Heureux comme Lazzaro

Tout sur le septième art et la télévison.
Meleor
dieu rebelle
dieu rebelle
Avatar du membre
Messages : 8553
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Heureux comme Lazzaro

Messagepar Meleor » ven. juin 14, 2019 8:32 pm

Image

Heureux comme Lazzaro (Lazzaro felice) est un film dramatique italien écrit et réalisé par Alice Rohrwacher, sorti en 2018. Le film est en sélection officielle au festival de Cannes 2018 et reçoit le prix du scénario.


Synopsis:

À l’Inviolata, un hameau agricole de Lombardie resté à l’écart du monde et du modernisme, règne la marquise Alfonsina de Luna. Elle vit dans une demeure décrépite et impose à 54 paysans, hommes, femmes et enfants, un servage de type médiéval à la technologie rudimentaire, et assume ouvertement cet esclavage avec l'aide zélée d'un comptable malhonnête, au prétexte que le peuple accepte la soumission. Lazzaro, un jeune paysan naïf et plein de bonté, lui aussi exploité par ses pairs, travaille dur sans protester. Il rencontre Tancredi, fils d'Alfonsina, jeune noble arrogant qui s’ennuie dans ce monde autarcique. Par jeu, Tancredi organise son propre enlèvement en demandant une rançon à sa mère pour fuir vers la ville. L'aide de Lazzaro à Tancredi scelle leur amitié.
Alors que Lazzaro chute d'une falaise et qu'il se trouve en présence d'un loup protecteur, la police italienne découvre l'escroquerie de la marquise, ce qui provoque un grand scandale régional sur l'esclavage moderne. Les familles de paysans sont libérées et les autorités promettent de les réinsérer dans la société urbaine voisine. Lazarro se réveille de son accident, retrouve l'Inviolata abandonnée de ses occupants et part à la recherche des siens et de Tancredi. Quand il les retrouve dans un bidonville, se livrant à de petits larcins pour survivre, ils ont vieilli de 30 ans alors que lui est resté jeune.




Meleor
dieu rebelle
dieu rebelle
Avatar du membre
Messages : 8553
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Meleor » ven. juin 14, 2019 8:46 pm

Critique de Slate:

https://www.slate.fr/story/161614/canne ... rohrwacher

Un miracle:

Comme son précédent film, Les Merveilles, le troisième long-métrage d'Alice Rohrwacher se déploie dans une société paysanne à l’écart du monde. Là restent en vigueur au milieu des années 1990 des mécanismes de domination d’un autre âge, auxquels souscrivent tous les protagonistes: la comtesse avide, son fils stupide et arrogant et le régisseur impitoyable qui en profitent, la communauté de paysans, hommes, femmes et enfants qui triment dans les champs de tabac. Parmi eux, Lazzaro est une sorte d’innocent que tous utilisent, et qui ne songe qu’à aider et obéir.
Ensuite, il adviendra bien des choses qu’il n’est nécessaire de raconter ni ici, ni à la campagne il y a vingt-cinq ans, ni en ville aujourd’hui. L’important est ailleurs: dans la richesse de chaque instant filmé par la réalisatrice.
Il se passe des événements extraordinaires dans son film, et puis souvent des choses banales, ou amusantes, ou effrayantes. Chaque moment est comme saturé de possibilités supplémentaires, chaque image vibre de l’attention précise et douce aux visages, aux brins d’herbe, aux souffles d’air. Chaque plan, tout en montrant, en racontant, recèle la promesse d'un nombre infini d'autres sensations, d'autres histoires. Si le film est bien le récit d’un miracle, c’est qu’il est lui-même miraculeux.

Autour de Lazzaro peuvent bien affluer des réminiscences venues de Buñuel, de De Sica, de Pasolini, d’Ermanno Olmi. Sa possible sainteté n’a pas plus à être décidée par le film, ou par ses spectateurs, que par les personnages. Il y a le mystère de ce qu’il est, de sa manière d’exister dans le monde. Et ce mystère engendre un tourbillon d’images, de mots, d’idées, de comique et de drame.
La réalisatrice ne se soucie ni de donner une leçon, ni d’affirmer une puissance fut-elle celle d’une artiste. Elle se contente de croire absolument, ingénument peut-être comme son héros, dans la force d’émotion et de suggestion du cinéma. C’est inexplicable, et d’une évidence absolue. C’est très beau.


critique de Bulles de Culture:

http://bullesdeculture.com/2018/11/cine ... acher.html

Après son Grand Prix au Festival de Cannes avec Les Merveilles (2014), Alice Rohrwacher refait sensation avec son film Heureux comme Lazzaro (Lazzaro Felice) en remportant cette année le prix du scénario. L’avis et la critique film de Bulles de Culture.


Heureux comme Lazzaro, un voyage dans le temps:

Tournée en Super 8, Heureux comme Lazzaro est une oeuvre hors temps marquée par une technique visuelle qui accompagne le bouleversement temporel de l’histoire. Grâce à cette caméra d’antan, l’image a un grain particulier, des imperfections qui sont pour le spectateur autant de madeleines de Proust qu’on ne voit plus avec le numérique. L’impression est de se situer hors temps. Il faut dire que la réalisatrice va semer le trouble en confrontant deux Italie. L’une est comme sortie du moyen-âge avec ses costumes burlesques, sa condition paysanne et ses titres de marquis. On est plongé dans un univers burlesque et imagé à la façn Emir Kusturica. Puis, à l’occasion d’un saut dans le temps suite au coma du protagoniste, on assiste à l’industrialisation de la grande botte. L’Italie devient moderne, mais laisse apparaitre une grande précarité. Les vassaux, autrefois assujettis, se livrent désormais à une libre concurrence dans un pays qui recherche l’économie. Leur liberté est le prix d’une précarisation à la façon Les Raisins de la colère (John Steinbeck). On découvre ces pauvres gens se battant pour trouver du travail lors d’enchères publiques pour négocier leurs salaires au plus bas. La réalisatrice s’inspire de l’histoire vraie d’une marquise de l’Italie centrale qui a caché l’abolition du métayage à ses travailleurs.

Interprétation fine d’Adriano Tardiolo:


Il y en a un qui ne change pas. Le simplet Lazzaro, au centre du récit, est l’oeil hagard d’une réalisatrice qui joue sur rôle de témoin. Dans des mondes qu’il ne comprend pas, le héros doit faire preuve d’adaptation aux évolutions des moeurs. Véritable pilier affectif de Heureux comme Lazzaro, le film doit beaucoup à l’interprétation fine d’Adriano Tardiolo. Cette distanciation avec la réalité du personnage permet à l’oeuvre de fleurter avec l’univers du conte. Cette longue fresque, témoin de l’évolution de l’Italie, est d’ailleurs tournée en deux temps. Les paysages de campagne sont captés dans la région de Viterbe, et à Castel Giorgio. La seconde partie montre l’industrialisation grâce à un tournage sur Milan, Turin et Civitavecchia. Heureux comme Lazzaro manque parfois de didactisme. Le rythme lent est susceptible de faire perdre le fil d’une histoire riche en symboles. Heureusement que le film ne manque pas d’humour pour raccrocher le public au conducteur de l’histoire lors de moments d’égarement.

Meleor
dieu rebelle
dieu rebelle
Avatar du membre
Messages : 8553
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Meleor » ven. juin 14, 2019 9:08 pm



Les Marches à Cannes 2018! :saute: :saute: :saute: :saute: :saute: :heureux: :heureux: :heureux: :heureux: :cool: :cool: :cool:

Meleor
dieu rebelle
dieu rebelle
Avatar du membre
Messages : 8553
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Meleor » sam. juin 15, 2019 6:21 am

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alice_Rohrwacher

Biographie:

Alice Rohrwacher est la sœur de l'actrice Alba Rohrwacher. Sa mère est une enseignante italienne et son père un violoniste allemand, devenu ensuite apiculteur en Ombrie. Elle fait des études de lettres à l'université de Turin. En 2011, elle écrit et réalise son premier film de fiction, Corpo celeste, présenté à la Quinzaine des réalisateurs lors du festival de Cannes 2011, et lui vaudra le Nastro d'argento du premier film.
Son film Les Merveilles est sélectionné en compétition au festival de Cannes 2014 où il reçoit le grand prix.
Le film Heureux comme Lazzaro (Lazzaro Felice) est en sélection officielle au Festival de Cannes 2018 et reçoit, ex-æquo avec Nader Saeivar et Jafar Panahi, le prix du scénario.
En 2019, elle est membre du jury au Festival de Cannes sous la présidence d'Alejandro González Iñarritu.

Filmographie:

2006 : Checosamanca (film documentaire collectif réalisé avec Andrea D'Ambrosio, Martina Parenti et Andrea Segre)
2011 : Corpo celeste
2014 : Les Merveilles (Le meraviglie)
2018 : Heureux comme Lazzaro (Lazzaro Felice)

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 309883
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar phoenlx » sam. juin 15, 2019 6:34 am

le scénario est plutôt accrocheur :D
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
dieu rebelle
dieu rebelle
Avatar du membre
Messages : 8553
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Meleor » sam. juin 15, 2019 7:07 am

Film présenté par Thierry Frémaux délégué du festival dans la programmation Cannes 2019 de Canal et par l'animateur Augustin Trapenard:

"La réalisatrice révélée à Cannes est une artiste vraiment singulière qui raconte à sa façon des histoires de son pays! avec son format aux coins arrondis avec le grain vintage de sa pellicule super 16, avec son scénario qui fait basculer le conte de fées dans la critique sociale heureux comme lazzarro est un film presque expérimental, Agnes varda quand elle était venue au cercle avait dit que c'était un de ses films préférés vous avez hésité à le sélectionner et de l'exposer au feu de la compétition?"

T.F:

"Non car la compétition cannoise est faite pour exposer des oeuvres qui explorent les limites qui explorent des formes nouvelles d'expression cinématographiques aussi parce que la personnalité dans la vie de cette réalisatrice italienne est la mème dans la vie réelle cet engagement pour ce film là c'est celui qu'elle a aussi dans la vie et elle se pose des questions sur l'avenir du monde, elle tente des choses c'est une pure artiste et quand elle fait du cinéma en employant cette matière pellicule elle en fait un objet si insolite qu'il est de notre devoir et c'est mème une évidence de le sélectionner en compétition et d'ailleurs elle a eu un prix!"


"2 films italiens en compétition en 2018 l'autre étant dogman de Matteo garrone, les deux ayant reçu un prix est-ce que le cinéma italien a retrouvé sa place dans le paysage cinématographique mondial?"


"Oui le cinéma italien avec Matteo Garrone, Alice Rohrwacher , avec Paolo sorrentino aussi souvent présent récemment à cannes, avec toujours les grands anciens valeureux comme Bellochio, Nanni Moretti, le cinéma italien reste un grand grand territoire de création, il avait en effet perdu pied en effet mème sur le plan industriel parce que Berlusconi et ses télévisions et Berlusconi en tant qu'homme d'état avait un peu cassé la machine mais on voit bien que un pays avec une telle histoire finit toujours par faire éclore des fleurs nouvelles mème dans des régions ou on aurait pas soupçonné qu'il puisse le faire"

"détail technique cette année en 2018 le prix du scénario avait été remis à deux films ex-aquo, vous avez deux exemplaires de chaque trophée au cas ou?"


"Oui oui, le réglement est très précis on a droit qu'à un seul ex-aequo donc on a pile le bon nombre de trophées mais il est arrivé comme par ex quand Léa seydoux et adèle Exarchopoulos ont reçu la palme d'Or à égalité avec Abelatif Kéchiche pour la vie D'adèle là on avait qu'une de palme d'or donc elles les ont reçu quelques mois plus tard!"

Meleor
dieu rebelle
dieu rebelle
Avatar du membre
Messages : 8553
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Meleor » sam. juin 15, 2019 7:09 pm

Le scénario je sais pas trop c'est plus l'ambiance de fable onirique l'important à mes yeux! :D

Scarabéaware
Le conseil d'Elrond
Le conseil d'Elrond
Avatar du membre
Messages : 89286
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Scarabéaware » sam. juin 15, 2019 11:23 pm

Décidément elle est bien attachée à du monde paysan avec un côté très à l'écart de la société, après là c'est pour nous donner encore une autre approche avec cette forme d'esclavage qui sévit :?. Y a de quoi être curieux de voir ce que ça peut donner avec l'histoire donnée et bon on peut deviner un peu ce qu'il en est avec son réveil et que lui n'ait pas vieilli je pense :mrgreen:.

Bref, je verrai à un moment, en tout cas j'avais bien aimé son film Les merveilles :D.

Meleor
dieu rebelle
dieu rebelle
Avatar du membre
Messages : 8553
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Meleor » dim. juin 16, 2019 11:40 pm



"Lazzaro Felice" (Heureux comme Lazzaro)- Rencontre avec Alice Rohrwacher - ARTE Cinema:


ARTE Cinema

Ajoutée le 19 mai 2018


Un peu comme les herbes folles, dont on ne se souvient jamais comment elles sont arrivées là, Lazzaro, le héros naturel du conte moderne d'Alice Rohrwacher, voyage hors du temps. "Heureux comme Lazzaro" est une vision du monde politique et magique, quelque chose qu'on n'a jamais vu, mais qu'il faut découvrir vivement. "Heureux comme Lazzaro" d'Alice Rohrwacher.

Prix du scénario à Cannes 2018


Faut que je revois le début car c'était en mangeant en arrière-fond en italien, c'est après le réveil que j'ai vu ça bien! :lol: :lol: :lol:

En attendant je suis tombé sur cette interview de la réalisatrice en regardant la bande-annonce des merveilles que t'as postée! :lol: :lol: :lol: :lol:

Scarabéaware
Le conseil d'Elrond
Le conseil d'Elrond
Avatar du membre
Messages : 89286
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Heureux comme Lazzaro

Messagepar Scarabéaware » lun. juin 17, 2019 11:56 am

Bon ben très bien, je verrai un peu cette interview quand j'aurai vu le film :mdr:


Retourner vers « Télévision, cinéma, séries »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité