• Déconfinement : Restez prudent !!

Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Débats sur des films en particuliers (n'hésitez pas à utiliser l'index - sur ce lien pour vous y retrouver)
Náin
les grands travaux
les grands travaux
Avatar du membre
Messages : 64940
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Náin » ven. juil. 19, 2019 3:37 pm

C'est moi ou c'est bien excepté Dicaprio et Brad Pitt ?

Image
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106245
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Scarabéaware » ven. juil. 19, 2019 7:00 pm

Bah c'est surtout Brad Pitt qui fait un peu bizarre, encore plus que Dicaprio :?
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".

Náin
les grands travaux
les grands travaux
Avatar du membre
Messages : 64940
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Náin » ven. juil. 19, 2019 7:04 pm

Non mais je veux dire l'incrustation
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

Somewhere
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 65218
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Somewhere » dim. août 11, 2019 12:06 pm

Once Upon A Time in Hollywood : une version longue à épisodes pour Netflix ?

Quentin Tarantino a un agenda bien chargé, entre un Kill Bill 3 qui pourrait bien voir le jour et un cross-over entre Django et Zorro (!). Le réalisateur aurait également l’intention de rallonger sérieusement son dernier film, Once Upon A Time in Hollywood.

Attendue dans les salles françaises le 14 août, la version cinéma de Once Upon A Time In Hollywood ne sera pas la vision finale de Quentin Tarantino. Le réalisateur de Pulp Fiction et d’autres chefs d’œuvre voudrait en effet proposer un montage plus long incluant des scènes coupées. Le tout serait proposé sous la forme d’épisodes à suivre sur Netflix.

L’as du montage

La rumeur s’appuie sur la confidence de l’acteur Nicholas Hammond qui indiquait dans une interview pour Discussing Film que Tarantino avait tourné beaucoup de scènes qui n’ont pas pu être intégrées dans le montage final… qui dure tout de même 2h45. L’acteur, qui joue dans le film, évoquait aussi une version « de quatre heures » pour Netflix. Kyle Buchanan du New York Times a également dévoilé sur Twitter que plusieurs acteurs qui n’apparaissent pas dans le montage cinéma seront bien présents dans la version longue destinée au service de streaming. Ces rumeurs ont du sens : Tarantino travaille déjà sur un format de quatre épisodes de 50 mn pour Les Huit Salopards qui sera diffusé sur Netflix. Cette mini-série permettra au réalisateur d’insérer des rushs et des scènes coupées, augmentant d’autant la durée du film (qui fait 2h48 tout de même dans sa version cinéma). Et pour Netflix, c’est aussi l’occasion de proposer du contenu très excitant sur le papier !

https://www.journaldugeek.com/2019/08/1 ... r-netflix/

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106245
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Scarabéaware » dim. août 11, 2019 12:18 pm

Ah ben décidément il va bien profiter de la possibilité que lui offre Netflix lui, tiens d'ailleurs je pensais que c'était déjà bon pour les 8 salopards. Bon du coup on verra la version cinéma puis ensuite la version longue proposée sur Netflix, de quoi encore plus profiter :mdr:. Et si ça se trouve c'est une manière de nous indiquer qu'après ses 10 films il va passer au format série en fait :mrgreen:.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343270
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar phoenlx » jeu. août 15, 2019 6:21 pm

la critique toute chaine de the film talker , you tubeur sur ce film ! https://www.youtube.com/watch?v=VkdgGg3GFLg
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106245
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Scarabéaware » jeu. août 15, 2019 9:50 pm

J'ai écouté le début, j'écouterai tout plus tard après avoir vu, en tout cas apparemment c'est un Tarantino qui va diviser d'après ce qu'il dit :mrgreen:.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Bartiméus
Lac de Chronos
Lac de Chronos
Avatar du membre
Messages : 5985
Enregistré le : sam. mars 16, 2013 9:50 am
Localisation : 92, Hauts-de-Seine
Gender :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Bartiméus » jeu. août 15, 2019 9:52 pm

J'ai regardé un peu les réactions des gens qui l'ont vu sur les différents forums cinéphiles que je connais et dans l'ensemble les réactions sont plutôt positives, ça m'intrigue.
"Je vais l'écrire l'histoire des affaires de mon temps, tâche délicate et périlleuse ! Avant de prendre la plume, je me suis interrogé sévèrement, et comme je ne trouvais en moi ni affections intéressées, ni haines implacables, j'ai pensé que je pourrais juger les hommes et les choses, sans manquer à la justice et sans trahir la vérité."

Louis Blanc, Histoire de dix ans, 1830-1840

itikar
Batailles pour Amon Sûl
Batailles pour Amon Sûl
Avatar du membre
Messages : 19982
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar itikar » sam. août 17, 2019 7:29 am

C est un putain de chef de chef d œuvre :super:

Quentin Tarentino mine de rien réalise avec un grand brio je pense le fantasme d un bon paquet de cinéaste ayant vécu à Hollywood dans les années 70 et apres. Film qui sera une catharsis pour beaucoup ayant ete traumatisé par les événements de 1969, sans vouloir spoiler, ce n est qu a la toute fin du film qu on comprend et une possible cause du drame atroce commis par la Manson family et la nécessité absolue de la présence ( ou de l absence ... sic) de Leo et de Bradd ce fameux soir d août. Deux personnages certes inventés de toute pièce par QT (Tiens marrant ses initiales forment le mot sans doute le plus utilisé en tournage par les cinéastes US... et ici il a du le prononcer plus d une fois !) Mais qui lui permet de montrer les coulisses des métiers du cinéma encore mieux que s ils avaient existé. Certes ils ne lui permettent pas ici que cette attendue leçon passionnée de cinéma loin de là...

La fin du film, évidemment attendue tout le reste du film, en contre balancement paisible comme jamais, va bien au-delà de nos attentes et est tarantinesque a souhait... rempli de surprises aussi fantasmatiques qu inattendues.

Margot Robbie campe une Sharon Tate encore plus délicieuse que la vraie même si a son sourire carnassier plongee dans des événements aussi fous on repense souvent à son personnage de Harley Quinn. On l espererais presque la voir se défendre à coup de maillets... Apres tout n a t elle pas été - le film nous le montre - une élève de Bruce Lee ? Luxe que QT aurait pu se permettre... Poor Sharon Tate ... Elle a symbolise malgré elle la mort de cet Hollywood de naguère...ici re immortalisé par un cinéaste qui a compris que la force du cinéma était de rendre credible autant que désirable "il était une fois ..."
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

Náin
les grands travaux
les grands travaux
Avatar du membre
Messages : 64940
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Náin » mer. janv. 01, 2020 1:25 pm

Donc j'ai enfin vu le film hier et j'ai adoré. Evidemment que c'est une lettre d'amour au cinéma le film s'appelle Once Upon a Time in Hollywood je vois difficilement comment il pouvait être plus clair. Mais c'est surtout son cinéma dont il parle, celui qu'il aime et qui l'a fait grandir. Et évidemment du coup le type fait un grand hommage au western et surtout au western italien puisque même Dicaprio deviendra une star de ce genre de films, sous l'égide de Corbucci qui plus est ! (le type qui a réalisé le premier Django..).

Tarantino n'a rien perdu de son talent pour les dialogues, toujours aussi croustillants, notamment et surtout celui entre Brad Pitt et Bruc Dern, absolument excellent d'ailleurs; Brad Pitt également qui pour moi est celui qui s'en sort le mieux avec un personnage ô combien charismatique. Et comment ne pas tomber amoureux de Margot Robbie en Sharon Tate absolument magnifique et adorable tout au long

quant au sujet qui semble-t-il fâche beaucoup de gens, je dirais au contraire que c'est tout le film en fait. Le film raconte la magie du cinéma, et de l'imaginaire qu'il parvient à rendre presque réel. C'est ça la conclusion de ce film, c'est avoir le pouvoir, grâce au cinéma, de voir ses rêves réalisés en premier ne mettant pas fin à une période bénie pour le réalisateur, à savoir le cinéma des années 60, et d'autre part, l'inexistence de cette tragédie qui y a justement mit fin, en permettant aux personnages d'avoir une vie qu'ils n'auront malheureusement jamais eu. C'est infiniment plus respectueux qu'une scène gore et morbide sur la mort réelle d'une femme enceinte et de ses amis...
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

Diogene
Entrée des Gémeaux
Entrée des Gémeaux
Avatar du membre
Messages : 530
Enregistré le : ven. déc. 04, 2015 5:02 pm
Gender :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Diogene » sam. janv. 04, 2020 6:41 am

Une version de 4h sur Netflix? Pourquoi pas vu comment il est immersif. Mais si on a déjà vu le film on est spoilé de la fin du coup non? :penseur:

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106245
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Scarabéaware » dim. janv. 12, 2020 1:26 pm

Bah même en ayant vu ça n'empêche pas de pouvoir apprécier une version longue qui apporte encore plus de choses avec toutes les scènes que ça peut ajouter :D. C'est une autre expérience pour l'immersion. Et j'aimerais bien voir cette version maintenant, tout comme d'autres films de Tarantino que Netflix se propose de redécouvrir en mini-série pour de la Version Longue. Après faut aussi se demander si ça risque pas de devenir problématique d'opérer de la sorte à force, faudra que j'écoute la vidéo de Dirty Tommy à ce propos où il semble ne pas trop apprécier ce procéder qui débute sur Netflix. Parce que c'est vrai que d'un autre côté, autant on a de quoi être content de profiter d'encore plus, autant ça peut être désavantageux pour le format film...Mais bon faudra qu'on en parle dans un autre topic de cette mode qui est en train de naître.

Maintenant, concernant le film que j'ai vu hier soir. C'est tout à fait excellent et l'on a de quoi applaudir Tarantino pour ce fort bel hommage qu'il rend à l'ancien Hollywood qui ici se trouvait dans une de ses dernières années avant que nous plongions dans les années 70, c'était 1969 année érotique, année post-68 et fin de décennie qui aura vu naître le mouvement hippie mais aussi sortir bien des chefs d’œuvres et bien des western dont Tarantino aura pu lui même s'abreuver entre ceux de cette décennie et d'autres plus anciens.

A travers les personnages de Rick Dalton et Cliff Booth respectivement incarnés par DiCaprio et Brad Pitt nous plongeons dans tout une évocation qui a tout lieu en même temps d'être intemporel quelque part puis c'est aussi parler des ascensions qui se produisent au sein de l'industrie cinématographique et peuvent être suivies de descentes dans la popularité, où l'on pourrait plutôt dire la sénescence, tout le monde n'est pas forcément bien loti et l'on ne reste pas toujours au sommet, ça c'est clair et l'allusion est bien faite avec ce que ça peut avoir de déchirant pour les acteurs qui subissent ce contrecoup. On a toujours cette fichue jeunesse qui a tendance à prendre la place, pas toujours pour le meilleur mais heureusement chaque décennie connait ses nouveaux talents ayant de la meilleure valeur par rapport à d'autres qu'on aimerait parfois bien voir jetés à la poubelle lol. Enfin tout dépend des perceptions et chaque époque connait sa manière de vouloir appâter le public féminin :siffle:. C'est pas forcément une réflexion qu'on a de quoi ressortir dans le contexte du film mais en soit voila, on a de quoi le dire d'un point de vue global. Enfin passons et voyons avant tout l'hommage avec ce qui a construit Tarantino, c'est à dire en partie le Western et il fait ainsi du bel hommage en allant aussi sur le Western Italien, mis là aussi en valeur comme nous le voyons :D. Et ça m'aura donné de découvrir les Western de Sergio Corbucci comme ça.

Mais nous avons aussi une autre belle mise en valeur également par le biais de Sharon Tate jouée ici par Margot Robbie qui nous la joue joliment bien, on peut bien dire que c'est mignon et qu'elle en est d'autant plus craquante ^^. J'aime bien ce que nous avons là aussi, et quand on s'attend au drame, ça laisse de quoi s'attrister de ce qui va pouvoir arriver quand on sent monter la tension due à l'ombre planante de Charles Manson et sa communauté. De quoi être d'autant plus déstabilisé par la fin lol. J'ai été assez surpris mais voila c'est bien d'avoir formé une petite uchronie du coup pour l'hommage à désirer que le massacre n'ait jamais eu lieu et n'ait pas formé une énorme tâche, une tâche dont Roman Polanski ce serait particulièrement bien passé par ailleurs, tout comme Sharon Tate bien sur et bien d'autres. Elle est belle cette fin et niveau de la violence j'adore le moment que nous avons :mdr:. Voila, c'est faire place à l'imaginaire et rêver à une année 69 moins dramatique de ce côté, c'est panser une blessure. Après on peut toujours comprendre que ça ait pu gêner mais voila pour la catharsis c'est touchant.

Tarantino nous en signe donc une fort belle œuvre nous parlant de tout une époque et de ce qui l'aura nourri, faisant du très bel hommage et ayant de quoi toucher comme il faut en même temps. C'est une ode qui sonne et résonne de fort belle manière et donne bien des envies de découvertes, même certaines qui ne semblent pas forcément bien terrible, je pense à The Wreckring Crew sur ce coup qu'il me tente bien de voir par exemple en plus d'autres meilleurs comme les Western de Corbucci. Puis bien sur pensée pour la Grande évasion en même temps :D. Bref, y a de quoi bien savourer ce beau paquetage, cette balade que nous fait faire Tarantino.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343270
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar phoenlx » dim. janv. 12, 2020 1:46 pm

tiens je vais essayer de le voir, il est sorti en dvd ?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106245
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Scarabéaware » dim. janv. 12, 2020 1:51 pm

Oui moi j'ai eu le DVD à Noël :mrgreen-noel:
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343270
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar phoenlx » ven. mars 20, 2020 10:30 pm

Je viens de le voir et je crois que j'ai beaucoup aimé, malgré quelques longueurs

Ce n'est pas le film de Tarantino que je préfère (qui reste décidément encore et toujours les deux Kill Bill pour ma part) je dirais même que je le situe après Reservoir Dogs, les Huits salopards voire d'autres, mais je l'ai préféré à certains comme Inglorious Basterds, film auquel il ressemble d'ailleurs pour le petit côté uchronique, le réalisateur s'amusant à se venger de l'Histoire réelle en faisant évoluer son film vers une autre fin (pour ceux qui connaissent le destin de Sharon Tate) et ce non sans s'en donner à coeur joie dans la violence et la badasserie (ça peut aussi choquer, je le reconnais, mais j'y viens ensuite)

Soit dit pour commencer j'ai adoré le personnage de Brad Pitt dans ce film, cet espèce de personnage cool et badass à souhait (avec son molosse :lol: ) il m'a fait tripper presque à chaque scène .. Celui de Di caprio n'est pas en reste évidemment, très bon jeu d'acteur, avec de nombreuses mises en abîme où on peut le voir en train de jouer (car il est acteur dans le film) dans les vieux western spaghetti qu'affectionne tant Tarantino, ce film est une véritable ôde à toute cette époque et à l'Hollywood de ces années là (d'où le titre) Di caprio particulièrement impressionnant notamment dans une scène à l'intérieur de sa caravane où il pique une énorme colère (par frustration, dépité d'être un acteur has been car l'un des sujets forts du film est aussi cette transition typique de cette année 69 entre l'ancien cinéma de Hollywood à bout de souffle et ce nouveau cinéma qui sera incarné par de nouveaux réalisateurs comme Scorsese, et qu'incarnait fortement une actrice comme Sharon Tate à l'époque. Année si particulière à plus d'un titre 69 d'ailleurs, année érotique, année lunaire, apogée du mouvement hippie, contexte de l'apogée de la guerre du vietnam etc bref, pas que pour le cinéma ^^

J'ai adoré aussi le personnage de Margot Robbie, c'est d'ailleurs je pense le rôle que je lui préfère tous films confondus jusqu'à présent ..
Les hippies du film ont un côté aussi savoureux (les filles) et en même temps flippants quand on voit le final, pire, ça fait froid dans le dos quand on sait ce qui s'est passé dans la réalité. Et c'est là que le film peut certes déranger.

J'avoue avoir ressenti une espèce de jubilation mêlée de malaise (sentiment très étrange mais très tarantinesque) dans les scènes finales où ils se font défoncer par Brad Pitt. Symboliquement, c'est évidemment très fort car c'est tout le pouvoir du 7ème art qui "se venge" sur la réalité, qui la déforme, le cinéma qui sauve le monde en quelque sorte, à l'image de ce personnage joué par Di Caprio qui va jusqu'à utiliser un lance flamme qu'il utilisa jadis pour cramer des nazis dans un de ses films. D'un autre côté, mon malaise réside dans le fait que ce film, c'est un peu de la rigolade tout du long, et particulièrement dans ces scènes. C'est décalé à mort, comme dans chaque film de Tarantino, et c'est un peu déstabilisant par rapport à l'Histoire réelle.

J'avais ressenti le même malaise en voyant Inglorious Basterds (certains adorent ce film je le sais, et ont adoré voir les héros du film buter du nazi, mais à l'époque je n'avais pas accroché au traitement. Dans ce nouveau film, c'est davantage le cas, mais il reste néanmoins une pointe de malaise, j'ai pas d'autres mots, qui me prend quand je met en exergue ces scènes où le réalisateur s'amuse comme un petit fou (il n'y a pas d'autres mots) alors que la réalité on le sait fut un drame terrible. Un peu comme si le réalisateur prenait finalement tout à la légère, que ce soit la seconde guerre mondiale dans Inglorious Basterds, ou ici une tuerie terrible, comme s'il n'arrivait pas à s'élever au-dessus de ça .. ça me gêne un peu et en même temps il y a un côté rigolo j'avoue (le chien qui attaque le tueur et lui bouffe les couilles, non mais WTF :lol: ) et la fin est touchante quand le personnage de Di Caprio est invité à boire un petit verre chez Tate.

Bref à part ça, j'ai beaucoup aimé dans l'ensemble me laisser porter par ce film, par ses acteurs (presque tous sans exception) par l'ambiance musicale (même si elle m'a paru un peu plus silencieuse globalement que dans d'autres films de Tarantino avec beaucoup de passages de dialogues très longs sans musiques, j'aime bien quand la musique accompagne beaucoup ses films, je crois que c'est un des aspects qui m'attire aussi dans les Kill Bill)

Je ne vais pas revenir sur les multiples petites allusions au cinéma de ces années (le film en regorge et des sites web ont du lister tout ça bien mieux que je ne saurais le faire, il en est d'ailleurs sans doute plein que j'ai pas du déceler car je ne connais pas tout, mais on sent que Tarantino s'amuse sans cesse avec ces hommages, que ce soit à travers les répliques, les allusions à des cinéastes comme Corbucci, à travers les affiches, les musiques, les plans sur les télévisions qui diffusent des programmes, la présence de Bruce Lee ou encore cette scène dans l'espèce de village des hippies qui évoque l'ambiance de certains westerns etc. A noter aussi évidemment la présence (discrète) de Roman Polanski (le personnage évidemment) dans le film, et des petites allusions à certains films notamment Rosemary's Baby (film sur lequel le personnage incarné par Di Caprio fantasme, on sent qu'il aimerait bien jouer dans l'un de ses films :mrgreen: ) Toutes ces petites choses qui émaillent le film sont plutôt jouissives quand on est cinéphile je trouve et j'ai du passer à côté de la moitié.

Pour l'anecdote on notera aussi (comme dans quasiment chaque film) son fétichisme des pieds qui ressort notamment lors d'une scène avec Mzrgot Robbit dans une salle de cinéma exhibant pour nous ses orteils (assez sales en plus :lol: ) tout en regardant un film dans lequel elle joue (elle j'entends Sharon Tate évidemment)

Bref, un film non sans défaut, avec parfois des longueurs, une tendance (que laquelle on peut parfois tiquer) à en faire trop dans le grand guignolesque notamment à la fin, des lourdeurs par moment, mais un film jouissif aussi à plus d'un titre et qui a le mérite notamment par ses décors et sa superbe reconstitution de nous replonger dans le Hollywood de ces années là, tout en nous distrayant, nous faisant bien rigoler, et nous innondant de références cool, en bref, du pur Tarantino dans à la fois ce que le cinéaste a de jouissif mais aussi, de mon point de vue, ce qu'il peut avoir aussi de plus critiquable depuis pas mal de films (les défauts que j'ai vu dans ce film sont en réalité ceux que je ressens de plus en plus dans quasiment chacun de ses films, souvenez-vous par exemple de ce que j'avais écris à propos de la fin des 8 salopards, un film que j'ai littéralement adoré ... sauf pour les 20 dernières minutes grand guignolesques, mais ce cinéaste est un gosse, un gosse génial et malicieux mais qui veut rester un gosse. Quelque part j'ai pas envie de le critiquer car je trouve que c'est plutôt beau et émouvant, un gars qui s'amuse de tout, et pour qui le cinéma semble au-dessus de tout même la réalité, ça peut choquer. Mais c'est un cinéaste qui forcément ne peut manquer de titiller toute personne qui a un tant soi peu une âme de cinéphile.

Ma note : 16,5 / 20.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106245
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Scarabéaware » ven. mars 20, 2020 11:06 pm

Ce film quoi qu'il en soit c'est une belle déclaration d'amour à tout un cinéma d'une période tristement révolue et là on a clairement de quoi apprécier l'ode, qu'il s'amuse avec ce qui l'a construit tout en nous plongeant dans cette terrible année que ça aura été avec les dingues faisant partie de la secte de Charles Manson. Et tout du long moi je songeais à quel point ça allait tristement finir mais finalement on est joliment pris à revers même si ça peut gêner dans la mesure où ça forme une uchronie avec les évènements qui changent, un drame qui aurait pu ne pas se produire. Même si on peut tiquer, au fond, c'est exprimer un rêve et comme tu le dis si bien se venger de la réalité en même temps, en le faisant sans haine mais au moins avec la violence quelque peu jouissive lol. Le cinéma a de quoi rester une échappatoire et il le souligne bien après tout, après comme échappatoire c'est plutôt compliqué en ce moment mais ça permet de s'évader un peu, moins que si on pouvait avoir une puce nous envoyant dans une réalité virtuelle et qu'on y reste, mais voila le cinéma c'est ça et il fait bien son ode ainsi même si on peut critiquer le fait que ça semble au dessus de tout et peut faire grincer des dents. Puis bon aussi, dans la gêne, on profite bien de la plastique de toutes les filles hippies mais voila, y a de quoi ne pas tout à fait à l'aise quand on sait leur appartenance.
Enfin voila, dans l'ensemble y a de quoi apprécier avec tout ce que ça contient d'hommage, puis Margot Robbie est superbe en Sharon Tate toute mignonne et sinon Brad Pitt et DiCaprio excellents eux aussi. C'est aussi de quoi donner envie de voir plein d'autres films et je serais justement bien tenté entre autre par celui dont on voit des extraits dans la salle de cinéma ou Margot Robbie se rend et dont j'ai fait le topic juste après avoir vu ce film : viewtopic.php?f=765&t=24752 :mdr:.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Diogene
Entrée des Gémeaux
Entrée des Gémeaux
Avatar du membre
Messages : 530
Enregistré le : ven. déc. 04, 2015 5:02 pm
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Diogene » mer. avr. 15, 2020 10:38 pm

En tout cas je trouve que brad Pitt mérite son Oscar! (Cela dit Di Caprio aurait aussi mérité le sien)

Somewhere
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 65218
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Somewhere » jeu. avr. 16, 2020 9:10 am

Diogene a écrit : (Cela dit Di Caprio aurait aussi mérité le sien)


Avec Joachim Phoenix en Joker en face c'était difficile.
~ Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


Chernabog
dieu scellé
dieu scellé
Avatar du membre
Messages : 8449
Enregistré le : mar. juin 16, 2009 6:22 pm

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Chernabog » jeu. avr. 16, 2020 2:27 pm

Oui, la prestation de Phoenix était quand même plus... "virtuose" si j'ose dire. Mais DiCaprio était certes très bon, il était impeccable sur ce rôle là, mais ce n'était sans doute pas un "rôle à oscars".

Diogene
Entrée des Gémeaux
Entrée des Gémeaux
Avatar du membre
Messages : 530
Enregistré le : ven. déc. 04, 2015 5:02 pm
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Diogene » ven. avr. 17, 2020 7:37 am

C'est dingue quand même! Il a justement fallu qu'il prenne exprès un rôle à oscar (dans The Revenant) pour enfin emporter la statuette, alors qu'il n'a plus à prouver sa valeur d'acteur. Idem pour Brad Pitt d'ailleurs qui n'a jamais eu d'oscar pour un rôle principal (et a été peu primé de manière générale).

itikar
Batailles pour Amon Sûl
Batailles pour Amon Sûl
Avatar du membre
Messages : 19982
Enregistré le : mer. mai 30, 2012 5:24 pm

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar itikar » ven. avr. 17, 2020 10:25 am

Brad Pitt aurait mérité plusieurs statuettes, pensons par exemple à sa prestation dans Fight Club, mais aussi dans l'Armée des douze Singes - ok, c'était dans un second rôle - comparé à celui de Bruce Willi - mais quelle interprétation ! - et bien sûr dans once upon a time ... Et je rajouterais dans Seven, True Romance, Inglorious Bastard, Troie, Rencontre avec Joe Black, et Entretien avec un vampire ! Un des plus grands, capables de changer de rôle et de personnalité comme de gants !

Je pense que, un peu comme Leonardo Di Caprio, son côté sex symbol l'a desservi et le fait qu'il s'agit de films orienté pop culture principalement ... mais il n'a pas joué son dernier mot il sera récompensé à sa juste démesure un jour ou l'autre je pense ;)
Garçon.
"N'avez-vous donc point d'espoir ?" dit Finrod.
"Qu'est-ce que l'espoir ?" dit-elle. "Une attente du bien, qui, bien qu'incertaine, se fonde sur ce qui est connu ? Alors nous n'en avons pas."
"C'est là une chose que les Hommes appellent 'espoir'... "Amdir l'appelons-nous, 'expectation'. Mais il y a autre chose de plus profond. Estel l'appelons-nous.

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 106245
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Scarabéaware » ven. avr. 17, 2020 12:15 pm

Il lui faudrait un film avec un personnage qui souffre bien, un peu comme DiCaprio dans Revenant :mrgreen:.
Lao Tseu a dit il faut "couper la tête" de tous les esclaves pour leur faire "trouver la voie".


Bombur
Eveil au 7ème sens
Eveil au 7ème sens
Avatar du membre
Messages : 43559
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Bombur » mar. mai 05, 2020 3:50 am

Ah, mais quel film ! Peut-être même bien mon Tarantino préféré après Pulp Fiction :D !

Somewhere
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 65218
Enregistré le : lun. nov. 12, 2012 12:08 pm
Localisation : Dans les étoiles du Bas-Rhin
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Somewhere » mar. mai 05, 2020 8:44 am

Ah oui ? Moi il va plutôt dans le bas des Tarantino. :mdr:
~ Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ~

Mes tops et classements divers sur le forum :


phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343270
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar phoenlx » mar. mai 05, 2020 9:31 am

Moi ça reste Kill Bill mon préféré, je n'arrive désespérément pas à retrouver un Tarantino qui me redonne les mêmes sensations (et c'était le premier que j'ai vu !!)
Bon j'ai aimé Once Upon a Time .. in Hollywood, mais pas du tout au même niveau c'est clair. je dirais qu'il est dans la moyenne des Tarantino post 2003
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Eveil au 7ème sens
Eveil au 7ème sens
Avatar du membre
Messages : 43559
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Bombur » mar. mai 05, 2020 10:59 am

Somewhere a écrit :Ah oui ? Moi il va plutôt dans le bas des Tarantino. :mdr:
Ah oui, clairement ! Les personnages sont géniaux, et même à l'échelle tarantinesque, le final est ultra cathartique (et je m'attendais pas au coup du lance-flamme :rire: ) !

Kill Bill est très bon, mais rien à faire, son héroïne ne passe toujours pas chez moi.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343270
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar phoenlx » mar. mai 05, 2020 11:14 am

c'est sûr que quand on bloque sur un personnage c'est dur d'accrocher à un film, mais il n'y a pas qu'Uma Thurman (ou la mariée, bref) dans Kill Bill, même si elle est centrale.

Autrement j'ai beaucoup aimé aussi le final de Once Upon a time in Hollywood :mrgreen:
En fait ce film fonctionne un peu sur le même modèle qu'Inglorious Basterds, mais avec une ambiance et un contexte très différent : Tarantino prend des évènements de l'Histoire qui se sont réellement passé, et il modifie le déroule et notamment le final à sa sauce, il se venge, comme tu l'as dis c'est cathartique, c'est le mot parfait je pense. En tout cas pour lui (je ne sais pas si ça fait cet effet sur chaque spectateur)
En fait sa manière de parler d'un drame à lui, j'ai l'impression que c'est de changer l'issue, de tuer les criminels, ou Hitler dans l'autre film, avec un côté exagéré propre à son cinéma, c'est clairement à prendre comme une bonne tranche de déconnade. on pourrait lui reprocher de ne jamais être sérieux, mais c'est tout un concept :mdr:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Eveil au 7ème sens
Eveil au 7ème sens
Avatar du membre
Messages : 43559
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Bombur » mar. mai 05, 2020 11:36 am

c'est sûr que quand on bloque sur un personnage c'est dur d'accrocher à un film, mais il n'y a pas qu'Uma Thurman (ou la mariée, bref) dans Kill Bill, même si elle est centrale.
Oui, heureusement :lol: ! Pour ça que je l'aime bien quand même.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 343270
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar phoenlx » mar. mai 05, 2020 11:40 am

En fait je crois que ça m'a fait la même chose pour Inglorious Basterds mais à cause de Mélanie Laurent :rire:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Bombur
Eveil au 7ème sens
Eveil au 7ème sens
Avatar du membre
Messages : 43559
Enregistré le : jeu. mars 29, 2012 10:08 pm
Localisation : Belgique
Gender :

Re: Once Upon a Time... in Hollywood (de Quentin Tarantino)

Messagepar Bombur » mar. mai 05, 2020 11:46 am

Ah tiens, elle, perso j'ai aucun souci, par contre :lol: .


Retourner vers « Les films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité