Titanic (de James Cameron)

Tout sur le septième art et la télévison.
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Titanic (de James Cameron)

Messagepar phoenlx » sam. nov. 26, 2005 11:19 am

Image

J'avais envie d'écrire sur ce film ! Il est tellement décrié aujourd'hui, surtout depuis cet engouement presque irrationnel pour Leonardo Di Caprio (acteur par ailleurs très bon mais désormais un peu catalogué "acteur à minettes") par des petites fanes pas toujours cinéphiles dans l'âme il faut l'avouer qui étaient parfois retournées voir le film 15 fois, ça prêtait pas mal à rire :mrgreen: un film qui fut à l'époque adulé par certains, détesté par d'autres, je crois que trop de passions se sont déchainées dans un sens ou dans l'autre sur Titanic ... Pour ma part j'avais beaucoup aimé ce film à sa sortie, mais très vite les critiques de parents, amis, sur les forums et autre m'en ont dégouté et je l'ai refoulé dans un coin de ma tête, ce qui est dommage. N'y a t'il pas eu une part de jalousie ? trop de succès alors on descend le film ? assez classique ... Aujourd'hui je lance une opération de rattrapage par ce petit article !!!

A la base je crois que j'étais prédestiné à aimer ce film, par ses thématiques, la mer, les grands paquebots, le genre du film catastrophe que j'ai toujours bien aimé. J'avais toujours été fasciné , comme beaucoup de monde je suppose par la fin du plus grand paquebot transatlantique de l'Histoire de l'humanité (enfin je crois.. le Great Eastern n'etait il pas plus grand ? je sais plus bref). Les paquebots c'est quand même une grande époque des voyages maritimes qui nous font tous rêver et qui aujourd'hui est révolue. Rien qu'à l'annonce d'un nouveau film sur ce thème, j'en salivais à l'époque. Et encore plus en apprenant que c'était un film de Cameron (j'en étais resté à son tonitruent Terminator 2 quelques années auparavant, un de mes films cultes, sans doute mon film préféré avant que ne sorte Titanic)

La fin du Titanic avait donné lieu auparavant à des adaptations pour le cinéma pas toujours des plus prenantes. Qu'allait en faire James Cameron, voilà une question qui m'a vraiment poussé à me ruer dans la salle obscure. Un romantisme bien comme je l'aime émane du film par ailleurs avec cette fameuse histoire du couple Jack / Rose (aujourd'hui je revois le film un peu différemment mais à l'époque j'étais moi-même en plein dans ma période de l'adolescence ça a du jouer un peu j'avoue !!) mais je vais tenter de vous faire palper pourquoi au delà de tout ces aspects ce film comporte bien d'autres qualités qui poussent aux applaudissements, quoiqu'en pensent les moqueurs. Et pourquoi je trouve que les critiques de certains ont été vraiment sévères) Titanic a d'ailleurs récolté énormément d'oscars (battant tous les records et égalé uniquement par le seigneur des anneaux et Ben Hur, c'est pas rien !!) alors : succès injustifié Titanic ? Je ne le pense pas.

Avant d'enchainer avec mon commentaire, je poste une illustration de la fin du paquebot

Image

Titanic est un film que j'avais vu pour ma part au cinéma, à Montparnasse, sur très grand écran avec le son de qualité dans un super ciné parisien, de quoi bien profiter du spectacle à l'époque, et ce fut heureux (même si je prend encore beaucoup de le plaisir à le revoir sur mon projo à la maison, l'expérience de la salle obscure restera unique un peu comme les seigneur des anneaux, c'est vraiment un film qui gagne à être vu au ciné) c'est un vrai spectacle total, rien que pour l'aspect film catastrophe. On est immergé, on vibre comme si l'on était nous-même les protagonistes de ce naufrage du siècle.

Gros point fort du film pour commencer le casting : les acteurs jouent très bien (indépendamment même du couple Kate Winslet / Léonardo Di Caprio qui est polémique pour certains apparemment ^^ ) , ils nous font vivre l'expérience comme si on y était. Mentionnons par exemple Gloria Stuart, Billy Zane, Victor Garber, tous , y compris et surtout les rôles secondaires, donnent du piment à ce long métrage de grande qualité, c'est un film globalement magnifiquement interprété.

Un acteur comme Bernard Hill qui joue le capitaine du paquebot (pour ceux qui ne l'ont pas remarqué je rappelle que le roi Théoden dans le seigneur des anneaux, c'est lui aussi :mrgreen: ) est vraiment un très bon acteur même si ce n'est pas ici forcément le plus présent à l'écran. Revoir le film maintenant APRES le seigneur des anneaux me touche encore plus du fait de la présence de cet acteur que j'aime bien. Le capitaine qui meurt avec son navire et très attaché à lui c'est un thème déjà vu mais qui remue les tripes (il y a presqu'un côté albator :lol: ) Bon je n'ai évidemment jamais vécu de naufrages (heureusement !) dans la réalité pour voir si les choses se passent vraiment ainsi et sans doute que non, c'est une vision très romantique (pas que pour l'histoire d'amour mais pour tout, jusqu'à l'époque fin romantique) mais le charisme d'acteur de Bernard Hill nous émeut dans les moments finaux, l'homme qui fait corps avec sa bête de métal, c'est la symbiose parfaite du capitaine et de son bateau, dans la vie comme dans la mort ils ne se quittent pas. Tout ça m'a bien ému

Ci-dessous : l'acteur Bernard Hill
Image

Le film bénéficie par ailleurs d'une belle construction narrative, dans la manière d'amener l'histoire, d'enchainer les faits et de dérouler le récit, à travers cette grand mère (Rose) qui prend contact avec le fouilleur d'épaves au temps présent, pour ensuite lui raconter sa propre expérience que le spectateur va vivre en flashback un peu comme ceux qui écoutent le récit dans le film. Plutôt sympa comme idée. L'histoire d'amour est loin de desservir le film c'est au contraire une manière de plonger le spectateur dans l'ambiance du grand paquebot, et de le voir sous tous ses angles et à travers toutes ses catégories sociales (les pauvres comme Di Caprio, et les bourgeois comme Rose)

Image

Venons en à cette fameuse histoire d'amour :mdr: Certains disent qu'elle est gnian gnian. peut être ! avec le recul je le pense un peu aussi (moins à l'époque de sa sortie, j'étais vraiment dedans !) c'est une critique qu'on a sans cesse entendu. Elle est peut-être un peu naïve, trop à l'eau de rose, cette histoire certes, de par ces scènes de romance qui s'éternisent (le film est très long : 3h14) mais c'est sans doute sa longueur qui renforce aussi l'effet d'immersion, nous permettant de voir et appréhender la traversée puis le naufrage sous chaque aspect, à travers les moindres personnages, passagers, matelots, équipage, l'insouciance des uns, les conditions de voyage plus difficiles des autres, à la fin : tout le monde dans la même galère, nous rappelant qu'on est vraiment très petits face au destin. Le réalisateur James Cameron nous embarque durant plus de 3 heures dans un sacré trip fait d'amour et de mort, de romance et de frayeurs, de torrents d'eau au milieu du bruits métalliques (si caractéristiques de son cinéma, ah la mer, la femme, le métal et l'eau, et cette couleur bleue, comme l'eau, c'est tellement cameronien même dans certains de ses films précédents. Titanic est un film où on ressent bien la patte Cameron, mais à l'époque, je ne m'en rendais pas compte car j'avais vu peu de films encore du réalisateur et je ne l'analysais pas.

La romance est je trouve un beau prétexte, un bel outil pour nous plonger dans cette histoire, qu'elle accroche le spectateur ou non. Je comprend que certains aient du mal à faire abstraction d'elle, s'ils ne l'aiment pas, mais elle a touché énormément de monde à l'époque, et sans elle il aurait fallu inventer autre chose pour nous capter durant autant de temps, sans que ça devienne rébarbatif. Faire un simple film catastrophe basique, aussi bien réalisé soit-il avec de beaux effets spéciaux, je ne suis pas certain que ça aurait si bien fonctionné.

Enfin, il faut aussi rappeler à ceux qui pensent que ce serait trop romancé que c'est le récit d'une personne bien âgée, une grand mère (et capable de déformer la réalité !! ^^ ) ce qui "excuse" un peu certaines longueurs et aspects du scénario pour ceux qui n'ont pas été perméables à toute la magie de ce film. En fait on n'est pas obligé de croire que tout est vrai, ça peut être un peu déformé comme un beau récit d'une personne qui sublime ses souvenirs, je trouve en fait ça subtil et beau. Un peu comme lorsque Tim Burton dans le film Big Fish nous raconte la vie de son père sous forme de conte de fée, c'est à la fois vrai et embelli, c'est à la fois un conte et la vie réelle, en faisant ça, Cameron a surtout voulu rendre hommage au grand paquebot avant tout et à toutes ces personnes qui ont vécu leur dernière traversée, qui ont du vivre des belles histoires diverses, peut être des rêves, et qui ont disparu ensuite. J'aime cette démarche non seulement pour le côté immersif produit sur le spectateur mais c'est une belle manière d'honorer ces gens qui ont vécu quelque chose de terrible, à travers un film qui fait rêver, et véhicule plein de choses. Les thèmes je vais y venir. Cameron élève cette histoire au rang de mythe, ce qui en fait je trouve un superbe film populaire, romantique, ce n'est plus seulement un récit historique mais une légende, le Titanic n'est pas un navire comme les autres, c'est devenu (de fait) une légende, qui attire tous les fantasmes.

C'est une manière d'élever un peu une histoire réelle à la hauteur du mythe, et pour ma part j'aime bien l'idée d'utiliser cette romance, même si elle sonne visiblement un peu fausse à certains. Certains passages de ce film m'ont fait penser à Autant en emporte le vent. Après c'est subjectif, j'avoue aussi que je trouve certains passages un peu niais aussi à la revision mais bon :mrgreen:

Image
Cameron (ci-dessus photo du réalisateur) est un cinéaste que j'admire vraiment et que j'avais connu à travers le génial Terminator 2 avec Schwarzy, autre film culte de mon adolescence, quel gros choc que ce film ! Comparer ces deux films peut être intéressant car on retrouve dans Titanic certains thèmes déjà vus dans Terminator, ou dans d'autres films encore plus anciens du réalisateur comme Abyss, tels l'importance de la technologie dans le destin des hommes, l'importance de la femme (on a souvent des femmes fortes dans ses films, pensons à Ripley de Alien, Sarah Connor ..), le thème de la mer dans le cas de Abyss évidemment, le thème de l'ambition technologique qui se retourne contre l'homme etc. Le film est aussi un prétexte à dénoncer l'inégalité des classes et le danger de la société technologique ...

Le film nous rappelle le risque de la démesure et où peut conduire l'ambition des hommes poussée à l'extrême. Il nous met en garde sur le fait de vouloir faire de l'argent sur la vie et la sécurité des gens (thème très actuel mais j'ai l'impression qu'on n'apprendra jamais..) Qu'est-ce que le Titanic sinon un monstre dans tous les sens du terme, en taille, en beauté, en luxe, en vitesse, bâti pour battre tous les records, au final il aura surtout battu tous les records de l'horreur en terme de vies humaines sacrifiées, d'existences brisées. L'homme qui cherche à réaliser un projet qui le dépasse, à s'élever à hauteur de Dieu ou des dieux, ça m'évoque un peu le mythe de la tour de Babel. Lorsque le retour de bâton arrive il est malheureusement terrible. C'est d'ailleurs exactement comme dans Terminator lorsque les machines cyborgs, création géniale en soi des humains, se retournent contre leurs créateurs (ce qui rappelle aussi le mythe du golem). Ces thématiques semblent chères à Cameron et à son cinéma, et ce film est bien évidemment à replacer dans tout ce contexte thématique du cinéaste.

Une vibrante leçon de vie caractérise aussi ce film à mon sens : il faut savoir gouter à l'instant présent car nul ne sait de quoi l'avenir sera fait !
La fin de Jack, je n'ai pas peur de le dire, m'avait tiré des larmes à l'époque et Kate Winslet (Rose) au moment où elle le lâche dans l'eau à la fin du film joue vraiment très bien. Cette scène ne peut que remuer le spectateur

Terrible aussi est cette scène finale lorsque les canots survivants cherchent d'éventuels autres rescapés, scène sublimée par la petite musique assez triste. C'est comme un rêve qui se noie, mais le fait que Rose plus tard raconte à sa manière son histoire (laquelle nous est transmise en film ^^ ) c'est une manière de ressusciter le rêve, de le transmettre, le mythifier et tous ces espoirs que les deux amoureux partageaient sur le navire ! Comme un conte, une légende racontée à quelqu'un, Cameron a décidé avant tout de magnifier le paquebot et de le faire passer dans la légende, c'est ça qui est très subtil. Contrairement aux apparences, les personnages centraux ne sont ni Rose ni Jack, c'est le paquebot, c'est lui, la vedette de cette tragédie. Symbole d'un certain rêve américain, rêve d'une nouvelle vie, comme Léonardo Di Caprio larguant ses attaches pour partir aux States le nez au vent, les scènes d'intro sont également très belles, invitent au voyage, au départ, à l'évasion. puis par la suite, symbole de cauchemar et d'horreur. C'est un film qui nous fait passer par énormément de sentiments contradictoires.

La division du film en deux moitiés très différentes dans leur atmosphère correspond bien à ça. On a une première moitié idyllique (c'est le cas de le dire ^^) une autre terrifiante, pleine de bruit, de fureur, de mort, le destin qui frappe en pleine mer sous la forme d'un iceberg mal placé. Le Titanic c'est un monstre terrible, implacable , une épée de Damoclès qui brise des vie mais paradoxalement aussi le synonyme de rêves de grandeur et l'une des réalisations les plus belles que l'Homme ait jamais accomplie. Tout ça, c'est palpable dans le film, dans sa longueur, dans son alternance d'atmosphères, dans les destins croisés des personnages, dans les joies qui se muent ensuite en pleurs, beaucoup de réalisateurs auraient pu traiter ce thème avec les mêmes aspects "gnian gnian" comme disent certains, mais en passant beaucoup plus à côté de l'essentiel, pour ma part j'ai trouvé que Cameron est très bien parvenu à jongler entre ces différents aspects, même si par moment c'est un peu too much.

Cameron ne s'est pas moqué du public comme j'ai pu l'entendre, il n'a pas fait un film commercial, il a fait un film très riche, très long et complexe, très complet, très beau et romantique, en plus de générer un spectacle énorme sur fond de film catastrophe et de naufrage. Un film historique qui nous parle d'un paquebot du passé, des moeurs de 1912, de la folie et de la démesure des hommes, un vrai travail d'orfèvre. Mention très bien aussi à tous les costumiers qui ont travaillé au film, aux réalisateurs des décors, aux figurants qui se sont investis sans doute comme des fou ça a pas du être simple. Le film , très romancé (dans les deux sens du terme^^) s'élève aussi parfois à la qualité d'un documentaire , comme toutes ces scènes dans le temps présent au début du film où le bathyscaphe visite l'épave du grand paquebot, ce sont bien sûr des images du vrai Titanic pour la plupart. Ensuite la reconstitution du paquebot est très minutieuse et rigoureuse.

Il y a tout dans ce film , des émotions , une reconstitution très fine, une ambiance de tragédie, bons acteurs, superbe réalisation, musiques excellentes, les 3 heures passent paradoxalement comme un éclair. Les effets spéciaux sont bluffants aussi et je trouve qu'ils n'ont pas vieilli. On a vraiment l'impression d'être sur un grand paquebot, à aucun moment on a l'impression d'être dans de faux décors. Idem après le naufrage, par exemple lorsqu'ils sont dans les barques à la fin et qu'ils voient le paquebot s'enfoncer dans la mer. On ressent presque l'impression de froid et de solitude au milieu de l'océan immense et glacial, c'est saisissant, je me rappelle encore de mon impression dans la salle en voyant ces scènes j'étais terrifié comme si j'étais sur place, sur grand écran c'est très immersif, mais ces scènes perdent un peu il est vrai quand on revoit le film devant la TV.

Je voudrais aussi réagir sur la BO de James Horner le compositeur du film elle est sublime c'est une de mes BO de cinéma préférées (même si la chanson de Céline Dion, à force d'être rabâchée et diffusée sur toutes les ondes et à la TV a fini par lasser les plus endurcis, moi le premier je l'avoue !!) A l'époque je m'étais empressé d'acheter le CD, et avant ce déni général je me plaisais souvent à l'écouter, il y a des morceaux vraiment beaux, dont celui consacré à Rose décliné en plusieurs versions tantôt assez gaies tantôt mélancoliques, et avec divers instruments dont le piano, j'adore le travail d'Horner sur cette oeuvre. Les morceaux de Southampton correspondant à l'appareillage du navire sont également très prenants.

ci-dessous : James Horner à la cérémonie des oscars
Image

On peut aussi pour finir évoquer la fameuse scène de nu et du tableau, une scène qui a été parfois un peu moquée par certains spectateurs, un peu fantasmatique pour d'autres, elle est importante aussi : à la fois pleine de douceur, de poésie, très soft et subtile (jamais vulgaire comme ça aurait pu être le cas) c'est une scène aussi essentielle au film par cet espèce de lien qu'elle entretient entre le passé et le présent, c'est un fil conducteur, un prétexte et une subtilité narrative : le Titanic n'existe plus qu'en des objets, des tableaux retrouvés , la valeur sentimentale de cette toile pour Rose grand mère doit être plus que précieuse, comme tous ces objets retrouvés dans l'épave pour les survivants réels. C'est le seul lien qu'ils peuvent avoir, une manière de figer le Titanic lui-même dans l'éternité.

Un chef d'oeuvre donc que ce film :mrgreen: Cameron est un grand indéniablement. Titanic doit être l'un des films les plus descendus de l'histoire du cinéma, et il fallait un peu que je m'y frotte et que je rectifie par ce modeste commentaire cette injustice parfois les critiques à l'égard de ce film m'agacent. ca me donne tout à coup très envie de le revoir, après plusieurs années de refoulement !! Bon et puis outre tous ces aspects, je ne sais pas si ça a joué, mais j'avais vu ce film peu de temps après avoir perdu la seule grand mère que j'ai connu, c'est peut être un peu dans ma tête mais à l'époque j'avais fais le lien en tout cas, on est tous très triste lorsqu'on perd une grand mère, moi j'avais été presque dévasté pendant quelques temps. Le film m'avait soulevé des questionnements curieux comme : comment pouvait être la jeunesse de ma grand mère (qui aurait eu à peu près le même age que Rose ) ? Quels mystères et bons souvenirs emporte t'elle avec elle à jamais ? Je ne sais pas si ça a accru le flot d'émotions qui m'ont prises de partout en allant voir ce film, mais peut-être. Parfois, dans l'inconscient humain, il se passe des choses bizarres et je l'analyse après coup.

L'actrice Gloria Stuart
Image

J'en profite pour rendre hommage à ma grand mère décédée à travers ce post , où qu'elle soit à présent, elle qui m'a tant apporté.
Hommage aussi à cet immense réalisateur qu'est Cameron, facteur de rêves , c'est mon deuxième réalisateur culte de ma jeunesse après Spielberg (et qui depuis a pas mal supplanté ce dernier, avant d'être lui-même un peu supplanté dernièrement par peter Jackson :mrgreen: Tous ses films sont absolument magnifiques , c'est souvent du cinéma total , du grand spectacle plein d'émotions, du dépaysement, des émotions des larmes, un peu de rire par moment aussi, des ambiance immersives comme je les aime qui nous font réfléchir sur la réalité et qui font émerger de vrais personnages ( le T800, le T100, Jack, Rose, le personnage de Ed Harris dans Abyss etc ..) Cameron sait créer des héros qui marquent les esprits et entrent dans la légende, fussent-ils parfois controversés. ça aussi c'est la marque des grands.

phoenlx
Modifié en dernier par phoenlx le jeu. déc. 02, 2010 1:11 pm, modifié 1 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

guycool
Les 5 anciens pics de Rozan
Les 5 anciens pics de Rozan
Avatar du membre
Messages : 178
Enregistré le : mer. mai 04, 2005 10:53 pm
Localisation : Yvelines 78
Contact :

Messagepar guycool » sam. nov. 26, 2005 4:39 pm

ah, moi, je devais avoir 9 ans quand je l'ai vu, mais j'avais vraiment aimé, pas à cause de léonardo que j'aimais pas spécialement à ce moment là, mais pour à peu près toutes ls raisons que t'as donné.. et puis, avec toutes les critiques qu'il y a eu, j'étais dans ma période la + influençable je pense, alors je m'en moquais aussi, mais depuis , pareil, j'ai changé d'avis, et j'aime bien... j'irais pas jusquà dire comme toi que c'est un excellent film, mais un bon film en tout cas. après être passée par une periode de mépris pour léonardo le "lover" de titanic et roméo et juliette, je me suis mise à vraiment l'aimer finalmement avec arrête moi si tu peux, et un peu pareil pour kate winslett que jai redécouverte dans raison et sentiment, et surtout dans ce film que j'ai trouvé génial, eternal sunshine of the spotless mind... enfin tout ça pour dire que j'aime bien titanic, et que je ne fais plus partie de ceux qui le dénigre!yepee! :wink:
j'aime mieux pondre un oeuf, que voler un boeuf

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » sam. nov. 26, 2005 6:14 pm

Ben moi en fait par contre Catch me if you can j'avais bien aimé (sur le moment disons .. ) mais c'est pas un film qui m'a plus marqué que ça

Eternel sunshine là j'avais été le voir avec un pote qu'a adoré, tout le monde a d'ailleurs adoré ce film mais moi j'allais m'endormir (pourtant j'aime bien Kate Winslet !!)

Ya un excellent film avec kate Winslet il parait 'est heavenly creatures, l'un des films réalisés par Peter Jackson avec le seigneur des anneaux, faut à tout prix que je me le procure on m'en a dit du bien.

Leo Di capriori , parmi les trucs post Titanic , je retiens surtout La plage , et gangs of New York .. La plage pour son jeu d'acteur et des décors magnifiques (bon je l'avoue j'avais un faible en plus pour Ledoyen à l'époque mais ça m'est passé aujourd'hui elle m'énerve ! d'ailleurs tiens on la voit plus du tout ! ? )

gangs of new york gros film aussi. J'ai pas encore vu Aviator sinon.......
mais bon leo est un bon acteur ya pas de doute , pas un super super acteur non plus (ya eu clairement un engouement irrationnel à une époque) mais pas non plus de là a mériter les critiques comme ya eu )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

feedback
Blue Graad
Blue Graad
Avatar du membre
Messages : 6129
Enregistré le : mer. avr. 06, 2005 11:23 am
Localisation : A l'auberge
Contact :

Messagepar feedback » mer. nov. 30, 2005 11:51 am

Titanic le premier film que j'ai vu deux fois au cinéma... c'est dire si j'ai aimé! :oops:

d'abord l'histoire de ce paquebot, ça m'a toujours impressionnée car une telle machine si puissante si moderne qui coule au premier voyage, franchement je voulais en savoir plus...

les acteurs: d'abord di Caprio que je ne connaissais pas avant, je trouve son jeu trés juste il n'en fait pas trop
kate winslet idem mais elle joue encore mieux que di caprio
cathy bates j'aime cette actrice depuis Misery
bernard hill à l'époque je le connaissais pas, maintenant si :oops:
victor garber je le préfère dans Alias mais bon là il a un petit rôle!

et je suis pas prête d'oublier les salles complètes et les files d'attente interminables pour voir ce film :lol:

anecdote: j'étais dans la salle bien installée pour voir le film quand une bande de petits vieux arrive, avec les cannes et tout le toutim, et mon voisin qui sort "tiens v'là les survivants du Titanic"... :lol:
On a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. nov. 30, 2005 12:02 pm

ah ah ! eh ba tiens moi je me le suis justement commandé en DVD hier soir !
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

feedback
Blue Graad
Blue Graad
Avatar du membre
Messages : 6129
Enregistré le : mer. avr. 06, 2005 11:23 am
Localisation : A l'auberge
Contact :

Messagepar feedback » mer. nov. 30, 2005 12:03 pm

je l'ai mais en édition simple dvd...
On a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. nov. 30, 2005 12:08 pm

Moi je l'ai en k7 mais je l'avais revu une seule fois depuis mon unique vision en salle. (comme j'ai dis les critiques m'en ont dégouté en fait)

mais la j'ai plus de magnéto donc j'en profite un peu en ce moment pour rechoper des films que j'avais en k7, en DVD
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 08, 2005 2:17 pm

Je me suis retapé Titanic et les petits bonus de l'édition deluxe en DVD, c'est vraiment une belleédition je confirme

par contre j'étais un peu déçu on m'avait dit que les scènes supplémentaires étaient montées au film (que c'était une version longue, un peu comme les seigneur des anneaux) or non encore une fois (comme pour le DVd star wars par exemple) il faut voir les scènes ajoutées séparément. C'est dommage car certaines apportent des choses au film

Bon après l'avoir revu (ça faisait des années que je l'avais pas vu ce film !!) je dirais que j'éprouve une sensation bizarroïde. Je le ressens plus exactement de la même façon , mais c'est quand même un grand plaisir.

Et quelle BO !! James Horner vraiment au sommet de son art !!! Sinon ya certains passages qui sont vraiment très raffinés, très stylisés, au niveau des ambiances. Un passage par exemple comme celui ou Jack et Rose sont à la proue du navire , au crépuscule avant le naufrage (une des fameuses scènes souvent moquée) est d'une beauté à couper le souffle (au delà de son aspect nian nian pour certains) ...

Le crépuscule, le ciel un peu rose et la mer de la même couleur qui semblent se fondre dans une atmosphère mélancolique, on dirait le tableau d'un peintre ! et le film comporte pas mal de passages un peu comme ça. Du grand art .. sacré Cameron.

Sinon ya des petits docu sympa dans les bonus, notamment concenant les personalités réelles qui faisaient parti des passages et qui interviennent dans le film (physiquement c'est très troublant mais les acteurs leur ressemblent énormément ! ils les ont vraiment bien choisi !!)

concernant les décors , des interview des survivants réels du titanic, des images d'époque, et pas mal de vues des plongées réalisées par Cameron en 95 dans l'épave réelle du Titanic (la plupart des images qu'on voit au début du film correspondent évidement à l'épave réelle ...)

qq parodies aussi que j'ai pas visionné par contre ainsi que des petits docu sympa sur les effets visuels et la construction des décors qui ont servi à faire le film .. classique ...
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 08, 2005 2:18 pm

Image

Image
Modifié en dernier par phoenlx le jeu. déc. 08, 2005 2:21 pm, modifié 1 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 08, 2005 2:20 pm

qq autres photos du coffret

Image

Image

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

feedback
Blue Graad
Blue Graad
Avatar du membre
Messages : 6129
Enregistré le : mer. avr. 06, 2005 11:23 am
Localisation : A l'auberge
Contact :

Messagepar feedback » jeu. déc. 08, 2005 2:35 pm

j'adore kate winslet keske elle est belle dans ce film...

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 08, 2005 2:39 pm

Dans ce film ouais c'est clair (j'étais littéralement sous le charme !) en réalité je sais pas si elle est aussi bien lol comme beaucoup d'actrices d'ailleurs !!)

tiens sinon un site sympa (sur le film et le Titanic en général ) a voir avec le son c'est mieux !! ^^

http://perso.wanadoo.fr/titanic/
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

feedback
Blue Graad
Blue Graad
Avatar du membre
Messages : 6129
Enregistré le : mer. avr. 06, 2005 11:23 am
Localisation : A l'auberge
Contact :

Messagepar feedback » jeu. déc. 08, 2005 2:48 pm

avec le son au boulot c'est pas possible!!! :lol:

ma collègue se demanderait vraiment ce que je fais...

edit: je le connais ce site, déjà passée par là!!! trés instructif! :wink:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 08, 2005 2:57 pm

oui hein ! il est très complet ! je le connaissais pas moi je le découvre la
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

feedback
Blue Graad
Blue Graad
Avatar du membre
Messages : 6129
Enregistré le : mer. avr. 06, 2005 11:23 am
Localisation : A l'auberge
Contact :

Messagepar feedback » jeu. déc. 08, 2005 3:07 pm

on peut y voir des extraits de la liste des passagers du titanic, la liste des survivants...

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 08, 2005 4:17 pm

Image

C'est Peter Jackson qui l'avait révélé Kate ? dans Heavenly Creatures c'est ça? elle étai pas connue avant elle je crois?
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

feedback
Blue Graad
Blue Graad
Avatar du membre
Messages : 6129
Enregistré le : mer. avr. 06, 2005 11:23 am
Localisation : A l'auberge
Contact :

Messagepar feedback » jeu. déc. 08, 2005 4:17 pm

je crois que non... :D

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 08, 2005 4:20 pm

Il parait qu'il est merveilleux ce film aussi (créatures célestes) faudra que je me le mate un de ces 4..

Les critiques sur allociné sont assez rares mais dithyrambiques
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 02, 2010 1:14 pm

ya longtemps que j'ai pas revu ce film

Refoulé une première fois à cause du battage médiatique
redécouvert en 2005

et refoulé à nouveau récemment à cause d'avatar ( qui fait que Cameron depuis m'énerve, ça m'amuse de relire la fin de ma critique de l'époque :lol: ) Je pensais d'ailleurs pas que ma critique était si vieille (je vois plus le temps passer moi)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Madrygin
mur des lamentations
mur des lamentations
Avatar du membre
Messages : 4987
Enregistré le : mer. juin 04, 2008 3:47 pm

Messagepar Madrygin » jeu. déc. 02, 2010 2:09 pm

jamais accroché à ce film, mais c'est sans doute en contre réaction au battage médiatique qui a été fait autour. Cela dit j'ai bien aimé l'univers d'Avatar alors :mrgreen:
Groupie professionnelle

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » jeu. déc. 02, 2010 4:44 pm

Moi le battage aussi avait fini par me saouler (alors que j'avais adoré le film, c'est dire) Mais passé toute cette folie plusieurs années après je l'ai redécouvert et franchement c'est toujours le gros bonheur de le revoir. Réalisation impeccable, bon jeu d'acteurs, une BO que j'adore, des thématiques nombreuses (on a tort de le réduire à la romance) et à rapprocher des thèmes fréquemment abordés par Cameron ( la technologie qui se retourne contre l'Homme, la place de la femme dans son destin, la mer ) une réalisation et un esthétisme des scènes pour moi à couper le souffle (le bateau et sa reconstitution est yper réaliste) l'aspect film catastrophe (à mon sens l'un des meilleurs si ce n'est le meilleur de tous les temps, à vivre vraiment au cinéma ce que j'ai eu la chance à l'époque)

Et évidement cette romance après, à laquelle on peut accrocher ou pas (j'avais accroché) pour moi il mérite sa qualification de chef d'oeuvre et je dirais même que pour moi c'est le meilleur de tous les Cameron ( je place terminator 2 presque à égalité )

Avatar c'est celui que j'aime le moins, avec True Lies ( je place Piranha 2 à part :mrgreen: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Madrygin
mur des lamentations
mur des lamentations
Avatar du membre
Messages : 4987
Enregistré le : mer. juin 04, 2008 3:47 pm

Messagepar Madrygin » jeu. déc. 02, 2010 5:53 pm

True Lies je le trouve meilleur que l'original :lol: mais je ne lui trouve pas spécialement la "patte" Cameron (Piranha pas vu)
Groupie professionnelle

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Titanic

Messagepar phoenlx » lun. juin 27, 2011 3:18 pm

Une critique intéressante de Titanic

TITANIC LE CREPUSCULE DES DIEUX

On connaissait James Cameron pour ses films de science-fiction épiques qui, de Abyss à T2 en passant par Aliens, étaient parvenus a le distinguer au cœur de l'industrie hollywoodienne. Loin de l'esprit idyllique d'un Spielberg, le style de Cameron est sombre, apocalyptique, exploitant les aspects les plus angoissants des univers futuristes : comment oublier les champs de batailles de T2, les vertigineux fonds marins d'Abyss ou les gargouilles extraterrestres d'Aliens. Dans ces mondes dominés par des forces mécaniques maléfiques et écrasantes, les individus sont des survivants luttant pour préserver leur humanité. Sarah Connor dans T2, risquait à tout moment de basculer de l'autre côte et de devenir aussi froide, insensible et robotisée que le Terminator. Avec Titanic, pour la première fois, Cameron retrace un événement réel, une catastrophe qui a véritablement marqué notre civilisation. Pour le cinéaste l'enjeu que constitue Titanic est donc multiple, puisqu'il représente a la fois, un défi historique, humain et cinématographique.

Si le film se déroule au début du siècle et accorde une place prépondérante a la romance, il est cependant à 20.000 lieux de l'univers doucereux des adaptations d'Henry James ou Jane Austen. Pour mettre en scène sa superproduction historique. Cameron n'est pas allé piller la réserve de costumes des productions Merchant-Ivory. Le goût du détail du cinéaste, son perfectionnisme, atteint ici des excès vertigineux. Si, dans ses films de science-fiction. Cameron exploite des éléments tels que le feu, les métaux en fusion et l'éclat de l'acier, Titanic lui permet d'explorer d'autres matériaux. Pour le premier voyage du fleuron de l'Angleterre edwardienne, idole titanesque érigée à la technologie, chaque accessoire se devait d'être neuf et rutilant. Aussi sûrement qu'il exacerbait la chaleur de la lave ou l'obscurité claustrophobe des fonds marins, Cameron, dans Titanic, avive la densité du bois, nous éblouit par la rutilance du cuivre et le brillant des vernis.

A la vision des débauches de toilettes féminines sophistiquées, on mesure le travail colossal entrepris par la costumière Deborah L.Scott pour dépeindre la gentry du début du siècle dans Titanic. En effet, après la rigidité de l'époque victorienne, la femme anglaise connaît une période de libération. Les robes se font légères et plus colorées, et les aristocrates n'hésitent à en changer cinq fois par jour. On notera le soin particulier accordé aux chapeaux des "ladies". Ces pièces montées lourdes et complexes, aux entrelacements de rubans, sont déjà un symbole de l'orgueil de cette civilisation. Pour cette société imbue de ses privilèges et de son pouvoir. le "bateau des rêves" va devenir le "bûcher des vanités". Le Titanic est plus qu'un luxueux paquebot : une véritable ville flottante, avec ses palaces luxuriants, siège de l'élite, et ses quartiers pauvres où s'entassent les émigrés en partance pour les USA. La longueur de la première partie est nécessaire pour explorer ce labyrinthe socioculturel qu'illustrent a la perfection le dédale du navire. Nous arpentons les salles de réception et les suites impériales, descendons dans les

cabarets recrées par les passagers les plus démunis, avant de nous enfoncer dans les profondeurs du navire et d'y découvrir l'immense salle des machines, véritable "ventre de la bête". L'étalage inconsidéré des richesses a de tout temps été le signe de la décadence des empires et de l'imminence de leur chute. Cette thématique a été abondamment illustrée par le cinéma-catastrophe (La tour infernale, n'étant ainsi qu'une version contemporaine de l'histoire du Titanic), sans jamais atteindre cependant un tel degré d'intensité. Comment ne pas être indigné par la vision des secondes et troisièmes classes, bloqués par les membres de l'équipage, alors que l'aristocratie se ruait vers les canots ?

UN AMOUR AU LONG COURS

Titanic s'affirme avec audace comme un mélodrame. Le but du mélodrame n'étant pas, comme on serait trop souvent tenté de le croire, de mettre en scène une simple bluettes. II s'agit avant tout d'offrir au public la représentation la plus spectaculaire possible des sentiments. Pour le cinéaste Cameron, la catastrophe et le désastre sont des facteurs prédominants pour insuffler aux personnages et à leurs émotions, un caractère d'exception. N'oublions pas que T2 racontait également les terribles retrouvailles entre un fils et sa mère. Avec Titanic, James Cameron se révèle comme le digne héritier de Douglas Sirk, le maître du mélodrame, lui aussi amoureux des bolides et de la vitesse. Titanic raconte la rencontre de deux êtres : Jack Dawson, un artiste retournant en Amérique après un séjour en Europe, et Rose DeWitt Bukater, jeune fille de l'aristocratie voguant vers Philadelphie afin d'y conclure un riche mariage. Leur histoire d'amour, fulgurante, va aller contre les convention et briser les différences sociales. Leonardo DiCaprio (Mort ou vif, Roméo et Juliette) et Kate Winslet (Créatures célestes, Jude) forment un couple bouleversant d'enfants égarés.

Cameron ne se contente pas d'exposer les sentiments par le biais des dialogues ou du scénario. Jusque dans ses images les plus épiques et spectaculaires, le réalisateur parvient à préserver une dimension intimiste. Depuis T2, Cameron utilise les services de Jim Muro, réalisateur de Street Trash et virtuose de la SteadyCam (on lui doit les vues subjectives de Strange Days de Kathryn Bigelow). Le style énergique de Muro est aussi spécifique que celui d'un danseur : une grande souplesse visuelle sur laquelle souffle un frémissement qui scande l'image et lui impose son dynamisme. La caméra de Muro respire au rythme des personnages, entre en symbiose avec leurs mouvements, comme le démontre la course folle des amants à travers la salle des machines. L'Homme imprime la griffe de son humanité, et rehausse ainsi la dimension spectaculaire du cinéma de James Cameron. Ainsi, un mouvement de caméra virtuose s'ébauche-t-il sur le visage de Leonardo DiCaprio avant de s'élever pour révéler l'immensité du pont sur lequel évoluent des silhouettes, à la manière d'un ballet méticuleusement réglé. Le spectateur ne peut que se sentir impliqué et submergé face à ces décors grandioses, qui le dominent, menaçant de l'écraser ou de l'emporter vers des cimes insoupçonnées. En associant la passion et ses tourments à des images d'exception confinant au vertige, James Cameron renoue avec l'essence même du romantisme.

"Titanic" explique le réalisateur, "n'est pas seulement un conte moral - un mythe, une parabole ou une métaphore sur les faiblesses de l'humanité. C'est aussi une histoire de courage, de sacrifice, et par dessus tout d'amour."

QUELQUE PART DANS LE TEMPS...

C'est grâce à ce romantisme effréné que Cameron parvient à nous entraîner dans une dimension fantastique. Titanic relate un voyage dans le temps, la quête désespérée d'un amour perdu. Le film entier relate une histoire racontée par Rose, de nos jours, à l'équipe de scientifiques explorant l'épave du navire. Une situation par le truchement de laquelle Cameron nous offre une image magnifique : le visage de Rose, âgé, reflété par l'écran d'un téléviseur se superpose aux vues subjectives de la sonde évoluant dans les couloirs et les chambres immergées. Rose devient ainsi symboliquement, une âme errante, prisonnière du vaisseau-fantôme, ce palais ancré dans les fonds marins, rongé et blanchi par le sel. Ces plans du titan échoué, serviront de transition aux changements d'époque. Grâce à de très subtils effets digitaux, le Titanic rutilant de 1912 se corrompt sous nos yeux, se couvre de mousse et de lichen, retournant à son état spectral d'épave engloutie. Ces images, parmi les plus terrifiantes et merveilleuses du film, lui confèrent une force onirique aussi impressionnante que le cauchemar nucléaire de T2.

Le style vertigineux de James Cameron transforme le film en un voyage halluciné, tour à tour euphorisant et terrifiant. Le portrait de Rose retrouvé dans l'épave devient une porte sur le passé. Rose revit son amour mais évolue dans un présent condamné, hanté par une catastrophe à venir. Le temps semble avoir emprisonné les deux amants dans l'un de ses cristaux. Fougueux et gracieux, Leonardo DiCaprio ne peut qu'évoquer Peter Pan, l'elfe à la jeunesse éternelle. Rose est une autre Wendy, abandonnant sa vie ordonnée pour suivre l'enfant sauvage et les aventures qu'il lui promet. Kate Winslet, plus douce que les habituelles amazones du cinéaste, apporte son subtil mélange de sensibilité et de résolution à ce personnage qui choisit de se battre pour son amour. Les deux héros n'en finissent pas de voler au secours l'un de l'autre, de se soutenir sans fin au-dessus du vide ou au seuil de la mort. Comme dans Peter Pan, l'amour restera à jamais figé dans la jeunesse. A l'Intérieur de la machinerie gigantesque, ce qui a survécu au temps est un simple dessin, une fragile preuve d'amour. N'ayant jamais recours à la force physique, le personnage interprété par DiCaprio témoigne du projet du cinéaste : faire exister l'humain au cœur d'une gigantesque machinerie hollywoodienne et historique. Comme dans l'élan d'une communion intime avec son protagoniste fier et rebelle, Cameron a lui-même exécuté les croquis du jeune peintre. Cette implication dans les plus infimes détails apporte une indispensable dimension personnelle au cinéma de ce cinéaste.

LE BÛCHER DES VANITÉS

Ce romantisme de chaque instant ne surprendra pas les fans du réalisateur qui gardent en mémoire la résurrection de Mary Elisabeth Mastrantonio dans Abyss, avant tout spectaculaire par son pouvoir d'émotion. Plus surprenant est le parti pris esthétique adopté par Cameron. Là où l'on se serait attendu à de l'hyperréalisme, Cameron ose le factice, le merveilleux. Visuellement, Cameron multiplie les visions enchanteresses : paquebot fendant les flots précédé par un ballet de dauphins, voûte céleste scintillante, crépuscules rougeoyants en un flamboyant Technicolor. Aux instants les plus dramatiques, les images se parent d'une douceur inattendue, les teintes des murs et de l'eau qui envahit les couloirs épousent celles des cheveux roux et des yeux verts de Kate Winslet, madone échappée d'une toile que Raphaël aurait transcendé. Cameron est l'un des rares cinéastes contemporains à mériter le titre de visionnaire. A l'image des artistes du Moyen Age dépeignant l'Apocalypse ou comme les peintures mystiques de William Blake, le talent du cinéaste confine à l'apothéose par de saisissantes visions de chaos. L'archaïsme des machines renforce encore la sensation d'un enfer mécanique tel que Chaplin le décrivait dans Les temps modernes ou Lang dans Metropolis. La salle des machines, ressemble à un organisme de métal avec ses rouages monstrueux et ses pistons gigantesques. Le Titanic, symbole éphémère du triomphe de l'industrie, s'émaille alors d'une dimension mythologique. Les entrailles du navire abritent une fournaise, véritable forge de Vulcain travaillant pour les demi-dieux de l'aristocratie. Mais on ne peut concurrencer impunément les dieux : Poséidon, qui hantait les abysses, resurgit pour écraser les hommes sous le poids de leur vanité. A l'ultime instant du naufrage, une main divine semble littéralement briser le navire. Voir se dérouler sous nos yeux cet événement inimaginable, inspire une peur que l'on ne peut qualifier que de métaphysique. Le film réserve également des moments de pur plaisir dévoués à l'action : plongée dans des couloirs submergés, scènes de cliffhangers, et même, péché mignon du cinéaste, un inattendu gunfight. Ces péripéties sont centrées autour des personnages de Kate Winslet, Leonardo DiCaprio ou du "bad guy" Billy Zane. Cameron avec ce qu'il faut sans doute qualifier de pudeur, se refuse à transformer en simple spectacle les scènes de panique des passagers. Assurément par respect pour les véritables victimes de cette tragédie, Cameron ne retient de ces moments pathétiques de lutte pour la survie, que le chaos et la terreur.

Nous verrons les privilégiés se battre et se piétiner pour une place dans un canot de sauvetage. Avec délicatesse, le cinéaste évoque le remords des survivants, dont certains seront rongés jusqu'à leur mort, par une culpabilité dévorante, ainsi que le souligne mélancoliquement Rose, quêtant une absolution qui ne viendra pas. Pour évoquer l'agonie des ultimes naufragés, Cameron nous offre une des plus terrifiante et poignantes visions de ces dernières années : une mer des damnés, digne de Dante, sur laquelle, à perte de vue, flottent des bancs de cadavres livides. A la différence de Abyss (et si l'on excepte la partie contemporaine, proche du documentaire) nous ne nous aventurerons pas dans les profondeurs. Cameron travaille la perspective de la ligne d'horizon, nous faisant ressentir la solitude des immensités glacées. Rien ne pourra venir au secours des naufragés, échoués au milieu de nulle part, quelque part dans le royaume des ombres. Indubitablement, James Cameron a signé avec Titanic l'un des films les plus impressionnant de toute l'Histoire du Cinéma, renouant avec la démesure d'un Cecil B. De Mille ou le faste des productions Zannuck. Mais le spectaculaire ne prend ici son sens qu'en passant par le regard hanté du cinéaste. Titanic est une œuvre d'art ambitieuse que la reconstitution historique ne fige jamais, traversée de moments de folie et d'images surréalistes. Alors que Cameron travaille déjà à la pointe des images de synthèse pour Avatar, plongeons dans l'une des aventures humaines les plus incroyables et émouvantes du siècle.

Stéphane du Mesnildot

Paru dans L'Ecran Fantastique n°169.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Duramou
Maison du Verseau
Maison du Verseau
Messages : 1836
Enregistré le : mar. juin 14, 2011 12:48 am

Re: Titanic

Messagepar Duramou » lun. juin 27, 2011 3:42 pm

Titanic, je ne l'ai vu qu'au cinéma. C'est un film que j'ai bien aimé car je débutais dans ma cinéphilie et je me souviens encore des articles dans "Première". C'était le film le plus cher, les décors les plus spectaculaires et la chronique (démentie) d'un flop annoncé. Je ne sais pas si je l'apprécierai autant en le revoyant sur un écran de télévision. Contrairement à beaucoup DiCaprio, je l'ai suivi déjà bien avant Titanic qui a fait sa renommée. Je l'ai trouvé extraordinaire en Roméo impeccable en fiston de la grande Meryl dans "Simples secrets" et grand en Rimbaud qui fait tourner la tête de Davis Thewlis. Dans sa période post Titanic, je l'apprécie moins mais il assure quand même, il faut le reconnaître.
Kate rien d'autre à dire que "Je l'adore" . Elle est toujours fabuleuse et si tu n'as pas encore vu Heavenly creatures ne traine pas ! Je l'ai beaucoup aimée dans le Jane Campion, dans Jude ou Raison et sentiments dans lequel elle campe une splendide Marianne.

Ce que j'avais apprécié dans Titanic c'est que ce n'est pas un film catastrophe. D'accord la love story n'est pas d'une grande originalité mais ça passe merveilleusement.
Petite anecdote, un ami qui a voulu "casser le film" gratuitement, a critiqué le fait que l'on aperçoive le tableau de Picasso "Les Demoiselles d'Avignon" alors qu'il aurait été peint en 1916 et donc pas encore à l'époque du naufrage. Seulement s'il est vrai qu'il n'est "Montré" qu'en 1916 lors d'un salon, Picasso l'avait peint dès 1907. Comment se planter bien comme il faut... :super:
"L'art serait inutile si le monde était parfait."
Tarkovski

"La culture n'est pas un luxe, c'est une nécessité."
Gao Xinjiang

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Titanic

Messagepar phoenlx » lun. juin 27, 2011 6:12 pm

Kate rien d'autre à dire que "Je l'adore" . Elle est toujours fabuleuse et si tu n'as pas encore vu Heavenly creatures ne traine pas !


Si si je l'ai vu :mrgreen: ( Je voulais le voir surtout car c'était un Peter jackson d'ailleurs, un peu comme King Kong et plus récemment Lovely Bones. j'avais bien aimé mais sans être transcendé. Kate je l'aime beaucoup dans Titanic mais bizarrement, j'ai plus de mal dans d'autres oeuvres plus récentes. C'est Peter Jackson qui l'a révélé en tout cas.

Di caprio ne fait pas partie de mes 2-3 acteurs préférés ( moi je suis plus Anthony hopkins, Russel Crowe, Christian Bale, en tout cas jusqu'à récemment ) mais je trouve que c'est devenu un sacrément bon acteur , notamment dans certains films de Scorcese récents ( Shutter Island .. )

Mais dans Titanic au-delà même de la romance c'est tout le reste du film qui me parle, la réalisation, la patte cameronienne ( à son paroxysme ) Mes deux meilleurs Cameron resteront à tout jamais ce film, et Terminator 2 j'ai l'impression ( je fais partie des gros déçus d'Avatar ) Au cinéma quand je l'avais vu ce film c'était absolument énorme. Sur la télé l'aspect film catastrophe rend moins bien ( moi j'ai l'édition DVD collector et c'est une très belle édition cependant, au niveau bonus, et comme je revois le film avec un video projo, ça passe plutôt très bien, j'ai toujours un peu les sensations de l'époque ; c'est le genre de film j'ai l'impression qui ne vieillira pas ; J'évite aussi de le revoir souvent , comme beaucoup de films que j'adore, pour que sa vision ne soit pas altérée. C'est marrant de voir les réactions extrêmes qu'il a suscité, d'admiration hallucinantes et de haine énorme ( parfois des mêmes à quelques années d'intervalle ) Perso j'adhère complètement en tout cas.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Titanic

Messagepar phoenlx » dim. févr. 05, 2012 5:28 pm

Pour tous les fans ( et les autres aussi :mrgreen: )
cadeau , la bande annonce de la prochaine ressortie dans les salles de Titanic en 3D :



Bon moi je vais pas rater ça c'est obligé j'irai le voir :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meikai
L'arche de l'espoir
L'arche de l'espoir
Avatar du membre
Messages : 6177
Enregistré le : dim. mars 14, 2004 12:42 am
Localisation : Là où tu n'es pas
Contact :

Re: Titanic

Messagepar Meikai » dim. févr. 05, 2012 5:40 pm

Rhalalala j'étais jeune, ça me rappelle des (bons!) souvenirs !
Image
Le phénix est le symbole même de l'espoir, celui qui guérit les blessures, qui libère des charges les plus lourdes, puis fatigué de vivre, il meurt puis renaît. Il chante et déploie ses ailes avec une telle force qu'il s'enflamme.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Titanic

Messagepar phoenlx » dim. févr. 05, 2012 5:42 pm

:super: moi aussi sacré film quand même ( même si détesté par certains :lol: )
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 306357
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Titanic

Messagepar phoenlx » dim. févr. 05, 2012 5:49 pm

phoenlx a écrit :Un acteur comme Bernard Hill ( le capitaine du paquebot , pour ceux qui l'ont pas remarqué je rappelle que le roi Théoden dans le seigneur des anneaux, c'est lui aussi ^^ ) est vraiment très bon. Le capitaine qui meurt avec son navire c'est un thème déjà vu mais qui m'a toujours fasciné, j'ai évidément jamais vécu de naufrages (heureusement !) dans la réalité pour voir si ça se passe vraiment comme ça mais le charisme d'acteur de Bernard Hill nous émeut vraiment et est beau à voir dans le film, l'homme qui fait corps avec sa bête de métal , c'est la symbiose parfaite du capitaine et de son bateau, dans la vie comme dans la mort ils ne se quittent pas.


mdr ça me fait sourire de relire cette phrase ( par contraste avec l'autre capitaine lors du naufrage récent tragique en Italie, celui du Costa Concordia :roll:) le type s'étant carapaté et ayant laissé tous les passagers à leur sort , genre moi je me barre , démerdez-vous après moi le déluge Image

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet ... 6_actu.Htm
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Doctor Jones
Les Havres du Lindon
Les Havres du Lindon
Avatar du membre
Messages : 16117
Enregistré le : sam. janv. 29, 2005 12:06 pm

Re: Titanic

Messagepar Doctor Jones » dim. févr. 05, 2012 8:22 pm

Sa sera sans moi, je vais pas payer pour retourné voir un film que j'ai déjà vu au cinéma (surtout en 3D).


Retourner vers « Télévision, cinéma, séries »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité