Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Discussions générales sur le chapitre Hadès de Saint Seiya (tous arcs confondus)
phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » ven. janv. 27, 2006 7:27 pm

Toutes ces petites digressions sur Orphée et Eurydice et leur amour ( dont je parle beaucoup depuis le début du topic ^^ ) me permettent naturellement d'enchainer, après l'évocation de la prison 2 ( celle de Pharao, le monument égyptien) avec le lieu qui se situe immédiatemment après, je poursuis donc ma petite ballade dans les enfers avec ....

ORPHEE ET EURYDICE
(et le champ de fleurs)


Le champ de fleurs du Meikai est le lieu où le saint musicien Orphée est resté auprès de son amour Eurydice dont le corps a été figé dans la pierre.

Image
Image

Le champ de fleur est le seul petit coin de paradis au milieu des enfers, un peu comme le champ qu'Esmeralda montre à Ikki sur l'île de la mort ... Avant d'évoquer ce lieu, on va parler du couple

Petit rappel mythologique sur le couple Orphée et Eurydice

Image
Orphée et Eurydice (par le peintre Anselm FEUERBACH )

Dans une région de Grèce appelée la Thrace vivait, il y a très longtemps, un fameux aède : Orphée. Il s'accompagnait avec une lyre et chantait si merveilleusement que personne ne pouvait résister à sa musique. Les oiseaux eux-mêmes l'écoutaient en silence et les animaux quittaient la forêt pour le suivre. Le loup trottait à côté de l'agneau, le renard suivait le lièvre, sans qu'aucun animal cherchât querelle à un autre. Même les serpents quittaient leurs trous et les pierres s'écartaient pour faire un chemin devant Orphée. Ses chansons arrêtaient le cours des rivières et les poissons sortaient de l'eau pour l'écouter. Les hommes riaient ou pleuraient, selon que son chant était gai ou triste. Ils oubliaient tous leurs soucis. Les dieux, attirés eux aussi par la voix d'Orphée, se rendaient en suivant la Voie Lactée aux endroits où il chantait.

Ainsi commence la célèbre légende d'orphée et Eurydice, sans doute l'une des plus belles histoires d'amour jamais contées, que vous pouvez retrouver en détail dans le livre d'Eduard Petiska "Mythes et légendes de la Grèce antique", aux éditions Gründ (les quelques lignes d'introduction ci-dessus en sont extraites !)

On raconte qu'Orphée était le plus grand musicien ayant jamais existé et que son talent faisait de l'ombre à Apollon lui-même (autre grand joueur de lyre et dieu de la musique c'est bien connu). Les versions diffèrent sur son origine, certains l'affirment être le fils de la muse Calliope. Il est possible aussi qu'il soit inspiré d'un personage ayant réellement existé. Il fut chanté par bien des poètes , notamment Pindare, Ovide et Virgile. Il prit part à l'expédition des argonautes en Colchide avec bien d'autres héros comme Jason, Argos, Héraklès, les dioscures Castor et Pollux, leurs cousins Idas et Lyncée et bien d'autres. Sa musique permit de triompher de nombreux périls, notamment du serpent gardien de la toison d'or. Lors du voyage de retour du navire Argo, il permit à ses compagnons d'échapper aux terribles sirènes en leur faisant entendre un chant encore plus beau !!

Il était si doué que même les naïades tombèrent sous l'emprise de sa musique et Eurydice, une très belle jeune fille, était l'une d'elle. Tous deux tombèrent amoureux et Orphée l'épousa. Ils vécurent alors des jours heureux.

ci-dessous : une image du manga Saint Seiya faisant référence à ce couple célèbre
Image

Mais un jour, alors qu'Orphée s'était absenté, Eurydice voulut marcher vers les prairies ou elle avait grandit en compagnie des autres naïades qui lui manquaient et elle fut piquée par un serpent. Elle mourut .. Selon une autre version , celle du poète Virgile, elle se serait fait piquer en courant pour échapper aux avances d'Aristée, un fils d'Apollon, qui la harcelait. La douleur d'orphée fut si profonde qu'il ne chanta plus que des chants tristes qui émurent même les arbres et les animaux.

Image

Depuis ce jour il ne put plus se résoudre à vivre sans son Eurydice et se décida un jour à tenter de la ramener des enfers. Il se dirigea vers l'ouest , vers Ténare en Laconie, où était censée se trouver l'entrée du royaume des morts, les arbres et les animaux lui montrèrent le chemin, émus par son chant et sa musique. Arrivé sur place il parvint même à émouvoir le chien tricéphale Cerbère, qui ne l'attaqua pas, et le nocher Charon, le passeur du Styx, qui l'autorisa à passer le fleuve des morts en compagnie des ombres s'apprêtant à être jugées.. Orphée traversa ainsi les différentes zones des enfers, parvenant à apaiser l'espace d'un temps grâce à son chant les nombreux suppliciés condamnés à des sorts affreux pour les crimes commis de leurs vivants, comme Tentale ou Sisyphe.

Arrivé devant le sombre Hadès et sa femme Perséphone, habillée de noir, il manqua de céder à la peur mais son amour fut plus fort que tout et il chanta le sort tragique d'Eurydice et l'amour qu'il avait pour elle, suppliant le dieu de la laisser revenir parmi les vivants. Perséphone fut émue par sa peine profonde et conseilla à Hadès de laisser Eurydice partir. hadès accepta à une condition, qu'Orphée ne se retourne pas le long du chemin. S'il venait à le faire il perdrait Eurydice définitivement. L'ombre d'Eurydice apparut alors et tous deux se dirigèrent vers la sortie des enfers et la surface.

Les versions diffèrent un peu sur la manière et les raisons pour lesquelles Orphée se retourna , toujours est-il qu'il le fit maleureusement. Il résista longtemps à la tentation , Eurydice le suivant à distance et se lamentant de son indifférence forcée qu'elle ne comprenait pas. C'est alors qu'il se retourna pour lui témoigner sa tendresse et la perdit pour toujours. Eurydice disparut et retourna aux enfers pour l'éternité. Dans Saint Seiya son sort est un peu différent mais tout aussi tragique : elle est alors figée dans le sol , le bas de son corps étant transformé en pierre.

Image
Ci-dessus : Eurydice figée en statue, dessinée par le fanartiste Rachius


Orphée revint donc parmi les vivants tout seul... Sa peine fut si immense et ses chants si tristes que les arbres et la nature pleurèrent des torrents de larmes, le cours des rivières augmentant ..

On raconte qu'il mourut plus tard de la main des Ménades, les servantes ivres du dieu Dionysos du vin, car il aurait offensé le dieu en ne l'adorant plus. Selon une autre version il aurait mis en colère les ménades à cause de ses lamentations perpétuelles. Il fut massacré, mis en pièce, et sa tête jetée dans le fleuve Hébros. Elle suivit son cours et il est dit qu'elle chantait une chanson dont les eaux reprirent l'hymne en échos , c'est ainsi que depuis ce jour les rivières continuent à chanter pour garder le souvenir d'orphée. Sa tête traversa ensuite la mer, ainsi que sa lyre, et arriva à l'île de Lesbos, où elle fut enterrée dans le sanctuaire d'Apollon. On raconte que depuis ce jour des rossignols y chantent continuellement, et que l'île a vu naitre de grands aèdes, ainsi que la prêtresse Sapho. Le corps d'Orphée fut enterré respectueusement par les muses au pied de l'Olympe. Les hommes et la nature pleurèrent Orphée et tous furent en dueil. Orphée put ainsi retrouver son Eurydice aux enfers et rester avec elle pour toujours.

Le mythe d'Orphée et Eurydice, très émouvant, est l'un des plus connus aujourd'hui, et il inspire encore beaucoup les peintres, les poètes et les écrivains. Parmis les mythes des autres civilisations on peut penser que le mythe hindou de Savitri et Satyavan en soit l'échos.



Le champ de fleurs

Le champ de fleurs fait partie dans Saint Seiya de la deuxième prison (celle du temple de Pharao qui contient aussi en amont la vallée du vent noir) et est situé au aval du temple, avant de continuer la route vers les autres prisons. Dans notre manga , Kurumada fait d'Orphée un saint d'argent ayant existé il y a fort longtemps et qui vit depuis son histoire d'amour tragique aux enfers pour rester auprès de son Eurydice figée dans la pierre. Il est associé à la constellation de la lyre, et son armure d'argent a d'ailleurs elle-même la forme de cet instrument (ci-dessous).
Image


Son histoire d'amour et ses talents de musiciens sont copiés sur l'Orphée de la mythologie grecque. Lorsqu'il tente de ramener son Eurydice des enfers, de même Hadès le laisse partir à la condition de ne pas se retourner. C'est là que Kurumada nous modifie le scénario à sa manière: Hadès aime en effet beaucoup la musique d'Orphée et souhaite le retenir, d'où le stratagème de Pandore, qui confie son miroir au spectre gardien de la 2ème prison : Pharao, afin de tromper Orphée. C'est la lumière reflétée par le miroir de Pandore qui induit en erreur le barde et provoque la tragédie. Si on considère que la Pandore de Saint Seiya est un peu un mix de la Pandore mythologique et de Perséphone (ça semble assez clair), on peut s'étonner un peu de cette différence par rapport au mythe initial, vu que Perséphone dans l'histoire originelle contribue surtout à attendrir Hadès pour qu'il cède au souhait du musicien prodige et le laisse partir. Ici c'est un peu l'inverse...
Eurydice est ainsi transformée en pierre, comme dans certaines versions mythologiques, et Orphée n'apprendra que bien plus tard les raisons du drame, lors du passage des chevaliers d'Athéna dans son champ de fleurs. Ce qui donne lieu à une belle histoire de vengeance assouvie lors du combat Pharao / Orphée.

Le lieu où Eurydice est figée se situe non loin de la deuxième prison des enfers (celle gardée par Pharao) et est une sorte d'immense champ de fleur, sorte de hâvre de paix rarissime perdu au milieu des enfers (le Meikai), comme si c'était un petit bout d'Elysion. Lorsqu'ils furent pris au piège par Pharao Orphée et Eurydice tentaient de se diriger vers la sortie des enfers, en empruntant des chemins mornes et désolés comme dans tout le reste du Meikai, il n'y avait pas de fleurs à ce moment là.

Image

Les fleurs sont arrivées à priori par une espèce d'enchantement, du fait de la présence de la douce et tendre Eurydice et de la musique d'Orphée, j'aime d'ailleurs beaucoup cette image de la musique et de l'amour capables de repousser les ténèbres et le Mal par leur seule présence et existence ... Image surtout inspirée d'Orphée dans la mythologie, musicien dont il était dit que quand il jouait même les animaux s'amassaient pour écouter et qui générait la grâce autour de lui ! Ces deux amants me rappellent un peu certains couples de Tolkien (notamment Beren et Luthien , princesse elfe du Premier age qui abandonna l'immortalité pour épouser un mortel et dont les chansons racontent comment elle faisait pousser des fleurs et apportait la grâce et la beauté naturelle partout ou elle passait dans la forêt de Neldoreth .. D'ailleurs avant d'aimer Beren, Luthien aimait aussi un très grand musicien elfe de Doriath ! Difficile de ne pas émettre quelques rapprochements avec cette très belle histoire d'amour impossible et tragique entre l'homme Beren et l'elfe Luthien (histoire et conte qu'on peut découvrir notamment dans Le silmarillion). Ici c'est plutôt Luthien qui joue le rôle de la musicienne par son chant qui était tellement émouvant qu'elle parvenait à émouvoir les esprits de la nature, animaux etc (son surnom est d'ailleurs Lúthien Tinúviel, le rossignol). Comme pour le mythe d'Orphée et Eurydice, de manière inversée cette fois, Luthien ne chanta plus que des chants tristes à compter du jour où son père lui refusa l'amour de Beren et envoya ce dernier accomplir une mission impossible emplie de périls. Le romancier anglais s'est sans doute un peu inspiré du mythe greco-romain.

Dans Saint Seiya Orphée se sacrifiera, et sacrifiera du même coup la possibilité de vivre pour toujours auprès de sa bien-aimée, afin d'aider les saints d'Athéna dans leur quête. Il fait passer le bien commun (celui de l'Humanité incarné par Athéna) AVANT MEME son amour pour Eurydice, c'est encore une fois un geste très fort et tellement marquant. Quelle plus belle réponse Seiya aurait il pu apporter à ce sacrifice tragique que la phrase qu'il prononce au Gyudeca, Orphée venant de mourir dans ses bras :

"Orphée maintenant tu vas devenir une étoile qui ne jouera plus que des chansons d'amour ... Et en tendant l'oreille vers la constellation de la lyre nous entendrons ta musique"

Image

J'enchaine avec une photo de la vraie constellation de la lyre, où l'on peut voir la grosse étoile Véga au nord, l'une des plus brillantes du ciel, et gamma Lyr au sud (source : astrosurf.com )

Image




Un autre lien avec la divine comédie ?

Dans la divine comédie de Dante, il n'y a pas de champ de fleurs, mais le troisième cercle des enfers condamne les pêcheurs de l'amour et les luxurieux, et parmi les exemples de couples que le poète italien place à cet endroit on trouve comme je l'ai détaillé au début du topic, les amants du 13ème siècle Paulo Malatesta et Francesca, princesse de Rimini, qui s'aimèrent à la folie malgré les interdits et qui furent tous deux poignardés par le prince de Gradara, Gianciotto, le mari de la belle (un poil jaloux !!) , alors qu'ils échangeaient un premier baiser ... Réunis dans la vie, ils furent réunis dans la mort à l'intérieur de ce cercle des enfers, un peu comme Orphée et Eurydice. Peut être y a t'il un clin d'oeil de la part de Masami Kurumada. Autrement il n'est fait nulle mention d'Orphée et Eurydice dans la divine comédie (A noter que dans la mythologie grecque d'ailleurs, lorsqu'Orphée se retourne, Eurydice ne se transforme pas en pierre , mais s'évanouit et disparaît, du moins dans les versions dont j'ai eu connaissance).


LA TROISIEME PRISON

Ici, les pécheurs avares ou vénaux font rouler des rochers pour l'éternité

Image

En continuant la "route" des enfers après le champ de fleurs, on tombe dans la troisième prison, gardée par deux spectres : Rock du Golem et Yvan du Troll. Ici les morts sont condamnés à rouler éternellement de gros rochers jusqu'au sommets d'une montagne, exactement comme Sisyphe dans la mythologie.

Le peintre Gustave Doré a représenté cette scène (et beaucoup d'autres de la divine comédie)

Image

Comme dit précédemment, le supplice des morts de cette prison rappelle celui du célèbre Sisyphe dans la mythologie grecque. Petit rappel sur cet autre mythe ultra célèbre :

Sisyphe était considéré comme le plus rusé et le plus fourbe des mortels qui parvint à vaincre la mort elle-même; Ce roi de Corinthe était aussi célébre que Tantale aux Enfers. Tout comme celui-ci, on ne connait pas la nature exacte de son crime. Pour certain, il était un roi sanguinaire qui dévasta l'Attique, pour d'autres, il instruisit les hommes d'un mystère divin.
Selon la version la plus répandue, un jour, alors que Zeus avait transporté la nymphe Egine dans une Ile pour la séduire, Sisyphe dénonça le roi des dieux au père de la nymphe : le dieu fleuve Asôpo. Aussi, Zeus irrité appela Thanatos (dieu de la mort) pour l'enchaîner. Mais Sisyphe par une feinte parvint à retourner la situation et à enchainer Thanatos, et plus personne ne mourut plus sur Terre, jusqu'à ce que Zeus fit descendre Arès sur Terre pour délivrer la Mort.

Plus tard, Sisyphe ordonna à son épouse Méropé (l'une des pléiades) de ne pas rendre à son corps les honneurs funèbres, aussi, quand Thanatos vint le prendre pour la seconde fois, il se laissa faire avec une apparente résignation, et Thanatos alla se plaindre à Hadès de l'impiété de Méropé. Par esprit de justice et par piété, Hadès permit à Sisyphe de retourner sur Terre parmi les vivants pour se venger de son épouse, mais en réalité, n'ayant aucune envie de retourner en enfer, Sisyphe, fort heureux de retrouver Méropé, vécu jusqu'à un âge avancé. Mais lorsqu'il mourut à nouveau, le châtiment de Zeus l'attendait aux enfers : il fut condamné à rouler éternellement un énorme rocher jusqu'au sommet d'une montagne, d'où son poids le faisait redescendre sans cesse, obligeant le malheureux à recommencer sa tâche indéfiniment...

Ce mythe illustre le thème de l'absurde, thème de prédilection de l'écrivain Albert Camus , qui en a d'ailleurs même fait un roman (le mythe de Sisyphe).


Image
Rock du Golem de l'étoile céleste de la cible

L'un des spectres gardiens de cette prison est Rock du Golem (ci-dessus) voir aussi son topic dédié dans la rubrique encyclopédique

Rock est associé à une créature célèbre de l'héroic-fantasy et des jeux de rôle : le Golem. Monstre de pierre qui tient ses origines du folklore juif , dans le ghetto de Prague :
Le rabbin Judah Loew de Prague, également connu sous le nom de Maharal, l’a créé avec de l’argile et lui a donné la vie en plaçant sous sa langue une feuille de papier où était inscrit le nom secret de Dieu et en écrivant le mot EMETH sur son front, ce qui signifie vérité en hébreux.

Le Golem a aidé les Juifs à se défendre contre les émeutiers antisémites, mais un jour il s’est retourné contre son créateur. Il a semé la ruine et la destruction jusqu’à ce que, au dernier moment, le rabbin , pour le tuer, ait l'idée d' enlever la première lettre (meth signifie mort). Le Golem est alors redevenu un tas d’argile sans vie. voir aussi ce topic

Le golem symbolise à la fois la peur des hommes face à leur propre créations , qui peuvent toujours se retourner contre eux. La légende a sans doute inspiré le frankenstein de marie Shelley, mais il symbolise aussi le modèle positif d'une créature aux pouvoirs exceptionnels et dont la vocation est la protection de l'humanité. C'est ainsi que le personnage de Superman, créé dans les années 30 en pleine montée des périls, par Jerry Siegel et Joe Shuster, deux auteurs juifs, peut être rattaché au mythe du Golem. (pour ma part le personnage de Ben alias la chose, des 4 fantastiques , m'a toujours fait un peu penser aussi à un Golem !)
Le golem a souvent inspiré le folklore yiddish, et également le cinéma allemand du début du siècle. Le film La forteresse noire de Michael Mann est aussi un gros clin d'oeil à cette légende.

Dans le mythe de Sisyphe, comme dans le mythe du Golem, on a un peu la même symbolique, celle de la montée et de la redescente. Un mortel cherche à imiter le divin (atteindre l'immortalité / créer des créatures vivantes) mais ces mythes sont là pour nous montrer les limites de ces approches (même quand on pense faire le Bien) , je trouve donc assez logique que Kurumada ait placé Rock du Golem dans cette prison associée au mythe de Sisyphe ...

Dans la divine comédie
Chez Dante on retrouve un enfer similaire à la 3ème prison dans Saint Seiya , il s'agit du 4ème cercle des enfers (toujours cette histoire de décalage d'une unité entre les cercles de la divine comédie et les prisons de saint seiya ..) Ce sont également les avares et prodigues qui s'y retrouvent après la mort ; La peine est identique pour ces deux groupes de personnes qui roulent continuellement des poids et s’injurient de troupes à troupes.

Ces poids représentent les richesses mal amassées ou mal dépensées (en bref une façon de condamner une existence vécue de manière absurde , ce qui est un péché) : Ci-dessous : Petit extrait de la divine comédie


Là je vis des gens plus qu'ailleurs nombreux,
Et d'une part et de l'autre à grands hurlements,
roulant des poids avec leur poitrine.
Ils se heurtaient à la rencontre, et là, ensuite,
chacun se retournait, tenant son fardeau
et criant : "Pourquoi tiens-tu?" et "Pourquoi jèttes-tu?"

Ainsi tournaient-ils par le sombre cercle
de chaque côté jusqu'au point opposé
criant toujours la parole de honte.
Puis revenait chacun , lorsqu'était arrivé
au demi cercle, à l'autre joute.

Et moi, qui avait le coeur contristé
Je dis : "Ô Maître mien, ores m'explique
quelle gent est celle-ci et si tous furent clercs
ces tonsurés, à notre gauche."

Et lui à moi : "Tous et toutes furent borgnes
d'esprit en leur vie première
et ne firent dépense avec mesure.
Assez clairement leur voix l'aboie
lorsqu'ils arrivent aux deux points du cercle
où faute contraire les sépare.
Ceux-ci furent clercs qui n'ont couvercle
de poil sur la tête, et papes et cardinaux,
chez qui avarice se surpasse"

Et moi: "Maître, parmi de tels damnés
j'en devrais bien connaître quelques-uns
qui furent souillés de ces maux."

Et lui à moi: "C'est là une vaine pensée,
la méconnaissante vie qui les fit immondes,
à toute connaissance les rend obscurs.
Eternellement ils viendront aux deux heurts;
ceux-ci surgirent du sépulcre
le poing fermé et ceux-ci le poil ras.
Mal donner et mal tenir les a privés
du monde de beauté, les a placés à cette bagarre:
sur ce qu'elle est je n'ajouterai parole.

Ores peux-tu voir, fils, la brève bouffonnerie
des biens qui sont commis à la Fortune,
pour quoi la gent humaine se prend aux cheveux,
car tout l'or qui est sous la lune
et qui fut , ne pourrait en rien
procurer pause à l'une de ces âmes."
"Maître", dis-je à lui, "dis-moi encore:
cette Fortune que tu viens de nommer, qu'est-elle
qui tient entre ses griffes les biens de la terre ?"

Et lui à moi : "O sottes créatures !
que d'ignorance, - et quelle ! - offense vos esprits !
Ores je veux que tu ingurgites ma sentance.
Celui dont la sagesse transcende tout
fit les cieux et leur donna qui les conduit
et chaque partie resplendit pour chaque partie
en distribuant une égale lumière;
semblablement, aux richesses humaines,
il préposa une intelligence guide
qui fît passer, en leur temps, les vains biens
de peuple à peuple et d'une famille à l'autre,
au-delà des calculs des esprits humains;
pour ce un peuple domine et l'autre languit
selon décision de Fortune
qui est cachée comme serpent dans l'herbe.
Votre savoir ne peut s'y opposer,
elle prévoit, juge et poursuit
son règne , comme le leur les autres dieux.
Les permutations n'ont de trêve :
nécéssité la fait être rapide;
nombreux sont ainsi ceux qui changent d'état.
Elle est celle que tant l'on cloue au pilori,
même par ceux qui d'elle auraient à se louer,
lui donnant blâme à tort, et malédiction;
mais elle est bienheureuse et n'entend tout celà;
joyeuse avec les autres premières créatures,
elle tourne sa roue et jouit de sa félicité.

(Dante, la divine comédie, Enfers, Chant VII )

(je vous laisse méditer ça !! )
Modifié en dernier par phoenlx le ven. janv. 28, 2011 1:46 am, modifié 2 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mer. mars 22, 2006 1:37 am

On continue notre petite ballade de santé dans les enfers avec ..

LA QUATRIEME PRISON

La mare obscure. Les pécheurs coléreux ou insatisfaits se noient les uns les autres.

Image

Dans cette prison Shiryu, Hyoga et Kanon sont attaqués par un spectre du nom de Phrégias du Lycaon. La prison est une espèce de mare que le spectre parcoure sur son radeau.

Dans la divine comédie ..

Cette prison est encore une fois inspirée de l'oeuvre de Dante : Il s'agit du cinquième cercle des enfers qui condamne les colériques. Leur sort est de se noyer dans les eaux boueuses du Styx et de se mordre férocement.

Combien se prennent là haut pour de grands rois
qui seront ici comme porcs dans l'ordure,
laissant de soi un horrible mépris
.
( enfers, chant VIII )

On peut donc remarquer que la mare obscure de Saint Seiya correspond à l'un des fleuves des enfers, le Styx (notons au passage que si au niveau du plan du Meikai Saint Seiya fait surtout référence à la divine comédie au niveau des noms des fleuves tels l'Achéron, le Styx, en revanche dans la mythologie grecque tout ça est un peu différent puisque le Styx est le fleuve qu'on passe en arrivant en enfer (celui que fait passer Charon)


Parmi les morts que Dante place dans cet endroit en train de subir un supplice , il y a Filoppo Argenti, ennemi personnel de Dante, qui paraît-il, l'aurait souffleté en public.


Phlégias du Lycaon : gardien de la 4ème prison

Image

Voici ci-dessus Phlégias du Lycaon , le spectre qui garde la 4ème prison des enfers. Dans la divine comédie le passeur du Styx s'appelle également Phrégias. L'armure (surplis) du Phrégias de Saint Seiya représente un animal canidé bien connu qui ressemble à un loup : le lycaon (ci-dessous).

Image

Il y a en réalité derrière ce personnages deux clin d'oeil distincts à des personnages de la mythologie grecque :

Mythologie grecque , Lycaon et Phlégias

Phlégias, dans la mythologie grecque était un roi d'Orchomène , fils d'Arès et de Chrysé. Irrité un jour par Apollon, il mit à feu le sanctuaire de ce dernier (celui de Delphes) , et fut puni de ce sacrilège en subissant un rigoureux châtiment aux enfers, condamné au Tartare.

Lycaon quant à lui était roi d'Arcadie. Il institua dans son royaume le culte de Zeus lycien. Mais il abusa de la faveur du maître de l'Olympe en lui offrant un jour en sacrifice non pas un animal mais un enfant. Selon certaines versions du mythe il s'agissait du propre fils du roi : Nyctimos. Zeus fut saisi d'horreur et décida pour punition de changer le roi et tous ses enfants en loups. C'est bien sûr ce mythe qui est à l'origine du terme "lycanthrope" et du mythe du loup garou.

Ci-dessous : une image de lycanthrope

Image

Pour revenir au cercle des enfers correspondant (la prison 4 dans la version Saint Seiya) voici à présent un tableau de Delacroix (nommé : la barque de Dante) qui illustre le passage de la traversée de ce lieu dans la divine comédie par Dante et Virgile ( tableau exposé au musée du Louvre, et que le grand peintre a produit en s'inspirant notamment du radeau de la méduse de Géricault )

Image

Au premier plan sont représentés Dante et Virgile se tenant debout dans la barque, conduits par un passeur au corps vigoureux : il s'agit de notre fameux Phlégyas, qui puissamment - " ravalant son ire " conduit la frêle barque qui s’enfonce dans les eaux du Styx plus que d’habitude puisque Dante n’est pas mort donc possède un corps pesant. Dans l’eau des personnages nus et menaçants semblent venir à l’assaut de la barque. " Tandis que nous courions la morte mare, par devant moi se dresse un plein de fange ". Le Florentin Filippo Argenti tente de se hisser à bord, mais Virgile le repousse: " " A bas, avec ces autres chiens! " Puis il me ceint de ses deux bras le col, me baise au front, et " Ame dédaigneuse " fait-il, " bénie celle qui te porta ! Cil fut au monde orgueilleuse personne; bonté n’y a qui dore sa mémoire; aussi voit-on furieuse son ombre. Que de gens pour grands rois là-haut se tiennent qui viendront çà comme porcs prendre souille, laissant de soi horribles méprisances ! " Dante se délectant de la souffrance de cet homme, Virgile exhorte " la fangeuse foule " contre celui-ci.
Plus de détails sur ce tableau et la scène : http://bjay.club.fr/dosdef.htm


Les remparts de Dité

On peut constater dans l'arrière plan du tableau de Delacroix des bâtiments enflammés, il s'agit de la deuxième partie de ce cercle des enfers, dans lequel se rendent Dante et Virgile, de l'autre côté du Styx. Car en réalité avant d'arriver à l'enfer suivant (les tombes profanées), Dante et Virgile dans la divine comédie passent par les remparts d'une ville en flamme : Dité, gardée par une foule de démons.
Ci-dessous : une représentation de ce lieu de la divine comédie par un artiste qui fait des formes dans du sable !
Image


Virgile et Dante se retrouvent bloqués aux portes de Dité, Virgile tente de trouver un compromis avec les démons mais finalement les démons se cloîtrent et refusent d'ouvrir la porte.

La tour aux deux fanaux surplombe le fleuve.

Dans cet endroit sévissent les trois Furies (ou Erinnyes ) :

Image

Dans la mythologie grecque, les trois furies étaient des créatures des premiers âges nées du sang d'Ouranos. Des divinités vengeresses qui punissaient implacablement les crimes, notamment ceux perpétrés à l'intérieur d'une même parenté. Elles étaient si redoutables que, de peur de prononcer leur nom, on les appelait pour les apaiser les Euménides (les Bienveillantes) ; Elles demeuraient dans les enfers et étaient, selon Héraclite, "ministres de la Justice" poursuivants les méchants et les criminels pour en tirer vengeance. [Petite remarque au passage : Dommage qu'elles ne soient pas exploitées dans le scénario Kurumada lors du passage dans cette prison, il eut été sympa par exemple d'ajouter un ou deux spectres en rapport avec elles ^^ ]

Lors du passage de Dante et Virgile dans ce cercle, dans la divine comédie, les furies apparaissent au sommet d'une tour enflammée et arborent pour cheveux des serpents. La première Mégère, la seconde, Alecto, la troisième Tisiphon, appellent Méduse la plus jeune des filles de Gorgone pour mieux s'opposer à la présence de Virgile. Vigile et Dante pénétreront dans la citadelle quand un messager du ciel fera fuir les furies en traversant le Styx à pied sec.



LA CINQUIEME PRISON

Les pécheurs qui n'ont pas écouté les paroles de Dieu souffrent éternellement dans des tombes en feu

Image

Après la mare obscure le trio constitué de Shiryu, Kanon et Hyoga se retrouvent dans un lieu lugubre ou des morts se tordent de douleur dans des tombes profanées et enflammées. C'est ici que Kanon bat le spectre Stand du Scarabée, un gros balèze, puis qu'Ikki et Kanon affrontent les trois Juges ..

Dans la divine comédie

Chez Dante (enfer chant X ) , cette cinquième prison correspond au 6ème cercle des enfers , qui est destinée aux rancuniers, aux mélancoliques et aux hérétiques. Dante présente et condamne comme hérétiques tous les hommes assez présomptueux pour faire de leur pensée et de leur volonté propres la mesure de toute chose. Avec ce cercle prend fin ce qu'on appelle le "Haut Enfer" qui correspond aux incontinents, et commence ce qu'on appelle le "Bas enfer" ; les péchés traités à partir de là vont devenir très lourds pour finir avec les péchés les pires dans ce qu'on appelle les sphères.

Dans le 6ème cercle celui des tombes, On trouve aussi des épicuriens. Dante y place comme personalités : Farinata degli Uberti, Cavalcante Cavalcanti et le pape Anastase II !

L'un des damnés informe Dante sur son futur exil de Florence (Janvier 1302) ainsi que le triste destin de son parti, lorsqu'il revendra en Juin 1304 et qu'il se rendra compte que les efforts de son parti (les Blancs : l'un des nombreux clans qui se sont disputés Florence au début du 14e siècle avant l'arrivée des Médicis, en 1434) étaient vains.


LA SIXIEME PRISON

La 6ème prison dans Saint Seiya correspond au 7ème cercle des enfers chez Dante dans la divine comédie. Elle est divisée en 3 vallées (3 girons).

Image

Les 3 vallées sont :
---> vallée 1: l'enfer du lac de sang , ou vont les violents
---> vallée 2 : bois des suicidés
---> vallée 3 : enfer de sable brûlants, où tombent les débauchés


Dans la divine comédie , on a une division similaire en trois girons : A la fin du chant XI, Virgile explique à Dante l'ordonnance de l'enfer selon l'échelle des maux pensée par Aristote. Le mal est dans l'injustice mais on peut être injuste par l'usage de la force ou par l'usage de la fraude.

On peut être injuste :
- par fraude envers celui qui a accordé sa confiance (traître)
- par fraude envers celui qui n'a pas accordé sa confiance (hypocrite, sorcier, faussaire, tricheur)
[On retrouvera ces 2 catégories de trompeurs dans le cercle suivant]

On peut être injuste :
- par force envers autrui et ses biens (assassin, voleur)
- par force envers soi-même (suicide, dissipation, mélancolie)
- par force envers Dieu (blasphème, sodomie, usure)

[ Ces différentes catégories de mal vont donc correspondre à autant de girons (vallées) dans ce cercle (prison) .. ]

Le premier giron (ou la première vallée)

Ici tombent ceux qui ont été violents envers autrui (assassin, voleurs). Dans Saint Seiya, il s'agit de l'enfer du lac de sang

Image

C'est dans cet enfer que Rune de Balrog voulait projeter Seiya avec son attaque dans l'OAV 2 (alors que Pégase et Andromède traversaient la première prison : le tribunal). Son crime ? avoir été un individu violent toute sa vie, et avoir tué bon nombre de personnes !!! Evidemment le saint d'Athéna répliquera que c'était pour la bonne cause mais le spectre ne voulut rien entendre, et Pégase ne dut la vie sauve qu'à l'intervention de la chaîne d'Andromède, qui donna lieu ensuite à un échange de parole aux airs de déjà vu entre Rune et Shun , Andromède étant à nouveau torturé par des doutes affreux ( Je suis un assassin !! Je ne sais plus, qui a tort qui a raison !! ) Tout ça nous rappèle pas mal le combat contre Mime à Asgard ..

A part lors de ce passage (où finalement Seiya ne tombera pas dans l'enfer du lac de sang) , cette prison n'est plus évoquée , à part sur la carte des enfers : Elle est ensuite maleureusement zappée par Kurumada dans son histoire (comme toutes les prisons suivantes après la 6 et on passe directement à la Giudeca) ; Les passages de Shiryu, Hyoga et Dohko dans ces lieux étant seulement suggérés.

A partir de là je vais donc moins m'étendre sur les analogies entre Saint Seiya et la divine comédie de Dante, et ne parler que très brièvement des cercles suivants.


Dans la divine comédie (chant XII) , ce cercle est placé sous la garde du terrible minotaure. Il rassemble aussi les coupables de violence à l'égard de leur prochain. Une rivière de sang bouillant dévore ceux qui ont nui aux autres par violence. Les sanguinaires seront noyés par le bain de sang en ébullition. Des centaures armés d'arcs décochent leurs flèches contre ceux qui veulent fuir la sentence. Les centaures sont au nombre de trois : Pholus, Nessus et Chiron, et symbolisent le triomphe de la bestialité sur la nature raisonnable de l'homme. Dans son texte , Dante se décrit comme y croisant des empereurs défunts : Alexandre, Denys (le tyran de Sicile), Attila, Pyrrhus et Sextus mais aussi des tyrans contemporains de son époque comme Azzolino III (le tyran des Marches) qui massacra un grand nombre de Padouans.

Quelques mots ensuite sur les deux autres vallées, même si elles ne sont pas exploitées dans le scénario Saint Seiya et que Kurumada ne fait que les évoquer dans le plan des enfers en début du volume 24


Le 2ème giron (ou la deuxième vallée)

Il s'agit du bois des suicidés où se retrouvent ceux qui ont attenté à leur propre vie.

J'ai trouvé cette peinture à l'huile représentant la scène chez Dante
Image
( Auteur de l'image : Philippe Breton ; source : ce site web )

Chez Dante (enfer , chant XIII) , il s'agit aussi d'une vaste forêt, et cet enfer est gardé par les harpies et des chiennes noires. On apprend (suite à ce que Dante, sous conseil de Virgile arrache un rameau à l'un des arbres, qui se lamente aussitot), que les damnés sont éternelement transformés en arbres épineux et noueux. Ceux qui ont rejetté leur corps (donc ceux qui se sont suicidés) se présentent devant Minos (celui qui juge et attribue les damnés), il les envoie dans cette forêt au hasard, et d'une pousse, grandit un arbre sauvage où perpetuellement naissent des feuilles que les harpies dévorent avidement, ce qui leur cause des souffrances atroces. Le jour du jugement dernier il leur sera interdit de reprendre leur forme originelle (c'est-à-dire leur corps) étant donné qu'ils se sont oté la vie, et ils devront se présenter en ce grand jour nus comme des vers, et lorsque le jugement sera fait, ils devront traîner eux-mêmes leur dépouille et l'on accrochera le cadavre de chacun, sur la branche épineuse du damné. Pour Dante, aucune disgrâce ne pourra justifier qu'une créature renonce à la vie, don du Créateur. Se suicider est un péché.

Dante y rencontre Pierre des Vignes, Jacques de Saint-André.

la troisième vallée (ou troisième giron)

Il s'agit d'un enfer de sables brûlants , où vont les personnes qui ont sombré dans le plaisir et la débauche.

Chez Dante , il s'agit aussi d'une une vaste étendue de sable aride, ardent, où rien ne pousse. Mais Dante subdivise les damnés de cet enfer en 3 catégories :
* les blasphémateurs dont le sort est décrit dans l'enfer chant XIV
* les intellectuels dont le sort est décrit dans l'enfer chant XV
* les sodomites , les violents contre la nature (ceux-ci correspondraient précisément à ceux de Saint Seiya donc) et dont le sort est décrit dans l'enfer chant XVI.

---> les blasphémateurs (chant XIV): Certains étaient couchés sur le sable, immobiles. D'autre étaient assis, tous recroquevillés. Et finalement les derniers erraient, marchant ou courant, sans jamais s'arrêter. Les âmes dans ce lieu sont soumis à une pluie de flamme, qui jamais ne s'arrête et lorsque ces flammes atteignent le sable, ce dernier prend feu et redouble la souffrance des damnés. Dante y recontre Capanée qui, fier et arrogant jusqu'à la fin des temps, se moque de son chatiment (et aussi des dieux) et ne baisse pas la tête. On apprend aussi dans le chant XIV les origines du Styx, de l'Achéron et de Phlégéton

---> les intellectuels (chant XV) : Dante en passant à côté d'un cortège de damnés, recontre par hasard Brunetto Latini (philosophe et orateur) qui fut son conseiller, qui l'encouragea dans ses études, il fut une sorte de mentor pour Dante. Entretien avec Brunetto qui lui décrit les âmes qui sont ici, divers lettrés, François d'Accurse et Priscien, respectivement jurisconsulte et grammairien.

---> les débauchés (chant XVI) : Virgile et Dante y recontrent trois hommes d'État (Guido Guerra, Thegghiajo Aldobrandi et Jacques Rusticucci), qui étaient soit soldats, soit valeureux chevaliers. Toujours autant défigurés par les flammes, ils demandent à Dante si Valeur et Courtoisie ont toujours place à Florence. Dante leur répond que non, la richesse et l'orgueil ont corrumpu leur belle cité, finalement ils demandent encore à Dante de parler d'eux lorsqu'il reviendra parmi les vivants.







L'arbre sapindus et le colier aux 108 perles
(Invention de Saint Seiya Lost Canvas)

Image

Comme je le disais, après la 5ème prison (les tombes enflammées) et la partie "enfer du lac de sang" brièvement évoquée, la suite du plan des enfers version divine comédie est beaucoup moins exploitée par l'auteur de Saint Seiya. On peut imaginer que Shiryu et Hyoga après avoir quitté Kanon lorsque le saint des Gémeaux s'apprête à affronter Minos Rhadamanthe et Eaque s'en vont alors profondément dans la 6ème prison et traversent le bois des suicidés ou l'enfer de sable. Mais ceci n'est que suggéré et les éventuels combats de nos bronze saints contre des spectres de ce lieu ne sont pas montrés.

Pour cette prison 6, on peut quand même noter qu'elle est évoquée plus longuement dans le manga préquel de Shiori Teshirogi : saint Seiya Lost canvas.
On y évoque la grande cascade de sang présente sur le plan des envers version Kurumada, et c'est là aussi que pousse un arbre (le Sapindus ou magnolier des enfers) dont les fruits seront ramenés sur Terre à Jamir par l'expédition de Tenma, Yato et Yuzuriha et grâce auxquels le futur collier aux 108 perles que porte le chevalier d'or de la Vierge sera réalisé.

Image

Le sapindus est un arbre qui pousse dans la 6ème prison des enfers, en haut de la grande cascade de sang. On notera que c'est une pure invention de l'univers de Saint Seiya (aucune mention d'un quelconque arbre dans la divine comédie)

Dans la réalité , il s'agit d'un arbre présent dans toutes les régions tempérées chaudes et tropicales de la planète, il existe notamment une variété indienne, Sapindus mukorossi qui pousse sur les contreforts de l'Himalaya, qui a peut-être inspiré par ses fruits celui de Saint Seiya.

Dans Saint Seiya The Lost Canvas le magnolier des enfers est décrit comme la seule entité vivante produisant des fruits en enfer, le reste du territoire d'Hadès étant évidement sombre et désolé !! Ses fruits servent à la réalisation d'un chapelet de 108 perles (aksamala) qui servira à emprisonner les âmes des spectres et empêcher ces derniers de ressusciter.

Le chevalier de la Vierge de l'époque (Asmita) se sacrifia pour réaliser le collier à partir des fruits. Son chapelet sera transmis dans la génération moderne à l'actuel chevalier d'or de la Vierge : Shaka. Ce chapelet est inspiré de celui que portent les bouddhistes et leur servant à épeler les mantra durant leurs prières. Logique, puisque dans Saint Seiya Shaka se considère parfois comme une incarnation du Bouddha historique.

C'est à proximité de cet arbre des enfers qu'a lieu la confrontation entre le chevalier de pégase de l'époque (Tenma) et le fantôme d'Asmita. Le chevalier de la vierge encourageant Pégase à sublimer son cosmos, acte précis grâce auquel l'arbre parviendra à produire ses fruits en fait.
Modifié en dernier par phoenlx le lun. déc. 29, 2008 8:46 pm, modifié 5 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » lun. juin 25, 2007 11:38 pm

je continue avec un autre clin d'oeil qui me vient à l'instant et là je reviens en arrière dans les épisodes puisque ça concerne l'avant Meikai, il s'agit d'un probable clin d'oeil chrétien auquel j'avais jamais pensé , vous me direz ce que vous en pensez !

Image

ca vous a jamais titillé la scène de l'OAV 12 (volume 22) où l'on voit Saga amener au château d'Hadès un linceul censé contenir le corps d'Athéna (linceul qui se révèle finalement vide ! ) Moi si un peu je viens de cogiter à ça et je me demande s'il n'y a pas un clin d'oeil au fameux saint suaire de Turin censé avoir contenu le corps du Christ (lui aussi censé avoir disparu alors qu'en fait il allait ensuite rescussiter , dixit les Evangiles .. Athéna dans la série aussi rescussite d'une certaine manière, mais aux enfers grâce au 8ème sens ..)

Image

Ceci prolongerait d'ailleurs les nombreux clin d'oeil chrétiens pour Athéna, déesse de miséricorde et de pardon etc, cf son calvaire dans Lucifer qui n'est pas sans rappeler la passion etc etc)
Modifié en dernier par phoenlx le ven. janv. 28, 2011 1:16 am, modifié 8 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

michael romeo
Maison des Gémeaux
Maison des Gémeaux
Avatar du membre
Messages : 439
Enregistré le : ven. sept. 02, 2005 10:42 am
Contact :

Messagepar michael romeo » mar. juin 26, 2007 12:07 pm

J'y avais pensé en le découvrant la première fois, sur le coup, mais bon il peut y avoir tellement d'autres références, ou références qu'on donne nous-même alors qu'à l'origine ce n'était pas le cas. Une vraie mine d'or cette oeuvre :bravo:

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » mar. juin 26, 2007 12:10 pm

C'est sûr. Ben certaines références en plus sont sans doute conscientes et d'autres inconscientes de la part de Kurumada (mais sans doute réelles quand même)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » ven. mars 14, 2008 6:02 pm

je poursuis la ballade infernale avec la description des prisons au-delà de la 6ème ( et les parallèles avec la divine comédie)

LA SEPTIEME PRISON

Je touche quelques mots de la 7ème prison, même si elle est zappée dans Saint Seiya , avant d'attaquer la suite. Elle correspond au 8ème cercle des enfers chez Dante.

Le 8ème cercle est divisé en 10 vallées concentriques appelées fosses ou malefosses (maleboges)

Image

Toutes ces fosses ont la particularité d'accueillir des trompeurs de toute sorte , chaque fosse accuillant une catégorie de trompeurs : respectivement :
---> les séducteurs
---> Les flatteurs et les adulateurs
---> Les simoniaques
---> Les devins et les sorciers
---> Les concussionnaires et prévaricateurs
---> Les hypocrites
---> Les voleurs
---> Les mauvais conseillers
---> Les semeurs de troubles
---> Les charlatans et faussaires, les alchimistes

Passons les en revue :


FOSSE numéro 1 :
Elle accueille les séducteurs !
Dante y découvre deux files de damnés nus, qui avancent vers les deux acolytes, et les autres dans le sens inverse mais plus rapidement, la foule est perpétuellement fouettée par les démons. Dante en les regardant, remarque Caccianemico, un Bolonais qui se serait fait payer par un marquis pour lui remettre sa sœur, qui était déjà promise à un autre ; ainsi il est condamné aux souffrances éternelles. Au même titre que Jason qui, après avoir déjà abandonné Médée, abandonne Hypsiphyle qui était seule et enceinte, l'abandonna à son triste sort.
(passage correspondant de la divine comédie : Chant XVIII , partie Les enfers)


Fosse numéro 2 : Elle accueille les flatteurs et adulateurs.
Ces derniers sont plongés dans une fosse de lie dégoutante et pestilentielle, Dante y reconnaît Alessio Intermini de Lucques, flatteur au possible, et ses mensonges dont il n'a jamais connu la lassitude l'ont poussé dans cette fosse.
(passage correspondant de la divine comédie : encore le Chant XVIII , partie Les enfers)

Image



fosse numéro 3 : Elle accueille les simoniaques (ceux qui ont vendu ou acheté des bénéfices, des faveurs) : Dante et Virgile y rencontrent Simon le Mage, qui malgré (comme son nom l'indique) ses nombreuses connaissances dans la magie, a tenté d'acheter le don des miracles aux apôtres. Les damnés sont pendus sur une sorte de table ou de surface plane troué en forme de cercle, "un livide rocher percé de mille trous" où sont pendus les simoniaques, la tête en bas (pour symboliser leur oubli du ciel et de Dieu) et n'ayant leur corps à l'air qu'à partir des jambes. Ces dernières sont perpétuellement "léchées" par des langues ardentes de feu. Il y en a un qui souffre et se débat plus que les autres : C'est Nicolas III (damné pour avoir abusé des privilèges que lui accordait son titre papal, il ne vendait pas les indulgences mais il faisait profiter à tous ses proches des jouissances que lui donnait l'Église)

Le principe du supplice propre à cette fosse est le suivant: les damnés sont accrochés par les jambes à cette plate-forme et lorsqu'un "successeur" vient aux Enfers, il le remplace à son emplacement ; ainsi s'entassent dans "les fentes du roc" les simoniaques.

Nicolas III mentionne également que Boniface ne restera pas longtemps un pape encore plus bas prendra bientôt sa place : Clément V, deuxième successeur de Boniface VIII et sujet de Philippe-le-Bel avec qui il envisagea (et réussit) à détruire les Templiers.
Dante lui répond que malgré le respect ancestral qu'il a envers les papes et les religieux, il méprise la cupidité de ce pape (entre-autres) et ajoute que la richesse qu'ils entassent avec avidité rend les gens tristes et profite seulement aux mauvais.

(Passage de la divine comédie : Chant XIX, Les enfers)

Fosse numéro 4 : Accuille les devins et sorciers : Dante et Virgile arrivent devant une masse de damnés pleurant, ils sont intervertis et marchent à l'envers pour l'éternité. Les acolytes aperçoivent Amphiaraüs (l'un des rois qui assiégèrent Thèbes, étant devin, il s'était prédit qu'il allait mourir, il chercha donc à fuir de la bataille mais la terre s'ouvrit et l'engloutit à tout jamais) et Tirésias qui put changer de sexe en frappant d'un coup deux serpents enlacés, Manto est aussi présente, en la voyant Virgile conte à Dante l'origine de sa ville : Mantoue. Ils aperçoivent aussi différents astrologues comme Michel Scot ou Bonatti.
( Chant XX Les enfers)

Fosse numéro 5

Dans cette fosse les morts sont jetés dans de la poix bouillante.

Remarque : Dans Saint Seiya chapitre des enfers, cette fosse n'est pas développée, mais dans le manga Saint Seiya The Lost Canvas c'est l'enfer que semble garder l'une des spectres : Violate du Behemoth, et on retrouve les allusions aux morts dans la poix

Image
Violate de Behemoth dans l'anime Saint Seiya The Lost Canvas

Cette fosse accueille les concussionnaires et prévaricateurs (ceux qui ont vendu la justice ou qui ont gravement et volontairement manqué à leur devoir) : En arrivant à la cinquième fosse, Dante s'étonne de la voir plongée dans l'obscurité, il remarque, quelques instants après, une énorme mare de poix bouillante où sont jetés les damnés. Un ange noir arrive avec un malheureux sur son épaule qui pend par les pieds, il est jeté dans la poix (c'est un ancien de Lucques, endroit où : "pour de l'or, tout est blanc ou noir"), il tente de remonter à la surface mais les démons présents le repoussent encore et encore dans la poix en feu. Puis Virgile conseille à Dante de se mettre à l'écart pendant qu'il va s'entretenir avec les démons, ces derniers en le voyant, deviennent très menaçants et fourbes, Virgile les interpelle en disant que l'un d'eux doit écouter ce qui suit et après ils pourront le frapper s'ils le veulent : Un démon nommé Malequeue s'avance et lui demande ce qu'il en est, Virgile lui répond (comme à de nombreuses reprises dans ce livre) qu'il n'irait pas s'aventurer dans les ténèbres s'il n'avait pas été écrit dans le ciel qu'il doit traverser l'Enfer avec une âme encore vivante (Dante donc). À ces mots les démons sont dépités et les laissent partir, en leur donnant en plus une escortes de démons pour le trajet.

Dante en avançant avec les démons, remarque comment certains damnés arrivent à se "jouer" de leur supplice : Ils tentent de laisser leur dos à l'air pour que cette partie, au moins, leur apporte moins de douleur, ou certains autres encore essaient de sortir leur tête lorsqu'il sont vers le bord, mais tous se cachent dans la poix lorsque vient le chef des démons, mais un malheureux resta trop longtemps à la surface. C'était un certain Janpol de Navarre qui ayant quelques amitiés avec le roi Thibault, ne se géna pas pour vendre à prix d'or les dignités et les emplois du royaume. Janpol se fait écrocher vif par les démons et lorsque il dit aux acolytes qu'il pourra faire venir des damnés (étant donné que Virgile, et Dante pendant tout le livre, sollicitent les damnés de leur raconter leurs supplices et la cause de ces derniers) d'un simple sifflement les acolytes acceptent mais se méfie d'une ruse fort habile de l'écorché ; très juste, car au moment où Janpol était censé faire venir ses camarades, il saute (pour se sauver du supplice des démons) l'un d'eux saute aussi mais ne peut le rattraper, suivi par un deuxième démon qui irrité par l'échec du premier, se met à se battre avec lui dans les airs, ils finissent tous deux dans la poix !

( Chant XXI et Chant XXII, Les enfers)

Image
Une illustration du Chant 21




Fosse numéro 6 : Acceuille les hypocrites

Après le pathétique combat des deux démons du chant précédent, Dante s'inquiète et doute de la bonne foi de ces derniers : D'autant plus qu'ils ont perdus deux de leurs amis..... Dante fait part à Virgile de son inquiétude, ce dernier lui répond qu'il est lui aussi inquiet et qu'ils vont bientôt les quitter, en prenant la fuite, à la fin de sa réplique, les démons arrivent pour les attraper. Virgile prend Dante par le bras et ils fuient ensemble vers la sixième fosse, où les démons, serviteurs de la cinquième fosse, ne peuvent entrer.

Les acolytes aperçoivent un cortège de nombreuses âmes portant de longues robes qui de l'extérieur, semblaient d'or, mais à l'intérieur étaient formées d'une épaisse et terriblement lourde couche de plomb. Comme à leur habitude, Virgile et Dante demandent aux damnés de leur conter leur histoire, deux hommes s'approchent lourdement (étant donné leur charge) ce sont les frères joyeux (des religieux censés apaiser les souffrances des faibles et restaurer un certain ordre public au lieu de ça, et d'où leur nom ils s'amusaient à des plaisirs divers et variés...) qui ont été par la suite élus magistrats suprêmes par la république et bien qu'ils furent de factions ennemies, ils s'unirent, corrompus à chasser les Gibelins de Florence. Dante y rencontre aussi Caïphe, crucifié (le grand-prêtre qui conseilla la mort du Christ, car avait-il dit : "Il vaut mieux que l'un meure pour tous plutôt que tous pour un").

(Chant XXIII Les enfers)

Fosse numéro 7 : Les voleurs : Le début du chant nous conte le difficile passage à la 7e fosse et la lassitude de Dante, qui commence à fatiguer. Virgile d'un discours, le galvanise et ils reprennent leur route vers la fosse ; qui était remplie de serpents de toutes sortes, fourmillant dans la cavité et harcelant les damnés qui, n'ayant aucun refuge dans cette triste fosse, courent épouvantés et assaillis par les reptiles.

Lorsque les serpents touchent et enveniment une victime, cette dernière, aussitôt s'enflamme et se réduit en cendres, mais de celle-ci renaît, comme le phénix, le damné, inexorablement. Il se relève, pris par la confusion, regarde et soupire, Virgile lui demande son nom, c'est Vanni Fucci, qui a volé de nombreux ornements de l'Église et qui accusa à tort des innocents, ces derniers furent pendus. À la fin du chant, Fucci prédit (une fois de plus) le prochain exil de Dante et la défaite des Blancs, ce qui révolutionna Florence à cette époque.

À la fin de son discours Fucci lève les mains au ciel et défie Dieu en le blasphémant, aussitôt s'enroule autour de son cou un serpent, puis un autre qui lui lia les bras, ainsi privé de la parole et de ses bras, il s'enfuit en courant. Peu après arrive un centaure en colère qui demanda où était passé le blasphémateur, le centaure en question est Cacus, qui, comme nous le conte Virgile, après avoir délaissé Hercule, fit couler beaucoup de sang, il s'enfuit à la recherche de Fucci. Ensuite apparaissent trois esprits, soudain l'un d'eux se fait encercler par un énorme serpent qui, pareil à du lierre se cramponne à lui des pieds à la tête, il le mord et lui transperce les deux joues, ils étaient si liés que l'on ne pouvait distinguer l'un ou l'autre lors de l'étreinte, si bien que finalement, les deux têtes ne formaient plus qu'une, le damné, ainsi défiguré, partit lui-aussi. L'un des deux autres restants se fait attaquer par un serpent de feu au nombril, et lui aussi se retrouve transformé en serpent.

(chant XXIV et XXV , Les enfers)


Fosse numéro 8 : Acceuille les mauvais conseillers : Dans le supplice du feu infligé pour ces damnés, Dante et Virgile reconnaissent Ulysse et Diomède, Dante supplie Virgile de pouvoir aller les interroger, Virgile lui répond que oui mais ce sera lui-même qui les interrogera, car il craint que les Grecs ne "méprisent" le langage de Dante. Le couple passant près d'eux, Virgile les interpelle : Ulysse nous explique que bien que lui et ses compagnons fussent vieux ils se lancèrent dans une dernière croisade à l'ouest, et lorsqu'ils virent une titanesque montagne s'élevant vers le ciel (le Purgatoire) Ulysse galvanisa ses troupes pour un dernier voyage, mais étant donné que nul humain ne peut arriver au Purgatoire vivant, la mer se déchaîna et engloutit leur bateau.

Les acolytes après s'être entretenus avec Ulysse rencontrent encore un autre personnage incandescent : Guido de Montefeltro, qui était un politicien très habile à l'époque, et lorsqu'il décida de se retirer et de se faire moine, Boniface VII vient à lui pour lui demander un conseil, Guido tenta de refuser mais le pape lui promit alors les clés du paradis s'il lui donnait conseil, alors il accepta et son conseil eut des répercussions terribles sur de nombreux innocents, et lorsque Guido s'éteignit, Saint-François d'Assise lui même vient le chercher, mais un noir démon le réclama en citant le conseil mal avisé qu'il avait donné à Boniface, il fut emporté aux Enfers.

( Chant XXVI et XXVII)

Fosse numéro 9 : Accueille ceux qui par leurs opinions et les mauvais conseils ont divisé les hommes, les semeurs de trouble : La fosse est remplie de damnés mutilés, le premier qui se présenta à Dante est le prophète Mahomet , il est coupé en deux à la verticale "de la gorge à la ceinture", ses boyaux pendent et tombent à terre, et lorsque leurs blessures sont cicatrisées, tour à tour les damnés se font rouvrir le corps avec un glaive. On y trouve aussi l'abbé Dolcin, qui, persécuté par son évêque, décida de fuir dans les montagnes, avec cinq mille des siens afin d'inventer sa propre doctrine, Clément V lança une attaque contre lui et le fit brûler, mais si Dolcin et ses acolytes n'avaient pas manqué de vivres dans le froid et la neige, Clément V aurait été bredouille, car entre-temps Dolcin avait bien fortifié et affirmé son territoire.

On mentionne également Pierre de Médecine, qui s'étant octroyé les amitiés des princes et des rois, ne s'en servit seulement pour les brouiller ensemble. On voit aussi le cher Mosca (que Dante voulait déjà voir au Chant VI) qui, lui eut les mains coupées ; on apprend que ce fut lui l'élément déclencheur de toutes les guerres internes de Florence, en 1215 il n'y avait encore ni Guelfes, ni Gibelins, mais il y avait quelques rivalités familiales dans la ville. Un jeune Buondelmonte (l'une des familles de l'époque) devait se marier avec une fille des Amidei, mais il rompit les fiançailles en s'éprenant d'une autre fille appartenant à une famille adverse des Amidei (les Donati) ; les Amidei firent conseil avec leurs amis les Uberti, chefs de la noblesse féodale. Et pendant qu'ils réfléchissaient à punir correctement et en public, le jeune Buondelmonte, Mosca protesta et dit que lorsqu'on veut frapper quelqu'un, on ne le blesse pas, on le tue. Il ajouta encore "Ce qui est fait est fait.". Le pauvre Buondelmonte fut massacré et on affirme que cet assassinat divisa définitivement Florence en deux factions : Les partisans de Buondelmonte et des Donati que l'on a appelé Guelfes et les autres, les partisans des Amidei et des Uberti, qu'on nomma les Gibelins.


Leur dernière rencontre raconte l'histoire de Bertrand de Born, conseiller du Prince Jean, lui-même fils d'Henri II d'Angleterre, ce dernier l'avait placé près de son fils pour le modérer un peu (car Jean dépensait des sommes colossales sans aucun scrupule), et son sinistre conseiller au lieu de faire de qu'il devait, conforta le prince dans son indépendance, jusqu’à ce que le roi et Jean se fâchèrent et en viennent aux mains, Jean fut mortelement blessé, et pour avoir ainsi divisé un père et son fils, et d'avoir semé la discorde, Bertrand de Born se retrouva, en enfer, la tête tranchée qu'il tient par les cheveux comme une lanterne qu'il agite.

( chant XXVIII )


Dante, au début du récit est très affecté par ce qu'il vient de voir, on le comprend mieux lorsqu'on apprend qu'il a reconnu dans la fosse l'un des membres de sa famille : Geri le Bel (il vivait en 1269), qui semait tellement le trouble qu'il a été tué par l'un des Sachetti, trente ans après un autre des Sachetti venga le meurtre etc. Ceci continua jusqu'en 1342 lorsque le duc d'Athènes (magistrat de Florence à l'époque) s'entremit pour enfin laisser place à la paix entre la famille de Dante et les Sachetti.

( Chant XXIX )

Fosse numéro 10 : Accueille les alchimistes et les charlatans et faussaires de toute sorte.

Dante et Virgile arrivent à la dernière fosse, d'où sortent des cris immondes et insupportables, une odeur pestilentielle s'en dégage, comme font les corps gangrenés. Et, effectivement, ils semblent tous être atteints de la lèpre, les acolytes arrivent devant deux damnés assis, qui se grattent sans cesse, pour faire disparaitre l'horrible croûte qui les recouvre, en vain. Ils y rencontrent Griffolino, alchimiste et faux monnayeur, qui fut dénoncé et envoyé au bucher. Dante retrouve aussi Capocchio, un camarade d'étude de Dante qui se plaisait, non seulement à contrefaire et à méprendre toutes sortes de personnes, et à entreprendre des recherches sur la pierre philosophale, ce qui lui valut le bûcher.

On rencontre aussi dans cette fosse Gianni Schicchi, qui s'était fait passer pour Bose Donati (mort sans avoir fait de testament), il s'enfila dans son lit de mort afin de donner à Simon (son parent), son riche héritage. Pour remercier Schicchi, Simon lui donna une magnifique jument.

Parmi les faux monnayeurs : Maître Adam, qui falsifia les florins pour les comtes de Romène, et pour son propre profit, il fut découvert et brûlé.

Et parmi les menteurs :
Sinon (espion grec de la guerre de Troie, c'est lui qui convainquit les Troyens d'accepter le cheval) et Putiphar qui tenta de séduire Joseph, et l'envoya en prison.

( Chant XXX les enfers)
Modifié en dernier par phoenlx le ven. janv. 28, 2011 1:17 am, modifié 1 fois.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » ven. mars 14, 2008 10:14 pm

Après les 8 premières prisons (ou cercles) , qui correspondent aux 7 prisons dans Saint Seiya (le plan du manga) on passe aux sphères ..

LES SPHERES ET LE COCYTE

Image


Dans Saint Seiya, comme dans la divine comédie, les sphères sont au nombre de 4 :
---> La Caïna
---> L'Anténora
---> La toloméa
---> La Giudecca (ou Judaïca)

Dans la divine comédie, ces quatre endroits réunis forment l'enfer de glace du Cocyte, où tombent les plus grands traitres à leurs bienfaiteurs, notamment Judas (qui a trahi le Christ). Judas se retrouve d'ailleurs dans la Judaïca (ou Giudecca) d'où le nom.

Dans Saint Seiya, l'enfer de glace du cocyte est un lieu proche des autres sphères, mais séparé (et les sphères proprement dites ont des configurations de temples. La Giudeca étant le temple terminal des enfers, lieu du trône d'Hadès)

Le cocyte est aussi censé accueillir les pires blasphémateurs et les rebelles contre les dieux (c'est pourquoi Seiya y est projeté ainsi que Ikki après avoir commis l'affront d'avoir attaqué Hadès, et c'est là que tombent la plupart des chevaliers d'Athéna des différentes guerres saintes du passé contre Hadès.

quelques visions du cocyte
Image
Image

Une image du combat de Seiya contre le spectre Valentine de la Harpie, qui se déroule à l'intérieur de cet enfer de glace terrible.
Image


Passons en revue les différentes sphères constituant le cocyte, dans la divine comédie de Dante

LA CAÏNIE
(le nom provient de Caïn)

Apparence dans Saint Seiya d'après la carte des enfers
Image
(vu l'apparence et l'animal qui surplombe le temple, il semblerait que ce soit le lieu gardé par Rhadamanthe du Wyvern)

Dans la divine comédie de Dante ce lieu des enfers accueille les traitres à leurs parents. On découvre dans ce chant, un énorme lac gelé, qui ressemble plus à du verre qu'à de la glace. Les damnés sont prisonniers à l'intérieur de la glace jusqu'au cou, ils ont le visage baissé les dents claquetantes, leur souffle et leurs larmes témoignent bien assez du supplice qu'ils éprouvent ; en plus le fait d'être la tête baissée leur donne encore plus de douleur lorsqu'ils pleurent car les larmes qu'ils versent se gèlent sur leurs joues et leurs paupières... Dante et Virgile rencontrent Alexandre et Napoléon de Alberti, tous deux comtes et seigneurs, lors de la mort de leur père, ils se lancèrent dans une force et avide bataille envers leurs vassaux et pillèrent tout, puis ils s'entretuèrent tous deux. Ce qui leur a valu cette place ici où ils s'étreignent éternellement dans un combat sans fin. Ils remarquent aussi Vanni de Cancellieri, qui par traîtrise tua son oncle.
( Chant XXXII des enfers)

L'ANTENORE

Apparence dans Saint Seiya d'après la carte des enfers
Image
(vu l'aspect et l'animal au-dessus il semblerait que ce soit le temple gardé par Eaque / Aiakos de Garuda)

Dans la divine comédie de Dante, ce lieu des enfers accueille les traitres à leur cité, notamment Buoso de Duera : Il était chargé par les Gibelins de barrer le passage de Charles Ier d'Anjou mais Buoso accepta que le roi lui donne de l'argent pour qu'il puisse passer sans crainte ; et d'autres traîtres notoires, comme Tebaldello de Zambrasi qui céda l'une des portes de la ville de Faënza aux Guelfes et surtout un dénommé Bocca, Florentin de la famille des Abatti . Dans la bataille de Montaperti, (où quatre mille Guelfes furent massacrés, Bocca, gagné par l'argent des Gibelins, s'approcha de celui qui portait l'étendard et lui trancha la main ; les Guelfes, ne voyant plus leur étendard, se mirent en fuite et furent massacrés.
(Chant XXXII des enfers )

Dante à la fin du chant, remarque deux damnés dont l'un est un peu plus haut que l'autre, ainsi les deux têtes des damnés sont superposées, on remarque que celui qui à le dessus est en train de dévorer l'autre.
On apprend que celui qui dévorait la tête inférieure est le comte Ugolin et que l'autre est l'archevêque Roger. Le comte Ugolin s'est retrouvé là car il avait été accusé de trahison pour avoir vendu des châteaux aux factions adverses, et l'archevêque, pour avoir ignoblement enfermé le comte et ses fils dans la Tour de la Faim et le poussant presque à les dévorer il fut aussi condamné à ce châtiment de se faire dévorer par sa victime.


LA PTOLEMAÏE

Apparence dans Saint Seiya d'après la carte des enfers
Image
( C'est à priori le temple gardé par le juge Minos du Griffon dans Saint Seiya)

Dans la divine comédie de Dante, voici comment est décrit ce lieu des enfers :
Il est dit que les traîtres à leurs hôtes sont aussi emprisonnés dans les glaces, mais cette fois la position de leur tête est différente : Ils ont la tête renversée, ainsi les larmes qui coulent de leurs yeux forment une barrière de cristal qui les aveugle et leur cause des souffrances inimaginables. Et le Frère Albéric s'était brouillé avec ses confrères depuis un moment, et voulant mimer la réconciliation il les invita tous pour un grand repas, ils mangèrent et lorsque Albéric demanda à ce qu'on apporte les fruits (c'était le signal), ses invités furent massacrés égorgés. Et notamment Branca d'Oria, qui jalousant la seigneurie de son beau-père l'invita à diner et le tua, son beau père était Michel Zanche, qui se trouve au 8e cercle, cinquième fosse, on dit qu'à sa mort, Branca descendit plus vite aux Enfers que le malheureux qu'il avait assassiné.
( Chant XXXIII des enfers )


LA JUDAÏCA ( ou Giudecca)

Elle est décrite dans le dernier chant des Enfers, chant où Dante rencontre Lucifer, Dité, au milieu d'un endroit où tout est silencieux et où les autres damnés sont entièrement ensevelis sous la glace et souffrent en silence.

La judaïca est une région en forme de calotte sphérique au milieu de laquelle est planté le colossal Lucifer dont le nombril est au centre de la terre. Lucifer est en train de broyer tête la première les trois plus grand traîtres de l’histoire selon Dante: Judas Iscariote traître envers Jésus, Brutus et Cassius, traîtres envers César. Et ceci pour l'éternité.

Dité a trois paires d'ailes ainsi que trois têtes et donc trois visages, le premier visage est rouge de feu (représentant la haine), l'autre est livide (représentant l'impuissance), et le troisième est noir (représentant l'ignorance). Chaque tête broie l'un des trois traitres.
Image

Emprisonné dans la glace jusqu’à la poitrine, il bat éternellement des ailes pour tenter de se libérer, produisant ainsi des vents glacials qui maintiennent le Cocyte gelé.

Dante et Virgile sortent en s'accrochant aux poils de Lucifer et, après une petite explication de Virgile sur la manière dont ils sont sortis des Enfers, les deux acolytes, finalement, peuvent enfin "revoir les étoiles"...
( Chant XXXIV des enfers )

La divine comédie se poursuit ensuite avec la description du purgatoire (que nous verrons ensuite 8-) )


La Giudecca dans Saint Seiya

Image

Voici l'intérieur de la Giudeca (version manga et version anime )
Image Image

Gros plan sur la statue érigée au sommet du bâtiment :
Image

Au niveau du clin d'oeil cette petite statue (qui représente une sorte de personnage avec des ailes et levant un anneau dans sa main droite) est très inspirée de la colonne de la victoire (le Siegessaeule) située au coeur de la ville de Berlin en Allemagne. Elle a été construite par le sculpteur Drake et elle célèbre les succès remportés par la Prusse sur le Danemark (1864), l'Autriche (1866) et la France (1870-1871) qui aboutira à la création du second Reich et à l'Unification de l'Allemagne. La statue fait 8,3 mètres et est en bronze doré (la colonne totale est haute de 69 mètres) Elle représente la déesse romaine Victoria ( autrement dit : Nikè, la fameuse déesse de la victoire dont il est question aussi dans Saint Seiya notamment à l'occasion du combat contre Saga, et présente dans la main de la grande statue ^^ ).
Image

Image

Plutôt amusant et étrange de retrouver une statue évoquant Nikè sur un monument d'Hadès , alors qu'en principe Nikè est associée à Athéna ;
Il me semble aussi que sur la boîte de la figurine Myth Cloth de Pandore on trouve aussi un dessin de cette même statue, donc elle symboliserait Pandore dans Saint Seiya ..

Il est par ailleurs amusant de noter que si Kurumada a repris presque exactement la statue du Siegesaule pour la mettre SUR le toit de la Giudecca , il en a également repris la colonne qui la soutient pour la placer à un autre endroit du manga : Volume 28 lorsque les saints arrivent en Elysion devant le caveau d'Hadès. Une immense colonne se dresse devant le temple du dieu des enfers, réplique exacte de la colonne de la victoire allemande, à l'exception inversement cette fois de la statue qui représente Hadès avec une épée, l'âme d'Hadès tourbillonnant par ailleurs autour ...


Image

Image

La statue censée représenter ici Hadès est sans doute inspirée d'une statue réelle, faudrait voir laquelle ; Elle m'évoque certaines représentations d'Archange comme saint michel, saint Gabriel ou Saint Raphaël ..

Image



La Giudecca à Venise

Pour info, il existe à Venise une île de la lagune vénitienne qui se nomme la Giudecca. Comme j'adore Venise je vais en profiter pour m'étendre un peu .. La Giudecca était à la base la terre d'"exil" des familles vénitiennes qui se voyaient condamner après jugement (jugement se dit "Giudicato"). On y envoyait notamment les nobles assez indésirables et l'ambiance qui règnait sur l'ïle était étrange, le lieu acquérant notamment une assez médiocre réputation à cause de ça. Mais c'est également sur cette longue île au sud de Venise en forme d'épine que se regroupaient les Juifs, ce qui pourrait aussi expliquer son éthymologie (même s'ils seront plus tard regroupés dans le quartier du guetto sur l'île principale.. )

Notons que Michel Ange a vécut sur cette île en 1529. Aujourd'hui l'île est devenu un faubourg populaire avec pas mal de verdure, de nombreux petits ateliers, pas mal de pêcheurs y vivent. Certaines personalité y ont leur résidence : Elton John y a par exemple une maison et on trouve de nombreuses villa luxueuses sur l'île. On y trouve également l'un des hôtels les plus fameux de Venise : l'hôtel Cipriani. L'ile est dominée par un campanile et par la très belle Eglise de Saint George Majeur, où on peut notamment admirer des oeuvres de Tintoret, et fait face à la fameuse place Saint Marc réputée dans le monde entier.
Ci-dessous une photo de l'Ile de la Giudecca que j'ai moi-même réalisé du haut justement du Campanile de la place San Marco :) En fait ça correspond à l'ile en arrière plan , pas celle immédiatement devant (qui est l'ile de sainte george majeur avec son campanile célèbre, bien visible en face de la place saint marc ^^ ) .. J'ai longtemps fait la confusion d'ailleurs

Image


Bon j'aborderai le mur des lamentations plus tard et on en aura fini avec la partie enfers ..
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. nov. 22, 2010 11:18 am

Le mur des lamentations

Image

Rien à voir avec le mur de Jérusalem, lieu le plus saint du judaïsme évidement ; Dans Saint Seiya ce mur est un mur indestructible qui sépare les enfers (la partie Meikai, qui correspondrait au tartare de la mythologie grecque, en gros, et dont nous venons de visiter la structure) du paradis (Elysion, un peu l'équivalent des champs Elysées)

Les gravures sur le mur représentent les deux dieux jumeaux Thanatos et Hypnos, que l'on retrouve lorsque les chevaliers sacrés livrent leur dernière bataille en Elysion. Kurumada, l'auteur du manga, s'est inspiré à la fois du mur vestige du temple de Jérusalem (pour le nom) et de gravures de l'ancienne Babylone (pour l'image des deux jumeaux qui se font face : Lire ce topic ).

Image

Encore un syncrétisme un peu étrange dont l'auteur de Saint Seiya a le secret !!

Ce curieux mélange de référence a presque de quoi choquer je trouve quand on sait que les chevaliers de la série doivent détruire ce mur pour arriver à franchir la dimension infernale et se retrouver en Elysion (là où repose le corps mythologique du dieu Hadès et où Athéna est retenue prisonnière du dieu des enfers) Ce mur indestructible résistera à tout, y compris aux fameuses armes du chevalier d'or de la Balance, Dohko distribuant ces dernières aux chevaliers d'or en présence : Shaka, Mu, Aiolia, et Milo. Seul le sacrifice des 12 chevaliers d'or (les anciens chevaliers d'or morts revenant à travers leurs fantômes pour apporter leurs pouvoirs) permettra de réaliser le miracle et d'ouvrir une brèche dans le mur, brèche débouchant sur un vortex (faille spatio-temporelle), voie qu'emprunteront les chevaliers de bronze Seiya, Hyoga, Shiryu, Shun et Ikki, pour se rendre dans le paradis.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Messagepar phoenlx » lun. nov. 22, 2010 11:18 am

Analyse révisée et plus complète du rapport entre le Meikai et la divine comédie de Dante, sur le site de Vincent sans pseudo. Comme c'est un peu l'objet de cet ancien topic je poste le lien ici pour ceux que ça intéresse :

http://scribe.seiya.free.fr/dossier/enfers.htm
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » sam. oct. 15, 2011 8:51 pm

LES ALLUSIONS LIEES AU CHATEAU D'HEINSTEIN

Image

J'ai créé un topic entièrement dédié au château de Neuschwanstein ( célèbre château allemand qui a inspiré le château d'Einstein , dans Saint Seiya ) :
Vous pouvez le retrouver ici : viewtopic.php?f=105&t=8288

Image

En faisant des petites recherches je me dis que décidément Kurumada ne laisse rien au hasard, même les cygnes qu'on voit dans le parc du château font référence à quelque chose ( voir ma description ^^ )

Image

En fait l'allusion au cygne blanc se retrouve partout dans le château et fait référence à Lohengrin , dit le " chevalier au cygne" (qui a inspiré un célèbre opéra de Wagner) Le château dans son ensemble est d'ailleurs un hommage à Wagner




ce château n'inspire pas que Saint Seiya d'ailleurs, d'autres auteurs comme George R.R. Martin s'en sont inspiré comme pour le château les Eyrié dans le trône de fer par exemple ... Beaucoup de châteaux de conte de fée en sont inspirés dans leur architecture.
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » lun. oct. 17, 2011 3:12 pm

Un ptit extrait de la divine comédie ( correspondant au passage de la porte de l'enfer " Vous qui entrez ici laissez toute espérance" et aux morts sur la rive de l'Achéron avec l'arrivée de Charon ^^ )



( Extrait du spectacle "l'enfer" de Dante, raconté par Claude Mastre ) D'ailleurs la traduction du texte est assez différente de ma version de la divine comédie
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » dim. avr. 17, 2016 7:47 pm

Je viens de retaper ce topic (presque plus aucune image ne s'affichait) et je l'ai un poil complété. Mais il y a sans doute encore beaucoup à dire sur les nombreuses allusions du chapitre Hadès (je n'ai pas parlé notamment de tout le rapport des spectres aux 108 héros du roman chinois Au bord de l'eau, mais je le fais dans d'autres topics) .. Cette analyse m'a évidemment pour beaucoup été inspirée par les excellentes recherches de Vincent sans pseudo sur son site (Le scribe du sanctuaire) et aussi mes propres recherches (par exemple l'allusion à Paolo et Francesca pour Orphée et Eurydice même si elle reste à prouver je la pense pertinente et je ne crois pas que d'autres fans de saint seiya sur les forums y aient pensé)
A part tout ce que je viens de dire ici qui concerne essentiellement les lieux, il y aurait mille choses à dire sur les spectres, leurs armures (surplis) les animaux et créatures qu'ils représentent (j'ai fais par exemple une analyse beaucoup plus poussée de Rock du Golem, le spectre gardien de la prison 3, dans la rubrique encyclopédique du forum, de même certains spectres de la période Hadès sanctuary (avant le chapitre des enfers) comme Niobe qui sont des clin d'oeil à Lovecraft etc. Je complèterai sans doute encore pas mal ce topic à l'avenir (et aussi avec un petit podcast un de ces 4 dès que j'ai le temps)
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » mer. oct. 03, 2018 2:34 pm

tiens je viens de voir une petite vidéo faite il y a quelques jours par un youtubeur sur les enfers dans saint seiya :D

Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

mayava
Posteur de bronze
Posteur de bronze
Avatar du membre
Messages : 47
Enregistré le : dim. nov. 13, 2016 9:14 pm
Localisation : aquitaine

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar mayava » mer. nov. 14, 2018 11:51 pm

merci pour la vidéo, très bien détaillée.
l'amour est source de tout..

Camille Addams
autel d'Odin
autel d'Odin
Avatar du membre
Messages : 2785
Enregistré le : lun. déc. 03, 2012 3:22 pm

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar Camille Addams » jeu. nov. 15, 2018 10:09 am

Excellent dossier en tout cas Phoenix, très complet ! On sent toute ta passion sur le sujet ^^

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » jeu. nov. 15, 2018 10:46 am

oui j'avoue que tous les petits clin d'oeil (à la divine comédie mais aussi à pas mal de choses) dans Hadès ça m'amuse, c'est fou comme Kurumada a placé de références :D
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

Nickyie
Yomotsu Hirasaka
Yomotsu Hirasaka
Avatar du membre
Messages : 743
Enregistré le : jeu. mars 21, 2019 1:02 pm
Localisation : Bruxelles
Gender :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar Nickyie » mer. mars 27, 2019 9:51 pm

Ce topic montre que rien n'arrive par hasard =)
" Le Temps est un luxe que nous n'hésitons pas à ne pas nous payer "

Nickyie
Yomotsu Hirasaka
Yomotsu Hirasaka
Avatar du membre
Messages : 743
Enregistré le : jeu. mars 21, 2019 1:02 pm
Localisation : Bruxelles
Gender :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar Nickyie » mer. mars 27, 2019 9:52 pm

ou si vous préférez : Dante doit se retourner dans sa tombe :rire:
" Le Temps est un luxe que nous n'hésitons pas à ne pas nous payer "

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » mer. mars 27, 2019 10:03 pm

oui ba qu'il se retourne , ou qu'il soit dans les enfers ou les champs élysées, de toute manière il connait bien les lieux :lol:
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !

phoenlx
Maître de l'Olympe
Maître de l'Olympe
Avatar du membre
Messages : 337459
Enregistré le : ven. mars 12, 2004 11:41 pm
Localisation : région parisienne
Gender :
Contact :

Re: Clin d'oeil divers dans Saint Seiya Hadès : listons les

Messagepar phoenlx » jeu. avr. 04, 2019 11:50 am

L'escalier infernal du château d'Heinstein

une autre référence que nous avait trouvé à l'époque Vincent Sans pseudo (et répertoriée sur son site web Le scribe du sanctuaire) :

Le nilomètre du temple de Kôm Ombo, en Egypte (photo ci-dessous)
comme vous pouvez le voir, Kurumada semble s'être inspiré de ce genre de constructions égyptiennes, qui servaient à mesurer le niveau du Nil,
dans Saint Seiya ça rappelle énormément le grand escalier qui descend depuis le château d'Heinstein vers les enfers ou Meikai .. )

Image
source

plus d'infos sur ce lien : http://www.aly-abbara.com/voyages_perso ... metre.html

Kôm Ombo se trouve entre Assouan et Edfou, sur la rive droite du Nil.
Ce temple a été construit à l'époque ptolémaïque (323 à 30 av.J.-C.), remplaçant un ancien sanctuaire fondé par Thoutmosis III.
Ce temple a été dédié au Dieu Sobek (dieu à tête de crocodile) et à Haroéris à tête de Faucon (Horus le Grand).
On voit sur cette image un édifice connu sous le nom de nilomètre, il a été utilisé autrefois pour mesurer le niveau du Nil, ce qui permettait aux autorités de calculer le taux officiel d'imposition.


captures de l'escalier infernal dans saint seiya (tomes 22 des mangas saint seiya, édition kana)

Image

Image
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains (Albert Einstein)
Qu'importe la destination c'est le voyage qui compte
Notre histoire deviendra légende
Force et honneur !


Retourner vers « Chapitre Hadès, discussions générales »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité