Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Les univers médiévaux-fantastiques et de fantasy hors récits de Tolkien :
Game of Thrones, Narnia, Harry Potter, romans de David Eddings, Pratchett, David Gemmel, Marion Zimmer Bradley, Terry Brooks, The witcher etc.
Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93718
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Scarabéaware » lun. mai 14, 2018 12:00 am

Image

Quelques minutes après minuit est un film sorti le 4 janvier 2017 en France et a été réalisé par J.A. Bayona (The Impossible, L'Orphelinat, Jurassic World : Fallen Kingdom). Il s'agit d'un film avec une part fantastique un peu comme le Labyrinthe de Pan, chef d'oeuvre de Guillermo del Toro :mrgreen:. Au casting nous retrouvons Felicity Jones et Sigourney Weaver, Liam Neeson est de la partie mais il donne de sa voix à la créature :D.

Image

Synopsis :

Conor a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère, à l’intimidation de ses camarades et à la fermeté de sa grand-mère. Chaque nuit, pour fuir son quotidien, il s’échappe dans un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. Mais c’est pourtant là qu’il va apprendre le courage, la valeur du chagrin et surtout affronter la vérité…




Critique du film par le Gardien du Cinéma : https://www.youtube.com/watch?v=ZkZIlsWN1HU& :mrgreen:

Je viens de voir ce film donc et bon j'avais surtout vu la bande annonce jusque là sans faire plus attention au synopsis, il vaut mieux ne pas être déprimé en le regardant :lol:. C'est une histoire assez triste, toutefois c'est une bonne réalisation avec sa part de fantastique, il est possible de faire un peu de rapprochement avec Le Labyrinthe de Pan mais c'est un autre contexte et un autre ennemi qu'il faut affronter, ici point de facho, enfin quoique, on peut se demander si on ne pourrait pas désigner un certain mal de la sorte, un facho qui se développe dans le corps, un terroriste qui fout le bordel, une véritable enflure :mrgreen:. Toujours est il que nous avons la part d'ode à l'imagination pour ici venir à affronter la réalité, du fantastique avec une certaine leçon à retenir et je dois avouer qu'il y a quelque chose pour le moins cocasse on va dire mais je n'en dirai pas plus dessus, enfin c'est assez fameux au final.

Le moins qu'on puisse dire c'est que nous sommes loin d'une œuvre avec un happy end et c'est du plutôt bien poignant qui nous est proposé là. Nous y retrouvons Félicity Jones, par contre avec elle c'est pas joyeusement qu'on la retrouve par là :mrgreen:, mais bon voila, elle est cette mère en proie à la maladie. Et puis nous avons la grand mère incarnée par Sigourney Weaver, qui a de quoi sembler antipathique dans un premier temps mais qui viens à se montrer autrement et gagne en sympathie qu'on peut avoir envers elle. Concernant le petit garçon, bah ça il nous livre une bonne prestation dans cette histoire où il lui faut pas mal encaisser et donc il en vient à s'échapper un peu par l'imagination avec le fameux monstre en arbre qui viens à sa rencontre pour lui raconter 3 histoires en attendant qu'il vienne à exprimer la sienne. Concernant les histoires j'ai plutôt bien aimé avec une utilisation de l'animation avec une patte assez sympathique. La seconde d'ailleurs nous amène à un grand moment de destruction qu'on ne blâmera pas tellement des fois on aimerait bien faire pareil :lol:. Mais waow, ça choque quand même :shock:. Je reviens un peu sur le monstre, qui est plutôt bien constitué et n'est pas sans rappeler Groot des Gardiens de la Galaxie :mdr:. Ou sinon on peut penser aux Ents de Tolkien mais bon, pour l'apparence c'est plutôt Grootien :D.

C'est quelque chose de pas vraiment bien joyeux mais ça a de quoi bien faire de son effet et on peut difficilement ne pas être insensible à ce que ça donne avec ce à quoi se confronte ce petit garçon, y a aussi un peu de prétexte. En tout cas c'est très bien fait, pour ce qui est de l'accompagnement musical c'est tout à fait appréciable la dessus. Après bien sur ça ne conviendra pas forcément à tout le monde.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » lun. mai 14, 2018 9:47 am

je me suis arrêté à la troisième ligne de ta critique mais tout ce que je lis avant me donne envie, il faut que je vois ce film, ça rappelle beaucoup le labyrinthe de Pan, j'ai l'impression, dans la tristesse et le concept (s'échapper dans un monde imaginaire pour fuir un quotidien très dur) merci pour la découverte car je ne connaissais pas du tout (même de nom ou réputation)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93718
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Scarabéaware » lun. mai 14, 2018 12:04 pm

Oui sur le principe on a de quoi penser au Labyrinthe de Pan, après ça se différencie quand même, toujours est il qu'on a ce thème de l’échappatoire qui est bien présent dans un contexte loin d'être bien joyeux.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

A monster calls (VF : Quelques minutes après minuit)

Messagepar phoenlx » sam. juin 30, 2018 6:43 pm

Image


A Monster Calls est un film fantastique de Juan Antonio Bayona sorti en 2017 avec au casting entre autres Lewis MacDougall, Sigourney Weaver, Felicity Jones

Résumé de l'histoire
Conor a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère, à l’intimidation de ses camarades et à la fermeté de sa grand-mère. Chaque nuit, pour fuir son quotidien, il s’échappe dans un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. Mais c’est pourtant là qu’il va apprendre le courage, la valeur du chagrin et surtout affronter la vérité…


Je ne l'ai pas vu, mais j'en ai entendu le plus grand bien, et je compte le voir d'autant plus que le scénario me rappelle un peu celui du Labyrinthe de Pan (peut-être à tort ? ceux parmi vous qui l'ont vu pourront peut-être nous dire) ; toujours est-il qu'il est encore une fois question d'échapper à un quotidien angoissant à travers le fantastique et l'imaginaire, j'aime beaucoup cette thématique qui semble en vogue de nos jours et qui parle souvent au geek que je suis

Le réalisateur espagnol (Juan Antonio Bayona) est le même que sur le récent film Jurassic World Fallen Kingdom ..

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » sam. juin 30, 2018 6:45 pm

Mince il y avait déjà un topic, du coup j'ai fusionné avec le tien scarabée (qui était placé dans la Fantasy mais c'est plutôt du fantastique je pense)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93718
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Scarabéaware » sam. juin 30, 2018 9:48 pm

Ben oui c'est même moi qui t'en ai dis du bien de ce film :mdr:, et donc oui on a de quoi songer au Labyrinthe de Pan dans le principe.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » sam. juin 30, 2018 11:42 pm

oui en fait c'est parcequ'hier j'avais écouté la critique de Dirty Tommy (ex cousin font leur cinéma), qui en parlait un peu dans une de ses vidéos à propos justement du dernier jurassic world, vu que c'est le même réalisateur (et il a beaucoup aimé A monster calls, contrairement au jurassic world)
J'essaierai de tester ce film dès que possible, je ne connais pas du tout Bayona.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

SauronGorthaur
Valinor
Valinor
Avatar du membre
Messages : 67967
Enregistré le : jeu. déc. 27, 2012 10:53 am
Localisation : Le Mordor, la Transylvanie, Annwyn, l' Empire Galactique, le Wandenreich
Gender :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar SauronGorthaur » lun. juil. 02, 2018 11:51 am

je ne connais Bayona que par Jurassic World Fallen Kingdom, difficile de se prononcer puisqu'il était pas libre de ses mouvements, mais on sent le fan de l'épouvante dans les scènes du manoir. Un film d'épouvante ou d'horreur par Bayona, ça doit valoir le détour.
Image

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93718
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Scarabéaware » lun. juil. 02, 2018 12:25 pm

Oui bah sur ce film il a vraiment fait quelque chose de bien, c'est à voir. C'est juste dommage qu'il ait pas connu une meilleure distribution. Mais bon, c'est sombre et pas forcément bien joyeux, ce qui n'aide pas, on n'ose plus beaucoup les sortir en salle ces films là :siffle:.

Meleor
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 9528
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Meleor » lun. juil. 15, 2019 2:46 pm

Scarabéaware a écrit :Je viens de voir ce film donc et bon j'avais surtout vu la bande annonce jusque là sans faire plus attention au synopsis, il vaut mieux ne pas être déprimé en le regardant :lol:. C'est une histoire assez triste, toutefois c'est une bonne réalisation avec sa part de fantastique, il est possible de faire un peu de rapprochement avec Le Labyrinthe de Pan mais c'est un autre contexte et un autre ennemi qu'il faut affronter, ici point de facho, enfin quoique, on peut se demander si on ne pourrait pas désigner un certain mal de la sorte, un facho qui se développe dans le corps, un terroriste qui fout le bordel, une véritable enflure :mrgreen:. Toujours est il que nous avons la part d'ode à l'imagination pour ici venir à affronter la réalité, du fantastique avec une certaine leçon à retenir et je dois avouer qu'il y a quelque chose pour le moins cocasse on va dire mais je n'en dirai pas plus dessus, enfin c'est assez fameux au final.

Le moins qu'on puisse dire c'est que nous sommes loin d'une œuvre avec un happy end et c'est du plutôt bien poignant qui nous est proposé là. Nous y retrouvons Félicity Jones, par contre avec elle c'est pas joyeusement qu'on la retrouve par là :mrgreen:, mais bon voila, elle est cette mère en proie à la maladie. Et puis nous avons la grand mère incarnée par Sigourney Weaver, qui a de quoi sembler antipathique dans un premier temps mais qui viens à se montrer autrement et gagne en sympathie qu'on peut avoir envers elle. Concernant le petit garçon, bah ça il nous livre une bonne prestation dans cette histoire où il lui faut pas mal encaisser et donc il en vient à s'échapper un peu par l'imagination avec le fameux monstre en arbre qui viens à sa rencontre pour lui raconter 3 histoires en attendant qu'il vienne à exprimer la sienne. Concernant les histoires j'ai plutôt bien aimé avec une utilisation de l'animation avec une patte assez sympathique. La seconde d'ailleurs nous amène à un grand moment de destruction qu'on ne blâmera pas tellement des fois on aimerait bien faire pareil :lol:. Mais waow, ça choque quand même :shock:. Je reviens un peu sur le monstre, qui est plutôt bien constitué et n'est pas sans rappeler Groot des Gardiens de la Galaxie :mdr:. Ou sinon on peut penser aux Ents de Tolkien mais bon, pour l'apparence c'est plutôt Grootien :D.

C'est quelque chose de pas vraiment bien joyeux mais ça a de quoi bien faire de son effet et on peut difficilement ne pas être insensible à ce que ça donne avec ce à quoi se confronte ce petit garçon, y a aussi un peu de prétexte. En tout cas c'est très bien fait, pour ce qui est de l'accompagnement musical c'est tout à fait appréciable la dessus. Après bien sur ça ne conviendra pas forcément à tout le monde.



J'ai vu ce film 3 fois la semaine dernière.

Je ne sais pas pour le coup du déprimé j'ai pas ressenti ça ainsi ayant en fait eu une vie que je pense qui a été encore pire que la sienne donc j'ai un rapport différent à tout ça bien plus détaché. Donc j'ai pas du tout trouvé ça déprimant mais en première vision plutôt assez enfantin et nous disant ce qu'on veut entendre donc un peu attendu mais c'est aussi que je résiste toujours à cette idée qu'il suffise qu'on m'apporte la bonne parole pour que ça change tout comme avec une baguette magique.

Mais en 2e vision ça a commencé à infuser et j'ai fini par lacher prise, me permettre de me dire que j'ai des émotions de simple humain comme le perso principal qui est en fait très proche de moi et quelque part c'est aussi un peu pour ça que je résistais pas mal, comme si un film suffirait à changer ma vie, mais en fait oui il me concerne beaucoup car depuis trois ans et demi je suis à fond dans la culpabilité du deuil de ma chatte et mon papy et tous les sentiments ambivalents qui y sont associés! Donc le film parle de façon assez subtile et profonde de tous ces sentiments complexes en effet, dans lesquels je me reconnais grandement. A la fin à la scène finale que j'ai vu en boucle j'ai fini par pleurer me connectant avec mon propre deuil dont je suis trop détaché, comme en dehors de moi, donc oui le temps de cette 2e vision j'ai fini par accepter que j'étais un simple humain qui avait des sentiments humains.

En fait pour la destruction j'ai un peu fait pareil ado juste après étre sorti de maltraitance mais ça n'a pas été compris et j'en ai gardé une certane culpabilité m'empéchant de me révolter contre mes souffrances et de m'affirmer par peur de le faire mal et c'est un truc qui m'a façonné et conduit au renfermement donc oui ça aurait été beau d'avoir comme le héros une mère qui le comprenne et qui lui dit qu'il a le droit d'étre en colère et de l'exprimer et qu'il a mème pas besoin d'exprimer ses sentiments pour étre compris. Moi c'est tout l'inverse mes souffrances sont incomprises, mésestimées et mème quelque part on me les reproche comme si jen étais responsable et ce qui crée tout mon mal-étre. En réalité ce film à tout pour me parler grandement car justement il va totalement à l'encontre de tout ce regard déconsidérant et remet les pendules à l'heure en montrant la réalité telle qu'elle est vraiment dans sa subtilité. Donc oui en fait j'ai pas mal besoin d'avoir mon propre monstre pour faire le mème parcours que le héros qui lui aussi était totalement détaché de ses sentiments. Donc en fait c'est tout moi ce héros mais pour moi le mal est bien plus ancré et ce mal qu'il a à combattre c'est pas le cancer mais toute la complexité de son mal-étre mais pour ça il faut comprendre la réalité et les sentiments tels qu'ils sont et non déformés selon un regard manquant de réelle compréhension et intelligence donc quelque part ce film est salutaire. Mais je reste toujours assez cynique tant mon mal est plus profond que le héros, tant c'est imprégné depuis mon enfance et consolidé par la non compréhension des autres qui en rajoute des couches et des couches sans fin.


Et d'ailleurs ils stigmatisent mon besoin de m'échapper de tout ça par l'imaginaire accusant cet imaginaire d'étre responsable de mes problèmes alors qu'ils comprennent absolument rien c'est la réalité qui m'a détruit et mème parfois certains occultent leur propre responsabilité en accusant l'imaginaire comme mes grands-parents qui m'avaient abandonné et voient pas que c'est plus de par ce choix que du fait de la télé que j'ai un profond mal-étre; à parler de mal du siècle en accusant la télé sans étre foutus de comprendre un truc aussi simple.


En fait un psy lors d'un stage de l'ANPE m'avait dit qu'il y avait un cri en moi qui devait sortir, en fait il avait fait un peu ce que fait le monstre au héros en disant ça!

Bref on peut donc dire que ce film peut-étre bouleversant si on lache prise et qu'il est infiniment subtil et intelligent et qu'il a tout pour grandement me parler mais que comme je suis comme le héros c'est aussi pour ça que je peut aussi y résister c'est toute la complexité de ces sentiments ambivalents dont il traite.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » lun. juil. 15, 2019 2:52 pm

tiens je me cherchais un film à voir pour ce soir, ce sera celui-là excellente idée :super:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93718
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Scarabéaware » lun. juil. 15, 2019 10:48 pm

Bah oui Meleor laisse toi donc complètement embrasser ce film en fait puisque justement il a grandement de quoi te parler. Par contre attention quand même pour la réflexion que ta vie a été pire que la sienne quand le personnage principal n'est encore qu'un enfant et qu'il est possiblement au début de ses souffrances, qu'il peut potentiellement vivre encore bien dans la douleur, on peut toujours imaginer qu'il est loin d'être au bout de ses peines après tout ;). Tu peux toujours dire ça mais à ce moment là il vaut mieux le dire pour un adulte :mrgreen:. Je te reproche pas de le dire mais disons que c'est un cynisme que tu place mal en fait quand tu viens à dire ça de prime abord, on peut pas comparer la taille du vécu d'un enfant avec celle d'un adulte, faire du qui c'est qu'à la plus grosse face à un enfant, il y a quand même un petit bug dans la matrice :lol:.
Enfin bon, dans tous les cas ta seconde vision t'auras permis de mieux l'apprécier et de passer le cap te permettant de mieux t'y retrouver, je dis pas autrement et puis bah voila, on a de quoi totalement respecter pour ton ressenti et compatir encore quand à ton cas avec ce à quoi tu ne cesses de te confronter :?.

Sinon Pho oui vas-y lance toi donc à le voir :mrgreen:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » mar. juil. 30, 2019 1:47 am

Je viens de le voir, POIGNANT, énorme coup de coeur ! Peut-être mon plus gros coup de coeur en matière de film fantastique depuis Le Labyrinthe de Pan ..

Et je découvre ce réalisateur au passage (ça me rassure quand on sait qu'il va bientôt oeuvrer sur la série Amazon préquelle du seigneur des anneaux, associé au scénariste de Game of thrones et d'autres ... j'avais un peu peur de ce qu'il pourrait donner, c'est un excellent réalisateur)

Je commenterai davantage demain, il faut que je laisse retomber l'émotion !!! Je le qualifierais volontiers de chef d'oeuvre, par contre en effet c'est pas guilleret
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Náin
Pallasbelda
Pallasbelda
Avatar du membre
Messages : 60982
Enregistré le : mar. févr. 07, 2012 8:02 pm
Localisation : Les grandes salles de la cité des nains de Cavenain

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Náin » mar. juil. 30, 2019 1:54 am

Il est sur ma liste celui-là !

Tu vois je te l'avais dit
Oyez Elfes, vous tous, oyez ! Qu'on ne dise plus jamais des Nains qu'ils sont cupides et désobligeants ! Galadriel
Puisqu'ils ne sont pas blancs, ils sont forcément méchants ! Pocahontas
Et savez-vous ce que le nain réponds à cela ? : Ishkhaqwi ai durugnul !
I am a dwarf and i'm digging a hole, diggy diggy hole, diggy diggy hole !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » mar. juil. 30, 2019 10:34 am

Oui je l'ai vu hier soir du coup, c'est un très beau film, mélange de fantastique et de scènes réelles, et un peu comme Le Labyrinthe de Pan d'ailleurs, on peut le visionner de deux manières : soit en considérant que les scènes fantastiques (avec l'arbre qui rappelle un peu un ent du seigneur des anneaux au passage) sont réelles, soit comme si elles viennent d'une sorte de rêve de l'enfant dont la mère est malade, chacun se fera son propre avis, mais les deux lectures sont belles à prendre.

Quand je le compare au labyrinthe de Pan, je voudrais quand même nuancer car il est quand même un peu moins riche et symbolique (je trouve) même si on doit pouvoir trouver beaucoup d'allusions. Certains semblent d'ailleurs comparer cet arbre à l'arbre de vie. Mais les scènes fantastiques se résument à ses apparitions alors que dans le film de del toro on avait plusieurs créatures (pas seulement le faune, mais aussi Pale man etc)
ceci dit, dans le film de Bayona, on a de très belles scènes qui sont racontées par l'arbre (lequel raconte des histoires au petit garçon) qui sont en mode film d'animation, et c'est visuellement très beau. Les histoires ont beau être simples elles comportent toutes une leçon de morale qui servira à la fin du film.

C'est un film tout en émotion, avec un bon jeu d'acteur (notons la présence de Sigourney Weaver dans le rôle de la grand mère) , et un film qui encore une fois, respire la patte fantastique de certains films fantastiques espagnols ; Je ne connaissais pas du tout Bayona, c'est un réalisateur que je découvre, et ça me rassure de le voir à ce niveau quand on sait qu'il va faire partie de l'équipe de réalisation de la série Amazon sur Tolkien. On a vraiment de bons cinéastes en Espagne (et Mexique avec del toro) pour ce qui est du genre fantastique, je trouve que cette "école" est la plus talentueuse actuellement.

Certaines répliques ont fait mouche sur moi j'avoue, et l'arbre est très expressif, ce qui est cohérent au passage avec une de ses répliques à propos des yeux (la vie se résume dans les yeux) Il le démontre je trouve, et les artistes du film le démontrent dans la façon dont ils l'ont animé ; La comparaison avec un ent est limitée d'ailleurs car il existe une sorte de feu à l'intérieur de lui, un peu comme les balrogs de Tolkien aussi. Bien que non humaine et recréée pour le film, cette créature entrera sans doute au panthéon des créatures du cinéma qui marquent par leur charisme, un peu comme le faune du labyrinthe de Pan, Gollum ou d'autres évidemment.

Mais au-delà de tous ces aspects visuels (le film est déjà très beau à regarder, on se laisse porter par ses images, ses musiques) il est surtout impactant par ses thématiques ATTENTION JE SPOILE UN PEU ENSUITE

Des thématiques touchant à la maladie, la mort, la perte d'un être cher, l'acceptation d'un destin tragique, saluons aussi l'actrice Félicity Jones, ici dans un rôle assez poignant.
Ce mélange scènes réelles / fantastiques avec le focus qui est mis sur une personne atteinte d'une maladie mortelle au passage, m'a aussi rappelé le film The Fountain (de Darren Aronofsky) même si ce dernier comportait d'autres niveaux d'interprétation aussi et différentes époques temporelles en miroir.

En bref, n'hésitez plus et voyez le !
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » mar. juil. 30, 2019 10:59 am

On peut noter que le film est adapté d'un livre pour jeunesse (signé Patrick Ness)
livre pour jeunesse mais qui d'après les retours des lecteurs est très beau et poignant, avec de belles illustrations (dans l'esprit de celles qu'on voit dans le film j'imagine) j'ai bien envie de me le commander
le lien amazon pour ceux qui sont curieux : https://www.amazon.fr/Quelques-minutes-apr%C3%A8s-minuit-Patrick/dp/207507450X/ref=asap_bc?ie=UTF8

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » mar. juil. 30, 2019 11:57 am

Bon du coup j'ai créé le topic sur le réalisateur : viewtopic.php?f=340&t=23937
n'hésitez pas à commenter, poster vos petits classements et autre !
Je pense prochainement tester l'orphelinat (le film qu'il a réalisé au début de sa carrière et produit par del toro) ainsi que son film sur le tsunami asiatique, qu'avait commenté itikar à l'époque ...
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Scarabéaware
La communauté de l'anneau
La communauté de l'anneau
Avatar du membre
Messages : 93718
Enregistré le : lun. mai 01, 2006 3:53 pm
Localisation : Twin Peaks, Roanapura, Chimaera, Pyongyang, Coruscant, Galaxy Express 999, Ra Metal, Westworld
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Scarabéaware » mar. juil. 30, 2019 12:00 pm

Ah excellent que tu te sois porté sur ce film :super:. Comme tu dis c'est vraiment très beau et bien poignant avec ce que ça nous raconte vis à vis de ce que doit affronter ce petit garçon et qu'en vienne la part de fantastique qui va le faire évoluer quelque peu, avec chaque histoire on a bien une morale qui ressort, c'est avec sa petite dose d'initiatique. On a effectivement de quoi penser au Labyrinthe de Pan comme je disais mais ce serait plutôt à placer en dessous malgré qu'on ait de quoi lui trouver bien des qualités et que ça forme un excellent film en soit, qui a de quoi fortement toucher et faire largement mouche. Puis ensuite tu évoques pour The Fountain, c'est vrai qu'on peut la aussi faire un peu de rapprochement même si là encore sur le plan des niveaux de lecture on a une bonne grosse richesse. Quelques minutes après minuit paraît plus simple à aborder à côté, néanmoins c'est très percutant et bien marquant, il a de quoi laisser une grande trace, il se fait joliment bien sa place, c'est une très belle réussite de Bayona, pas bien joyeuse mais qui a de sa superbe dans la réalisation.
Sinon tu parles de ressemblance avec les Ents pour la créature, oui mais je dirais aussi qu'on a un petit côté Groot en beaucoup plus sérieux ceci, y a un peu de cet aspect là quand même.

Enfin voila, dans tous les cas y a largement de quoi se laisser transporter avec tout ce que ça véhicule :D.

Sinon faudra que j'aille un peu plus dans le topic de la future série préquelle du SDA, j'ai vu la vidéo de Cult'n Click d'ailleurs, en tout cas que Bayona fasse partie de l'équipe c'est du très bon point là aussi.

Et pour ce qui du livre ça pourra également être pas mal de voir en fait à se le procurer.

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » mar. juil. 30, 2019 12:06 pm

oui c'est vrai qu'il rappelle un peu groot aussi :super: en plus sérieux
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 321162
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar phoenlx » mar. juil. 30, 2019 4:59 pm

émission No ciné (avec Yannick Dahan et Rafik Djoumi) sur ce film :
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Meleor
Almaren - Premier paradis
Almaren - Premier paradis
Avatar du membre
Messages : 9528
Enregistré le : mer. janv. 23, 2013 11:01 am
Localisation : Dijon

Re: Quelques minutes après minuit (A Monster Calls, de Juan Antonio Bayona)

Messagepar Meleor » mer. juil. 31, 2019 9:51 am

Scarabéaware a écrit :Bah oui Meleor laisse toi donc complètement embrasser ce film en fait puisque justement il a grandement de quoi te parler. Par contre attention quand même pour la réflexion que ta vie a été pire que la sienne quand le personnage principal n'est encore qu'un enfant et qu'il est possiblement au début de ses souffrances, qu'il peut potentiellement vivre encore bien dans la douleur, on peut toujours imaginer qu'il est loin d'être au bout de ses peines après tout ;). Tu peux toujours dire ça mais à ce moment là il vaut mieux le dire pour un adulte :mrgreen:. Je te reproche pas de le dire mais disons que c'est un cynisme que tu place mal en fait quand tu viens à dire ça de prime abord, on peut pas comparer la taille du vécu d'un enfant avec celle d'un adulte, faire du qui c'est qu'à la plus grosse face à un enfant, il y a quand même un petit bug dans la matrice :lol:.
Enfin bon, dans tous les cas ta seconde vision t'auras permis de mieux l'apprécier et de passer le cap te permettant de mieux t'y retrouver, je dis pas autrement et puis bah voila, on a de quoi totalement respecter pour ton ressenti et compatir encore quand à ton cas avec ce à quoi tu ne cesses de te confronter :?.

Sinon Pho oui vas-y lance toi donc à le voir :mrgreen:


Quand je parlais de ma vie c'est plus qu'au mème age j'ai perdu ma mère à onze ans un an après qu'elle ait fait une tentative de suicide suite à ses blessures et j'ai pas pu vivre ses dernières années car à cette époque depuis mes 9 ans j'étais dans une famille d'acceuil qui me maltraitait psychologiquement et physiquement 24/24 et que le héros par contre a pu lui dire adieu et profiter malgré tout de nombreux moments d'amour avec elle et de sa compréhension ce que je n'ait pas eu! Moi j'ai perdu ma mère mais pas pu la pleurer car j'étais trop occuppé à me faire maltraiter et traiter de diable incarné et au lieu d'avoir quelq'un pour me rassurrer, me consoler au contraire ma famille d'acceuil m'a dit que c'était de ma faute si ma mère était morte déjà car je serais si abomibable qu'elle aurait voulu mourir alors qu'en réalité c'est plus car on lui a retiré son enfant contre son gré et ensuite ils me frappaient jusqu'à ce que j'avoue des trucs que j'avais pas fait et me forceaient à jurer sur la tète de ma mère et du coup à sa mort ils ont dit que c'était de ma faute à force de juer sur sa tète en mentant.


Et dans le mème temps j'étais maltraité à l'école par mes camarades. Et mes problèmes actuels sont les conséquences de tout ça car moi j'ai eu personne pour me comprendre et j'ai toujours personne pour me comprendre, on me reproche plutot mes problèmes en m'en considérant responsable, moi j'ai jamais eu une mère me disant comprendre mes sentiments sans les dire et jamais eu un monstre pour comprendre mes sentiments tels qu'ils sont sans jugement. Du coup pour survivre ça m'a forcé à décomposer ma personnalité et à me détacher de mes sentiments comme si c'était ceux d'une autre personne d'ou un profond détachement et cynisme et le fait de plus croire en la valeur des sentiments, d'ailleurs je me retrouve à fond dans l'adversaire du héros de devilman qui est hyper détaché émotionellement et qui ne croit pas à l'existence de l'amour à force d'avoir personne au monde pour me comprendre.

Mais quand j'ai dis ce que j'ai dit sur ma vie pire que la sienne c'est plus pour exprimer le fait que mon rapport au film est très différent de la moyenne, des gens n'ayant pas connu des événements aussi traumatisants enfant, qui ne sont donc pas détachés émotionelement par rapport à ça et qui découvrent cette réalité comme un truc étranger à eux et qui du coup les impacte plus dans le sens qu'ils plaignent ce pauvre enfant qui a eu des malheurs qu'ils n'ont pas connu, ils se disent le pauvre il a pas de chance sous-entendu moi j'ai pas connu ça. Mais si tu as connu ça tu peut pas avoir un rapport identique de la personne découvrant comme effaré la triste réalité cruelle de la vie de certains car pour toi tout ça c'est normal, c'est ta norme ta routine, ma vie actuelle étant le résultat de tous ces traumatismes et ma souffrance étant omniprésente, ça fait partie intégrante de moi car j'ai jamais eu personne pour mecomprendre, j'ai donc appris à me détacher de mes émotions.


Mais ce sentiment d'incompréhension globale de mes sentiments et de cercle vicieux qui se perpétue m'amène à ressentir qu'un film m'apportant ainsi la bonne parole ne peut suffire à réparer tout ça et à croire à son message aussi facilement, pour moi on me raconte un conte de fées auquel j'ai du mal à croire. Mais c'est un peu la morale de devilman cryBaby de pas voir que l'amour existe avant qu'il soit trop tard. D'ailleurs c'est pour ça que devilman me touche plus que toi car je me reconnais dans l'adversaire du héros et que j'ai besoin qu'on me dise que l'Amour existe car j'ai tendance à pas y croire mème s'il est là tant ça m'a l'ait trop beau pour étre vrai.

Non mais sinon le film A monster calls finit par la guérisn du héros de ses traumas, on voit qu'il a compris les choses ce qui lui permet d'aller de l'avant et qu'il va avoir l'amour de sa grand-mère donc non ce film nous indique que ce personnage va guérir de ses souffrances et pouvoir se construire de façon normale et saine ce qui n'est pas mon cas car l'ordre social ne fait que toujours plus m'enfermer dans mon mal-étre à force de ne pas me comprendre. Donc je dois me comprendre seul, me détachant totalement des autres ce qui me fait penser qu'il n'y a rien de vrai dans les relations sociales, que l'amour n'existe pas et ça a un impact majeur sur mes liens avec les autres, bien plus cynique, me disant que je représente rien pour personne fondamentalement vu que personne s'intéresse vraiment ou ne comprend mes sentiments. D'ou le fait que pour moi ce film m'apparait comme un joli conte de fées cousu de fil de blanc sur ce que j'aimerais entendre mais n'entends jamais. Moi on me dit que c'est de ma faute si j'ai ces traumatismes et qu'il faut que je les régle tout seul et n'en parle pas. De toute façon dans la vraie vie j'en parle pas, j'exprime rien de mes sentiments d'ou l'impression d'étre un acteur de théatre alors que les autres me parlent de leurs sentiments mais ne se préoccupent pas des miens. Du coup j'écoute leurs plaintes mais ne dit jamais rien et je suis totalement isolé par rapport à tous mes soucis.

En fait si j'ai dis ce que j'ai dis c'est car les réactions des autres à ce type de films poignants met le doigt sur une différence de perception majeure qui est un indicateur d'un rapport aux sentiments différent de la majorité des gens, indicateur du fait que j'ai des traumatismes internes latents en arrière-fond permanent, et que moi c'est ma norme et pas les autres. Du coup eux ils tombent un peu des nues en découvrant le sort du personnage ce qui leur fait dire comme quoi faut avoir des mouchoirs pour voir ce film alors que moi non car c'est ma norme, c'est mon resseni permanet, je suis habitué. Donc en fait je voulais surtout exprimer cette différence de ressenti par rapport à ce type de films tout simplement car quand je le regarde je me dis pas tous ces trucs que les gens se disent que c'est un film dur, qu'il faut pas voir déprimé et tout d'ailleurs c'est pareil pour Mommy qui est censé étre insoutenable. Je note une différence majeure dans le rapport à ce type de films qui illustre aussi mon rapport à mes propres sentiments de la vraie vie, pour moi c'est important de noter cette différence de rapport aux choses pour comprendre mes propres sentiments et que j'ai un rapport à eux différent de la norme et car c'est aussi un moyen de me rendre compte que j'ai vraiment eu un vécu particulier. C'est important pour moi pour comprendre que c'est normal que j'ai des traumatismes et que c'est pas vraiment de ma faute et en fait tout ce que je dis c'est ce que le monstre dit au héros, qu'il doit accepter ses propres sentiments en les comprenant tels qu'ils sont et en les reconaissant tels quels alors que moi mes sentiments sont totalement non reconnus d'ou un problème pour en sortir. En fait moi je suis dans la phase ou j'aurais besoin du monstre, je suis cet enfant mais laissé à l'abandon et donc qui s'es enfermé dans cette souffrance.


Retourner vers « Fantasy - Merveilleux - Médiéval Fantastique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité