Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Tout sur le septième art et la télévison.
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 309788
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Messagepar phoenlx » mar. janv. 19, 2016 10:12 am

Image

Résumé
En 1560, une troupe de conquistadors espagnols descend de la montagne à la recherche de l'Eldorado. Mais l'équipée s'enlise dans les marais. Une plus petite expédition est alors constituée, placée sous la conduite de Pedro de Ursua et de son second, Lope de Aguirre, qui devra reconnaître l'aval du fleuve sur des radeaux. Aguirre, aventurier ambitieux et brutal, manoeuvre habilement pour proposer à ses compagnons un nouveau chef, le falot Fernando de Guzman, promu solennellement "empereur du Pérou et de l'Eldorado"...

( source : allocine.fr )

Cela faisait un petit moment que je voulais voir mon premier film du réalisateur de la nouvelle vague allemande Werner Herzog. Ayant longtemps tergiversé pour découvrir son Fitzcaraldo j'ai finalement opté hier pour le visionnage d'Aguirre, la colère de Dieu, l'un de ses films les plus célèbres sorti en 1972 avec pour acteur principal Klaus Kinski.

L'expérience ne m'a pas déçu, c'est un film très marquant, même s'il est très lent, et contemplatif ( je ne suis pas certain qu'il plaise à tous les amateurs du cinéma moderne notamment des blockbusters actuels car la manière dont il est filmé est vraiment particulière, je ne vous cacherais pas que même moi qui aime les films contemplatifs - à la Terrence Malick que j'adore par exemple - j'ai malgré tout ressenti des longueurs parfois et je n'ai pas ressenti le même plaisir extatique ( désolé Naïn du forum, qui m'a conseillé le film en prenant Malick pour référence :mrgreen: tu avais d'un côté un peu raison car on retrouve forcément certaines similitudes et en même temps, c'est quand même très différent comme style de cinéma, ne serait-ce que pour l'emploi de la musique, souvent absente dans Aguirre. A part dans la scène du début où ils descendent les montagnes - scène que j'ai trouvé très intrigante pour démarrer le film d'ailleurs - bon nombre de scènes du film ne sont pas accompagnées par de la musique mais je pense que c'est voulu, pour souligner les silence de la jungle amazonienne et l'impression de danger.

Bref, que dire de cet OVNI que j'ai aimé découvrir malgré tout. Tout d'abord, qu'il a titillé le fan du dessin animé Les mystérieuses cités d'or que je suis ( ça peut paraître bizarre que j'introduis ceci dans ma critique mais tous ceux qui ont vu les deux comprendront pourquoi je dis ça :mrgreen: )
Déjà on retrouve de commun le thème principal de la recherche de l'eldorado, cette fameuse contrée mythique que recherchaient les conquistadors et où l'or était censé couler à flot. On retrouve notre bon vieux Pizarro ( même s'il n'est présent que dans les premières minutes du film, ensuite le spectateur va suivre un groupe séparé de son expédition remontant une rivière amazonienne, groupe emmenée par le fameux Don Lope de Aguirre, ici incarné par l'acteur Klaus Kinski, très habité par son rôle ! Mais aussi et surtout ( comment est-ce que ça n'aurait pas pu me titillé ), sachez que parmi les voix de doublage de la VF, le narrateur du film, qui est aussi le fameux missionnaire dominicain de l'expédition, est doublé par le grand Jean Topart ( une de mes voix de doublage préféré, qui est aussi la voix du narrateur des petits documentaires des mystérieuses cités d'or ; en voyant ça je n'ai pu m'empêcher de penser que les réalisateurs de la série ne s'étaient pas un peu inspiré de ce film pour l'engager, en tout cas difficile de ne pas y voir un clin d'oeil :mrgreen:

Tout ceci m'a plus qu'aidé à bien entrer dans l'ambiance du film, le thème de l'eldorado et des expéditions espagnoles en Amérique du Sud me plait, et découvrir le cinéma d'un réalisateur que je ne connais pas encore est toujours une expérience que j'apprécie. Les vidéos du Fossoyeur de film m'ont d'ailleurs bien aidé aussi à m'y plonger. Je vous invite à regarder ou revoir celle-ci concernant ce film, où il rappelle certains aspects très chaotiques du tournage de ce film ( il faut savoir en effet que l'équipe du film a tourné dans des conditions dantesques, un peu comme sur le film Fitzcaraldo, il semblerait que ce soit une habitude chez Werner Herzog, ses acteurs vivent toutes sortes de mésaventures et ensuite il va jusqu'à garder les incidents de tournage dans le montage final pour que ça fasse plus réaliste. Ce côté là, on le ressent vraiment dans le film.

Vidéo du fossoyeur
(c'est sur dailymotion donc si jamais il y a un problème d'affichage : allez la voir ici : http://www.dailymotion.com/video/x3mwrrg)


A part ça évidemment le film marque beaucoup par la folie du conquistador Aguirre qui est son thème central. Dévoré par son ambition celui-ci finira par conduire son expédition dans l'horreur et la mort ( difficile d'en parler sans spoiler mais vous vous doutez un peu ) ; L'avantage du film aussi est que ça m'a fait un peu réviser certaines notion historiques sur les personnages de l'histoire, Lope de Aguirre, Pedro de Ursua, don Gaspar de Carvajal, qui ont bien sûr vraiment existé ( à noter qu'il y a quelques différences historiques cependant sur le point de chute de l'expédition )... Le film parvient aussi à faire ressentir le danger au spectateur sans quasiment jamais montrer les indigènes cannibales ; La caméra ne sort presque jamais du groupe d'explorateurs et tout ceci aide bien à l'immersion.

bref, très bonne expérience cinématographique
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Evenstar
temple du grand pope
temple du grand pope
Avatar du membre
Messages : 2112
Enregistré le : sam. nov. 02, 2013 3:42 pm
Localisation : Elysion Enfers
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu ( de Werner Herzog )

Messagepar Evenstar » mar. janv. 19, 2016 10:16 am

:D Oh, le film que je voulais voir quand j'avais 8 ans :lol:
ImageImageImageImage

SauronGorthaur
Eveil des nains
Eveil des nains
Avatar du membre
Messages : 66404
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Aguirre, la colère de Dieu ( de Werner Herzog )

Messagepar SauronGorthaur » mar. janv. 19, 2016 10:20 am

j'ai vu ce film et j'avoue que j'ai décroché et abandonné en cours de route car c'était trooooooop lent :transpire:
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 309788
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu ( de Werner Herzog )

Messagepar phoenlx » mar. janv. 19, 2016 10:27 am

Je peux te comprendre un peu Sauron, moi j'ai tenu jusqu'au bout, c'est à connaître quand même pour la culture cinéphile ( mais pour avoir lu les critiques dithyrambiques de Naïn et de Myrdred, je pense avoir moins aimé, un peu pour les mêmes raisons que toi pourtant comme j'ai dis j'aime le cinéma lent et contemplatif assez souvent, mais ça dépend aussi comment. Je crois que j'ai besoin en même temps de scènes marquantes distillées durant le film ( pas forcément d'action mais .. quelque chose m'a certes gêné dans ce film et la musique est quasiment absente, et ça moi, ça me gêne souvent )

il faut savoir que ce film a un statut culte et il est souvent considéré comme l'un des meilleurs films de tous les temps. Je n'en garderai pas cette impression, mais j'ai pas envie de le casser, il faut le voir avec le recul sur le tournage, il faut le replacer dans son contexte, et c'est quand même un film qui marque pour la folie de son héros, qui nous ramène au mythe de l'eldorado ( même si je ne vous cacherai pas que je préfère me plonger dans l'ambiance du dessin animé les cités d'or :mrgreen: ) pour toute cette entreprise folle. Je suis cependant moins marqué que ceux qui semblent l'ériger comme monument du cinéma ( et j'assume :mrgreen: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
Le conseil d'Elrond
Le conseil d'Elrond
Avatar du membre
Messages : 89230
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu ( de Werner Herzog )

Messagepar Scarabéaware » mar. janv. 19, 2016 12:23 pm

Bon ben la lenteur ça me gêne pas :mdr:, je pense que je verrai aussi, bon pis j'ose espérer que dans la contemplation on peut se faire plaisir à admirer la forêt amazonienne hum ? ;)

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 309788
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu ( de Werner Herzog )

Messagepar phoenlx » mar. janv. 19, 2016 12:33 pm

moyennement
non mais en fait plus je prend du recul sur ce film plus je le trouve un peu surestimé. Mais bon j'ai aimé le découvrir quand même
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Myrdred
Les héritiers
Les héritiers
Avatar du membre
Messages : 6578
Enregistré le : dim. nov. 22, 2009 10:05 pm
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu ( de Werner Herzog )

Messagepar Myrdred » mar. janv. 19, 2016 1:23 pm

Je ne me souviens pas avoir fait une critique dithyrambique du film, la lenteur en fait partie intégrante et je pense qu'il faut se motiver à aller jusqu'au bout pour comprendre à quoi elle peut servir car finalement, c'est à la fin qu'on voit qu'elle n'est pas totalement inutile. J'ai regardé le film avec 2 autres personnes à l'époque, les avis divergent toujours, l'un a aimé et l'autre a détesté parce que trop long et trop ennuyeux. Quand j'ai commencé à voir le film, je l'ai trouvé un eu traînant aussi, je m'attendais à quelque chose de plus dynamique mais à la fin, on voit que c'est cohérent vis-à-vis de la chute d'Aguirre dont les ambitions se voient réduites à néant par une nature trop puissante pour lui, plus le film avance et plus cette déchéance prend place. En fait, il y a deux réactions devant ce film, soit on aie parce qu'on voit o ça veut en venir, soit on s'ennuie ferme parce que ça n'avance pas et c'est une réaction très compréhensible, au début du film, je trouvais ça ennuyeux aussi (par contre, Fitzcarraldo m'a fait l'effet exactement inverse, c'était scotchant du début à la fin).

Le film m'a également appris l'existence de ce sulfureux personnage qu'est Lope de Aguirre et pour qui s'intéresse un minimum à ces aventuriers du Nouveau Monde en quête de l'Eldorado et de leurs rêves, c'est toujours un plus.

doublé par le grand Jean Topart ( une de mes voix de doublage préféré, qui est aussi la voix du narrateur des petits documentaires des mystérieuses cités d'or ; en voyant ça je n'ai pu m'empêcher de penser que les réalisateurs de la série ne s'étaient pas un peu inspiré de ce film pour l'engager, en tout cas difficile de ne pas y voir un clin d'oeil :mrgreen:


Amusant parce que j'ai revisionné quelques scènes du film après avoir vu Les Cités d'or en me renseignant un peu sur la conquête du continent américain et j'ai constaté ce doublage qui forcément faisait écho, notamment car la voix est dans des tons similaires, coïncidence amusante, quant à savoir si ça a réellement un lien, c'est une autre affaire (il a aussi doublé d'autres trucs comme narrateur, Rémi sans famille par exemple).

Le film est sans doute encore plus intéressant lorsqu'on le compare à Fitzcarraldo tant on y retrouve des thèmes similaires mais traités d'une manière différente.
Je préfère les trésors de mon esprit à toutes les richesses de la terre.

"...he had sacrificed much in pursuit of the Ultimate Truth... a permanent chair at the University of Covenant... a seat in the King's court... and, there was no denying it, his soul."


Obey Me !


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 309788
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu ( de Werner Herzog )

Messagepar phoenlx » mar. janv. 19, 2016 1:34 pm

Oui en fait l'impression de lenteur du film est cohérente par rapport au côté enlisement dans une aventure sans issue, ça fait un peu échos à leur embourbement dans tous les sens du terme si j'ose dire :mdr:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Aries Shion
Le Grand Colisée
Le Grand Colisée
Avatar du membre
Messages : 255
Enregistré le : dim. sept. 27, 2015 10:35 pm
Localisation : Suisse

Re: Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Messagepar Aries Shion » jeu. févr. 04, 2016 11:01 pm

Ce film est pour moi un gros dilemme, ce dont il parle me passionne (la conquista) et je l'ai étudié, mais je ne peux cautionner l'acteur principal vu ce qu'il a fait à ses filles, bref il paraît qu'on ne peut juger le génie mais je le fais et que ça n'enlève rien au film qui est génial et que tout le monde réfléchisse (c'est aussi le sujet du film après tout).
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 309788
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Messagepar phoenlx » jeu. févr. 04, 2016 11:05 pm

Il a fait quoi à ses filles ?
moi j'essai de départager la vie privée des acteurs et les films ( d'ailleurs pour prendre un sujet proche j'adore le apocalypto de Gibson, et d'autres films du même réalisateur mais j'ai du mal avec lui-même ) mais sincèrement ça m'empêche pas d'apprécier ses films.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Dans les arènes
Dans les arènes
Avatar du membre
Messages : 41368
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Messagepar Bombur » jeu. févr. 04, 2016 11:07 pm

Agressions sexuelles.

Mais oui, il faut savoir séparer les œuvres de leurs auteurs, et ça vaut pour tous les médias. Céline en littérature est un excellent exemple.

SauronGorthaur
Eveil des nains
Eveil des nains
Avatar du membre
Messages : 66404
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Messagepar SauronGorthaur » jeu. févr. 04, 2016 11:12 pm

On peut aussi citer Lovecraft dans le genre :lol:
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 309788
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Messagepar phoenlx » jeu. févr. 04, 2016 11:14 pm

lovecraft il était dérangé du ciboulot :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
Le conseil d'Elrond
Le conseil d'Elrond
Avatar du membre
Messages : 89230
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Aguirre, la colère de Dieu (de Werner Herzog)

Messagepar Scarabéaware » lun. avr. 15, 2019 11:13 pm

Je me suis lancé à le voir ce soir, premier film de Werner Herzog que je vois et il faudra que je m'occupe également de Fitzcaraldo, je viens d'ailleurs de voir qu'en plus de retrouver Klaus Kinski dedans nous avons Claudia Cardinale, de quoi encore un peu plus attirer :love: :mrgreen:.

Ainsi j'ai plutôt bien aimé découvrir cette réalisation, qui se caractérise par sa lenteur et tout ce que ça a de contemplatif, il ne faut vraiment pas y être allergique bien sur, moi ça m'a plutôt bien convenu. Toutefois si j'aime assez je lui préfère du Malick non extrémiste qui nous emporte totalement dans la douceur de sa contemplation la B.O. faisant bien son office entre autre :D. A se trouver au cœur de cette expédition il n'aurait d'ailleurs pas été déplaisant d'avoir une meilleure mise en valeur de la nature mais bon c'est déjà plaisant quand à observer ses paysages de la jungle amazonienne. En tout cas on se concentre bien sur les membres de cette expédition, nombreux et qui transportent énormément de choses avec eux, bonjour le côté pratique à devoir cheminer avec un tel bordel lol, en plus s'il y avait vraiment deux femmes à transporter ils se simplifiaient vraiment pas la tâche dans leur exploration. Enfin bref, d'abord à suivre tout ce monde dirigé par Pizzaro, nous allons ensuite sur la séparation avec un groupe dans lequel se trouve Aguirre, incarné par un très bon Klaus Kinski. Et ma foi dans ceci il y a de quoi être titillé par la voix de Jean Topart au doublage sur le missionnaire, très plaisant à entendre et c'est bon pour renvoyer aux Mystères cités d'or, le dessin animé qui sera venu 10 ans plus tard en plus, pile poil, où il aura été le narrateur des documentaires :D. Je me souvenais plus que ça avait été dit, en tout cas à l'entendre voila, ça a de quoi être d'autant plus pas mal ^^.

Il y a de quoi bien gouter à l'ambiance de cette expédition loin d'être une mince affaire quand à faire route vers l'Eldorado, on a de quoi voir une descente aux enfers pour ces hommes et ces deux femmes qui sont à les accompagner. Il aurait pu être bon d'avoir une expression plus prononcée de la souffrance que ça représente peut être quand c'est à voir de quoi les mener à leur perte et qu'on ait l'impression que ça va complètement se produire. Toutefois en regardant un peu sur wikipédia j'ai vu que la réalité historique aura été tout autre, de quoi suggérer qu'ils auront été très loin de se trouver tous bien affaiblis. Enfin bon ici pour ce que ça suggère on est bien dans une expression de la difficulté que c'est, du pas évident.

Voila, voila c'est du tout à fait plaisant dans l'ensemble à prendre place dans ce qui a de quoi s'apparenter à une véritable folie à risquer autant sa vie pour ce qui n'aura été qu'une vaste illusion avec l'Eldorado, de quoi mener très loin avec ce que ça peut avoir de dévorant.


Retourner vers « Télévision, cinéma, séries »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités