Roubaix, une lumière (Arnaud Desplechin, 2019)

Tout sur le septième art et la télévison.
Meleor
Eä , que le monde soit !
Eä , que le monde soit !
Avatar du membre
Messages : 9252
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Roubaix, une lumière (Arnaud Desplechin, 2019)

Messagepar Meleor » lun. sept. 16, 2019 2:22 am

Image

Roubaix, une lumière est un film français réalisé par Arnaud Desplechin, sorti en 2019. Il est présenté en compétition officielle lors du festival de Cannes 2019. L'histoire est inspirée d'un fait divers survenu en 2002, tel que montré dans le documentaire Roubaix, commissariat central de Mosco Boucault.

Image


Synopsis et détails:

À Roubaix, un soir de Noël, Daoud le chef de la police locale et Louis, fraîchement diplômé, font face au meurtre d’une vieille femme. Les voisines de la victime, deux jeunes femmes, Claude et Marie, sont arrêtées. Elles sont toxicomanes, alcooliques, amantes…


https://fr.wikipedia.org/wiki/Roubaix,_une_lumière


Production:

Écriture du scénario:

Premier polar du réalisateur, l'écriture du scénario s'inspire d'un fait divers survenu à Roubaix en mai 2002 : l'assassinat dans la cour Desplechin, donnant sur la rue Franklin du quartier du Pile, d'une dame âgée par un couple de jeunes filles toxicomanes et leurs stupéfiantes confessions faites face caméra dans le documentaire Roubaix, commissariat central de Mosco Boucault4,5. Le film reste très proche du documentaire dans la description des événements, les personnages et les dialogues, même si certains détails et des personnages de policiers ont été transformés3. L'une de ses sources d'inspiration est le film Le Faux Coupable d'Alfred Hitchcock, auquel Arnaud Desplechin voue une grande admiration6, par la brutalité du fait divers représenté par Hitchcock7.
Comme l'indique le générique de fin, le film est « dirigé » par Arnaud Desplechin, qui veut ainsi souligner que son travail, dans un film aussi lié au réel, porte essentiellement sur la mise en scène3. Il considère ainsi les propos des deux jeunes femmes entendus dans le documentaire en 2008 comme un « matériel sacré », un « texte » à interpréter7.
Avant le début du tournage, les petits-enfants de la victime, Micheline Demesmaeker, demandent au réalisateur de les recevoir afin de lever leurs inquiétudes sur l'image que le film donnera de leur grand-mère et le portrait qui sera dressé des meurtrières8. En 2003, Yves Baudrin, un auteur lillois de polar, avait publié Dangereuse Courée9 s'attachant à ce meurtre ce qui provoqua une polémique avec la famille de la victime ; l'auteur avait rappelé « son droit à la fiction10 ».


Tournage:

Le tournage du film débute en novembre 2018 à Roubaix (dans un commissariat factice reconstitué dans la CPAM de la ville), à l'Hôtel Mercure (22 avenue Jean Lebas) ainsi qu' à Marcq-en-Barœul (à l'hippodrome des Flandres)5. Il dure sept semaines jusqu'au 20 décembre 2018.

Accueil:

Critique:

Pour la revue Les Inrocks, qui qualifie le film de « somptueux polar social [...] entre drame social stylisé et film d'enquête », l'œuvre de Desplechin « creuse dans les âmes humaines, ni trop bonnes, ni trop mauvaises, menacées par un déterminisme social implacable12 ». Sur la même ligne, Libération souligne la qualité cinématographique « pure » de ce film qui « réintègre [le] cinéma au social y compris comme genre cinématographique », et y a vu particulièrement le rôle donné par le réalisateur à la police et la loi qui sont là pour « met[tre] des mots sur les choses, [...] verbaliser » au sens premier, notamment dans les scènes d'interrogatoires, « comme peu de films l'ont montré13 ». Pour La Croix également, Arnaud Desplechin « se confronte pour la première fois au réel et signe un film puissant sur la culpabilité et la pitié dans lequel Léa Seydoux et Sara Forestier sont impressionnantes » notamment dans les scènes de « grande intensité » des interrogatoires14.




Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 92337
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Roubaix, une lumière (Arnaud Desplechin, 2019)

Messagepar Scarabéaware » sam. sept. 21, 2019 7:28 pm

Ma foi ça a l'air de pouvoir être plutôt pas mal comme polar dans le Ch'nord, niveau ambiance on semble être bon :mrgreen:. Bon pis la grande question avec la présence de Léa Seydoux c'est de savoir si on a quelques scènes croustillantes avec elle :lol:.


Retourner vers « Télévision, cinéma, séries »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités