• Déconfinement : Restez prudent !!

Doctor Who saison 6

Le Onzième Docteur, interprété par Matt Smith, et qui recouvre la période allant de 2010 à 2013, soit de la saison 5 à la saison 7. Matt Smith est l'acteur le plus jeune ayant joué le rôle du Docteur, devant Peter Davison.
Náin
Valar et Maiar
Valar et Maiar
Avatar du membre
Messages : 64889
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Doctor Who saison 6

Messagepar Náin » dim. avr. 05, 2020 3:01 pm



La saison 6 de Doctor Who est la deuxième avec Matt Smith dans le rôle du Onzième Docteur. Diffusée d'avril à octobre 2011, avec une pause d'un mois et demi après la diffusion de l'épisode 7, la saison est centrée sur le mystère de la mort du Docteur, survenue dès le premier épisode de la saison, tué par un mystérieux astronaute sorti d'un lac dans l'Utah. Amy, Rory et River retrouvent alors une version bien plus jeune du Docteur, à qui ils vont cacher la mort prochaine tout en essayant de l'éviter.

De son côté le Docteur va apprendre qu'Amy semble être enceinte, tandis que le mystère s'épaissit sur l'identité de River Song, toujours et encore incarcérée suivant la zone temporelle pour avoir assassiné le Docteur...



Il ne s'agit pas de ma saison préférée pour tout dire. Il s'agit même d'une de celles que j'aime le moins. Moffat sombre dans ses travers narratifs, et tous en plus. Le premier d'entre eux donc, c'est notamment cette volonté de complexifier inutilement, alourdissant l'intrigue sans que ce soit nécessaire. Je ne pense évidemment pas aux différentes twist concernant River Song bien évidemment, qui reste de très bonnes idées, mais révélées et teasées surtout avec beaucoup trop de maladresse. Le problème c'est également ce bazar qui fait vraiment partie de la patte Moffat, désireux qu'il est d'agrandir cet univers. L'intention est louable mais à nouveau, l’exécution manque de finesse. Plusieurs épisodes de la saison 6 font partie de ces épisodes signés Moffat qui te donnent l'impression d'avoir manqué un ou plusieurs épisodes. Certains ennemis et personnages, présentés avec le spectateur, évoluent sans lui ce qui donne l'impression d'avoir manqué quelque chose.



Je pense par exemple aux Silence, qui nous sont présentés dans le très bon d'ailleurs pour le coup, diptyque L'Impossible Astronaute, et qui plus tard réapparaîtront dans un tout autre contexte, avec des objectifs différents, qui n'a l'air de surprendre aucun personnage. Que ça ne surprenne pas le Docteur ce n'est pas illogique, il est l'élément mystérieux qui s'y connait plus que le spectateur. Mais dans les règles classiques et basiques de la narration, il y a toujours des personnages qui découvrent l'univers avec le spectateur. Hors cette fonction était celle des compagnons dans la série Doctor Who. Hors dans cette saison plusieurs fois même les compagnons du Docteur, Amy et Rory donc, en savent plus que le spectateur, le laissant sur le bord du trottoir, avec l'impression d'être perdu et d'avoir manqué quelques épisodes, alors que ce n'est vraisemblablement pas le cas (mais Moffat fera même ce coup là plus tard avec l'épisode spécial Noël La Dame de glace puisqu'il fera évoluer le Paternoster Gang dans des mini-épisodes et non dans la série principale).



L'épisode qui témoigne le plus de ce phénomène dans cette saison, c'est La Retraite du Démon, où l'on arrive dans un contexte totalement inconnu, avec des factions alliées et ennemis du Docteur, sans que l'on ne sache jamais ni pourquoi ni comment. Le personnage de Madame Kovarian, principal antagoniste de la saison, est notamment assez vide en réalité, ses motivations n'intéressant manifestement pas Moffat tant qu'elle est là pour davantage encore entourer d'un manteau brumeux l'intrigue de la saison. Je n'ai évidemment rien contre le suspens et les personnages mystérieux (dans une série qui parle de voyage dans le temps et l'espace, il est bien normal qu'il y en ait) mais nouer des intrigues dans le seul but d'y faire un nœud, sans réelle démarche narrative ou émotionnelle derrière, c'est vain et abscons en réalité. Le personnage de Clara par exemple, sera enrobé d'un mystère bien plus efficace et brillant, qui ne sera pas handicapé par une volonté absurde de rendre le personnage encre plus complexe à appréhender.



Par ailleurs le principal fil rouge de la saison elle-même, la mort du Docteur, fait choux blanc, dans la mesure où si il y a bien un personnage dont on saura qu'il ne meurt pas, c'est bel et bien lui. Démarche d'autant plus vaine que Moffat insiste, insiste et insiste sur ce point, déployant tout l'arsenal dramatique à sa disposition, pour en faire un événement à l'enjeu extrêmement important qui, encore une fois dès le départ, était voué à l'échec. Ce sentiment est d'autant plus aggravé par le fait que plus de la moitié des épisodes eux-même joueront là-dessus, nous faisant croire quasi à chaque coup à la mort d'un des membres du trio. Etant donné que ce procédé avait déjà pas mal été utilisé dans la saison 5, et qu'ici Moffat le réutilise à l'overdose, il devient encore plus absurde, témoignant par ailleurs d'un réel manque d'imagination de la part du showrunner et de ses scénaristes pour créer de l'enjeu. Comme si ce dernier ne pouvait uniquement reposer que sur la mort des 3/4 personnages principaux.



Maintenant, tous ces défauts pointés, il ne faut rien exagérer non plus, et reconnaître que certains épisodes restent appréciables. On pensera donc comme je l'ai déjà dit au diptyque de début de saison, mettant en scène un des meilleurs monstres de la série, les Silence, ces aliens au design superbement bien trouvé, qui disparaissent de votre mémoire instantanément dès que vous les sortez de votre champ de vision. On notera également La Marque Noire, où des pirates du XVIIème siècle XVIIIème siècle font face à une mystérieuse sirène.



L'Âme du Tardis quant à lui, écrit par Neil Gaiman d'ailleurs, est sans doute l'un des meilleurs épisodes de la saison. Il raconte ainsi comment, après avoir atterrit sur un astéroïde intelligent et dévoreur de TARDIS, l'âme du TARDIS, dont il est depuis longtemps manifeste qu'elle existe, se retrouve projetée dans un corps humain, féminin, offrant ainsi des dialogues croustillants entre le Docteur et le personnage qui, au final, le connaît le mieux (à noter d'ailleurs que le titre VO est The Doctor's Wife, désolé River).



Parmi les épisodes moyens on pourra notamment placer La Chair vivante, avec un questionnement moral pertinent mais qui se perd cependant, et notamment vers la fin, dans une surenchère un peu ridicule de carnaval de monstruosités. Tournée d'adieux est également assez oubliable et Allons tuer Hitler, bien que réservant là également des situations et dialogues croustillants et une révélation exquise, ne brille pas par sa trame de fond.



La Fille qui attendait et Terreurs Nocturnes en revanche, sont largement plus appréciables. Le premier par le dilemme moral qu'il impose, et qui prend clairement, et de manière plus intelligente que La Chair vivante, le spectateur à parti, et le rend mal à l'aise, et le second, par le ton mi horrifique qu'il parvient de manière brillante à installer, avec notamment cette peur et ce malaise que l'on ressent par rapport au détournement de l'attirail infantile, à savoir poupées creepy et jouets terrifiants.



Dans l'ensemble une saison loin d'être catastrophique, mais qui souffre encore une fois de poncifs maladroits et d'intrigues trop complexifiées pour être réellement savourées, avec des épisodes forçant trop l'enjeu pour que cela soit efficace, au contraire par exemple, d'une saison 7, qui saura installer des enjeux et des émotions tout en restant à la fois simple, mais aussi un peu mystérieuse et d'autant plus savoureuse.



Liste des épisodes :

214 - Épisode 1 : L'Impossible Astronaute, première partie
214 - Épisode 2 : L'Impossible Astronaute, deuxième partie
215 - Épisode 3 : La Marque noire
216 - Épisode 4 : L'Âme du TARDIS
217 - Épisode 5 : La Chair vivante, première partie
217 - Épisode 6 : La Chair vivante, deuxième partie
218 - Épisode 7 : La Retraite du démon
219 - Épisode 8 : Allons tuer Hitler
220 - Épisode 9 : Terreurs nocturnes
221 - Épisode 10 : La Fille qui attendait
222 - Épisode 11 : Le Complexe divin
223 - Épisode 12 : Tournée d'adieux
224 - Épisode 13 : Le Mariage de River Song
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

SauronGorthaur
Tol Sirion
Tol Sirion
Avatar du membre
Messages : 70494
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Doctor Who saison 6

Messagepar SauronGorthaur » dim. avr. 05, 2020 3:18 pm

Je rejoins parfaitement ta critique de cette saison.
(En semi-congé à durée indéterminée)


Retourner vers « Onzième Docteur »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité