sentai de ce type.
Autre innovation, les robots géants ennemis sont également pilotés (à partir du milieu de série) par les 3 grands Généraux de l'armée du docteur Mad, en l'occurrence Jason, Fara et Monstre (qui alternent d'un épisode à l'autre)
ci-dessous : Jason aux commande de l'un de ces machigan kabunokans.

Image

Il est à noter aussi que le robot géant des Biomen (Bio robot , ou Géant Bioman en VF) est formé de l'assemblage de 2 gros jets.
Ainsi, après les séries précédentes comme Dynaman qui formaient leur robot à partir de 3 entités, on repasse ici à 2, mais par la suite, comme nous le verrons, il y en aura à nouveau davantage.
Cette particularité est loin d'amoindrir le géant Bioman, qui outre son allure très agréable est un robot dotée de caractéristiques presque vivantes, comme un personnage à part de la série et nous touche émotionnellement par ses réactions et son lien fort avec le robot Peebolo notamment ..

Image

La série Bioman est aussi la première série sentai qui fait apparaître un sixième membre potentiel (épisodes 35-36). Ce personnage est Shota Yamamori, qui veut entrer dans l'équipe et incarne un guerrier noir, bien que son costume ne soit pas assorti à ceux des Biomen.

Image Image

D'autres séries sentai proposeront par la suite des versions maléfiques des héros, ou au moins un personnage oscillant du côté du bien comme du mal, pouvant affronter les héros comme se rallier à leur cause. Bioman est en tout cas la première série à introduire l'idée du 6ème membre (idée qui va se concrétiser par la suite notamment dans des séries comme Zyuranger)

Bioman est aussi la deuxième série de la franchise Super Sentai (sans compter Goranger), après Sun Vulcan, que le milliardaire Haim Saban a voulu adapter en Power Rangers pour le public américain, mais cela n'a pas pu se faire avant Zyuranger, que nous aborderons par la suite. (Saban avait tourné un épisode pilote du nom de Bio-Man ; les personnages avaient le même nom que les personnages qu'on retrouvera par la suite dans Power Rangers : Mighty Morphin, et à l'exception de l'actrice qui jouait la ranger jaune, les acteurs avaient la même origine ethnique que ceux de Mighty Morphin ..)

Ainsi, à bien des égards la série Bioman marque une date importante, à la fois dans l'évolution des séries supersentai au Japon, mais aussi de part sa réception en France (c'est la première que nous avons connu dans l'hexagone) et elle a bien failli marquer aussi une date aux Etats Unis si Saban était parvenu à la récupérer pour en faire la première série Power Rangers (ce qui ne fut pas le cas et pour les américains la série qui fera date comme nous allons le voir, c'est Zyuranger qui arrivera 6 ans plus tard)

Ainsi, après 1984 les séries supersentai vont continuer à s'enchainer au Japon à raison d'une par an, avec à chaque fois son lot d'innovations, ses nouveaux concepts, ses thématiques et ambiances différentes, et cette longue histoire continue jusqu'à aujourd'hui en 2020. Il serait trop long de s'étaler ici sur chaque série entre 1985 et 2020 (bien que j'aimerais) ; pour plus de détails, n'hésitez pas à visiter certains de nos topics spécifiques sur le forum.

Je me contenterai dans le paragraphe suivant de vous évoquer plus particulièrement quelques séries qui MOI m'ont fortement marqué (tout comme Bioman), et qui chacune dans son genre amena son petit lot de nouveautés à la grande histoire des supersentai.

1985 - 1995 : L'histoire des sentai continue (et se réinvente sans cesse)

[ paragraphe à écrire / à compléter ]


En 1995, soit vingt ans après la création de Goranger, la Toei annonça que Goranger et JAKQ (les 2 premières séries) feraient désormais officiellement partie des Super Sentai Series.


A présent que nous avons vu bon nombre de séries sentai des origines (et jusqu'au milieu des années 90), sans nous appesantir sur les plus récentes, nous allons voir dans le paragraphe suivant quelles sont les caractéristiques générales de ce type de séries. Les codes récurrents, tels que nous les avons déjà un peu esquissés.

Caractéristiques générales des séries super sentai

Aspects scénaristiques

:arrow: Chaque série met en scène un groupe de héros en costumes colorés qui luttent contre les forces du mal pour sauver la Terre.

:arrow: Chaque costume ou armure diffère de par sa couleur (rouge, bleu, jaune, noir, rose, vert, blanc, etc.), et présente quelques légères variations, présentant sous forme stylisée sur le casque ou le costume l’emblème de l'entité protégeant le héros.

:arrow: Dans la plupart des séries, trois couleurs reviennent en permanence : le rouge, le bleu et le jaune. Si les couleurs des différents guerriers peuvent varier d'une série à l'autre, une des invariantes est la couleur du leader de l'équipe, toujours en rouge. Néanmoins, le jaune était absent dans certaines séries comme Battle Fever J et Changeman, on considère alors que le rouge et le bleu sont les seules couleurs présentes dans toutes les séries.

:arrow: Toujours par rapport aux significations des couleurs, écoutons parler les acteurs de Bioman :
« Le rouge, c'est le leader, le feu, la passion, l'énergie, décrypte l'acteur Ryosuke Sakamoto, alias Force rouge dans Bioman. Le bleu a un rapport à l'eau, c'est le personnage à la fois cool et plutôt technique, le vert est davantage le cerveau de l'équipe, celui qui assiste le rouge dans ses moments de faiblesse. »
« Le rose est celui de la gentillesse, rebondit Michiko Makino, Bioman Rose à l'écran. Le jaune est initialement le personnage comique, celui qui tenait sa couleur de son plat préféré, car il mangeait toujours du curry, mais depuis Bioman, c'est le personnage de la femme forte. »

ci-dessous : Affiche de la série Bioman (8ème série super sentai, arrivée en 1984)
Image

:arrow: autre caractéristique des séries supersentai : Un nouveau héros peut venir rejoindre les premiers en cours de série. On l'a vu pour JAKQ, les héros commencent à 4 et finissent à 5 avec l'apport du héros blanc (nommé Big One)
Dans certaines séries sentai plus tardives, les héros étant 5 au départ, un 6ème membre (souvent blanc) viendra rejoindre le groupe, temporairement (l'espace d'un épisode) ou définitivement jusqu'à la fin de série.

:arrow: Les héros sont généralement soutenus par un mentor, qui sera selon les cas un maître d'arts martiaux, un professeur, ou un scientifique qui leur fournit des conseils, de nouvelles armes ou de nouveaux véhicules. Le mentor peut également être en même temps un personnage comique, comme le robot Peebolo dans Bioman, voire même ... un chien intelligent et qui parle doté de pouvoirs magiques comme dans la série Denjiman, ci-dessous !



:arrow: Les membres du groupe sont généralement cinq : le choix de ce nombre est dû au fait que la civilisation asiatique reconnaît cinq éléments (dans certaines parties d'Asie : métal, bois, eau, feu, terre), et non quatre (terre, eau, air, feu) comme la civilisation occidentale.

Ils sont dotés de pouvoir surhumains qu'ils ont en commun ou individuellement. La source de leurs pouvoirs (surnaturelle ou technologique) et l'origine de leurs ennemis changent avec chaque série, et on remarque une certaine alternance entre les séries à thème surnaturel (séries au parfum plutôt fantastique, mythologique ou fantasy, qu'on retrouve une année sur deux), et les séries à thème technologique (séries au parfum plutôt Science-fiction, une année sur deux aussi). Certaines séries présentent des héros pratiquant un art martial différent l'un de l'autre et utilisant souvent différentes armes.

:arrow: notons aussi que les héros peuvent être moins de 5 au départ. Dans la série Liveman par exemple, ils sont trois au départ (deux hommes : le rouge et le jaune, et une femme, la bleue), avant d'être rejoints en milieu de série par deux nouveaux membres masculins (vert et noir)



:arrow: La série Bioman est singulière par le fait qu'une des membres (féminins) de l'escadron meurt en cours de série (force jaune) remplacée par une autre, ceci marquant un tournant vers plus de gravité à l'époque. Bioman est aussi la première série à comporter deux femmes dans son escadron (force rose et jaune). « Traditionnellement, la fille est le maillon faible dans ce genre de séries, mais Bioman a été diffusé à un moment où la place de la femme avait commencé à changer au Japon. Elles étaient plus actives, plus indépendantes, c'est peut-être pour ça qu'il y a eu deux filles dans la série », suggère Michiko Makino. Les sentai suivants ne présentant pas d'héroïnes au générique seront d'ailleurs boudés par les Japonais.

:arrow: Depuis Battle Fever J, chaque série comporte environ une cinquantaine d'épisodes.

Un épisode classique d'une série supersentai se déroule ainsi : un des héros se retrouve confronté à un problème (généralement personnifié par le monstre de l'épisode, et ses caractéristiques propres), mais grâce à ses qualités (ou parfois malgré ses défauts), il vient à bout de ce défi ce qui lui permet de battre le monstre. Une fois détruit, le monstre renaît sous la forme d'un avatar gigantesque que les héros affrontent à bord de leur robot géant. L'épisode se termine en montrant que le héros en question a tiré une leçon de son aventure.

Image

Cette structure de base permet de s'intéresser à tous les personnages (chacun des héros ayant plusieurs épisodes qui lui sont consacrés), et également de montrer l'évolution de ceux-ci. Bien sûr, tous les épisodes ne sont pas centrés sur un seul des héros, et chaque série a son lot d'« épisodes en équipe ».

Outre ces épisodes indépendants, une série sentai possède son lot d'épisodes servant à faire évoluer l'histoire générale. On peut ainsi distinguer :

- Le début : Le premier épisode montre généralement comment les personnages deviennent des guerriers, alors que le deuxième traite de la difficulté à travailler en équipe. Parfois, le début s'étend en longueur, les héros n'obtenant certaines armes ou leur robot géant qu'au bout d'un certain nombre d'épisodes (ex : Dairanger, Ohranger).

Les épisodes qui suivent servent en général à introduire les personnalités des héros.

- Le premier évènement : Généralement autour de l'épisode 19. La situation change quelque peu ; un nouvel ennemi arrive (Salomé dans Battle Fever J), ou un nouveau héros (Dragon Ranger dans Zyuranger), ou on en apprend plus sur les méchants (Docteur Mad dans Bioman).

Les épisodes qui suivent vont en général tirer parti de cette nouvelle situation.

- Le tournant de la série : Autour de l'épisode 31. C'est là que sont faites les plus importantes révélations de l'histoire (Jetman, Magiranger), que les premiers généraux ennemis sont vaincus (Turboranger), ou qu'un nouveau robot arrive (Liveman, Bôkenger).
En général, toutes les questions trouvent à ce moment-là leurs réponses, mais la situation n'en est pas dénouée pour autant. Pour apaiser les tensions, l'épisode qui suit immédiatement le tournant ne fait en général pas mention des évènements de celui-ci, et peut même revêtir un caractère comique ou très décalé (épisode avec Shota dans Bioman).

ci-dessous : le personnage de Silva (robot très puissant apparaissant dans la série Bioman à peu près à ce moment de l'histoire et qui vient introduire un nouveau niveau de difficulté)

Image

- La fin : Les trois à cinq derniers épisodes. Après un épisode éventuellement humoristique, les généraux ennemis restants sont détruits un par un et les dernières intrigues se dénouent. Le dernier épisode est consacré à la destruction du chef des méchants, suivie d'un court épilogue.

Codes et conventions des séries supersentai

Des effets spéciaux bon marché mais efficaces, des épisodes « tournés-montés », contribuent à un rendement record pour une série de science-fiction, avec une moyenne de 50 épisodes par an pour un coût minimum, amorti entre autres par les ventes de jouets, invariablement fabriqués par l'entreprise Bandai. Certaines séquences sont en outre rentabilisées au maximum, puisque rediffusées dans chaque épisode : il s'agit de la transformation des héros qui revêtent leur costume de combat, ou l'assemblage du robot géant avant d'affronter le monstre de l'épisode du jour, par exemple. Le sentai étant un genre particulièrement codifié, ces séquences, passages obligés, sont attendues par les téléspectateurs qui ont intégré ces codes et connaissent par expérience le schéma traditionnel d'un épisode.

L'attrait pour le sentai est généralement dû aux combats d'arts martiaux (souvent avec des poses surjouées)ainsi qu'aux armes sophistiquées présentes dans ce style de séries, sans oublier le traditionnel robot géant (ou les robots, car beaucoup de séries en comportent au moins deux ou trois). Le combat final des épisodes opposant le robot au monstre géant (évoquant les célèbres monstres des films kaiju eiga), le tout filmé au milieu de maquettes de villes miniatures forment l'un des charmes uniques de ce type de séries.

ci-dessous : affrontement dans la série Bioman entre le robot géant de la série (le Géant Bioman) et l'un des méchas du docteur Mad

Image

Image


Au cours des séries, les héros acquièrent de nouvelles armes, de nouvelles techniques, de nouveaux robots, et sont parfois rejoints par un (voire plusieurs) nouveau(x) héros. Au fil des années, on remarque une nette surenchère dans le nombre de héros, de robots et autres gadgets dans une même série.

ci-dessous : exemple de robot géant présent dans la série Dairanger (parmi beaucoup d'autres à apparaître dans cette série)

Image

A tout ceci il faut ajouter aussi les explosions au napalm (très fréquentes notamment dans les séries des années 70, 80, et parfois dangereuses lors des tournages, raison pour lesquelles elles furent remplacées par la suite par des effets numériques, ce qu'on peut comprendre mais qui ôte "malheureusement" une partie du charme violent des combats !

ci-dessous : une explosion parmi une myriade d'autres dans la série Bioman
Image

Si certains éléments sont ajoutés série après série (le robot qui s'assemble, le sixième héros, etc), certains sont parfois oubliés quelque temps avant d'être repris dans les séries ultérieures, permettant ainsi une grande diversité malgré une idée de fond restant toujours la même : la lutte du bien contre le mal. Le super sentai est toutefois loin d'être manichéen, en général au moins un méchant se révèle moins méchant que prévu, certains personnages peuvent après une prise de conscience, changer de camp (exemple : Docteur Obler dans Liveman), et certaines intrigues sont parfois prétextes à un développement scénaristique complexe.

En outre, un autre élément commun à toutes les séries sentai est la mise en avant de valeurs positives : l'altruisme, l'amitié, l'amour, la solidarité, l'entraide, le courage, la vaillance, le dépassement de soi...

Mais les séries sentai se prennent rarement au sérieux pour autant. Conscient de sa nature très codifiée destinée à plaire au jeune public japonais ainsi qu'à certains adultes amateurs du genre, il n'hésite pas à inclure de nombreux éléments volontairement comiques (certains personnages, situations ou monstres), voire carrément ridicules (pour vous donner une idée, je vous invite à lire le topic sur la série jetman où ont été postés certains monstres à l'aspect bien gratiné :lol:


Exportation des séries supersentai à l'extérieur du Japon

1. Exportation telle quelle, sans modifications

:arrow: En France

Le sentai apparaît pour la première fois en France en 1985 avec Bioman, sur la chaîne Canal+. (Bioman qui est la 8ème série du genre au Japon chronologiquement).
Canal + diffusera cette série le samedi à 12 h 30 dans l'émission Cabou Cadin, dans l'une de ses cases-horaires « en clair », ne nécessitant pas d'abonnement. C'est alors le succès.

En 1987 soit deux ans plus tard, Bioman est rediffusé sur TF1 dans la fameuse émission Club Dorothée. C'est là encore le succès, si bien que six autres séries seront importées et diffusées : Flashman, Maskman, Liveman, Turboranger, Fiveman et Jetman.

ci-dessous : Baraba (Barbare en VF) et princesse Igam, deux des méchants de la série Maskman, passée en France au club Dorothée en 1988

Image

Pour capitaliser sur le succès de Bioman, Maskman et Liveman sont même affublées des épithètes Bioman 2 et Bioman 3. Cependant, même si le jeune public reste demandeur, le « phénomène Bioman » est passé, et ces séries suivantes se feront plus discrètes, les séries après Liveman, Turbo Rangers ou encore Jetman n'étant même jamais diffusées en intégralité.

Pour l'anecdote, l'animatrice Dorothée, la présentatrice du « Club Dorothée » qui diffusait les épisodes de ces séries et qui est devenue à l'époque l'une des principales clientes de la société japonaise Toei, a fait une apparition surprise dans deux séries sentai différentes sous forme de petits caméo.

Image


:arrow: Exportation en Corée du Sud

Un an après la diffusion de Dai Sentai Goggle Five au japon (qui est la 6ème série supersentai), cette saison sera la première à être diffusée et doublée en coréen, sous le nom de Jigu Tuekgongdae Goggle Five (Commando de la Terre Goggle Five), et ce sera la seule jusqu'aux années 1990 où Choudenshi Bioman, Dengeki Sentai Changeman, Hikari Sentai Maskman et Choujuu Sentai Liveman seront diffusés.

Quelques années plus tard, c'est Power Rangers : Force animale qui sera diffusé en Corée du Sud, puis plus aucune saison de Super Sentai ou de Power Rangers n'a été diffusée jusqu'à l'été 2004. À partir de là, chaque année une saison de Super Sentai est diffusée en Corée du Sud. Les saisons qui ont été diffusées depuis sont Bakuryū Sentai Abaranger, Tokusou Sentai Dekaranger, Mahou Sentai Magiranger, GoGo Sentai Boukenger, Juken Sentai Gekiranger, Engine Sentai Go-onger, Hyakujuu Sentai Gaoranger (alors qu'ils avaient déjà diffusé Power Rangers : Force animale), Tensou Sentai Goseiger et Kaizoku Sentai Gokaiger, mais rebaptisé avec le titre Power Rangers, ces saisons sont donc devenu en Corée du Sud : Power Rangers Dino Thunder, Power Rangers S.P.D., Power Rangers Magic Force, Power Rangers Treasure Force, Power Rangers Wild Spirits, Power Rangers Engine Force, Power Rangers Jungle Force, Power Rangers Miracle Force et Power Rangers Captain Force. Pour Kaizoku Sentai Gokaiger, diffusé en Corée du Sud sous le nom de Power Rangers Captain Force, toutes les saisons de Super Sentai, non-diffusé en Corée du Sud sous le titre de Power Rangers, ont été rebaptisées pour la Corée du Sud, ce qui donne (cliquez) :
Goranger >>>> Five Rangers
Jakq >>> Jakq
Battle Fever J >>> Battle Fever J
Denjiman >>> Power Rangers : Power Man
Sun Vulcan >>> Power Rangers : Sun Vulcan
Goggle Five >>> Power Rangers : Goggle Five
Dynaman >>> Power Rangers : Dyna Man
Bioman >>> Power Rangers : Bio Man
Changeman >>> Power Rangers : Change Man
Flashman >>> Power Rangers : Flash Man
Maskman >>> Power Rangers : Mask Man
Liveman >>> Power Rangers : Live Man
Turboranger >>> Power Rangers : Turbo Rangers
Fiveman >>> Power Rangers : Five Man
Jetman >>> Power Rangers : Jet Man
Zyuranger >>> Power Rangers : Mighty Morphin
DaiRanger >>> Power Rangers : Daï Rangers
Kakuranger >>> Power Rangers : Ninja Rangers
Ohranger >>> Power Rangers : Oh Rangers
Carranger >>> Power Rangers : Car Rangers
Megaranger >>> Power Rangers : Mega Rangers
Gingaman >>> Power Rangers : Galaxy Rangers
Go Go V >>> Power Rangers : Go Go V
Timeranger >>> Power Rangers : Time Rangers
Hurricanger >>> Power Rangers : Ninja Storm
Shinkenger >>> Power Rangers : Blade Force


:arrow: Dans le reste du monde

À peu près à la même époque que Bioman en France, le sentai est également exporté ailleurs dans le monde. Le Brésil importera Changeman et Flashman, alors que les Philippins doubleront Bioman en anglais et Maskman en tagalog. Liveman, Turboranger et Jetman seront diffusées en Espagne et au Portugal. Denziman et Goggle V seront diffusées en Italie. Quelques épisodes de Bioman et de Turboranger seront diffusés en Grèce.

De nos jours, le sentai est surtout exporté dans les régions asiatiques, notamment la Corée, où il est diffusé sous le titre de Power Rangers.

2. Power Rangers : la version américaine (modifiée)

Vers 1992, l'homme d'affaires franco-israelien Haim Saban, cherche à diffuser le concept « sentai » à travers le monde.

Image
Haim Saban

Haim Saban s'est fait d'abord connaître en France dans les années 1970 et 1980 comme compositeur et producteur d'innombrables bandes originales de séries. Sa carrière commence en Israel où au début des années 1970, il est guitariste dans un groupe de rock (les lions de Juda). Mais il se découvre rapidement plus doué pour la production que pour la musique. Il commence à organiser des concerts avec des vedettes étrangères. Mais la guerre du Kippour va briser son élan... et ses finances. Il repart à zéro en France où il s'occupe notamment de Mike Brant et fonde une maison de disques.
En 1979, il lance le jeune chanteur Noam avec le générique culte du dessin animé Goldorak. Le succès est fulgurant, et Saban s'engouffre dans le filon des musiques de programmes télévisés. Au répertoire, des dessins animés, d'Ulysse 31 à l'Inspecteur Gadget en passant par Les mystérieuses cités d'or, Les Maîtres de l'Univers, Les Entrechats, mais aussi des séries comme Dallas, Starsky et Hutch, l'Homme qui tombe à pic ou Wonder Woman.
Il s'établit ensuite en Californie, à Los Angeles, dans le milieu des années 1980 dans le but de vendre des dessins animés japonais au public des Etats-Unis.

Lorsqu'il entreprend d'importer les séries sentai aux USA, Saban est cependant conscient du fait que les Américains auraient du mal à accepter un groupe de héros japonais. De même, certains épisodes pourraient susciter le rejet du public occidental, les règles de bonne conduite régissant les programmes pour enfants étant différentes des règles en vigueur au Japon.

Après plusieurs tentatives infructueuses, il décide d'acheter les droits sur un sentai auprès de la Toei et de l'américaniser. Saban décide donc, avec l'accord de la société japonaise Toei, de n'utiliser que les scènes de combat en costume, les combats de robots géants et les scènes des méchants, et de retourner le reste avec des acteurs américains dans le rôle des héros. La violence est par ailleurs édulcorée. Ainsi, la série du moment, Kyōryū Sentai Zyuranger est rebaptisée Mighty Morphin Power Rangers.

Image

Le résultat de cette hybridation donne un résultat assez curieux : des séquences d'action d'origine alternent ainsi avec des scènes de comédie souvent grotesques rappelant parfois la série Parker Lewis ne perd jamais. La série devient très vite un phénomène aux États-Unis, puis à travers le monde, étant même exportée dans son pays d'origine, le Japon, dans lequel les acteurs originaux doublent leur alias occidental.

ci-dessous : l'actrice japonaise Machiko Soga (célèbre actrice qu'on retrouve dans plusieurs séries du genre tokusatsu, ici incarnant la grande méchante de la série Zyuranger, et devenue dans la version américaine la célèbre "Rita Repulsa" de Power Rangers Mighty Morphin

Image

Le succès considérable de cette nouvelle version est à l’origine de la création de bon nombre d’entreprises dont la chaîne de télévision américaine Fox Kids. Le marchandising autour de la franchise Power Rangers a engendré jusqu’à 5 milliards de dollars de bénéfices nets par an.

Power Rangers, qui a continué son chemin en adaptant chaque année le sentai de l'année précédente, est l'une des séries les plus regardées dans le monde.


LISTE DE TOUTES LES SERIES SUPERSENTAI DEPUIS 1975 A NOS JOURS

Listons à présent l'ensemble des séries supersentai depuis les origines jusqu'à 2020. Nous avons déjà abordé certaines avec quelques détails pour la période 1975 / début des années 90, l'occasion ci-après de faire un petit récapitulatif et d'évoquer très brièvement les suivantes (correspondant à une période que je connais beaucoup moins). Mais avant de commencer, une petite mise en bouche avec une vidéo de tous les génériques d'intro par ordre chronologique des séries (en commençant par Go Ranger, JAKQ puis les suivantes !)



liste des séries :

Himitsu Sentai Goranger (1975–1977) : première série du genre (et première à être produite durant l'ère Shōwa)

Image

J.A.K.Q. Dengekitai (1977) dernière série à être produite et scénarisée par le mangaka Shotaro Ishinomori

Image


Battle Fever J (1979–1980) : deuxième coopération entre la Toei et Marvel après la série tokusatsu Spiderman. 1ère série sentai à inclure un robot géant




Denshi Sentai Denjiman (1980–1981) : série qui a pour particularité sympathique de faire jouer l'acteur Kenji Oba (l'acteur mythique de la série X-or / Gavan en VO), ici dans le rôle du membre bleu de l'escadron : Denzi Blue. A noter aussi que 4 mangas ont été créés à partir de cette série.




Taiyo Sentai Sun Vulcan (1981–1982) : cette série a pour particularité d'être la première avec un groupe de 3 (et non pas 5) héros au départ de la série, qui seront ensuite rejoints par d'autres. Par la suite les séries Liveman et Hurricaneger reprendront cette formule. C'est aussi la 1ère série à thématique animalière. Autre particularité : Alors que la principale caractéristique des séries de sentai est de n'être absolument pas liées entre elles, Sun Vulcan fait néanmoins exception : la reine Hedrian, ressuscitée par Black Magma dans l'épisode 5, avait déjà gouverné le clan Vader dans la série précédente (Denziman).
C'est aussi la première série où le robot géant est formé de plusieurs véhicules (ici, deux) qui s'assemblent, image ci-dessous

Image


Dai Sentai Goggle-V (1982–1983). Cette série fait partie des moins populaires du genre.

Image


Kagaku Sentai Dynaman (1983–1984)

Image


Choudenshi Bioman (1984–1985) : première série à inclure deux femmes dans l'escadron (force jaune et force rose, image ci-dessous) avant elle les forces jaunes étaient souvent des hommes. Bioman est aussi la 1ère série à être diffusée en France. C'est aussi la 1ère à faire apparaître un sixième membre potentiel (épisodes 35-36), concept qui sera repris et poussé dans les séries suivantes où les escadrons termineront souvent à 6 voire plus.

Image


Dengeki Sentai Changeman (1985–1986) C'est la 2ème série à avoir un équipier blanc et non jaune, la première étant JAKQ.
Les héros sont associés aux animaux mythiques dragon, griffon, pégase, sirène et phénix.

Image


Choushinsei Flashman (1986–1987). Cette série est la première série à inclure un deuxième robot géant.

Image Image


Hikari Sentai Maskman (1987–1988) : c'est la deuxième série à inclure un deuxième robot géant (qui apparait en milieu de série : ci-dessous)

Image


Choujuu Sentai Liveman (1988–1989); dernière série à être produite durant lère Shōwa. 2ème série à inclure un deuxième robot géant. 1ère série où les deux robots fusionnent entre eux (super Gatai) Cette série eut un gros succès en France (de même que Bioman, Maskman et Jetman)

Image


Kousoku Sentai Turboranger (1989–1990); première série produite durant l'ère Heisei

Image


Chikyu Sentai Fiveman (1990–1991)

Image


Chōjin Sentai Jetman (1991–1992)

Image


Kyōryū Sentai Zyuranger (1992–1993) : 1ère série à être adaptée / modifiée par les américains qui initient à travers elle la franchise Power Rangers. La série devient ainsi Power Rangers Mighty Morphin - saison 1 aux USA et sera importée en France comme telle et non dans sa version d'origine.
(même chose pour toutes les séries suivantes)

Image


Gosei Sentai Dairanger (1993–1994) : certaines scènes seront utilisées aux Etats Unis pour former : Mighty Morphin Power Rangers (season 2).

Image


Ninja Sentai Kakuranger (1994–1995); sera adaptée aux USA en : Mighty Morphin Power Rangers (season 3) et Mighty Morphin Alien Rangers. Cette série surfe sur le thème des yokaï (les monstres du folklore japonais) voir le topic, très complet et où j'évoque en détail ces fameux yokai :mrgreen:
ci-dessous pour exemple l'un des monstres de la série associé au célèbre yokaï Tengu

Image

Chouriki Sentai Ohranger (1995–1996) : adaptée aux USA en Power Rangers Zeo.
cette série sortie en 1995, soit 20 ans après Go Ranger la première série sentai, est une série anniversaire. elle était censée célébrer les 20 ans de la licence mais à cause de l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo cette année-là, le scénario a dû être modifié à la dernière minute. Elle reste l'un des sentai les moins populaires à ce jour, pourtant, en 1995, la vente de jouet dérivé à Ohranger fabriqué par Bandai fait partie des meilleurs années de vente de jouets Super Sentai.

Image


Gekisou Sentai Carranger (1996–1997) : adaptée aux USA en : Power Rangers Turbo.
une série comme son nom l'indique dont le thème est les voitures (voir le topic)

Image


Denji Sentai Megaranger (1997–1998) : adaptée aux USA en : Power Rangers in Space.

Seijuu Sentai Gingaman (1998–1999): adaptée aux USA en: Power Rangers Lost Galaxy.

Kyuukyuu Sentai GoGoFive (1999–2000): adaptée aux USA en Power Rangers Lightspeed Rescue.

Mirai Sentai Timeranger (2000–2001): adaptée aux USA en Power Rangers Time Force.

Hyakujuu Sentai Gaoranger (2001–2002): adaptée aux USA en Power Rangers Wild Force.

Ninpuu Sentai Hurricaneger (2002–2003): adaptée aux USA en Power Rangers Ninja Storm.
cette série est la troisième à débuter avec un escadron de 3 (et non 5) héros, après Sun Vulcan et Liveman précédemment.

Bakuryū Sentai Abaranger (2003–2004): adaptée aux USA en Power Rangers Dino Thunder.

Tokusou Sentai Dekaranger (2004–2005): adaptée aux USA en Power Rangers S.P.D.

Mahou Sentai Magiranger (2005–2006): adaptée aux USA en Power Rangers Mystic Force.

GoGo Sentai Boukenger (2006–2007): adaptée aux USA en Power Rangers Operation Overdrive.

Juken Sentai Gekiranger (2007–2008): adaptée aux USA en Power Rangers Jungle Fury.

Engine Sentai Go-onger (2008–2009): adaptée aux USA en Power Rangers RPM.

Samurai Sentai Shinkenger (2009–2010): adaptée aux USA en Power Rangers Samurai et Power Rangers Super Samurai.

Tensou Sentai Goseiger (2010–2011): adaptée aux USA en Power Rangers Megaforce.

Kaizoku Sentai Gokaiger (2011–2012): adaptée aux USA en Power Rangers Super Megaforce.

Tokumei Sentai Go-Busters (2012–2013): adaptée aux USA en Power Rangers Beast Morphers.

Zyuden Sentai Kyoryuger (2013–2014): adaptée aux USA en Power Rangers Dino Charge et Power Rangers Super Dino Charge.

Ressha Sentai ToQger (2014–2015)

Shuriken Sentai Ninninger (2015–2016) : adaptée aux USA en Power Rangers Ninja Steel et Power Rangers Super Ninja Steel.

Doubutsu Sentai Zyuohger (2016–2017)

Uchu Sentai Kyuranger (2017–2018)

Kaitou Sentai Lupinranger VS Keisatsu Sentai Patranger (2018–2019); : 1ère série à suivre deux équipes (escadrons) de sentai distinctes.

Kishiryu Sentai Ryusoulger (2019–2020); dernière série à être produite durant l'ère Heisei. Elle fut adaptée aux USA en : Power Rangers Dino Fury.

Mashin Sentai Kiramager (2020–2021); 1ère série à être produite durant l'ère Reiwa.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 103099
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Les séries "supersentai" : présentation du genre

Messagepar Scarabéaware » dim. juin 28, 2020 10:13 pm

J'ai tout lu :mdr:, belle présentation du genre à en dresser une petite histoire avec les différentes étapes, les codes et évoquer un peu l'ensemble des séries puis le coup de la Sabanisation et qu'il se soit fait des couilles en or le monsieur :mrgreen:.

Si tu penses ajouter encore quelques petites choses, j'imagine que tu vas parler de Disney qui se sera pointé par là pendant un temps et qui heureusement n'a pas su quoi faire avec ? :mdr:

Bon pis faudrait encore que j'aille lire la présentation que t'avais fait de Ishinomori mais je retiens pour Skull Man au passage, ça me titille bien de découvrir ce héros d'un coup :mrgreen:.

Enfin bref, autrement pour ceux qui connaissent pas trop le genre, ça fait une solide introduction lol. Bon puis sinon c'est bon de se faire du rappel avec ça et apprendre encore quelques petits trucs :D. D'ailleurs ça me fascine toujours de voir encore comme Kenji Oba aura fait partie d'un bon paquet de série, bien plus que d'autres.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 336792
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Les séries "supersentai" : présentation du genre

Messagepar phoenlx » lun. juin 29, 2020 6:46 pm

oui d'autant qu'il a joué aussi dans San Ku kaï !
bon j'ai rajouté pas mal d'infos au topic (mais il n'est pas encore achevé !)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Les Sentai et les Supersentai »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité