La brouette rouge - Taverne pour discuter de la série Mr.Robot

Mr.Robot est une série américaine créée en 2015 par le cinéaste Sam Esmaïl. Elle s'attache au parcours d'Elioth Anderson, un jeune hacker rebelle et torturé (incarné à merveille par l'acteur Rami Malek), lequel cherche avec un groupe d'autres hackers à renverser un immense conglomérat. Mais très vite la série devient beaucoup plus que ça (mélangeant scènes d'action, drame psychologique, techno-thriller, références informatiques et geek, clin d'oeil divers au cinéma et à la musique, cette série multigenre et inclassable est l'une des plus fascinantes de ces dernières années.
Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

La brouette rouge - Taverne pour discuter de la série Mr.Robot

Messagepar Meleor » dim. oct. 09, 2016 11:54 pm



Mr. Robot est une série télévisée américaine créée par Sam Esmail et diffusée depuis le 24 juin 2015 sur USA Network. Le pilote a été diffusé dès le 26 mai 2015 sur plusieurs plateformes de VOD en partie pour anticiper le piratage ou le partage de vidéos.

Synopsis:

Elliot Alderson est un jeune informaticien vivant à New York, qui travaille en tant qu'ingénieur en sécurité informatique pour Allsafe Security. Celui-ci luttant constamment contre un trouble d’anxiété sociale et de dépression, son processus de pensée semble fortement influencé par la paranoïa et l'illusion. Il pirate les comptes des gens, ce qui le conduit souvent à agir comme un cyber-justicier. Elliot rencontre « Mr. Robot », un mystérieux anarchiste qui souhaite le recruter dans son groupe de hackers connu sous le nom de « Fsociety ». Leur objectif consiste à rétablir l'équilibre de la société par la destruction des infrastructures des plus grosses banques et entreprises du monde, notamment le conglomérat E Corp. (surnommé « Evil Corp. » par Elliot) qui, par ailleurs, représente 80 % du chiffre d’affaires d’Allsafe Security.




phoenlx
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Avatar du membre
Messages : 356825
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mr Robot

Messagepar phoenlx » lun. oct. 10, 2016 12:05 am

je ne connaissais pas (à part de nom) c'est bien cette série ? Les histoires de hacking c'est un peu casse gueule je trouve au cinéma et en série, d'un côté c'est intéressant d'un point de vue technique, informatique, mais .. faire des films la-dessus, c'est chaud je trouve et souvent je suis un peu déçu car soit (et forcément) ils brodent avec des scènes grand spectacle mais ça devient tout autre chose, soit c'est un peu austère ; Là en plus en série .. Mais je ne connais pas du tout
Participation très réduite au forum pendant plusieurs mois (minimum) pour raisons de santé.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr Robot

Messagepar Meleor » lun. oct. 10, 2016 12:32 am



L'acteur principal a gagné l'Emmy du meilleur acteur pour une série dramatique et la série était un des principaux concurrents de GOT pour la meilleure série aux Emmys et aux Golden Globes Mr Robot a gagné contre GOT.

C'est une série vue comme une des plus grosses séries du moment par la critique série. Pour l'instant j'ai vu que 6 épisodes et c'est très bien même si il y a quelques longueurs et surtout l'épisode 4 vu que c'est un épisode de rève, c'est souvent un truc des séries pour diluer un peu la sauce.

Non c'est ni grand spectacle ni austère. Il y a pas mal de jargon technique et il y a eu une réplique marrante d'un perso comme quoi un de ces jours ils vont peut-être faire une série qui décrit vraiment le monde des hackers fidèlement sans que ce soit nimporte quoi. :lol:

Je sais pas si ça décrit bien le monde des hackers mais peu importe c'est plutôt une sorte de fable. L'intérêt principal c'est de partager le parcours émotionnel et mental du héros qui nous livre ses pensées sur le monde comme dans la série Dexter. Avec un discours très cynique sur les relations humaines dans lequel je me retrouve grandement. Ainsi qu'une réflexion sur notre monde corrompu.

Et un complot de hackers assez fascinant pour renverser ce monde en en faisant tomber une des principales sociétés en détruisant toutes ses bases de données.

Le tout avec une réalisation qui sort du lot qui a des points commun avec la patte David Fincher sur house of Cards ou The Social Network. Et un peu d'Utopia. C'est un croisement entre Dexter et Utopia.


phoenlx
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Avatar du membre
Messages : 356825
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mr Robot

Messagepar phoenlx » lun. oct. 10, 2016 12:42 am

d'accord , je viens de voir la première vidéo, c'est bien expliqué ( bon par contre le côté un peu altermondialiste et autre me fait peur, mais à voir pour la réalisation donc .. ) je tenterai dès que j'aurai un trou ça va être chaud j'en ai plein d'autres :lol: merci du conseil. Que de bonnes séries en ce moment
par contre The social network oui en parlant de ça j'ai pas accroché.
Participation très réduite au forum pendant plusieurs mois (minimum) pour raisons de santé.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » ven. oct. 14, 2016 8:25 pm

Le truc altermondialiste est pas si prononcé, c'est surtout ce qui se passe dans la téte du héros l'intérêt principal comme pour Dexter. Sinon c'est vraiment pas mal sombre. et Mr Robot c'est Christian Slater et c'est surement pour cette série qu'il vient à ton salon.

L'Oracle
Dans les arènes
Dans les arènes
Messages : 64
Enregistré le : jeu. juin 16, 2016 10:13 am

Re: Mr. Robot

Messagepar L'Oracle » lun. oct. 17, 2016 5:50 pm

.
Modifié en dernier par L'Oracle le dim. oct. 23, 2016 4:01 pm, modifié 1 fois.

phoenlx
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Avatar du membre
Messages : 356825
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mr. Robot

Messagepar phoenlx » mer. oct. 19, 2016 10:54 am

présenté comme ça ça me fait un peu froid dans le dos (pourtant j'adore matrix :lol: )

EDIT :
Bon histoire que les personnes qui lisent cette discussion comprennent, la membre avec le pseudo L'Oracle qui poste le message précédent a un jour pété un cable et a effacé tous ses posts sur le forum (dont ceux de ce topic, ci-dessus et en-dessous, sur un coup de tête, voilà au passage pourquoi je préfère interdire l'édition ici , et pourquoi une partie de cette discussion - quand je lui réponds - parait après coup incompréhensible
:siffle:
Participation très réduite au forum pendant plusieurs mois (minimum) pour raisons de santé.

L'Oracle
Dans les arènes
Dans les arènes
Messages : 64
Enregistré le : jeu. juin 16, 2016 10:13 am

Re: Mr. Robot

Messagepar L'Oracle » mer. oct. 19, 2016 2:13 pm

.
Modifié en dernier par L'Oracle le dim. oct. 23, 2016 4:01 pm, modifié 1 fois.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » sam. oct. 22, 2016 3:22 am

phoenlx a écrit :présenté comme ça ça me fait un peu froid dans le dos (pourtant j'adore matrix :lol: )


Oui mais en même temps les détracteurs de Matrix le descendent de la même manière en disant que c'est qu'un mélange de pompage d'autres films, du coup je t'invite à te faire ton propre avis et en plus en voyant toute la saison car sinon tu comprendras pas le sens de la saison entière. Pour comprendre le début faut tout voir. Si j'avais écouté les détracteurs de Matrix je l'aurais peut-être pas vu ou toi pareil pour Marco polo.

Et pour Mr Robot je ne trouve pas que ça ressemble à Matrix. Il y a des éléments communs avec Fight Club mais traités plus en profondeur. La ressemblance est plus frappante avec Dexter dont l'intérêt principal pour moi est tous les sentiments que le héros évoque en voix-off sur ses rapports au monde et aux autres. Le cadre du sérial killer est un cadre prétexte à ça tout comme là ou c'est transposé au monde du hacking.

Dans Dexter le héros parle de sa face cachée mentale comme son "passager noir" et dans Mr Robot il parle de faille informatique et de maleware.

Dexter épie la vie de ses victimes comme le héros de Mr Robot et il a une collection de trophées, des gouttes du sang de ses victimes et le héros de Mr robot c'est des cds de ses piratages.

Et sinon oui il peut y avoir un discours du héros et de certains persos très anticapitalisme primaire mais en fait c'est plus subtil que ça. Car au fur et à mesure on comprend pourquoi le héros a un point de vue si tranché et la fin de saison permet de tout réinterpréter différemment. Le discours du héros étant avant tout l'expression de ses névroses.

En fait c'est plutôt une oeuvre sur les rapports au monde et aux autres et sur la souffrance sociale et tout les problèmes psychologiques associés. D'ailleurs la preuve c'est qu'aux Emmys l'acteur a dit: "On a tous un Elliott en nous" lors de sa remise de prix pour meilleur acteur.

Donc le vrai sens c'est une interrogation sur le rapport au monde et aux autres à travers le parcours mental du héros qui nous livre ses pensées en voix-off en permanence.

Pour comprendre pleinement la profondeur de la série faut pas la prendre au premier degré et c'est pas pour rien que la critique l'encense et parle de série exigeante peu accessible au grand public.


phoenlx
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Avatar du membre
Messages : 356825
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mr. Robot

Messagepar phoenlx » sam. oct. 22, 2016 9:27 am

d'accord, je l'ajoute sur ma liste :super:
Participation très réduite au forum pendant plusieurs mois (minimum) pour raisons de santé.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » lun. avr. 30, 2018 2:16 pm



Pour fêter le fait que j'ai appris la sortie de la saison 3 et commandé le BR avec mon bon de 5 euro pour mon anniversaire je poste la critique du Grand Test!



Et ce top séries qui met Mr Robot en tète des séries 2015 comme beaucoup d'autres tops!

phoenlx
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Avatar du membre
Messages : 356825
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mr. Robot

Messagepar phoenlx » lun. avr. 30, 2018 3:30 pm

Mr Robot ça fait aussi partie des séries que j'aimerais voir si j'avais un peu plus le temps entre toutes les séries que je regarde déjà elle a bonne réputation je crois
Participation très réduite au forum pendant plusieurs mois (minimum) pour raisons de santé.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » mar. nov. 20, 2018 1:50 pm



Tiens la vidéo des topovaures que j'avais postée il y a un bail et qui t'as donné envie de regarder Daredevil qui le mettait en 5e position et en 2e Mr Robot tout en en parlant comme la série de l'année 2015, Mr Robot ayant gagné en 2016 le prix de la meilleure série aux Golden globes 2016 battant GOT avec le prix du second role pour Christian Slater et l'Emmy Award 2016 pour Ramy Malek comme acteur principal de série dramatique ce qui a du le faire connaitre vu qu'il est à l'affiche de Bohemian Rahpsody en tant que Freddie Mercury!

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » mer. nov. 21, 2018 3:09 pm

critique de Télérama:

https://www.telerama.fr/television/mr-r ... 147198.php

Captivant

“Mr. Robot”, hackeur vaillant
Pierre Langlais Publié le 19/09/2016. Mis à jour le 01/02/2018 à 09h01.

A New York, un jeune homme paranoïaque et asocial veut mettre à bas le capitalisme depuis son ordinateur. “Mr. Robot” est un thriller crypto-halluciné fascinant.

« Salut l'ami. Je devrais peut-être te donner un nom, mais tu n'existes que dans ma tête. Merde, j'en arrive à parler à une personne imaginaire... » Une voix grave, douce et inquiète, emplit l'écran noir de notre téléviseur. C'est celle d'Elliot Alderson, jeune hackeur new-yorkais asocial, toxicomane et paranoïaque, fragile héros de Mr. Robot. Tête enfouie sous la capuche de son sweat noir, yeux exorbités et rongés par les cernes, Elliot rêve de mettre à terre « ceux qui dirigent le monde en secret, ces types que personne ne connaît, invisibles, les 1 % des 1 %, qui jouent à Dieu sans notre permission ».
Si ce thriller informatico-­politico-psychologique est devenu culte en l'espace d'une seule saison (La saison 2 est en cours de diffusion aux Etats-Unis, une troisième est commandée, et son interprète principal Rami Malek vient d'obtenir l'Emmy Award du meilleur acteur dans une série dramatique), ce n'est pas tant grâce à sa critique tour à tour féroce, alambiquée et un brin caricaturale du système capitaliste américain que pour sa capacité à nous fasciner, à nous scotcher face à notre écran, aussi halluciné qu'Elliot devant son ordinateur.


Cadrage originaux, mise en scène remarquable

Mr. Robot subjugue d'abord par l'image. Photo obscure, lumières étranges, jeu sur les flous, caméra lente et gracieuse, cadrages originaux : sa mise en scène est un remarquable exercice de style, qui brise les codes de la réalisation télévisuelle. Enfermant les personnages dans les coins de l'écran, laissant notre regard errer dans le vide, chaque plan intrigue et égare un peu plus. Une impression dérangeante croît en nous, celle de contempler un univers malade, où les humains sont prisonniers de décors glaçants et de leurs réflexions tourmentées.
« C'est une histoire qui se déroule dans un monde bancal, avec un héros instable, explique son créateur et réalisateur Sam Esmail. Il me semblait logique que la réalisation le soit aussi. » Une fascination visuelle renforcée par la musique électronique de Mac Quayle (Drive), répétitive, entêtante, pleine de synthétiseurs et de bruitages informatiques.

Mr. Robot réussit même l'exploit de rendre intenses ses scènes de « hacking ». Pourtant, rien de moins photogénique qu'un ordinateur où défile un langage codé que seuls une poignée de champions du système binaire peuvent déchiffrer — tout ce qui est dit et fait par Elliot et ses comparses est écrit avec l'aide d'authentiques hackeurs.
Comme Urgences en son temps avec le langage médical (NFS, chimie, iono), la série nous fait entendre une étrange mélodie — composée de DOS, rootkit, firewall —, qu'elle parvient à nous rendre familière. Au-delà de ces envolées cryptiques, son récit extrêmement nébuleux déborde de pistes ­narratives et de faux-semblants. Un ­véritable casse-tête face auquel il faut accepter de ne pas tout comprendre, de se laisser mener par le bout du nez, pour mieux savourer ses révélations fracassantes.

Fou ou génie ?

Pour finir de nous perdre, Mr. Robot pousse sa complexité jusqu'à rendre ambiguë la frontière entre illusions et réalité, en épousant le regard embué par l'anxiété et la drogue d'Elliot Alderson. Rami Malek (The Pacific) incarne avec une formidable intensité ce héros malade, dont nous pénétrons l'esprit à travers des monologues intérieurs et grâce à des séances de psychanalyse étonnantes.

Ses mésaventures sont-elles, à l'image des tirades passionnées qu'il croit jeter à la face du monde, des délires qui ne sortent pas de sa tête ? Elliot est-il un génie ou un fou dépassé par ses obsessions ? Qui est cet étrange personnage qui se fait appeler Mr. Robot et va lui proposer de rejoindre une équipe de hackeurs capables de détruire E Corp, la plus puissante des multinationales américaines ? La série nous emporte dans un labyrinthe visuel, sonore et émotionnel captivant, dont il est difficile de s'extraire.


critique à chaud du premier épisode:

https://www.telerama.fr/series-tv/mr-ro ... 128534.php

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » mer. déc. 05, 2018 2:07 am

Critique des Inrocks: Vaut mieux la lire après avoir vu la saison 1 car ça spoile:

https://www.lesinrocks.com/2015/09/07/s ... -11772243/


"Mr Robot": la série phénomène qui questionne le réel
07/09/15 13h14
Par
Marie Turcan
Abonnez-vous
à partir de 1€


La première saison de « Mr Robot » vient de se terminer outre-Atlantique. Une fable politico-cynique que l’on suit avant tout pour son héros parfaitement fou, perdu entre illusions et réalité.
[Cet article contient des spoilers sur toute la première saison de Mr. Robot]
Les yeux de Rami Malek s’agitent constamment, de droite à gauche, de haut en bas. L’acteur qui joue Elliot Alderson, le hacker de génie perturbé, star de la série Mr. Robot, est un concentré de tension. Quand il parle, les mots s’embourbent dans sa bouche et sortent moitié mâchonnés, moitié expulsés, comme une corvée dont il faut se débarrasser.

Elliot Alderson est plus qu’un antihéros comme on a désormais l’habitude d'en voir sur le petit écran ; il est une créature à part, qu'on a envie de suivre en prenant surtout soin de ne pas l’effrayer. Mr. Robot, c’est lui. Le téléspectateur devra attendre neuf épisodes avant de le comprendre, ou du moins d’en avoir la certitude. Jusqu’à ce point, Mr. Robot était incarné par un homme aux allures de professeur-savant fou mal rasé à la casquette de baseball vissée sur la tête, incarné par l’erratique Christian Slater.

Dans un twist Fight-clubesque attendu par certains, la série révèle que cet homme n’est autre qu’une projection de l’esprit d’Elliot qui a pris la forme de son père décédé. Mr. Robot, l’homme qui cherche à provoquer une révolution financière en hackant la plus grande multinationale du monde et le pirate drogué ne sont qu’une seule et même personne.

La série derrière le twist:

Une révélation de cette envergure, aussi tard dans le fil narratif d’une saison, est d’une audace incroyable. Le genre de retournement de situation que l’on attend uniquement dans un long métrage de deux heures, que l’on pourra revisionner quasiment dans la foulée pour essayer de se réapproprier l’histoire à la lumière des nouvelles informations. Ici, c’est une saison entière qui est transformée. Pour les moins assidus, le site Vulture a préparé un montage des scènes dans lesquelles Elliot côtoie "Mr. Robot".
L’exercice est ludique, mais il a presque tendance à dénaturer la série, cette pépite qui tenait déjà debout sans ce twist à la limite du superflu. La beauté de Mr. Robot est nichée dans trois aspects complémentaires : son esthétique, son cynisme politique et la complexité de son héros.
>> À lire aussi: Mr Robot, hacker à l'ouvrage

A part quelques plans parfaitement symétriques, les scènes sont généralement filmées de manière désaxée, laissant souvent beaucoup d’espace au-dessus des protagonistes. La caméra fixe un point et ne bougera pas, même si les acteurs sortent du champ ou se rapprochent de l’objectif, comme lorsque Elliot tente de soutirer des informations à la femme de Tyrell dans une des meilleures scènes du dernier épisode de la saison.
Tyrell Wellick (l’angoissant Martin Wallström) est un cadre supérieur de E Corp, la multinationale – renommée Evil Corp par Elliot – que Mr. Robot rêve de faire couler. Tiré à quatre épingles le jour, il paie un SDF le soir pour avoir le droit de le battre – non sans avoir enfilé au préalable une paire de gants blancs en latex. Au fil des épisodes, Tyrell s’affirme comme l’alter ego maléfique d’Elliot, avec ses talents de hacker mis au service d’E Corp, ses yeux exorbités et sa détermination à éliminer (au propre comme au figuré) tous les obstacles qui l’empêchent de monter en grade.


"Est-ce qu’il suffit vraiment juste de ça pour tuer le monde?"
Elliot, ou Mr. Robot, est prêt à bouleverser l’économie mondiale pour provoquer une révolution sans précédent. C’est le côté politique de la série, qui créé une "utopie" dans laquelle le système financier s’est écroulé et toutes les dettes ont été effacées. Une fois le piratage réussi, les puissants commencent ainsi à "courir dans tous les sens" tandis que des milliers d’inconnus revêtissent un masque à peine différent de celui des Anonymous et se rassemblent sur Time Square pour célébrer l’échec du capitalisme.
Entre les scènes de fiction sont intercalées des images d’archive de Barack Obama, Angela Merkel et leurs homologues en train de faire des discours pour rassurer leur population à la télé, tandis que la voix-off d’Elliot, grave et doucereuse, résonne:
«Je me demande à quelle étape ils en sont. Dans le déni? Peut-être qu’ils se murmurent ‘On peut encore réparer ça’. Peut-être qu’ils sont en train de forcer leurs informaticiens à faire des heures sup pour décrypter nos données. Ou bien ont-ils enfin compris que Darlene a tout crypté et que ça prendrait un temps incompréhensible à pénétrer. Que toutes leurs données ont vraiment disparu. Pour de bon.»

Et de continuer
«Un simple programme peut rendre toutes ces données illisibles. Un virus créé en 2 heures. Est-ce qu’il suffit vraiment juste de ça pour tuer le monde?»
Le cynisme politique de Mr. Robot, pourtant relativement convenu, réussit à avoir une résonance sourde qui prend aux tripes. Lorsque Christian Slater se lance dans une tirade sur la notion de réel au beau milieu de Time Square :
«Est-ce que tout est vraiment réel? Un monde construit sur du faux. Des émotions synthétiques sous forme de médicaments, des guerres psychologiques sous forme de publicité, des produits chimiques qui bousillent le cerveau sous forme de nourriture, des séminaires de lavage de cerveau sous forme de média, des bulles contrôlées et isolées sous forme de réseaux sociaux.»
"Est-ce que tu as oublié qui j’étais?"
Elliot parvient finalement à faire abstraction du monde qui l’entoure et se retrouve seul sur la place déserte, où il réalise que le "Mr. Robot" qu’il a créé ne partira pas, car il était nécessaire à sa survie. Elliott est malade : il oublie régulièrement qui il est et qui sont ses proches. C’est ainsi qu’à la fin de l’épisode 8, alors qu’il se penche pour embrasser Darlene, elle s’extirpe avec dégoût avant de lui demander s’il a "oublié qui elle est". La scène dure à peine quelques minutes et pourtant elle sublime huit épisodes qu’ont passé scénaristes et réalisateurs de la série à mentir aux téléspectateurs, pour leur plus grand plaisir.
On se doutait déjà qu’Elliot n’était pas un narrateur fiable ; la réalité que nous présente le créateur de Mr. Robot Sam Esmail est souvent altérée (E Corp devient "Evil Corp" dans la bouche des personnages, comme si de rien n’était). Mais qu’il ne soit pas capable de déterminer le vrai du faux au point d’en oublier son passé et ses proches relève de la pathologie, et transforme la série en une expérience surréaliste encore plus savoureuse. La remise en cause du néolibéralisme a beau être stimulante, elle passe au second plan derrière ce héros magnifique et fou. Reste à espérer que la saison 2, déjà commandée par la chaîne USA Network, ne se laissera pas aspirer par une intrigue conspirationniste et se laissera avant tout guider par les errements de Mr. Robot/Elliot, dont les motivations n'ont même pas encore été abordées.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » mer. déc. 05, 2018 2:58 am

Image

Le BR de la saison 1! Après mes deux visions d'affilée sur Amazon prime des deux premières saisons en mangeant je comptais enchainer avec la saison 3 annoncée dispo sur ce site sauf que en cliquant sur la saison 3 c'est indisponible! donc résultat: je dois retrouver mon BR de la saison 3 et je compte tout regarder en BR en partie mais aussi en revenant au fur et à mesure sur la vision intégrale des épisodes sans manger, ce qui sera l'occasion d'en faire la critique!

Pour commencer voici la critique du BR de la saison 1 sur un site spécialisé et bonne surprise faite par le journaliste série de Télécable sat hebdo qui est à mes yeux très bon connaisseur des séries et était autrefois rédacteur sur DVDRama site référence disparu en dvds et qui intervient souvent à la télé sur Série club pour les Emmy Awards:

https://www.avcesar.com/test/bluray/id- ... son-1.html

La saison 1 de Mr Robot est un pari audacieux. La série imaginée par Sam Esmail est exigeante, complexe, originale mais au final, tellement prenante. Assurément une des plus grandes séries de la rentrée dernière à la télé.

Elle met en scène Elliot Alderson (Rami Malek, époustouflant), un hacker schizophrène, anti‑social et paranoïaque qui n’arrive à rencontrer d’autres personnes qu’en les hackant. Alors qu’il travaille pour une firme spécialisée dans la sécurité, il est approché par un mystérieux « Mr Robot » (étonnant Christian Slater dont c’est la meilleure prestation depuis Pump up the Volume ou True Romance, et pour laquelle il a obtenu un Golden Globe en 2015) pour qu’il l’aide à faire tomber une compagnie ultra‑puissante dont il est justement chargé d’assurer la protection…

À l’heure des Snowden et autres Anonymous, Elliot Alderson est un anti‑héros des temps modernes, fascinant et doté d'un potentiel dramatique inépuisable. Rien que les trente premières petites minutes du pilote de Mr Robot suffisent pour réaliser à quel point la série est atypique, parfaitement orchestrée tant sur la forme ‑avec une mise en scène stylisée, un cadre précis, une photo habilement travaillée et une voix off parfaitement utilisée‑ que sur le fond. L'écriture est rigoureuse, les personnages denses, les enjeux dramatiques remarquablement pensés et le suspense constant.

Au final, cette première saison de dix épisodes de Mr Robot offre une intense réflexion sur la société et le pouvoir. On n’avait pas vu ça depuis Fight Club et Matrix.

Cédric Melon - Publié le 08/11/16

Liste des bonus :
-
Scènes coupées (2')
-
Bêtisier (5')
-
M4k1ng_of_Mr_R0b0t.mov : making of (12')
-
Copie numérique des épisodes de la saison


Commentaire:

Tout cela est bien ténu, pour une telle série.
Note bonus : 1/6

Image:

L'image HD 1 080p de ces deux Blu-Ray est d'excellente qualité et propose une restitution fine et joliment contrastée de tous les intérieurs (du plus crasseux au plus clinquant), et des plans larges captés en extérieur. La photo et les décors sont d'ailleurs les principaux points forts de cette série qui, ajoutés à une réalisation haut de gamme, donnent à cette première saison un charme incroyable.

Top image : aucun
Note image : 6/6

Son:

C'est évidemment la musique qui domine les débats sur la plupart des épisodes. Rappelant immédiatement celle de Drive (Cliff Martinez), cette partition électro planante de Mac Quayle (à écouter absolument sur Spotify, Deezer ou autres) se fond agréablement au sein des différentes ambiances (urbain, labo, coffee shops, restaurants, etc.) avec un usage modéré des canaux arrière mais des basses solides. La VF en simple DTS est un cran en‑dessous en termes de précision, d'envergure et de dynamique, tout en restant très agréable.
Top son : aucun
Note son : 5/6


Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » mer. déc. 05, 2018 3:04 am

Une critique Amazon parlant de révélation de l'année 2015:

Alex
5,0 sur 5 étoiles
LA révélation de 2015
10 janvier 2017
Format: Blu-rayAchat vérifié
Un véritable chef-d'oeuvre, aussi bien scénaristique, visuel que sonore. L'ambiance pesante, et cette ambivalente descente aux enfers / montée en tension se diffuse tout au long des 10 épisodes avec un final époustouflant, qui ne donne envie que d'une chose, enchaîner sans attendre sur la deuxième saison ! (ce que j'ai fait, personnellement)

Rami Malek est absolument incroyable dans ce rôle tortueux, sa présence et son jeu d'acteur crèvent littéralement l'écran. L'empathie que créé son personnage envers le téléspectateur est incroyablement puissante. Mention spéciale également à Christian Slater, son rôle lui colle parfaitement à la peau.

Même si je ne suis qu'une âme parmi tant d'autres qui ne donne que son avis personnel, jamais aucune série ne m'avait autant scotché que Mr. Robot et je ne peux que la recommander. Il est vrai que le thème choisi peut rebuter, notamment les moins accros à la technologie, mais cette série ne se résume absolument pas à un piratage informatique et mérite vraiment toute notre attention. Et contrairement à ce qu'on peut croire, la lenteur de certains passages est un plus indéniable pour cette montée en tension, quasiment palpable, qui s'imprègne au plus profond de nos tripes ! Jusqu'à la délivrance du dernier épisode...

La société dépeinte dans cette série, ultra connectée...donc très fragile et facilement manipulable, très proche de la réalité est à glacer le sang...1984 n'est pas loin. Big Brother is watching you !

ps : série récente oblige, le rendu sur blu ray est absolument magnifique. Aucune hésitation à avoir !



J'en profites pour poster le lien du top 15 des séries de 2015 de Première avec Mr Robot 2e!

http://www.premiere.fr/Series/Bilan-201 ... de-l-annee

Personne ne connaissait Mr. Robot au début de l'année et pourtant, depuis la fin de l'été, le nom de la série à suspense, créée par Sam Esmail, est sur toutes les lèvres. En même temps, Mr. Robot est certainement la plus belle surprise du cru 2015. Cette histoire d'un jeune informaticien hacker, qui se fait recruter par un groupe anarchiste souhaitant rétablir l'équilibre de la société en détruisant les infrastructures des plus grosses banques et entreprises du monde, est tout bonnement fascinante. Un techno-thriller paranoïaque captivant d'un bout à l'autre, qui a en plus permis de révéler au monde l'incroyable Rami Malek, voué à faire de grandes choses dans les années à venir.


https://www.telerama.fr/series-tv/le-to ... 136121.php

Top 15 de Télérama qui met Mr robot 6e et en numéro un la saison 2 de The Leftovers!

https://www.avoir-alire.com/bilan-2015- ... de-l-annee

Le top d'a voir à lire qui nous dit ça de Mr robot:

En diffusant la série de Sam Esmail, la chaîne américaine USA Network a créé l’évènement. Cyber-thriller retraçant le combat d’un hacker contre une puissante multinationale et ses propres démons, Mr. Robot exploite une palette de thèmes disparates. Tantôt drame familial, tantôt polar mafieux, la production s’offre le luxe de ne pas définir son genre, jusqu’à son twist final.
En s’appuyant sur un pilote d’une qualité rare, la série joue la carte de l’exercice de style sur l’ensemble de ses 10 épisodes. La réalisation mue, parfois chargée d’ambigüité, d’autres plus classique. Rami Malek fait des étincelles dans le rôle d’un jeune employé chargé d’assurer la sécurité informatique du groupe E-Corp -ou Evil Corp pour les initiés-. Plus proche de V pour Vendetta que de Fight club, Mr. Robot s’approprie les codes crypto-virtuels d’un monde aux couleurs cendrées. À ces dernières, on reconnaît le travail minutieux de Daniel Niels Arden Oplev (Millenium).

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » mer. déc. 05, 2018 3:35 am

Tiens pour encore replacer MR Robot dans l'année série 2015 le top des deux journalistes de Konbini:

http://biiinge.konbini.com/series/les-1 ... nnee-2015/


Les 10 meilleures séries de l'année 2015
par Delphine Rivet et Marion Olité | 3 années ago


Fin d'année oblige, Biiinge a fait sa sélection des 10 meilleures séries du cru 2015. Verdict de la rédaction avant le Top des lecteurs à venir.
Top 10 de Marion Olité

Si l'année 2015 a été difficile à plus d'un titre, ce fut un grand cru du côté des séries. L'émergence des plateformes américaines - Netflix, Amazon et Hulu en particulier - a permis à des shows toujours plus audacieux de voir le jour. Libérés de beaucoup de contraintes liées à la diffusion télé, disposant d'un budget confortable, elles nous ont surpris, émus, séduits.

Les chaînes câblées ont poursuivi de superbes séries initiées l'année passée. Si elles ont clairement perdu du terrain face aux nouvelles plateformes, en particulier une HBO en dedans cette année, les câblées ont encore sorti des pépites surprises, nées de l'imagination d'auteurs complètement libres (Man Seeking Woman, Mr. Robot).
L'année 2015 aura été marquée pour moi par la fin d'un chef-d'oeuvre du petit écran, Mad Men. La dernière grande série incontestable encore en production a tiré sa révérence avec la classe et l'intelligence qui la distingue depuis sa première saison.
Qui lui succèdera, The Leftovers, Rectify ? En terme de qualité peut-être, mais en résonance mondiale et influence culturelle, rien n'est moins sûr. La multiplication des canaux de diffusion a crée une offre pléthorique et des séries de niche, qui se conseillent sous le manteau entre passionnés d'un même type de shows.
Si mes goûts rejoignent les vôtres, alors je ne peux que vous conseiller de découvrir ces séries : la belle et dépressive The Leftovers, l'hallucinée Mr Robot, l'intime et sensuelle The Affair, la si maîtrisée Fargo ou encore la flippante The Man in the High Castle. Fascinantes et divertissantes, elles disent toutes quelque chose sur notre société et notre condition d'être humain.

1-Mad Men (saison 7)
2-The Leftovers (saison 2)
3-Mr Robot (nouveauté)
4-The Affair (saison 2)
5-Fargo (saison 2)
6-Jessica Jones (nouveauté)
7-The Man in the High Castle (nouveauté)
8-Man Seeking Woman (nouveauté)
9-Master of None (nouveauté)
10-Sense8 (nouveauté)

Top 10 de Delphine Rivet

Les spécialistes étaient formels cette année, on allait atteindre des sommets, aussi bien en qualité qu’en quantité. Ce fameux "Peak TV" dont on nous rebat les oreilles depuis janvier, une prédiction presque solennelle selon laquelle la télévision américaine arriverait à saturation et ne pourrait, de facto, que redescendre.
Sans surprise, c’est au moment de faire le bilan que le couperet tombe : trop c’est trop ! 409 séries réparties entre les networks, le câble et les services de streaming, rien que ça. Impossible de tout voir. Alors, quand le moment est venu de faire notre classement des 10 meilleures séries de 2015, le résultat est forcément très subjectif... et très cruel.
Croulant sous cette avalanche de séries, en sélectionner 10 s’avère extrêmement difficile. Pour les classer, c’est encore pire. Pourtant, assez naturellement, c’est Mr Robot qui se hisse tout en haut de ce Top 10. La série de Sam Esmail a tellement déstabilisé, tant sur le fond que sur la forme, sans jamais renier ses partis pris esthétiques ou narratifs. Une vraie surprise du début à la fin de cette première saison.
Celle qui s’impose ensuite à moi, c’est une série de cœur : Hannibal. Parce qu’elle s’en va et se conclut sur un splendide final, plus que pour son début de saison 3 trop maniéré. C’est aussi une série qui a sans cesse repoussé les limites de ce qu’il était possible de faire sur un network. Enfin, au pied du podium, j’ai eu envie de mettre Kingdom, série dont on parle trop peu et qui possède pourtant d’immenses qualités.

1-Mr Robot (nouveauté)
2-Hannibal (saison 3)
3-Kingdom (saison 2)
4-The Americans (saison 3)
5-Parks and Recreation (saison 7)
6-Rectify (saison 3)
7-Daredevil (nouveauté)
8-The Man in the High Castle (nouveauté)
9-Penny Dreadful (saison 2)
10-Cucumber (nouveauté)

Konbini © 2018 Tous droits réservés


Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » jeu. déc. 13, 2018 11:22 pm

La critique de Pierre Sérisier du Monde:

http://seriestv.blog.lemonde.fr/2015/09 ... an-schizo/

3 septembre 2015, par Pierre Sérisier
Mr. Robot – American schizo

Il est préférable d’avoir vu la totalité de la première saison pour lire cette note.


Avec Mr. Robot, dont la première saison vient de s’achever sur USA Network, le scénariste Sam Esmail livre le scénario le plus complexe et le plus palpitant de cette première partie d’année 2015. Il y a dans ces dix épisodes, qui exigent de la part du spectateur une attention soutenue, quelque chose du Fight Club de Chuck Palahniuk qu’on aurait croisé avec The Matrix et mélangé à une sorte de romantisme révolutionnaire et une fascination pour les hackers. La série renverse totalement le vieux concept de l’illusion du réel pour mettre en scène une réalité de l’illusion jusqu’à l’ultime chapitre où tout est à nouveau inversé.
Cette histoire d’un jeune informaticien schizophrène, Elliot Alderson (Rami Malek), spécialiste en cyber-sécurité, qui décide de provoquer l’effondrement d’un des plus gros conglomérats financiers, E Corp, paraît d’abord relever du fantasme, sinon du rêve. Pourtant, à chaque épisode, on reste interdit devant son écran, un peu hésitant et vaguement déconcerté, se demandant ce qu’on vient de voir avant de tout reprendre depuis le début, histoire de se délecter de la manière dont on a été pris à contrepied et de savourer chaque évolution du récit. A voir, absolument.

Mr. Robot est une série plus grande que nature. Elle ose mettre en scène le rêve de changer le monde tel qu’on le connaît et dont on constate chaque jour les injustices les plus flagrantes. Changer, cela veut dire créer de la nouveauté et avec elle, on peut l’espérer, apporter plus de justice, réduire les souffrances et les inégalités, améliorer le sort de la majorité. C’est à cela qu’en théorie servent les révolutions.
Mais les révolutions n’existent pas. Elles peuvent parfois être une réalité éphémère. Elles n’en demeure pas moins une illusion quant aux chances de réaliser les espoirs qui les ont mises en marche. Oui, Elliot (Rami Malek qui mérite largement un Golden Globe) a provoqué la destruction de 400 milliards de dollars d' »Evil Corp », conglomérat omnipotent, et oui, les répercussions ont fait l’effet d’une onde de choc, affolant les populations et les gouvernements.
Le jeune hackeur a réussi un coup d’éclat impensable et pourtant cela n’a rien changé. Car c’est la force de la mondialisation, elle a rendu les révolutions obsolètes. Cela a été sa principale préoccupation depuis un demi-siècle: s’assurer que tout dépende de l’assentiment de ce 1% des 1% des personnes les plus puissantes de la planète. Le message de Sam Esmail dans cette série est celui d’un pessimiste profond que rien ne vient éclaircir ou dissiper.
La schizophrénie dont souffre Elliot devient salutaire. Elle est érigée en mode de vie et en refuge. L’aveuglement, qu’il soit volontaire ou subi, s’impose comme une adaptation au monde tel qu’il est dessiné en dehors de la volonté des peuples. La mondialisation induit l’abdication des individus et la mise en berne des idéaux. Cette réalité est une broyeuse d’illusions. Cela ne signifie pas qu’elle a raison de toutes. Non, certaines subsistent, il demeure des individus comme Elliot pour croire qu’un acte désespéré peut provoquer une prise de conscience.
Là, encore Sam Esmail se montre d’un cynisme redoutable. Il suffit d’une ultime scène, après le générique de fin, pour découvrir que Philip Price, le patron d’E Corp, est en relation avec White Rose, leader de la Dark Army, une obscure entité qui aurait, elle, les moyens de faire trembler les fondations de l’édifice. Mais, elle n’en a aucune envie, car elle n’y a aucun intérêt, elle n’obéit à aucun romantisme, seulement à un pragmatique sens du pouvoir.
Le personnage de White Rose (D. B. Wong), bien qu’il n’apparaisse qu’au cours de deux brèves scènes (ep. 8 et ep.10) est certainement l’un des plus remarquables de cette année. Avec une capacité à jouer une femme très masculine et un homme doué d’un raffinement assez féminin. Avec cette aptitude à illustrer que tout n’est qu’apparence.

C’est donc bien à une réflexion sur le pouvoir que Mr. Robot nous convie dans un dixième et dernier épisode de cette saison 1. Cette nouvelle perspective était déjà dessinée dès la fin du premier chapitre avec la rencontre entre Elliot et Tyrell Wellick, personnage tout droit sorti de American Psycho et incarnation de l’ambition et de la soif de pouvoir qui irriguent notre société.


Réalité fantomatique:


Le scénario mis au point par Esmail a ceci d’exceptionnel qu’il n’est pas rythmé par des rebondissements mais par de brusques changements de direction. La question est moins celle de la surprise marquant la fin d’une séquence narrative que l’ouverture d’une perspective qui oblige, chaque fois, le spectateur à échafauder de nouvelles hypothèses. Cela fut le cas notamment lors du huitième épisode avec la révélation de l’identité de Mr. Robot et celle de Darlene, la soeur d’Elliot.
Le tour de force tient au fait que ces changements de direction sont totalement cohérents avec l’ensemble des scènes précédentes et avec le comportement et l’état des différents protagonistes. Cela traduit une grande maîtrise dans la construction pour donner des indices mais sans jamais permettre de découvrir par avance le changement prévu. Cela préserve son effet déstabilisant qui constitue une partie de la satisfaction que l’on éprouve.
Cette satisfaction est d’autant plus grande que, quelle que soit l’hypothèse retenue, le scénario demeure excellent. Exactement comme dans un réseau informatique, le récit parvient toujours à se faufiler par un chemin qui n’avait pas été envisagé au premier abord. Il y a toujours une issue, il suffit simplement de la trouver.
L’autre grande force de Mr. Robot est la connexion entre les personnages. Certes, l’histoire est centrée sur Elliot, il est au coeur de l’intrigue, mais les ramifications entre les protagonistes s’effectuent en marge de lui. Le réseau irrigue une réalité que le jeune homme ne parvient pas toujours à percevoir.
L’histoire est racontée de son point de vue, lorsqu’il est conscient ou lorsqu’il souffre d’hallucinations. Par instants, la narration nous perd volontairement comme lui se perd entre la réalité et l’illusion. La proximité avec Elliot est d’autant plus grande qu’une partie du récit s’accomplit en voix off et qu’il intervient pour rompre le quatrième mur et s’adresser directement à nous. Il nous prend à témoin de sa folie et de sa confusion. Comme dans l’épisode 8. « Do you know more than me ? That wouldn’t be fair. My imaginary friend knowing more than me. It would be so much easier to only pay attention when I needed to just … arrive at the conclusion. Is that what you do?”
Mais l’histoire est aussi relatée du point de vue des autres personnages. Darlene, sa soeur qui l’aide dans son entreprise de hacking, Angela son amie d’enfance et collègue de bureau, Tyrell Wellick, l’employé d’E Corp ou encore Gideon Goddard, son patron chez Allsafe ou Krista sa psychanalyste.
Le point commun entre tous est leur caractère fantomatique, spectral même. Ils appartiennent au réel et pourtant, ils conservent tout le temps une apparence irréelle. Ils naviguent dans les recoins de l’histoire (même en l’absence d’Elliot) comme s’ils n’étaient en fait que des produits de son imagination et que rien de toute cela n’était vrai. L’utilisation d’images d’archives pour illustrer le chaos provoqué par la chute d’E Corp ne fait rien pour améliorer les choses.
Le suicide en direct à la télévision d’un des dirigeants semble, lui aussi, totalement hors de proportion et a été tourné comme une scène improbable. Hasard tragique, un événement d’une nature voisine s’est pourtant produit récemment aux Etats-Unis imposant à la chaîne de reporter la diffusion d’une semaine du dernier épisode par respect pour les victimes.
Enfin, que la saison s’achève (pour l’histoire principale) sur des coups frappés à la porte d’Elliot et que ce dernier aille ouvrir à un visiteur inconnu participe de la tonalité globale de la série. De nouvelles hypothèses apparaissent, le récit s’apprête à changer à nouveau de direction mais sans jamais quitter la schizophrénie du héros qui est la seule chose dont on est certain.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » jeu. avr. 25, 2019 11:08 pm



La victoire de Mr Robot aux Golden Globes 2016 comme meilleure série dramatique qui a battu notamment GOT!



Palmarès séries Golden Globes 2016:


Meilleure série dramatique:

Mr. Robot bat

Empire
Game of Thrones
Narcos
Outlander


Meilleure série musicale ou comique

Mozart in the Jungle bat

Casual
Orange Is the New Black
Silicon Valley
Transparent
Veep

Meilleure mini-série ou meilleur téléfilm

Wolf Hall bat

American Crime
American Horror Story: Hotel
Fargo
Flesh and Bone

Meilleur acteur dans une série dramatique

Jon Hamm pour le rôle de Don Draper dans Mad Men bat

Rami Malek pour le rôle de Elliot Alderson dans Mr. Robot
Wagner Moura pour le rôle de Pablo Escobar dans Narcos
Bob Odenkirk pour le rôle de Jimmy McGill dans Better Call Saul
Liev Schreiber pour le rôle de Raymond Donovan dans Ray Donovan


Meilleure actrice dans une série dramatique

Taraji P. Henson pour le rôle de Loretha Cookie Lyon dans Empire bat

Caitriona Balfe pour le rôle de Claire Fraser dans Outlander
Viola Davis pour le rôle d'Annalise Keating dans How to Get Away with Murder
Eva Green pour le rôle de Vanessa Ives dans Penny Dreadful
Robin Wright pour le rôle de Claire Underwood dans House of Cards


Meilleur acteur dans une série musicale ou comique

Gael García Bernal pour le rôle de Rodrigo de Souza dans Mozart in the Jungle bat

Aziz Ansari pour le rôle de Dev dans Master of None
Rob Lowe pour le rôle de Dean Sanderson, Jr. dans The Grinder
Patrick Stewart pour le rôle de Walter Blunt dans Blunt Talk
Jeffrey Tambor pour le rôle de Maura Pfefferman dans Transparent

Meilleure actrice dans une série musicale ou comique

Rachel Bloom pour le rôle de Rebecca Bunch dans Crazy Ex-Girlfriend bat

Jamie Lee Curtis pour le rôle de la Doyenne Cathy Munsch dans Scream Queens
Julia Louis-Dreyfus pour le rôle de Selina Meyer dans Veep
Gina Rodriguez pour le rôle de Jane Villanueva dans Jane the Virgin
Lily Tomlin pour le rôle de Frankie Bergstein dans Grace et Frankie


Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm

Oscar Isaac pour le rôle de Nick Wasicsko dans Show Me a Hero bat

Idris Elba pour le rôle de John Luther dans Luther
David Oyelowo pour le rôle de Peter Snowden dans Nightingale
Mark Rylance pour le rôle de Thomas Cromwell dans Wolf Hall
Patrick Wilson pour le rôle de Lou Solverson dans Fargo


Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm

Lady Gaga pour le rôle de la Comtesse Elizabeth dans American Horror Story: Hotel bat

Sarah Hay pour le rôle de Claire Robbins dans Flesh and Bone
Felicity Huffman pour le rôle de Barb Hanlon dans American Crime
Queen Latifah pour le rôle de Bessie Smith dans Bessie
Kirsten Dunst pour le rôle de Peggy Blomquist dans Fargo


Meilleur acteur dans un second rôle dans une série, une mini-série ou un téléfilm

Christian Slater pour le rôle d'Edward Alderson dans Mr. Robot bat

Alan Cumming pour le rôle d'Eli Gold dans The Good Wife
Damian Lewis pour le rôle d'Henri VIII dans Wolf Hall
Ben Mendelsohn pour le rôle de Danny Rayburn dans Bloodline
Tobias Menzies pour le rôle de Jack Randall dans Outlander

Meilleure actrice dans un second rôle dans une série, une mini-série ou un téléfilm

Maura Tierney pour le rôle d'Helen Solloway dans The Affair bat

Uzo Aduba pour le rôle de Suzanne Warren / Crazy Eyes dans Orange Is the New Black
Joanne Froggatt pour le rôle d'Anna Bates dans Downton Abbey
Regina King pour le rôle d'Aliyah Shadeed dans American Crime
Judith Light pour le rôle de Shelly Pfefferman dans Transparent

phoenlx
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Avatar du membre
Messages : 356825
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mr. Robot

Messagepar phoenlx » ven. avr. 26, 2019 1:14 pm

j'aimerais bien voir cette série mais il faut que je trouve le temps (et j'ai sans cesse tendance à repartir sur d'autres :mdr: )
Participation très réduite au forum pendant plusieurs mois (minimum) pour raisons de santé.

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » dim. avr. 28, 2019 5:18 pm



ValWho Artworks

Ajoutée le 26 juil. 2018


S'abonner 66 k
Dans l'ombre des Breaking Bad, Game Of Thrones, The Walking Dead ou WestWorld, il existe des séries méconnues, moins grand public, mais tout aussi excellentes. Mr Robot en est l'une d'elle. Mon avis sans spoil juste ici ! #MrRobot #MrRobotReview

LeAlex
Dans la paume de Bouddha
Dans la paume de Bouddha
Avatar du membre
Messages : 1128
Enregistré le : ven. mai 08, 2020 4:24 pm

Re: Mr. Robot

Messagepar LeAlex » dim. mai 17, 2020 4:59 pm

Et bien, ça par exemple, une seule page et une seule personne qui suit (a suivi) Mr Robot par ici ? :shock:
Ce fut l'une des mes séries préférées de ces dernières années (avec GoT, Better Call Saul et Westworld). Je n'ai pas accroché tout de suite pour être honnête, la saison 1 m'a un peu embrouillé et les influences évidentes (d'un film en particulier) m'ont fait tiquer sur le moment. Pourtant l'élégance de l'ensemble (interprétation, réalisation, musique) m'ont fait revenir dessus et j'ai définitivement adhéré avec la saison 2. La série s'est terminée en décembre dernier avec la saison 4, et c'est l'une des rares séries que je trouve réussie du début à la fin.

La bande originale de Mac Quayle (en 7 volumes) recèle de morceaux que j'adore et qui confère à la série son ambiance si particulière.
Petit échantillonnage :










SauronGorthaur
Forteresse d'Angband
Forteresse d'Angband
Avatar du membre
Messages : 72316
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Mr. Robot

Messagepar SauronGorthaur » dim. mai 17, 2020 5:40 pm

Je découvre ce topic tiens :lol: juste pour dire que ma copine a regardé les deux premières saisons, elle aime bien lol
Image

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 117964
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mr. Robot

Messagepar Scarabéaware » dim. mai 17, 2020 6:14 pm

Et t'es pas tenté de voir aussi du coup ? :mrgreen:

Moi faudra aussi que je vois cette série un jour, mais avant de m'en occuper je ferai probablement un tour par Real Humans dont il faut que je m'occupe aussi.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

Somewhere
Les elfes verts
Les elfes verts
Avatar du membre
Messages : 67150
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Mr. Robot

Messagepar Somewhere » dim. mai 17, 2020 8:23 pm

Je ne connais pas, par contre j'adore l'acteur principal, Rami Malek, je l'ai découvert dans la série The Pacific, il est vraiment très bon :

~ Je n'ai pas peur d'un adversaire qui peut voir le futur, car mes adversaires n'ont pas de futur ~
Mes tops et classements divers sur le forum :
Top films all-time
Top séries TV all-time
Top réalisateurs
Top jeux vidéos all-time

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » dim. mai 17, 2020 11:01 pm

Faudrait que je vois Rami Malek dans The Pacific mais à mon avis sa prestation doit être encore bien plus mémorable dans Mr Robot tant il porte la série.

Sinon oui LeAlex Mr Robot j'en parle souvent lol mais ils ont du mal à franchir le pas! :lol:

Oui une de mes séries préférées de ces dernières années, un peu mon nouveau Dexter pour les questions existentielles en voix-off permanentes. Une des dernières survivances du temps ou je suivais à fond les diffusions télé et ou j'avais suivi la diffusion des deux premières saisons sur France 2 à partir de fin 2016!

Après ça j'ai décroché depuis que je peut voir les replays de toutes les chaines sur ma télé ainsi que Netflix et Amazon, j'y ait perdu beaucoup en suivi de l'actu sérielle car j'ai tendance à la procrastination, donc va falloir trouver des programmes d'exploration pour remédier à ça! Et comme du coup Mr Robot est une série pivot de ce basculement de part sa qualité et comme ultime survivance de mon ancien système, c'est un vecteur pour partir d'elle pour explorer les autres séries phares de 2015 comme par ex la série Le Maitre du Haut-Château que j'ai fini par commencer cette année, j'en suis à l'ép 3 saison 2! Cette exploration étant à poursuivre aussi en partant des Golden Globes et des Emmys.

La saison 3 là j'ai fini par la voir en Blu-Ray et pas sur France 2 qui a pas du la passer car le public n'avait pas suivi les premières saisons et la 4 pas encore vue comme le BR ne sort qu'en juin!

Sinon je préfère cette série à GOT vu la fin de cette dernière, idem pour Westworld car pour moi la saison 3 lui fait perdre beaucoup de points alors que la 2 était un summum de qualité mais pour moi Mr Robot reste constante pour sa réalisation au dessus du lot extrêmement inventive artistiquement plus que Westworld qui est d'excellente réalisation mais avec moins de recherche de pure réalisation cinématographique. Et bien sur la musique de Mr Robot est exceptionnelle. Lol j'ai du chercher pour vérifier mais c'est le même compositeur qui a fait la BO de la saison 2 de American Crime Story sur l'assassinat de Gianni Versacce musique aussi exceptionnelle et excellente série en puzzle temporel.

Bon et sinon Mr Robot se démarque de par son fond existentiel extrêmement profond, on pourrait dire que Mr Robot dans toutes sa structure scénaristique est l'expression du labyrinthe mental de son héros. :mrgreen:

Non moi j'ai adhéré dès la première saison la ressemblance avec un certain film étant peu importante car pour moi l'intrigue n'est pas le plus important, c'est tout l'aspect introspectif dans lequel je peut trouver de multiples échos et y puiser de multiples choses tant je me pose des questions en permance à la Elliott! :mrgreen:

LeAlex
Dans la paume de Bouddha
Dans la paume de Bouddha
Avatar du membre
Messages : 1128
Enregistré le : ven. mai 08, 2020 4:24 pm

Re: Mr. Robot

Messagepar LeAlex » lun. sept. 21, 2020 8:38 pm

Je ne savais pas qu’il existait des figurines Funko Pop sur Mr Robot... :shock:

Image

Image

Image

Image

Image

Meleor
Helcaraxë
Helcaraxë
Avatar du membre
Messages : 12377
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Mr. Robot

Messagepar Meleor » mer. janv. 13, 2021 10:00 am



DIM 17 AVRIL 2016 À 17:30
Mr. Robot : une série anti-capitaliste ?
animée par Xavier de la Porte (rédacteur en chef de RUE 89 et chroniqueur sur France Culture)


Récompensée du Golden Globe de la meilleure série dramatique, Mr. Robot suit la trajectoire d’Eliott, un jeune hacker schizophrène. Ingénieur en sécurité informatique, Eliott « hack » régulièrement les comptes d’inconnus et joue les cyber-justiciers. Il rencontre Mr. Robot, un anarchiste rêvant de renverser le système économique. Distillant au fil de l’intrigue sa haine du capitalisme moderne, Mr. Robot est l’une des premières séries post-crise de 2008. Elle questionne la figure du justicier moderne qu’est le hacker − de WikiLeaks à Edward Snowden, si complexe à mettre en images. Retour sur une série événement.


Une conférence à ne voir que si on vu toute la saison 1 vu le spoil, ce qui a occasionné un psychodrame car certaines personnes ont voulu quitter la conférence en live quand il a dit qu'il allait tout spoiler! :lol:

Flavio
Maison de la balance
Maison de la balance
Avatar du membre
Messages : 1274
Enregistré le : dim. juil. 23, 2017 6:54 pm
Gender :

Re: Mr. Robot

Messagepar Flavio » mer. janv. 13, 2021 4:04 pm

Certains cinéphilie disent que c'est la meilleure série de tout les temps, il faut que je m'y mette un jour ! de toute façon elle est dans mon planing de visionnage.
C-Arrazi-i-Ibn-m-Kathir-a : " Diamonds are unbreakables "
Image


Retourner vers « Mr.Robot »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité