Mother! (de Darren Aronofsky)

Tout sur le septième art et la télévison.
Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » ven. août 18, 2017 10:20 pm

Prochain film de Darren Aronofsky celui-ci sortira le 13 septembre 2017 et devrait nous plonger dans une certaine atmosphère, au casting nous trouvons Jennifer Lawrence mais aussi Javier Bardem, Ed Harris, Michelle Pfeiffer et Domhall Gleeson entre autre :mrgreen:.



Synopsis :

La relation d'un couple est mise en péril quand l'arrivée d'invités inattendus viennent perturber leur quotidien.


Et voici la bande annonce qui a de quoi nous faire tâter la chose :mrgreen:.



Certains sont déjà bien intéressés ? :mrgreen:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » sam. août 19, 2017 12:20 am

moi ça me branche bien oui :super: au vu de cette bande annonce assez marquante. et puis un nouveau film d'Aronofsky ça ne se refuse pas. Les fans de Jennifer Lawrence quant à eux devraient apprécier l'actrice a l'air d'être bien mise en valeur. Pour ma part vous le savez contrairement à d'autres je ne suis pas un fanboy ici mais avec un tel réalisateur je ne me fais pas trop de soucis
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

SauronGorthaur
Le grand exode
Le grand exode
Avatar du membre
Messages : 67012
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar SauronGorthaur » sam. août 19, 2017 8:45 am

on signalera que Jennifer Lawrence et Javier Bardam ont respectivement 27 et 48 ans, soit 21 ans d'écart - il pourrait être son père :siffle:
Image

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » sam. août 19, 2017 10:09 am

oui ça m'a surpris de les voir dans ce genre de relations dans la BA :shock:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

SauronGorthaur
Le grand exode
Le grand exode
Avatar du membre
Messages : 67012
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar SauronGorthaur » sam. août 19, 2017 11:39 am

Hollywood a tendance à mettre au bras d'acteurs "âgés" des jeunes femmes beaucoup plus jeunes, Tom Cruise et les Mission Impossible ou Daniel Craig dans certains James Bond l'illustrent trop bien. Une femme dans la tranche d'âge des acteurs, ça attire moins faut croire
Image

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » sam. août 19, 2017 2:10 pm

En même temps des couples avec de tels écarts d'âge ça existe et ça se fait moins taboo :mdr:. Après c'est sur que ça peut fait racoleur pour la femme plus jeune, c'est surtout l'histoire d'attirer comme ça mais bon, y a une réalité de la chose de toute façon :siffle:.

Autrement j'aime beaucoup cette bande annonce qui a déjà de quoi bien titiller et mettre dans l'ambiance, on devrait être bon pour cette exploration que ça nous promet. Après je pense qu'on a de quoi deviner un peu de quoi il va en ressortir en réalité, quoique faut voir, mais y a de quoi bien sentir la chose je trouve :mrgreen:. Mais ça peut être aussi trompeur. Enfin bref, on verra, en attendant pour ce qui concerne Jennifer Lawrence ça devrait faire une meilleure mise en valeur de l'actrice oui. Bon pis Domhall Gleeson, partout en dehors de Star Wars ça va bien :rire:. Et sinon on aura bon plaisir à retrouver l'excellent Ed Harris ;).

SauronGorthaur
Le grand exode
Le grand exode
Avatar du membre
Messages : 67012
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar SauronGorthaur » sam. août 19, 2017 6:00 pm

Scarabéaware a écrit :En même temps des couples avec de tels écarts d'âge ça existe et ça se fait moins taboo :mdr:

Je connais malheureusement trop bien des gens pas d'accord pour des écarts bien moindre ... mais bref, changeons de sujet :roll:
Image

Aries Phoenix
Le 3ème Âge
Le 3ème Âge
Avatar du membre
Messages : 19246
Enregistré le : mar. avr. 23, 2013 1:37 pm
Localisation : Jamir (Tibet), Au cœur du Volcan (Santa Lucia), Nivelles (Belgique)
Gender :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Aries Phoenix » sam. août 19, 2017 7:22 pm

J'adhère à la BO à 100% !
Maintenant, une relations de jeune femme à un homme plus vieux, et puis quoi ? Ça se fait de nos jour, c'était de mode dans plusieurs empires et grandes nations. Ce n'est certainement pas ce qui me trouble das cette BO, mais plutôt une impression de domination, quelque-chose de malsain. Et quel terrain plus favorable qu'une jeune femme dans les bras d'un homme dans la force de l'âge ?
Image

Le bonheur ne se poursuit pas, il se trouve

Cerca Trova
Minas Ithil passe à l'Ennemi
Minas Ithil passe à l'Ennemi
Avatar du membre
Messages : 21505
Enregistré le : dim. nov. 13, 2016 8:08 pm
Localisation : En plein vol de mouette, reine des vagues écumantes
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Cerca Trova » dim. août 20, 2017 11:32 pm

Je dis oui et je dis d'autant plus oui en votant La référence à Black Swan sur l'affiche. :mrgreen: et pis la bande-annonce aussi :lol:
Image


Du Adler, dort hoch auf den Bergen,
Dir schickt die Möwe der See
Einen Gruß von schäumenden Wogen
Hinauf zum ewigen Schnee


- Vom Kaiserin Elisabeth von Österreich-Ungarn zum König Ludwig II von Bayern

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » jeu. sept. 14, 2017 9:55 pm

apparemment ce film divise la critique : http://www.lefigaro.fr/culture/2017/09/ ... iogene.php

une critique plus positive : https://www.ecranlarge.com/films/critiq ... -organique

certains l'ont vu ?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » ven. sept. 15, 2017 7:23 pm

J'aimerais bien aller le voir mais je préfèrerais en VF et mon UGC est en travaux jusqu'au mois d'octobre, je pourrais aller à un autre cinéma mais pas envie avec ses autres tarifs et sinon pas envie de prendre le bus pour aller à l'autre UGC qu'on a en dehors de Nancy :mdr:. Donc je le verrai plus tard pour ma part :mrgreen:.

En tout cas pour le coup je suis pas trop étonné qu'il divise, y en a forcément une partie pour faire un grand rejet...Moi ce film j'ai envie de l'apprécier pour l'expérience qu'il va donner, enfin on verra mais Ed Harris et Javier Bardem feront beaucoup je pense :D.

On va mettre aussi la critique de Durendal, j'ai seulement écouté le début, lui il a ni aimé, ni détesté :mdr:


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » ven. sept. 22, 2017 3:51 pm

Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » ven. sept. 22, 2017 7:02 pm

Il vaudra mieux l'écouter lui plutôt que Durendal sur ce coup :mdr:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » mer. mars 21, 2018 2:31 am

je viens de le voir
mais c'est quoi ce film de dingue :shock: :shock: :shock: oh bon sang !!!!!!!
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » mer. mars 21, 2018 10:50 am

Bon, après avoir laissé passer une nuit de sommeil pour cogiter un peu à ce film, je reviens vers ce topic, pour poster ma critique ...

Difficile !!! C'est un film choc !! à n'en point douter, dans le sens où il fait bien bien cogiter et ça c'est BON !!!
Après, son atmosphère est tellement étrange, elle met mal à l'aise, je ne suis pas sûr d'aimer mais attention, ceci n'est pas un défaut, c'est plus de l'ordre du ressenti personnel, jusqu'à présent, aucun film de Darren Aronofsky fait partie de mes films préférés, car c'est un réalisateur que je trouve assez pessimiste et par goût personnel, sans évidemment tomber dans l'excès inverse qui m'énerve tout autant (les films grands public avec happy end et autre) j'aime les réalisateurs qui au milieu du pessimisme laissent une note d'espoir, il faut que je puisse me raccrocher à quelque chose. Alors certes comme on va le voir dans ce film, il y a cette note d'espoir, mais son traitement est tellement pessimiste, dépressif, que ça m'oppresse (un peu trop), et en même temps c'est l'effet voulu, donc je mettrais ça sur le plan à la fois des qualités du film, mais aussi de ce qui me remue pas forcément dans le bon sens du terme, mais c'est purement personnel et subjectif, pas du tout un élément à charge contre le film.

Mais passons au film en lui-même. Je le trouve brillantissime. Un film qui fait cogiter, réfléchir, qui remue, avec un bon jeu d'acteur (je crois que c'est le premier film que j'apprécie VRAIMENT de A à Z avec Jennifer Lawrence, qui est absolument PARFAITE dans ce rôle, une grande prestation d'actrice, et ça n'a pas du être simple car la caméra est pour ainsi dire constamment fixée sur elle, sur son visage, sur ses émotions et son stress alors qu'elle vit un véritable calvaire, cette peur est plus que palpable et se communique au spectateur (d'où encore une fois ce malaise qui est à la fois très propre au cinéma d'Aronofsky mais qui participe aussi à un certain malaise dans lequel je n'aime pas spécialement me plonger ; je trouve que c'est un grand réalisateur, sans doute l'un des plus grands de notre temps, mais je consomme de ses films avec parcimonie pour ce genre de raisons :mrgreen: )

Que dire de ce film et du fond ? Difficile. Un film avec plein d'idées, un film métaphorique assurément, un film qui traite à la fois de l'angoisse de l'artiste devant sa panne d'inspiration, mais au-delà de ça qui traite du thème de la dépossession (l'oeuvre d'art qui échappe à l'artiste une fois créé, avec toutes les conséquences parfois tragiques qu'on peut imaginer) au-delà de ça, pour avoir écouté les commentaires avant de faire cette critique (je cherche à ne pas me laisser influencer par eux mais je trouve certains absolument pertinents donc je me dois de les ressortir) certains y ont vu des allégories bibliques, Adam et Eve (notamment du fait de la scène où on voit Ed Harris en train de vomir avec une côte cassée), des allégories de mère nature (Gaïa, la déesse mère, la Terre dans son ensemble qui serait symbolisée par Jennifer Lawrence avec sa grossesse, elle qui donne son amour à Bardem et en quelque sorte à l'Humanité et qui en retour se fait insulter, bafouer, ce film aborde tellement de choses, difficile d'en parler (en plus sans spoiler, c'est compliqué)

je n'ai qu'un mot à dire : foncez le voir !! Il semble diviser énormément, vous n'allez peut-être pas aimer tout mais si vous êtes un vrai cinéphile vous ne pourrez qu'en retirer quelque chose, car non seulement il fait réfléchir, il y a un bon jeu d'acteur, c'est un film complexe, à tiroir, avec une vraie atmosphère et tension, une mise en scène brillante, du moins sur une grande partie du film (il y a un moment de basculement où ça part peut-être trop dans tous les sens mais j'en parlerai juste après en spoiler) quoiqu'il en soit, c'est une pure expérience de cinéma, le genre de films qui me font aimer le cinéma !!!!!

Lawrence je l'ai dis est impeccable dans ce rôle, mais Bardem aussi, avec son physique particulier, Ed Harris aussi, ou encore Michelle Pfeiffer qu'on n'avait plus vu dans un rôle majeur depuis un moment je crois ...

Au-delà de tout ça (c'est ma petite anecdote un peu WTF personnelle de fan du Hobbit mais je voulais en parler :lol: ) au-delà du drame que décrit le film, de sa profondeur, de l'aspect tragique et complexe, je n'ai pu m'empêcher de penser au Hobbit en voyant ce film et notamment aux scènes du début du film de Peter Jackson quand les nains entrent les uns après les autres dans la maison de Bilbon et mettent le souk dedans :lol: :lol: Fin de la parenthèse, ceux qui sont fans du hobbit et le verront vous me direz ce que vous en avez pensé :rire:

Mais n'allez pas croire que c'est un film pour rire, un film guilleret, il est déprimant, inquiétant, sombre.
Il est aussi réaliste au début mais progressivement des choses se passent qui le font glisser dans une atmosphère fantastique, des choses que je ne spoilerai pas ici, mais on sent bien qu'on n'est pas dans la réalité mais plus dans une allégorie, allégorie de l'humanité peut-être, de ses fanatismes religieux, de ses guerres, de tout le bordel que l'homme fait sur la planète, ses pillages de la nature (d'où encore une fois l'allusion que moi je trouve pertinente entre Jennifer Lawrence et mère nature / Gaïa) Bardem apparait ici comme une sorte de prophète, de messi, un peu comme Néo dans Matrix, il a une armée d'adorateurs, et un rapport complexe (comme tout artiste j'imagine) à ces gens qui pour certains ne respectent rien, le vampirisent et à travers lui vampirisent son épouse aimante. C'est vraiment triste et durant tout le film, on a mal pour Jennifer Lawrence, on ressent de l'empathie pour son calvaire, on aurait envie que Bardem envoie bouler ses fans et se retrouve avec sa compagne qui ne demande que de la solitude, mais c'est trop dur pour lui ...
En un sens, Bardem n'est donc vraiment pas sympathique dans ce film je trouve, et pourtant, on sent qu'il aime sa femme, il est lui-même au premier chef un personnage tragique, cherchant à la fois à plaire à son épouse mais sans se dépêtrer des paradoxes que ça occasionne : car après tout, c'est Jennifer Lawrence elle-même qui lui rappelle (sur un ton qui n'est pas vraiment un reproche mais on sent le sous-entendu) de ne plus trouver l'inspiration, or vu qu'il est écrivain, c'est elle qui les fera vivre, forcément, donc Bardem cherche l'inspiration coute que coute et comment ? via le contact avec les autres, avec ses fans, quitte à se laisser vampiriser, on nage en plein paradoxes, paradoxes terribles et tragiques de la création artistique, qui ressemble à un processus de souffrance, un peu comme la grossesse d'une femme finalement, pour de fugaces instants de grace avant qu'un nouveau cycle de souffrance ne refasse surface, mais peut-être aussi paradoxe de certaines situations amoureuses et de couple, dans une vie moderne où les gens cherchent à la fois le bonheur, à être proches de leur famille, enfants, femmes, maris, mais ceci dans un monde de plus en plus complexe et FOU , un monde de taré où tout s'entremêle de manière souvent malsaine (l'enfer c'est les autres disait Sartre, et j'ai toujours pensé cette phrase très pertinente) et où à part vivre reclu loin de toute civilisation (mais avec d'autres désagréments qui en découle) il faut bien subir ce monde autour de nous, monde qui au final, détruit souvent ce qui nous est le plus cher, nos cocons, notre personnalité, notre empathie, notre amour.

Bref, d'autres choses émergent aussi du film, peut-être trop disent certains. Darren Aronofsky aime faire ce genre de films, qui font cogiter, avec pas mal d'idées qui s'entremêlent, d'ailleurs on peut peut-être voir en Bardem une sorte d'échos au réalisateur lui-même, à son côté créateur faisant émerger des oeuvres cinématographiques (dans la souffrance ?) Bardem a un côté mégalo dans le film, mégalomanie symbolisée par cette armée de gens littéralement qu'il laisse entrer envers et contre toute logique (parallèle avec la mégalomanie de Darren Aronofsky et cette manière qu'il a de faire des films-somme ? :mrgreen: il n'y a qu'un pas pour le penser et en un sens je le pense, cette mise en abime serait intéressante à creuser aussi ... )

Je me souviens d'autres films du même réalisateur qui laissent aussi bien pensif (on cite souvent The Fountain mais je conseillerais aussi aux fans de voir son film "Pi" qui contient plein d'allusions aux mathématiques, à la Kabbale Juive et plein d'autres choses .. )
Dans Mother! Une fois encore, le cinéaste se laisse aller à un déchainement au niveau des idées, attitude excessive diront certains, mais moi j'ai aimé, même si tout n'est pas parfait dans le film et que la fin part un peu trop dans le délire extrême.

J'ai lu qu'il y avait des spectateurs qui ont quitté la salle au milieu de ce film : avec un poil d'ironie je dirai ceci : IL FAUT LES BRULER !!!!!!!! :lol: :lol:
(oui moi aussi je suis un dingue de l'humanité ce que le film dénonce :rire: )
Non mais sérieusement, comment ces gens là peuvent se dire cinéphile, c'est un grand film, après je peux comprendre que tout le monde ne l'aime pas pareillement. Je vais lui mettre une excellente note de 18 / 20, pour les réflexions qu'il fait naître en moi, pour le jeu d'acteur, MALGRE le côté dépressif déprimant qui me met mal à l'aise mais aussi POUR LUI car la mise en scène est brillante et immersive, et aussi car c'est un film qui parle (et dénonce forcément à sa manière) la folie des hommes, le fanatisme religieux, qui parle en substance sans doute de mère nature, de Gaïa, qui fait échos à la Bible mais qui parle aussi de la création artistique dans la souffrance, qui parle de l'artiste dépossédé de son oeuvre (et au-delà de l'artiste, tout créateur) et tous ces thèmes me parlent, limite m'obsèdent en permanence, j'ai aimé les retrouver dans un seul film, qui prend de plus la forme d'un huis clos (purement familial au début) , forme que je n'aurais pas attendu, c'est une vraie proposition de cinéma, mon meilleur film d'Aronofsky pour l'instant.

Ah et je terminerai aussi en disant le plaisir que j'ai à retrouver Ed Harris (acteur que j'aime de plus en plus avec l'âge notamment depuis son rôle dans la série transhumaniste Westworld de HBO où il forme un duo charismatique et superbe avec Anthony Hopkins) ; Dans Mother! encore une fois il est excellent, incarnant un personnage pourtant très différent .......................

Excellent film, si vous ne l'avez pas vu, foncez !
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » mer. mars 21, 2018 11:43 am

Bon ben j'ai lu une bonne moitié de ta critique, je crois que je lirai le reste plus tard après avoir vu, je m'en occuperai dans le mois d'avril je pense :mrgreen:. En tout cas tes impressions et ton ressenti confirment ce que je pensais qu'on pouvait aller vers quelque chose d'excellent, et tant pis si c'est oppressif, ça a du bon de temps en temps de faire du plongeons de la sorte sans que ce soit trop souvent bien sur :mdr:. C'est sur qu'après c'est pas forcément du film qui s'aime comme on peut aimer d'autres et il n'en conviendra pas à tout le monde mais là ça me plait beaucoup tout ce que t'en ressors, par contre j'évite de toute lire, je me préserve un peu. En tout cas bonne chose qu'ici Jennifer Lawrence ait du jeu qui la fasse plus resplendir que d'habitude, merci Darren Aronofsky pour la bonne mise en valeur.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » sam. janv. 19, 2019 6:01 pm

Je me suis revu ce film cet après midi. C'est vraiment un très bon film je trouve, métaphorique, interprétation brillante, gros final complètement dingue
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » sam. janv. 19, 2019 6:45 pm

Faut vraiment que je m'occupe de le voir prochainement celui là, je crois que ça tardera pas trop :mrgreen:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » sam. janv. 19, 2019 9:15 pm

il me fait penser aux nains du hobbit quand ils entrent chez bilbon (sauf qu'ils sont plus rigolo, eux :lol: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » dim. janv. 20, 2019 12:12 am

Oui c'est assurément une autre ambiance :lol:

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » mar. janv. 22, 2019 12:15 am

Gloire à Darren Aronofsky :lol:, je viens enfin de voir et bon sang, je crois que je tiens mon film préféré de sa part, je vais même le mettre au rang de chef d’œuvre tiens :mdr:. J'ai complètement adoré, j'aurais pu simplement le trouver excellent mais au final c'est parfaitement impeccable dans ce qu'il illustre, je me réjouis de ce qu'il cache derrière des apparences d'un bon petit film sur la folie qui transparait à la travers la bande annonce, elle est superbement la partie visible de l'Iceberg. Voyez donc ce film et ne lisez pas la suite avant de l'avoir vu :mdr:.

C'est très empreint d’atmosphère conférant la folie bien sur à ce que l'on joue de cela, on est d'abord sur les impressions de folie d'une femme en perte de repère qui se trouve être quelque peu déboussolée et déconnectée de la réalité. Le film commence doucement avec cela, et nous avons une introduction qui est de l'ordre du pétage de plomb qui s'est produit mais en le voyant on est encore loin d'être proche de la réponse. Et c'est tant mieux pour être mené dans cette barque qui nous laisse à différentes déductions avant de nous livrer toute sa substantifique moelle. Après on peut garder certaines impressions après tout, ça peut se faire valable en matière d'interprétation et c'est bon pour une diversité d'évocations. Aussi de prime abord nous avons une approche familiale de l'histoire, avec de quoi troubler, quand arrive le personnage de Ed Harris suivi de sa femme ensuite, on peut se dire qu'il s'agit des parents du personnage qu'incarne Jarvie Bardem mais auparavant il m'aura traversé l'esprit qu'il pouvait s'agir de deux docteurs étudiant un sujet complètement perdu, déphasé que se trouve être Jennifer Lawrence :D. Et là on a de toute façon une nette impression de déphasage que quelque chose ne va pas avec mais qu'il est essayé de faire en sorte de la soigner en la plaçant dans ce cadre. Au niveau de l'enchainement des évènements toutefois c'est l'impression de la famille qui s'amène par là qui prévaut en apparence, par contre waow comme on peut avoir quelque chose de violent pour elle. C'est assez surprenant, est ce pour lui créer des chocs émotionnels afin de la ramené à la réalité ? Je me suis poser la question. Et puis nous allons plus loin et la ça devient complètement de plus en plus dingue. Ne serait on pas sur le deuil alors ? Celui d'un enfant mort né et que ce soit une machination complètement tordue à laquelle pas mal de personne prennent part ? Complètement hallucinant et ce serait très tordu que d'aller sur un tel chemin parce que bonjour le traitement de choc qui vont loin. Mais que nenni, toujours est il que ça a de quoi particulièrement bien bousculé et on en vient à songer que ça puisse être dans sa tête que produise un tel marasme, qu'elle est à revivre plein de choses en mélangeant tout. On peut dire qu'elle se perd complètement, bref, c'est le raz de marée, des éléments qui traduisent plein de chose, c'est le truc de fêlé tout ça :D. Et il y a de quoi apprécié de voir toute cette mise en scène, s'amuser de la sorte pour en venir à un message en particulier, on passe différentes portes avant d'enfin toucher le bon bout. On se fait ainsi balloté en tout sens, c'est la submersion par une masse de plus en plus grouillante, on commence petit pour se retrouver avec une foule, de quoi bien déboussoler notre chère femme incarnée par Jennifer Lawrence. D'ailleurs j'ai pas dis sur la prestation de chacun mais voila, pour ceux que j'ai cité c'est un plaisir à les voir ici, dans ce grand marasme et on a de quoi faire très bonne mention pour Jennifer Lawrence qui se prend une belle mise en valeur, avec ce que vis son personnage à être totalement prise au dépourvu, ne rien contrôler de la situation qui a de quoi la dépasser.

Voila, donc nous en venons à de la masse de plus en plus grouillante et c'est là que nous percevons où Darren Aronofsky voulait vraiment nous mener, tout en passant d'abord par différents états avec ce que ça peut suggérer, on a de toute façon une victime de la situation à tous les stades. On ouvre une porte pour ensuite la refermer et ouvrir une autre encore plus grande, c'est un jeu de poupée russe mais on va de la plus petite à la plus grande, celle qui impacte le monde entier :siffle:. Encore que, enfin disons nous avons du gourou, et j'en reviens finalement aux médecins pouvant expérimenter sur un patient, ils se la jouent effectivement parfois gourous eux à prendre les patients pour des cobayes en faisant en sorte qu'on leur accorde de la confiance. Bon je ferme un peu la dessus, car de toute façon ça présente magnifiquement bien de la dérive sectaire avec ces gourous qui manipulent des foules entière, de quoi faire une grande dénonciation pour le réalisateur qui se fait finalement plaisir avec un côté métaphorique façon coup de poing. On peut toujours dire que ça pourrait être plus subtil après peut être mais bon, il hésite à faire fort et en fait j'aime assez. Tout ceci forme complètement une grande illustration. Bref donc il ameute les foules en son lieu où chacun peut se retrouver, d'ailleurs pour l'endroit avec la maison ça fait ilot baigné de lumière et qu'autour tout ne soit que ténèbres, ce qu'on fait croire à des masses bien manipulées et ce p(r)o(ph)ète est le grand manitou qui nous illumine tous ces illuminés. Et ça se fait assez réaliste quand au message qui se fait livrer, on a de la critique sur l'humanité avec de véritable dégénérés qui foutent complètement le bordel et tout le toutim, c'est fameux et terrible mais ça retranscrit énormément de choses. Puis ce n'est pas seulement religieux mais on a de quoi penser à toutes les formes d'idéologies de religieux à politique en passant par des pratiques qui comportent leurs extrémistes, je trouve qu'il est bon d'étendre au maximum la vision après tout face au chaos avec l'ensemble de ces facettes aux multiples...inspirations :mrgreen:. Ah l'inspiration, n'est elle pas quelque chose de beau quand elle vient à nous ? ^^. Mais ne peut pas aussi provoquer des choses négatives aussi ? Il semblerait bien avec ce que certains sont capables de salir, de porter vers la noirceur. Prendre une idée belle au départ pour en faire quelque chose de dévastateur provoquant bien des affres et tout un tas de problèmes. Bon on a de quoi très bien saisir, l'expression en est forte et pas dans la demi-mesure, elle alerte comme il faut, c'est en grande dénonciation. De certaines inspirations peuvent naître l'espoir ou le désespoir, c'est selon ce que l'on en fait. On pourrait en dire bien longuement sur tout ça et l'humanité...Enfin voila on ne fait que bien saisir, on n'a que trop bien en vue et ça nous renvoie suffisamment à bien des choses. Il avait probablement ça qui devait le tenailler comme une angoisse. C'est chargé de sens et bon on a de quoi très bien comprendre tout ça, mais là où j'applaudis totalement c'est qu'il aura osé faire raisonner un cri particulier de démence à travers cette œuvre, subtilement dans les causes de destruction du monde et de déchéance de l'humanité sa pique est joliment balancée dans de multiples piques est fort bien appliquée ^^. De quoi me le faire adorer avec ce qu'on peut considérer comme du culot. Bien évidemment ça ne plaira pas à tout le monde mais au moins lui l'a fait, sans plus en faire, juste ce qu'il faut pour que ça puisse passer. Enfin bref, c'est donc une somme d'éléments qui forment un tout autrement fort bien porté et je dirais assez brillamment fait, de façon complètement dingue.

Aussi tout ça nous mène à une conclusion qui me plait énormément aussi, brulons les tous, purifions ce monde par le feu (nucléaire), c'est pessimiste et bien sur critiquable mais le réalisateur n'est pas connu pour être un grand optimiste après tout, c'est même pas pessimiste d'ailleurs c'est profondément réaliste parce qu'il est possible de mettre fin à un véritable fléau mais nous sommes prisonniers d'un cycle voué à toujours recommencer. C'est un fait après tout, on ne peut le nier, après il ne faut pas oublier du bon fond qui existe mais rester avec toute la méfiance qu'il faut envers l'humanité avec son potentiel de destruction massive.

Bien sur c'est mieux quand on a quelque chose avec une fin avec un trait plus lumineux, mais voila, en soit je trouve cela excellent et je suis plutôt content de voir que le réalisateur n'a pas eu certaines hésitations, il a tout assumer de ce qu'il voulait transmettre comme cela était possible, juste ce qu'il faut pour se montrer être de ceux qui osent exprimer certaines choses. Aussi j'en trouve une excellence force à ce film qui nous envoie dans ce terrible marasme aux milles et une facette de bien des maux.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » mar. janv. 22, 2019 12:01 pm

moi aussi c'est mon film préféré de Darren ! j'aime beaucoup
je suis en train d'écouter la critique de durendal (qui critique .. https://www.youtube.com/watch?v=89IszI3GkXE&t=22s )
moi c'est clairement l'un des 3-4 meilleurs films que j'ai pu voir l'an passé
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 90610
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar Scarabéaware » mar. janv. 22, 2019 12:51 pm

Je viens de lire toute ta critique du coup, j'écouterai Durendal plutôt tout à l'heure, j'ai de quoi bien te rejoindre dans tout ce que t'avais dis et y a des choses auxquelles j'avais pas forcément penser mais c'est de toute façon un film aux interprétations multiples. Et ceux qui ont fuit la salle de cinéma pendant le film méritent clairement le bucher pour ne pas avoir été fichus d'aller jusqu'au bout :mdr:. Enfin bref, moi j'ai vu le gourou en Bardem, le genre de type qui fait en sorte de rassembler de nombreux adorateurs pour créer sa secte bien remplies d'illuminés qui trouvent la lumière uniquement autour de lui et oublient totalement celle qu'il peut y avoir ailleurs, ne voient que les ténèbres autour, ils font le chemin inverse de ceux qui cheminent dans la conscience, ils retournent à la caverne pour s'y enchaîner. De quoi en voir une sorte de démiurge mais un démiurge guère positif, un poète qui se fait prophète, tu disais aussi messie comme Néo dans Matrix, si tu veux mais bon Néo il a un caractère plus positif quand même. Après bien évidemment on peut également considérer qu'il se retrouve dépossédé de son oeuvre comme tu as dis et que face à cela il se prenne au jeu, que ça lui monte à la tête et qu'il devienne malgré lui du gourou, on peut vraiment percevoir ça de différentes manières, ça s'entremêle pas mal et on peut trouver des nuances.
Sinon que ça fasse comme une mise en abyme c'est une possibilité intéressante, si on évoque la propre mégalomanie de Darren Aronofsky à qui je ne connaissais pas cette réputation alors oui il peut s'agir d'une auto-critique, toutefois on a de quoi trouver de la critique à même de largement prendre une vision très large, comme je l'ai dis tous les types d'idéologie peuvent être concernés.
L'ensemble est très dense et bon on part dans de l'extrême, il faut le supporter, je reconnais le côté excessif qu'on peut avoir mais je trouve que le déchainement dans lequel il s'est laissé aller pour bien appuyer son message quitte à fortement déplaire à une bonne force, un impact qui moi me déplait pas même si c'est affreux, terrible et sombre. Mais voila c'est une grande expression des dérives, il a totalement assumé.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 312746
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Mother! (de Darren Aronofsky)

Messagepar phoenlx » mar. janv. 22, 2019 12:59 pm

je ne me souvenais plus avoir posté une telle critique mais belle critique toi aussi, je te rejoins pas mal (là j'étais en train d'écouter durendal, dingue les deux spectateurs qu'il avait avec lui dans la salle :lol: :siffle: après il aurait pu éviter de nous dire certains détails :siffle: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Télévision, cinéma, séries »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité